11 comtés

Brasserie 11 comtés à Cookshire-Eaton passe de projet à la réalité

Contrairement aux dernières rencontres publiques tenues à l’Hôtel de Ville de Cookshire-Eaton où l’atmosphère était plutôt tendue, les membres de l’équipe de la Brasserie 11 comtés étaient tous heureux de se trouver sur place vendredi passé. Pour cause, on a procédé au lancement officiel du projet de 3,5 M$. Les travaux de construction du bâtiment devraient s’amorcer dans les prochains jours pour se compléter vers février 2018. Si tout va bien, les consommateurs pourront savourer les bières dès mars prochain.
C’est en présence de plusieurs dignitaires, dont la ministre du Développement international et de la Francophonie, députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, qu’on a procédé au lancement du projet qui créera cinq emplois directs au départ pour atteindre une quinzaine d’ici 5 ans, souhaite Sébastien Authier, président de la Brasserie 11 comtés.

Mme Bibeau a souligné la contribution financière de 250 000 $ sous forme de contribution remboursable « via le programme de développement économique du Québec (PDEQ) et de Développement économique du Canada pour faire l’acquisition, le transport et l’installation des équipements pour la production de la bière de même que l’acquisition de fûts et d’équipement de contrôle de qualité. » La députée-ministre en a fait l’annonce au nom de sa collègue Navdeep Bains, ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique et responsable de DEC. « Ce projet annonce de belles retombées pour Cookshire-Eaton et toute l’Estrie », d’ajouter Mme Bibeau.

Le maire de Cookshire-Eaton, Noël Landry, a qualifié la journée de « grand jour pour Cookshire-Eaton, car ce n’est pas tous les jours qu’une municipalité annonce qu’une entreprise générera d’emblée un investissement financier de plus de 3,5 M$. » Faisant référence aux trois rencontres d’information publiques concernant le projet et le cautionnement de 1,4 M$ de la municipalité, suivi de la signature de registre, jusqu’au choix du constructeur sans les nommer explicitement, M. Landry a laissé tomber « je tiens à les remercier à nouveau (les promoteurs) d’avoir choisi Cookshire-Eaton pour y établir leur projet de microbrasserie. Je tiens aussi à les remercier de leur patience et leur persévérance au cours des derniers mois, on a failli l’échapper avec tout ce qui se passait. » Le préfet de la MRC, Robert Roy, ajoute « la MRC croit à votre projet. Pour nous, c’est un tracé de plus pour le Chemin des Cantons. N’arrêtez pas de rêver parce que la région est derrière vous. »

Sébastien Authier

Sébastien Authier, président de la Brasserie 11 comtés et son équipe regardent vers l’avant et parlent avec émotion pourquoi à leurs yeux c’est plus qu’un simple projet. « Brasser une bière, c’est assez facile, mais brasser une bière qui va marquer l’imaginaire, ça, c’est extrêmement difficile. Démarrer une microbrasserie, c’est devenu relativement facile. De nos jours, il en ouvre à peu près une vingtaine par année. Mais pour démarrer une entreprise qui va passer à l’histoire, ça prend de la passion, ça prend aussi une vision, ça demande une nouvelle façon de penser, de développer, de communiquer et de rassembler, mais aussi ça prend des appuis, ça prend une fondation. Notre fondation, ça va être la région du Haut-Saint-François. Ça va être les gens qui s’identifient, les gens qui y participent, c’est les gens qui vont la faire rayonner. Ce projet, on le trouvait formidable en 2013; en 2017, on le trouve incroyable. »

Projet

Situé au 225 de la rue Pope, le bâtiment couvrira une superficie de 6 000 pieds carrés. L’édifice sera la propriété de Cookshire-Eaton Innovation, qui en fait la location avec option d’achat. À l’intérieur, on y retrouvera l’équipement de production, d’embouteillage, l’entrepôt et une petite boutique de dégustation où les gens pourront s’informer, goûter et acheter les produits. On compte produire quelque 1 400 hectolitres la première année. « Ça peut monter jusqu’à 6 000 hectolitres avec les équipements qu’on a », d’exprimer Mathieu Garceau-Tremblay, chef brasseur. Ce dernier mentionne avoir une dizaine de recettes dans ses cartons. « La première année, on fera quatre à cinq recettes. Il y aura beaucoup de tests, recherche et développement. » L’approche se fera de façon graduelle, explique-t-il. « C’est quelque chose qui va évoluer constamment », d’ajouter M. Authier. Les intervenants souhaitent utiliser le maximum de produits provenant du Haut-Saint-François. « On veut faire affaire avec les producteurs du coin, des maraîchers, des producteurs agricoles. On aimerait être capable de brasser à 100 % avec des grains locaux. Ce qu’on veut, c’est mettre le Haut-Saint-François en bouteille », de compléter M. Garceau-Tremblay. « Maintenant, passons aux choses sérieuses; moins de discours, plus de bières ! » tel est le slogan lancé par Sébastien Authier au terme de la conférence de presse.

Brasserie

Brasserie

 

Valoris ligne de tri

Valoris ferme temporairement deux lignes de tri

Le centre de valorisation des matières résiduelles Valoris, situé à Bury, ferme temporairement les activités de deux de ses trois lignes de tri.

Cette décision sera maintenue tout au long de la durée du litige qui l’oppose avec le fournisseur de ses équipements « à moins qu’une entente à l’amiable soit conclue avec le fabricant », précise-t-on dans un court communiqué émis par Jean-François Sornin, directeur général de Valoris.

