Sentier artistique : Une participation décevante

Nous apercevons Charlene Audrey Chouinard en train de peindre une œuvre.

La récente édition du Sentier artistique des Hauts-Boisés a connu un de ses plus faibles achalandages depuis sa création, il y a 8 ans. Membre de l’organisation depuis le tout début, l’artiste Denis Palmer n’arrivait pas, un mois plus tard, à mettre le doigt sur les raisons expliquant cette faible participation.


« C’est pas un succès. Moi, j’ai eu moins que la moitié de visiteurs que d’habitude et presque la même chose pour les autres participants ! C’est très décourageant pour tout le monde. Surtout pour les personnes qui sont nouvelles ». M. Palmer mentionne avoir reçu 24 personnes tout au long de la fin de semaine. Habituellement, c’est le nombre qu’il recevait pour la journée du dimanche. « Pour moi et Normand Gladu, (autre artiste participant depuis le tout début), nous sommes à la retraite.

Économiquement, c’est pas si important pour nous d’avoir un succès. Nous sommes juste contents d’ouvrir notre atelier et de rencontrer le public. Mais pour les autres personnes plus jeunes avec des familles, c’est peut-être plus important. »


Est-ce la température, le nombre élevé d’activités à faire au cours de la fin de semaine, la dispersion des artistes sur le territoire, une organisation un peu déficiente ou autres ? M. Palmer laisse entendre que c’est un peu tout ça. « Ça demande un peu plus de curiosité des visiteurs. »


Évidemment déçu de l’édition 2019, M. Palmer ne parle pas de dernière pour autant. Il relève l’importance pour les jeunes artistes de se faire connaître et découvrir. Cette année, ils étaient neuf artistes. Pendant trois jours, les amateurs d’art et autres avaient l’occasion de les rencontrer, visiter leur atelier, pour certains et discuter de leur art, leur façon de faire, leur inspiration et bien d’autres sujets. Parmi les artistes désireux de partager leur passion, on retrouvait Gwendolyn Rivera d’Artemysia Mystica, herboriste spécialisée dans les produits naturels, de santé et beauté; Bout du Chemin/Tammy et Gilles, artisans ébénistes; Charlene Audrey Chouinard, peintre, illustratrice, design textile; Ginette Bertrand (Djinn) peinture, sculpture, musique; Louise Bélisle, Bijoux en plumes, dessin, sculpture et moulage; Wendy Main, vitrail, photographie, mosaïque en verre; Meaghan Cuggy, peinture; Denis Palmer, dessin et aquarelle ainsi que Normand Gladu, techniques mixtes, sculptures environnementales et contemporaines.

actualite

Sentier artistique : A Disappointing Turnout

The recent edition of the Sentier artistique des Hauts-Boisés saw one of its lowest number of visitors since its inception 8 years ago. Member of the group since the very beginning, the artist Denis Palmer was not able, a month later, to pinpoint the reasons for this low participation.


“It was not a success. Myself, I had fewer than half the visitors as usual, and it was almost the same for the other participants! It’s very discouraging for everyone. Especially for the people who are new.” Mr. Palmer said he received 24 people throughout the weekend. Usually, that’s the number he would receive on Sunday alone. “For me and Normand Gladu, (another artist involved since the very beginning), we are retired. Economically, it’s not so important for us to be successful. We are just happy to open our workshop and meet the public. But for other, younger people with families, it may be more important.”


Is it the weather, the high number of activities offered during the weekend, the dispersion of artists over the region, a somewhat deficient organization. or other reasons? Mr. Palmer suggests that it could be a little of all that. “It requires a little more curiosity from visitors.”


Obviously disappointed with the 2019 edition, Mr. Palmer is far from speaking of the last one. He notes the importance for young artists to make themselves known and discover others. This year, the group was nine artists. For three days, art lovers and others had the opportunity to meet them, visit their workshop and, for some, discuss their art, their way of doing things, their inspiration and many other subjects. Artists interested in sharing their passion included Gwendolyn Rivera from Artemysia Mystica, a herbalist specializing in natural, health and beauty products; Bout du Chemin / Tammy and Gilles, cabinetmakers; Charlene Audrey Chouinard, painter, illustrator, textile designer; Ginette Bertrand (Djinn), painting, sculpture, music; Louise Bélisle, feather jewelry, drawing, sculpture and molding; Wendy Main, stained glass, photography, glass mosaic; Meaghan Cuggy, painting; Denis Palmer, drawing and watercolor; and Normand Gladu, mixed techniques, environmental and contemporary sculptures.

