Publireportage

Du coin, d’ici, de chez vous ? Non, La Brasserie d’icitte !

Carl Gaudette et Jessica Lambert se sont lancés en affaires en juillet 2018. Depuis, leur entreprise La Brasserie d’icitte s’est bâtie une solide base de clients réguliers qui ne se lassent pas des spécialités de l’établissement, les grillades et fruits de mer.

La Brasserie d’icitte fêtera sa première année d’existence à la fin du mois. C’est en effet le 29 juillet 2018 que Jessica Lambert et Carl Gaudette ont ouvert les portes de leur établissement. Le couple n’a, depuis, pas regardé derrière.

Carl et Jessica se souviendront longtemps de cette première soirée, supposée être au départ un exercice de rodage réservé aux proches. « Ça a très, très, très bien parti », se rappelle Carl, qui était alors derrière les fourneaux. Voyant qu’il y avait de l’activité à l’intérieur du restaurant, après des semaines de préparation, les passants se sont mis à affluer. À un point tel que Jessica, qui était au service, ne fournissait pas à la demande. « Ça s’est tellement mis à se remplir que j’avais même pas le temps d’aller voir les gens pour leur dire que c’était une soirée de rodage. »

Une vision bien à eux
La soirée d’ouverture s’est terminée aux petites heures du matin et fut à l’image des premiers mois de l’entreprise. On servait de 150 à 200 repas par journée, alors que les propriétaires travaillaient 18 h par jour, souvent pour ne finir par faire que des siestes sur place.

N’empêche que Carl et Jessica ne regrettent pas leur choix de se partir en affaires. Après des années à œuvrer dans le domaine de la restauration à Sherbrooke, le couple a développé son intérêt pour la formule brasserie. « On a voulu créer la nôtre. Il y en avait pas à Cookshire, il y en avait pas en région. On voulait apporter quelque chose de différent de ce qu’il y avait déjà », d’exprimer Jessica.

C’est ainsi que les copropriétaires ont créé un endroit à leur goût, doté d’une ambiance rétro et garage. La décoration, faite par eux, se veut chaleureuse avec ses nombreuses touches de bois. « On voulait que les gens se sentent bien ici », résume celle qui est autant serveuse, cuisinière que gérante.

Originalité et qualité
Une autre particularité appréciée des visiteurs est la touche humoristique des menus. À La Brasserie d’icitte, « on broute nos salades » et la section des poissons a été rebaptisée Le Coin des menteurs et des histoires de pêche ! Jessica peut ainsi savoir si des clients en sont à leur première visite. « J’entends rire les gens aux tables » quand ils prennent connaissance du menu.

La Brasserie d’icitte peut se targuer d’avoir un menu complet et varié pour un établissement en région. Toutes les viandes de bœuf utilisées sont de catégorie Angus AAA. Il n’est donc pas surprenant que les meilleurs vendeurs demeurent le steak pétillant et l’assiette de viande hachée, sur l’heure du midi.

Les pièces de bœuf sont achetées entières et découpées sur place par un employé formé en boucherie. Outre un goût et une qualité supérieure, « ça nous a permis de faire des prix compétitifs », indique Jessica. C’est dans cet esprit qu’un plat différent est offert à 9,95 $ du dimanche au jeudi, comme les burgers, les côtes levées, la brochette de poulet ou encore les crevettes à l’ail.

Coup de main local
En démarrant leur entreprise, Carl et Jessica ont fait une demande d’aide financière auprès du Centre local de développement (CLD) du Haut-Saint-François. Après une présentation de La Brasserie d’icitte, le couple a pu bénéficier d’une somme de 5000 $ en plus de précieux conseils offerts par un conseiller. Carl s’est rapidement aperçu de leur utilité dans la gestion quotidienne des opérations. « Dans le fond, ils nous ont donné des outils de travail. » Ceux-ci ont également bénéficié de la mesure Soutien au travail autonome (STA), en collaboration avec Emploi-Québec.

Les entrepreneurs de la région sont invités à rejoindre la Chambre de commerce du Haut-Saint-François, qui travaille en étroite collaboration avec les divers organismes du milieu au bénéfice de ses membres. Activités de réseautage, séances d’information, assurances collectives, cartes rabais et autres font partie des avantages que procure le regroupement.

Article précédentArticle suivant
©2019 Journal Le Haut-Saint-François