UNE-Musique

Musique aux Sommets à Chartierville

Fort du succès obtenu l’année dernière, le comité organisateur de Musique aux Sommets à Chartierville innove déjà à sa deuxième édition, qui se déroulera du 18 au 20 août prochains, en proposant des nouveautés et une programmation variée avec de gros noms artistiques.

L’Orchestre symphonique de Sherbrooke (OSS) rendra hommage à la musique des Beatles, le samedi soir, avec la participation des chanteurs Sylvain Cossette et Rick Hughes. La veille, c’est l’interprète Kim Richardson accompagné de musiciens de l’OSS qui présenteront une soirée jazz. Le dimanche, c’est Marie Onile, participante à La Voix, qui offrira un spectacle en après-midi. Contrairement à l’an passé, les organisateurs ont concocté trois spectacles différents. « On souhaitait faire des spectacles différents. On est content d’avoir Marie Onile de Lac-Mégantic pour le dimanche, c’est quelqu’un de la région », d’exprimer Jean Bellehumeur, responsable des communications.

Outre le volet spectacle, les organisateurs ont travaillé sur d’autres nouveautés comme le spectacle dansant, le samedi après-midi, suivi du souper méchoui et des jeux forains. On a également bonifié d’autres activités comme la parade dont M. Bellehumeur insiste pour dire qu’elle sera plus grosse avec des surprises. Encore cette année, les municipalités du Haut-Saint-François et des environs devraient présenter un char allégorique. En outre, ces dernières auront des kiosques aux abords de la rue principale pour présenter la beauté de leur territoire respectif. Un concours prendra forme pour inciter les participants à visiter les kiosques. « On veut que ce soit un événement régional, pas juste de quoi qui se passe à Chartierville », d’exprimer M. Bellehumeur. Le village allemand qui contenait neuf kiosques l’année dernière passera à une vingtaine avec autant d’artisans qui présenteront leur savoir-faire et des produits du terroir. La visite de la Route des Sommets, de la Côte magnétique, de la mine d’or, la découverte des sentiers équestres et autres figurent toujours au programme.

Musique aux Sommets a attiré quelque 2 500 personnes à sa première édition. Les organisateurs souhaitent doubler ce chiffre pour la seconde année. L’événement a soulevé la passion des résidants l’an dernier alors que plus d’une centaine de personnes se sont impliquées bénévolement représentant plus du tiers de la communauté. Le maire, Denis Dion, a laissé entendre, lors d’une entrevue précédente avec le journal, « nous, on a décidé d’investir dans le tourisme. C’est le tourisme qui fait vivre les petits villages. Le village a été en vie comme j’ai jamais vu. »

Pour les personnes désireuses de s’y installer pour quelques jours, cela ne semble pas poser problème puisque des chambres, des résidences, chalets champêtres et camping sont disponibles. Pour obtenir de plus amples informations et savoir le coût des billets ou pour le passeport, il suffit de visiter le site chartierville.ca.

UNE-Johnville

Salle communautaire et développement domiciliaire à Johnville

Plus de 70 personnes dont la très forte majorité des citoyens de Johnville ont envahi la salle du conseil de Cookshire-Eaton, lors de la dernière séance régulière, pour appuyer les élus dans leur projet de construction d’une salle communautaire et de développement domiciliaire dans ce secteur.

« Les citoyens demandent de mettre tout votre poids politique pour travailler au développement de Johnville. Nous sommes venus vous appuyer et dire d’accélérer », d’exprimer Jean Tremblay aux élus. Le maire, Noël Landry, mentionne que la municipalité avait obtenu un délai de 30 jours conduisant jusqu’à la fin du mois pour l’obtention d’une autorisation nécessaire permettant le début des travaux tout en conservant le plus bas soumissionnaire. Visiblement satisfait de l’appui des électeurs de son secteur, le conseiller Yvan Tremblay laisse tomber: « ça nous donne de l’air pas mal. » M. Landry laisse entendre que les travaux devraient se mettre en branle dès juin prochain. Rappelons que le projet évalué à 1,14 M$ devrait nécessiter un investissement approximatif de 350 000 $ pour la municipalité, le reste ferait l’objet d’une subvention du gouvernement du Québec.