Tuba et mimosa

Le deuxième Concert pique-nique a réuni une centaine de personnes au parc des Braves de Cookshire-Eaton par un beau dimanche avant-midi. L’événement mettait en vedette un quintette de cuivres dirigé par le trompettiste natif de East Angus, Robin Doyon. Les cinq musiciens, ayant reçu une formation classique, ont su sortir de leur style principal pour interpréter une demi-douzaine de pièces autant jazz que populaires en passant par le flamenco et le dixie. Se sont ainsi succédé Eleonor Rigby des Beatles et le thème de Superman, dans un style symphonique. Une vente de livres au profit de la Maison de la culture John-Henry-Pope se tenait simultanément au Victoria Hall. Le troisième et dernier Concert pique-nique aura lieu ce dimanche 8 septembre à 11 h 30, toujours au parc des Braves, et mettra en scène un quatuor à cordes.

Rachel Garber

FIRST FROST

A walking barometer I know predicts the first frost on September 15th. But keeping warm should not be difficult. Just take part in all the activities going on this month. Read on.


ECOCENTRE IN NEWPORT, 7th

Bring your unwanted household items and residues, in other words, non-recyclable stuff, to the Mobile Ecocentre on Saturday, September 7, from 9 a.m. to 1 p.m., in the Newport Municipal Hall parking lot at 1452 Route 212, in Island Brook. INFO: 819-560-8565.


COLOUR CAFÉ, 11th
The Colour Café resumes at La Passerelle Women’s Centre in Cookshire on the second Wednesday of the month, but at a new time. The first session is on Wednesday, September 11, at 1 p.m. Join the group for some colouring and conversation, and a great opportunity to meet and get to know other women in a relaxing, welcoming atmosphere. It’s a fun way to add some colour to your day.


YOGA IN SAWYERVILLE, 17th

A 10-week series of Light Yoga begins on Tuesday, September 17, at 10 to 11 a.m. at the Sawyerville Community Centre, 6 Church Street, led by Myrna MacDonald. Info: 819-875-5393, or myrnmac44@gmail.com.

COMPLAINTS IN BURY, 18th
How does it work, filing complaints in health and social services? Why complain when you receive unsatisfactory service? How can your complaints help to improve services in the future? Angela Moore, a complaints advisor from CAAP-Estrie (Centre d’assistance et accompagnement aux plaintes) will give valuable information about these questions in a Health Link session at 1 p.m. on Wednesday, September 18, at the Armoury Community Centre, 563 Main St., Bury.


Participants are welcome to come early for lunch, at 11:30 a.m. (Reservations required; $5 donation requested to cover costs.) Collaborator SADC du Haut-Saint-François will also have an agri-food kiosk on-site during the lunch, so participants can sample some local agri-food delicacies and learn more about local producers.
To reserve for lunch, please call Kim Fessenden at 819-872-3771, ext. 2.

STORIES IN EATON CORNER, 21st
Storytelling will happen at the Eaton Corner Museum! Storyteller Ann Rothfels will be telling three personal stories born of the Townships. She will be accompanied musically by France Thibault and Laurent Hubert, who will perform Irish music using a variety of instruments.


In Rothfels’ words, she “will reflect upon her arrival in the Townships from the city of Toronto in the 1970s as she weaves her tales of daily walks along the country roads, being the mother of twins (a story dedicated to the memory of Dr. Lowry) and her life as a volunteer small-town librarian. Each story has its own special twist and each tale is a celebration of the amazing life she found here in the Townships.”


When? Saturday, September 21, at 3 p.m. Where? In the Foss House at the Eaton Corner Museum in Eaton Corner. Donations will help support the Eaton Corner Museum. Refreshments will be served. To reserve a place, please phone Elaine at 819-563-8700.


SPAGHETTI IN LAWRENCE, 21st
Plan ahead: A Spaghetti Supper to raise funds for the Lawrence Community Centre is to be at the Centre, 449 Lawrence Road, Newport. Saturday, September 21, with two sittings: 4 p.m. and 5:30 p.m. INFO: 819-875-5227.

VALORIS CONSULTATION, 25th
The August 28th consultation regarding the proposed expansion of the engineered landfill site has been postponed to Wednesday, September 25. The focus will be on the economic aspects of the project, communications and community contributions.


When? At 6:45 p.m. Where? In the Salle des commissaires of the École du Parchemin, 162 Saint-Jean E. Avenue in East Angus. To register for the events, or for more info: 819-560-8403 x 2916, email communication-valoris@hsfqc.ca, or visit the website letvaloris.com. Note: The previous consultations are now available for perusal on the letvaloris.com website.

CARDS IN BULWER, 26th
The 500 Card Parties are at the Bulwer Community Center, 254 Jordan Hill Road, on Thursdays, September 26 and October 10 and 24, at 1:30 p.m. Admission: $6 for cards, lunch, and prizes, to be distributed after the card games.


