Nerprun

Lutte au nerprun bourdaine à Cookshire-Eaton : La municipalité autorise une coupe de récupération de peuplement naturel

Le bois récolté sera vendu en usine de sciage.

La municipalité de Cookshire-Eaton a confié le mandat au Groupement forestier des Cantons d’entreprendre une coupe de récupération de peuplement naturel dans le secteur de l’étang Cloutier, afin d’endiguer le nerprun bourdaine, cette plante exotique envahissante.
La présence de cette plante très menaçante pour la végétation était déjà connue de la municipalité et faisait l’objet d’un suivi par l’organisme. Ce dernier a proposé un plan d’aménagement détaillé du site auquel la municipalité a donné son approbation.
La plante affecte la biodiversité de la flore et de la faune, « nous, la Ville, on s’est fié à l’avis des experts de l’aménagement quant à la méthode de travail pour voir l’éradication de cette plante qui est très menaçante pour les plantes indigènes », d’exprimer Claude Leclair, directeur des communications à la Ville de Cookshire-Eaton.
Cette plante venue d’Asie entrave le recrutement et la croissance des essences forestières indigènes. L’espèce a la capacité d’occuper un large éventail de types de sols et de milieux, tel que les zones humides, non inondées, les rives, les plaines ou les sols sablonneux. Le nerprun bourdaine est envahissant en raison de sa production abondante de graines tôt dans son développement, de même qu’en raison de son établissement et de sa croissance rapides. De plus, sa capacité à adapter sa structure selon le milieu lui permet d’optimiser la captation de la lumière disponible en adoptant une forme arborescente en sous-étage et une forme arbustive dans les ouvertures. En fait, le nerprun bourdaine compétitionne pour la lumière avec les espèces indigènes. Il peut atteindre jusqu’à 7 mètres de hauteur. La plante prend littéralement possession du couvert forestier et en raison de sa densité, étouffe les plantes indigènes.
Travaux
Jean Tremblay, technologue forestier pour le Groupement forestier des Cantons, explique que la nature de l’intervention vise d’abord à récolter le peuplement devenu à maturité et en perte de rendement depuis plusieurs années. À cela s’ajoutent l’éradication du nerprun et la préparation du terrain pour faire du reboisement en 2023, notamment avec du pin rouge et de l’épinette blanche.
La préparation du terrain consiste à couper tous les arbres sauf les feuillus, les pins et les cèdres. Tous les résineux, épinettes blanches, épinettes de Norvège seront récoltés puisqu’ils sont à maturité, d’expliquer M. Tremblay. La coupe sera suivie d’une préparation de terrain et de reboisement. L’intervenant ne se fait pas d’illusion quant à l’endiguement complet de cette plante. Il explique la particularité du système racinaire de celle-ci, faisant en sorte qu’il est très difficile de l’arracher au complet. « S’il reste la moindre petite racine, c’est sûr que ça redécolle. On ne s’en sauvera pas de refaire deux ou trois entretiens dans les années futures de la plantation si on veut la rendre à terme. » La préparation du terrain comprend également la récupération des déchets de coupes. Les travaux de coupes, en cours, devaient s’étaler sur une période de deux semaines suivies de 5 à 6 jours pour la préparation du terrain, donc le tout devrait être complété vers la mi-juillet. L’intervention se fait sur une superficie approximative de 6,5 hectares. Les travaux comprennent également une coupe d’éclaircie. Jean Tremblay mentionne que des mesures d’atténuation et des bandes de protection sont prévues notamment autour de l’étang Cloutier.
Le technologue forestier précise que le bois récolté sera transporté vers les usines pour la vente. Selon les ententes, explique-t-il, un droit de coupe sera versé à la municipalité qui devrait en partie servir à défrayer les coûts supplémentaires reliés à la préparation du terrain et au reboisement. Selon l’intervenant, il s’agit d’un chantier de taille moyenne qui va générer 1650 m3 de bois apparent. Ce dernier ajoute qu’il s’agit tout de même de bois de bonne qualité. Il souligne que l’intervention était nécessaire puisque les arbres étaient à maturité. Les travaux n’endigueront pas complètement le fléau que représente le nerprun bourdaine, mais devraient permettre à tout le moins de le contrôler dans ce secteur avec des interventions ponctuelles selon le besoin.

Marché public de Lingwick

L’ouverture des marchés publics se poursuit dans le Haut !

Bas de Plusieurs personnes ont bravé la pluie pour visiter les divers kiosques du Marché de la petite école de Lingwick.

La saison des marchés publics dans le Haut-Saint-François est bien amorcée et elle se poursuivra au cours des prochaines semaines. Après celui de la petite école de Lingwick et dimanche dernier avec East Angus, suivront ceux de Dudswell (25 juin), Westbury (30 juin), La Patrie (1er juillet) et Sawyerville à Cookshire-Eaton (2 juillet).

Marché public East angus
Bas de Plusieurs Nous apercevons de gauche à droite Lyne Boulanger, mairesse de East Angus, les quatre organisatrices Soumaya Loueb, Écolo Déco, Gabrielle Fontaine, La Halte de la Gitane, Louise Bélisle, Plumes et Bedons, Anick Lauzon, Kiwis & compagnie ainsi que le député de Mégantic, François Jacques, au moment de l’ouverture du marché public d’East Angus.personnes ont bravé la pluie pour visiter les divers kiosques du Marché de la petite école de Lingwick.

Les marchés publics sont une belle occasion de rencontrer les producteurs locaux et régionaux. C’est un moment privilégié pour échanger et se procurer des produits frais, pleins de saveurs. Chaque marché public offre une panoplie de produits auxquels s’ajoutent ceux des artisans locaux.
Malgré les intempéries, ils sont accessibles au grand public. Les caprices de Dame nature lors de l’ouverture du Marché de la petite école de Lingwick ont momentanément ralenti les ardeurs des visiteurs, mais plusieurs se sont pointés pour y découvrir les produits frais. Certains ont profité du P’tit pub, qui met en valeur les vins québécois et bières de la Brasserie 11 Comtés pour se désaltérer. Les responsables ont profité de cette 13e édition pour dévoiler les céramiques de l’artiste locale, Isabelle Gauthier. Les mosaïques à gogo embelliront les comptoirs du four à pain extérieur. Le groupe d’élèves, les Pizzaniers, reviendra préparer et vendre leurs succulentes pizzas.
East Angus
Malgré la température un peu froide, plusieurs personnes ont tout de même visité le marché public à East Angus. « Pour aujourd’hui, on est agréablement surpris malgré la température. C’est une première, je pense que c’est bien parti. Une dizaine d’exposants participaient au marché de ce dimanche, mais le nombre augmentera selon l’évolution de la saison, assure Gabrielle Fontaine. La participation de la Petite ferme Ô P’tits Soins de Bury a ravi les jeunes et moins jeunes.

Touristique

Lancement de la saison touristique dans le Haut : On attend la visite

Nous apercevons quelques outils promotionnels disponibles dans les bureaux d’informations touristiques du territoire ou à la SADC du Haut-Saint-François.

