Actualités

IGA Cookshire ouvre ses portes le 26 mars

Vidées de leur contenu et nettoyées, les tablettes se rempliront de nouvelles marchandises pour l’ouverture du 26 mars.

À moins d’un imprévu majeur, le marché d’alimentation IGA Cookshire ouvrira ses portes le jeudi 26 mars. Dès 7 h le matin, les usagers de la grande région de Cookshire pourront reprendre leurs habitudes, et ce après 6 semaines de fermeture.

Rappelons que le magasin a fermé ses portes en raison d’un incendie d’origine criminelle, survenu dans la nuit du dimanche 16 février. Le feu s’est déclaré près du quai d’embarquement causant des dommages au système de CO2 ainsi qu’à la place d’affaires située à l’étage supérieur. Le magasin a surtout été affecté par l’eau, notamment les murs près de l’origine du sinistre et la fumée.

Magasin propre
La clientèle entrera dans un magasin entièrement nettoyé, aseptisé et repeint à certains endroits. Tout ce qui se retrouvera sur les tablettes et à l’intérieur des frigidaires sera des produits frais, assure M. Denis. « Nous avons jeté tout ce qui était périssable. Tout ce qui était sec et consommable sans danger, certifié par le MAPAQ, a été donné à des organismes comme Moisson Haut-Saint-François et Moisson Cookshire-Eaton. » Le propriétaire a profité de l’occasion pour réaménager certaines dispositions à l’intérieur du magasin. « On a beaucoup modifié le coin des microbrasseries. Les bières seront désormais au froid. On a changé des étagères dans la boulangerie. » Quelques frigos seront également remplacés en raison des dégâts causés par l’eau. L’entrée du magasin a été retravaillée et repeinte. « Ce qu’on a été capable de modifier sans prolonger la période de fermeture, on l’a fait. Une chose qu’on avait en tête, c’était de garder l’âme du magasin. On veut que les gens retrouvent leur magasin. » À cet effet, M. Denis prévoit installer une bannière sur laquelle sera inscrite Bienvenue chez vous.

Réouverture
Le propriétaire n’envisage pas de faire de cérémonie spéciale pour la réouverture. « On ne veut pas faire comme si c’était un nouveau magasin. On veut montrer une continuité, exprimer aux gens que c’était un arrêt. On veut exprimer aux clients le plaisir de les revoir. » M. Denis souhaite tout de même signifier sa reconnaissance envers la clientèle. « Au départ, on a parlé de faire plein de dégustations pour la réouverture, mais en raison du coronavirus, on a tout enlevé ça. On a mis des tirages à la place. » Le propriétaire souligne néanmoins qu’il y aura tout de même une dégustation de bières locales de la Brasserie 11 comtés. Les tirages et la dégustation s’échelonneront sur trois jours soit du jeudi au samedi. On procédera à un tirage par jour d’un certificat-cadeau d’une valeur de 250 $. On prévoit aussi effectuer un tirage sur Facebook. Il y aura également, en magasin, la roue chanceuse pour gagner des points Air Miles.

Interrogé à savoir s’il craint de perdre une partie de sa clientèle après six semaines de fermeture, il mentionne : « Je ne pense pas, je fais confiance à mes clients. » M. Denis souligne que le magasin a continué d’offrir un service en ligne et de livraison malgré tout. Il ajoute que le sentiment d’entraide caractérisant le milieu, l’implication de la municipalité pour instaurer un transport et la contribution du député de Mégantic, François Jacques, dans la démarche contribuent à consolider sa clientèle. Le propriétaire ajoute avoir reçu régulièrement des appuis de la population. « J’ai eu au moins 100 personnes qui m’ont appelé pour m’offrir leur aide à me donner un coup de main bénévolement. Malheureusement, je ne pouvais accepter en raison des assurances. » Véritable apôtre de l’achat local, M. Denis mentionne avoir un retour des choses. « Les fournisseurs, entrepreneurs locaux travaillent fort pour que tout soit correct. » D’autre part, ce dernier ne cache pas sa satisfaction au fait que les 76 employés du magasin ont tous été payés au cours de la fermeture, période couverte par la police d’assurance. Mentionnons que l’enquête policière de la Sûreté du Québec est toujours en cours.

Article précédentArticle suivant
©2020 Journal Le Haut-Saint-François