Féministe

8 mars : Une journée importante dans la lutte féministe

La Journée internationale des droits des femmes, qui se tient chaque année le 8 mars, constitue une date importante du calendrier féministe. De nombreux organismes et de multiples entreprises profitent de l’occasion pour célébrer et reconnaître le rôle des femmes dans la société, et ce, partout à travers le monde. Cette journée, c’est aussi le moment parfait pour :
Faire des bilans
C’est le temps de se rappeler tous les gestes qui ont mené à des changements au sein des conditions et des droits des femmes. Se remémorer le chemin parcouru est essentiel pour planifier l’avenir !
Réfléchir ensemble
Tous doivent se rassembler et étudier les façons de combattre la pauvreté et la violence subies par les femmes, notamment, et d’améliorer leurs conditions de travail. Il importe de réfléchir de concert pour trouver des solutions qui apporteront des résultats.
S’encourager
Quelles que soient les épreuves rencontrées, la détermination doit rester bien présente. Soulignez tous les gestes posés qui ont un impact positif sur la lutte féministe, et ce, même s’ils semblent de moindre importance.
Se mobiliser
Que ce soit en portant fièrement l’épinglette du 8 mars, en participant à des évènements organisés durant cette journée ou en mettant en œuvre vous-même des actions pour lutter en vue d’atteindre l’égalité des sexes, toutes les méthodes sont bonnes pour contribuer au changement !
Interpeller les décideurs
Profitez du fait que tous les regards sont tournés vers cette journée pour interpeller les élus et les élues ou toute autre personne influente afin qu’ils participent, eux aussi, au combat pour l’égalité des sexes et qu’ils entreprennent des actions pour faire évoluer les droits des femmes.
Recherchez les initiatives proposées dans votre région afin de faire rayonner le rôle des femmes dans la société et de contribuer à la lutte féministe !

Simone De Beauvoir

6 femmes qui ont marqué l’histoire

Des femmes de tête, qu’elles soient auteures, scientifiques, artistes, militantes ou philosophes, il y en a eu plusieurs à travers les années. À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, voici six femmes qui ont contribué à améliorer no­tre monde !

  1. Rosa Parks (1913-2005) : son refus de céder sa place à un homme blanc dans un autobus en Alabama, en 1955, a été un facteur déterminant dans la lutte contre la ségrégation raciale.
  2. Emmeline Pankhurst (1858-1928) : son combat avec les suffragettes, en Grande-Bretage, a permis aux femmes de 21 ans et plus d’obtenir le droit de vote.
  3. Simone de Beauvoir (1908-1986) : les écrits de cette philosophe constituent les fondations du féminisme et continuent aujourd’hui d’inspirer les femmes de tous horizons.
  4. Simone Veil (1927-2017) : alors qu’elle était ministre de la Santé en France, en 1974, elle a défendu le projet de loi sur l’interruption volontaire de grossesse.
  5. Wangari Maathai (1940-2011) : militante po­litique et écologiste, elle est la première femme africaine à recevoir le prix Nobel de la paix pour sa contribution pour la démocratie, la paix et le développement durable.
  6. Malala Yousafzai (née en 1997) : la plus jeune lauréate du prix Nobel de la paix prend position de­puis ses 11 ans afin de défendre l’accès à l’éducation des filles au Pakistan.
    Profitez de cette journée importante pour en apprendre plus sur ces femmes inspirantes en découvrant les livres, les documentaires et les films qui ont été réalisés à leur sujet.
Rachel Garber

FREEDOM

Freedom is a relative term, isn’t it?
Now that preventive measures against Covid are lifting, many begin to feel their freedom is restored. Others, living with compromised immune systems, feel their freedom is even more constricted as they strive to avoid contact with persons who are unvaccinated, untested and seemingly uncaring.
But all this pales when you wake up to the news that Russia has invaded Ukraine.
It feels like a replay of the beginnings of the first and second world wars. Then you think about all the intervening wars – Korea, Vietnam, and Afganistan, to name a few. Then you wonder if war has ever really gone away over the past century – or centuries. You think about the millions around the world whose very lives have been crushed by military ambitions.
I think about my parents, who lived through two world wars, a global depression, and the Spanish Flu pandemic of 1918. How did they do it? We, the baby boomer generation, felt we had dodged the bullet by living in peaceful and vaccinated times.
But that may have been a fantasy. Now it appears that, like our parents did, we are living squarely within the era of influenza pandemics and worldwide war, as well as coping with a ravaged environment and an increasingly violent climate. Now we begin to see that both influenza viruses and military machinations have continued to flourish among us. Now we recognize we are suffering the damages we ourselves have inflicted on our environment.
Now we begin to understand that we humans are the worst enemies of humanity, not to mention the planet we live on.
We still have remarkable freedoms in our society. Let us cherish them. Let us care for one another, for our planet, and for our wonderful Townships.
FREE-ACCESS FRIDGE
“From you I receive, to you I give,” goes the song. Well, that’s the song of the fridge that shares, also known as the Frigo-Partage. Located at 54 Bibeau Street in Cookshire, the fridge receives food donations, which are free for the taking by anyone who needs. It’s a free-access public refrigerator set up by La Relève du Haut-Saint-François. For information, visit their Facebook page.
BABY BAZAAR
The Baby Bazaar is back on Saturday, April 30, from 9 a.m. to 2 p.m. at the East Angus arena. To sell items, register online in advance at LaReleve.org. Registration is open now.
POETS ZOOMING
Poets Shannon Webb-Campbell and Douglas Walbourne-Gough from the Maritimes will read from their work in a Zoom event Tuesday, March 15, at 7 p.m., with host Shelley Pomerance. The reading is one in a series by the Centre des arts de Stanstead, founded by the artist Gabriel Safdie. For tickets, visit centredesartsdestanstead.com, and click on the Eventbrite link. Free of charge.
ELIGIBILITY EXPANDED
New this year, more people can use the free bilingual income tax assistance program in Sawyerville. You are welcome if you are: (1) a single person with a maximum annual revenue of $35,000; (2) a couple with a maximum revenue of $45,000, plus $2,500 for each dependant; or (3) a single parent with a child with a maximum revenue of $45,000 plus $2,500 for each additional dependant.
Eligible persons’ income from interest should not exceed $1,000, and does not include income from self-employment, bankruptcy, or deceased persons.
The Sawyerville income tax assistance program is on Wednesday afternoons, March 9 and 30, from 1 to 4 p.m., and March 16 and 23, from 1 to 7 p.m., at the Catholic church in Sawyerville, Église Notre-Dame-du-Rosaire, 4 Randboro Road (back door to enter the basement). Observe safety protocols.
Bring along your notices of assessment from last year’s returns, and any slips you’ve received from the Canada Revenue Agency and Revenu Québec in the past months. You will also need your T4 and Relevé slips from your employer, or any other forms you received regarding income or tuition. Also, if you are a renter, you will need the RL-31 form from your landlord. House owners will need their property tax number, which is on the municipal property tax bill.
Bring receipts for any payments you made for pills, dentist visits, glasses, or other health expenses. (Tip: Your pharmacy can give you a printout listing your pharmaceutical costs for the year.) These expenses may give you a tax credit.
Persons above age 70 should inquire about a refundable tax credit for expenses incurred to continue living independently. Such expenses could include purchasing, leasing or installing eligible equipment or fixtures, or staying in a functional rehabilitation transition unit.
If you need any information, call Danielle at 819-889-2614, Francine at 819-889-2574, or Suzanne at 819-889-1036.
VIACTIVE
These bilingual weekly exercise groups for people aged 50+ are free of charge. In Newport, Lyne Maisonneuve and France Demers invite you to the Viactive group at the Municipal Hall, 1452 Route 212, Island Brook, on Tuesdays, from 1:30 to 2:30 p.m. Info: 819-889-1340 or 819-560-8565.
And in Sawyerville, Denise Nault and Gérard Nault facilitate the group at the Église Notre Dame du Rosaire (Catholic church), 4 Randboro Road, Sawyerville, on Wednesdays, at 10 a.m. Info: 819-889-2630.
CHURCHES
United. For updated worship services in February and March, please call the office at 819-889-2838; contact Rev. Tami Spires at 819-452-3685 (leave message) or spiresta@hotmail.com, or check the “United Eaton Valley Pastoral Charge” Facebook page.
Baptist. Regular in-persons services are in French at 9 a.m., in English at 11 a.m., respecting Covid protocols, including masks, hand sanitizing, and a vaccine passport. For information, please contact Pastor Michel Houle at 819-239-8818.
Anglican. Bishop Bruce Myers continues to offer Home Prayers at 10:30 a.m. on Sundays via Facebook, and at quebec.anglican.ca (Worship Videos). Info: 819-887-6802, or consult quebec.anglican.ca.
Do you have news to share? Call 819-640-1340 or email rawrites@gmail.com by March 7 for publication March 16 or by March 21 for March 30.