C’est dans l’enthousiasme des retrouvailles, après deux ans, que Tourisme Haut-Saint-François a procédé, la semaine dernière, au lancement de la nouvelle saison et de son guide des attraits touristiques du Haut-Saint-François.
Isabelle Couture, directrice du développement local et des communications à la SADC du Haut-Saint-François et responsable du comité tourisme, mentionne qu’il est difficile de prévoir l’achalandage, mais demeure confiante. « Je pense que les gens vont être de retour. Les signes qu’on a pour l’instant, c’est qu’on devrait avoir pas mal de monde cet été quand même. Ça va être un bel été. » Plusieurs propriétaires d’entreprises et représentants du monde touristique ont pris la parole lors du lancement de la saison pour présenter les services offerts ainsi que les attraits de leur secteur. Ces derniers fondent de grands espoirs pour la saison qui s’amorce et attendent les visiteurs les bras grands ouverts.
Le comité tourisme du Haut-Saint-François met le paquet pour attirer les visiteurs. Campagne radio, cartes du genre napperon indiquant les randonnées à faire sur le territoire et du circuit des sheds panoramiques sans oublier le nouveau guide des attraits touristiques du Haut-Saint-François contribueront à faire saliver les visiteurs désireux de faire de belles découvertes.
Le nouveau guide abondamment illustré, comprenant 200 attraits et entreprises touristiques, est fort invitant. Chaque municipalité y est représentée avec ses attraits, événements, activités plein air, culturel et autres sans oublier les restaurants et hébergements. Pour simplifier les recherches, on a également regroupé les hébergements de l’ensemble du territoire avec les pictogrammes appropriés. Le volet culturel y est représenté, que ce soit pour les boutiques d’artisans et antiquaires, les galeries d’art et ateliers d’artistes, le musée et centre d’interprétation ainsi que le circuit et balado. L’agrotourisme trouve sa place que ce soit par l’autocueillette, les érablières, les fermes agrotouristiques, les marchés publics, microbrasserie, charcuterie, fromagerie, les jardins à visiter et les kiosques de vente à la ferme. Évidemment, on ne peut visiter le Haut-Saint-François sans parler de plein air, qui est avantageusement présenté que ce soit par la route panoramique, les parcs multifonctionnels comme le Marécage-des-Scots, les terrains de golf, les sentiers de randonnée, les centres de plein air, les parcs et autres. Les restos englobant le bistro-café, les cantines et les restaurants de cuisine du monde, restaurant d’été et rapide sans oublier le restaurant familial et brasserie contribueront à ouvrir l’appétit des visiteurs.
Bien entendu, le circuit des sheds panoramiques couvrant l’ensemble des municipalités du territoire est un incontournable et mérite à lui seul le déplacement.
La saison touristique fera découvrir aux visiteurs plusieurs nouveautés, dont les sentiers de gravel bike. Les sept sentiers seront accessibles au cours des prochains jours. Il est possible de consulter le site Web de Tourisme Haut-Saint-François. D’ailleurs, toutes les informations touristiques sont accessibles sur ce site. Quant aux outils promotionnels (dépliants, cartes format napperon et guides des attraits), ils sont disponibles dans les divers bureaux d’accueil touristique ou à la SADC du Haut-Saint-François.

actualite

4 ANS DÉJÀ

Merci à toute la population de Cookshire et des environs qui depuis 4 ans, participe à la cueillette du verre. Déjà 4 ans que l’AFEAS de Cookshire et l’AFEAS de Sawyerville avaient entrepris la démarche auprès des conseillers de la municipalité de Cookshire-Eaton pour qu’un conteneur soit installé à la salle Guy-Veilleux. Quelle belle réalisation pour notre communauté. Merci à tous !

Lucille Chabot, présidente
AFEAS Cookshire

Aeroport de sherbrooke

Rapport sévère sur l’aéroport de Sherbrooke : Peu d’impact sur les projets à venir estime le préfet

La vérificatrice générale de la Ville de Sherbrooke, Andrée Cossette, a déposé un rapport accablant concernant la gestion de l’aéroport de Sherbrooke. Elle propose 26 recommandations pour corriger les lacunes.

Robert G. Roy, préfet de la MRC du Haut-Saint-François et membre du conseil d’administration de la Corporation de développement de l’aéroport de Sherbrooke (CDAS), situé sur le territoire de Cookshire-Eaton, ne croit pas que le rapport de la vérificatrice générale de la Ville de Sherbrooke, identifiant plusieurs lacunes quant à la gestion de l’organisme, cause préjudice sur les divers projets en cours.
Reconnaissant le travail effectué par la vérificatrice, Andrée Cossette, M. Roy précise que cela « ne signifie pas la fin de l’aéroport. Pour les autres projets, ça va continuer », insiste-t-il.
Rappelons que la vérificatrice générale a récemment déposé son rapport, qualifié d’accablant par la mairesse de Sherbrooke, Évelyne Beaudin, et rapporté dans le quotidien régional La Tribune. Le rapport soulève plusieurs lacunes entre autres, l’absence de planification stratégique, la composition du conseil d’administration, des mécanismes de contrôle insuffisant et des données financières dépassées notamment dans le projet de desserte commerciale. La vérificatrice suggère 26 recommandations en lien avec les problématiques identifiées.
M. Roy n’était pas en mesure de commenter le rapport au moment de l’appel téléphonique précisant qu’il était en voie d’en faire la lecture. « Elle (vérificatrice) a fait une présentation; à savoir si je suis tout en accord, c’est autre chose. Je vais lire le rapport pour bien comprendre et après je vais en discuter avec les gens (membres du conseil d’administration). »
M. Roy mentionne retrouver des éléments importants à l’intérieur du rapport et souhaite prendre le temps de bien les analyser. Il avoue être surpris de la teneur du document sur certains aspects, mais veut prendre le temps d’approfondir sa réflexion et compréhension. Le préfet souhaite que le contenu du rapport soit discuté en conseil d’administration.
M. Roy voit d’un bon œil que Mme Beaudin siège au sein de la CDAS.

DCI

Démarche de concertations intégrées (DCI) : Le mouvement est en marche

Le coordonnateur de la Démarche de concertations intégrées (DCI) du Haut-Saint-François, Samuel Dupuis, s’adresse aux représentants des différents organismes du territoire.

La démarche de concertations intégrées (DCI) visant à augmenter l’impact social des actions collectives dans le Haut-Saint-François semble bien amorcée et les intervenants des diverses concertations s’apprêtent à passer à l’action.
Ils étaient plusieurs représentants d’organismes du territoire et même de la région estrienne à participer récemment à une rencontre visant à faire le point sur l’évolution de la démarche auquel chacun apporte sa contribution sous forme de concertation.
Le rôle de la DCI, d’expliquer Samuel Dupuis, agent de développement et coordonnateur de la démarche, est d’intervenir sur plusieurs tableaux, dont celui d’augmenter l’interconnexion entre les acteurs et actrices du Haut-Saint-François. L’objectif, poursuit-il, est d’apporter un appui pour que tout le monde puisse travailler ensemble et augmenter l’efficacité des interventions. L’action s’articule autour des trois enjeux parapluies comme la jeunesse, les services de proximité ainsi que l’isolement et l’exclusion sociale. Rappelons que plusieurs thèmes se retrouvent sous chaque parapluie, que ce soit le logement, le transport, l’alimentation, les services de garde, le décrochage scolaire, les relations intimes pour les jeunes, la maltraitance des personnes aînées, le racisme, le sexisme et autres.
La DCI bénéficie d’une aide financière de la Fondation Lucie et André Chagnon de 810 000 $ sur trois ans. De ce montant, 430 000 $ serviront à financer les coordinations des différentes concertations au cours de ces années. Quatre concertations bénéficient déjà de l’aide financière pour supporter des coordinations au sein de leur groupe. Un montant global de 92 542 $ a été consacré à cet effet. La DCI dispose également d’une enveloppe de 90 000 $ qui pourra être utilisée comme effet levier pour propulser des projets multisectoriels.
Plusieurs coordonnateurs et coordonnatrices des diverses concertations ont profité de l’occasion pour présenter l’évolution de leurs discussions et les projets en voie de développement. Les responsables de la DCI ont poussé l’exercice plus loin en formant divers groupes qui ont eu à réfléchir sur différentes thématiques en atelier de travail. L’objectif, d’expliquer M. Dupuis, est de donner l’opportunité à l’ensemble des acteurs en développement social sur le territoire, de travailler ensemble.  « On voulait amener les participants à mieux cerner les perceptions des partenaires et comprendre les besoins et capacités des acteurs en développement social sur le territoire », explique-t-il. Au terme de la rencontre, les représentants de chaque atelier présentaient le contenu de leurs discussions. Les informations recueillies serviront à réorienter la suite du travail de la DCI, de compléter M. Dupuis.

Eric Mageau

Le maire d’Ascot Corner, Éric Mageau, démissionne : L’ex-mairesse, Nathalie Bresse, parmi les candidats intéressés

Le maire d’Ascot Corner, Éric Mageau, a remis sa démission le 25 mai dernier.

