Actualités

OSE le Haut ! : Aux intervenants d’y donner tout son sens

Nous apercevons le président du comité OSE le Haut, Richard Tanguay, présentant le concept et l’image de marque à plus d’une quarantaine de participants.

C’est en présence d’une quarantaine d’intervenants du territoire réunie au Manège militaire à Bury, dont les députés François Jacques et Marie-Claude Bibeau, que certains membres du comité OSE le Haut ont procédé au lancement de la campagne ainsi que de l’image de marque avec Apollo, les membres de sa famille et ses amis. Le président du comité, Richard Tanguay, a rappelé aux personnes l’importance de contribuer à la démarche en développant divers projets susceptibles d’alimenter le personnage illustré et ses proches.

La campagne de rétention et d’attraction est le fruit d’une démarche amorcée en septembre 2014 et à laquelle participaient les municipalités et organismes du territoire. Elle s’est poursuivie en démarche globale intégrée de développement pour en arriver à OSE le Haut à laquelle se rattache l’image de marque. Outre la présentation, l’objectif de la rencontre du 15 novembre dernier visait à dire aux intervenants que le train était en marche, que des choses étaient faites, certaines en voie de l’être et d’autres en devenir. On voulait surtout rappeler qu’ils (partenaires) sont les acteurs de changement du territoire conformément aux cinq valeurs et huit changements identifiés. « On veut que les gens s’approprient le cheminement de fait au cours des quatre à cinq dernières années au niveau de la démarche. Le Haut-Saint-François rayonnera si on souhaite le faire rayonner tous ensemble. » S’adressant aux participants, M. Tanguay ajoute « vous n’êtes pas dupes, ce n’est pas un petit personnage et ses proches qui vont faire la job. Sans nous toutes et tous, ils n’auront pas grand pouvoir.

Apollo et sa gang comptent sur nous, sur nos actions audacieuses, animées de nos valeurs, ciblant les changements souhaités pour les faire rayonner au-delà du Haut, mais aussi pour améliorer les conditions de vie ici dans le Haut. »

À titre d’exemple, les responsables ont invité divers intervenants à présenter des projets qui ont contribué au développement du Haut-Saint-François en respectant les cinq valeurs et huit changements identifiés dans la démarche. Le président de la Commission scolaire des Hauts-Cantons, Yves Gilbert, a expliqué comment le transfert d’élèves de niveau primaire de Bury, de l’école du Parchemin à East Angus, à l’école St-Paul à Scotstown, avait eu un effet dynamisant pour l’institution scolaire et la municipalité. Benoit Fortin de l’entreprise Léo Désilets maître herboriste et Façoteck, a expliqué comment l’organisation d’une collecte de fonds de type cabaret-bingo a permis d’amasser de l’argent pour améliorer le parc-école de l’endroit. Julie Pomerleau, agente culturelle au CLD, et Bruno Gobeil, ex-maire de La Patrie, ont fait valoir comment la réalisation du concept de shed a permis d’être un élément rassembleur auquel s’est greffé plusieurs bénévoles en plus de développer un sentiment de fierté. Rappelons que ce nouvel attrait se retrouve dans huit municipalités du territoire. Renée-Claude Leroux, agente communautaire à la Cité-école Louis-Saint-Laurent, a présenté ce concept innovateur, son impact comme moteur de changement auprès des élèves et des municipalités. Cette réalisation a contribué entre autres à diminuer drastiquement le taux de décrochage de l’école de 36 % à 6 %. Deux jeunes artistes, Amélie Lemay-Choquette et Sébastien Croteau, ont fait part de leur retour dans le Haut après avoir vécu plusieurs années à Montréal et de l’appui qu’ils ont reçu et qui se poursuit pour vivre de leur art. Jerry Espada, agent au CLD, a présenté le concept de La nuit du pont couvert de Lingwick, comme étant un événement culturel unique en son genre et à haute saveur écologique. Jinny Mailhot, directrice de la Corporation de développement communautaire du Haut-Saint-François, a parlé de divers projets réalisés par l’organisme dont le premier colloque sur la diversité sexuelle et de genre en ruralité et un sur la diversité culturelle en ruralité ainsi que la réalisation d’un documentaire auprès de différentes personnes du territoire expliquant comment ils vivent leur différence. À cela s’ajoute la réalisation de deux sondages, dont un auprès de la communauté LGBTQ+ et un autre auprès de travailleurs du Haut-Saint-François. L’objectif était de connaître les besoins de cette communauté.

Tournée
Ces exemples se retrouvent sur le site web oselehaut.ca avec plusieurs autres démontrant le travail qui se fait sur le territoire. À cela, les visiteurs pourront également découvrir le monde d’Apollo et d’autres choses marquant le territoire ainsi qu’une carte interactive. Les membres du comité n’en resteront pas là. Ils prévoient entreprendre une tournée d’information auprès des municipalités et des organismes du territoire au cours des prochains mois.

Article précédentArticle suivant
©2019 Journal Le Haut-Saint-François