Actualités

Soirée reconnaissance au CJE : « Ça prend un village pour élever un enfant » — Edward Humphrey

Le CJE, en collaboration avec l’Association des Townshippers et le PRÉE, a organisé un 5 à 7 pour remercier les gens qui s’impliquent dans la réussite éducative.

Dans le cadre des Journées de la persévérance scolaire, le Carrefour jeunesse-emploi (CJE) du Haut-Saint-François a pris l’initiative d’organiser une soirée reconnaissance pour souligner les gens de notre MRC qui font une différence dans la réussite éducative. Comme le mentionnait l’animateur, Edward Humphrey, « ça prend un village pour élever un enfant. »

Se déroulant à même leurs locaux à East Angus, l’événement regroupant une trentaine de personnes était organisé par le CJE, en collaboration avec l’Association des Townshippers et le Projet Partenaires pour la réussite éducative en Estrie (Projet PRÉE). La soirée avait pour but de « souligner la réussite éducative dans son sens large qui n’est pas nécessairement en lien avec le scolaire, mais aussi en lien avec la socialisation. Donc les comportements, les valeurs et les attitudes dans la société », explique Judith Olson, coordonnatrice des services à l’intervention au CJE.
Les organisateurs trouvaient important d’inclure la communauté anglophone, c’est pourquoi la présentation était bilingue. « En créant ces partenariats, on augmente la confiance de la population anglophone et leur donne accès à de bons services », affirme M. Humphrey, responsable de projets pour l’Association des Townshippers.

Un appel a été lancé à toutes les municipalités du Haut-Saint-François. Chacune d’elle devait nommer un citoyen, un organisme ou une entreprise qui fait partie de la réussite éducative ou qui pose des gestes qui font une différence. Selon M. Humphrey, « c’est à la portée de tout le monde de faire une réelle différence dans la réussite éducative de nos jeunes. » Sur les 14 municipalités, 4 ont soumis des candidatures. Au total, 10 personnes provenant de Cookshire-Eaton (Johnville et Sawyerville), La Patrie et St-Isidore-de-Clifton se sont vu remettre un certificat. Ces citoyens sont engagés de différentes façons auprès des jeunes. Il y a notamment Naomi Jervis-Read, une dame de 98 ans qui passe 3 jours par semaine à l’école pour aider les enfants. Elle adore s’impliquer. « Ils ne peuvent pas me garder à la maison (They can’t keep me home) », lance-t-elle. Une policière, Cathie Faucher, a également été soulignée pour son implication auprès des jeunes de La Patrie. La mairesse, Johanne Delage, affirmait qu’il est très rare qu’un membre de la police soit reconnu, surtout au niveau de la jeunesse. Elle ajoute grâce aux interventions de Mme Faucher, il y a une baisse notoire d’actes répréhensibles chez les jeunes dans la municipalité. Un commentaire revenait parmi les candidats, aucun n’agit dans le but de recevoir une reconnaissance. « Nos jeunes sont tellement précieux, tout ce qu’on peut faire pour eux, il faut le faire », affirme Jean-Claude Vézina, un des récipiendaires.

M. Humphrey tenait à remercier tous ces gens pour leur dévouement et leur travail. Une deuxième édition est déjà prévue pour l’an prochain et les organisateurs espèrent que plusieurs municipalités s’y joindront.

Article précédentArticle suivant
©2020 Journal Le Haut-Saint-François