Coup de théâtre à Ascot Corner. À peine six mois après son élection, le maire d’Ascot Corner, Éric Mageau, a remis sa démission le 25 mai dernier. Il explique son départ au fait d’avoir mal évalué la conciliation entre son travail professionnel et celui de maire. Les citoyens devront donc retourner aux urnes le 11 septembre prochain si nécessaire.
« Il a fallu que je fasse un choix. Le job de maire, c’est une erreur de ma part. J’avais pensé être capable de sortir l’ouvrage que le maire a à faire avec mon job principal. Mais je rentrais trop en conflit. Je suis directeur de territoire pour Strongco, c’était beaucoup trop. Je pensais être capable de faire une vingtaine d’heures par semaine à la municipalité, mais c’est un job à temps plein. »
Pourtant, M Mageau comptait deux mandats d’expérience comme conseiller et devait avoir une petite idée de la tâche qui incombe au maire. Il mentionne avoir songé à refaire des comités afin de se libérer un peu ainsi que le directeur général. L’ex-maire ajoute que les réunions de comité à la MRC étaient, fréquemment de jour, et posaient problème avec ses disponibilités.
M. Mageau ne cache pas qu’il est arrivé au poste de maire avec une vision et que cela ne faisait pas l’affaire de tous, mais insiste pour dire que la principale raison de son départ est l’incompatibilité de l’horaire au niveau professionnel.
En se retirant, M. Mageau mentionne que la vie politique est terminée pour lui. « J’ai donné. J’ai fait huit ans et demi. J’aurais aimé finir mon mandat de maire, mais c’était trop exigeant. Ce n’est pas comme ça qu’on veut partir. J’aurais aimé être capable d’aller au bout de ça, mais ça devenait trop compliqué pour moi. »
Élections
L’ex-mairesse, Nathalie Bresse, qui avait démissionné de son poste pour se présenter candidate du Bloc Québécois lors des dernières élections fédérales, a la ferme intention de se présenter à nouveau au poste de mairesse de la municipalité. Elle entend déposer son bulletin dès l’ouverture des mises en candidature le 29 juillet. « Le 29 juillet au matin, je vais être là pour déposer ma candidature. J’ai toujours fait ça à chaque élection. J’essaie d’être la première à déposer, comme ça, j’ai comme pas l’impression de déposer ma candidature contre quelqu’un. »
Mme Bresse mentionne avoir toujours le goût de la politique. Consciente que le poste de maire demande beaucoup de temps, elle entend réduire ses heures de travail à son salon de coiffure afin de se donner de la disponibilité. Dans l’hypothèse d’une réélection, l’ex-mairesse croit qu’elle n’aura pas de difficulté à faire équipe avec les élus, mentionnant connaître les quatre femmes conseillères. « Les hommes, je les connais un peu moins, mais je pense que c’est une belle équipe.» Si elle devait être élue, l’ex-mairesse croit que la transition devrait se faire assez rapidement. « Je suis quand même les dossiers autant à la MRC qu’à Ascot Corner. Je me garde encore au courant », confie-t-elle.
D’autre part, le candidat défait à la mairie lors de la dernière élection municipale, Jacques de Léséleuc, admet être en phase de réflexion. « Je n’ai pas pris de décision, mais j’y songe sérieusement, mais tout va dépendre qui va se présenter, etc. » Lors de la dernière élection, l’ex-maire de Hatley avait obtenu 16,98 % des votes, soit 117 bulletins en sa faveur.
Mentionnons que la période des mises en candidature est du 29 juillet au 12 août. S’il devait avoir la tenue d’élection, elle se déroulera le 11 septembre.

film

Lancement du court-métrage sur la maltraitance aux aînés : Une réalité et des solutions

Nous apercevons une partie de l’équipe de bénévoles ainsi que Sébastien Croteau et France Lebrun réunis sur la scène au terme de la présentation du film.

C’est devant une salle presque pleine, au Centre culturel de Weedon, que le Centre d’action bénévole (CAB) du Haut-Saint-François a récemment procédé au lancement du court-métrage L’automne où le bonheur sombra, traitant de la maltraitance envers les aînés.
L’œuvre réalisée par Sébastien Croteau, des Productions de L’inconnu dans le noir, s’appuie sur la participation de plusieurs aînés qui ont mis bénévolement de leur temps et leur cœur à produire le court-métrage. L’objectif, d’expliquer France Lebrun, directrice générale du CAB, est de sensibiliser les aînés, mais également les personnes gravitant autour de ces derniers. « Les gens ne se rendent pas toujours compte que peut-être leurs gestes vont au-delà de ce que veut la personne. On y présente les différents types de violences, mais également les alternatives et pistes de solution » pour contrer ce phénomène malheureusement trop répandu.
Louisette Gosselin, assistante à la réalisation, en plus d’occuper plusieurs autres postes dont celui de diriger les acteurs, mentionne que l’objectif était de rendre le film simple et réaliste. « On ne voulait pas que ce soit un psychodrame. Notre objectif était de sensibiliser la population en général à la situation existante de maltraitance envers les aînés. On met en vedette des aînés, tous bénévoles sans formation. En même temps, on brise l’isolement, on donne la chance à des gens d’expérimenter de nouvelles choses. » Mme Gosselin, ex-présidente et directrice générale du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, a puisé à même son expérience dans le domaine de la santé pour contribuer au scénario. « On voulait qu’il y ait des messages qui passent, la maltraitance, ça peut arriver à n’importe qui, n’importe quand, mais il y a des services. Il faut les reconnaître qu’on est peut être en situation de vulnérabilité et d’exploitation et il faut accepter de l’aide. L’autre message qu’on voulait lancer, c’est qu’il y a de l’espoir, on peut en sortir. Les messages ont été passés », précise-t-elle.
Mme Lebrun a bien l’intention de se servir du film pour entreprendre dès l’automne prochain une tournée de sensibilisation auprès des différentes clientèles. « On prévoit, dès l’automne, aller dans des municipalités, voir des groupes d’aînés pour diffuser le film et avoir des échanges avec eux et sensibiliser la violence faite aux aînés, sensibiliser les gens à la bientraitance. »
Réactions
Au terme de la projection, Robert Lebeau, de Dudswell, mentionne que « c’est une belle façon de nous sensibiliser, une fois de plus, au problème de la maltraitance. C’est sûr qu’on en entend parler, mais je trouve que ce n’est jamais assez. Pour des amateurs, j’ai trouvé que le film avait été bien réalisé, de belles prises de vue et les acteurs ont été bien dirigés. » M. Lebeau avouait ne pas avoir appris de nouveaux éléments tout en ajoutant que « c’est toujours bon de se le faire rappeler. » Pour Nicole Morel, Raynald Breton, Claire et Léopold Fillion, de Dudswell, le film reflète bien la réalité et « très réaliste. On voit que c’est une question d’argent », d’exprimer M. Fillion. Pour Mme Fillion, le film démontre « qu’il faut être attentif envers nos voisins. » Ces personnes ont bien apprécié le court-métrage et elles ont bien l’intention de le recommander auprès de leur entourage le moment venu.
Mentionnons que le film relate l’histoire d’une dame aînée autonome qui se blesse lors d’une vilaine chute. Une membre de sa famille (cousine) avec son conjoint lui offre de l’aide. De façon progressive, le couple abuse financièrement de la dame en plus de lui imposer des sévices physiques. La dame a tendance à s’isoler. Heureusement, elle reçoit de l’aide et découvre qu’il existe des moyens de se défaire de cette emprise. Ce qu’elle fait avec succès.
La réalisation du film a été rendue possible grâce à l’initiative du CAB qui a déposé une demande d’aide dans le cadre du programme Nouveaux Horizons pour les aînés du gouvernement du Canada. Fort de ce premier succès, l’organisme est en voie de produire, toujours avec la contribution de Sébastien Croteau, des Productions de L’inconnu dans le noir, un documentaire. Sans trop en dévoiler le contenu, Mme Lebrun mentionne que le film traitera des abus intergénérationnels et autres, sous toutes sortes de formes. Si tout va bien, le produit pourrait être disponible vers la fin de l’automne prochain ou au printemps 2023.