CRUISE IN MAGOG, 28th
Reserve now for the annual group outing for Newport residents aboard the Grand Cru in Magog on Saturday, September 28, for a three-hour supper cruise. Choice seats have been reserved to make the most of the evening atmosphere and the musical show. Tickets: $120 per person. Reservations or info: 819-889-1340 or 819-875-5227 or 819-560-8565.

VIACTIVE
Bilingual Viactive exercises for seniors on Wednesdays: four choices. At the Armoury Community Centre, 563 Main Street, Bury, at 10 a.m. with Doris Eryou. At the Manoir de l’Eau Vive, 210 Principale East, at 10 a.m. with Serena Wintle and Lyne Maisonneuve, beginning September 18.


At the Sawyerville Community Centre, 6 Church Street, at 10 a.m. with Gerard and Denise Nault, beginning September 18. And at the Newport Municipal Hall, 1452 Route 212, in Island Brook, at 1:30 p.m. with Christiane Coté and Ruth Shipman, beginning September 25.

DIANE IS BACK
Services in English have resumed at the Centre d’action bénévole du Haut-Saint-François. That means Diane Grenier is back! For information about frozen meals, caregivers support, conferences in English, and transportation to medical appointments, call Diane at 819-560-8540, option 9 for English.

CHURCH SERVICES
United. Sunday services are at the Trinity United in Cookshire at 9:30 a.m., and the Sawyerville United at 11 a.m. Info: 819-889-2838 (listen to message).

Baptist. In Sawyerville, the Sunday worship service is at 9 a.m. in French, and 11 a.m. in English. Sunday school is at 10 a.m. in English and French. Info: 819-239-8818.


Anglican. The September 8th Sunday services are at 9:30 a.m. at St. Paul’s in Bury, at 11 a.m. at St. Peter’s in Cookshire, and at 6 p.m. at St. John’s in Brookbury – the final service there of the season. On September 15, the services are at 9:30 a.m. in Bury and 11 a.m. in Cookshire. Info: 819-887-6802.


Do you have news to share? Call 819-300-2374 or email rawrites@yahoo.com by September 9 for publication September 18 or by September 23 for October 2.

Les concerts de la gare, une activité rassembleuse

Lancés à l’occasion de la fête du centenaire de la municipalité de East Angus, les concerts de la gare perdurent, sept ans plus tard, et attirent encore plusieurs centaines d’amateurs de musique. Chaque jeudi soir, ou presque, au cours de la période estivale, des centaines de citoyens de la municipalité et des environs apportent leur chaise de parterre pour certains, alors que d’autres demeurent debout pour socialiser au rythme musical. Pas moins de 10 concerts, tous présentés gratuitement, ont fait le bonheur des gens. La municipalité contribue financièrement à l’organisation de cet événement avec un montant de 10 000 $ annuellement. D’autres collaborateurs se greffent à la fête. « Ça apporte de la vitalité au centre-ville. Des gens de l’extérieur viennent souper avant d’aller au concert. Certains font le plein d’essence ici. Ça apporte des retombées. La musique, ça nous rallie, c’est une belle activité familiale. C’est rassembleur, ça nous permet d’échanger et ça donne une proximité. C’est là pour rester », de compléter la mairesse Lyne Boulanger. Plusieurs centaines de personnes se rassemblent tous les jeudis soir pour écouter la musique, voir les groupes et échanger entre amis.

Les rénovations se poursuivent à la salle communautaire des Chevaliers

Propriétaire de la salle communautaire des Chevaliers de Colomb depuis février 2018, la municipalité de East Angus avait entrepris des travaux pour rafraîchir les lieux comme en peinturant le rez-de-chaussée et le sous-sol tout en changeant le couvre-plancher. Ayant obtenu une subvention qui couvrira 65 % du coût des autres rénovations évaluées à 220 000 $, la municipalité est en voie de compléter la mise à niveau du bâtiment. Les passants auront remarqué les travaux d’excavation pour changer les drains. On procédera également à l’agrandissement du stationnement.

Quant au bâtiment, on projette ajouter deux toilettes au sous-sol et rénover la salle de bains ainsi qu’au rez-de-chaussée. On installera la climatisation pour l’ensemble de l’édifice. Les personnes à mobilité réduite seront choyées puisqu’on remplacera la rampe d’accès par un élévateur. Les divers organismes disposeront d’une salle communautaire fonctionnelle, d’exprimer la mairesse de East Angus, Lyne Boulanger. Rappelons que l’édifice porte le nom de salle communautaire des Chevaliers, en mémoire de l’organisme qui en était propriétaire.