Garderie

CPE Fafouin à East Angus : 18 places additionnelles et bientôt près de 100

Nous retrouvons au moment de l’annonce de gauche à droite, François Jacques, député de Mégantic et Adjoint parlementaire de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation (Volet Affaires municipales), Aïda N’Doye, directrice adjointe, et Debbie Fennety, directrice générale du CPE-BC Uni-Vers d’enfants.

Le Centre de la petite enfance (CPE) Fafouin à East Angus s’enrichira de 18 nouvelles places en services de garde éducatifs à l’enfance qui viendront gonfler le nombre total à 98 d’ici août 2023.
Le député de Mégantic, François Jacques, en a récemment fait l’annonce dans la foulée de l’octroi de 13 974 places, rendu public par le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe. L’initiative s’inscrit dans le cadre du Grand chantier pour les familles rendu public en octobre dernier. L’annonce des places en garderie survient trois mois après le lancement de l’appel de projets en continu.
Cet appel de projets, mentionne-t-on dans un communiqué de presse, est le plus ambitieux depuis la création du réseau et, pour la première fois, le gouvernement du Québec s’est engagé à ce que chaque enfant puisse avoir une place d’ici mars 2025 et que celles-ci soient accessibles le plus rapidement possible. On mentionne que la nouvelle approche propose un délai nettement plus efficace en comparaison de la précédente. « Concrètement, cela signifie que le délai pour l’octroi de nouvelles places est passé de plus de 10 mois à maintenant 60 jours. »
Relativement à l’annonce des places, le ministre Lacombe précise « c’est le début du Grand chantier pour les familles que j’ai annoncé en octobre. C’est un bel exemple de résultats concrets auxquels nous souhaitons arriver pour répondre aux besoins de toutes les familles du Québec au cours de prochains mois et années. »
« Je suis vraiment content de constater que le plan d’action mis en place par mon collègue pour compléter notre réseau de services de garde à l’enfance est une réussite. Dans les derniers mois, j’ai rencontré plusieurs parents qui m’ont fait part de leur difficulté de trouver une place et je sais que c’est le cas pour plusieurs autres de mes collègues partout au Québec. Cette annonce démontre ainsi qu’en mettant tous les efforts nécessaires, on va enfin réussir à faire en sorte que chaque enfant puisse se développer dans des services de garde éducatifs à l’enfance de qualité. Je veux également souligner l’excellent travail de collaboration avec les élus de la municipalité de East Angus et le CPE-BC Uni-Vers d’enfants », d’exprimer le député de Mégantic.
Debbie Fennety, directrice générale du CPE-BC Uni-Vers d’enfants, dont fait partie le CPE Fafouin, mentionne avoir profité du lancement du Grand chantier pour les familles l’automne dernier et des changements réglementaires permettant aux CPE d’atteindre une capacité de 100 places. Dans cette optique, on a fait la demande de 18 places additionnelles portant le total à 98. « Après avoir reçu la confirmation de 31 nouvelles places en 2020, nous sommes ravis de cette nouvelle augmentation de 18 places qui nous aidera énormément à l’atteinte de l’un de nos objectifs, soit celui de pouvoir compter sur un total de 20 places poupons au lieu de 5 comme c’est le cas actuellement. Ceci nous permettra de répondre aux besoins et à la demande grandissante des familles de notre secteur », d’exprimer Mme Fennety. Déjà, les travaux d’agrandissement du CPE Fafouin sont sur la planche à dessin et l’échéancier pour accueillir tout ce nouveau petit monde, soit les 49 nouvelles places, est fixé à août 2023.
La municipalité de East Angus a contribué à la réalisation du projet en donnant gracieusement le terrain adjacent au CPE. « La mise à niveau et la venue de nouvelles places pour le Centre de la petite enfance d’East Angus sont d’excellentes nouvelles pour notre communauté. Notre ville se développe rapidement par ses nombreux développements domiciliaires et les places en garderie sont essentielles afin d’accueillir de nouvelles familles dans notre municipalité », d’exprimer la mairesse, Lyne Boulanger.
Ascot Corner
D’autre part, le projet de construction d’un deuxième CPE à Ascot Corner est toujours prévu d’ici août 2025. Afin de réaliser le tout plus rapidement, on procédera à l’implantation d’installations préfabriquées. « Des plans modèles, approuvés par le ministère de la Famille, seront proposés pour des installations de construction usinées. Cela permettra de réduire le délai de construction, passant ainsi de 9 à 3 mois, estime-t-on. Cette entente permettra d’accélérer la création d’au moins 1 600 places en CPE qui se construiront dans des installations préfabriquées de qualité et qui seront adaptées aux besoins des enfants, et ce, dans au moins dix régions administratives différentes », indique le communiqué de presse.
Pour Mme Fennety, cette nouvelle façon de faire comporte plusieurs avantages. « Ça va beaucoup plus vite. Il y a des architectes au ministère qui sont délégués pour faire les plans, toutes les approbations qui suivent après fait qu’on est certain que c’est tout aux normes de la réglementation en partant. Les coûts qu’on va économiser tous ensemble vont nous permettre d’investir dans des matériaux plus écologiques, plus durables. » On prévoit également compléter le tout à Ascot Corner pour août 2023. Le futur CPE offrira 62 places dont 10 pour les enfants ayant moins de 18 mois et 52 pour les 18 mois à 5 ans. Le nom de la nouvelle installation n’avait pas encore été déterminé au moment de l’entrevue téléphonique.