Malgré le soutien massif de résidents du secteur concerné, quelques citoyens ont fait entendre leur dissidence. Certains ont fait part de leur crainte que la nouvelle salle ne fasse pas ses frais et se traduise par une augmentation de leur compte de taxes. M. Tremblay soutient que la salle devrait nécessiter moins de frais d’entretien du fait qu’elle soit neuve. Le maire Landry ajoute « une salle de ce genre fait ses frais. Elle ne fait pas de gains. »

Simultanément avec la construction de la nouvelle salle communautaire, desservie par une fosse scellée, se dessine un plan de développement domiciliaire en deux phases pouvant accueillir une cinquantaine de résidences. D’abord, la démolition de l’ancienne salle avec la disparition du terrain de balle et de la patinoire, jointe à l’acquisition de terrains additionnels par la municipalité, aura pour effet de libérer l’espace pour une vingtaine de terrains permettant d’accueillir de nouvelles familles. Déjà, un puits a été creusé et permet de répondre à la demande. D’autre part, le secteur communément appelé le «banc Maheux» devrait selon le maire Landry permettre l’aménagement de 25 à 30 terrains. Le développement domiciliaire de ce secteur suscite un intérêt. Présente à l’assemblée du conseil, une jeune femme originaire de Johnville et domiciliée à Sherbrooke demandait à qui s’adresser pour acheter un terrain et comment se fera la répartition des lots. « Est-ce que vous allez donner préférence aux gens de la place ? », lance-t-elle. Le maire réplique qu’il est encore trop tôt pour répondre à ces questions.

Traitement des eaux

Tous ces projets de développement domiciliaire sont, pour ainsi dire conditionnels, à l’aménagement d’une station d’épuration des eaux usées. Celle qui est présentement en fonction ne répond plus aux normes environnementales et doit être remplacée. Le conseil municipal travaille à obtenir des subventions pour financer dans une très large part la réalisation du projet. Le conseiller Yvan Tremblay mentionne que les démarches sont avancées. Tant qu’à devoir se conformer, les élus travaillent sur une station d’épuration de bassins aérés qui pourrait évidemment desservir les quelque 60 résidences déjà raccordées, mais capables d’accueillir plus de 85 autres résidences. M. Tremblay mentionne qu’il s’agit d’un projet visant le moyen et long terme. « On ne veut pas recommencer dans dix ans. » Pour l’instant, on ignore le coût total du projet. Selon les chiffres préliminaires, ça pourrait osciller entre 1,4 et 1,9 M$, de prétendre le conseiller Tremblay. Ce dernier mentionne que le conseil est en marche accélérée pour la réalisation. Dans un scénario idéal, le conseiller souhaiterait que les travaux s’amorcent l’automne prochain pour une mise en opération en 2018, permettant ainsi d’aller de l’avant avec le développement domiciliaire. Certains contribuables ont manifesté leurs craintes que le projet se traduise par un alourdissement de leur fardeau fiscal. Le conseiller Tremblay laisse entendre que c’est le grand Cookshire-Eaton qui va en profiter et le développement domiciliaire amènera de nouveaux payeurs.

UNE-Dérapage

Un grand dérapage qui dérange

La simulation d’un accident mortel organisé pour les étudiants de 4 et 5e secondaire de la Cité-école Louis-Saint-Laurent, à l’aréna Robert-Fournier d’East Angus, en a ébranlé plus d’un. L’activité présentée pour une troisième fois a pour but de sensibiliser les jeunes sur les réels dangers causés par le textage, l’alcool et la vitesse au volant.

Un court métrage a été projeté sur écran géant où quelques élèves de la Cité-école en étaient les comédiens. On voyait une bande de jeunes fêter et consommer de l’alcool, jusqu’à ce qu’un d’entre eux, Jérémy, décide d’aller prendre une ride d’auto avec ses chums. Bien qu’un ami ait tenté, tant bien que mal, de le résonner de ne pas prendre sa voiture, Jérémy était convaincu être en parfait état.

Décidément, le conducteur avec les facultés affaiblies et trois amis ont pris place dans la voiture; ils ont roulé, de plus en plus vite, le cellulaire à la portée des yeux. Soudain, le son des pneus qui tentent de freiner, un gros bang se fit entendre, klaxon, le noir, le silence total. Jérémy est sorti de sa voiture, ensanglanté, son ami à droite ne répondait pas. Un homme gisait, ayant passé au travers du pare-brise de la voiture impliquée dans la collision. Toute une scène se déroulait sous le regard attentif des élèves.

Les pompiers et la police sont arrivés sur les lieux, Jérémy paniquait; vite fait, ils ont mis une couverture sur le jeune gisant sur le capot de l’autre voiture. Son amie Véronique, la passagère arrière, suppliait son chum de se réveiller. En vain, les ambulanciers l’ont sorti avec les pinces de désincarcération, ils ont tout tenté, mais les signes vitaux était trop faibles, son décès a été constaté. Jérémy a dû souffler dans l’alcooltest et a été mis en état d’arrestation pour avoir conduit avec des facultés affaiblies par l’alcool et ayant causé la mort. Devant un public hypnotisé, la mise en scène a eu l’effet escompté.

