Actualités

Jean-Marie Lapointe émeut le public de Weedon

Jean-Marie Lapointe a livré sa conférence Le Bonheur de bénévoler, à Weedon, suite à l’invitation de l’organisme Virage Santé mentale.

Dans le cadre de la Semaine de la santé mentale, Virage Santé mentale recevait la visite de Jean-Marie Lapointe. Le comédien et animateur a livré sa conférence Le Bonheur de bénévoler : pas payant, mais enrichissant au Centre communautaire de Weedon, devant un parterre comble de 110 personnes.


La conférence fait le survol des nombreuses implications sociales de M. Lapointe. On en retient l’importance de tendre la main à autrui de même que les grandes leçons d’humanité qu’on peut retirer de nos rencontres interpersonnelles.


Un parcours en dents de scie
« J’ai eu des périodes difficiles dans ma vie au niveau de la santé mentale. J’ai eu des hauts, j’ai eu des bas. J’ai fait des folies. J’ai fait des tentatives de suicide. S’il y a quelque chose qui m’a probablement sauvé, ça a été le bénévolat. » C’est en ces termes que Jean-Marie Lapointe a expliqué l’une des seules constantes de sa vie. Pendant de nombreuses années, il s’est impliqué auprès des athlètes handicapés et a accompagné de nombreux malades en fin de vie.


Il dit avoir développé ce sens du don de soi en commençant à accompagner son père, Jean Lapointe, dans la Maison qui porte son nom et qui vient en aide aux personnes alcooliques, toxicomanes et aux joueurs pathologiques. Plutôt que de passer Noël en famille, le paternel Lapointe se rendait visiter les résidents pour leur changer les idées durant ce temps de l’année généralement associé aux retrouvailles et aux réjouissances.


Quelques années plus tard, le fils Jean-Marie perd sa mère Marie Poulin des suites de l’alcoolisme. C’est après cet épisode troublant et auquel il n’a pas eu la force d’assister qu’il s’engagera dans l’accompagnement de fin de vie.

Qui ne risque rien n’a rien
Depuis ce temps, bien qu’il ait pu tergiverser, M. Lapointe a animé deux émissions qui ont marqué l’imaginaire québécois. La première, Face à la rue, a d’ailleurs valu à lui et son équipe un Gémeaux, trophée qu’il avait amené lors de la conférence et qu’il a fait circuler dans l’assistance. La diffusion de la seconde, Fin de mois, se termine cette semaine. Dans les deux cas, l’animateur traite de pauvreté, une situation qu’il a côtoyée au cours de sa vie.


C’est lorsqu’il était de passage à l’émission Tout le monde en parle pour discuter de ces projets que Jean-Marie Lapointe a été en quelque sorte «repéré» par Pauline Beaudry. La directrice générale de Virage Santé mentale dit l’avoir trouvé chaleureux, sincère et ouvert. C’est à ce moment qu’elle s’est mise en tête de l’avoir comme conférencier.


« D’année en année, je recherche quelqu’un qui sort de l’ordinaire, mais qui, pour la Semaine de la santé mentale, veut dire quelque chose. J’y vais toujours par feeling. » Elle avait vu juste puisque la rencontre qui était censée durer de 1 à 1 h 30 a dépassé les 2 heures. Celle qui est aussi intervenante sociale dit que les conférences de l’organisme sont de plus en plus attendues. « Les gens me disent : “J’ai bien hâte de voir qui tu vas nous amener cette année !” »

Article précédentArticle suivant
©2019 Journal Le Haut-Saint-François