Gravel Bike

Projet de vélo de montagne à Chartierville : Le sentier pourrait être accessible à l’été 2023

Si tout va bien, le sentier de vélo de montagne à Chartierville pourrait être complété vers le milieu de l’été 2023.

Le sentier de vélo de montagne à Chartierville, un projet approximatif de 160 000 $ subventionné à 80 % par le palier provincial et comprenant une piste de 6 à 7 kilomètres sur les terres publiques dans le secteur du mont d’Urban et accessible par Chartierville au bout du rang St-Paul, va bon train. Si tout va bien, la piste pourrait être accessible à l’été 2023.
Jean Bellehumeur, membre du comité de bénévoles, mentionne que la totalité de la subvention demandée soit quelque 128 400 $ a déjà été versée. Les responsables se préparent donc à lancer les appels d’offres, si ce n’est déjà fait. Le sentier de type intermédiaire prévoit 7 kilomètres dont 3 à la montée et 4 km à la descente avec une section plus facile, en bas de pente. M. Bellehumeur précise que la montagne représentera le deuxième plus haut dénivelé au Québec.
Calendrier
Le porte-parole du comité mentionne que l’engouement du vélo de montagne est tellement fort que les entreprises spécialisées dans ce type de construction sont littéralement débordées. Toutefois, il aimerait que le comité soit en mesure d’accorder le contrat vers la mi-juillet ou le début d’août. Quant à savoir le moment du début des travaux, l’intervenant dit l’ignorer en laissant entendre l’automne prochain ou le printemps 2023. On prévoit approximativement un délai de 11 semaines pour exécuter les travaux. Si tout va comme souhaité, on aimerait que la piste soit accessible dès le milieu de l’été 2023. Au moment de l’entretien téléphonique, M. Bellehumeur mentionnait être en attente de l’obtention d’un bail du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, condition nécessaire, avant d’autoriser le début des travaux.
Le porte-parole du comité mentionne que le projet obtient l’assentiment d’une grande majorité de la population ainsi que de tous les membres du conseil municipal. De fait, la municipalité s’est déjà engagée par voie de résolution à assumer un engagement financier de 20 % plus les frais non admissibles pour la réalisation du projet.
M. Bellehumeur est confiant que le sentier de vélo de montagne attirera plusieurs visiteurs au même titre que le festival de Musique aux Sommets. L’objectif de ces activités, précise-t-il, est « d’attirer des gens de l’extérieur à venir découvrir notre région. » L’intervenant pense qu’il pourrait éventuellement y avoir des compétitions provinciales de vélo de montagne et Chartierville pourrait avantageusement faire partie du circuit.

actualite

La Coop d’initiation à l’entrepreneuriat collectif (CIEC) : Les jeunes se mettent à la tâche

Le lancement officiel des activités de la Coop d’initiation à l’entrepreneuriat collectif (CIEC) se déroulera le 7 juillet prochain au Bumper to Bumper d’East Angus, de 10 h à 16 h. À l’occasion, les huit jeunes entrepreneurs, âgés de 13 à 17 ans, du Haut-Saint-François (HSF), pourront laver votre véhicule pendant que vous mangez des petites bouchées vendues par le groupe.
Ce projet collectif est une belle façon pour les jeunes d’apprendre ce qu’est une entreprise et ce que représente la gestion de celle-ci. Ils auront à gérer leurs affaires du début à la fin. Pour la plupart, ce sera une première expérience de travail, ce qui favorisera certains apprentissages tels que l’engagement, le fait de bien se présenter à un employeur et développera le savoir-être et la maturité entre autres.
« Pour la plupart, ce sera une opportunité d’apprendre davantage à se connaître, à développer des liens avec les autres jeunes de la coop et finalement d’amasser des sous pendant l’été. La majorité arrive à l’âge où ils cherchent à atteindre une certaine forme d’autonomie financière. Et ce projet entrepreneurial est une belle façon d’y parvenir », s’est exprimée Roxanne Shank, conseillère en emploi au Carrefour jeunesse-emploi du HSF.
Chaque été depuis 22 ans maintenant, des jeunes de 13 à 17 ans du Haut-Saint-François participent au CIEC et se lancent en affaires sous une forme de coopérative et offrent leurs services à la communauté. La Coop d’initiation à l’entrepreneuriat collectif est un exemple de projet entrepreneurial dans le HSF. Cette initiative vise l’expérimentation de l’entrepreneuriat coopératif et favorise l’autonomie et l’intégration sociale des jeunes participants.
Les services offerts sont variés et peuvent autant être de la tonte de pelouse, de la peinture que ramasser des fraises dans les champs de fermes maraîchères. Tout au long des 8 semaines où ils seront amenés à réaliser divers travaux, les jeunes participants pourront suivre des ateliers en lien avec le marché du travail, le budget, les finances, la santé et la sécurité au travail. Le type de formation peut varier selon le choix des adolescents.
Si vous avez besoin d’un coup de main pour de petits travaux ou de l’aide pour accomplir certaines tâches, vous pouvez communiquez avec l’équipe du Carrefour jeunesse-emploi (819 832-1513) et demander les services de la Coop d’initiation à l’entrepreneuriat collectif.