Sensibiliser les jeunes des dangers sur la route est l’objectif que s’est donné Renée Montgrain, présidente du conseil d’établissement, avec la collaboration de la Cité-école, le directeur André Lachapelle, les enseignants Jean Lavigne et Rosalie Nadeau, les élèves, les pompiers, ambulanciers et la ville de East Angus. « Si on a sauvé un jeune, ma job est faite, leur vie, j’y tiens », mentionne Mme Montgrain. Elle ajoute « Mon frère avait 30 ans lorsqu’il est décédé parce qu’il était embarqué avec un conducteur qui n’avait pas de permis de conduire. »

La cité-école avait prévu un soutien après la simulation pour ceux qui ont besoin de support. Malheureusement, beaucoup d’écoliers étaient sous le choc.

Devant quelques jeunes émus, larme à l’œil, le directeur dit « il ne faut pas s’empêcher de faire un exercice comme ça, car en même temps, on a tellement d’autres jeunes que ça les fait réfléchir, c’est un mal nécessaire, le prix vaut la peine, le prix pour la vie », témoigne M. Lachapelle. Mme Montgrain, tenant la cause à cœur, a fait une longue route pour aller chercher un témoin vivant d’un accident de voiture causé par un texto en trop au volant. Amélie Croteau, une jeune femme de 26 ans, est aujourd’hui en fauteuil roulant après avoir texté à son conjoint « bonne journée ». En relavant sa tête, elle a fait une collision frontale qui aurait pu lui coûter la vie. Depuis, elle ne peut marcher et elle souffre d’une paralysie du côté droit.

Victime d’une conséquence tragique, elle a livré un touchant témoignage. Aujourd’hui, Amélie se concentre sur sa réhabilitation et offre des conférences. Elle a d’ailleurs écrit un livre Fatal texto, La fin d’un beau rêve, qui est publié aux Éditions La Semaine.

Un agent de la Sûreté du Québec du secteur rappelle que trop souvent les gens ont la pensée magique que ça arrive juste aux autres « Ça ne me tente pas d’aller annoncer le décès de quelqu’un, c’est ma hantise », témoigne le policier qui travaille sur le territoire depuis 15 ans. Daniel Gauthier, pompier volontaire à East Angus depuis 19 ans, fait mention qu’il y a une certaine amélioration pour la consommation de l’alcool. Cependant, le problème, c’est le texte et la drogue, pour la boisson, il semble que les gens ont appris. Sans avoir de statistiques, M. Gauthier mentionne « ça arrive malheureusement que je doive aller chercher des jeunes qui sont décédés sur la route. » Le pompier ajoute « avant y en avait pas de textos, soyez prudent. » Véronique Bibeau, comédienne et étudiante en secondaire 5, mentionne avoir déjà perdu un proche des suites d’un suicide et ne veux pas en perdre un autre, « ça fesse vraiment beaucoup », mentionne-t-elle. « On fait comme si c’était vrai et on essaie de le vivre à fond; en tant que comédien, si on le ressent, on veut que les autres le ressentent aussi », souligne Jérémy, en indiquant avoir son permis et faire très attention.

ACTU-School

Galt art students give 15 paintings to Cookshire Elementary

A chorus of some 75 young voices exclaimed “Ooh!” “Aah!” and “Wow!” 15 times over last week, once for each of the paintings unveiled by the 5th level art students of the Alexander Galt Regional High School. The paintings were a gift to the Cookshire Elementary School, and they vividly depicted 15 different animals, from beavers to bears and beyond.

Tina Jacklin, principal at Cookshire Elementary, initiated the project. “We had some canvases around the school that needed some refurbishing,” she said. She asked Galt art teacher Sigal Hirshfeld if her art students might do something with them. “My eyes were big, big, because I love making art for other people,” Hirshfeld told the children.

“Art is meant to be seen, to be shared, to be celebrated and enjoyed – what better affirmation than brightening the days of young ones? I wanted my students to feel pride and get a true sense of worth,” she said later.

Together, the art students decided on the theme, and to use coloured tissue paper. The series of 24 x 36-inch works were a combination of collage and painting. Each one had its own individual character.

The 30 students worked in pairs for weeks, discussing and sketching their ideas, then developing them. At the gifting ceremony in the Cookshire Elementary gym, the art students displayed the canvases one by one and described the working process. The young Cookshire students were full of questions and comments, all complimentary. “Thank you!” said the Galt students, again and again.