C’est en raison des rendements inefficaces de sa ligne de tri des résidus résidentiels ainsi que celle réservée aux résidus industriels, commerciaux et institutionnels (ICI) que la décision a été prise. M. Sornin mentionne que « des analyses récentes réalisées par une firme d’experts indépendants confirment que la performance de ces équipements est bien en deçà de ce qui était prévu au contrat conclu avec le fournisseur de ces équipements. »

On précise dans le communiqué que Valoris continuera de recevoir les matières résiduelles de ses clients. De plus, la ligne de tri des résidus de construction, de démolition et de rénovation continue ses opérations.

Rappelons que Valoris et son fournisseur d’équipements sont devant les tribunaux depuis le début de l’année. La régie intermunicipale, copropriété de la Ville de Sherbrooke et la MRC du Haut-Saint-François, fait face à une poursuite de près de 3 millions $.

Mentionnons que Valoris a procédé en juillet dernier à une augmentation de 45 $ la tonne soit une hausse de 53 %. Cette majoration survient après que la régie intermunicipale ait effectué une majoration de 10 $ la tonne à la fin de l’année 2016. Dans le dernier numéro, M. Sornin mentionnait que la dernière hausse appliquée en juillet allait permettre de clore l’année actuelle sans déficit et que de mesures seront mises en place pour « rentabiliser et rendre ça au plus bas coût possible pour la population. »

Ferme UPA

Journée Portes ouvertes sur les fermes du Québec

Les Fermes d’ORée et Le Sabot d’Or ont accueilli près de 3000 visiteurs lors de la journée Portes ouvertes organisée par l’Union des producteurs agricoles (UPA), le dimanche 10 septembre dernier.

La participation précédente de la Ferme d’ORée aux Portes ouvertes remonte à 2015. À ce moment, 550 personnes s’étaient déplacées à Newport pour visiter les installations. Cette année, ce chiffre a doublé pour passer à 1100. Cela reflète bien la croissance que connait la ferme familiale depuis la dernière année. « J’ai embauché un premier employé il y a un mois et demi et je suis déjà à la recherche d’un deuxième », nous confie Gert Janssens, propriétaire. Celui-ci a même interrompu son doctorat en économie et pris une année sabbatique de son poste de professeur au Collège Dawson à Montréal pour se consacrer à temps plein à la ferme. « On s’est mis à avoir beaucoup de commandes de la part différentes boucheries à Montréal. Sinon, en région, notre produit phare demeure notre miel. » La ferme environnementale produit bœuf, porc et agneau. Ce sont d’ailleurs les produits qui étaient offerts en dégustation lors de la journée. Annie, son conjoint et leurs trois enfants étaient près du méchoui lorsque nous les avons rencontrés. Ceux-ci arrivaient de Thetford Mines et en étaient à leur troisième ferme visitée. La famille attendait le fils aîné, Jonathan, 11 ans, qui était allé se resservir une deuxième portion d’agneau, lui qui n’aime pas ce type de viande d’ordinaire.

Du côté de la Ferme Le Sabot d’Or à Cookshire-Eaton, les organisateurs ont comptabilisé 1800 curieux venus visiter les cerfs rouges. En plus des animaux en pâturage, on retrouvait sur place maquillage pour enfants, mascotte, promenade en voiture à chevaux et délégation de pompiers. Gervais Therrien, propriétaire, dit se préparer depuis un mois pour l’événement. Sa dernière participation aux Portes ouvertes remonte à 2010. Depuis, celui-ci a ouvert une boucherie sur son site en 2015. « On voulait être sûrs d’avoir assez de produits pour la vente. Même si on est sur une route passante, ce n’est pas tout le monde qui le sait que la boucherie est ouverte au public », poursuit-il. En effet, un petit ralentissement était observable sur la route 253 à la hauteur de la ferme. En tout, M. Therrien se faisait aider par une vingtaine de bénévoles, majoritairement parents et amis, lors de la journée.

À l’échelle de la province, plus de 157 000 personnes ont participé à cette 15e édition des Portes ouvertes sur les fermes du Québec.

UPA

upa3

Chasse

3 types d’outils indispensables pour le trappeur

Ours, rat musqué, castor, vison, renard, raton laveur, loutre… vous aimeriez vous adonner au piégeage ? Cette activité requiert évidemment quelques outils de base, voici ceux dont vous ne sauriez vous passer !

1. Les pinces

Une simple paire de pinces est un outil des plus utiles pour le trappage. Or, elles ne suffiront pas pour toutes les tâches, notamment pour couper le câble après la capture de votre gibier. Pour ce faire, munissez-vous de pinces coupe-câbles qui, comme leur nom l’indique, sont spécifiquement conçues pour ce travail. Ces pinces sont également essentielles pour tout trappeur qui souhaite fabriquer ses propres collets. Enfin, les pinces servant à ouvrir les pièges en X (Conibear) sont un «must». Cet outil indispensable permet d’ouvrir facilement et rapidement ce type de pièges, et ce, de façon sécuritaire.

2. Les sécateurs

À l’instar des pinces, les sécateurs peuvent s’avérer pratiques pour une foule de tâches, notamment si vous devez couper de petites branches pour mieux stabiliser vos pièges ou les camoufler.

