For Language Equality

The Quebec minister responsible for relations with English-speaking Quebecers, Kathleen Weil, recently stopped by in Bury to take the pulse of the population. About 50 members of the English-speaking community were present and were able to talk in person with the MNA of Notre-Dame-de-Grâce (NDG). General access to bilingual services was one of the issues raised more than once during the discussion.

The event was part of a provincial tour aiming to understand the diverse realities and concerns of the community in view of a public consultation to take place in the coming months. During the visit to Bury, the minister made stops at the St. Paul’s Rest Home, the Eaton Valley Community Learning Centre and the Armoury Community Centre.

According to Townshippers’ Association, the Haut-Saint-François has a community of about 2500 persons whose first language is English. This number represents 11% of the population, the second-highest percentage in the Eastern Townships, after the Memphremagog MRC.
About a month after she became minister in October 2017, Kathleen Weil announced the creation of a Secretariat for relations with English-speaking Quebecers. «The Secretariat is like a mini-ministry,» explained Weil.

«The idea is to support the vitality of the communities all over Quebec,» she continued. «We want to government services, in health and in other sectors, to be able to respond to their needs in English, because they have the right to receive information and services in English. But also to ensure that young people can stay here and find their place.»

On that point, the minister cited the statistic that two out of three bilingual university graduates leave Quebec to go work elsewhere in Canada. «We understand these young people who have opportunities elsewhere. But if they had the choice, we would rather they stay here, because we’re losing out. At present, we’re recruiting people from around the world, but we’re losing our own citizens.» Kathleen Weil offered several examples of concerns that some educated English speakers can have before deciding to leave: «Is my French good enough? Is my French suitable for the job that I am looking for?» She confirmed that the Secretariat is thinking about ways to offer linguistic support to help such persons stay. «When young people leave, they don’t come back, so it’s a loss to our population. This is becoming an issue of survival for the economy in rural regions, where there is a striking shortage in the workforce.»

The mayor of Bury, Walter Dougherty, spoke during the meeting and offered a personal account of how, some years ago, he tried out for a job in the Ministry of Transport. «The job offer mentioned a bilingual position. When I arrived to take the test, they said that if I failed the first part in French, they would stop evaluating it. I asked them to wait to look at the English part, and then to average the two parts, since bilingualism was a requirement. But they refused.» Dougherty said that the topic of the predominence of French was one that he felt passionate about.

2 bricolages de Pâques amusants à faire avec vos enfants !

Besoin d’inspiration pour occuper vos petits cocos à l’approche de Pâques ? S’ils aiment bricoler, essayez vite avec eux ces deux projets simples et rigolos !

1. Œufs colorés
Qui dit Pâques dit aussi œufs à décorer ! Pour ce bricolage facile, il vous faut :
• Des œufs préalablement vidés, lavés et séchés;
• De la peinture non toxique de différentes couleurs;
• Des pinceaux;
• Des autocollants thématiques (au choix);
• Des crayons-feutres.

Commencez par placer des feuilles de papier journal ou une vieille nappe en plastique sur la surface de bricolage pour limiter autant que possible les dégâts. Par la suite, laissez vos enfants peindre leurs œufs de Pâques comme bon leur semble. Selon leur inspiration, ils peuvent également utiliser des autocollants thématiques de Pâques ou des crayons-feutres pour créer des motifs variés. Après l’atelier brico, laissez sécher les chefs-d’œuvre de vos chéris pendant quelques heures, et le tour est joué !

2. Lapins coquins
Vos enfants adoreront à coup sûr ce bricolage original. Pour confectionner ces mignons lapins, vous avez besoin :
• De gobelets en carton blanc;
• De papier de bricolage blanc et rose;
• D’une paire de ciseaux;
• D’un bâtonnet de colle;
• D’un crayon à mine;
• D’un marqueur noir.

Laissez vos enfants tracer au crayon à mine deux ovales assez grands (pour les oreilles), deux ronds (pour les yeux) et six rectangles minces (pour les moustaches) sur le papier de bricolage blanc. Ensuite, sur le papier de bricolage rose, demandez-leur de dessiner deux ovales un peu plus petits que les blancs (pour l’intérieur des oreilles) et un triangle aux coins arrondis (pour le museau).

Découpez toutes les formes ou laissez vos enfants le faire s’ils ont une bonne motricité fine. Pour l’assemblage, il suffit de coller les éléments sur le gobelet en carton de façon à créer un charmant lapin. Pour la touche finale, laissez vos enfants dessiner les yeux et la bouche de leur sympathique animal en utilisant un marqueur noir.

Conseils futés pour brunch de Pâques bien organisé !

Vous recevez votre famille ou vos amis pour le traditionnel brunch de Pâques ? Voici quelques conseils pratiques pour que votre réception soit une véritable réussite !

Formule
D’entrée de jeu, déterminez quelle formule de repas vous souhaitez adopter. Voulez-vous que le dîner soit du style «buffet», c’est-à-dire que vous installez plusieurs stations de nourriture et que vos invités se servent eux-mêmes ? Ou préférez-vous plutôt un brunch plus classique, où les hôtes sont tous conviés à table pour la durée du repas ? À vous de décider !

Menu
Après avoir choisi votre formule gagnante, planifiez votre menu pascal. Viennoiseries en tous genres, jambon à l’érable, œufs farcis ainsi que plateaux de fruits et de fromages sont assurément des incontournables pour un brunch des plus délicieux. Psitt ! En élaborant votre menu, pensez notamment à sélectionner des recettes qui ne vous «piégeront» pas dans la cuisine pendant que vos convives s’amuseront au salon, par exemple. Pour vous faciliter la tâche lors de votre réception, cuisinez autant que possible vos plats à l’avance ou choisissez des options qui ne nécessitent pas de longs temps de préparation.