“We’re going to display the paintings around our school,” said Jacklin. “Thank you!” chorused the Cookshire students.

“The buzz in the school afterward was contagious,” Jacklin said later. “This project surpassed all of my expectations and we are already in hopes of doing another project in the future.”

Rachel Garber

Tracking Ticks

Ticks. They’re arthropods, as are spiders, but they’re on the tiny side. In our region, they can infect you with Lyme disease, and the tick population is spreading.

That’s why a new “citizen science project” is taking off in Quebec. It is at eTick.ca, in both English and French. The project offers a tool to identify ticks and track the tick population. eTick.ca is a public platform, with free access. Anyone can submit a photo of a tick to the website for it to be identified by a professional. The researchers are especially interested in ticks found on animals such as dogs or other animals.

eTick.ca then posts the identification results, along with the place and time the specimen was collected, and maps the information for viewing on the site. The database can be consulted by anyone who is interested.

The research is led by Prof. Jade Savage, biologist at Bishop’s University. “It’s logistically challenging and expensive to track tick populations on large territories such as Quebec and Canada,” said Prof. Savage. So citizens are asked, if you find a tick, to take a photo, and report in to eTick.ca.

Savage is collaborating with the Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) of the Institut national de santé publique du Québec and the Public Health Agency of Canada on the project. The eTick website is the first of its kind for ticks in Quebec.

More than 800 species of ticks exist worldwide, and about a dozen kinds are in Quebec. But the only one that carries Lyme disease is the black-legged kind. Ticks can bite during all three of their active life stages: larval, nymph and adult. Most tick larvae are the size of a grain of sand. Nymphs are about the size of a sesame seed, and unfed adults are the size of an apple seed or larger. They do not have wings, and they appear to be flat and oval until they have had a blood meal. Tick nymphs and adults have eight legs; larvae have six.

Ticks can bite anywhere on your body, but they really love moist, warm places. If they latch onto your sock, they’ll climb up to your groin area. If they catch onto your sleeve, they’ll migrate up to your armpit. Beware, be wise!

DIABETES

Your date with diabetes is this Wednesday, May 17, when nurse Catherine Goulet-Delorme will speak about the types of diabetes, risk factors, symptoms and treatments. It’s at the Bury Armoury Community Centre, 563 Main St., Bury. Lunch will be served starting at 11:30 a.m. and is free of charge. The presentation begins at 1 p.m., followed by a question-and-answer period, ending at 2 p.m. The event is organized by Health Link, a collaboration between the Eaton Valley CLC, Townshippers’ Association, the CSSS du Haut-Saint-François and the Centre d’Action Bénévole (C.A.B.). Info: Kim Fessenden at 819-872-3771 x 2 or fessendenk@etsb.qc.ca.

CARDS

A 500 Card Party is at the Bulwer Community Centre, 254 Jordan Hill Road, on Thursday, May 25, at 1:30 p.m. Cards and lunch cost $6, and prizes will be offered. Look for news about Military Whist and supper on Thursday, June 8.

MUSEUM

“Housewife Heroines” is a new temporary exhibit for June and July at the Eaton Corner Museum, highlighting contributions by women during World War II. It will be introduced on Friday, May 26, at 7 p.m. in the Foss House, on the corner of Route 210 and Laberee Road, just across said road from the church which is now the Museum’s main exhibit hall. All are welcome to attend this event, which will be part of the Museum’s annual general meeting. The exhibit will be on view when the Museum opens for the season on Saturday, June 3.

“Music for a summer’s afternoon,” is also planned for that weekend, also at the Foss House. On Sunday, June 4, at 3 p.m., a trio of Jude Cloutier, Benoit Héguy and David Gillies will perform music of Georges Brassens, Harmonium, Félix Leclerc and more. Then the duo Crooked Pine (Janice LaDuke and David Gillies), are to perform jazz standards, folk ballads, and some of their own compositions. Ron Haseltine will accompany the musicians on his fiddle. The music groups are generously performing as a benefit for the Museum. Entry is $8. Refreshments will be available at intermission. Because space is limited, please reserve your place by calling Elaine at 819-563-8700. If there is enough interest, the Museum board hopes to make music a regular part of their summer activities.

The Eaton Corner Museum opens for the season on Saturday June 3. During June, the Museum is open weekends only, 11 a.m. to 4 p.m., admission charged.

MARKET

It’s not too early to sign up for the Sawyerville Community Garden’s Village Market beginning Saturday, July 1st, featuring local gardeners who offer fresh products without pesticides or artificial fertilisers. Info: Chantal Bolduc at chantalbolduc99@bell.net or 819-889-3196.

