Actualités

Supposée situation de conflit d’intérêts : Le conseiller Dolbec répond au maire de Westbury

actualite

Se défendant bien de vouloir partir une guerre avec le maire du Canton de Westbury, Gray Forster, le conseiller au siège numéro 5, Mario Dolbec, s’insurge contre la lettre qui lui a été adressée par le maire, laissant entendre qu’il prêterait flan à une supposée situation de conflit d’intérêts. Il tient également à corriger, ce qu’il considère, comme des faussetés à son égard.
M. Dolbec explique sa sortie dans les médias par le désir de mettre les choses au clair. Ne voulant pas causer de préjudice au conseil municipal, il dit être prêt à remettre sa démission si nécessaire. « Si je dérange, ce n’est pas mon but. Je n’ai pas le goût ni le temps de faire des guerres. Si le conseil décide que je dérange, je suis prêt à donner ma démission. »
Dans le souci de diffuser toute l’information, le conseiller a fait suivre en copie conforme à tous les conseillers et au journal la lettre du maire ainsi que sa réponse. Il demande également que les documents soient déposés à la prochaine séance du conseil municipal le 4 avril.
Retraité et résidant de Westbury, M. Dolbec a été à l’emploi de la municipalité d’East Angus pendant une vingtaine d’années. Toutefois, il poursuit son lien d’affaires avec cette municipalité de façon sporadique. Ce dernier mentionne que la lettre du maire laisserait entendre qu’il se placerait en situation de conflit d’intérêts vis-à-vis la municipalité de Westbury. Le conseiller ajoute que la missive laisserait croire qu’il aurait pris des engagements au nom de la municipalité alors qu’il n’en est rien, insiste-t-il.
C’est un secret de polichinelle que les relations entre Westbury et East Angus sont difficiles. Élu au sein du conseil municipal depuis novembre dernier, M. Dolbec précise vouloir s’inspirer de la régie intermunicipale du service d’incendie regroupant Ascot Corner, Westbury et East Angus pour faire des échanges de bons procédés. « Moi, je voulais que le monde comprenne que je veux travailler avec les deux municipalités, qu’on travaille ensemble pour régler les problèmes en atelier de travail. Je peux vous assurer qu’aucune de mes déclarations ne pourrait contrevenir, selon les informations légales que j’ai obtenues, tant au Code d’éthique et de déontologie des élus municipaux qu’aux lois municipales ou aux règles générales de conduite », insiste le conseiller. « Je n’ai jamais pris d’engagements au nom de la municipalité à ce sujet ni avec des citoyens qu’avec la Ville de East Angus. J’ai simplement mentionné que je souhaiterais voir avancer ce dossier. »
M. Dolbec souhaiterait que le conseil municipal de sa municipalité prenne des engagements clairs avec la Ville de East Angus afin de faire cheminer les différents dossiers. Quant à son lien professionnel avec la Ville de East Angus, le conseiller précise avoir « toujours, agi de façon professionnelle et confidentielle et je poursuivrai toujours dans ce sens. Plutôt que d’y voir un problème, vous devriez profiter de cet avantage. Je demeure assuré que mon expérience et mon réseau de collaborateurs et de partenaires pourraient permettre à différents dossiers avec la Ville de East Angus et avec d’autres intervenants de cheminer beaucoup plus rapidement. Je n’ai aucun intérêt personnel, ces intérêts sont pour le bien-être collectif. Mon objectif n’est pas de réaliser le travail à la place des employés municipaux, connaissant très bien moi-même les problématiques de l’ingérence. Je souhaite plutôt travailler en collaboration avec le conseil municipal en faisant bénéficier mes connaissances et mon réseau de contacts au Canton de Westbury », de compléter M. Dolbec.
Aucun commentaire
Le journal a rejoint, par téléphone, le maire du Canton de Westbury, pour recueillir ses commentaires vis-à-vis la sortie publique de son conseiller. « Il s’agit d’une lettre confidentielle et je n’ai pas de commentaire à faire », laisse sèchement tomber le maire Forster. Interrogé à savoir s’il avait l’intention de déposer les lettres à la prochaine séance du conseil, M. Forster a refusé de répondre à la question se réfugiant derrière un « pas de commentaire. »

Article précédentArticle suivant
©2023 Journal Le Haut-Saint-François