Éditorial

CLSC et CHSLD de Weedon

opinion

Réponse au député Ghislain Bolduc

Ronald Martel, dans La Tribune du samedi 17 mars dernier, signe un article intitulé Le député Ghislain Bolduc quitte à son tour. Comme membre du défunt Comité de citoyens pour la survie du CLSC et du CHSLD de Weedon, je suis resté sidéré, pétrifié au point où j’ai senti le besoin de vérifier auprès du journaliste si vous aviez vraiment dit une telle énormité : « Il [Ghislain Bolduc] a identifié certains dossiers dont il est particulièrement fier, soit le CHSLD d’East Angus, (…), le CLSC-CHSLD de Weedon et le CHSLD de Lac-Mégantic (…) ».

Le CHSLD d’East Angus semble afficher effectivement une réussite. Quant à celui de Lac-Mégantic, je ne peux pas en juger. Dans les deux cas, j’ignore quelle a été votre contribution.

Il semble bien cependant que votre mémoire sélective ait oublié la rencontre où des membres du Comité de citoyens pour la survie du CLSC et du CHSLD de Weedon vous ont remis une lettre dans laquelle nous nous plaignions de votre volte-face dans ce dossier. En effet, après votre promesse électorale de régler ce litige en faveur de la population, vous nous avez tourné le dos à peine les élections passées et appuyé ce projet invraisemblable et inconcevable du directeur général du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de l’époque. Ai-je besoin de vous rappeler que ce dernier a été écarté du dossier et que ses plans ont finalement été rejetés au profit d’un projet davantage pensé par les citoyens de la région ? Ainsi, le Centre local de santé et de services communautaires (CLSC) a été rénové tout comme le Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) qui a ainsi pu conserver les nombreuses chambres que vous et la clique des seuls administrateurs que vous écoutiez à ce moment-là vous apprêtiez à fermer. Quelques mois plus tard, vous avez sollicité une rencontre avec nous pour vous mettre au parfum du dossier. Par la suite, nous n’avons plus entendu parler de vous. Une seule exception, vous avez assisté à l’assemblée publique d’information organisée pour présenter à la population le nouveau projet finalement accepté par les autorités du CIUSSS-Estrie.

Pire, pendant toutes ces années, vous avez adopté différentes positions au gré du vent qui soufflait en provenance du bureau du premier ministre et/ou du bureau de son ami et collègue médecin ministre de la Santé, en provenance des citoyens qui se dressaient devant vous, en provenance des administrateurs du CSSS Haut-Saint-François de l’époque, en provenance des gestionnaires du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Estrie, etc. Telle une plante verte qui cherche le soleil, vous avez adopté des positions contradictoires en fonction du moment et des personnes qui se retrouvaient devant vous.

J’ai vraiment sursauté encore une fois en lisant cet extrait de l’article de Pierre Hébert, dans le Journal régional Le Haut-Saint-François du mercredi 21 mars dernier : « De son passage en politique, le député de Mégantic souhaite que les gens se souviennent de lui comme une personne ayant été à l’écoute et pouvant avoir contribué à améliorer la qualité de vie des gens. ».

Effectivement, on peut dire que, dans le dossier du CLSC et du CHSLD de Weedon, vous avez beaucoup écouté, mais, à chaque fois que vous écoutiez, vous changiez d’avis. Vous vous êtes donc toujours contenté d’écouter sans jamais passer à l’action pour le mieux-être de la population. Bien au contraire. Je ne comprends pas que vous puissiez affirmer avoir voulu contribuer à « améliorer la qualité de la vie des gens » en donnant votre appui, à l’époque, à la fermeture de 17 lits au CHSLD de Weedon et au déménagement dans des locaux restreints et enclavés du CLSC. Heureusement, ce projet a été contrecarré.

Sachez, Monsieur, que je considère que vous n’avez absolument pas contribué à la victoire que nous avons remportée dans ce dossier. Seuls les citoyens de Weedon et de la région peuvent en être fiers. Personne d’autre ne peut afficher quelque fierté que ce soit, sauf peut-être l’oreille attentive et sensible à la problématique que nous avions mise sur la table des administrateurs de l’époque au CIUSSS de l’Estrie. Ce sont eux qui ont finalement convaincu le ministre de donner son aval à nos revendications.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs,
Claude-Gilles Gagné, du défunt Comité de citoyens pour la survie du CLSC et du CHSLD de Weedon
Jacinthe Audet-Bolduc, Ginette Bélanger, Éric Decubber, Lucienne Gravel, Jean-Pierre Patry, Denis Rondeau, Jean-Denis Roy

Article précédentArticle suivant
©2020 Journal Le Haut-Saint-François