CHURCHES

Anglican. On May 21 and 28, Sunday services are at 9:30 a.m. in Bury and 11 a.m. in Cookshire. On May 21 at 4 p.m. is a Deanery Evensong service at St. George’s Church in Lennoxville. Info: 819-887-6802.

Baptist. In Sawyerville, the Sunday worship service is at 9 a.m. in French, and 11 a.m. in English. Sunday school is at 10 a.m. in English and French. Info: 819-239-8818.

United. Sunday services on May 21 and 28 are at 9:30 a.m. in Cookshire and at 11 a.m. in Sawyerville. Info: 819-889-2838 (listen to message).

Messy Church. On Monday, May 22, at 5:15 p.m. is Messy Church, a joint United and Anglican intergenerational event. Free of charge, but donations are welcome. Stories, crafts, worship and supper at the St. Paul Anglican Church, 550 Main St., Bury. It’s family friendly, and all are welcome. Info: Tami Spires (United Church Minister): 819-884-1203 or spiresta@hotmail.com.

Do you have news to share? Call 819-300-2374 or email ra.writes@gmail.com by May 24 for publication May 31 and by June 5 for June 14.

ACTU-Quartier

Le projet de quartier durable prend son envol

La municipalité de Weedon pourrait être une des premières, sinon la première au Québec, à offrir un quartier vert sur lequel on pourrait retrouver dès cette année des maisons 100 % énergie solaire et certifiées Leed platine ainsi que des résidences écoresponsables. Le quartier en devenir d’une superficie de quelque 90 acres est situé derrière le parc industriel.

Déjà annoncé par le passé, le concept semble vouloir prendre son envol. La présentation du quartier innovateur au Salon ExpoHabitation de Montréal, en février dernier, s’est révélée fort populaire, d’exprimer le maire, Richard Tanguay. « On va chercher une clientèle particulière. Les gens veulent essayer l’expérience solaire. J’ai été surpris, plusieurs personnes de l’extérieur de Montréal, comme Thetford, Victoriaville, Drummondville, Sherbrooke, Stratford voulaient avoir de l’information. Je pense qu’on est dans les premiers à être aussi bien organisés. Notre quartier est vraiment axé sur l’écologie, le solaire. »

L’implication de deux promoteurs soit Énergéco pour les maisons solaires fabriquées en usine et Plan Image pour les résidences écoresponsables, qui seraient fabriquées sur place, notamment avec des produits recyclables et autres, démontre le sérieux de la démarche, souligne M. Tanguay. D’ailleurs, Plan Image devrait monter une maison modèle pour l’été tandis que Énergéco aurait déjà une ou deux propriétés prêtes à s’installer, de laisser entendre Richard Tanguay.

Le quartier contenant 37 lots se divise en deux parties. Une première, consacrée aux résidences 100 % solaires offre approximativement 14 lots. La seconde pourrait accueillir 22 résidences écoresponsables. Les terrains s’y rattachant seront plus grands, soit de deux à trois acres afin de permettre l’autosuffisance. Les propriétaires pourront posséder quelques poules, lapins et petits animaux ainsi qu’un champ, d’expliquer M. Tanguay. Un espace pour des jardins communautaires est prévu ainsi qu’une zone expérimentale agricole. Cet espace limité sera consacré notamment à des projets expérimentaux d’ordre écologique. Un boisé sera également préservé à l’intérieur du parc et une piste cyclable sera éventuellement aménagée donnant accès à divers endroits du village.

Le projet global devrait permettre d’accueillir près de 36 résidences. Les terrains seront offerts gratuitement, mais les propriétaires devront assumer les frais d’infrastructure inhérents, soit approximativement 12 000 $, d’exprimer le maire. Ce dernier précise que le projet s’étalera évidemment sur plusieurs années. « Les travaux se feront graduellement selon la demande. » Ce dernier aimerait bien voir une ou deux résidences s’installer d’ici la fin de la présente année.

  1. Tanguay est d’avis que l’initiative en cours fera tourner les yeux des Québécois vers Weedon. Déjà, mentionne-t-il, les deux promoteurs immobiliers impliqués « ne connaissaient pas Weedon. On souhaitait trouver un moyen de créer un concept immobilier qui sort de l’ordinaire. On voulait se démarquer par des produits spéciaux, se sortir de la masse et ça va attirer du monde », d’exprimer le maire Tanguay.
ACTU-Proxim

Pharmacie Proxim de Cookshire et East Angus

Outre les médicaments et divers produits, la pharmacie Desruisseaux, Laliberté et Chouinard, affiliée à Proxim, de Cookshire-Eaton et d’East Angus, propose à sa clientèle une panoplie de produits et services.

