Actualités

Traitement des eaux usées à Ascot Corner

Nous retrouvons à l’avant de gauche à droite, Marisol Labrecque, présidente de Technologies Ecofixe, Marie-Claude Bibeau, députée de Compton-Stanstead et ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Nathalie Bresse, mairesse d’Ascot Corner. Dans le même ordre à l’arrière, on aperçoit Marc Bernier, directeur des travaux publics et des services techniques, Jean-Pierre Beaudoin, conseiller responsable du dossier environnement, et Jonathan Piché, directeur général de la municipalité.

La municipalité d’Ascot Corner est la première municipalité au Québec à implanter le système écologique Ecofixe, une technologie québécoise de traitement des eaux usées qui devrait permettre d’augmenter la capacité de 35 %.


Le projet-pilote permettra de tester les performances environnementales du système tout en augmentant la capacité des installations d’assainissement des eaux d’Ascot Corner. La croissance soutenue de celle-ci au cours des dernières années a fait en sorte que cette dernière a pratiquement atteint la capacité maximale de traitement de ses installations. « Au cours des dernières années, la municipalité a effectué plusieurs études afin de déterminer la possibilité de modification de nos installations de traitement des eaux usées afin de ne pas freiner l’expansion de la municipalité », d’exprimer la mairesse, Nathalie Bresse. Elle justifie le choix d’Ecofixe en soutenant qu’elle représente une solution fiable, abordable et respectueuse de l’environnement.


L’implantation du système nécessitera un investissement de plus de 800 000 $. « Comme il s’agit d’un projet-pilote, une phase d’essai se fera sur une période de 12 mois afin de s’assurer qu’il rencontre les normes environnementales et bien évaluer les performances du système. Il est prévu d’augmenter la capacité d’eau à traiter par étape et tous les seuils de traitement devront être atteints avant de pouvoir passer à la prochaine étape et ainsi traiter une quantité d’eau plus importante », de préciser Mme Bresse. Cette nouvelle technologie permettra de réduire les gaz à effet de serre (GES). « Pour la municipalité d’Ascot Corner, le traitement des eaux usées représente 32 % des émissions des gaz à effet de serre. En adoptant l’ajout de modules Ecofixe dans le bassin actuel sans construire de bassin additionnel, cela aura un effet direct sur la réduction des gaz à effet de serre de la municipalité lié aux traitements des eaux usées. »


Présentement, sur 1 300 résidences, 600 sont desservies par le réseau de traitement des eaux usées. La mise en place du système devrait permettre d’en accueillir 300 autres, soutient la mairesse. La municipalité a obtenu une aide financière de 350 000 $ provenant du Fonds vert, annoncé par la députée de Compton-Stanstead, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau. La corporation est dans l’attente d’une réponse, qu’elle souhaite positive, du palier provincial, ce qui viendrait alléger sa participation financière. Selon Mme Bresse, il y aura un impact financier sur les utilisateurs. « Il est trop tôt pour dire ça va représenter quoi sur le compte de taxes », précise-t-elle. Pour la mairesse, il s’agit de la meilleure technologie, à meilleur coût et qui respecte l’environnement. Si tout va bien, on souhaite que les travaux soient exécutés pour l’automne.


La présidente de Technologies Ecofixe, Marisol Labrecque, une entreprise de Laval, était fière de présenter le système qui sera implanté. Il s’agit d’une technologie innovante, verte qui est brevetée au Canada. « Il s’agit d’un système modulaire qui vient s’installer dans les étangs. À Ascot Corner, ça sera trois modules qui seront installés directement dans le premier étang aéré, à la fin du premier étang aéré, qui permet de donner une deuxième vie au système sans ajouter d’infrastructure additionnelle. » Le traitement sans produits chimiques est entièrement biologique, permettant de rencontrer les normes environnementales de la province. Les autres avantages de cette technologie, d’ajouter Mme Labrecque, sont de traiter 100 % de débit de l’étang aéré. L’installation du système se fait en quelques semaines et l’opération ne demande que peu de formation. « Donc, ça sera les gens de la municipalité qui pourront prendre en main le projet et par la suite, opérer le système très facilement », complète-t-elle.


Soulignant que la protection de l’environnement lui tenait particulièrement à cœur et pour son gouvernement également, Mme Bibeau était fière d’annoncer le soutien financier. « Il nous fait plaisir d’encourager une entreprise innovante québécoise et de pouvoir contribuer au développement vert d’une municipalité de notre magnifique région. »

Article précédentArticle suivant
©2019 Journal Le Haut-Saint-François