Actualités

Sécurité rue Principale et limite de vitesse à Cookshire-Eaton

Laissant entendre que les possibilités d’interventions étaient limitées, Dominique Gosselin, conseillère en communication au ministère des Transports, direction de l’Estrie, mentionnait que les demandes doivent venir de la municipalité et qu’elles seraient étudiées.

Il est peu probable que le ministère des Transports modifie la signalisation à l’angle de la rue Principale et Craig. Il en sera de même quant à la réduction de la limite de vitesse à l’approche de l’intersection et du prolongement de la zone de 50 km jusqu’au site de l’Exposition agricole de Cookshire. Quant à l’arbre surplombant la rue Pope, un inspecteur devrait se rendre sur place, si ce n’est déjà fait pour évaluer la situation.


Voilà ce qui ressort d’une discussion téléphonique avec Dominique Gosselin, conseillère en communication au ministère des Transports, direction de l’Estrie. Ces propos s’inscrivent en réponse aux demandes formulées par l’ex-conseiller municipal, Yvon Roy, publiées dans notre numéro précédent. Mme Gosselin mentionne, en faisant référence à l’intersection, que « la configuration de la géométrie particulière de la route avec la pente, ça limite les interventions que le ministère peut apporter. »

Des analyses ont été effectuées, ajoute Mme Gosselin, et il appert qu’apporter des modifications pourrait s’avérer plus dangereux. L’idée de mettre des feux de circulation ou des arrêts obligatoires aux quatre sens serait difficile pour les véhicules lourds et particulièrement en hiver en raison de la forte pente. Quant à mettre un troisième arrêt obligatoire, les intervenants du ministère estiment que cela causerait une plus grande confusion et augmenterait les risques d’accrochage. En s’appuyant sur les statistiques, Mme Gosselin mentionne que le secteur n’est pas considéré problématique tout en précisant que le ministère apporte une surveillance en continu. Du 1er décembre 2016 au 31 décembre 2018, on dénombre 11 accidents, dont un seul avec blessé mineur. Quant à réduire la limite de vitesse de ce secteur de 50 à 30 km, cela semble peu probable puisqu’elle est réservée aux zones scolaires. Mme Gosselin nuance en ajoutant que ce n’est pas impossible, mais « la zone doit être représentative du milieu environnant. »


D’autre part, il semble que le souhait de M. Roy de prolonger la zone de 50 km située entre le Carrossier ProColor Cookshire et Armoires de cuisine NAC jusqu’au site de l’exposition agricole ne soit pas retenu. La signalisation actuelle de 90 km juste avant la zone concernée correspond aux caractéristiques en milieu rural établies. Mme Gosselin souligne qu’une modification de la limite de vitesse dans ce secteur ne sera pas plus sécuritaire. Elle ajoute qu’aucun accident impliquant un véhicule lourd n’est survenu entre l’Exposition agricole et Armoires NAC au cours du 1er décembre 2016 au 31 décembre 2018. Toutefois, on recense quatre accidents impliquant des véhicules automobiles, dont trois blessés mineurs.
Quant à l’arbre situé aux abords de la rue Pope entre le Château Pope et la rue Eastview, il n’a pas fait l’objet d’intervention d’émondage l’année dernière, d’admettre Mme Gosselin. Un inspecteur devait se rendre sur place, si ce n’est déjà fait, et le ministère agira selon ses recommandations, d’assurer l’intervenante.


Mme Gosselin confirme que la municipalité de Cookshire-Eaton a formulé des demandes concernant la sécurité à l’intersection de la route Craig et de la Principale en 2017 et 2018. Elle ajoute que les demandes doivent venir de la municipalité et qu’aucune en ce sens n’avait été déposée depuis.

Mairesse
Rejointe au téléphone, la mairesse de Cookshire-Eaton, Sylvie Lapointe, souhaitait aborder la problématique de la signalisation de limitation de vitesse et de l’élargissement de la zone de 50 km jusque devant le site de l’Exposition agricole, lors de l’atelier de travail tenu le 30 juillet dernier. Si les élus sont d’accord, laissait-elle entendre, la municipalité pourrait formuler une nouvelle demande au ministère des Transports.

Article précédentArticle suivant
©2019 Journal Le Haut-Saint-François