Sur place, une équipe chevronnée composée de 10 pharmaciens et 46 préposés s’affaire dans différents départements pour vous offrir des services personnalisés et courtois.

Ayant comme vision de desservir les gens comme dans les grands centres, mais avec la valeur ajoutée de conserver le contact humain, les propriétaires ont développé différents volets de services utilitaires et efficaces.

Une infirmière, une nutritionniste et une podologue (soin pour les pieds) reçoivent les patients sur rendez-vous, à moindre coût. Sur place, nous retrouvons le service de prise de sang, la prise de la pression artérielle ainsi que les tests de glycémie. S’ajoutent la vente et la location d’équipements orthopédiques ainsi que de produits plus spécifiques tels pour les stomies. Le service de préparation de vos médicaments sur place, par téléphone ou en ligne, auquel on offre la livraison gratuite pour l’ensemble du territoire du Haut-Saint-François. De plus, depuis l’implantation de la loi 41, les pharmaciens ont une plus grande latitude sur la possibilité de prescrire certains produits ou médicaments, permettant ainsi au patient d’économiser temps et argent. Dans le même ordre d’idée, chez Proxim, on est familier avec le système Omnimed. On travaille également en partenariat avec le Centre de santé Cookshire et le CLSC de Cookshire, le tout devient une ligne informatique permettant l’échange de l’information de façon rapide et efficace. Sans oublier que nous retrouvons deux chefs cosméticiennes aux deux endroits. Passionnées par les soins de beauté, elles vous concoctent diverses activités selon les anniversaires ou thème de la saison. Innovant continuellement, les propriétaires étudient la possibilité d’automatiser le service de pilulier et d’avoir un service de vaccination par un infirmier (ère) qui pourrait également effectuer quelques suivis de certaines maladies avec la clientèle.

N’hésitez pas à passer à une des deux succursales ou téléphoner, l’équipe de professionnels se fera un plaisir de discuter avec vous. À Cookshire au 819 875-3344 et à East Angus au 819 832-4343 ou en ligne à https://www.groupeproxim.ca.

ACTU-Planification

Lancement de la planification stratégique et d’un budget participatif à Weedon

La Corporation Weedon milieu durable procèdera le 10 juin prochain au lancement de la nouvelle planification stratégique. On profitera de l’occasion pour dévoiler le plan d’action ainsi que les projets retenus. En plus, les intervenants innoveront dans la façon de faire en présentant le concept de budget participatif auquel les citoyens, réunis au Centre communautaire de la rue des Érables, auront à voter pour un ou des petits projets à être réalisés.

Un conférencier sera sur place afin d’expliquer en quoi consiste un budget participatif. En fait, la population sera invitée à voter pour des petits projets qui ne font pas partie intégrante de la planification stratégique. « Ça peut être installer un support à vélo, un banc dans un parc pour observer les étoiles, mettre une lumière à côté du jeu d’eau. Ça peut être une série de petits projets qui ne sont pas mis de l’avant encore », de préciser M. Tanguay. « La municipalité, précise-t-il, a prévu un montant de 10 000 $ dans son budget 2017 pour réaliser ce qu’on appelle un ou des projets citoyens. On veut que les gens soient impliqués dans la prise en charge de leur développement et de leur milieu », de compléter M. Tanguay.

Exceptionnellement pour cette année, explique le maire, les citoyens auront à se prononcer sur des projets qui seront présentés par le comité, mais qui proviennent du milieu lors de rencontres précédentes. Pour l’an prochain, ajoute-t-il, les citoyens auront à soumettre des projets dès l’automne 2017 pour en faire une compilation qui sera présentée à la rencontre prévue de juin 2018.

Planification stratégique

Lors de la rencontre de juin prochain, les citoyens découvriront le plan d’action et les projets à venir. Ce dévoilement est le fruit d’un long processus auquel la population est impliquée depuis quelques années. Une première rencontre d’information s’est tenue en 2015 permettant d’établir un diagnostic et les grandes orientations. Une autre rencontre citoyenne tenue l’année dernière a permis de valider et s’approprier les actions pour mettre en place des moyens.