3. Les couteaux

Le dépiautage des prises exige une grande précision, pour laquelle des couteaux spécialisés sont requis, les couteaux de chasse aux lames épaisses ne conviennent pas. Parmi les couteaux de piégeage les plus pratiques, le couteau triangulaire (utile pour pratiquement toutes les espèces), le couteau rond (« couteau à castor ») et le couteau allongé (précieux, entre autres, pour le petit gibier tel que la belette ou le rat musqué) représentent de bons investissements. Pour un travail bien fait, aiguisez soigneusement vos lames et veillez à les protéger afin qu’elles demeurent tranchantes comme des rasoirs.

La Patrie

La Coop de La Patrie fête ses 75 ans

La Coop La Patrie célébrait récemment son 75e anniversaire. Plus de 250 personnes ont participé aux festivités qui avaient lieu à l’Abri-bois.

L’événement débutait en après-midi avec des compétitions amicales de fer, pétanque, lancer, sciage et clouage. Après souper, le président de la Coop, Steve Jacques, a rendu hommage aux employés ayant plus de dix ans d’ancienneté. Après coup, le guitariste de Scotstown Jon MacAulay a interprété quelques-unes de ses compositions. La soirée se terminait avec des tirages, dont ceux de deux chèques cadeaux d’une valeur de 750 $ échangeables à la Coop et au Marché Bonichoix.

coop

coop

Ashley Sylvester

Ashley Sylvester, 4e au lancer du disque

Ashley Sylvester, 13 ans, de Cookshire-Eaton, a terminé quatrième au lancer du disque aux Championnats nationaux d’athlétisme pour jeunes tenus à Brandon, Manitoba. Ces championnats sont organisés par la Légion royale canadienne.

Le plus étonnant, c’est que la jeune athlète en est à sa toute première saison de pratique dans la discipline. En effet, la première fois qu’Ashley a lancé un disque, c’était le 4 mai dernier. Depuis cette date, sa progression a été fulgurante: d’une distance de 22 m, elle a terminé la saison avec un lancer de 33,29 m, sa meilleure marque à date. Rien ne prédestinait Ashley toutefois au lancer du disque, quoique certains événements ont pu aider.

Depuis son jeune âge, l’athlète fait du patinage artistique au club d’East Angus. D’ailleurs, à ce propos, elle dit que les vrilles qu’elle pratiquait du temps du patin l’aident grandement à effectuer la rotation sur soi précédant un lancer. Puis éventuellement, une blessure à la cheville la contraint à revoir son entraînement en patinage. Elle a dû délaisser les sauts, durs sur les articulations, au profit des figures sur glace. Ses parents, ayant tous deux fait de la course à pied par le passé, l’encouragent tout de même à poursuivre le sport, quitte à changer de discipline. Cela fait en sorte que, un beau jour, Ashley s’empare d’un disque qui traîne, le projette au loin et se fait remarquer par un entraîneur. Peu de temps après, elle commençait les séances au Club d’Athlétisme Sherbrooke.

Dans ce cas-ci, Ashley a su tourner un incident malheureux à son avantage. Elle ne pouvait plus autant forcer et compter sur ses membres inférieurs qu’avant. Il demeure tout de même que les disciplines les plus populaires en athlétisme sont celles de course. En effet, sur plus de 200 athlètes au Club d’Athlétisme Sherbrooke, ils ne sont qu’une poignée à pratiquer le lancer, que ce soit celui du disque, du poids ou encore du marteau. Et Ashley a été la seule représentante du club à se retrouver à ces championnats nationaux pour jeunes. L’athlète, dotée d’une bonne force physique naturelle, s’est donc tout de suite taillé une place. C’est ainsi qu’elle enchaîne depuis les entraînements à raison de deux fois par semaine au club d’athlétisme, en plus de se pratiquer à la maison sur le vaste terrain extérieur de la demeure familiale.

Il s’agit d’un soulagement pour la jeune femme qui avait, en quelque sorte, du mal à trouver sa place. Elle souffre de troubles d’apprentissage et l’école pour elle est un combat. C’était donc la première fois qu’elle avait un talent naturel dans un domaine. Et là-dessus, ses résultats ne mentent pas: 3e au Ian Hume Invitation (régional), 2e aux championnats de la Fédération québécoise d’athlétisme et 1re aux Matchs inter-régions de la même fédération. Sans oublier la quatrième place aux Championnats nationaux qui vient conclure cette saison déjà haute en couleur.

Pour pouvoir se présenter à cette dernière compétition, Ashley devait être inscrite à deux disciplines. Elle a donc commencé le lancer du poids, en ajout à celui du disque. Dans les deux cas, l’athlète doit faire une rotation partielle ou complète sur lui-même pour aider à la projection de l’objet. Ce n’est pas toujours facile pour les sportifs qui commencent, ceux-ci étant en pleine croissance et leur corps pouvant manquer d’équilibre par moments. Dans le cas d’Ashley, son sens de la proprioception ayant déjà été développé grâce au patinage artistique, celle-ci commençait avec une longueur d’avance. Elle confie même être l’une des seules à crier au moment du lancer, comme le font les athlètes professionnels que l’on peut voir aux Jeux olympiques. Elle dit que le réflexe lui est venu spontanément et qu’il est libérateur au moment du lancer.

Sa première saison étant déjà terminée, Ashley caresse déjà de nombreux projets pour l’avenir. Elle débutera la musculation à l’Université Bishop’s pendant la saison morte. Éventuellement, elle aimerait décrocher une bourse d’études dans une université pour pouvoir conjuguer athlétisme et études supérieures. Et ultimement, elle avoue même songer aux Olympiques de 2024.

