Actualités, Sports

Tournoi provincial de hockey Atome/Pee-Wee

Près de 700 hockeyeurs répartis dans 48 équipes provenant d’un peu partout au Québec se feront une lutte amicale dans le cadre de la 38e édition du tournoi de hockey provincial Atome/Pee-Wee, qui se déroulera à l’aréna Robert-Fournier à East Angus, du 4 au 17 février prochains.

Selon le président du tournoi, David Bilodeau, celui d’East Angus semble être fort apprécié des équipes. De fait, le nombre de formations participantes grimpe de 44 à 48 équipes pour l’édition 2019. Des équipes de l’Estrie, de Gatineau, Montarville, Saint-Basile-Le-Grand et Charlevoix pour ne nommer que celles-là feront la lutte dans leur catégorie respective. « On a eu beaucoup d’appels. Notre tournoi est bien aimé », d’exprimer M. Bilodeau. À deux semaines de l’événement, tout semble sous contrôle. « Toutes les équipes ont confirmé leur présence et tout est payé », d’exprimer avec enthousiasme le président du tournoi.

On ne change guère une formule gagnante. Ce qui a contribué au succès des éditions passées est de retour, mais avec de petites nouveautés. À ce chapitre, M. Bilodeau mentionne que quatre parties, de catégorie Atome, seront disputées le samedi 9 février à l’aréna de Weedon. Toujours au chapitre des nouveautés, les joueurs des formations finalistes n’auront pas de médaille. Ils se verront remettre une mini banderole à l’effigie du tournoi. Évidemment, une grande banderole sera remise à l’équipe gagnante ainsi qu’à la formation perdante. Les honneurs habituels dévolus aux deux joueurs de chaque match seront soulignés en leur remettant une mini banderole du tournoi.

Le match d’ouverture sera disputé le vendredi 8 février et opposera, dans la catégorie Pee-Wee A, les Sharks du Haut-Saint-François aux Phoenix 3 de Sherbrooke. Précédera une cérémonie protocolaire avec la présentation de dignitaires et du président d’honneur Claude Ménard.

Mentionnons que les profits amassés au cours du tournoi servent à défrayer divers coûts inhérents à l’Association de hockey mineur du Haut-St-François que ce soit pour les heures de glace, le coût d’inscription, l’acquisition d’équipements, le matériel de pratique, les cliniques de perfectionnement ou autres.

Article précédentArticle suivant
©2019 Journal Le Haut-Saint-François