Actualités

Route 112 d’Ascot Corner à Westbury : Réduction de la vitesse à 70 km/h

Deux croix sont installées aux abords de la route 112 où s’est produite la terrible tragédie qui a coûté la vie à Christophe Thivierge et Dominic Lemieux-Richard.

Le souhait du ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, à l’effet d’abaisser la vitesse à 70  km/h sur la route 112 entre Ascot Corner et Westbury, a été entendu par la direction du MTQ Estrie.


De passage dans la région le 16 septembre dernier, le ministre avait exprimé ce souhait. Une équipe avait été mandatée et la décision est tombée rapidement. Dès le 19 septembre, on pouvait lire des affiches indiquant que la vitesse sera réduite de 90 km à 70 km/h à compter du 1er octobre. Cette mesure s’appliquera du chemin Talbot à Ascot Corner jusqu’à la route 214 à Westbury.


Les panneaux sont apparus deux jours après la vigile de citoyens tenue à l’angle du chemin Paul et de la 112, endroit où est survenu le terrible accident mortel impliquant deux jeunes, Christophe Thivierge et Dominic Lemieux-Richard. Les parents des victimes, leurs proches et autres personnes ayant eu des accidents sur la route 112 participaient à la rencontre pour dénoncer la dangerosité de l’axe routier et réclamer une intervention rapide pour sécuriser de façon définitive l’endroit.


C’est avec émotion que les parents des victimes se sont adressés aux médias. Valérie Pelletier, mère de Christophe Thivierge, lance :  « Je sais que Christophe ferait la même démarche et se battrait pour que des changements soient apportés. Si la mort de nos garçons peut servir à protéger des familles dans l’avenir, ça sera ça », d’ajouter Claire Lemieux, mère de Dominic.


Les mères éplorées ont fait part de leur surprise d’apprendre que la route avait causé autant d’accidents. « Il est temps que l’on comprenne que l’action se doit d’être rapide. Il faut faire des changements. »


Éric Mageau, conseiller municipal au siège no 2 à Ascot Corner, admet que la démarche est douloureuse pour les personnes concernées. Il ajoute qu’elle permet de mettre des noms et des visages aux victimes d’accidents et de leurs proches. Ce ne sont pas que des statistiques pour les gens du ministère des Transports, souligne-t-il. Ce dernier précise que 102 accidents ont nécessité l’intervention de pinces de désincarcération depuis 2014 sur le tronçon de la route 112.


Satisfaite de la rapidité à laquelle le MTQ Estrie a répondu à la demande de diminuer la limite de vitesse, la mairesse d’Ascot Corner, Nathalie Bresse, souhaite que ce soit le début d’une intervention substantielle. « Ça, c’est la solution plasteur ». Elle rappelle que la municipalité a proposé plusieurs alternatives comme l’ajout d’un carrefour giratoire, l’installation de feu de circulation, d’une voie de protection, en précisant qu’elle était ouverte à toute autre mesure pour améliorer la sécurité. Dominique Gosselin, conseillère en communication au MTQ, a précisé dans notre édition précédente, qu’une étude plus approfondie allait se mettre en branle et viserait à déterminer les interventions qui seraient appropriées à réaliser sur la route 112 d’Ascot Corner à East Angus. Les résultats sont attendus pour 2020. De son côté, Mme Bresse n’a pas l’intention d’attendre bien longtemps. « À partir de janvier, je vais les appeler tous les mois. Je ne veux pas attendre à la fin de 2020 pour que le projet soit réalisé en 2022 », assure-t-elle.

Article précédentArticle suivant
©2019 Journal Le Haut-Saint-François