Actualités

Parti libéral Marie-Claude Bibeau veut poursuivre le travail amorcé

Marie-Claude Bibeau, Parti libéral

La députée sortante de Compton-Stanstead et candidate du Parti libéral, Marie-Claude Bibeau, sollicite un second mandat parce qu’elle souhaite compléter les grands chantiers mis de l’avant au niveau national, mais également poursuivre le travail amorcé sur le territoire.


D’entrée de jeu, Mme Bibeau estime que le fait de cumuler des fonctions ministérielles n’a eu aucun impact négatif sur son travail de députée au contraire. « J’ai été avec mon équipe extrêmement proche de nos municipalités, de nos MRC pour m’assurer de bien connaître les projets, de pouvoir influencer le plus possible les programmes qui étaient en développement et aller chercher le maximum de financement pour nos communautés et pour les individus. J’ai des gens extrêmement compétents qui m’entourent et sont très actifs dans la communauté. En étant ministre au contraire, je dirais que j’avais une paire de lunettes encore plus grande pour pouvoir veiller sur le comté et faire en sorte qu’on ait le meilleur possible du gouvernement. »


Quant aux allusions des adversaires politiques à l’effet que le premier ministre prenne une grande place auprès des ministres et députés, Mme Bibeau s’inscrit en faux. « Non ! Je vous assure que c’est faux, c’est complètement faux », lance-t-elle d’un ton tranchant. « Vous avez remarqué qu’on est loin d’être muselé comme c’était le cas du gouvernement précédent. Ni les députés, ni les ministres, ni les ambassadeurs à l’étranger comme c’était le cas avec le gouvernement précédent. »


Au niveau agricole, elle admet que la négociation menant aux accords de libre-échange s’est révélée une période difficile pour le secteur de la gestion de l’offre particulièrement pour les producteurs laitiers, mais également de volailles et d’œufs. Elle rappelle au passage que le président américain, Donald Trump, réclamait l’abandon complet du système de la gestion de l’offre. « On s’est battu bec et ongles pour préserver le système. On a reconnu qu’il y a eu une brèche et c’est pourquoi on s’est engagé à mettre en place des compensations. Pour le secteur laitier, tout a été annoncé, pour ce qui est de la volaille et des œufs, c’est encore à venir, mais l’engagement est très ferme. » Elle ajoute que d’autres programmes agricoles ont été mis en place pour faciliter le virage technologique. « Il y a 100 M$ qui est en train de se déployer via le ministère du Développement économique pour l’innovation dans le secteur de l’agriculture. »


Le projet de production de cannabis médicinal à Weedon semble battre de l’aile. Mme Bibeau assure avoir fait toutes les représentations possibles et suit le dossier de près. « Ce sont des dossiers qui sont confidentiels; donc, tout ce que je peux faire est de m’assurer que les dossiers sont complets. Il semble qu’il ne manque pas d’information. Techniquement, on a complété le dossier et là je dois m’en remettre à mes collègues qui ont la réponse, mais ça ne peut pas se faire à un niveau politique. » Elle ajoute qu’il s’agit d’un dossier privé et qu’il y a des limites à ce qu’un député peut obtenir comme information.


L’avenir de l’aéroport de Sherbrooke suscite encore des interrogations. Pourtant, Mme Bibeau assure que le gouvernement fédéral a fait son travail, tout est en place et que la balle est maintenant dans le camp de la ville de Sherbrooke. « Nous, on a mis en place un mécanisme qu’on appelle mécanisme de recouvrement de coût. » Elle rappelle que la corporation de l’aéroport doit signer une entente avec une compagnie aérienne et « le fédéral n’a rien à voir là-dedans. Ce que le fédéral peut et doit faire, c’est d’offrir les services aéroportuaires. Là, c’est là, c’est en place tous les travaux préparatoires pour offrir les services ont été faits, on peut pas aller plus loin tant que le fédéral n’a pas l’entente entre les mains. »


Dans un autre ordre d’idée, la candidate libérale est fière de la réalisation de plusieurs petits dossiers innovateurs comme le nouveau procédé d’assainissement des eaux à Ascot Corner. L’Observatoire du Mont-Mégantic s’inscrit parmi les bons coups où elle mentionne avoir trouvé du financement pour une période de sept ans ce qui laisse le temps de trouver une solution durable. Sur la scène nationale, elle se dit particulièrement fière de la mise en place de l’allocation canadienne pour enfant qui a permis de sortir 900 000 Canadiens de la pauvreté, dont 300 000 enfants.
Contrairement à sa première campagne, la candidate libérale entame la nouvelle avec une importante équipe autour d’elle, précisant la participation de plusieurs personnes provenant de diverses allégeances politiques.

Article précédentArticle suivant
©2019 Journal Le Haut-Saint-François