Actualités

Transfert d’élèves de la Source-Vive à Ascot Corner

École

Considérant avoir le temps nécessaire, la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke évaluera l’ensemble des scénarios avant de trancher dans le dossier de l’école de la Source-Vive à Ascot Corner.
« On n’est pas dans un modèle d’urgence. Il reste du temps. On veut faire les choses de la bonne façon. On est ouvert à tous les scénarios parce qu’on a du temps. On a la chance de les explorer au complet », de laisser entendre le président de la CSRS, Gilles Normand, tout en se gardant bien de se prononcer sur celui proposé par la municipalité d’Ascot Corner.
Les représentants de la municipalité avec la mairesse, Nathalie Bresse, en tête, ont rencontré le conseil d’établissement de la Source-Vive afin de proposer l’achat d’un édifice à proximité de l’école pour accueillir des élèves du primaire. La démarche vise à éviter le déplacement des élèves ailleurs sur le territoire de la CSRS. Cette proposition, pour la municipalité, est temporaire et le véritable objectif est d’agrandir l’école pour accueillir la clientèle scolaire sans cesse grandissante.
M. Normand a qualifié de bonne la rencontre avec les autorités municipales, mais refuse d’aller plus loin dans ses commentaires. Il se limite à dire « il faut regarder l’ensemble du scénario, les locaux, la sécurité et le transport. » À cela, M. Normand mentionne qu’il faut également regarder avec les gens en place au sein de l’école et leur laisser le temps de faire leur analyse. Quant au projet d’agrandissement, le président de la CSRS se montre prudent en mentionnant « on a déjà fait des demandes dans ce secteur de l’Est et elles n’ont pas été accepté. »
Mairesse
Mme Bresse se dit quelque peu déçue de la rencontre avec le conseil d’établissement. « Ce n’est pas selon ce que j’espérais. On a fait notre présentation, ils ont posé leurs questions et on ne sait pas la suite. » Mme Bresse souhaite une réponse rapide de la commission scolaire afin d’entamer les travaux. La CSRS a établi l’échéancier de juin prochain avant de trancher sur le scénario à retenir dans la perspective de la rentrée scolaire 2018.

Article précédentArticle suivant
©2020 Journal Le Haut-Saint-François