Fête de la famille rassembleuse

La popularité de la Fête de la famille à East Angus demeure une activité fort populaire. Encore cette année, plus de 800 personnes, parents, enfants et grands-parents ont littéralement envahi le site du bureau de poste et de la Vieille gare pour célébrer en famille et souligner l’arrivée des nouveau-nés. Les jeunes ont profité du maquillage, du petit train, des spectacles de magie, des jeux gonflables, jeux de société géants tout en dégustant de la barbe à papa. Fidèles à leurs engagements, les membres du Club Lions d’East Angus ont pris en charge le repas consistant à une dégustation gratuite de maïs en épi. Plusieurs kiosques comme celui de la Relève et Moisson Haut-Saint-François étaient sur place.

La participation des pompiers de la Régie des incendies d’East Angus et les cadets de la Sûreté du Québec ont également retenu l’attention des petits comme des grands. Les membres du conseil municipal ont profité de l’occasion pour remettre un sac cadeau d’une valeur approximative de 300 $ pour les nouveau-nés, gracieuseté de la Caisse du Haut-Saint-François, de la Pharmacie Proxim d’East Angus et de Bébé Maude. La Fête de la famille était organisée par la municipalité de East Angus avec la collaboration de partenaires. Nous retrouvons les parents en compagnie des nouveau-nés et des représentants de la municipalité, dont la mairesse Lyne Boulanger.

Plus de 8 000 $ pour les jeunes

Nous apercevons sur la photo une partie des nombreux participants au tournoi annuel.

Le tournoi de golf annuel organisé par le Pub Central à East Angus s’est révélé encore une fois un franc succès. L’équipe de Marc Dion, propriétaire de l’établissement, a amassé des recettes nettes de 8 000 $ qui sont remis à la Journée Natalie Champigny. Quelque 144 golfeurs avec plusieurs anciens joueurs de hockey professionnel dont Normand Léveillé des Bruins de Boston, maintenant un habitué du tournoi, se sont fait un plaisir de rejoindre Michel Champigny sur les allées du Club de golf East Angus.

Plusieurs magnifiques prix ont été remis pour l’occasion dont le prix spécial auquel se rattachait une vente de billets pour gagner un crédit voyage à Los Angeles. David Clare de Saint-Hubert est l’heureux gagnant. Un vélo de montagne, un kayak, une laveuse à pression, un foyer au propane et autres faisaient partie des prix de participation. Rappelons que l’argent remis à la Journée Natalie Champigny sert à venir en aide aux jeunes issus de familles défavorisées fréquentant les écoles primaires du territoire

Nouveau garage municipal en 2020

La municipalité de East Angus s’est portée acquéreur du bâtiment situé au 16, rue David-Swan au coût de 360 000 $. Elle prendra possession de l’édifice abritant les autobus scolaires du transporteur Transdev en août 2020. La municipalité a déposé une demande d’aide financière auprès du ministère des Affaires municipales. Dans l’obtention d’une nouvelle positive, elle entreprendra des travaux de mise à niveau. « Tout sera regroupé à un seul endroit, ça sera plus fonctionnel, on ne perdra pas de temps à chercher. On a des choses d’éparpillées dans des endroits différents », d’exprimer la mairesse, Lyne Boulanger. Le projet global incluant l’acquisition est de 1,2 M$. Mme Boulanger soutient que le garage actuel est désuet depuis un certain temps et qu’il en aurait coûté beaucoup plus cher d’en construire un nouveau.

Des travaux moins coûteux que prévu pour l’aréna Robert-Fournier

La municipalité de East Angus est sur le point de compléter la mise à niveau de l’aréna Robert-Fournier particulièrement avec le nouveau système de réfrigération. Outre cet aspect, des travaux de ventilation en lien avec l’ajout de déshumidificateurs seront complétés au cours des prochains jours, si ce n’est déjà fait. La mairesse, Lyne Boulanger, est particulièrement satisfaite du projet qui nécessitera un investissement de 300 000 $, soit beaucoup moins que prévu. « Nous avons fait appel à un ingénieur retraité qui a effectué les études et indiqué ça serait quoi la meilleure avenue. Ça aurait été beaucoup plus cher si on avait fait une demande de subvention. » Mme Boulanger mentionne que le montant est défrayé à même les surplus budgétaires de l’année 2018.

Deux abribus

La municipalité souhaite toujours être en mesure d’aménager deux abribus avant la fin de la présente année. Un serait installé devant le bureau de poste sur la rue Saint-Jean alors que le second serait à proximité du Dépanneur East Angus sur Angus Sud.
Les abribus seront particuliers dans le sens où ils permettront l’accès aux personnes à mobilité réduite. L’argent pour réaliser le projet proviendra du Fonds du développement du territoire (FDT). Notez que la photo n’est pas le modèle qui sera retenu.

