Actualités

Alourdissement du fardeau fiscal à East Angus

La majorité des contribuables d’East Angus subiront un alourdissement de leur fardeau fiscal au cours de la prochaine année. Le nouveau rôle d’évaluation avec une variation moyenne pour tout ce qui est imposable de 3,17 % en est la principale raison.
La mairesse de East Angus, Lyne Boulanger, assure que les élus ont fait le maximum pour en réduire l’impact. Pour se faire, le conseil a convenu d’appliquer un gel du taux de la taxe foncière et des taxes de service pour la prochaine année. Les élus ont donc adopté lors de la séance spéciale, de décembre dernier, et à laquelle participaient cinq citoyens, les prévisions budgétaires pour 2019. L’exercice financier pour la prochaine année augmente de 1,87 %, une hausse de 114 594 $ pour atteindre 6 244 710 $. De la hausse des recettes, 112 652 $ proviennent du nouveau rôle d’évaluation. « L’aug gmentation de 1,87 % est en bas de l’IPC pour 2018 qui est à 2,36 % », de préciser Mme Boulanger.

Elle mentionne qu’il est difficile de faire un budget la première année d’un nouveau rôle d’évaluation en précisant être consciente que l’impact peut varier d’un contribuable à l’autre. Pour un propriétaire dont la résidence unifamiliale moyenne est de 160 551 $, il subira une majoration passant de 1 941,71 $ en 2018 à 2 008,01 $ en 2019 incluant les taxes de service. L’augmentation de la valeur moyenne est de 3,41 % représentant une hausse de 66,30  $.
Bien entendu, l’alourdissement fiscal varie selon le nouveau rôle d’évaluation. Comme c’est fréquemment le cas, en pareille circonstance, certains contribuables pourraient avoir une facture salée. Pour l’ensemble des comptes de taxes, 330 dossiers connaîtront une diminution, 99 demeureront stables et 1 072 connaîtront des hausses.

Mme Boulanter insiste pour dire que les élus ont fait le maximum afin de limiter les dépenses tout en réalisant des économies. Dans cet esprit, elle souligne que la réorganisation des services a permis d’effectuer des économies. L’octroi d’un contrat de service pour trois saisons avec la firme SODEM pour les opérations de l’aréna permet de transférer les deux employés aux travaux publics, évitant l’embauche de deux travailleurs additionnels. Cela permet de réaliser une économie de 21 735 $. La prise en charge à l’interne de l’entretien du parc des Deux Rivières permettra d’épargner 20 000 $. Le fait de donner à forfait la tonte de pelouse jointe à la fin du contrat avec le ministère des Transports pour le déneigement de la route 214 s’ajoute aux économies. La participation financière de la municipalité pour l’usine de traitement des eaux pour 2019 sera de 133 566 $ sur un budget de 659 165 $. Les élus souhaitent réduire cette facture en travaillant sur la façon d’optimiser les revenus tout en réduisant les coûts d’énergie. Mme Boulanger ajoute que l’implantation de la collecte de matières putrescibles (bac brun) en juin dernier représente 192,39 tonnes qui ont évité le chemin de l’enfouissement. L’économie réalisée au cours de cette période avec celle anticipée pour la prochaine année permettra d’absorber la hausse de 26 $ la tonne décrétée par Valoris, l’automne dernier.

Projets
La municipalité a complété au cours de 2018 les dossiers qui étaient annoncés comme la réfection de la rue Warner, changé la conduite d’eau potable sous le pont Taschereau, l’adoption du plan d’urbanisme et l’instauration du bac brun. Parmi les projets pour les trois prochaines années, on remarque entre autres celui de changer le serveur de la municipalité, mettre à jour le système de réfrigération de l’aréna, mettre à niveau le dépôt de neige usée, analyser les besoins de la station d’épuration des eaux afin d’obtenir une aide financière pour la mise à niveau ainsi que l’implantation de compteurs d’eau dans les immeubles municipaux. On prévoit également faire l’acquisition du bâtiment situé au 16 rue David-Swan pour en faire un garage municipal. L’aménagement d’une aire de dépôt pour les matières dangereuses et pour la récupération de différents matériaux, la revitalisation de la rue Saint-Gérard, la réalisation de trois murales sur le bâtiment du 150 Angus Sud, l’installation de deux abribus pour personnes à mobilité réduite et d’une borne électrique sans oublier la rénovation de la salle des Chevaliers de Colomb complète l’ensemble des choses à faire. Évidemment, ces projets sont conditionnels aux subventions et la capacité de payer de la municipalité.
Quant à la dette nette au 31 décembre dernier, elle s’élevait à 5 545 628 $ soit 520 900 $ de plus que l’année précédente. Cela est attribuable aux travaux effectués sur la rue Warner. La mairesse précise que la municipalité est en bonne santé financière et que son taux d’endettement est acceptable de l’avis même des vérificateurs financiers.

Article précédentArticle suivant
©2019 Journal Le Haut-Saint-François