Chauffage

5 éléments à considérer pour bien choisir son chauffage d’appoint

Foyer à l’éthanol, radiateur portatif électrique, poêle à bois;…vers quel type de chauffage d’appoint devriez-vous vous tourner ? Pour le savoir, considérez ces cinq éléments:

1. Vos besoins: souhaitez-vous créer de l’ambiance, vous réchauffer rapidement après une journée de plein air, chauffer efficacement tout le rez-de-chaussée ou simplement une petite chambre, réduire votre facture d’énergie…? Comptez-vous sur cet appareil pour vous dépanner en cas de panne d’électricité ?

2. L’espace disponible: il va sans dire qu’un foyer requiert plus d’espace qu’un radiateur électrique portatif. Songez également que, selon votre choix, il vous faudra entreposer du bois ou des sacs de granules, ou encore faire installer un réservoir de propane, par exemple.

3. La sécurité: avec un foyer au propane, notamment, le feu s’éteint dès que l’alimentation est coupée; vous n’avez donc pas à vous soucier des braises. Vous avez de jeunes enfants ? Mieux vaut éviter les radiateurs qui deviennent très chauds et ceux qui, semblables à des ventilateurs sur pied, pourraient basculer. Quel que soit l’appareil choisi, assurez-vous qu’il est homologué par un laboratoire reconnu et qu’il porte toutes les certifications requises, le cas échéant.

4. L’entretien: certains appareils, les foyers au bois, par exemple, exigent un entretien régulier. Êtes-vous prêt à assumer plus de tâches ménagères ?

5. Votre budget: pour calculer votre budget, vous devez tenir compte de plusieurs facteurs, dont le prix de l’appareil, les frais d’installation, l’économie d’énergie et les coûts d’utilisation. Par exemple, les chaufferettes électriques sont abordables, mais ne permettent généralement pas d’économiser l’énergie; l’installation d’une cheminée représente un investissement important, mais le bois coûte moins cher que le gaz naturel.

Rachel Garber

SERVICES FOR SENIORS

This Wednesday, September 20, a Service Canada representative will offer an information session for seniors at the Armoury Community Centre, 563 Main Street, Bury. This is the first Health Link event of the season, and begins with a lunch at 11:30 a.m., for which a $5 donation is requested to help cover costs. At 1 p.m., the representative will speak about programs and services for seniors.
Participants will hear about the Canadian retirement-income system, and how to access benefits of the public pension system, including the Old Age Security Program, Guaranteed Income Supplement, and Survivor’s Allowance. Information will also be offered about the Social Insurance Number, passports, and Compassionate Care Benefits.

To reserve your space for lunch, contact Kim Fessenden: 819-872-3771, ext. 2 or fessendenk@etsb.qc.ca.
Health Link presentations are a collaboration of five organizations: First is the Eaton Valley Community Learning Centre, stationed at the Pope Memorial Elementary School in Bury. Next is the CIUSSS de l’Estrie – CHUS’s Haut-Saint-François réseau local de services (local network of services, or RLS for short, the new little name for what used to be called the CLSC). Third is the Centre d’action bénévole du Haut-Saint-François (the CAB or volunteer action centre). Fourth is Townshippers’ Association. And fifth is the Community Health and Social Services Network, who initiated these presentations. They are funded by Health Canada through the Roadmap for Canada’s Official Languages 2013-2018: Education, Immigration, Communities.
Health Link sessions are scheduled on two other Wednesdays this fall. One is on October 18 (topic still a mystery) and another is on November 22, featuring a presentation by ethnobotanist and accredited herbalist Jessica Marais. She will speak about natural ways to stay healthy over the winter.

SAWYERVILLE HARVEST FESTIVAL

This Saturday, September 23, from 10:30 a.m. to 4 p.m., is the annual Sawyerville Harvest Festival at the Sawyerville Community Garden, 70 Randboro Road. Listen to Irish music with a trio: France Thibault, Laurent Hubert and a mystery musician. A star-studded array of local producers will be showing and telling about their specialties – Brian Creelman and his seeds, Danielle Nault and her lacto-fermented goodies, Richard O’Braham and his mushrooms, Chantal Parent and her herbs, and many others.
Pizza will be available from the outdoor bread oven, as will a variety of activities for children, workshops and kiosks, hand-pressed apple juice, and many other local products. Admission is free; a fee will be asked to partake of the lunch of vegetarian chili accompanied by other good fresh local food. Ask Chantal about it. She will tell you the Community Garden is an enchanted space, where little miracles happen all around you. Info: chantalbolduc99@bell.net or 819-889-3196.

GIGANTIC GARAGE SALE

Starting September 30 is the Gigantic Garage Sale at the Trinity United Church, 190 Principale St., Cookshire, offering household items, small furniture and lighting, dishes, jewellery, books, movie recordings, toys, linens, and much more. Have lunch at the canteen. The sale is on for three full days: Saturday, September 30, from 8 a.m. to 4 p.m.; Sunday, October 1st, from 11 a.m. to 4 p.m.; Saturday, October 7, from 8 a.m. to 4 p.m. It winds up with a Bag Sale on Sunday, October 8, from 11 a.m. to 2 p.m.: $5 will buy you a big bag full of items of your choice.

BULWER CARD PARTIES

On Thursdays September 28 and October 12, at 1:30 p.m. are the Bulwer Community Center’s 500 Card Parties. A fee of $6 each includes lunch and the distribution of prizes. The Center is at 254 Jordan Hill Road, Bulwer.