Des bornes électriques disponibles

La municipalité de East Angus a procédé à l’installation de deux bornes électriques de niveau 2. Une est installée à l’aréna Robert-Fournier et l’autre à même l’hôtel de ville. La mairesse, Lyne Boulanger, mentionne que le choix de l’hôtel de ville vise à attirer les visiteurs au centre-ville et de fait même à visiter et consommer sur place. Le choix de l’aréna correspond à un fort achalandage réparti pratiquement sur toute l’année avec le hockey et le soccer. Le coût du projet s’élève à 12 142 $ défrayé à même une subvention provenant du Fonds de développement du territoire (FDT).

La rue St-Gérard accessible

Actuellement sans issue, la municipalité de East Angus étudie la possibilité de rendre la rue St-Gérard accessible par la Kennedy qui est perpendiculaire. Le mandat d’arpentage, d’analyse de sol et d’ingénierie a été donné en juillet dernier à la firme St-Georges Structures et Civil. Des aménagements pourraient avoir lieu en 2021, si tout va comme prévu. Mme Lyne Boulanger mentionne que des suggestions seront formulées pour améliorer la sécurité de la rue St-Gérard, que ce soit pour les piétons par l’aménagement de trottoir ou autres pour les vélos. L’étude au coût de 38 000 $ est défrayée à même le Fonds de développement territorial (FDT). Le secteur du CHSLD, de la polyvalente et de l’aréna est fort achalandé, d’expliquer la mairesse, et plusieurs visiteurs empruntant la rue Saint-Gérard, croyant accéder à la rue Kennedy, sont forcés de faire demi-tour.

2125 $ répartis entre neuf organismes

À partir de la droite, on retrouve les représentantes de Moisson Cookshire, des Amis de l’Oasis, des Cuisines collectives, du CAB, du CJE et Mains agiles en compagnie du président régional de la Fondation Laure-Gaudreault.

La cellule locale de la Fondation Laure-Gaudreault procédait récemment à sa remise de dons annuelle à l’Érablière du Lac d’Argent de Dudswell. En tout, ce sont 2125 $ qui ont été amassés auprès des membres de la fondation au cours de l’année 2018 et qui ont été remis à neuf organismes du Haut-Saint-François.


En appui aux dons des membres retraités du domaine de l’éducation, la compagnie Graymont de Dudswell a contribué à hauteur de 150 $. Le président de la région de l’Estrie à la Fondation Laure-Gaudreault, Claude Smith, s’est dit surpris du dynamisme de la cellule locale qui a réussi à recueillir une somme aussi importante pour un nombre réduit de membres.

Neuf récipiendaires
Le Centre d’action bénévole (CAB) reçoit une somme de 200 $ pour poursuivre ses deux programmes Lire et faire lire et le Courrier des jeunes. Moisson Cookshire s’est vu octroyer 300 $ pour donner une aide alimentaire à ses 450 bénéficiaires mensuels par l’implication exclusive de bénévoles. Les Cuisines collectives ont reçu la même somme, cette fois pour la mise sur pied de La Potagerie qui offrira des bacs de jardinage surélevés aux ainés de Dudswell afin qu’ils y cultivent des légumes. Les récoltes seront par la suite transformées avec l’aide de l’organisme.


Le Carrefour jeunesse-emploi tient encore cet été sa Coop d’initiation à l’entrepreneuriat collectif. La somme de 200 $ remise par la Fondation Laure-Gaudreault soutiendra l’embauche de deux étudiants universitaires qui viendront chapeauter 12 jeunes entrepreneurs du secondaire. Les Mains agiles, qui promouvoit l’apprentissage du tissage auprès des enfants et des adultes de Scotstown, se méritent 200 $ pour l’achat de matériel.
Les Amis de l’Oasis à Weedon disposent de 250 $ pour retenir les services de deux techniciennes spécialisées qui prodigueront des massages de mains aux résidents du CHSLD. Avec 300 $ supplémentaires, Moisson Haut-Saint-François poursuivra sa mission d’aide alimentaire envers 650 personnes de la région dans sept points de service. Les Étincelles de bonheur bénéficient de 200 $ pour l’organisation d’un festin de cabane à sucre qui fera s’impliquer ses membres. Finalement, l’école des Trois-Cantons de Saint-Isidore-de-Clifton reçoit 200 $ qu’elle utilisera pour l’achat de divers items destinés aux élèves.

La cyberintimidation chez les jeunes : un fléau lourd de conséquences

La cyberintimidation, cette manière d’intimider une personne en se servant d’outils technologiques, touche de nombreux jeunes chaque jour. À cause des téléphones intelligents et des réseaux sociaux, cette forme d’intimidation pernicieuse suit constamment l’enfant ou l’adolescent, et ce, où qu’il soit. Or, le cyberintimidateur est rarement conscient de l’impact de ses actes et des risques auxquels il s’expose.


Un effet-écran néfaste
L’effet-écran est ce qui donne l’illusion à l’intimidateur d’être anonyme et invincible, alors que les autorités peuvent pourtant remonter facilement jusqu’à lui. Son écran l’empêche également de voir les réactions de son interlocuteur, ce qui l’amène à être plus insultant et plus menaçant dans ses propos qu’il ne le serait en personne.