Décor
Finalement, rien ne vaut une décoration thématique pour créer une ambiance de fête ! Égayez votre demeure avec de jolies fleurs, suspendez des guirlandes aux couleurs pastel et agrémentez votre table de serviettes colorées et de confettis en forme de lapin ou d’œuf de Pâques; pourquoi pas ? Vos invités seront vite conquis par votre belle déco qui respire le printemps !

Les Constructions Morin s’imposent

Depuis deux ans, Les Constructions Morin montrent leur savoir-faire à Ascot Corner. Deux immeubles à revenus situés sur la rue Desruisseaux et bientôt un troisième offrent des logements haut de gamme. Pierre-Luc Morin, copropriétaire, avec son père Luc Morin, sont fiers des bâtiments érigés dans un concept de développement durable. Toiture en tôle, fenêtres triple vitre, comptoir de granit, panneaux de douche en quartz et plusieurs autres aspects font de ces résidences un endroit unique et chaleureux. Situés à proximité de la rivière Saint-François, les logements offrent une tranquillité et un coup d’œil à couper le souffle. L’entreprise, qui y a effectué le raccordement du service d’aqueduc et égout, offre également le service d’excavation, de construction et rénovation résidentielles.

Rachel Garber

SINGING

We’ve heard a new heartbeat in downtown Cookshire in recent years, with the Cultural Centre, beautifying flower baskets or wreaths, concerts and more. And now, here is an opportunity to join a community choir or chorus, and sing your heart out.

«Music is like the universal language, really,» said Celine Blais. She’s the president of the Coeur Villageois (Heart of the Village), the group of volunteers that is organizing the chorus. «The chorus is another way to bring people together.»

That means all kinds of people are welcome for this new experience: All ages, both men and women, both English- and French-speaking, residents of anywhere in the Haut-Saint-François. «Different types of voices are needed,» said Blais.

The choir director is to be Anne-Claire Hyvert, a singer and music teacher from Bishopton. The repertoire will include a variety of music, said Blais. For example, music of Neil Young, Leonard Cohen, Gordon Lightfoot, Daniel Lavoie, Zacharie Richard, and more. But that will depend, in part, on the size and wishes of the choir members. «The aim is to have fun, really.»

The 12 practice sessions are planned for Wednesdays, April 4 to June 20, from 6:30 to 8 p.m., at La Maison de la Culture John Henry Pope, 25 Principale West. But wait. Before showing up, it is important to contact the chorus director Anne-Claire at 819-884-1258 or bishopnote@gmail.com. Knowing a bit about the potential participants will help inform her planning.

Yes, there is a fee: $7 per person, but if two participants come from the same family, the fee for the second person is only $3. The fee is to recompense the director and to help pay for the right to use various composers’ music. The Cultural Centre is making the practice space available at no cost.

March 21: TAX CLINIC
Quick! The annual income tax clinics of the Centre d’Action Bénévole du Haut-Saint-François (CAB, or Volunteer Action Centre) are upon us. The volunteer-staffed clinics offer services free of charge for persons with limited incomes. The last two Wednesdays of the bilingual clinic in Sawyerville are on March 21 at 1 to 4 p.m., and 6 to 8 p.m., and March 28 from 1 to 4 p.m.
Eligibility criteria for the service: (1) Single person having up to $25,000 of income, plus up to $2,000 for each dependent. (2) A couple with income of up to $30,000 plus up to $2,000 for each dependent. (3) $1,000 or less in interest revenues. (4) Persons with rental income or self-employment earnings are not eligible.
How does it work? Trained volunteers fill out your returns, respecting your confidentiality. Bring all your papers to the clinic, and collect them a week later. Bring along your 2016 notices of assessment, if possible. Tenants, bring your RL-31 form, and property owners, your property tax statement.
Services in English are offered at the Sawyerville Community Centre, 6 Church Street. Info: 819-560-8540, option 9 for English, or coordo@cabhsf.org.

March 21: ABOUT BULLYING
This Wednesday, March 21, is a workshop on facing bullying or elder abuse, and recognizing the signs of bullying when you see it happening to yourself or someone else. Facilitating the workshop is Marie-Philippe Dubuc from DIRA-Estrie, a regional community organization that works to prevent and counter elder abuse and mistreatment of individuals age 55 and older, and their families.
The workshop begins at 1 p.m., following a Health Links lunch. Advance registration is needed for the lunch, but you can just drop in out of the blue for the workshop. All are welcome. The event is at the Armoury Community Centre, 563 Main Street, Bury.

March 28: COLOUR CAFÉ, EAST ANGUS
Adults and others who enjoy combining colouring with conversation and snacks can try out a Mandala Colouring Café in East Angus on Wednesday, March 28, from 2 to 4 p.m. Participants may bring their own colouring supplies or use what is available. It’s at the new building of the Moisson Haut-Saint-François, 53 Angus Sud. Info: Diane Grenier, Volunteer Coordinator, Centre d’action bénévole du Haut-Saint-François, 819-560-8540 x 9, or coordo@cabhsf.org.

April 20: YOGA IN NEWPORT
Yoga classes with Vanessa Salvatore come again to Newport this spring, with a 10-week session at the Municipal Hall at 1452 Route 212 in Island Brook. The classes are Fridays, April 20 to June 15, from 1 to 2 p.m. Fee: $180. Info: 819-875-1767.

Anytime: FROZEN MEALS
Difficulty making meals? No need to go hungry. A frozen meals on wheels service is offered bi-weekly by the Centre d’action bénévole du Haut-Saint-François. Just call the coordinator of English services, Diane Grenier, at 819-560-8540 (press 9 for English), or email coordo@cabhsf.org. She can give you a long menu of meals to choose from, at a reasonable price.