Trouver un pro

Comment trouver le bon professionnel pour ses travaux de rénovation ?

Vous voulez refaire votre salle de bain ? Rafraîchir votre cuisine ? Créer une aire ouverte ? Quels que soient vos projets de rénovation, il importe de faire affaire avec des professionnels de confiance pour les réaliser. Voici quatre conseils pour dénicher la perle rare !

  1. Assurez-vous qu’il détient les permis exigés
    Avant de planifier une rencontre avec un expert, vous devez vérifier s’il possède les autorisations requises pour exécuter les travaux. Effectuez des recherches auprès de la Régie du bâtiment du Québec pour voir si sa licence est valide, le cas échéant, et vérifiez que sa PME est dûment inscrite au Registraire des entreprises.
  2. Vérifiez s’il a déjà fait l’objet de plaintes
    Il est rassurant de savoir que le professionnel que vous désirez engager n’a pas fait l’objet de plaintes ! Vérifiez cette information en consultant le site de l’Office de la protection du consommateur. Notez en outre que les commentaires négatifs sur Internet à propos d’une entreprise doivent être pris avec un grain de sel, car ce ne sont pas des plaintes officielles.
  3. Comparez au moins trois soumissions
    Pour prendre une décision éclairée, vous devriez minimalement rencontrer trois professionnels et leur demander de préparer une soumission détaillée. Vous pourrez ensuite les comparer à tête reposée.
  4. Soyez à l’écoute de votre instinct
    En terminant, il importe que vous choisissiez quelqu’un qui vous inspire confiance. La personne est courtoise lors de vos discussions ? Elle vous pose des questions pertinentes et répond aux vôtres avec précision ? Si les conditions, les coûts et l’échéancier vous conviennent, écoutez votre cœur pour déterminer quel sera le professionnel qui réalisera votre projet avec succès !
Cuisine

4 éléments essentiels pour créer la cuisine de rêve suprême !

Vous songez à rénover votre cuisine ? Voici quatre éléments fantastiques et hautement pra­tiques à installer pour (re)tomber en amour avec cette pièce et « faire des jaloux » !

  1. Remplisseur
    Un remplisseur est un robinet pivotant monté sur un long bras articulé, généralement situé au-dessus de la cuisinière. Résultat ? Vous n’avez plus à transporter vos lourdes casseroles remplies d’eau de l’évier à la cuisinière ! Génial, non ?
  2. Évier campagnard
    Avec leurs cuves blanches en argile réfractaire et leurs robinets hauts en acier inoxyda­ble, les éviers de style campagnard moder­nes ne sont pas seulement élégants, ils sont aussi plus larges et plus profonds que les éviers de cuisine standard. Voilà qui est parfait pour cuisiner et nettoyer en toute simplicité !
  3. Four double
    Un four double offre un espace de cuisson supplémentaire, ce qui vous permet de préparer simultanément différents plats. Cela s’avère particulièrement utile si vous aimez recevoir plusieurs invités à la fois.
  4. Réfrigérateur encastré
    Si vous voulez que votre cuisine ait un look épuré et uniforme, un réfrigérateur encastré est LA solution. Il s’agence harmonieu­se­ment au reste des meubles et des électroménagers de la pièce et confère à celle-ci une allure haut de gamme.
    Besoin d’un coup de main pour concevoir la cuisine de vos rê­ves ? Recourez à l’expertise d’un architecte d’intérieur ou d’un entrepre­neur de votre région.
Accessoires

Quels accessoires utiliser pour rafraîchir votre déco ?

Les accessoires décoratifs sont une excellente façon de rehausser l’apparence d’une pièce à moindre coût et rapidement. Voici lesquels privilégier pour obtenir le meilleur effet !
Les tapis : petits ou grands, les tapis peuvent avoir plusieurs formes et textures. Selon leur style et leurs couleurs, ils vous permettent facilement de créer l’ambiance recherchée.
Les plantes : artificielles ou naturelles, elles confèrent un aspect organique et apaisant à une pièce. Sélectionnez vos plantes en fonction de leur emplacement prévu et de leurs critères d’entretien, le cas échéant.
Les textiles : les housses de couette, le linge de table, les coussins de chaises et les jetés, par exemple, peuvent apporter des couleurs, des textures et des motifs intéressants à votre décor.
Les éléments muraux : cadres, horloges et tableaux sont offerts en diverses dimensions et plusieurs styles et peuvent donner de l’éclat à vos murs. Veillez cependant à les positionner judicieusement pour éviter une impression de vide ou un effet surchargé. Pensez aussi à des étagères ou à des tablettes pour y déposer quelques objets décoratifs.
Visitez les boutiques de décoration de votre région pour faire le plein de trouvailles !

Rangements

5 solutions de rangement efficaces pour la salle de bain

Quelle que soit la taille de votre salle de bain, l’organisation est la clé pour créer un espace fonctionnel. Voici quelques idées pour optimiser le rangement.