Le maire insiste « la qualité de vie des résidents est une priorité pour la municipalité de Weedon, le développement durable est le cadre avec lequel nous avons choisi de travailler pour faire croître Weedon vers un avenir prometteur. Les dimensions sociale, environnementale et économique sont au cœur de nos réflexions et nous comptons sur les forces du milieu pour rayonner. Nous souhaitons être un modèle et inspirer d’autres municipalités à innover » de compléter M. Tanguay.

actualite HSF

Un parc industriel 2.0

La municipalité de Weedon est en voie de développer une nouvelle vision pour le parc industriel. Les intervenants sont à mettre au point un plan offrant plus d’une dizaine d’emplacements à prix très avantageux. On souhaiterait attirer des entreprises à caractère durable tout en favorisant l’émergence de petites entreprises de transformation. On croit que le développement du quartier durable pourrait s’avérer un incitatif pour attirer des entreprises de pointe dans le secteur technologique, particulièrement axées sur l’écologie. À l’intérieur du parc industriel, situé à proximité de l’hôtel de ville, on retrouve Bois Weedon et Pro-Bois André Rousseau.

ACTU-Médecin

Demande de médecins à East Angus

La municipalité de East Angus est toujours en attente de solutions pour obtenir des médecins qui pourraient offrir du sans rendez-vous sur son territoire. Sans obtenir de réponses concrètes, les autorités municipales ont appris que le CSSS-IUGS effectuait une restructuration des services offerts sur le territoire du Haut-Saint-François et qu’ils en sauraient davantage en septembre prochain.

Une rencontre, tenue la semaine dernière, à laquelle participaient Carol Fillion, directeur général adjoint aux programmes sociaux et de réadaptation du CSSS-IUGS, Line Cardinal, directrice des services généraux des établissements et la médecin Stéphanie Boilard du GMF du Haut-Saint-François, permet à la mairesse d’East Angus, Lyne Boulanger, d’être optimiste pour l’avenir.

« Je suis satisfaite de la rencontre. J’ai senti une ouverture. On nous a dit qu’ils étaient en restructuration. Je comprends que c’est gros, mais on leur a fait comprendre que c’est à notre tour », d’exprimer Mme Boulanger. Les représentants du CSSS-IUGS ont profité de la rencontre pour souligner la consolidation des services offerts à East Angus comme les soins palliatifs, les soins en centre d’hébergement ainsi que la continuité de l’offre de services aux jeunes à proximité de la polyvalente Louis-Saint-Laurent.

Mme Boulanger mentionne que les parties en présence ont convenu de l’importance d’informer davantage la communauté sur des gestes posés par le CSSS-IUGS. Elle insiste sur l’importance pour les citoyens désireux d’obtenir un médecin de famille de s’inscrire à gamf.gouv.qc.ca. D’ailleurs, la ville diffusera d’ici la fin du mois de juin sur son site Internet et autres, des informations sur ce qui a trait à la santé.

Les représentants du CSSS-IUGS travaillant actuellement sur la réorganisation des services sur l’ensemble du territoire du Haut-Saint-François ont convenu de rencontrer à nouveau les représentants de la ville de East Angus en septembre prochain. D’ici là, Mme Boulanger souhaite que les intervenants aient trouvé une façon « d’avoir des médecins à East Angus », précise-t-elle.

Gazon

La terrasse en gazon synthétique, une tendance qui fait fureur

L’idée d’une terrasse en faux gazon vous fait sourire ? Sachez qu’à Montréal, à New York et dans les plus grandes villes du monde, les terrasses luxueuses des appartements situés dans les quartiers les plus chics sont souvent dotées d’un coin verdure magnifique… en pelouse synthétique ! Pas convaincu ? Quand vous aurez admiré les nouveaux modèles de gazon artificiel, vous changerez d’avis !

D’entrée de jeu, oubliez les revêtements peu esthétiques des années 70-80. De nos jours, le gazon synthétique ressemble à s’y méprendre à du véritable gazon, si bien que plusieurs propriétaires n’hésitent pas à en installer un peu partout sur leur terrain. Toujours vert, résistant, hypoallergénique et pratiquement sans entretien, le gazon synthétique est parfait autour du spa ou de la piscine ainsi que dans les espaces restreints ou ombragés.

Sur la terrasse, il se marie parfaitement à tous les décors. Pour créer un design chaleureux, il suffit d’installer une moquette de pelouse synthétique qui délimite l’espace repas ou le coin détente… et le tour est joué ! Vous êtes l’heureux propriétaire d’une terrasse sur le toit ? Vous serez sûrement ravi d’apprendre que le gazon synthétique est idéal pour lutter contre les îlots de chaleur. Et pour les pieds, quel confort ! Gageons que vous n’hésiterez plus à retirer vos sandales…

Si vous avez horreur des flaques d’eau, rassurez-vous : les surfaces de gazon synthétique sont poreuses, le drainage s’effectue rapidement et les brins sèchent plus vite que la pelouse naturelle. En fait, ce revêtement s’avère la solution idéale pour embellir les terrasses planes de bois ou de béton. À vous d’en profiter !