CHURCH SERVICES
Anglican. Sunday services on March 25 are in Bury at 9:30 a.m., and in Cookshire, at 11 a.m., in the Trinity United Church hall, 190 Principale West. A Good Friday service is on March 30 at 11 a.m. at St. George’s Anglican Church in Lennoxville. Easter services are on April 1st in Bury at 9:30 a.m. and at St. Peter’s Church in Cookshire at 11 a.m. Info: 819-887-6802.
United. On March 28 is the Palm/Passion Sunday service in Cookshire at 9:30 a.m. and in Sawyerville at 11 a.m. On March 29 at 7 p.m. is a Maundy Thursday service in Sawyerville. On March 30 at 10:30 a.m. is a Good Friday service in Cookshire. On April 1st at 6 – 6:15 a.m. is an Easter Sunday Sunrise service at the Gazebo on Route 210 in Eaton Corner, and at 10:30 a.m. is an Easter service with communion in Cookshire. Info: 819-889-2838 (listen to message).
Baptist. In Sawyerville, the Sunday worship service is at 9 a.m. in French, and 11 a.m. in English. Sunday school is at 10 a.m. in English and French. Info: 819-239-8818.
Do you have news to share? Call 819-300-2374 or email ra.writes@gmail.com by March 26 for publication April 4 and by April 9 for April 18.

Deuxième crue de la rivière Eaton en un hiver

Six semaines après avoir vécu une première évacuation, 70 résidents du secteur de la rue Eaton à Cookshire-Eaton ont de nouveau eu à quitter leur maison, le temps que le niveau de la rivière baisse.

Lors de cette seconde inondation à l’intérieur d’une même saison, l’ordre d’évacuer a été donné le mercredi 21 février. Près d’une semaine plus tard, les pelles mécaniques en étaient toujours à défaire les restes d’embâcles. « On devrait finir demain [le mardi 27] », estime Éric Cloutier, directeur de la sécurité publique. « Il y avait des restants de janvier, puis on travaille aussi pour éliminer les autres chances d’embâcles qui s’en viennent avec le printemps. »
Lors de l’inondation de la mi-janvier, un bouchon s’était formé sur la rivière Eaton à la hauteur du chemin Côté, qui croise la route 253. Lors de la plus récente, plusieurs embâcles s’étaient formés en amont de la rivière, jusqu’au chemin du Bassin.

Pierre Letendre est un résident du secteur de la rue Eaton et observait l’évolution du niveau de la rivière après avoir appris l’ordre d’évacuation. « J’ai été diner chez moi, puis ils passaient aux portes donner un premier avis. » Étonnamment, celui-ci avait été épargné en janvier. « Non ! Il y a même une poubelle qui était prise dans la glace, mais à part ça, rien. On était surélevés. Mais deux fois en l’espace de deux mois, c’est la première fois. Ça fait dix ans que j’habite là. D’habitude, on l’a une fois par année. »

L’ordre d’évacuer a été lancé sur l’heure du midi, le mercredi 21 février. « Trois heures après, ça sortait dans le développement un peu partout », relate M. Cloutier. En soirée, la ville a procédé à la fermeture de la route 108, qui enjambe la rivière, de manière préventive. Le détour est demeuré en vigueur de 18 h à 3 h. L’évacuation visait 30 résidences et un total de 70 citoyens, mais toutes les maisons évacuées n’ont pas été inondées. Le jeudi 22 en fin d’après-midi, les gens qui le souhaitaient pouvaient regagner leur demeure.

En janvier, entre 35 et 50 mm de pluie s’étaient abattus sur la région, provoquant une montée du niveau des eaux soudaine. À ce moment, la Ville de Cookshire-Eaton avait été quelque peu prise au dépourvu, devant lancer l’ordre d’évacuer en pleine soirée. Cette fois-ci, la situation était un peu plus préventive.

Alors que nous sommes aux abords du pont de la rue Principale Est, qui enjambe la rivière, Éric Cloutier pointe en direction d’un bâtiment situé 200 mètres plus loin. « La salle Guy-Veilleux qu’on voit, ça normalement, c’est dans une zone 0-100 ans. Donc, tu n’es pas supposé d’avoir de l’eau là ou une fois, tout de moins, en 100 ans. Là, ça fait deux fois que l’eau atteint les marches en un mois et demi. Ça fait que les statistiques, on n’en tient plus compte. »

Audrey Bresse-Carette, résidente de la rue Eaton, a vu s’accumuler 1 m d’eau dans le sous-sol de la maison familiale. À l’instar de M. Letendre, la demeure de Mme Bresse-Carette n’avait eu aucun dommage lors de l’inondation éclair de janvier. « On avait eu de l’eau sur le terrain, mais rien dans la cave. » Cela faisait quelques années que la résidence des Bresse-Carette n’avait pas été touchée par les crues. « Il y a peut-être dix ans, on avait déjà eu 6 pi d’eau dans la cave, mais rien depuis. »

Contrairement à l’évacuation de la mi-janvier, aucun centre d’urgence de la Croix-Rouge n’a été déployé en ville, l’évacuation de février a été faite de jour et avec plus de marge de manœuvre.

Besoin de tablettes ? Suivez le guide !

Des classiques tablettes droites aux cubes, en passant par les tablettes modulaires, invisibles ou même à tiroirs, les étagères murales, à la fois décoratives et utilitaires, offrent 1001 possibilités. Comment faire le bon choix ? Voici quelques conseils !

Avant tout, vous devez tenir compte de la vocation de la pièce où seront installées les tablettes et déterminer précisément l’utilisation que vous ferez de celles-ci. Le choix du matériau, notamment, en dépendra. Par exemple, mieux vaut privilégier un matériau résistant à l’humidité dans la salle de bain et une surface facile à nettoyer dans la cuisine.

De même, les objets que vous poserez sur vos étagères influenceront le choix du matériau (bois et bouteilles de shampoing, par exemple, ne font pas bon ménage) et du modèle. En effet, une tablette conçue pour accueillir des peluches ou des bibelots délicats ne supportera pas le poids de livres volumineux. À ce propos, gardez en tête que les tablettes à montants (munies de rainures dans lesquelles on insère des équerres) sont généralement plus robustes que celles à équerres intégrées et que, si vous surchargez vos étagères, vous risquez d’abîmer vos murs.