FADOQ SAWYERVILLE

Thursday September 21 at 1:30 p.m. is the start of the weekly dart season, and Tuesday September 19 at 9 to 11 a.m. is the beginning of pool, and at 1 to 4 p.m. are cards, sand bags and other games, all continuing weekly. Heads up for the annual craft show and sale on Saturday October 28. FADOQ Sawyerville’s activities for seniors are at the Community Centre, 6 Church Street, Sawyerville. Info: Judy Stanley, 819-875-3422.

SAWYERVILLE VILLAGE MARKET

September 23 and 30, from 10:30 a.m. to 12:30: Just two more Village Market days are left this fall at the Sawyerville Community Garden. The Community Garden is at 70 Randboro Road. Info: Chantal Bolduc at chantalbolduc99@bell.net or 819-889-3196.

VIACTIVE EXERCISE GROUPS

Four bilingual Viactive exercise groups for people age 50-plus meet every Wednesday. They are volunteer-led and are free of charge.
In Bury, Doris Eryou welcomes you at 10 a.m. at the Armoury Community Centre, 563 Main St., Bury. Info: 819-238-8541.
In Cookshire, Serena Wintle and Lyne Maisonneuve lead the group from 10 to 11 a.m. at the Manoir de l’Eau vive, 210 Principale East. Info: 819-875-5210.
In Newport, Ruth Shipman and Christiane Côté facilitate the Viactive group at the Municipal Hall, 1452 Route 212, Island Brook, from 1:30 to 2:30 p.m. Info: 819-889-1340 or 819-560-8565.
And in Sawyerville, starting September 27, Denise Nault and Gérard Nault invite you to the Sawyerville Community Centre, 6 Church Street, at 10 to 11 a.m. Info: 819-889-2630.

CHURCHES

Anglican. Sunday services are in Bury at 9:30 a.m. and in Cookshire at 11 a.m. Info: 819-887-6802.
United. Sunday worship services are in Cookshire at 9:30 a.m. and in Sawyerville at 11 a.m. Info: 819-889-2838 (listen to message).
Baptist. In Sawyerville, the Sunday worship service is at 9 a.m. in French, and 11 a.m. in English. Sunday school is at 10 a.m. in English and French. Info: 819-239-8818.
Messy Church. On Monday, September 25, at 5:30 p.m. is Messy Church, a monthly joint United and Anglican intergenerational event. Free of charge, but donations are welcome. Stories, crafts, worship and supper at the St. Paul Anglican Church, 550 Main St., Bury. It’s family friendly, and all are welcome. Info: Rev. Tami Spires (United Church Minister): 819-452-3685 or spiresta@hotmail.com.
Do you have news to share? Call 819-300-2374 or email ra.writes@gmail.com by September 25 for publication October 4, and by October 9 for October 18.

Memphis

Plongez dans l’excentricité des années 80 grâce au style Memphis !

Votre décor un peu morose aurait grandement besoin de changement ? Si vous aimez le côté extravagant des années 80, le style Memphis vous plaira certainement ! Lisez ce qui suit pour découvrir les secrets de cette tendance déco excentrique qui effectue un retour remarqué.

Qu’est-ce que le style Memphis ?

Créé en 1980 par l’illustre designer italien Ettore Sottsass et son Groupe Memphis qui rassemblait à l’époque une dizaine de créateurs visionnaires, ce style propose une décoration intérieure très pimpante. Caractérisée par des meubles, des objets et des accessoires ultras colorés et parfois kitsch, cette tendance repousse les limites de la créativité pour produire un effet des plus éclectiques.

Voici quelques pistes pour vous aider à transformer votre intérieur en un espace ludique et audacieux où la vitalité du style Memphis est mise à l’honneur:
• Choisissez des couleurs vives qui donneront beaucoup de personnalité à votre demeure. Osez le jaune canari, le bleu électrique, le rose bonbon, le rouge écarlate, le vert lime, etc. pour vos coussins, vos tables, vos tapis, vos lampes, vos accessoires;
• Multipliez les rayures, les pois, les dessins abstraits et les zigzags. Optez pour des accessoires, des meubles et même du papier peint où les motifs et les imprimés sont omniprésents;
• Incorporez une variété de formes géométriques: carrés, rectangles, cercles, polygones, triangles, etc. En plus d’être des éléments clés de la tendance Memphis, ces figures apportent structure et rythme à votre intérieur;
• Diversifiez les textures et les matériaux pour mettre de l’avant le caractère hétéroclite et fantaisiste du style Memphis. Plastique, bois, marbre, métal, laminés décoratifs, etc. donneront également de la dimension et de la profondeur à votre décor.

Lièges

Découvrez 7 qualités du plancher de liège !

Utilisé comme revêtement de sol dans la chambre à coucher, le salon, la salle à manger, le sous-sol et même la cuisine, le plancher de liège gagne en popularité grâce à ses nombreuses propriétés avantageuses. Voici sept caractéristiques du liège qui vous feront assurément considérer le choix de ce matériau unique en son genre !

1. Durable
Le liège est reconnu pour sa durabilité: il ne s’abîme pas facilement et sa structure poreuse lui procure une excellente résistance aux chocs. En outre, le liège est ignifuge, imperméable, hypoallergénique, antibactérien, antifongique et antistatique, un bon départ, n’est-ce pas ?

2. Confortable
L’élasticité et la souplesse naturelle du liège en font un revêtement de sol moelleux et agréable au toucher. Sa surface coussinée est également moins dure pour les pieds et les articulations, ce qui le rend idéal pour la cuisine ou la salle de jeux, notamment.