L’effet-écran est aussi ce qui procure un faux sentiment de sécurité et d’intimité à la victime. Convaincue que sa conversation sur sa messagerie privée restera privée, elle peut aisément voir ses propos copiés, déformés, mal interprétés et partagés publiquement.


Des conséquences graves
Le harcèlement, l’atteinte à la réputation d’une personne, les menaces de blessures ou de mort, la diffusion d’images intimes et l’incitation au suicide sont des infractions lourdes de conséquences. Le cyberintimidateur accusé de l’une de ces infractions peut recevoir une peine adaptée (réprimande, absolution, réparation de dommages, probation ou autre). Il peut en outre devoir une somme d’argent à la victime, ou encore se retrouver devant les tribunaux en raison du tort qu’il a causé.


Des ressources à contacter
Plusieurs ressources peuvent venir en aide aux victimes ou aux témoins de cyberintimidation. Vous avez besoin d’aide pour vous-même ou pour un proche ? Contactez les intervenants scolaires, l’organisme Tel-Jeunes (www.teljeunes.com) ou la police. Important : prenez soin de conserver toutes les preuves incriminant l’intimidateur (textos, courriels, publications sur les réseaux sociaux, etc.).

Une dixième et dernière année du prix excellence Paulo Dumas !

Paulo Dumas

Au cours de l’année scolaire 2009-2010, le projet Cité-école a le vent dans les voiles. M. Claude D. Giguère, alors directeur de la polyvalente depuis cinq ans, est à la recherche de fonds afin de concrétiser davantage le prix de gouverneur général auquel prix est associé une somme de 250 dollars.
M. Giguère rencontre à Cookshire-Eaton, un entrepreneur local, M. Paulo Dumas. Ce dernier tient absolument à poser sa brique dans le projet de Cité-école, fier qu’il se sent de voir toute cette énergie consacrée par l’école à la persévérance scolaire. Il tenait à embrasser plus loin que la persévérance scolaire. Il visait l’excellence dans la réussite scolaire. Après réflexion et échanges avec le directeur, il décide de s’impliquer financièrement afin de valoriser l’excellence académique. Enthousiasmé par l’importance que notre école accorde aux jeunes de toutes les communautés, il finalise officiellement avec M. Giguère, membre très actif du projet Cité-école, une entente financière répartie sur dix ans, à raison de mille dollars par année. Le prix d’excellence sera attribué, chaque année, lors du Gala des mérites pour l’élève s’étant distingué par la plus haute moyenne générale lors des examens de 5e secondaire. Le prix du gouverneur général se voit ainsi bonifié et bien concrétisé au plan financier. Le prix Paulo Dumas (excellence et gouverneur général) est arrivé à son terme de dix ans, en juin dernier, lors du Gala des mérites de la Cité-école.


Reconnaissance pour votre implication
Merci, M. Dumas, pour votre engagement indéfectible à l’endroit de nos jeunes qui, grâce à votre soutien, a permis à plusieurs récipiendaires du prix de poursuivre des études collégiales et universitaires dans des domaines les plus variés : ingénierie, médecine, recherche biotechnologique, droit, architecture, enseignement… Nous savons que vous souhaitiez de tout cœur être présent avec nous ce soir, mais des raisons de santé vous en empêchent. Tout le personnel de la Cité-école, anciens directeurs et actuels, jeunes et anciens récipiendaires, parents, passés et présents, tenons à vous remercier du fond du cœur pour votre implication au cours de ces dix fructueuses et nourrissantes années !

Charles Labrie, enseignant, et collaboration de Renée-Claude Leroux, organisatrice communautaire

Un frigo partage accessible à tous

Nous retrouvons devant le frigo partage de gauche à droite, Marc Alexandre Fonda, représentant de Marie-Claude Bibeau, Emmanuel Sfiligoi, représentant de François Jacques, Blaise Cantin, Sylvie Lapointe, mairesse de Cookshire-Eaton, Jacky Mathieu, Geneviève Guénette, Adèle Grenon-LeMaître et Sabrina Denault Lapointe. Voir autre photo sur le site web du journal.

La Relève du Haut-Saint-François a procédé à l’inauguration du concept frigo partage. Aménagés à l’intérieur d’une remise adjacente l’organisme, situé au 54, rue Bibeau à Cookshire-Eaton, les deux frigos sont accessibles à toute la population 24 h sur 24 et ce tout au long de l’année.