fete-nationale-saint-jean-baptiste

On célèbre la Fête nationale dans le Haut

Cette année, 10 municipalités du Haut-Saint-François offriront des festivités à leurs citoyens à l’occasion de la Fête nationale du Québec. La programmation étant différente dans chacune des municipalités, voici donc un bref survol de ce qui vous attend entre le 23 et le 25 juin.
Ascot Corner
Le 23 juin, au parc Pomerleau, la municipalité d’Ascot Corner vous convie à leur Fête nationale qui débutera à 14 h. Pendant la journée, des jeux de société géants et des jeux gonflables seront accessibles et l’équipe de Vélo Smoothie sera sur place pour de l’animation avec des vélos stationnaires pour préparer les breuvages. La piscine municipale ouvrira aussi officiellement et des mets de La Cantine d’Ascot Corner seront disponibles dès 16 h. Un tournoi de poches, une Méga-Zumba et une partie de hockey-balle attendent les visiteurs en soirée. Le traditionnel feu est prévu à 20 h 30 et prestation musicale du groupe Les Générations.
Chartierville
Chartierville proposera aussi des festivités pour les citoyens, le 25 juin à l’arrière du centre communautaire. Un tournoi de Dek-Hockey est à l’horaire à 9 h (si vous désirez plus d’information à ce sujet, contactez Jean-François Lachance au 819 656-1091. Sur le site, des jeux gonflables, un mini-golf, une cantine et un bar seront accessibles pour les visiteurs. Des feux d’artifice sont aussi prévus en soirée de même qu’un énorme feu.
Cookshire-Eaton
La municipalité de Cookshire-Eaton propose deux soirées en l’honneur de la Fête nationale du Québec, soit le 23 juin à Johnville, au terrain de balle, 62 rue Jordan Hill et le 24 juin au terrain de balle de Cookshire, 75 rue Castonguay. Du côté de Johnville, l’ouverture du site se fera à 18 h et il sera possible de profiter de jeux gonflables tout en mangeant du maïs éclaté et de la barbe à papa. Sur les coups de 20 h, un spectacle de musique avec Steve Boisvert et Martin Couette précèdera un spectacle de pyrotechnie. À Cookshire, l’ouverture du site est prévue pour 16 h avec la possibilité de profiter de jeux gonflables et d’une station de maquillage pour les enfants. Nancy Pérusse et Rejan Chenard se produiront en musique alors qu’un spectacle pyrotechnique devrait éclairer le ciel dès 22 h. Un feu de joie est prévu aux deux endroits pour 22 h 15 ainsi qu’un service de cantine et de bar.
Dudswell
Les festivités de la Fête du Québec à Dudswell commenceront à 16 h, le 23 juin, à la plage P.E. Perreault. Des concours de jeux de mots, des amuseurs publics égayeront le début de la soirée. Un spectacle de la troupe Les Triplettes ainsi que Mystika Circus suivra en soirée et le feu est prévu pour 22 h. Discomobile P.G. Party se chargera de l’animation de fin de soirée. Un bar et un comptoir avec hot-dogs, hamburgers et fajitas seront sur le site pour sustenter les visiteurs.
East Angus
À East Angus, les citoyens sont invités à l’aréna Robert-Fournier le 23 juin dès 18 h. De l’animation, du maquillage et des jeux gonflables seront disponibles pour les jeunes. Rokkad Amusement sera sur place avec leur technologie de réalité virtuelle. Un souper familial est prévu et il sera possible d’acheter des hot-dogs, frites et poutines directement sur le site. Un spectacle tout en musique avec le groupe Sonia et les K-Dingues précèdera l’hommage au drapeau et un discours patriotique. Suivra la troupe de théâtre Drôle d’adon qui crée des spectacles dédiés à l’espace public. Des feux d’artifice sont prévus pour 22 h 15 ainsi qu’un feu de joie pour 22 h 30. La soirée se terminera en musique avec la prestation d’un groupe, et ce jusqu’à 1 h du matin.
Lingwick
À Lingwick, la fête de la Saint-Jean débutera à 17 h ce 23 juin au pont couvert McVetty-McKenzie avec des jeux gonflables et de l’animation pour les petits. Pour le souper, ce sera de type pique-nique où chacun des participants amène son souper et sa boisson. Un DJ se chargera de l’animation et les fêtards pourront danser au son de musique québécoise. Suivra un duo musical avec Jessica Charland et Frank. Le feu de joie sera allumé vers 22 h et il y aura des feux d’artifice sur le bord de la rivière au Saumon.
La Patrie
La municipalité invite la population à se joindre à elle le 24 juin à l’Abri-bois de La Patrie dès 15 h. Des jeux, des défis et des combats de sumo sont prévus à l’horaire pendant l’après-midi avec un accès à des jeux gonflables. Un souper de type buffet froid vous attend sur place à partir de 17 h 15 au coût de 7 $ par adulte et gratuit pour les 5 ans et moins. Il est à noter que la quantité de repas est limitée. Pendant la soirée, un atelier de cirque déambulatoire sera donné pour les familles et Animations KIWI aura la charge de maquiller les plus petits. Le groupe REFLET performera avant les feux d’artifice qui sont prévus pour 22 h, suivi d’un feu de joie.
Saint-Isidore-de-Clifton
La célébration de la Fête nationale à Saint-Isidore-de-Clifton se déroulera quant à elle le 25 juin à la salle des loisirs, 36 rue Principale, à 20 h. Madiba King et Barnak présentera leur spectacle musicale Bading-Badang dès 20 h 30 et le feu de joie suivra à 21 h.
Scotstown/Hampden
Le comité des Loisirs Scotstown-Hampden organise une soirée pour la fête de la Saint-Jean au parc Walter-MacKenzie, le 24 juin à 14 h pour le début des festivités. Le DJ Fred Fisher se produira dès 15 h, et ce jusqu’à la fin de la soirée. Le service d’incendie de Scotstown se présentera pendant l’après-midi pour faire visiter les camions aux enfants. Sur place, il sera possible de se faire maquiller et de jouer dans les jeux gonflables prévus pour cette journée. Le service de nourriture sera assuré par la Maison des jeunes et il sera possible d’y manger comme à la cantine : hot-dogs, hamburgers, etc. Les feux d’artifice sont prévus pour 21 h et le feu de joie à 21 h 30.
Weedon
La municipalité de Weedon convie la population à venir festoyer avec elle le 23 juin, au parc de l’Aréna, situé au 185 rue des Érables, à 17 h avec l’ouverture de la cantine. Les jeux gonflables, les kiosques de maquillage, de barbe à papa, de maïs éclaté et de colliers lumineux ouvriront à 18 h. Une soirée musicale vous attend avec deux chanteuses et musiciennes de Weedon même : Rebecka Lussier et Rosalie Filiault. Les feux d’artifice seront allumés pour 22 h 15 et suivra le grand feu de joie.

Nationale

Célébrons notre langue pleine de couleurs !

Le 24 juin, Fête nationale du Québec, constitue l’occasion de célébrer notre magnifique province, son histoire et sa culture particulière. Pour 2022, le Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ) et le Comité de la Fête nationale du Québec à Montréal (CFN) souhaitent mettre la langue québécoise de l’avant avec le thème Notre langue aux mille accents.
Une parlure qui rend fier
Le langage québécois est spontané, vivant, coloré et bien imagé. Rempli de régionalismes français empruntés aux colons et de québécismes, il se transmet d’une génération à l’autre depuis belle lurette et a la particularité d’évoluer selon les régions. Parfois moins utilisé au quotidien, il constitue néanmoins une fierté des Québécois lors de diverses célébrations, mais plus encore durant la Fête nationale, et demeure bien présent dans certains contextes.
Des expressions de chez nous
Cette année, profitez de la thématique de la Fête nationale du Québec pour vous abreuver de nos plus belles expressions, dont les suivantes :
• Attache ta tuque
• Calme-toi le pompon
• Cogner des clous
• Jouer de la musique à bouche
• Lâche ton fou
• Piquer une fouille
• Se faire passer un sapin
• Se mettre sur son 36
• Sois vite sur tes patins
• Tire-toi une bûche
Célébrez en grand la Fête nationale du Québec et notre langue en recherchant les activités proposées dans votre région et visitez le fetenationale.quebec pour découvrir les surprises que cette nouvelle édition vous réserve !

Nationale

Comment organiser son party de la Saint-Jean-Baptiste ?

La Fête nationale du Québec, affectueusement surnommée la «Saint-Jean», constitue l’occasion de se rassembler et de célébrer son appartenance à la nation québécoise. Depuis 1834, les Québécoises et les Québécois se réunissent le 24 juin en petits ou en grands groupes et pratiquent diverses activités festives. Voici quelques conseils pour organiser votre propre party !
La nourriture
Comblez l’appétit de vos invités avec un délicieux repas. Si la météo le permet, optez pour le barbecue : brochettes, hamburgers, hot-dogs, etc., sont toujours appréciés. Laissez à la disposition de tous des grignotines (crudités, croustilles, etc.) pour les fringales. Pas envie de cuisiner ? Encouragez un restaurant ou un traiteur de votre région !
Pour les boissons, misez sur des produits d’ici, ce n’est pas le choix qui manque ! C’est l’occasion de découvrir des moûts de pomme, des vins, des cidres, des bières et des spiritueux locaux.
Les activités
Occupez vos invités avec diverses activités extérieures estivales : volley-ball, jeu de fers ou de poches, baignade, etc. Accompagnez le tout d’une liste de lecture comprenant vos chansons québécoises préférées !
Si vous le souhaitez, terminez la soirée avec un feu de joie. Veillez toutefois à respecter les lois et les règlements de votre municipalité à ce sujet (en période de sécheresse, les feux sont généralement interdits).
La sécurité
La Fête nationale s’éternise souvent jusque tard dans la nuit, et ce, d’autant plus si elle est bien «arrosée». Prévoyez le coup et abonnez-vous à un service de raccompagnement pour que vos invités ayant consommé de l’alcool (ou du cannabis) puissent retourner à leur domicile en toute sécurité. Le transport en commun et les taxis constituent également de bonnes options. Sinon, pensez à installer des lits de camp dans votre salon ou des tentes dans votre cour arrière.
Enfin, n’hésitez pas à demander l’aide de vos proches. Après tout, la Fête nationale du Québec est aussi une fête d’union !