3. Isolant phonique
De par sa nature isolante, le liège contribue à atténuer significativement les bruits et les vibrations. Ses propriétés d’insonorisation sont d’ailleurs très appréciées des propriétaires de condominiums.

4. Isolant thermique
Le liège a la particularité de conserver une température constante en été comme en hiver. Il n’absorbe donc pas la chaleur pendant les mois estivaux et ne devient jamais aussi froid que le carrelage ou le bois pendant la saison froide.

5. Facile d’entretien
S’il est couvert d’un vernis adéquat, le plancher de liège ne requiert que très peu d’entretien. Pour conserver sa splendeur le plus longtemps possible, il suffit de passer régulièrement l’aspirateur et de le nettoyer à l’aide d’une vadrouille légèrement humide.

6. Écologique
Le liège est récolté de façon écoresponsable et provient d’une source renouvelable. En effet, il est obtenu à partir de l’écorce du chêne-liège, un arbre qui se régénère au fil des années l’abattage n’est donc pas nécessaire.

7. Polyvalent
Offert en une variété de teintes et de motifs, sous forme de tuiles ou de planches flottantes, le revêtement de sol en liège s’harmonise à la perfection avec la majorité des styles de décoration populaires (moderne, champêtre, scandinave, naturel, classique, etc.).

Tabourets

4 éléments à considérer lors de l’achat de tabourets

Vous souhaitez vous procurer des tabourets pour votre îlot ou votre péninsule de cuisine ? Avec la multitude de modèles offerts sur le marché, il peut parfois être difficile de faire un choix éclairé. Si vous voulez être en mesure de trouver les meubles qui conviendront le mieux à vos besoins, prenez en considération ces quatre éléments essentiels !

1. La hauteur
Afin d’éviter de devoir retourner vos tabourets au magasin parce qu’ils sont trop hauts ou trop bas, assurez-vous d’avoir entre les mains les mesures exactes de votre comptoir ou de votre table (hauteur, largeur et profondeur). En connaissant les dimensions et la configuration de votre espace, vous serez à même de sélectionner des tabourets de la hauteur idéale, comptez environ 25 cm (10 po) entre la surface et l’assise.

2. Le siège
Vous préférez les tabourets avec ou sans dossier ? Lors de votre sélection, tenez compte de leur utilisation. Si vous avez de jeunes enfants et que vous prévoyez utiliser vos tabourets tous les jours, des assises avec dossier seront plus confortables. Les sièges sans dossier peuvent quant à eux se glisser facilement sous le comptoir ou sous la table et sont donc moins encombrants, un atout si votre espace est plutôt restreint.

3. La base
Les principaux modèles de tabourets se divisent en deux catégories: à quatre pattes ou avec un pied central unique. La première option est très populaire, car elle offre une excellente stabilité. Pour ce qui est des tabourets avec un pied unique, ils sont généralement réglables en hauteur et s’avèrent donc pratiques tout en étant des plus esthétiques.

4. Le style
Optez pour des tabourets qui s’harmonisent avec votre style de décoration. Ainsi, si votre intérieur est chaleureux et rustique, choisissez le bois ou les matières naturelles. Si votre demeure est moderne, osez le plastique coloré opaque ou transparent ! Finalement, préférez l’acier brossé ou les fibres synthétiques pour un look industriel, ou encore essayez le similicuir ou le tissu matelassé pour un effet sophistiqué et contemporain.

Armoires

Rafraîchissez vos armoires de mélamine en 5 étapes faciles !

Vous en avez plus qu’assez de vos armoires de mélamine qui ne sont plus (du tout !) au goût du jour ? Si vous souhaitez rehausser leur apparence en leur donnant une nouvelle couleur, assurez-vous de suivre religieusement ces cinq étapes simples.

1. Nettoyez
À l’aide d’une éponge imbibée d’eau savonneuse, lavez de fond en comble les surfaces de mélamine pour éliminer la saleté accumulée. Vous pouvez également utiliser un nettoyant dégraisseur tout usage pour déloger les taches huileuses les plus tenaces.

2. Poncez
Avec un papier abrasif à grain fin ou une ponceuse électrique, si vous en possédez une, sablez légèrement vos armoires afin d’obtenir une surface bien lisse. Passez-y par la suite un linge humide pour enlever la poussière.

3. Apprêtez
Appliquez uniformément une couche d’apprêt en vous assurant de couvrir l’intérieur ainsi que l’extérieur de vos armoires. Cette étape est essentielle pour que la peinture de finition adhère parfaitement à la surface. Pour obtenir un résultat optimal, laissez sécher l’apprêt pendant 24 heures ou selon les recommandations du fabricant.

4. Peinturez
Optez pour une peinture spécialement conçue pour la mélamine et, avec la couleur de votre choix, appliquez au moins deux généreuses couches au rouleau ou au pinceau. Assurez-vous de laisser la peinture sécher complètement entre chaque application.

5. Vernissez
Pour que la finition de vos armoires dure longtemps et pour ainsi éviter que la peinture ne s’écaille prématurément, choisissez un vernis de qualité. Selon vos préférences, sélectionnez un fini mat, semi-lustré ou lustré et vernissez les surfaces en appliquant plusieurs couches pour mieux les protéger.

Et voilà le travail !

actualite

Comment choisir sa chaufferette électrique ?

Vous songez à vous procurer un radiateur électrique portatif pour augmenter votre confort ? Voici un tour d’horizon des divers modèles offerts sur le marché.