Par ailleurs, les tablettes doivent évidemment s’harmoniser à la déco de la pièce : une étagère en bois dans un décor rustique, des tablettes de plastique colorées pour une salle de jeux, une tablette en métal dans un loft industriel, etc. Un conseil : évitez les étagères travaillées, car elles accumulent énormément la poussière.

Enfin, assurez-vous qu’une fois installées, les tablettes ne nuiront pas à l’ouverture des portes ou des fenêtres et que vous ne risquez pas de vous cogner dessus ou d’en renverser le contenu à tout moment. Autrement dit, positionnez-les judicieusement !

Robinetterie : comment faire le bon choix ?

Magasiner une robinetterie peut s’avérer plus complexe qu’on ne le pense. Avant de vous lancer tête première dans une course à la «champlure», vous devez considérer certains éléments.

La compatibilité du robinet
Assurez-vous que votre robinetterie est compatible avec votre lavabo ou votre évier. Pour ce faire, vérifiez le nombre de trous sur celui-ci. Mesurez aussi l’entraxe, soit l’espace entre ces trous. Par ailleurs, un robinet muni d’un distributeur à savon, c’est intéressant, mais pas si vous devez percer votre lavabo pour l’installer !

La profondeur de l’évier
Votre évier est très profond et vous profitez d’un fort débit d’eau ? Dans ce cas, évitez les modèles en hauteur, car vous serez constamment aspergé d’eau, et vous passerez votre temps à essuyer vos comptoirs ! Si vous avez installé une vasque peu profonde dans la salle de bain, assurez-vous d’avoir suffisamment d’espace sous le robinet pour que le lavage des mains soit confortable.

Le look de la pièce
Déterminez le style que vous souhaitez donner à votre pièce, puis agencez-y votre robinetterie. Si votre cuisine est moderne, optez pour l’acier inoxydable. Au contraire, si votre salle de lavage est plutôt de style champêtre, un fini en bronze peut être intéressant.
Bon magasinage !

Quelles poignées choisir pour rafraîchir ma cuisine ?

Une façon simple et abordable de «relooker» votre cuisine consiste à changer les poignées des portes d’armoires et des tiroirs. Celles-ci peuvent en effet procurer une allure totalement différente à votre pièce. Comment faire le bon choix parmi la panoplie de modèles proposés ?

L’aspect pratique
Avant d’acheter des poignées, vérifiez d’abord la distance entre les trous afin de choisir un modèle qui vous évitera d’en percer de nouveaux. Vos por­tes s’ouvrent «dos à dos» ? Assurez-vous de choisir des poignées qui ne risquent pas de s’entrechoquer si vous ouvrez simultanément deux armoires. Prenez aussi le temps de tester les différentes poignées : certaines se manipulent moins aisément que d’autres, surtout si vous avez de grandes mains.

L’aspect esthétique
Un fini cuivré pour un décor campagnard, des poignées effilées pour un style shaker, de longues poignées pour une cuisine moderne… les poignées doivent se marier au style et aux couleurs de votre cuisine. Veillez donc à harmoniser leur teinte et leur fini à ceux de la robinetterie, des électroménagers et des charnières des portes (si elles sont apparentes), par exemple. Vous pouvez ainsi faire en sorte que les poignées se fondent totalement dans le décor ou le rehausse.

3 conseils futés pour une cuisine bien éclairée

Vous rénovez votre cuisine ? Pour concevoir un espace à la fois fonctionnel et convivial, un bon éclairage est certainement primordial ! Voici trois conseils lumineux pour vous aider à y voir plus clair !

1. Prévoyez un éclairage général suffisant : installez une source principale de lumière (plafonnier, encastrés, etc.) qui permet d’éclairer efficacement l’ensemble de la pièce. Assurez-vous que l’éclairage choisi est suffisamment puissant sans pour autant être trop intense pour répartir uniformément la lumière et éliminer autant que possible les zones d’ombre.

2. Ciblez les endroits stratégiques : pour faciliter la réalisation des différentes tâches dans la cuisine et pour réduire les risques d’accident ménagers, prenez soin de bien éclairer le plan de travail, la cuisinière ainsi que l’évier. Optez pour des sources de lumière qui fournissent un éclairage localisé, comme des spots, des suspensions ou des réglettes placées sous les armoires.

3. Ne négligez pas l’aspect esthétique : l’éclairage de votre cuisine se doit d’être bien pensé, certes, mais il ne faut pas oublier que des luminaires attrayants et au goût du jour permettent de décorer la pièce de belle façon. Visitez donc les magasins spécialisés de votre région pour dénicher des modèles stylés et originaux qui contribueront à donner de la personnalité à votre cuisine !

7 astuces déco pour agrandir visuellement un petit espace

Une petite pièce à aménager ? Pour éviter un effet «étouffant», mettez en application ces sept judicieux conseils : ils vous permettront de créer une impression de grandeur.

1. Misez sur un sol clair : un revêtement de sol clair est parfait pour agrandir la pièce, évitez toutefois la moquette, qui rapetisse l’espace. Choisissez de larges carreaux ou de longues lattes, puis posez-les en diagonale, de façon à «faire oublier» les murs. Pensez aussi à installer le même revêtement dans toutes les pièces pour que le regard se perde à l’infini.

2. Optez pour des surfaces réfléchissantes : des carreaux lustrés, un plafond au fini brillant ou du papier peint à reflets métalliques, notamment, sont idéaux pour réfléchir la lumière et ainsi agrandir une pièce.

3. Ajoutez de la perspective : un miroir placé près de la fenêtre modifiera la perception de la pièce, tout en maximisant la lumière. Une jolie murale avec un point de fuite représente aussi une option des plus intéressantes.

4. Choisissez des matières légères : habillez les fenêtres de matières sobres et légères, comme un voilage vaporeux ou une fine cotonnade, afin de ne pas alourdir le décor.

5. Multipliez les sources d’éclairage : éclairez tous les coins et les recoins en multipliant les lampes décoratives et les spots, par exemple. La luminosité est le mot d’ordre lorsqu’il s’agit d’agrandir visuellement une pièce !