Concerts de la gare

East Angus : Les concerts de la gare reviennent

Les concerts de la gare à East Angus reviennent pour une dixième édition. Tous les jeudis dès 19 h 30, à la Vieille Gare du Papier, se mettra en branle une série de neuf spectacles du 30 juin au 25 août. Encore cette année, les amateurs de musique seront servis à souhait avec des spectacles de différents styles, rock/pop/disco/funky, country, folk/pop, rock et blues. Parmi les spectacles, mentionnons Midnight Groove, Rosalie Trio, Joslin B. & Rocky Mountain Blues Friends, Karine Perreault Band-Country, The Vinyls, Rotin and the Princes, Les Respectables, Something New Hommage aux Beatles et The Deadly Daisies. Il est possible de consulter la programmation en visitant le Facebook de la municipalité de East Angus. À noter que tous les spectacles sont gratuits. Les concerts de la gare sont présentés par Desjardins, en collaboration avec la Ville de East Angus.

actualite

La traditionnelle fête du Canada à Bury se poursuit

Cette année, il y aura bel et bien une soirée de fête en l’honneur du Canada à Bury, et ce en présentiel après deux ans d’absence. C’est devenu une habitude pour les citoyens du Haut-Saint-François puisque Bury est l’hôte de cette fête depuis plus de 90 ans. Pour cette édition, les festivités se dérouleront majoritairement au parc Mémorial dès vendredi soir et s’étaleront jusqu’à samedi en fin de soirée.
Les activités débuteront le vendredi 1er juillet en soirée et permettront aux participants d’assister à un concours de talents et à la sélection des gagnants du concours Décorez votre maison pendant que les plus petits pourront profiter de l’installation de jeux gonflables. Les convives pourront se délier les jambes sur la piste de danse avec la prestation du musicien Sidney Aulis.
La fête se poursuivra toute la journée du lendemain, et ce dès 7 h, avec un tournoi de pêche pour les petits dans le plan d’eau devant l’école Pope Memorial et la distribution, au Manège militaire, d’un shortcake aux fraises offert par la Société historique de Bury. Sur l’heure du dîner, il y aura un grand défilé qui se déroulera en majeure partie sur la rue Main. Un service de repas sera offert sur place et les activités familiales reprendront dès 13 h avec un trampoline acrobatique, un clown, une station de maquillage et les jeux gonflables seront toujours à la disposition des petits. En après-midi, un gymkhana aura lieu ainsi qu’un concours de pelle mécanique et une compétition de bûcherons se tiendront pendant que le groupe Movin’on fera résonner ses instruments de musique. En soirée, ce sera le band Slightly Haggard qui enflammera la scène avec sa musique country.
Des feux d’artifice sont prévus pour 22 h samedi et le groupe provenant de la région se produira jusqu’à 1 h pour permettre aux amateurs de s’époumoner sur le plancher de danse.
Cette fête est possible grâce au soutien et au temps d’un groupe de bénévoles de moins de dix personnes faisant partie de l’organisme à but non lucratif (OBNL), l’Association Athlétique de Bury, qui travaille très fort pour rendre cette journée agréable, dynamique et mémorable. Cette association organise aussi les fêtes d’Halloween et la journée de Noël au Village en collaboration avec la municipalité de Bury.

actualite

Bury’s Traditional Canada Day Carries On

This year, Bury will indeed host a celebration in honour of Canada, and it will be in person after two years of absence. It has become a habit for the citizens of the Haut-Saint-François; Bury has hosted this celebration for over 90 years. For this edition, the festivities will mainly take place in the Memorial Park, starting Friday evening and lasting until late Saturday evening.
The activities will begin on Friday evening, July 1st, when participants can attend a talent contest and the selection of the winners of the Decorate your House contest, while the little ones can enjoy the installation of inflatables. Guests can stretch their legs on the dance floor to the performance of musician Sidney Aulis.
The party will continue all day the next day, starting at 7 a.m. Young children are invited to a fishing tournament in the pond in front of the Pope Memorial School. At the Armoury, the Bury Historical Society will offer strawberry shortcake. At lunchtime will be a grand parade, mostly on Main Street. A meal service will be offered on site and family activities will resume at 1 p.m. with an acrobatic trampoline, a clown, a make-up station and inflatables always available for children. In the afternoon, a gymkhana will take place, as well as a mechanical shovel competition and a lumberjack competition. At the same time, the group Movin’ On will play and in the evening, the Slightly Haggard band will ignite the stage with their country music.
Fireworks are scheduled for 10 p.m. Saturday, and the local band will perform until 1 a.m. to allow fans to exhaust their energy on the dance floor.
This celebration is possible thanks to the support and time of a group of volunteers of fewer than ten people who are part of the non-profit organization, the Athletic Association de Bury, which works very hard to make this day enjoyable, dynamic and memorable. This association also organizes Halloween parties and Christmas Day at the village in collaboration with the municipality of Bury.

ACTU-Rachel

GHOSTS & OTHER DOOHICKEYS

The Townships Trail is launching the English version of the mystery drama created in French in 2019. “For several weeks now, something has been amiss on the Townships Trail. Objects have been disappearing or turning up in unexpected places,” reads the synopsis. “Ghost hunter Glenn Stevens has been tapped to investigate. Thanks to his paranormal detection doohickeys, he discovers…”
Ghosts & Other Doohickeys is on tour across the region along the Townships Trail, and stops at the Parc des Braves, 125 Principale West, Cookshire, on Sunday, July 24, at 4 p.m. The performance is outdoors, but if it rains, actors and audience will move into the adjacent Victoria Hall. Attendance is free of charge. Bring your own chair.
The three actors are directed by Mary Harvey; the play was written by William S. Messier.
MURMURS ON THE MURS
Look for Murmurs of the Township, or Les Murmures du Canton on the murs (walls) of three historic buildings, Victoria Hall, Cookshire Elementary School, and St. Peter’s Church, starting Thursday, June 23, at nightfall. The wordless multimedia light and video projections continue all summer on Thursdays, Fridays, and Saturdays at the Parc des Braves in downtown Cookshire.
Each show is about 30 minutes long, with two showings every evening. On average, about 15 images per second scroll across the walls, showing some 50,000 drawings. Three videos are projected simultaneously.
The show is about the history of the Eaton Township, but is also reminiscent of the Eastern Townships in general: original Abenaki residents, American soldiers, American and British settlers, and flora and fauna.
Les Murmures du Canton was launched last summer, a collaborative effort by the Productions de l’Inconnu dans le noir, the Maison de la culture John-Henry-Pope, the Town of Cookshire-Eaton, Tourism Eastern Townships, and the Quebec Ministry of Tourism.
EATON CORNER MUSEUM
At 11 a.m., the Eaton Corner Museum will open to the public, and stay open until 4 p.m. This happens June 25 and 26, and then every Thursday to Sunday during July and August. Find out about membership; it includes the Museum’s entrance fee. Where? At 374 Route 253, in Eaton Corner. Info: 819-875-5256 or eatoncorner59@gmail.com.
CANTERBURY CONCERT
On June 25 at 8 p.m., at the Canterbury Center, musicians Christian Nolet, Kevvin Hinse, and P.O. Boudreault will perform traditional Quebec music on guitar, mandolin, violin, Irish bouzouki and voice. To be among the audience of 50 persons, reserve your $15 seat by phoning Gilles Gaulin at 819-872-3273, or Ed Pedersen at 819-872-3400. Masks are suggested. Proceeds will help support the restoration of the Center’s small windows. Where? At 1095 Route 214, Canterbury.
COOKSHIRE CONCERTS
Afternoon concerts in the Parc aux Braves in Cookshire, Concerts Apéro, are back again, organized by the Cookshire-Eaton Art Gallery. On Sunday, June 26, at 5 p.m., two guitarists will play Jean-François Desrosby and Tommy Dupuis in a concert entitled Place à la relève : le maître et l’élève (Make Way for the Next Generation: the Master and the Student). In case of rain, the concert will move to the St-Camille Catholic Church, 170 Principale East.
We can look forward to a July 17th concert by the Quintette DeVito, with Robin Doyon and Stéphane Beaulac playing trumpet, Gabriel Gauthier Beaudoin on horn, Martin Ringuette on trombone, and Jean-Philippe Dutil playing tuba.
And then on August 14 is planned Ragtime et compagnie with Catherine Meunier, percussionist, and Steve Normandin, accordionist.
CANADA DAY
At the Canada Day parade in Bury on Saturday, July 2, the Bury Historical & Heritage Society will be serving strawberry shortcake. Homemade shortcake, fresh strawberries, $8 a plate, between 10 a.m. and 3:30 p.m. in the Armoury. Yours truly will be near the Armoury entrance, at a sunny yellow table showing off the new July-August issue of the Townships Sun magazine, and our new Young Voices project.
JOHN-HENRY-POPE
The tourist information bureau at the Maison de la Culture John-Henry-Pope is now open daily from 10 a.m. to 5 p.m. Where? At 25 Principale West, Cookshire.
COOKSHIRE ART GALLERY
Iridescent Thought, or Pensée irisée, the Raven Collective’s exhibition is still on, showing the work of Ann Bilodeau, Yong Sook Kim-Lambert, Laurence Bacon, and Norman Gladu. As of June 25, the gallery is open Wednesday to Sunday, 10 a.m. to 4 p.m. Where? At the Cookshire-Eaton Art Gallery in Victoria Hall, 125 Principale West, Cookshire.
CANTERBURY FLEA MARKET
To donate good quality items to the Canterbury Center fund-raising campaign, please call Tony De Melo at 819-872-3400 (leave a message) before July 15. Pick-up of items can be provided. All proceeds go to help restore the former Christchurch Canterbury, now Canterbury Center. The items will be on sale at the Canterbury Flea Market, July 30-31. Re-use, Re-cycle, Reduce!
TOWNSHIPPER WARNHOLTZ
Townshippers’ Association has a new president, Donald Warnholtz of Sherbrooke. Warnholtz is also Director General of the Dixville Foundation, and has had a 36-year career as clinical program manager in health and social services. Gerry Cutting has stepped down after 12 years as president of Townshippers’ Association. Townshippers’ has been around since 1979. Info: www.townshippers.org.
CHURCHES
Baptist. Regular in-persons services are in French at 9 a.m., in English at 11 a.m., respecting Covid protocols, including masks and hand sanitizing. For information, please contact Pastor Michel Houle at 819-239-8818.
Anglican. An in-person Sunday service is July 3, at 11 a.m. at St. Peter’s Church in Cookshire. Also, Bishop Bruce Myers offers Home Prayers at 4 p.m. on Sundays via Facebook, and at quebec.anglican.ca (Worship Videos). Info: 819-887-6802, or quebec.anglican.ca.
United. In-person Sunday services are June 26, July 3, and July 10 at Trinity United in Cookshire at 9:30 a.m., and at Sawyerville United at 11 a.m. In case of any changes, please check the United Eaton Valley Pastoral Charge answering machine after Friday at 819-889-2838.
Do you have news to share? Call 819-640-1340 or email rawrites@gmail.com by June 27 for publication July 6, and by July 11 for August 3.