  1. Paniers
    Placez des paniers en fil de fer, en osier ou en toile sous un meuble-lavabo flottant pour conserver une atmosphère aérée tout en bénéficiant de rangement supplémentaire. Ceux-ci peuvent également réduire l’encombrement des étagères ouvertes.
  2. Plateau de comptoir
    Contrôlez le chaos sur votre comptoir en disposant les articles de toilette sur un plateau à côté d’une plante en pot, d’une bougie parfumée ou d’un bouquet de fleurs artificiel­les, par exemple. Conservez les petits objets (cotons-tiges, pinces à cheveux, etc.) dans des bocaux en verre.
  3. Chariot-bar
    C’est une excellente so­lution pour éviter l’ajout d’étagères ou d’armoi­res dans une salle de bain, surtout pour les locatai­res. Optez pour un chariot à roulettes que vous pourrez facilement déplacer et rapprocher de la douche ou du bain au gré de vos besoins.
  4. Étagères encastrables
    Utilisez l’espace libre sur vos murs (ex. : au-dessus de la baignoire ou à côté du lavabo) pour ajouter des étagères qui n’empiètent pas sur la superficie de la pièce et ainsi ranger les articles de toilette, par exemple.
  5. Porte-serviettes échelle
    Appuyé contre le mur, celui-ci permet de sus­pendre les serviettes de toute la famille sans occuper tout l’espace mural, comme le feraient plusieurs porte-serviettes individuels.
    Pour trouver ces articles pratiques et bien d’autres ! pour votre salle de bain, visitez les commerces de votre région.
actualite

Toiture en bardeaux ou en métal ?

Vous avez un projet de toiture à l’horizon ? Découvrez quelle option, entre les bardeaux traditionnels ou les tuiles métalliques, convient le mieux à vos besoins !
Les bardeaux
Règle générale, les bardeaux sont plus rapi­des et plus simples à installer que les toits en métal. Ils ont l’avantage d’être facilement disponibles et d’exister dans une grande variété de couleurs et de matériaux, dont la fi­bre de verre et l’asphalte.
Contrairement aux toits métalliques, ceux en bardeaux sont généralement couverts par des garanties étendues contre les erreurs du fabricant et les défauts de matériaux. Leur principal inconvénient, toutefois, est qu’ils doivent généralement être remplacés tous les 15 à 20 ans, ce qui peut s’avérer coûteux à long terme.
Le métal
Les toits en métal sont réputés pour leur résistance face au temps et aux conditions climatiques extrêmes. Ils sont durables et ne mon­trent aucun signe de dégradation pendant plusieurs décennies, parfois jusqu’à 50 ans.
Ce type de toiture est incombustible et résiste donc aux incendies. Le métal est également un matériau hautement recyclable et cons­titue ainsi une option populaire pour les consommateurs à la recherche d’une solution écoresponsable. Le principal inconvénient des toits métalliques est qu’ils coûtent beaucoup plus cher au départ que les toits en bardeaux.
Quel que soit le matériau choisi, consultez plusieurs couvreurs. Vous pourrez comparer les devis et les références et sélectionner le meilleur entrepreneur !

Activités Chartierville

Activité Relâche ton fou ! : Belle participation à Chartierville

Les enfants ont profité de la glissade pour s’amuser avec les tubes.

Samedi dernier se tenait la journée Relâche ton fou ! de Chartierville à laquelle participaient plus d’une soixantaine de personnes. Une journée hivernale parfaite pour profiter, en famille, des activités prévues à l’horaire. Sur place, il était possible de faire de la glissade sur tube, de prendre une grande marche en forêt et de faire du traineau à chien.
Les jeunes et les moins jeunes étaient conviés au centre communautaire de Chartierville dès 13 h, et ce jusqu’à 22 h. Malgré le manque de neige sur le site, les organisateurs ont su s’ajuster et grâce à une pelle mécanique, ils ont pu faire une belle glissade. Un peu plus loin, il était possible de faire du traineau à chien sur le terrain de soccer adjacent. D’énormes blocs de neige, et d’autres, plus petits pour les enfants, avaient été disposés sur le terrain et permettaient aux participants de sculpter des formes.
Bien au chaud à l’intérieur du centre, il était possible de déguster un bon café ou un chocolat chaud. Il y avait aussi des muffins et des hot dogs mis en vente pour 1 $. La musique battait son plein et la fête était au rendez-vous pour les quelque 60 personnes présentes.
Plusieurs participants étaient très heureux de participer à cette journée d’activités extérieures. Après plus de deux ans de mesures sanitaires dus à la pandémie, les gens étaient plus qu’heureux de pouvoir se retrouver. « Ça fait du bien de pouvoir recommencer à vivre », s’est exclamée une habituée de cette journée à Chartierville. « Les gens sont heureux de pouvoir enfin sortir de leurs bulles familiales et de partager des moments de bonheur avec d’autres familles de la région ».
Dès le coucher de soleil, un énorme feu a été allumé et une promenade à la lueur de flambeaux était proposée.
Pour ceux et celles qui n’ont pas pu être présent pour cette journée d’activité hivernale auront la chance de se reprendre le 5 mars prochain, de 13 h 30 à 16 h 30 derrière le centre communautaire de Chartierville.

Hockey Senior

Hockey senior : Fin de saison abrupte pour les Shark’s d’East Angus

Jean-François Houde, entraîneur-directeur général et copropriétaire des Shark’s d’East Angus, promet de livrer une équipe compétitive dès la prochaine saison. 

Les Shark’s d’East Angus ont perdu la ronde suicide face aux Nordik Blades de Val-des-Sources deux matchs à un, mettant ainsi un terme à la saison 2020-2021 dans la ligue régionale de hockey senior A. La victoire leur aurait permis de poursuivre en quarts de finale.
Pourtant la série avait débuté du bon pied, vendredi passé, avec une victoire des Shark’s par la marque de 5 à 4 en prolongation. Le tout s’est poursuivi le samedi à l’aréna Robert-Fournier. Malgré un bel effort, nos locaux se sont inclinés par le compte de 9 à 4 avant de s’effondrer le dimanche au compte de 8 à 1 face à leurs opposants.
« Je suis amer. D’autant plus qu’on avait gagné le premier match. Samedi, on a eu nos chances dans le match. Le match d’aujourd’hui (dimanche), ce n’est pas vraiment un match quand il te manque une ligne au complet pis tes trois premiers défenseurs. On était démuni. » L’entraîneur Jean-François Houde attribue la situation à l’heure matinale du match, midi. « C’est une heure pour du hockey mineur pas pour du senior. J’ai des gars qui travaillaient. » Il tenait tout de même à souligner l’effort des joueurs qui s’étaient présentés au match.
M. Houde, également directeur général, manifeste être confiant pour la prochaine saison. « Depuis qu’on a recommencé, de retour de la COVID, on a un nouveau noyau de leader, on a joué de très bons matchs de hockey malgré le résultat. On a un bon groupe. »
La dernière saison ne s’est pas révélée de tout repos pour l’organisation des Shark’s. Changement de direction en début de calendrier, nouvel entraîneur et changement de propriétaire. De fait, l’entraîneur-chef et son assistant, Stéphane Lessard, ont fait l’acquisition de la formation locale à la fin de novembre dernier. M. Houde manifeste l’intention de poursuivre l’aventure à East Angus l’an prochain et ajoute avoir confiance envers son groupe de joueurs. « Nous avons un bon noyau de joueurs et je crois qu’il y a moyen d’avoir une bonne équipe compétitive. Les partisans méritent d’avoir une bonne équipe de hockey pis c’est ce qu’on va leur livrer dans le futur. On va faire un post mortem de la saison et on prépare déjà la prochaine », de compléter l’entraîneur.