L’objectif du frigo partage, explique la directrice de l’organisme, Sabrina Denault Lapointe, est « d’éviter le gaspillage alimentaire et de partager les denrées. C’est un lieu où les gens peuvent venir chercher des aliments, porter des aliments ou simplement les échanger. » L’accessibilité est ouverte à tous. « Nous, on fait confiance aux gens. Ils prennent ce qu’ils ont besoin. On ne fait pas de discrimination. On peut être riche et vivre une mauvaise passe. On ne porte pas de jugement. » Mme Denault Lapointe mentionne que les utilisateurs sont respectueux. « Il n’y a pas eu de vandalisme. »
La Relève du Haut-Saint-François avait amorcé le concept de frigo partage il y a deux ans en disposant d’un petit frigo à l’extérieur du local. Grâce à l’aide financière de 100 degrés, une initiative de Québec en forme, l’organisme régional a obtenu 8 645 $. Cet appui a permis l’aménagement, l’été dernier, d’un abri suffisamment isolé pour y maintenir deux frigos à l’année. Avec l’aide financière, on a également installé des bacs à jardin de chaque côté de la remise. On y retrouvera des fines herbes, des carottes, de la salade. Des bacs sont également disposés dans les haltes-garderies du secteur Cookshire et de Scotstown.


Les frigos, explique Mme Denault Lapointe, sont régulièrement remplis grâce à la générosité de plusieurs partenaires dont le principal IGA Cookshire, Moisson Cookshire, Moisson Haut-Saint-François ainsi que des maraîchers en saison. Des citoyens viennent également déposer des choses, ajoute-t-elle. Les frigos contiennent généralement des légumes, du fromage, du pain, de la viande et des mets cuisinés.


Signe de l’importance de l’initiative, les représentants des députés de Mégantic, François Jacques, et de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, ainsi que la mairesse de Cookshire-Eaton, Sylvie Lapointe, ont participé à l’inauguration tout en soulignant l’apport d’une telle initiative au sein de la communauté

André Lachapelle et notre mémoire collective

André Lachapelle

L’ex-directeur de la Cité-école, André Lachapelle, est originaire de Charlemagne, petit pays de la célèbre famille Dion, fratrie avec laquelle il a partagé ses premières années de vie. Plus tard, suite à une spécialité en fiscalité et un travail à Revenu Canada, il optera pour une formation dans l’enseignement du français au secondaire. Il fera carrière dans la région montréalaise à titre d’enseignant et de directeur de diverses écoles polyvalentes.


Devenu «post-urbain», il choisira de compléter une carrière en enseignement dans les verts prés et sommets des Cantons-de-l’Est, comme directeur au primaire, dans la région de Coaticook et ici, à la Cité-école, dans le secteur des Hauts-Cantons. Nous t’avons donc accueilli, ici, à notre Cité-école en août 2016. Tu étais notre huitième directeur principal depuis 2004. Nous nous souvenons de tes paroles d’accueil axées principalement sur deux concepts pédagogiques fondamentaux : la qualité des relations humaines et le travail d’équipe avec ton personnel. Outre certaines contraintes avec lesquelles tu as dû naviguer, nous voulons te remercier pour ta fidélité à ces deux objectifs.


Nous aimons souligner ta présence récurrente dans chacune de nos treize communautés scolaires des Hauts-Cantons lors des Soirées des Bourses Reconnaissance, et ce, durant les trois dernières années. Ces soirées étant un des piliers fondateurs du projet de Cité-école ! Cela pouvait s’avérer contraignant, pour toi, compte tenu de ton lieu de résidence à Magog et de l’heure avancée dans la soirée pour la fin de ces Fêtes rassembleuses et communautaires. Là où l’histoire de la Cité-école retiendra ta marque dans notre histoire collective, c’est ton choix de la mise sur pied, ici, avec la précieuse collaboration de plusieurs enseignants, une vocation particulière pour notre école : le projet Santé globale avec le défi espéré d’inscrire une valeur ajoutée au projet Cité-école. Merci également pour cette petite chronique hebdomadaire sur la qualité de la langue française, en page d’ouverture, dans l’hebdo «La Cité décolle». Rigueur et fierté, en arrière-plan, pour les utilisateurs que nous sommes, au quotidien ! On se souviendra, aussi, des jalons que tu as posés dans l’agenda des autorités scolaires et municipales afin qu’advienne, enfin, cette piscine tant espérée depuis près de quarante ans ! Quant à la modernisation de l’auditorium, tu l’as aussi placée en tête de tes priorités avec discussions et échéanciers.
On ne peut passer sous silence le plaisir évident que tu éprouvais à jaser, discuter, rire avec les élèves, parfois dans les classes ou, très souvent, dans le hall d’entrée lors de la sortie en fin de journée… sans exclure une fermeté de bon ton à l’occasion ! Là, tu fidélisais ce concept de toujours inscrire en priorité la qualité des relations humaines. Nous t’en sommes redevables. On sentait, lors de discussions individuelles ou collectives, l’importance que tu accordais à l’élève, davantage qu’à tout l’arsenal bureaucratique, nécessaire et parfois contraignant. Nous garderons aussi en mémoire une maxime de ton père phare éclairant dans bien des contextes : « Regarde où tu vas… sinon tu vas aller où tu regardes ! » Fort de tous les magnifiques projets que tu nourris pour ta retraite, nous sommes assurés qu’elle sera libre et heureuse. Et n’oublie pas le livre que tu planifiais écrire, à ta retraite, sur ta maman.

