Publireportage

Chez Pierre & Céline : Plus qu’un casse-croûte

Céline Larrivée et Pierre Longchamps, propriétaires du Restaurant Chez Pierre & Céline.

En prenant possession du restaurant en 2017, Pierre Longchamps et Céline Larrivée avaient déjà l’intention d’en faire plus qu’un simple casse-croûte. Un restaurant familial offrant des repas cuisinés avec des produits faits maison, c’est ce que propose le Restaurant Chez Pierre & Céline sur la route 212 à Newport.

Originaire de Stratford, Mme Larrivée s’est installée à Sherbrooke dans le but de faire des études en cuisine. Elle compte à son actif plusieurs années d’expérience dans le domaine. De son côté, M. Longchamps est originaire de Saint-Sébastien et c’est le travail qui l’a amené dans la région. Cumulant plusieurs emplois en tant que cuisinier, il se spécialise dans les sauces et se considère comme étant un chef saucier. Il affirme que s’il a choisi ce métier, c’est principalement à cause de son amour pour la gastronomie.

Un concours de circonstances
Les propriétaires ne prévoyaient pas ouvrir un restaurant. Ayant tous les deux déjà un emploi dans une autre cuisine, c’est leur comptable qui leur a parlé de l’opportunité qu’il y avait à Newport. « On a acheté le fonds de commerce de l’ancien propriétaire et à partir de là, on est reparti en grand. Pour remonter la business, ça nous prenait des spécialités. On a fait le bacon maison, le creton, les saucisses, les fèves au lard et on a créé une assiette avec ça », explique M. Longchamps.

Pour eux, être entrepreneurs a ses avantages, mais également ses inconvénients. « Travailler pour nous-mêmes, c’est pas pareil comme travailler pour les autres, tu n’as pas la pression du boss au-dessus de toi », mentionne le propriétaire. « Mais tu as la pression de la clientèle par contre ! », ajoute en riant sa conjointe.

Pas de patron, c’est un avantage, mais ils sont responsables de tout, explique-t-elle. Si des erreurs sont commises, elle doit donc en prendre la responsabilité. « Mais j’aime ça, j’aime bien m’assumer. » Si Mme Larrivée n’a pas d’inspiration entrepreneuriale dans la famille, son conjoint en a plusieurs. Son père était boulanger, son grand-père, son oncle et ses neveux sont également entrepreneurs.

La satisfaction du client avant tout

Ce qu’ils aiment le plus dans leur domaine, c’est de remarquer la satisfaction du client. Le fait de voir qu’ils apprécient leur repas et n’hésitent pas à revenir. « C’est gratifiant de voir que les clients sont contents et c’est ta paie », lance la propriétaire. « Le client a toujours raison ! Ça veut dire qu’il faut être capable d’en prendre et s’ajuster en conséquence », explique de son côté M. Longchamps.

Une des grandes spécialités du restaurant vient d’une idée farfelue du fils de ce dernier. « Il a dit, bon, pourquoi on ne ferait pas une poutine Black Jack ! La poutine Black Jack était très populaire ici. C’est une poutine sauce au poivre flambée au Jack Daniel’s. » Ce qui a lancé en popularité ce repas typiquement québécois, c’est le passage d’un blogueur dont le but est de faire découvrir les meilleures poutines du Québec. « Il nous a identifiés sur Internet et à partir de là, la poutine est partie en fou ! »

Le choix de leur logo n’est pas anodin. Le petit diable provient du logo de la première entreprise de M. Longchamps. Quant à la raison de ce choix, Mme Larrivée explique en riant « parce que travailler dans la cuisine, c’est l’enfer ! Il fait chaud ! » Elle ajoute que le caractère de son conjoint fait qu’il est le petit diable de la place.

Des nouveautés pour l’été prochain
Puisque c’est un restaurant saisonnier, les propriétaires fermeront pour l’hiver. Ils prendront ce temps pour réfléchir à de nouvelles recettes afin de continuer à satisfaire leurs fidèles clients dès la réouverture en mars 2020.
Rappelons que le CLD du Haut-Saint-François offre son aide pour quiconque ayant un projet d’affaire que ce soit un lancement d’entreprise, une expansion ou une acquisition. La Chambre de commerce du Haut-Saint-François propose également divers services aux entreprises et commerçants de la région en plus d’être un excellent moyen de réseautage.

Article précédentArticle suivant
©2019 Journal Le Haut-Saint-François