Ski de fond

Parc régional du Marécage-des-Scots : Une piste de ski de fond accessible

Pour une deuxième année consécutive, les amateurs de ski de fond auront la chance de parcourir le sentier dans le parc régional du Marécage-des-Scots.

Fort du succès obtenu l’année dernière, le parc régional du Marécage-des-Scots a procédé au traçage d’une piste de ski de fond de six kilomètres accessibles gratuitement au grand public.
Le tracé prend son départ du parc municipal Walter-MacKenzie à Scotstown jusqu’au chemin de Franceville, tout juste avant la halte du Marécage-des-Scots du parc régional. Afin de concilier les différentes activités du parc, l’aller-retour se fait sur la même piste, réservant ainsi un espace pour les randonneurs et raquetteurs.
La piste est facilement accessible puisque le stationnement du parc Walter-MacKenzie est déneigé et permet l’accès de plusieurs automobiles. En plus d’admirer le magnifique paysage, les visiteurs auront la chance de se sustenter en faisant un petit saut, tout près du stationnement, à la Charcuterie Scotstown pour savourer leur célèbre charcuterie ou encore en passant par le Dépanneur Victoria pour un mets prêt-à-emporter et des breuvages chauds. Il est toujours possible de bifurquer direction La Patrie pour vivre l’expérience du Resto-Bar La Patrie.
L’activité Fabrique ton hiver dans le Haut prévoit deux arrêts au parc régional. Voilà l’occasion de participer et de découvrir ce magnifique endroit voisin du parc national du Mont-Mégantic. Pour plus d’information sur l’hébergement et les activités, consulter le site de Tourisme Haut-Saint-François au tourismehsf.ca.

Carnaval East Angus

Un carnaval qui fait du bien à East Angus

Les jeunes familles comme les plus grands se sont amusés dans le cadre du carnaval d’East Angus qui se déroulait au parc des Deux Rivières.

Plusieurs centaines de personnes, jeunes familles, adultes et aînés, ont répondu à l’invitation de la municipalité de East Angus pour son carnaval d’hiver.
Le temps d’une journée, les gens étaient un peu partout dans le parc des Deux Rivières, que ce soit dans les sentiers de raquettes, de marche, à s’amuser dans la piste d’hébertisme ou encore se laisser aller dans la glissade. Il n’y avait que des sourires et de la bonne humeur.
Le tout se déroulait dans le respect des mesures sanitaires. « Un parc grand comme ça, c’est que les gens sont partout, il y en a qui sont dans nos sentiers de raquettes, il y en a qui marche dans nos sentiers réguliers, on a plein d’enfants avec leur famille dans la piste d’hébertisme et profitent de la glissade », d’exprimer Étienne Bouchard, directeur des loisirs et de la vie communautaire à la Ville de East Angus.
La municipalité voulait faire de son carnaval une activité accessible à tous. L’accès au site et aux activités était gratuit. Il y avait même un service de prêt de raquettes pour ceux qui voulaient tenter l’expérience. Plusieurs centaines de personnes ont profité de cette belle journée ensoleillée. Selon M. Bouchard, outre East Angus, plusieurs personnes provenaient d’autres municipalités comme Cookshire-Eaton, Weedon, Sherbrooke et même des promeneurs de Magog.
« Habituellement, le carnaval, on fait les activités à l’aréna avec un spectacle à l’intérieur, mais là à cause des directives de la COVID, on s’est dit qu’on pouvait accueillir des gens à l’extérieur, et faire des kiosques ici. » La municipalité gâtait aussi ses visiteurs en remettant du chocolat et des tuques promotionnelles Ose le haut. Mentionnons qu’il n’y avait aucun service de bar afin de ne pas créer d’attroupement. Pas moins de 25 bénévoles, des citoyens, des jeunes de la Maison Actimaje, deux employés municipaux et les membres du conseil municipal, dont la mairesse, Lyne Boulanger, et son conjoint, Michel Laflotte, étaient à pied d’œuvre pour faire de l’activité un moment des plus agréables.
« Moi de voir les gens heureux, voir les sourires comme ça, les gens ont du plaisir, ils viennent bouger, c’est le fun, c’est ça que ça prend », d’exprimer la mairesse, Lyne Boulanger, tout en saluant l’implication de Rock Blouin et sa conjointe, Francine Tardif, qui ont fabriqué l’activité sans doute la plus appréciée des enfants, la glissade de glace. Les jeunes familles et adultes ont envahi le sentier d’hébertisme pour s’adonner aux divers attraits sur place. Des foyers étaient disposés à divers endroits dans le parc afin de réchauffer les festivaliers. La journée s’est clôturée avec la présentation d’un feu d’artifice au grand plaisir de tous.

actualite

Eastern Townships or Estrie : Viewpoint of the President of Townshippers’ Association

