Actualités

Conflit à Cookshire-Eaton

Les employés de la Ville de Cookshire-Eaton sont de retour au travail depuis un peu plus d’une semaine, et ce après avoir adopté à 86 % l’entente de principe intervenue avec l’employeur, le 9 août dernier. Les travailleurs ont donc repris le travail le 13 août après trois semaines de grève.

« Nous sommes heureux de voir que les travailleuses et les travailleurs sont parvenus à s’entendre avec la ville. Le conflit est maintenant réglé à leur satisfaction », d’exprimer le président du Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie (CSN), Denis Beaudin.

Les travailleurs, précise-t-on, ont fait des gains intéressants sur le plan salarial en étant assurés d’obtenir un minimum de 13 % sur six ans. Ils ont aussi obtenu la possibilité de cumuler une banque de temps pour partir plus tôt à la retraite tout en profitant du taux horaire en vigueur à ce moment. « D’autres gains sont aussi à noter, comme la clause de non-ingérence des élu-es et la prime de 1 $ l’heure pour le déneigement de fin de semaine. Nous leur disons bravo de s’être tenus debout ! » conclut M. Beaudin.

Ville
La mairesse de Cookshire-Eaton, Sylvie Lapointe, se dit heureuse du dénouement. « Tout le monde est content. On a fait nos devoirs des deux côtés. » Mme Lapointe qualifie le pacte de six ans se terminant en décembre 2023 de modéré. Elle considère correct le fait d’accorder une majoration salariale de 13 % sur six ans. Elle précise néanmoins que la ville n’a pas cédé sur la prime de départ et qu’elle n’y contribue pas. « Ce sont les employés qui ont l’opportunité de l’accumuler », précise-t-elle. La mairesse croit qu’il aurait été difficile d’éviter la grève étant donné le fossé qui séparait les parties, mais se réjouit de l’évolution des positions qui ont permis un règlement.

Article précédentArticle suivant
©2020 Journal Le Haut-Saint-François