Actualités

Sylvie Michon lauréate du prix Yanthe-Tribble

Sylvie Michon, infirmière au Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) à Weedon s’est mérité le prix Yanthe-Tribble. Cette distinction, remise par l’Ordre régional des infirmières et infirmiers de l’Estrie (l’ORIIE), est attribuée à une infirmière ou à un infirmier de l’Estrie qui se distingue par son professionnalisme et sa sollicitude envers la clientèle.

Membres du personnel, de la famille, de représentantes de la direction du CIUSSS de l’Estrie – CHUS ainsi que la présidente de l’Ordre régional des infirmières et infirmiers de l’Estrie sans oublier les résidants participaient à une petite fête pour souligner l’implication et l’excellent travail de Mme Michon depuis 33 ans.

Pour Mme Michon, qui ignorait l’existence de ce prix jusqu’à quelques jours, « ce prix est un grand prix pour des petits gestes au quotidien. » L’inscription de la récipiendaire s’est faite à son insu. « S’il y a un prix que j’aurais aimé gagner, c’est bien celui-là pour son côté humain. Je n’ai pas fait de grandes découvertes. J’ai pas fait des choses extraordinaires. C’est comme si pour la première fois, on reconnaissait les petits gestes. C’est là-dedans que je trouve ça beau. C’est touchant. Ça donne envie de poser les bons gestes avec une clientèle vulnérable. »
Pour la titulaire du prix, le côté humain est au centre de ses préoccupations. « Il y a du beau et du bon dans les CHSLD. Quand les gens entrent ici, c’est parce qu’il n’y a plus de place dans le réseau. On est leur maison de dernier recours. » Au-delà de leur perte d’autonomie et de leur maladie « ce sont des gens qui ont besoin de toute notre attention et notre amour. On est un milieu de fin de vie institutionnalisé. Le prix vient reconnaître la valeur des petits gestes », d’exprimer avec émotion Mme Michon.

D’ailleurs, c’est avec humilité qu’elle accepte la distinction en mentionnant « je suis qu’un maillon dans la chaîne, je veux que vous en receviez une part », lance-t-elle à ses collègues réunis lors de la remise officielle au CHSLD à Weedon.

Visiblement émue, Mme Michon mentionne « être avec vous, les personnes souffrantes, malades, collègues avec qui je partage les mêmes valeurs représente beaucoup. Il y a du beau et du bon dans les CHSLD. Ici, c’est comme une famille. »

Le choix de la récipiendaire du prix Yanthe-Tribble est fait par un comité qui tient compte de plusieurs critères comme l’efficacité, la générosité, le professionnalisme, l’implication dans le milieu, le partage de connaissances, l’empathie, la collaboration et autres, d’expliquer la présidente de l’ORIIE, Maryse Grégoire.

Mme Michon, qui est maintenant infirmière assistante du supérieur immédiat au CHSLD à Weedon, obtient toute la reconnaissance de ses collègues et membres de l’équipe interdisciplinaire. Ces derniers disent de la récipiendaire qu’elle est avant tout une infirmière engagée envers sa profession, une leader positive, une source de savoir pour ses pairs, mais avant tout, une personne humainement remarquable. On ajoute que les résidents sont au cœur de ses préoccupations. Mme Michon accorde une grande importance à la diminution des mesures de contentions ainsi qu’au suivi interdisciplinaire des interventions choisies afin de promouvoir la dignité des patients. L’infirmière intègre la famille dans la vie en CHSLD. Elle accorde beaucoup de valeur à ce que celle-ci participe aux soins de son parent. Elle partage même ses connaissances avec les familles. L’équipe de Mme Michon mentionne qu’elle est une personne avec qui il est facile de discuter, ouverte aux commentaires et aux possibilités d’améliorer du travail. La formation continue est une valeur professionnelle importante pour elle. En plus d’être une personne de référence pour son milieu, la récipiendaire constitue un pilier pour ses pairs et la relève.

Mme Michon n’est pas appréciée seulement de ses collègues, mais également des résidents puisqu’une d’entre eux était fière d’annoncer au terme de la rencontre que des bénéficiaires avaient préparé des petits biscuits en son honneur.

PartagezShare on FacebookTweet about this on TwitterPrint this pageEmail this to someone
Article précédentArticle suivant
©2017 Journal Le Haut-Saint-François