Tradition, history and belonging to a territory have special value for English speakers in the Eastern Townships. That’s how one could summarize their opinion on this subject that is rich in controversy. Gerald Cutting, president of Townshippers’, believes that simple wordage is what separates the promoters of the Eastern Townships (Cantons de l’Est) designation from those who defend the Estrie concept. It is about the distinction that exists between, on one hand, legal and commercial aspects and, on the other hand, the history transmitted within the population of a large region which extends roughly from the counties of Brome-Missisquoi and Yamaska to that of Megantic.
Cutting is proud to belong to a family that arrived with Jacques Cartier and has lived in the Eastern Townships for eight generations. As spokesperson for Townshippers’, he considers that the name Estrie is used for administration, like those of the MRCs, while Cantons-de-l’Est evokes the vagaries of a vast stretch of land that was divided into “squares” by the British in 1792.
In the English media, when we talk about the Eastern Townships, “a light immediately goes on, oh yes! I know exactly where I am in this province,” he says to justify the use of this term. “At Townshippers’ Association, we consider that our territory is the historical Eastern Townships; it is a territory as large as James Bay.”
Cutting sits on the Board of the CIUSSS de l’Estrie – CHUS. “I represent Anglophones on the CIUSSS de l’Estrie, and when we talk about Estrie, people who are in Montérégie or very close to Mégantic, Asbestos, are not quite comfortable because they think of themselves as being in the Montérégie, not in the Estrie.” And he wonders. “Why, does this large establishment represent all this large territory which does not correspond to a more realistic grouping like Montérégie [and the other territorial divisions which constitute this large region]?”
“ When we talk about the Eastern Townships, we immediately understand that it is a large territory, when we talk about Estrie or Montérégie, it does not quite give the same idea, especially when we talk about the tourist industry.” For him, inclusion in the greater historical territory is conveyed by the names Townships and Cantons-de-l’Est, and administration is played out in the courtyard of internal territorial divisions. “In the English-speaking community, Estrie does not reflect this territorial expanse.”
In the minds of people, the concept of generations takes on its full meaning. The oldest have known the Eastern Townships while the youngest speak of Estrie, and the capital for the latter is Sherbrooke. For example, he recalls the merger of surrounding towns with the city of Sherbrooke. “Lennoxville [for older people] is the town with its board of directors, while for those under 35, it’s both Lennoxville and Sherbrooke. The next generation will only talk about Sherbrooke. History is not a valued subject at school,” he complained.
“If it’s to attract tourists, it would be up to them [the organizations responsible for the file] to make a decision, but it’s quite possible that it would be a decision that is 50 per cent right,” he fears. When you replace the name of a company with a new one, it entails expenses. “When we start changing names, it will cost money. And then people get defensive. It can’t be done easily, it’s very emotional. You feel like you’re losing control.” So he’s noticed over the years. The territorial sparring that is being played out at the moment may look like “a step backwards.”
A drawback, however, colours his synthesis on this name change. “Is it going to give a better understanding of our history, or will it be a better vehicle to attract people to our region?” he juggles. There seems to be no clear-cut answer to this question.
Time! Time resolves many conflicts. It is with these “words of wisdom” that Gerald Cutting closes the interview.

actualite

Politics, Economy and Tourism Collide : Eastern Townships or Estrie?

Since 2018, Tourism Eastern Townships and Vision Attractivité have joined forces to “build bridges between the citizens and the various socio-economic actors of Estrie … so that even more people settle in Estrie and choose to live here,” said Steve Lussier, former mayor of Sherbrooke, during the opening speech of the Vision Attractivité Cantons-de-l’Est/Estrie summit in April 2019. This is how the revision of the name of the administrative region of Estrie was launched, provoking a clash of ideas from which light can blaze.
All name changes of this magnitude are made by wounding sensitivities, as history bears witness. Within the MRCs, another name for a subdivision which supplanted the County Councils in 1979, opinions on these modifications seem to be fixed. Although the majority agree on the positive effects of such a change, Luc Cayer, prefect of the Val-Saint-François MRC, opposes it, while acknowledging that the arrival of Brome-Missisquoi and Haute-Yamaska will be beneficial. In Haut-Saint-François, the council of mayors is more cautious. The elected officials will be in favour if it is demonstrated by “a complete analysis of the impacts, in particular for the agri-food and forestry sectors,” that this initiative will be profitable.
Tourism Eastern Townships and Vision Attractivité have embarked on the process leading to this new toponyme based on a study carried out by the firm Dialogue in 2019. An eloquent and simple conclusion emerges: “The name Estrie refers to economic wealth, while the name Eastern Townships (Cantons-de-l’Est) generates more emotions and is associated more with lifestyle and quality of life.” It must be remembered, however, that the territorial space occupied by Estrie and the Eastern Townships has never coincided, even over the years.
The conclusion may seem simplistic. However, the objective of finding a unifying name that can attract more people to the region has nothing to do with its conciseness, replies Vanessa Cournoyer-Cyr, director general of Vision Attractivité. The effectiveness is based on the need to continue efforts to attract people in order to compensate for the lack of manpower, while ensuring and strengthening the vitality of the territory to which Brome-Missisquoi and Haute-Yamaska were annexed, as Minister Bonnardel, responsible for Estrie, expressed his intentions, among others, in his election platform. Encouraging tourist visits by promoting regional particularities is important when we know the economic benefits that some 10 million tourists give us in a year.
In an article by Claude Plante in La Tribune on December 14, entitled “The revision of the name of the administrative region of Estrie is launched,” we learn that Estrie and the Eastern Townships make those who live there proud. However, the “Cantons” would better reflect the quality of life. In this, even some business people would recognize themselves as well.
For the opponents, two main irritants emerge. The economic cost that such a name change could generate seems the most significant. It would be necessary to verify its relevance, which it was impossible to do with Vision Attractivité because of deadline constraints. The other factor comes in all forms of resistance to change, whether it is to protect a part of the history of this region at different times, or even the fear that it will cause us to lose our bearings in regard to place names.
Until February 4, stakeholders from all sectors of socioeconomic activity were able to comment on the issue. On March 14, the Quebec Municipal Commission (Commission municipale du Québec) will hold new consultations to decide on the name change of the Estrie region to the Eastern Townships.

Gerald Cutting

Cantons-de-l’Est ou Estrie : Point de vue du président des Townshippers

Gerald Cutting, président des Townshippers, rappelle l’importance de l’histoire quand vient le temps de changer des noms de villes ou de territoires.

