Actualités

L’agriculture 4.0 arrive en région

Mme Marie-Claude Bibeau, députée de Compton-Stanstead et ministre du Développement international et de la Francophonie, fut récemment l’instigatrice d’une série de conférences à propos des technologies basées sur l’intelligence artificielle en agriculture. Le symposium d’une demi-journée avait lieu au Centre de recherche et de développement d’Agriculture et Agroalimentaire Canada de Sherbrooke, en collaboration avec le Conseil national de recherches Canada.

Plusieurs élus de la région ainsi que des représentants des ministères de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) et de l’Économie, de la Science et de l’Innovation (MÉSI) participaient à la rencontre. Au total, 80 personnes ont assisté à l’événement, parmi lesquelles on retrouvait également entrepreneurs, chercheurs, étudiants et citoyens intéressés par les nouveaux outils de gestion des productions agricoles. En après-midi, huit conférenciers ont présenté les nouvelles technologies qui révolutionneront, à court terme, le monde agricole de même que des opportunités d’affaires innovantes dans l’industrie bioalimentaire. Le tracteur autonome, l’élevage de précision, l’Internet des objets en milieu rural, l’agriculture verticale et la géomatique au service de l’industrie rurale sont des exemples des sujets abordés. Ces outils numériques permettent, entre autres, d’anticiper et d’augmenter les rendements, de réduire les coûts de production, et ce, tout en protégeant l’environnement.

Le gouvernement du Canada s’est engagé à appuyer le secteur agricole qui regroupe, dans le Haut-Saint-François, plusieurs entreprises familiales. « Les propriétaires de fermes familiales de notre région sont des entrepreneurs innovants et à l’affût des nouvelles technologies intelligentes. Ces dernières annoncent une véritable révolution dans le monde agricole et nous devons nous mobiliser pour en tirer le maximum d’avantages », souligne Mme Marie-Claude Bibeau.

Simon Gosselin est conseiller pour le Programme d’aide à la recherche industrielle du CNRC et a présenté la conférence L’industrie rurale de demain. « Le but est d’accroitre l’innovation en région. Dans un premier temps, ça passe par la connectivité de la région. Là-dessus, l’Estrie peut devenir une plaque tournante. Si on n’est pas connectés, on ne peut pas accroitre les rendements. Au niveau mondial, le Canada est au 15e-20e rang en termes de connectivité. L’un des défis est la grandeur du pays et la faible densité de population. N’empêche que pour bâtir l’économie de demain, il faut créer des modèles d’affaires différents. C’est là qu’on pourra entamer le deuxième volet, qui est l’innovation entrepreneuriale. »
L’activité de formation et de réseautage visait à assurer la croissance de l’économie et de la classe moyenne en renforçant le secteur de l’agriculture, de l’agroalimentaire et des produits agro-industriels.

Article précédentArticle suivant
©2020 Journal Le Haut-Saint-François