Actualités

Québec solidaire préconise la participation citoyenne

Quebec solidaire

Marilyn Ouellet.

Moins d’un mois avant la journée où les citoyens seront amenés à aller aux urnes, Marilyn Ouellet, candidate de Québec solidaire (QS) dans Mégantic, souhaite rendre la politique plus accessible à la population et qu’elle se sente concernée et écoutée. « L’objectif chez QS est de rendre la politique plus accessible. On sent bien qu’il y a une déconnexion envers la politique actuelle. Les gens ne savent pas trop ce qui se passe à l’Assemblée nationale. »
La candidate s’engage à faire des consultations citoyennes, et ce, deux fois par année. La première où ce sera la population qui amènera, sur la table, des enjeux importants pour leur communauté qu’elle proposera par la suite à l’Assemblée nationale. La deuxième rencontre servira à rendre des comptes et à faire le suivi des dossiers. Selon Mme Ouellet, cette façon de faire devrait tout simplement être de mise pour tous les partis politiques. « Ce genre de consultation avec les citoyens doit se faire chaque année et non pas aux quatre ans. Comme ça, peut-être que les gens se sentiront plus concernés et auront envie de s’impliquer. » Christine Labrie, députée de Sherbrooke, propose déjà cette façon de faire.
Québec solidaire et sa candidate dans Mégantic mèneront plusieurs chantiers de front. Au cœur de tous les projets, il y a d’abord la crise écologique, celle du logement et le coût de la vie. QS s’engage aussi à se pencher sur le vieillissement de la population et tout ce qui touche à la proximité des soins de santé et des soins à domicile. Pour Marilyn Ouellet, c’est un enjeu important dans la région. « Ce qu’il faudrait implanter dans la MRC est un centre de crise. Parce qu’autant les femmes que les hommes peuvent vivre de grandes difficultés et n’ont nulle part où aller. »
La crise du logement touche le Québec en entier, et le HSF n’y échappe pas. Faisant partie des enjeux de QS, Marilyn Ouellet compte s’attaquer au dossier. « Beaucoup de logements sont désuets, voire insalubres. De plus, il manque de logements sociaux abordables. Ce qui serait intéressant de voir s’implanter davantage est la mixité sociale, de voir plus de coopératives. Oui, il y en a comme à Weedon, mais réservé aux 75 ans et plus. Pourquoi ne jumellerait-on pas des familles avec les personnes âgées ? Ces derniers seraient stimulés et pour les enfants, c’est important de côtoyer des personnes vieillissantes. Pour moi, la mixité sociale est vraiment au cœur de tout développement social et communautaire. » Normalement, le coût du loyer et les dépenses associés à celui-ci ne devraient pas dépasser 35 % du revenu brut du ménage. « Dans le milieu communautaire où je travaille, il m’arrive de voir des familles qui dépensent plus de 60 % de leurs salaires pour se loger. Tout ça a des conséquences sur la qualité de vie et la santé mentale des citoyens et a des coûts à long terme pour le gouvernement. Québec solidaire propose de mettre en place un registre national de baux. Que l’intégralité de tous les baux soit disponible sur Internet. »
Par ses valeurs sociales et son engagement face à la crise climatique, Québec solidaire attire beaucoup la jeunesse. « En effet, on attire beaucoup de jeunes. Généralement, ce sont eux qui sont le plus anxieux ou concernés par les changements climatiques et ce sont davantage eux qui nous en parlent. Mais de plus en plus, on attire dans nos rangs, beaucoup de gens de la “classe moyenne” », ajoute Mme Ouellet. Selon elle, la hausse du coût de la vie est liée et cette classe dite moyenne aime la vision proposée par QS.
L’accès à la nature et la protection de celle-ci sont aussi une priorité pour Mme Ouellet. « Notre circonscription regorge de lacs et de rivières, on a un parc national et à QS, on croit que c’est bénéfique pour la population d’avoir accès à la nature. Et tout ça passe par la protection de nos cours d’eau et des lacs et bien évidemment par l’accès public. »
Ce n’est pas un secret, le transport dans le HSF est vraiment problématique. Vivre dans le Haut sans voiture est un casse-tête de tous les jours. Selon elle, les citoyens du Haut-Saint-François méritent d’avoir un transport en commun plus décent. Autant les aînés que les étudiants en bénéficieraient.
Travaillant depuis plusieurs années au Centre des Femmes du Haut-Saint-François, La Passerelle, Mme Ouellet est bien au courant des problématiques liées à la violence conjugale dans la MRC. « À Québec solidaire, l’égalité est vraiment au centre de notre projet et puis, étant moi-même féministe, je comprends très bien les enjeux de la violence conjugale. » Elle s’exprime sur le constat fait dans le HSF à travers divers organismes. « Ce qu’on remarque ici dans le HSF, c’est que beaucoup de femmes victimes de violences restent où elles sont parce que la plupart du temps, il n’y a pas de loyer abordable disponible, parce qu’elles vivent aussi dans la précarité et que le transport n’est pas bien adapté. De plus, les maisons d’hébergement sont souvent sous-financées. »
Pour Mme Ouellet, la force chez Québec solidaire est, entre autres, la diversité des membres du parti. « Chez nous, à QS, ce qui est intéressant, c’est qu’on a toutes sortes de personnes, venant de toutes sortes de milieux. C’est, à mon avis, beaucoup plus représentatif de la société que les membres de la CAQ par exemple, qui proviennent en majeure partie du monde des affaires. C’est à ça que devrait ressembler l’Assemblée nationale. Une belle diversité d’intérêt et d’expertise. »
L’objectif pour la candidate solidaire dans Mégantic est d’aller le plus possible à la rencontre des gens. « Pour les semaines à venir, je vais aller à la rencontre du plus de citoyens possible pour leur parler de notre projet, parce qu’à mon avis, on a le meilleur projet à proposer à la population du Québec. »

Article précédentArticle suivant
©2022 Journal Le Haut-Saint-François