La tradition, l’histoire et l’appartenance à un territoire prennent toute une valeur pour les anglophones des Cantons-de-l’Est. Ainsi pourrait-on résumer leur opinion sur ce sujet riche en discussion. Gerald Cutting, président des Townshippers, croit que ce qui oppose les promoteurs de l’appellation Cantons-de-l’Est à ceux qui défendent le concept Estrie ne tient qu’à une seule périphrase. Il s’agit de la distinction qui existe entre les aspects juridiques et commerciaux d’une part et l’histoire transmise au sein de la population d’une large région qui s’étend grossièrement des comtés de Brome-Missisquoi et Yamaska à celui de Mégantic, d’autre part.
M. Cutting s’enorgueillit d’appartenir à une famille arrivée avec Jacques Cartier et qui occupe les Cantons-de-l’Est depuis huit générations. Comme porte-parole des Townshippers, il considère que le nom Estrie sert à l’administration, à la manière de celle des MRC tandis que Cantons-de-l’Est rappelle les aléas d’une vaste bande de terre qui fut divisée en « carrés » par les Britanniques en 1792.
Dans les médias anglophones, quand on parle des Cantons-de-l’Est, « ça donne tout de suite une lumière, ah oui !, je sais au juste où je suis dans cette province », avance-t-il pour justifier l’usage de ce terme. « À l’Association des Townshippers, on considère que notre territoire est l’ancienne appellation des Cantons-de-l’Est, c’est un territoire aussi grand que la Baie James. »
M. Cutting siège au CA du CIUSSS de l’Estrie – CHUS. « Je représente les anglophones sur le CIUSSS de l’Estrie et quand on parle de l’Estrie, les gens qui sont dans la Montérégie ou tout près de Mégantic, Asbestos, eux autres sont pas tout à fait à l’aise parce qu’ils considèrent comme si nous sommes dans la Montérégie, nous ne sommes pas dans l’Estrie. » Et il s’interroge. « Pourquoi, dans ce grand établissement, ils représentent tout ce grand territoire qui ne correspond pas à un ensemble plus réaliste comme la Montérégie [et les autres divisions territoriales qui constituent cette grande région] ? »
« Quand on parle des Cantons-de-l’Est, on comprend tout de suite qu’il s’agit d’un grand territoire, quand on parle de l’Estrie ou de la Montérégie, c’est pas tout à fait la même idée que ça donne, surtout quand on parle de l’industrie touristique. » Pour lui, l’inclusion au grand territoire historique passe par les noms Townships et Cantons-de-l’Est et l’administratif se joue dans la cour des divisions territoriales internes. « Dans le milieu anglophone, l’Estrie ne rend pas compte de cette étendue territoriale. »
Dans l’esprit des gens, le concept de génération prend tout son sens. Les plus âgés ont connu les Cantons-de-l’Est alors que les plus jeunes parlent de l’Estrie. Et la capitale pour ces derniers est Sherbrooke. Pour l’exemple, il rappelle la fusion des villes périphériques à celle de Sherbrooke. « Lennoxville [pour les plus vieux], c’est la ville avec son conseil d’administration, tandis que pour les moins de 35 ans, c’est à la fois Lennoxville et Sherbrooke. Pour la prochaine génération, ils ne parleront plus que de Sherbrooke. L’histoire n’est pas un sujet valorisé à l’école », se plaint-il.
« Si c’est pour attirer les touristes, ce serait à eux autres [les organismes porteurs du dossier] à prendre une décision, mais c’est fort possible que ce soit une décision à 50 % juste », craint-il. Quand on remplace le nom d’une entreprise par un nouveau, ça entraîne des dépenses. « Quand on commence à changer des appellations, ça va coûter des sous. Et là, les gens deviennent sur la défensive. Ça ne se fait pas facilement, c’est très émotif, on a l’impression de perdre le contrôle », a-t-il constaté au fil des ans. La joute territoriale qui se joue en ce moment peut ressembler « à un pas en arrière. »
Un bémol teinte toutefois sa synthèse sur ce changement de nom. « Est-ce que ça va avoir une meilleure compréhension de notre histoire ou est-ce que ça sera un meilleur véhicule pour attirer les gens dans notre région ? », jongle-t-il. Il n’y a pas, semble-t-il, de réponse toute faite à cette question.
Le temps ! Le temps aplanit bien des conflits. C’est sur ces « mots de sagesse » que Gerald Cutting clôt l’entrevue.

Estrie ou can tons de l'est

Politique, économie et tourisme s’entrechoquent : Cantons-de-l’Est ou Estrie ?

Depuis 2018, Tourisme Cantons-de-l’Est et Vision Attractivité s’unissent pour « créer des ponts entre les citoyens et les divers acteurs socio-économiques de l’Estrie […] pour qu’encore plus de gens s’installent en Estrie et choisissent d’y rester », prononçait Steve Lussier, ancien maire de Sherbrooke, lors du discours d’ouverture du Sommet Vision Attractivité Cantons-de-l’Est/Estrie, en avril 2019. C’est ainsi qu’a été lancée la révision du nom de la région administrative de l’Estrie, provoquant le choc des idées duquel peut jaillir la lumière.
Tous les changements onomastiques de cette ampleur se font en heurtant des susceptibilités, l’histoire en témoigne. Au sein des MRC, autre nom d’une subdivision qui a supplanté les Conseils de comtés en 1979, les opinions sur ces modifications semblent arrêtées. Bien que la majorité s’entende sur les effets positifs d’un tel changement, Luc Cayer, préfet de la MRC du Val-Saint-François, s’y oppose tout en reconnaissant que la venue de Brome-Missisquoi et Haute-Yamaska sera bénéfique. Dans le Haut-Saint-François, le conseil des maires affiche sa prudence. Les élus seront favorables s’il est démontré par « une analyse complète des impacts, notamment pour les secteurs agroalimentaire et forestier », que cette initiative sera profitable.
Tourisme Cantons-de-l’Est et Vision Attractivité se sont lancés dans le processus menant à ce nouveau toponyme en s’appuyant sur l’étude qu’a effectuée la firme Dialogue en 2019. Une conclusion éloquente et simple en jaillit : « le nom Estrie réfère à la richesse économique alors que le nom Cantons-de-l’Est génère plus d’émotions et est davantage associé au style de vie et à la qualité de vie. » Il faut se rappeler toutefois que l’espace territorial occupé par l’Estrie et les Cantons-de-l’Est n’a jamais coïncidé, même au fil des ans.
La conclusion peut sembler réductrice. Cependant, l’objectif de trouver un nom rassembleur, qui peut attirer plus de gens en région n’a rien de tel dans sa concision, défend Vanessa Cournoyer-Cyr, directrice générale de Vision Attractivité. L’efficacité était en fonction de ce besoin de poursuivre les efforts d’attraction pour compenser le manque de main-d’œuvre tout en assurant et en renforçant la vitalité du territoire auquel se sont annexés Brome-Missisquoi et la Haute-Yamaska comme l’entendait le ministre Bonnardel, responsable de l’Estrie, entre autres, dans son programme électoral. Favoriser les visites des touristes en promouvant les spécificités régionales a son importance quand on sait les retombées économiques que laissent quelque 10 millions d’entre eux en une année.
Dans un article de Claude Plante, de La Tribune du 14 décembre dernier, intitulé La révision du nom de la région administrative de l’Estrie est lancée, on apprend qu’Estrie et Cantons-de-l’Est rendent fiers ceux qui y demeurent. Par contre, les « Cantons » refléteraient mieux la qualité de vie. Même une partie des gens d’affaires s’y reconnaîtraient tout aussi bien.
Pour des opposants, deux principaux irritants se dégagent. Le coût économique qu’une telle modification de nomination pourrait engendrer semble le plus important. Il faudrait en vérifier la pertinence, ce qu’il m’a été impossible d’effectuer auprès de Vision Attractivité à cause de la date de tombée de l’article. L’autre facteur se décline sous toutes les formes de résistance au changement, qu’il s’agisse d’une partie de l’histoire de cette région à différentes époques à protéger, ou encore la crainte que celui-ci fasse perdre des repères nominatifs.
Jusqu’au 4 février dernier, des intervenants de tous les secteurs d’activités socio-économiques ont pu se prononcer sur la question. Le 14 mars prochain, la Commission municipale du Québec tiendra de nouvelles consultations pour statuer sur le changement de nom de la région de l’Estrie en celui des Cantons-de-l’Est.