Charles Labrie, enseignant, en collaboration avec Renée-Claude Leroux, organisatrice communautaire

actualite

Cookshire Fair Still Captivates

The 174th edition of the Cookshire Fair attracted more than 9,000 festival-goers, according to initial estimates. The crowd got to know Mookshire, the new official mascot of the event, and quench their thirst with an exclusive beer produced by the 11 Comtés. After a few years of absence, the Ferris wheel made an eye-catching return to the Expo.


This edition will be remembered for its dance and country music, with an almost daily presence under the Winslow tent. Feedback was very positive on social networks, said Annie de la Bruère.


This was the first visit to the site by the MNA for Mégantic, François Jacques. His weekend agenda was full, with the Musique aux Sommets de Chartierville festival and the Picnic Concert in Cookshire-Eaton (see other articles). «What’s fun is that there is activity in the riding. It’s alive,» said the resident of Lac-Mégantic.


The federal deputy of Compton-Stanstead and newly appointed Agriculture and Agri-Food Minister, Marie-Claude Bibeau, has the Cookshire Fair tatooed on her heart, so to speak. «I am privileged to go from one fair to another, but at this one, I am at home here.» Several hours after announcing grants of $1.75 billion for milk producers, she noted that she has not forgotten poultry and egg producers.


Offered for the first time, the arm wrestling competition surprised the organizers. «We didn’t expect anything, but in the end we had 100 amateur registrations,» said Audrey Perron-Breault. The high number of participants permitted them to award prizes totaling $2,000.


One of the organizers, Nicolas Lachance, noted that the Expo is appreciated by all. The event brings the two anglophone and francophone communities in the region closer together. In addition to the volunteers, he thanked the exhibitors who transported their animals in order to show them to the public. «They are the ones who bring the Fair to life.» The organizing committee is already rolling up its sleeves for the 175th edition next year.

L’Expo Cookshire attire toujours autant

La 174e édition de l’Expo Cookshire a attiré plus de 9 000 festivaliers, dont plusieurs amateurs de bras de fer. L’organisation voit grand pour le 175e en 2020.

La 174e édition de l’Expo Cookshire a attiré plus de 9 000 festivaliers selon les premières estimations. La foule a pu faire connaissance avec Mookshire, la nouvelle mascotte officielle de l’événement, et se désaltérer avec une bière exclusive signée les 11 comtés. Après quelques années d’absence, la grande roue a fait un retour remarqué à l’Expo.


La danse et le country auront marqué cette édition avec une présence quasi quotidienne sous le chapiteau Winslow. La rétroaction était d’ailleurs très positive sur les réseaux sociaux, aux dires d’Annie de la Bruère.
Il s’agissait de la première visite sur le site de la part du député de Mégantic, François Jacques. Son agenda de la fin de semaine était bien rempli, si on ajoute le festival Musique aux Sommets de Chartierville et le Concert pique-nique à Cookshire-Eaton (voir autres textes). « Ce qui est le fun, c’est qu’il y a de l’activité dans la circonscription. Ça bouge », s’est exprimé le résident de Lac-Mégantic.


Du côté fédéral, la députée de Compton-Stanstead et nouvellement ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau, a l’Expo Cookshire tatouée sur le cœur. « J’ai le privilège de me promener d’une expo à l’autre, mais, celle-là, elle est de chez moi. » Quelques heures après l’annonce de l’octroi de 1,75 milliard de dollars aux producteurs laitiers, elle a assuré ne pas oublier les producteurs de volaille et d’œufs.
À sa première occurrence, la compétition de bras de fer a surpris les organisateurs. « On s’attendait à rien, puis finalement on a eu 100 inscriptions amateures », relate Audrey Perron-Breault. Le nombre élevé de participants a permis de remettre 2000 $ de bourses au total.


L’un des organisateurs, Nicolas Lachance, rappelle que l’Expo est appréciée de tous. L’événement rapproche les deux communautés anglophone et francophone de la région. Outre les bénévoles, il remercie les exposants qui déplacent leurs animaux afin de les montrer au public. « C’est eux qui font vivre l’Expo. » Le comité organisateur se retrousse déjà les manches pour la 175e édition qui se tiendra l’an prochain.

©2020 Journal Le Haut-Saint-François