1. À convection naturelle
Ce type de chaufferette réchauffe l’air frais à l’aide d’un élément; l’air chaud monte ensuite dans la pièce. Comme il ne comporte pas de ventilateur, cet appareil est silencieux, mais il distribue la chaleur lentement. Il convient si vous voulez conserver une température stable dans une pièce fermée pendant plusieurs heures.

2. À air pulsé
Le radiateur électrique à air pulsé (ou à convection forcée) distribue la chaleur grâce à un ventilateur. Il permet donc de réchauffer rapidement une petite pièce et d’orienter la chaleur dans une certaine direction. Il a toutefois pour inconvénients de déplacer la poussière et d’être bruyant.

3. À chauffage radiant
Le chauffage par rayonnement est parfait pour réchauffer très rapidement une personne. Or, il ne chauffe pas l’air. Ainsi, la sensation de chaleur ne persiste pas après l’arrêt du radiateur. À noter: ce type d’appareil est déconseillé avec des enfants, car son élément devient très chaud.

4. Combinée
La chaufferette combinée est plus volumineuse. Dans le modèle à bain d’huile, une huile minérale est chauffée, puis la chaleur est diffusée par convection; celle-ci continue à se répandre après l’arrêt de l’appareil, ce dernier procure donc une chaleur stable et durable. Dans le modèle à panneau rayonnant, qui chauffe plus rapidement, une plaque de mica emmagasinant la chaleur remplace l’huile.
Enfin, sachez que, pour une même puissance, tous les modèles produisent la même chaleur. C’est le mode de distribution de celle-ci et, par conséquent, la perception que vous en avez, qui varient. Le meilleur choix dépend donc de vos besoins.

actualite

Tombez sous le charme des armoires en thermoplastique !

Vous rénovez votre cuisine ? Si vous cherchez un revêtement durable et esthétique pour vos armoires, le thermoplastique est assurément une excellente option à considérer. Lisez la suite pour en apprendre davantage sur ce matériau synthétique des plus intéressants !

Fabriquées à partir de panneaux aux fi­bres de densité moyenne (MDF) recouverts d’une pellicule fixée à chaud, les armoires en thermoplastique se distinguent par leur finition ultra lisse, sans joints apparents. Leurs nombreuses qualités en font d’ailleurs un choix de plus en plus populaire chez les propriétaires désirant aménager une cuisine moderne ou contemporaine. En voici quelques-unes:

• Tolérantes à l’humidité;
• Offertes en plusieurs finis (texturé, lustré ou satiné) et dans une grande variété de couleurs;
• Faciles d’entretien;
• Très abordables;
•Résistantes aux égratignures.

Granule

Foyer au bois: bûches ou granules ?

Vous souhaitez chauffer au bois, mais vous hésitez entre les bûches traditionnelles et les granules de bois ? Voici quelques pistes de réflexion qui vous aideront à faire le bon choix !

Foyer au bois

Le principal avantage du foyer au bois, c’est qu’il permet de profiter du doux son du crépitement du feu et de sentir son odeur incomparable. Autrement dit, en matière d’ambiance, il est assurément imbattable. Par contre, entreposer le bois nécessite un espace et une énergie ! considérable. De plus, l’entretien et le nettoyage (vider les cendres, ramoner la cheminée, etc.) sont aussi plutôt exigeants. Par ailleurs, si vous ne possédez pas de cheminée, l’installation s’avère assez onéreuse.

Foyer aux granules

Plus propres et moins polluants que le bois, les granules permettent une combustion continue et une chaleur constante, laquelle se gère plus facilement qu’avec un foyer au bois. Les granules secs, qu’il suffit de verser dans le réservoir pour que l’appareil s’alimente de façon autonome, font que ce type de foyer est des plus efficaces. En revanche, il est plus dispendieux que le foyer au bois. Il requiert également l’installation d’un système de tuyauterie et nécessite lui aussi un nettoyage et un entretien réguliers. De plus, il est inutilisable en cas de panne de courant, car les systèmes de circulation de l’air, d’évacuation des gaz et d’alimentation de l’âtre fonctionnent à l’électricité.

Quel que soit votre choix, optez idéalement pour un appareil certifié par l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA). Vous aurez ainsi l’assurance que votre foyer a été conçu de façon à réduire au possible les émissions de particules polluantes.

actualite

3 avantages des armoires sans poignées apparentes

De plus en plus de consommateurs se tournent vers les armoires de cuisine dont le mécanisme d’ouverture est pour ainsi dire invisible. Les manufacturiers proposent différents types de systèmes discrets:

• Fines barres d’aluminium horizontales ou verticales;
• Renfoncements ou gorges dissimulés dans la tranche de la porte;
• Ouverture à pression sur n’importe quelle partie de la surface;
• Dispositif électrique automatique.
Voici trois avantages d’opter pour des armoires sans poignées:

1. Allure épurée s’adaptant à plusieurs styles en vogue (contemporain, moderne, industriel, etc.);
2. Réduction du temps d’entretien (adieu, pénible nettoyage des innombrables poignées !);
3. Diminution des risques de blessures (par exemple, se cogner le front sur une poignée, c’est terminé !).

Visitez les distributeurs et les fabricants d’armoires de cuisine de votre région pour admirer et tester leurs plus beaux modèles «sans poignées» !

ELECTROMENAGERS

Les électroménagers en acier inoxydable noir ont la cote !

Les électroménagers conçus avec de l’acier inoxydable recouvert d’une teinte foncée et enduit d’un revêtement protecteur allient élégance et caractère. Vous aimeriez rehausser considérablement l’allure de votre cuisine en lui donnant un cachet luxueux indéniable ? Lisez la suite pour en apprendre davantage sur cette tendance des plus raffinées !