actualite

Cantons-de-l’Est ou Estrie : Faites votre choix

La Commission municipale du Québec est à mener une consultation publique concernant le changement de nom de la région de l’Estrie ou celui de la région des Cantons-de-l’Est et de faire état dans un rapport des commentaires recueillis.
La démarche que le journal vous propose n’a rien de scientifique, mais nous invitons nos lecteurs anglophones et francophones à émettre leur préférence sur la page Facebook du journal, www.facebook.com/journallehsf. Nous ferons un compte rendu dans notre prochain numéro.

actualite

Eastern Townships or Estrie? : Make Your Choice

The Quebec Municipal Commission (Commission municipale du Québec) is conducting a public consultation concerning the name change of the Estrie region or that of the Eastern Townships region, and to make a report about the comments received.
The approach that the Journal offers you is not scientific, but we invite our English-speaking and French-speaking readers to express their preference on the Journal’s Facebook page, www.facebook.com/journallehsf. We will report the results in our next issue.

Opinion du lecteur

Estrie ou Cantons-de-l’Est ?

Quels en sont les enjeux? Pourquoi tout à coup cette préoccupation pour le nom de notre région administrative après 76 ans? Que cherche-t-on vraiment ? Un débat? Un faux débat? Dépenser? Mettre des énergies sur quoi? On est à la recherche d’une cause?
Peut-être se souvenir que le nom Cantons-de-l’Est vient de la traduction littérale de l’anglais Eastern Townships.
Peut-être se souvenir que la désignation Estrie remonte à 1946 afin de se distinguer de la traduction de l’anglais. Un territoire où à cette époque, le français prend de plus en plus d’importance par la colonisation française. Il est vrai que durant tout ce temps, la région, au niveau touristique, utilise le nom Cantons-de-l’Est.
Il faut prendre en considération que notre belle région administrative compte 9 municipalités régionales de comté, 118 municipalités, toute une organisation administrative, une structure et représentation de divers ministères en référence au code géographique 05, l’Estrie. Les citoyens, citoyennes de l’Estrie se nomment Estriens, Estriennes; si la région administrative se nommait les Cantons-de-l’Est, le gentilé serait-il les Cantonnais de l’Est ?
Il faut prendre aussi en considération que le changement de nom de la région administrative aurait de nombreux impacts et d’importants coûts sur la structure administrative publique, communautaire et ses composantes; ministères, institutions, organismes aussi sur le secteur privé; entreprises, industries, commerces, etc.
Comment peut-on prétendre que l’appellation Cantons-de-l’Est serait plus attractive étant donné qu’au niveau touristique, c’est déjà l’appellation utilisée?
Comment tout à coup par le changement de nom de la région administrative tout deviendrait plus attractif? Comment tout à coup il y aurait une immigration plus massive de population venant d’ailleurs? Comment tout à coup on aurait une meilleure rétention de nos populations et surtout dans les milieux ruraux? Comment tout à coup on aurait une meilleure accessibilité Internet haute vitesse, efficace sur le territoire et dans les municipalités rurales? Comment notre belle nature, les lacs, les montagnes, les parcs du Mont-Orford, du Mont-Mégantic, nos attraits, nos festivités deviendraient tout à coup plus attractifs? Comment notre Réserve internationale de ciel étoilé deviendrait tout à coup plus étoilée? Comment la côte magnétique de Chartierville deviendrait tout à coup plus magnétique?
Il me semble que si je décide d’aller visiter des attraits en Gaspésie par exemple le Rocher-Percé, l’Île-Bonaventure, la rivière Bonaventure, j’irai voir ces attraits, peu importe l’appellation Gaspésie ou les Cantons de Gaspé.
Il semblerait plus judicieux et plus productif d’investir nos énergies et réunir toutes nos forces en Estrie sur des produits d’appel forts, de mieux faire connaître nos attraits et ce qui nous caractérise comme l’accueil chaleureux et la convivialité de la population de notre beau grand territoire.
Il semblerait plus judicieux et plus productif d’investir nos énergies et réunir toutes nos forces en Estrie pour le développement de nos communautés et le mieux-être de la population estrienne.
Danyel Bouffard, ancien organisateur communautaire dans le Haut-Saint-François

Opinion du lecteur

La bienveillance pour préserver la santé de nos proches

Il est essentiel de préserver notre liberté et nos droits : nous manifestons pour plusieurs bonnes causes. Depuis déjà plus d’un an, par bienveillance, pour nous aider les uns les autres, nous respectons les consignes sanitaires et surtout nous nous sommes fait vacciner.
Nous sommes tous et toutes « ben tannés » du masque, de ne pas pouvoir nous visiter comme bon nous semble, etc. Le seul bon truc pour hâter le moment où nous pourrons vivre normalement… est de se faire vacciner. Même si le vaccin n’est pas 100 % efficace.
Hélas, il y a des gens qui ne croient pas l’immense majorité des scientifiques, qui nient les bienfaits du vaccin et qui revendiquent un retour à la normale dès maintenant. Ce que ces gens-là revendiquent, indirectement, c’est plus de gens malades, plus d’absences dans le réseau scolaire et les hôpitaux, plus de gens à l’hôpital et aux soins intensifs, plus de morts…
Il y a eu des consignes moins efficaces que d’autres, parfois des incohérences dans les messages de la santé publique et des gouvernements. Ce ne sont pas de bonnes raisons pour empirer les problèmes en paralysant les villes sans aucune précaution, en se mêlant à des gens qui véhiculent des idées et des propos aberrants, parfois haineux, qui intimident les journalistes, etc.
Le travail des camionneurs est essentiel : c’est pour ça que 90 % se sont fait vacciner, presque le même pourcentage que dans la population en général, à quelques points près. Il n’y a actuellement aucune bonne raison (autre que médical dans de rares cas) de ne pas se faire vacciner et c’est le seul moyen de retrouver un mode de vie agréable. La question est comment convaincre ces gens réticents au vaccin, victimes de désinformation ? La désinformation peut amener des gens à croire toutes sortes de bêtises, comme on voit chez nos voisins du Sud où une minorité importante croit toujours que l’ex-président a gagné l’élection.
Alain Robert, Bury

©2022 Journal Le Haut-Saint-François