Publireportage

VC Tech : Une entreprise au service de la communauté

Vincent Carrier se fait un point d’honneur à garder un service de proximité pour le Haut-Saint-François.

Vincent Carrier a toujours su qu’il avait une fibre entrepreneuriale très présente. Installé depuis plus de 10 ans à Cookshire-Eaton, il a démarré son entreprise d’ingénierie VC Tech, offrant entre autres des services de test de percolation.

Ayant travaillé dans le milieu de la construction pendant plus de 15 ans, l’entrepreneur affirme avoir toujours été entouré de gens qui sont dans le même domaine. « Mon père est entrepreneur en construction, mon frère est contracteur général et ma mère a eu son propre bureau de comptable », explique-t-il. L’entrepreneuriat est donc quelque chose de récurrent dans la famille. « Dès que je touchais quelque chose, je regardais de quelle façon je pouvais exploiter ça de manière autonome. » L’intérêt pour le domaine d’ingénierie civile s’est manifesté en 2009. Il est alors retourné aux études afin d’obtenir les diplômes nécessaires pour démarrer son entreprise.

Une expertise mise au service de la population
VC Tech offre divers services dont des tests de percolation, attestations de conformité et l’implantation de puits artésiens. Le technologue va directement sur le terrain pour effectuer les tests de sol et selon les conditions climatiques, les analyses sont faites sur place ou en laboratoire. En fonction du résultat obtenu, il sera en mesure de déterminer quel type de système devra être mis en place selon l’usage prévu par le propriétaire. Par la suite, un rapport d’expertise sera produit qui expliquera le tout et les plans et devis seront remis à l’excavateur et la municipalité pour guider lors des travaux. « Ce n’est pas juste un test de sol sur le terrain, on accompagne le client jusqu’à la fin. On peut même être présent avec l’excavateur pour l’accompagner dans les travaux », explique M. Carrier.

Dans le Haut-Saint-François, très peu d’entreprises offrent ce service. Pour l’entrepreneur, même s’il dessert l’Estrie, il tient à garder un service de proximité pour la MRC du HSF. « C’est un service qui est très particulier, il y a beaucoup de gens qui ne connaissent pas ce service-là jusqu’à tant qu’ils en aient besoin. Donc d’avoir quelque’un de près qui est capable de leur expliquer chacune des facettes de tout ça, c’est vraiment appréciable », exprime-t-il.

Des idées plein la tête
M. Carrier n’a pas fini d’innover avec VC Tech. Un projet est en cours de démarrage, celui de la supervision de scellements de puits. « Lorsqu’un puisatier doit sceller un puits, ça lui prend la supervision d’un technologue accrédité pour s’assurer que le scellement est fait correctement », explique-t-il.

Une autre division intéresse l’entrepreneur, celle de la dronotique. Une des clientèles pour ce service sera le secteur agricole. « On va aider au niveau des agriculteurs quand ils veulent travailler leurs champs, avoir des vues aériennes en temps réel. L’autre volet qu’on veut exploiter au niveau de la dronotique, c’est beaucoup les services aux municipalités, le calcul volumétrique des matériaux dans les gravières, sablières ou d’autres services qui requièrent une vue aérienne en temps réel au niveau des services municipaux ou même d’entreprises pour de l’inspection d’infrastructure. »

Faire partie de la communauté
Pour bien démarrer son projet, M. Carrier s’est dirigé vers divers organismes de la région afin de se faire accompagner. « Dès que j’ai eu cette idée-là, j’ai vu qu’on avait accès à de l’aide et des services au Centre local de développement (CLD) du Haut-Saint-François. Donc, je me suis tourné vers eux pour démarrer l’entreprise et cela a très bien été. » Il y a fait sa formation de lancement d’entreprise et a obtenu du soutien pour monter son plan d’affaires ainsi que de l’aide financière au démarrage et pour l’achat d’équipement. « J’ai vraiment été bien encadré pour s’assurer de démarrer comme il faut », ajoute-t-il.

Faisant également partie de la Chambre de commerce du Haut-Saint-François, il bénéficie du soutien et d’un vaste réseautage. « J’ai bien l’intention de continuer à être membre au fil des ans afin de faire partie de la communauté ! »

Article précédentArticle suivant
©2020 Journal Le Haut-Saint-François