Actualités

Les opportunités technologiques et innovatrices dans la mire de la SADC

aga sadc

Profitant de l’assemblée générale annuelle tenue à l’hôtel de ville de Westbury, devant une trentaine de personnes, la Société d’aide au développement de la collectivité (SADC) du Haut-Saint-François (HSF) a présenté son bilan annuel ainsi que ses futures orientations et stratégies d’aides au développement des entreprises, notamment celle du commerce électronique.
D’emblée, l’organisation a tiré parti de la rencontre pour faire valoir leurs multiples projets épaulant l’entrepreneuriat, la réflexion faite sur leur mission ainsi que leurs lignes directrices pour l’année à venir. Richard Tanguay, président du conseil d’administration, a souligné le renouvellement et les actions qui ont été au cœur des interrogations de l’organisme au courant de la dernière année. La SADC soutient financièrement le développement socioéconomique et la communauté entrepreneuriale du Haut-Saint-François. Pour le milieu, elle est un apport important de ressources, de soutien technique, de conseils et d’informations. Suivant les changements de notre époque et l’évolution de la société, M. Tanguay fait mention que la SADC se penchera davantage vers les opportunités technologiques et l’innovation, tel le commerce électronique pour encourager les entreprises à développer leurs produits. L’organisme a élaboré son plan d’action s’appuyant sur sa mission et sa vision. Les défis pour le développement sont axés sur le renforcement au niveau de la main-d’œuvre locale, le développement du pouvoir d’attraction et de rétention du territoire, l’amélioration de la cohésion sociale, l’optimisation de la zone verte ainsi que l’offre de service de la SADC.
Jean-Paul Gendron, président de l’Agence de mise en valeur de la forêt privée de l’Estrie, a profité de l’occasion pour souligner l’importance de la SADC pour le secteur forestier. M. Gendron est le messager, sur plusieurs plateaux, pour rappeler aux différents partenaires du milieu que notre territoire est composé de 83 % de forêt et que c’est ici dans le HSF que se transige la plus grande part de mise en marché. L’aide de différents organismes pour les entreprises opérant tous les domaines reliés au bois d’œuvre et à la forêt est une ressource d’avant-plan. Il se dit rassuré que la SADC poursuive ses actions « pour nous, les forestiers, c’est un point d’appui », mentionne le président de l’agence. « On interpelle la SADC pour son soutien technique, ses conseils et services complémentaires », conclut-il.
Dans son rapport annuel, la SADC du HSF présente l’apport important de 1 246 086 $ qu’elle recevra de Développement économique Canada, des suites du renouvellement des ententes envers le gouvernement, les SADC et le CAE de l’Estrie. Les activités d’investissement de la dernière année financière se qualifient en plusieurs parts et secteurs. On dénote que 1700 heures ont été offertes à diverses entreprises, que 6 prêts ont été octroyés au secteur régulier et 9 en stratégie jeunesse pour des montants respectifs de 400 000 $ et 202 000 $. Les projets sont évalués à 4 142 000 $ et permettront le maintien en emploi de 38 postes, selon le rapport de l’organisme. Le tout divise la tarte des investissements en intervention à 65 % destinés au démarrage, 24 % à l’expansion et 11 % en fonds de roulement, aux entreprises du territoire. Pour le volet soutien aux petites entreprises, 15 703 $ ont été versés en aide financière pour des projets évalués à 20 028 $. Au total, 6 petites entreprises ont obtenu des services d’aide de la SADC. Celle-ci a consacré 164 heures en accompagnement dont on estime la création ou le maintien en emploi de 157 personnes.
Pour la nouvelle année fiscale, la société prévoit un cumulatif de 1 035 274 $ d’actif à court terme provenant en majeure partie des fonds d’investissements et investissement jeunesse. À long terme, les prêts et placements sont estimés à 3 610 711 $ représentant le total de l’actif. Cette année, la SADC annonce qu’elle s’engage à verser des sommes qui n’ont pas été déboursées l’exercice précédent, en des prêts pour une valeur de 200 000 $ en fonds général et de 75 000 $ en fonds jeunesse.
Côté développement local, le projet Fierté jeunesse, en collaboration avec la Cité-école Louis-Saint-Laurent, a fait le portrait de 17 jeunes inspirants. Le 5 à 7 Fierté d’entreprendre dans le Haut-Saint-François, en collaboration avec Place aux jeunes, a été l’occasion de lancer le défi OSEntreprendre. La soirée a permis à 35 jeunes entrepreneurs de se faire voir. Une étudiante a été embauchée pour promouvoir le secteur touristique. Parcourant le territoire, elle a effectué cinquante visites touristiques, distribué le nouveau guide des attraits, rédigé une vingtaine d’articles et pris des clichés de la région, le tout a été propulsé sur le web. Trois stagiaires ont également offert des services d’apprentissage Internet et une formation de référencement web à quelques entreprises du milieu. Le nouveau guide des attraits a été lancé, auquel 13 municipalités ont collaboré ainsi que 27 nouvelles entreprises. Une nouvelle action a été adoptée au sein de l’organisme en soutien aux actions bénévoles pour le personnel désireux d’y participer volontairement à une cause communautaire. Au total, 143 heures ont été consacrées par ceux-ci et 385 $ ont été amassés pour la Rose pour la cause.
Suivant l’AGA, la SADC a offert gratuitement une conférence avec la renommée Julie Blais Comeau, que vous avez sûrement déjà lu dans la revue Les Affaires ou vu à RDI ou Salut Bonjour. Par ses acquis et son expérience professionnelle, la conférencière, blogueuse et écrivaine, possède un bagage de connaissances tant au niveau de la gestion des affaires, des ressources humaines et de l’étiquette. Elle a présenté différentes variantes afin de savoir maîtriser sa première impression et comment elle peut être perçue. Pour elle, la perception qu’ont les gens sur vous repose sur votre crédibilité, votre convivialité et votre confiance. En sept secondes, Mme Blais Comeau démontre que c’est tout le temps nécessaire pour se faire une première idée d’une personne, aussi surprenant soit-il.

Article précédentArticle suivant
©2020 Journal Le Haut-Saint-François