Actualités

10e congrès des microbrasseries du Québec : 11 comtés reçoit un prix

Tenant fièrement le trophée, Emilie Fontaine est entourée de ses collègues. De gauche à droite, Sébastien Authier, Benoît Pouliot, Mathieu Garceau-Tremblay, Maxime Vignola-Gagné et Simon Lafrance.

Nommée meilleure nouvelle microbrasserie lors du 10e congrès annuel de l’Association des microbrasseries du Québec (l’AMBQ), la Brasserie 11 comtés de Cookshire-Eaton a de quoi être fière.

Emilie Fontaine, copropriétaire de la brasserie, affirme avoir été très surprise d’avoir gagné. « On savait que sur papier, notre dossier était solide, mais après ça, comment les gens du jury, les gens de l’industrie vont prendre leur décision. » L’entreprise était en finale avec deux autres brasseries. Même si les propriétaires mettaient beaucoup d’espoir dans ce prix, ils ne s’attendaient pas à revenir avec un trophée. Pour preuve, ils n’avaient même pas préparé de discours.

Plusieurs critères étaient pris en compte lors de la sélection. Tout d’abord, l’entreprise devait être dans les affaires depuis moins de deux ans. Le jury évaluait l’originalité, l’audace ainsi que le modèle d’affaires. Des points étaient également distribués pour les défis rencontrés. « On a eu, nous, tellement de défis, que je crois qu’on a “scoré” plus fort dans cette catégorie-là », explique en riant, Mme Fontaine.

En activité depuis juillet 2018, l’entreprise tient à offrir un produit presque 100 % local. « On est les seuls au Québec à ne brasser qu’avec du houblon québécois. Le plus possible local, travailler avec les producteurs. Ça semble tellement évident, mais étonnamment, ce n’est pas si présent que ça encore dans le monde de la brasserie au Québec. Donc, notre philosophie, c’est notre territoire, c’est le Haut-Saint-François, ce sont les producteurs, les gens, les paysages. Tout ça nous inspire vraiment jour après jour », exprime Mme Fontaine. Produire local est pour eux la seule façon de concevoir leurs bières. Le nom 11 comtés a été choisi pour rappeler le territoire des Cantons-de-l’Est. Les propriétaires ont un très fort sentiment d’appartenance. Selon eux, pour se démarquer, il est important de mettre de l’avant ce qu’ils peuvent trouver sur leur territoire.

Il faut dire que la brasserie a connu un vif succès depuis son ouverture, il y a un peu plus d’un an. La copropriétaire se dit choyée et privilégiée, « c’était un pari audacieux de s’établir dans le Haut-Saint-François, à Cookshire. La réponse des gens a été extraordinaire. » Ce succès apporte également ce qu’on appelle des beaux problèmes. Tout l’été, les propriétaires ont dû gérer un restaurant plein à craquer. Ils doivent maintenant penser de quelle façon ils peuvent optimiser l’espace afin d’accueillir encore plus de gens.
Offrant présentement dix bières en canettes et une en brasserie, l’entreprise prévoit, pour l’année 2020, commencer l’embouteillage. Pour l’instant, il est toujours possible de s’en procurer en cruchon directement à la brasserie sur la rue Pope ou en canettes dans diverses épiceries de la région.

Article précédentArticle suivant
©2019 Journal Le Haut-Saint-François