Caserne pompier de Weedon

2,9 M$ pour améliorer le service des paramédics dans le comté de Mégantic

Nous apercevons, au centre, le député de Mégantic, François Jacques, en compagnie de divers intervenants.

Le gouvernement du Québec a annoncé un investissement de 4,5 M$ pour améliorer la présence des paramédics sur le territoire estrien, ce qui aura pour effet de réduire l’impact des horaires de faction. Les municipalités de Lac-Mégantic, Disraeli, East Angus et Weedon bénéficieront de 2 988 447 $.
Le député, François Jacques, accompagné du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, en a fait l’annonce pour le comté de Mégantic.
Le territoire de la Coopérative de travailleurs d’ambulance de l’Estrie (CTAE) East Angus obtient une somme de 259 917 $ pour transformer 8760 heures de faction en 5840 heures à l’heure. Une équipe sera disponible et déjà prête à intervenir dans le véhicule ambulancier. Cela permettra de retirer une ambulance habituellement utilisée par une équipe de faction (disponible en tout temps pendant une période donnée à une distance maximale de cinq minutes pour prendre possession de l’ambulance et se rendre sur l’appel). Weedon bénéficiera de 851 110 $ pour 8760 heures par année en mode horaire. La municipalité qui ne comptait qu’une équipe de paramédics de faction aura maintenant accès à une équipe prête à répondre dans l’immédiat.

Dribbleur HSF

Festival d’ouverture des Dribbleurs du Haut-Saint-François

Joueurs, parents et bénévoles étaient présents pour le festival d’ouverture des Dribbleurs du Haut-Saint-François.

La saison de soccer est lancée. Les Dribbleurs du Haut-Saint-François ont récemment donné le coup d’envoi à la saison au parc de l’aréna Robert-Fournier à East Angus et ont vu près de 300 personnes fouler les terrains de soccer. Durant la journée, toutes les équipes associées au club des Dribbleurs ont joué au moins une partie sur les terrains adjacents à la polyvalente Louis-Saint-Laurent.
Avec quelque 510 joueurs inscrits cette année, ce qui constitue un record pour le club, l’engouement pour le soccer est bel et bien présent dans le HSF. Dès le début de la journée, les U4 ont ouvert le festival qui s’est tenu toute la journée jusqu’aux joutes des équipes seniors du club qui étaient prévues vers 19 h 30.
Le soccer est en pleine expansion au Québec et après plus de deux ans sans pouvoir fouler les terrains, les jeunes et les parents étaient très excités à l’idée de la reprise des activités. Le président du club, Samuel Bibeau, est très fier de la progression dans le HSF du sport qu’il chérit. Pour lui, l’engouement est là et la pandémie n’a fait qu’augmenter le désir des jeunes de recommencer le sport. « La pandémie a restreint l’accès au sport, et avec le déconfinement, les jeunes voulaient juste jouer, profiter de l’été à l’extérieur et revoir leurs amis et coéquipiers ».
Sur le site, il était possible de se sustenter à la petite cantine qui offrait breuvages, grilled cheese et hot-dogs entre autres. Il y avait d’énormes jeux gonflables qui permettaient aux plus petits de s’amuser avant ou après leurs matchs ainsi qu’une station maquillage.
C’est dans une atmosphère de fête que s’est déroulée cette journée ensoleillée qui a permis aux jeunes de se retrouver sur le terrain et aux parents d’en faire de même dans les estrades, au plaisir de tous.

concert apero

Saison estivale : Ça grenouillera d’activités à Cookshire-Eaton

Les concerts apéro, présentés en fin de journée, sont un moment privilégié pour relaxer et se détendre en plein air.

