Actualités

Grands vents et inondations : Plusieurs municipalités touchées

Les installations du parc Pomerleau à Ascot Corner ont littéralement été inondées par les eaux. Nous apercevons à droite le dessus des bandes de la patinoire.

Le 1er novembre dernier, le Québec a subi les caprices de Dame nature. Les fortes pluies et les vents violents ont causé bien des dégâts. Le Haut-Saint-François n’a pas été épargné. Plusieurs citoyens ont dû être évacués durant la nuit et tôt le matin. Presque tous les élus s’entendent pour dire que la situation est pire que la crue des eaux du printemps. Le niveau de l’eau a monté très haut et très rapidement. « C’est arrivé d’un coup, ç’a été une surprise », mentionne entre autres, la mairesse de Lingwick, Céline Gagné.

Débordements de rivières et évacuations

Le niveau de la rivière Saint-François a monté plus haut qu’au printemps, inondant une fois de plus le parc Pomerleau à Ascot Corner. Quelques rues se retrouvant sous l’eau ont dû être fermées à la circulation. Toutefois, les citoyens n’ont pas eu à être évacués.

À Cookshire-Eaton, la rivière Eaton a débordé et un tronçon de la route 108, entre la 212 et la 214 était inaccessible à la circulation vendredi, par mesure préventive. Certains riverains ont dû être évacués au cours de la nuit de jeudi à vendredi, mais ont pu regagner leur domicile dans l’après-midi, le niveau de la rivière ayant baissé.

East Angus et Westbury ont également vécu plusieurs inondations, causées, notamment par les feuilles qui obstruaient les bouches d’égout. Le chemin de fer près du chemin Gosford Ouest a lui aussi été abîmé par la montée des eaux.

La rivière au Saumon à Lingwick est sortie de son lit et a inondé les champs avoisinants. Toutefois, aucune résidence n’a été touchée et donc personne n’a dû être évacué. Même scénario pour La Patrie où plusieurs terres agricoles ont été immergées.

À Weedon, l’état d’urgence a été déclaré à 12 h le vendredi. Quelques personnes ont été évacuées et prises en charge. Elles ont été hébergées dans un hôtel à Sherbrooke, faute de places disponibles dans la région. Toutefois, elles ont toutes pu regagner leur domicile dans la journée de dimanche.

Plusieurs tronçons de route complètement détruits
Si la pluie et les inondations ont fait des dommages, c’est l’érosion des routes et les bris qui ont suivi qui risquent de coûter plus cher. Pour Dudswell, près de 200 000 $ sont estimés pour la réparation des routes.
Bury n’a pas été épargnée. Selon le maire Walter Dougherty, les dégâts sont parmi les pires qu’ils ont eus depuis des années. Plusieurs secteurs ont été inondés, mais c’est principalement l’état des routes qui a fait craindre les citoyens. Beaucoup de chemins ont été partiellement abîmés, mais pour d’autres, ils étaient totalement impraticables. C’est le cas notamment de la route 255 où un tronçon a complètement été détruit, mais rapidement réparé.

Pour Ascot Corner, Cookshire-Eaton, Hampden, Scotstown et Westbury, les vents ont causé beaucoup de dégâts. Des arbres sont tombés un peu partout et plusieurs routes ont été grandement endommagées. Dans le secteur de Johnville, un chemin s’est complètement effondré. Les pompiers ont dû intervenir, à quelques reprises, pour des sauvetages.

À Weedon, des routes, qui normalement ne se brisent pas parce qu’elles sont en hauteur, se sont retrouvées détruites. Le chemin du Barrage a été pratiquement tout emporté et le Rang 2 Sud a pour sa part été sectionné en trois parties.

Un mur parti au vent
La polyvalente d’East Angus a subi un bris assez considérable. Un pan de mur a littéralement été arraché par le vent. Les étudiants et membres du personnel ont dû être évacués et transférés à l’aréna en milieu de journée pour assurer leur sécurité. L’intérieur de la bibliothèque était visible de l’extérieur. Heureusement, personne n’a été blessé et les réparations ont été entamées en fin de journée pour se terminer au cours de la fin de semaine.

Des pannes dans toute la MRC
Une des grandes problématiques reste les pannes de courant. Presque toutes les municipalités du Haut-Saint-François ont subi des pannes d’électricité. En général, le courant est revenu en moins d’une journée, mais en milieu rural, certains abonnés en ont été privés pendant plusieurs jours. Des hébergements temporaires et de l’aide étaient proposés aux gens qui en ressentaient le besoin. À Cookshire-Eaton, un centre d’accueil à la caserne de pompiers était ouvert pour les citoyens ayant besoin d’eau, de prendre leur douche ou simplement profiter d’un peu de chaleur.

Des travaux pour prévenir
N’étant pas à leur première expérience du genre, la municipalité de Lingwick avait entrepris divers travaux en 2019 en prévision des conditions météorologiques. Certains chemins ont donc été surélevés de quelques pieds afin d’éviter aux citoyens de se retrouver, une fois de plus, isolés à cause des inondations. Mme Gagné mentionne que ces travaux ont fait leurs preuves et ont permis de diminuer les dégâts. À Dudswell, les élus songent non seulement à faire des travaux en prévision, mais ils planifient améliorer leur système d’information d’urgence offert aux citoyens avant les sinistres. L’objectif est d’aider les gens à préparer leur trousse d’urgence 72 h afin de mieux gérer les situations à venir. Les municipalités touchées se relèvent et pour certaines, la facture risque d’être salée.

Article précédentArticle suivant
©2019 Journal Le Haut-Saint-François