6. Évitez de surcharger la pièce : épurez le décor en installant les accessoires de rangement appropriés, en misant sur quelques meubles transparents, en privilégiant les meubles aux multiples fonctions (un coffre qui sert aussi de table basse, par exemple), etc.

7. Privilégiez les teintes claires et froides : peindre les murs dans des couleurs claires et froides permet de faire paraître la pièce plus grande qu’elle ne l’est.

Faut-il peindre les moulures de la même couleur que les murs ?

Lorsque vient le temps de peindre ou de repeindre une pièce, les diverses moulures (cimaises, plinthes, cadres des portes et des fenêtres, etc.) sont souvent un point d’interrogation : devraient-elles, oui ou non, être de la même couleur que les murs ?

Tout dépend de l’effet recherché et de l’allure des moulures ! En effet, des cadres de porte sans intérêt gagnent généralement à se fondre dans le décor. Pour ce faire, appliquer une couleur unique sur les murs et les cadrages est tout indiqué. De même, si vous souhaitez faire oublier une porte mal située ou nuisant visuellement au design de la pièce, choisissez la même teinte pour la porte, le cadrage et le mur.

Si vos moulures sont simples, vous pouvez tout de même les faire ressortir subtilement en appliquant la même couleur que sur les murs, mais dans un fini plus lustré, qui accroche davantage la lumière.

Vos moulures sont très décoratives ? N’hésitez pas à les mettre en valeur ! Vous pouvez notamment créer des contrastes en utilisant le blanc, le gris ou le noir. Si vous optez pour le blanc, assurez-vous de choisir une teinte qui se marie bien à la couleur des murs, un blanc froid, par exemple, jurera avec une couleur chaude.

Enfin, notez que lorsque les moulures arborent une couleur différente de celle des murs, il est préférable, surtout dans un logement à aire ouverte, de peindre toutes les moulures de la même teinte afin d’unifier le décor.

Quelles sont les couleurs tendance en 2018 ?

Comme le veut la tradition annuelle, la société Pantone propose huit nouvelles palettes de couleurs qui inspireront les décorateurs et les designers d’intérieur du monde entier !

1. Resourceful (régénération) : cette palette audacieuse mise sur les contrastes. Aussi, pour accrocher les regards, elle n’hésite pas à combiner les tons chauds et froids, soit les couleurs opposées sur le cercle chromatique (le bleu et l’orange, par exemple).

2. Verdure (verdure) : cette palette rafraîchissante et apaisante se caractérise par des couleurs naturelles et végétales, comme celles des feuillages et des petites baies.

3. Playful (ludique) : cette palette éclatée s’écarte allègrement des sentiers battus. Avec ses couleurs pop (son jaune Minions, notamment), cette sélection a pour objectif de faire sourire les gens, petits et grands !

4. Discretion (discrétion) : cette palette est pour ainsi dire le contraire de la palette précédente. Délicieusement subtile, elle présente des couleurs douces et nostalgiques, dont un doux lilas tirant sur le brun.

5. Far-fetched (farfelue) : cette palette est un joyeux méli-mélo d’influences de différentes cultures. On y trouve des tons chaleureux de rose, de café et de terre.

6. Intricacy (intrication) : cette palette complexe présente les «nouveaux neutres», c’est-à-dire des tons métallisés, lesquels sont accompagnés d’un rouge sophistiqué et d’un jaune sulfureux.

7. Intensity (intensité) : cette palette éclectique mise sur la puissance et l’élégance des teintes froides de prune et des teintes chaudes de feu, agrémentées de noir et d’or.

8. TECH-nique (TECH-nique) : cette palette fait un clin d’œil aux nouvelles technologies en proposant des couleurs holographiques subtilement iridescentes telles que le turquoise et le fuchsia.

Visitez les détaillants de meubles, de peinture et d’accessoires de décoration de votre région pour vous procurer des produits inspirés de vos palettes Pantone préférées !

Osez le revêtement mural au plafond !

C’est un fait : le plafond est une surface trop souvent négligée dans le monde de la décoration, deux couches de peinture neutre au rouleau et hop !, on passe à autre chose ! Pourtant, avec un peu d’audace, il est possible de faire du plafond de votre cuisine, de votre chambre à coucher ou de votre salon la grande vedette de votre maison. Le secret (plus si bien gardé) des spécialistes du design d’intérieur ? La pose de revêtement mural !

Possibilités illimitées
Panneaux texturés simulant le plâtre, lambris de bois, tuiles de PVC, panneaux de fibres de bois recyclé… les revêtements muraux sont offerts en plusieurs formats, styles et matériaux, dont certains peuvent être peints selon vos préférences. Vous aimeriez créer un effet «wow» ? Installez des panneaux décoratifs muraux richement ouvragés au plafond et suspendez un lustre spectaculaire en son centre. Vos visiteurs en resteront bouche bée !

Installation simplifiée
Pour faciliter leur installation au plafond, choisissez des produits légers ne nécessitant que quelques manipulations, certains s’emboîtent facilement les uns dans les autres, par exemple.
Que vous souhaitiez un plafond au style prestigieux, rustique, classique ou totalement excentrique, vous trouverez des revêtements muraux inspirants dans les commerces de votre région. Bonnes découvertes !

Laissez-vous séduire par les pommes de douche dernier cri !

Vous rénovez votre salle de bain ? Profitez-en pour changer votre pomme de douche ! À l’heure actuelle, les fabricants d’accessoires de plomberie rivalisent d’ingéniosité pour créer des produits qui transforment littéralement vos séances de nettoyage quotidiennes en des moments de pure détente !