Avec leur finition lisse et satinée, les électroménagers en acier inoxydable noir s’harmonisent à divers matériaux et apportent une touche urbaine à n’importe quel décor. Ils s’agencent notamment à la perfection avec les cuisines de styles moderne, industriel et contemporain.

Certains appareils en inox noir résistent également aux taches et ne laissent pas paraître les disgracieuses empreintes de doigts (alléluia !). Ils sont d’ailleurs très faciles à nettoyer: il suffit de passer un chiffon sec ou humide sur leur surface pour qu’ils retrouvent en un rien de temps leur magnifique apparence lustrée !

Matériaux

Zoom sur 5 matériaux de construction du futur

L’industrie de la construction utilise abondamment des matériaux classiques tels que le béton, le bois, la brique et le plâtre. Ceci dit, les chercheurs ne cessent de travailler sur la création de solutions plus performantes, et plus respectueuses de l’environnement ! pour bâtir les maisons et les édifices de demain. Voici 5 types de matériaux écologiques innovateurs au potentiel énorme:

1. Des briques robustes et légères composées d’un mélange de ciment et de papier recyclé;
2. Des revêtements qui régulent leur température grâce à des paraffines qui se liquéfient ou se solidifient en fonction de la chaleur ambiante;
3. Des briques isolantes biodégradables formées de champignons microscopiques inoffensifs;
4. Des isolants thermiques et acoustiques transparents conçus à partir de grains de silice non toxiques (amorphes);
5. Des panneaux de plâtre et de bois qui absorbent plus de 75 % des composés organiques volatils (COV).

Décidément, on n’arrête pas le progrès !

Peinture ardoise

Peinture ardoise: 3 pièces de la maison où l’utiliser de belle façon !

La peinture ardoise, ou «à tableau noir», permet de relooker facilement une pièce et de lui donner de la personnalité sans avoir à dépenser une fortune. Voici trois pièces de la maison où vous pouvez laisser votre créativité s’exprimer avec ce produit des plus polyvalents !

1. La cuisine
La peinture ardoise trouve sa place sur un mur, sur le réfrigérateur ou encore sur le garde-manger. Écrivez-y le menu du jour, la liste d’épicerie, des petits mots doux ou la citation inspirante du moment !

2. Le bureau
Vous êtes travailleur autonome ou étudiant ? La peinture à tableau noir peut vous aider à organiser votre coin bureau. Créez un calendrier géant, écrivez vos rendez-vous ou faites une liste des tâches à effectuer pendant la journée, par exemple.

3. La salle de jeux
La peinture ardoise est idéale si vous souhaitez décorer la salle de jeux de façon ludique et originale. Peinturez un mur au complet ou tracez une grande forme (nuage, animal, château, etc.) et laissez petits et grands y dessiner à volonté !

 

 

ADODADO

ADODADO offre des cours de cirque cet automne

L’Académie de cirque ADODADO offre cet automne (30 septembre au 9 décembre) une série de cours de cirque et de gymnastique pour les enfants de 3 ans et plus. Les jeunes participants pourront ainsi expérimenter diverses disciplines comme le gros-trampo et le mini-trampo, la barre russe, la jonglerie, l’acrobatie en plus des disciplines aériennes suivantes: trapèze, tissu, cerceau, corde et sangle. Pour plus d’informations sur les cours, rejoindre Nathalie Poulin au 819 572-0814 ou au cirqueadodado@gmail.com. L’organisme a aussi sa page Facebook, Académie de cirque ADODADO. Rappelons que l’académie de cirque ADODADO est un organisme à but non lucratif qui a pour objectif de créer de l’emploi pour les jeunes moniteurs de cirque de la région de la MRC des Appalaches et de la MRC du Haut-Saint-François, en plus de faire découvrir les arts du cirque aux enfants de la région.

Scotstown

La mairesse de Scotstown en lice pour un prix Elsie-Gibbons de la FQM

L’actuelle mairesse de Scotstown, Chantal Ouellet, quitte après 23 ans la vie politique avec un bel honneur. Celle-ci fait partie des trois finalistes au prix Elsie-Gibbons de la Fédération québécoise des municipalités (FQM).

La candidature de Mme Ouellet a été soumise par la MRC du Haut-Saint-François. « Quand on regarde tout le cheminement qu’elle a fait pour sa municipalité, elle a été capable de donner une vision à Scotstown et son implication à divers C.A. d’organismes et la MRC. On trouvait que c’était la dame appropriée à proposer », d’expliquer Robert Roy, préfet de la MRC.

« Oui, je suis surprise et flattée. C’est gratifiant de se faire nommer pour un prix de si grande importance », de commenter Mme Ouellet.

Le prix Elsie-Gibbons est remis à une élue municipale dont l’engagement a favorisé un maintien ou des avancées pour la place des femmes au sein de la société québécoise et de la sphère politique municipale. Cette distinction, qui sera décernée pour la première fois cette année, a été nommée en l’honneur de Mme Elsie Gibbons, première mairesse de l’histoire du Québec, dans la municipalité de Portage-du-Fort. Les autres finalistes de cette première remise sont Danie Deschênes, mairesse de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, et Chantale Lavoie, préfet de la MRC de La Matapédia.

Chantal Ouellet a annoncé qu’elle prendra sa retraite à la fin de son présent mandat. La personne qui lui succédera sera connue suite aux élections municipales du 5 novembre prochain.

©2017 Journal Le Haut-Saint-François