Actualités

Un souper à saveur d’antan pour financer un circuit interactif

Le Sentier des Écossais tenait récemment un souper-bénéfice au centre communautaire de Lingwick. La soirée a réuni environ 75 convives qui ont dégusté et dansé la culture écossaise.

La soirée débutait avec un apéro agrémenté d’une ambiance musicale à la cornemuse. Suivait le repas qui était préparé par Daniel Audet et l’équipe de l’auberge La Ruée vers Gould. Le menu était un mélange de mets québécois et écossais. En entrée, on retrouvait du black pudding et du partan flan (quiche au crabe et à la goberge). Comme plat principal, il était possible de déguster du poulet des Lowlands au vin rouge et aux champignons avec du rumbledethumps, sorte de purée de patates écossaise. Plusieurs élus municipaux, actuels et anciens, des cinq municipalités traversées par le sentier, prenaient part au souper. Par la suite débutait la danse, qui était animée par un trio de musiciens traditionnels dirigés par un caller.

Le canton de Lingwick vient cette année de s’ajouter au groupe des municipalités du Sentier des Écossais, avec Scotstown, Hampden, Milan et Stornoway. Le parcours de 18 stations réparties sur 72 km a comme point de départ le musée Donald Morrison à Milan. Les trois points d’intérêt du canton restent encore à être divulgués, mais ceux se trouvant à Scotstown sont déjà répertoriés par l’application de balado-découverte du Sentier. On y apprend, entre autres, que la messe était célébrée en alternance en gaélique et en anglais à l’église presbytérienne St-Paul dans les années 30. La maison centenaire Donald B. McLennan, au coin des rues Osborne et Union a connu huit propriétaires depuis sa construction en 1891. Elle abrite aujourd’hui le bed and breakfast et salon de thé Le Bonheur. Le souper-bénéfice avait pour but de contribuer au maintien de cette activité interactive, dont les couts s’élèvent à 5000 $.
Selon Bernard Grenier, instigateur du projet, l’initiative fait parler d’elle jusqu’en Écosse, où des descendants des premiers colons installés dans le Haut-Saint-François et dans le Granit vivent toujours. Le musicien gaélique Calum Martin viendra d’ailleurs offrir un spectacle en région le 6 juillet. Il avait publié l’album The Megantic Outlaw en 2007, en référence au hors-la-loi Donald Morrison.

Article précédentArticle suivant
©2020 Journal Le Haut-Saint-François