Voici quelques caractéristiques et options qui pourraient vous intéresser lors de votre magasinage :
• Choix de modes d’aspersion (jet puissant, jet de massage, jet de pluie, jet de bruine, etc.);
• Connectivité (application mobile qui calcule la consommation d’eau et la durée moyenne des douches);
• Diamètre de la pomme de douche (3 po, 8 po, 12 po, 20 po, etc.);
• Dispositif de réduction de la consommation d’eau (utilise 2 litres d’eau de moins par minute qu’une douche standard, par exemple);
• Filtre à chlore (à remplacer après 6 mois environ);
• Forme ronde, carrée ou rectangulaire;
• Gicleurs empêchant l’accumulation de calcaire;
• Lumières à DEL colorées;
• Système d’injection d’air (pour économiser l’eau et créer un effet de pluie réaliste).

Comme vous pouvez le constater, il existe des pommes de douche pour tous les goûts. Maintenant, déterminez les éléments qui sont les plus importants pour vous, achetez la pomme de douche de vos rêves et, pour un résultat irréprochable, faites-la installer par un professionnel de votre région !

Comment bien choisir sa toilette ?

Vous rénovez votre salle de bain, en aménagez une nouvelle ou remplacez tout simplement votre toilette ? Sachez que cet appareil essentiel ne doit pas être choisi au hasard. En effet, pour faire le meilleur achat possible, vous devriez considérer, outre le prix, les cinq critères suivants :

1. La forme du siège
Les toilettes de forme allongée sont plus ergonomiques et confortables que les toilettes rondes. Ces dernières conviennent toutefois davantage aux petites salles de bain.

2. La hauteur de la lunette
Pour les personnes de grande taille ou dont la mobilité est réduite, mieux vaut opter pour une toilette ayant une hauteur d’au moins 42 cm (16,5 po), ce qui permet de se relever plus aisément. À noter : pour les personnes âgées, il est souvent préférable d’installer une barre d’appui plutôt qu’une toilette haute, car la position plus relevée ainsi induite est moins naturelle pour faire ses besoins.

3. Le débit d’eau
Les réservoirs contiennent normalement 6 litres d’eau. Choisir un modèle doté d’un réservoir de 4,8 litres permet de réduire la consommation d’eau sans compromettre l’efficacité de la chasse. Pour une économie d’eau maximale, tournez-vous vers les toilettes offrant une double chasse, soit une chasse « normale » et une chasse réduite suffisante pour éliminer les liquides.

4. Le type de toilette
Il existe divers types de toilettes :
• Les toilettes deux-pièces (cuvette et réservoir séparés) sont les plus abordables;
• Les toilettes monobloc sont plus faciles à nettoyer et offrent généralement un look plus contemporain. La cuvette et le réservoir formant un tout, les risques de fuites sont par ailleurs pratiquement éliminés;
• Les toilettes murales, également faciles à entretenir, ont un aspect épuré et donnent une impression de grandeur. Elles sont toutefois plus dispendieuses, et il peut être difficile de remplacer une toilette au sol par une toilette murale (en raison du raccordement);
• La toilette-bidet comprend des systèmes de jets et de séchage permettant d’éliminer l’utilisation du papier de toilette. Summum du luxe, elle est cependant très coûteuse.

5. Le dégagement
La distance standard entre le mur et la toilette est de 30,48 cm (12 po), mais certains modèles nécessitent un dégagement différent. Prenez vos mesures avant de vous rendre en magasin !

Drains bouchés : connaissez-vous l’inspection par caméra ?

Un problème de drains ? L’inspection par caméra est un moyen sûr de déterminer l’état exact de votre drain de fondation : une caméra insérée à l’intérieur du drain enregistre tous les détails visibles, ce qui permet de détecter précisément le problème. Ainsi, il est possible d’effectuer des travaux localisés et de minimiser les dommages sur votre terrain.

Refoulement d’égouts, perforation des tuyaux, ralentissement de l’évacuation de l’eau… pour remédier à vos problèmes de drains, faites sans tarder appel à des experts de votre région !

 

Et si vous agrandissiez par le grenier ?

Bureau, atelier, salle de jeux, chambre d’amis, salle familiale, walé in… l’aménagement du grenier, véritable refuge à l’écart des activités de la maisonnée, offre tout un éventail de possibilités ! Le plus beau dans tout ça ? Il vous permet d’agrandir la surface habitable de votre maison sans empiéter davantage sur votre terrain ! Or, des travaux d’une telle envergure nécessitent une bonne préparation. Voici quelques points importants à considérer avant de vous lancer.

• La structure des combles : le grenier s’aménage plus aisément s’il est doté d’une structure à chevrons que si le toit s’appuie sur des fermes, lesquelles peuvent difficilement être retirées. La pente du toit et la superficie habitable sont aussi à prendre en compte. Par exemple, il faut généralement respecter une certaine hauteur. Bref, avant toute chose, faites évaluer la faisabilité de votre projet par un expert.

• L’état de la toiture : traces de moisissures, indices de la présence de parasites, taches d’humidité… avant d’amorcer des travaux d’aménagement, une inspection de la toiture et du revêtement s’impose, notamment afin d’en vérifier l’étanchéité.

• L’isolation et la ventilation : pour que le grenier soit confortable en toute saison, l’ajout de matériaux isolants performants et d’un système de ventilation efficace sera probablement nécessaire. L’isolation peut se faire par l’intérieur ou, si vous voulez que les poutres demeurent apparentes, par l’extérieur, auquel cas les travaux seront plus coûteux.

• Le plancher : dans la plupart des cas, le plancher doit être solidifié pour permettre l’ajout de poids occasionné par le mobilier et par les déplacements fréquents dans toute la pièce.

• L’escalier : aménager un escalier sécuritaire pour accéder à votre nouvel espace de vie représente un investissement important à ne pas négliger.

• L’éclairage : l’ajout de lucarnes ou de fenêtres de toit sera sans doute indispensable pour que le grenier aménagé bénéficie d’un bon éclairage naturel. Prévoyez aussi des sources d’éclairage en fonction des différentes activités qui seront pratiquées au grenier.

