Actualités

Palettes Perron investit 12 M$ et s’installe dans l’ancienne usine Shermag

Le président et directeur général, Hugo Brunelle, et son frère, directeur ingénierie, Patrick Brunelle, devant le nouveau logo de l’entreprise.

Un an jour pour jour après l’incendie ayant rasé l’usine de Sawyerville, Palettes Perron a procédé à l’inauguration de sa nouvelle place d’affaires soit à l’ancienne usine Shermag, située à la limite de Cookshire-Eaton, tout près de Lennoxville. L’investissement de 12 M$ permettra de doubler sa production en plus de développer des projets connexes.


Le président et directeur général, Hugo Brunelle, mentionnait lors d’une conférence de presse que le site utilisé au départ comme refuge temporaire s’est imposé comme solution permanente. « Après l’incendie, on a dû prendre des décisions rapidement. On a dû prendre position d’abord pour les employés. On n’a jamais hésité à savoir si on rebâtissait ou pas Palettes Perron. Dans ma tête, ç’a toujours été très clair, on rebâtissait et on repartait. L’usine avait le vent dans les voiles, tout allait très bien. Cette décision-là a été très facile à prendre. On aurait aimé rester à Sawyerville, mais un paquet de facteurs nous empêchait d’être aussi efficaces. Le site n’offrait pas la capacité au niveau des gicleurs. Ici, il y a un bassin de rétention sur place. L’usine était déjà prête à être giclée. »
Dès le lendemain de l’incendie, les responsables travaillaient à la relance. Cinq semaines plus tard, de mentionner M. Brunelle, « on livrait nos premières palettes à nos clients. Neuf semaines après le feu, on recevait une première machine achetée, livrée, branchée et en production alors que ça prendrait plus d’un an normalement. Au début novembre, on recommençait à produire des palettes en série. »


Visiblement fier de cet exploit, le PDG en a attribué le mérite aux employés qui avaient interrompu le travail pour assister à la conférence de presse. « Ça paraît bien de mon côté, on a fait une bonne job, tout ça, mais je peux vous dire aujourd’hui que la seule et unique raison pour laquelle on a réussi à être aussi efficace et aussi productif, c’est à cause des gens qui sont en arrière. Les employés de Palettes Perron se sont retroussé les manches. J’ai une équipe extraordinaire. Moi aujourd’hui, je ne peux pas croire qu’on a réussi à faire ça en si peu de temps. Ce n’est pas rien que des jobs, il y en a qui ont donné du cœur, du monde qui ont donné du temps, du monde qui y ont cru. Moi j’y ai cru, mais que vous autres vous l’ayez fait de cette façon-là, c’est quelque chose. Je vous en remercie et vous félicite », d’exprimer M. Brunelle avec une certaine émotion.


Usine
Avec un investissement de 12 M$, Palettes Perron disposera d’une usine au goût du jour, d’exprimer son PDG. La superficie du bâtiment de 100 000 pieds carrés soit du double de l’ancienne ainsi qu’un terrain de 500 000 pieds carrés permettra à l’entreprise de faire face à l’avenir. « On va avoir les installations pour faire face à notre future progression. Au niveau des machines de production, on va être beaucoup plus équipé, plus efficace. On va avoir une très grande autonomie au niveau de la coupe de bois. On a investi énormément d’argent au niveau de la préparation de la matière première. » L’entreprise disposera de deux lignes de coupe de bois, une de bois franc et l’autre de bois mou. « Au niveau de la coupe de bois, on va avoir 10 fois la capacité qu’on avait dans notre autre usine. Ça va nous donner une grande autonomie et une plus grande capacité de palettes différentes. » M. Brunelle mentionne que la fabrication de palettes n’est pas aussi simple qu’on pourrait le croire. Un seul client peut demander jusqu’à 400 palettes de grandeurs et modèles différents. En plus d’être à la fine pointe de la technologie, l’usine dont l’aménagement sera complété dans les prochaines semaines tient compte du bien-être des travailleurs en offrant notamment un milieu de travail fonctionnel et sécuritaire.


L’entreprise est à 80 % de son ancien volume de production. Elle devrait le dépasser au cours des prochaines semaines. Palettes Perron compte présentement 25 travailleurs et prévoit grimper ce nombre autour de 45 dans les mois à venir.


M. Brunelle a profité de l’occasion pour remercier l’ensemble de ses partenaires financiers et autres. Il a souligné l’apport de la municipalité de Cookshire-Eaton, de sa volonté à faciliter les choses pour la relance, le Centre local de développement (CLD) ainsi que Cookshire-Eaton Innovation.

Cookshire-Eaton
La mairesse de Cookshire-Eaton, Sylvie Lapointe, est évidemment heureuse de ce dénouement. « On est vraiment partenaires, on s’est assis plusieurs fois. On a fait plusieurs plans. Moi, je voulais garder l’entreprise et le monde. On leur a donné un congé de taxes sur 10 ans. Maintenant, on voudrait voir avec les conseillers ce qu’on peut faire pour les employés qui viennent s’installer à Cookshire-Eaton. » Cette mesure pourrait s’appliquer à tous les travailleurs des entreprises œuvrant au sein de la municipalité, d’ajouter Mme Lapointe.

Article précédentArticle suivant
©2019 Journal Le Haut-Saint-François