L’été promet d’être chargé en activités culturelles, particulièrement au Cœur villageois de Cookshire-Eaton, secteur Cookshire.
D’abord, la Galerie d’art Cookshire-Eaton présentera trois expositions. Pensée irisée du collectif du Corbeau présentement en cours avec les artistes Yong Sook Kim-Lambert, Robert Peloquin, Laurence Bacon, Ann Bilodeau et Normand Gladu. Suivra du 23 juillet au 9 octobre Vert de gris présentant l’œuvre de Louis-Pierre Bougie. Du 22 octobre au 20 novembre, Profondeurs, produite par le collectif Osh’n de Coaticook, occupera tout l’espace avec les artistes Andy Bourgeois, Claude-Andrée Rocheleau, Benoît Converset et Sébastien Croteau.
Concerts
Les populaires concerts apéro, présentés gratuitement en plein air au parc des Braves dès 17 h, reviennent. Le premier concert fera place à la relève en présentant le maître et l’élève soit un duo de guitares composé de Tommy Dupuis, diplômé de l’Université de Sherbrooke et son professeur, Jean-François Desroby.
Le 17 juillet ça sera au tour du populaire groupe Quintette DeVito mettant en vedette des gens de la place, Robin Doyon et Stéphane Beaulac, trompettes. Gabriel Gauthier Beaudoin au cor, Martin Ringuette, trombone et Jean-Philippe Dutil, tuba, compètent le groupe. Le 14 août mettra en vedette Ragtimes et compagnie avec Catherine Meunier, percussions et Steve Normandin, accordéon.
Le 13 juin sera le traditionnel arrêt des concerts Orford sur la route. Les amateurs découvriront des stagiaires de l’Académie Orford. Le spectacle sera présenté dès 20 h à l’église Saint-Camille de Cookshire.
Les spectacles se clôtureront le 17 septembre par l’Univers musical de Louis-Pierre Bougie. Myriam Genest-Denis mentionne que la présentation se veut en lien avec l’exposition Vert de gris qui sera en cours. « Ce concert présentera un panorama musical en lien avec les différents goûts musicaux de l’artiste, décédé en 2021. En alternance avec les extraits musicaux, des citations, poèmes et projections sonores et/ou vidéo permettront au public de s’initier aux différentes inspirations artistiques qui ont pu aider à forger la démarche créative de Bougie », d’exprimer Mme Genest-Denis. Cette flûtiste accompagnera le Quatuor Molinari composé de Olga Ranzenhofer et Antoine Bareil, violons, Frédéric Lambert, alto et Pierre-Alain Bouvrette, violoncelle. Le spectacle sera présenté à l’intérieur. L’endroit reste à déterminer. Mentionnons que des billets seront en vente pour cette représentation au coût de 25 $. Tous les autres concerts sont offerts gratuitement.
Mme Genest-Denis est fière d’offrir une programmation relevée et variée. « Chaque année, j’essaie de faire découvrir de nouveaux instruments. »
Théâtre
Les amateurs de théâtre, particulièrement la communauté anglophone, auront la chance de se divertir en assistant à la pièce Réguines et fantômes : Enquête sur le Chemin des Cantons. Le spectacle présenté en anglais se fait en collaboration avec les Productions Traces et Souvenances, le Chemin des Cantons. Le spectacle se tiendra le 24 juillet au parc des Braves à compter de 16 h. La présentation est offerte gratuitement.
Murmures du canton
La populaire présentation Murmures du canton, une production audiovisuelle projetée simultanément sur les murs du Victoria Hall, de l’école Elementary School de Cookshire et de l’église St-Peters, reviendra. Il y aura une représentation par soir du jeudi au dimanche, du 23 juin au 17 septembre à la tombée de la nuit.
D’autre part, mentionnons que l’exposition permanente John-Henry-Pope sera accessible tout l’été à l’intérieur de l’église St-Peters. D’ailleurs, la Maison de la culture John-Henry-Pope accueillera le bureau d’information touristique du 25 juin au 24 août tous les jours de la semaine. Il sera également ouvert les samedis et dimanches 27, 28 août, les 3, 4 septembre de 10 h à 17 h et les fins de semaine du 10 septembre au 9 octobre. D’autres activités sont prévues d’ici la fin de l’année.

fraise

Souvenirs de cueillette se préparent pour une nouvelle saison

De gauche à droite: – Olivier Simard, Ferme au Pré Bleu, Ascot Corner – Stephan et Viviane Perreault, Plantations Stephan Perreault, Val-Joli – Annie Plamondon, Créateurs de Saveurs Cantons-de-l’Est – Yves Vaillancourt, Les 3 Pouces Verts, Cookshire-Eaton – Jennifer Crawford, directrice générale Association des producteurs de fraises et framboises du Québec.

Le projet Souvenirs de cueillette, porté par Créateurs de saveurs Cantons-de-l’Est, lance ce matin la saison d’autocueillette chez Plantations Stéphan Perreault à Val-Joli. Les 50 producteurs du regroupement ont dévoilé plusieurs nouveautés pour la 7e édition de cette campagne gourmande.

Cette année, Souvenirs de cueillette atteint le cap des 50 fermes sur le territoire des 9 MRC des Cantons-de-l’Est en accueillant 5 nouvelles entreprises. Fraîchement sorti des presses, le nouveau dépliant a maintenant un volet supplémentaire qui permet de partager des trucs et astuces des producteurs. Afin d’annoncer le début de certaines cultures, 4 nouvelles vidéos promotionnelles seront diffusées sur nos réseaux sociaux. En effet, les récoltes de fraises, de framboises et bleuets, de pommes et raisins et de citrouilles y seront mises en valeur. Pour répondre aux consommateurs de plus en plus soucieux de leur alimentation, le guide pratique élaboré l’année dernière a été bonifié et rassemble encore plus de trucs simples, d’astuces de conservation et des recettes provenant de nos producteurs. Ce guide est téléchargeable sur le site de Créateurs de saveurs Cantons-de-l’Est.

De plus, 2 nouvelles cultures en autocueillette s’ajoutent à celles déjà existantes, soit celle de la fleur d’ail, dès le mois de juin et celle du maïs, en août. La clientèle aura le privilège de vivre une expérience unique. « L’autocueillette de maïs est très peu offerte et n’est pas dans nos habitudes au Québec, mais nous trouvions intéressant d’offrir cette culture, car le maïs n’est pas difficile à cueillir et la fraîcheur est primordiale lorsque les gens l’achètent. Il n’y a rien de plus frais qu’un maïs cueilli soi-même, directement dans le champ! », s’est plu à dire Olivier Simard, de la Ferme Au Pré Bleu. Les cueilleurs auront donc un vaste choix tout au long de l’année avec 24 cultures différentes, en commençant par la camerise jusqu’à l’arbre de Noël, en passant par l’argousier.

Pour répondre aux besoins de leur clientèle, les producteurs ne cessent d’innover en proposant des activités diversifiées sur place. « En plus de l’autocueillette des fraises, des citrouilles et des arbres de Noël, nous désirons faire vivre une expérience inoubliable à notre clientèle. Nous avons installé des panneaux explicatifs et de nouveaux jeux éducatifs qui vont plaire aux petits comme aux grands. Des visites guidées de groupe sont planifiées pour faire découvrir l’entreprise et les cultures durant la saison », s’est exprimé Viviane Perreault, de Plantations Stéphan Perreault.

« Il est bien de constater qu’avec la venue de la 7e année d’existence de Souvenirs de cueillette, les productrices et les producteurs sont au rendez-vous et croient en la force du regroupement. De nouvelles cultures font leur apparition et la clientèle ne cesse d’augmenter et d’apprécier cette activité! », a expliqué Yves Vaillancourt, de la Ferme les 3 Pouces Verts à Cookshire-Eaton et président du Conseil de l’industrie bioalimentaire de l’Estrie (CIBLE).

Des concours

Des cadres égoportraits à l’image de la campagne ont été installés dans la moitié des fermes participantes. Ils permettent aux visiteurs de se prendre en photo dans un décor enchanteur. Pour les cueilleurs qui souhaitent ajouter le cliché parfait à leurs récoltes, chaque photographie prise dans un cadre égoportrait et publiée avec l’inscription #souvenirsdecueillette sur les réseaux sociaux sera éligible au concours et courra la chance de gagner un panier de produits régionaux d’une valeur de 100 $. La photo gagnante aura l’honneur d’apparaître sur le dépliant d’autocueillette 2023. Après tout, que serait l’expérience d’autocueillette sans la traditionnelle photo? N’est-ce pas le meilleur moyen de faire vivre longtemps ses Souvenirs de cueillette?

Restez à l’affût de nos médias sociaux, car plusieurs chèques-cadeaux à dépenser chez les producteurs participants y seront donnés. En plus, seront indiquées les dates de début de l’autocueillette pour chacune des cultures.

Finalement, un deuxième concours est lancé conjointement avec l’Association des producteurs de fraises et framboises du Québec (APFFQ). « Nous avons toujours beaucoup de plaisir à collaborer avec le CIBLE. Aujourd’hui, nous sommes dans la région de l’Estrie qui compte 16 entreprises membres de notre association dont Plantations Stéphan Perreault », a expliqué Jennifer Crawford, directrice générale de l’APFFQ.

Souhaitons-nous, à toutes et à tous, une belle saison de récoltes de fruits et de légumes frais de la région.

Ce projet a été réalisé grâce au financement provenant d’une entente entre les municipalités régionales de comté (MRC) de l’Estrie, incluant la Ville de Sherbrooke ainsi que les MRC de Brome-Missisquoi et de la Haute-Yamaska. Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) contribue aussi au financement du développement de l’agrotourisme et de la concertation du secteur bioalimentaire régional. Tourisme Cantons-de-l’Est et la Fédération de l’UPA-Estrie sont aussi des partenaires majeurs.

Sources :
Valéry Martin
Conseillère aux communications

©2022 Journal Le Haut-Saint-François