Actualités

Tout le Haut-Saint-François se souvient

Le jour du Souvenir célébré dimanche et samedi derniers marquait le 100e anniversaire de la signature de l’Armistice. Huit cérémonies se sont tenues aux différents cénotaphes du Haut-Saint-François et quelques églises ont fait résonner leurs cloches pour l’occasion.

La première commémoration de la journée dimanche avait lieu dans le secteur Sawyerville et a réuni une foule d’une centaine de personnes. On notait une forte présence de la communauté anglophone. En après-midi, une vingtaine de personnes s’étaient massées autour du cénotaphe situé au parc des Braves de Cookshire-Eaton pour une cérémonie bilingue. Deux représentants de la députée de Compton-Stanstead et ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, étaient présents, de même que le nouveau député de Mégantic, François Jacques.

La mairesse Sylvie Lapointe a pris la parole devant les gens rassemblés : « La Ville de Cookshire-Eaton est fière de s’associer à vous tous pour dire merci à tous ces hommes et à toutes ces femmes qui ont donné leur temps, leur santé et, pour plusieurs, leur vie pour la liberté. »

Ce fut ensuite au tour du conseiller municipal Michel Mercier de s’exprimer en anglais : « Ayons une pensée pour ces hommes et ces femmes qui servent à l’heure actuelle ou qui ont servi dans les missions de paix que ce soit en Somalie, en Afghanistan ou en Bosnie. Souvenons-nous de nos soldats, de chacun d’entre eux. » Cette allocution était lourde de sens pour celui qui fut pendant sept ans militaire dans les Hussards de Sherbrooke et policier pendant 28 ans. Il a confié avoir perdu un ami proche lors d’une mission en Bosnie.

Lorsqu’ils n’étaient pas eux-mêmes des soldats, les citoyens présents lors de la commémoration avaient tous connu de près ou de loin quelqu’un ayant servi dans l’armée. La veille, samedi, les municipalités de Bury, Weedon et Scotstown avaient tenu leur cérémonie souvenir à laquelle participaient plus d’une centaine de personnes, incluant de jeunes élèves à Bury. Dans le cadre du centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale, l’archidiocèse de Sherbrooke avait invité les églises de son territoire à prendre part au mouvement Les Cloches de la paix. Dimanche à la tombée du jour, les lieux de culte allant d’Ascot Corner à La Patrie en passant par Weedon marquaient l’événement de cent coups de cloche. L’initiative était reprise partout au pays, de même que sur la Colline parlementaire à Ottawa.

Article précédentArticle suivant
©2018 Journal Le Haut-Saint-François