• La règlementation : les exigences de construction peuvent varier selon les municipalités (largeur de l’escalier, épaisseur de l’isolant, permis de construction, etc.), renseignez-vous ! Assurez-vous également de respecter les normes en matière de sécurité incendie.
Enfin, côté déco, pensez à utiliser des couleurs claires ou vives, des peintures brillantes ou des effets de miroirs, par exemple, pour égayer et agrandir la pièce. Par ailleurs, cloisons, paravents et tapis, entre autres, sont idéaux pour diviser efficacement une grande pièce. Les tablettes sur les murs nains et les portes coulissantes sont aussi de bonnes façons de maximiser l’espace disponible au grenier.

Pour le reste, donnez libre cours à votre créativité en misant sur les particularités de la structure du grenier. À vous de jouer !

4 astuces déco pour un couloir stylé

L’aménagement d’un couloir peut se révéler un véritable casse-tête, surtout si celui-ci est long et étroit. Vous aimeriez donner un peu de caractère à cet espace de votre maison qui manque d’éclat ? Voici quatre conseils déco pour transformer votre couloir en un endroit où il fait bon circuler !

1. Osez la couleur et les motifs : pour dynamiser votre couloir, jouez avec les teintes et les textures en peignant vos murs ou en posant du papier peint. Retenez que les couleurs claires comme le rose pâle, le bleu ciel et le vert d’eau donnent un aspect lumineux, alors que les tons plus foncés comme l’aubergine, le bleu marine et le vert sapin créent davantage une ambiance cosy.

2. Exposez des œuvres : pourquoi ne pas transformer votre couloir en une petite galerie d’art ? Pour ce faire, personnalisez votre espace en créant un mur de photos ou procurez-vous des cimaises pour y fixer des cadres avec de jolis portraits ou des tableaux inspirants, par exemple.

3. Misez sur le rangement : tablettes, crochets, étagères murales avec ou sans tiroirs… optimisez l’espace inutilisé en y installant des systèmes de rangement variés. Faites attention toutefois à ne pas entraver la circulation dans le couloir avec des meubles ou des articles déco trop massifs.

4. Ne lésinez pas sur l’éclairage : si votre couloir est constamment plongé dans l’ombre, rendez-le plus invitant en multipliant les sources de lumière. Optez pour des appliques classiques ou un plafonnier original pour créer une atmosphère chaleureuse, ou installez une guirlande lumineuse le long du mur pour obtenir un effet féérique.

PAFIO

Forêts publiques de l’Estrie

Une séance d’information sur les travaux forestiers planifiés sur le territoire public de la MRC se tenait récemment au Centre communautaire de La Patrie. Les municipalités concernées sont celles de Chartierville, Hampden, La Patrie et Lingwick.
Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) gère les forêts publiques selon un Plan d’aménagement forestier intégré opérationnel (PAFIO) échelonné sur les cinq prochaines années. L’unité d’aménagement (UA) en Estrie porte le numéro 051-51. La coordination locale est faite par une table régionale, soit la Table de gestion intégrée des ressources et du territoire (TGIRT).

Outre les représentants du MFFP et de la TGIRT, nous retrouvions du personnel de Domtar, des citoyens et propriétaires privés de même que des politiciens locaux, comme les mairesses de La Patrie et de Lingwick. L’assistance se chiffrait à une vingtaine de personnes. « C’est la première fois qu’on réussit à avoir autant de gens intéressés aux aménagements qui vont avoir lieu », remarquait, enthousiaste, Manon Ayotte, ingénieure forestière et coordonnatrice à la TGIRT.

Jean-Paul Gendron, président de la TGIRT, le reconnaissait d’entrée de jeu : « [En Estrie], la forêt publique est petite et fragmentée, mais subit beaucoup de pression. » Les travaux qui y sont prévus incluent de la récolte de bois, la préparation de terrain, le reboisement, l’entretien de plantation et de l’éclaircie précommerciale. Des travaux de construction et d’amélioration des chemins forestiers sont également planifiés.

L’unité d’aménagement régionale couvre 425 km2 ou 37 000 ha. Cette superficie est répartie dans trois MRC, soit celle du Granit (81 %), du Haut-Saint-François (17 %) et des Sources (2 %). Dans le HSF, Chartierville, Hampden, La Patrie et Lingwick verront des travaux effectués sur leurs terres publiques.

Chartierville
La municipalité possède une superficie de 9 km2 de forêts publiques, soit 2 % de l’UA. Au sud de la municipalité, comprise entre la bifurcation du chemin Brise-Culotte, la limite de Notre-Dame-des-Bois et la frontière américaine, une aire de 240 hectares fera l’objet de coupes partielles (25 à 50 % du couvert forestier). Un chemin d’un kilomètre y sera implanté, alors qu’un second en partance de Notre-Dame-des-Bois sera amélioré. Une aire d’environ 10 ha subira une coupe de régénération (prélèvement de la majorité des arbres de diamètre commercial). Plus au nord, entre La Patrie et le 10e Rang, un secteur de 4 ha était en consultation pour un dégagement et une éclaircie commerciale (récolte de 25 à 50 % des arbres de diamètre commercial).

Canton de Hampden
Hampden arrive en seconde position avec 25 km2 de terres publiques, soit 6 % de l’unité d’aménagement. Une partie de ces forêts sont comprises dans le parc régional du Marécage des Scots. Plusieurs petits lots étaient en consultation. Un premier groupe de sept se situait entre les chemins Ditton et de Franceville. Ceux-ci couvrent une aire de 22 ha et un traitement de reboisement et de préparation de terrain y est prévu. Un second groupe de sept lots se trouve à l’est du chemin de Franceville et au sud de la route 214. Un reboisement et une préparation de terrain y seront effectués sur 19 ha. Au nord du chemin de Franceville, avant les limites de Val-Racine et de la MRC du Granit, le chantier Ruisseau Valley regroupe neuf lots totalisant 48 hectares en vue de coupes de régénération. Ce même secteur a environ 200 ha avec des coupes partielles prévues et 50 ha en coupes de régénération. Finalement, environ 7 km de chemins devront être implantés ou améliorés.

La Patrie
La Patrie possède la plus grande superficie de forêts publiques de la MRC avec 26 km2, soit plus de 6 % de l’UA. De cette superficie, une partie se trouve dans le parc national du Mont-Mégantic, tandis que 400 ha sont sous la gestion d’un arboretum et d’une forêt expérimentale. Des coupes partielles sur une superficie de 120 ha se feront au bout du chemin du Petit Canada Est et d’autres le seront de part et d’autre de la route 257 au sud du chemin de la Petite Angleterre sur une aire de 25 ha.

Lingwick
Lingwick comporte 11 km2 de terres publiques, comptant pour 3 % de l’UA. De ce total, quatre lots totalisant 10 ha étaient soumis à la consultation pour dégagement et éclaircie commerciale.

Les chantiers de la région ont peu soulevé d’inquiétudes et de questions de la part des gens présents, la majorité des travaux s’effectuant du côté de la MRC du Granit. Localement, l’exécution de l’aménagement est confiée à l’entrepreneur Exfor VM et au mandataire Vexco, deux entreprises de Plessisville.

Aménagement forestier coopératif des Appalaches

Voilà 44 ans que l’Aménagement forestier coopératif des Appalaches est implanté à La Patrie. Suite à un creux aux alentours de 2008, l’organisme vogue de sommet en sommet. L’année 2018 s’annonce tout aussi haute en couleur.

Aménagement forestier et agricole des Appalaches a été fondé en 1974. Il s’agissait à ce moment du premier organisme de gestion à voir le jour en Estrie. Implanté depuis ses débuts à La Patrie, le groupement forestier est devenu une coopérative en 2012. Il est désormais connu sous le nom d’Aménagement forestier coopératif des Appalaches (AFCA).

Les petits propriétaires forestiers constituent la clientèle-cible de l’AFCA. Ceux qui souhaitent devenir membre doivent posséder au moins quatre hectares forestiers d’un seul tenant. La coopérative offre une gamme complète de services forestiers pour répondre aux besoins de ces propriétaires de lots boisés. Son objectif premier consiste à aider à aménager sainement la forêt.
L’AFCA œuvre sur la majeure partie de la MRC du Granit et la portion est du Haut-Saint-François, constituée des municipalités de Lingwick (avec 3344 ha sous aménagement), Scotstown (168 ha), Hampden (2658 ha), La Patrie (8802 ha) et Chartierville (4333 ha). Dans cette partie du HSF, « près de 60 % des propriétaires forestiers sont membres ou font affaire avec la coopérative », relate son directeur général, Nicolas Meagher.

Des avantages et des retombées
Après l’aménagement des propriétés, la finalité d’un groupement forestier est de retourner en services et en valeur le fruit des opérations de la coopérative aux propriétaires et à la collectivité.

« C’est certain qu’il faut être rentable », poursuit M. Meagher. « Mais on vise pas à faire des profits. Lorsqu’on a un trop-perçu, on a une politique d’établie. C’est une forme de ristourne. L’année passée, c’était 84 000 $, puis avant ça, c’était 100 000 $ depuis 2014. » C’est ainsi que des investissements sont effectués chez les membres. « On a une devise qui est : “Une coop par et pour ses membres”. C’est un principe qui est très important pour le conseil d’administration. »

Les aménagements et investissements sont toujours faits dans une optique de développement durable. À cet effet, 75 % des membres de l’AFCA ont adhéré à la certification FSC, qui garantit des pratiques responsables et soucieuses de l’environnement. Comme de plus en plus d’usines recherchent du bois certifié pour leurs produits, cette approche positionne avantageusement ces membres. La coopérative récolte 85 000 m3 de bois par année.

« On essaie toujours d’améliorer nos techniques, nos façons de faire. On évalue donc nos pratiques au niveau du martelage, de nos sentiers de débardage, de la régénération naturelle, de la formation de nos travailleurs », complète Nicolas Meagher.
Être membre de l’AFCA implique aussi des avantages économiques. Les membres sont éligibles aux subventions du Programme d’aide à la forêt privée. Ce programme offre un support financier et technique aux propriétaires pour les aider à réaliser adéquatement leurs travaux sylvicoles. Également, les producteurs forestiers qui réalisent des travaux d’aménagement reconnus peuvent réclamer jusqu’à 85 % de leurs taxes foncières et ainsi bénéficier de crédits d’impôt avantageux.

Faire flèche de tout bois
Il y a un an, l’AFCA rendait disponibles des parts privilégiées à ses membres et employés afin d’établir une érablière acéricole à La Patrie. Une somme de 240 000 $ a ainsi été levée. En ajoutant la vocation acéricole, la coopérative est désormais un producteur agricole. « On a 16 000 entailles et on a bâti une cabane à sucre sur le rang Labonne. On a déjà commencé à récolter de l’eau. » Les parts privilégiées ont servi à payer une partie des infrastructures et installations telles qu’un évaporateur, la tubulure, les installations électriques, le chemin d’accès, la station de pompage et la cabane comme telle. Au total, il s’agit d’un projet d’environ 850 000 $.

La coopérative a pu se lancer dans une telle aventure maintenant qu’elle atteint ses cibles en suivant un plan stratégique. Nicolas Meagher se remémore la dernière période d’incertitude : « On a eu des gros creux avec la crise économique de 2008 et la crise forestière. Mais depuis ce temps-là, c’est tout replacé. Cette année, ça va être aux alentours de 6,5-7 M$ de chiffres d’affaires. »

Celui qui est seulement le quatrième directeur général en quatre décennies résume la raison d’être de l’AFCA : « On s’implique énormément. On voyait que la foresterie en Estrie, elle n’était pas assez vue, pas assez connue. Et nous, on n’est pas assez vus et connus non plus, ça fait qu’on tente de s’impliquer beaucoup. On veut se faire connaitre. On est des passionnés de la forêt puis de la foresterie. On croit en notre coopérative et dans les groupements forestiers. »

©2021 Journal Le Haut-Saint-François