ACTU-Gaudreau

Bourses de la Fondation Laure-Gaudreault

Des bourses provenant de la Fondation Laure-Gaudreault ont été remises à huit organismes du Haut-Saint-François lors de l’AGA de l’Association des retraités de l’enseignement du Québec, tenu au lac d’Argent.

Découlant de dons offerts par d’anciens enseignants de la MRC, maintenant retraités ainsi que de l’entreprise Graymont, les sommes permettront à plusieurs organismes l’amélioration de leurs vocations. L’AREQ (CSQ), Association des retraitées et retraités de l’éducation et des autres services publics du Québec a mis sur pied la Fondation Laure-Gaudreault, il y a déjà 27 ans. Elle a pour mission d’aider les personnes retraitées et d’œuvrer auprès de la jeunesse dans le besoin. Les récipiendaires des fonds sont Moisson Cookshire, Moisson Haut-Saint-François, le Centre d’action bénévole du HSF, le Carrefour jeunesse-emploi, l’école des Trois-Cantons, les Cuisines collectives, l’Ami de l’Oasis et les Étincelles du Bonheur.

Jacinthe Audet-Bolduc, responsable de la Fondation Laure-Gaudreault pour le secteur d’East Angus, mentionne dans un communiqué que les sommes serviront entre autres, à accompagner et guider les jeunes adultes, donner un plus à certaines personnes âgées, à soulager la pauvreté par l’achat de denrées et collations. Elle indique que l’argent reçu par les gens de notre territoire est toujours distribué dans notre secteur.

ACTU-Gaétanne

Nouvelle présidente à la Chambre de commerce du HSF

La Chambre de commerce du Haut-Saint-François a une nouvelle présidente, Gaétane Plamondon, de l’entreprise Tardif Diesel, située à Ascot Corner. Cette femme d’affaires inscrit une page d’histoire en étant la première femme présidente de l’organisme régional. Elle succède à Guy Boulanger, qui occupait le poste depuis 2008.

C’est à l’unanimité que les membres du conseil d’administration de la Chambre de commerce ont appuyé Mme Plamondon au poste de présidente. Impliquée dans le milieu depuis plusieurs années, elle connaît bien le territoire, ses réalités et ses besoins. En plus d’être membre et de siéger au sein du conseil d’administration de la Chambre de commerce, Mme Plamondon siège au sein de divers organismes et comités dont le CLD du Haut-Saint-François, le CAMO et Camo Formation.

« J’ai été surprise quand Guy (le président) m’a demandé. J’ai été dans plusieurs comités. J’ai été sur le C. A. de la Chambre de commerce de Fleurimont », d’exprimer la nouvelle présidente pour signifier qu’elle n’est pas dépourvue d’expérience. Mme Plamondon mentionne que sa principale motivation est de rendre service aux membres de la chambre. « Ma vision est de donner des orientations aux membres pour développer la région. » Se définissant comme une femme d’équipe, la présidente mentionne que son approche en est une d’écoute, qui débouche par la suite sur des opinions.

Mme Plamondon avoue partager la vision de son prédécesseur et aimerait que la Chambre de commerce devienne une référence en région. « Aux États-Unis, la chambre de commerce est le point de ralliement des commerçants », précise-t-elle. La présidente souhaite que l’organisme soit éventuellement en mesure de transmettre de l’information sur différents aspects que ce soit de nature touristique, sur les endroits disponibles pour l’implantation de commerces et autres. « Je veux utiliser la chambre et attirer les gens dans la région et leur donner le goût de rester dans le Haut-Saint-François. »

Pour sa part, le président sortant devient président ex officio et continue de siéger au sein du conseil d’administration de la Chambre de commerce. M. Boulanger est satisfait du travail effectué sous sa présidence. « Je suis fier d’avoir amené une chambre pour toute la MRC. Nous avons une situation financière saine et un minimum de 200 membres. Nous sommes impliqués dans divers secteurs et nous avons développé des partenariats. » M. Boulanger mentionne l’implication de l’organisme que ce soit pour offrir de la formation à travers divers conférenciers, la tournée des municipalités, des activités de réseautage comme le souper tournant, le tournoi de golf annuel, les infobulletins en plus des rabais pour les membres et autres, pour signifier l’importance d’être membre.

Mentionnons que le conseil exécutif de la Chambre de commerce du Haut-Saint-François se compose de Gaétane Plamondon, présidente, Serge Lemieux, premier vice-président, Gaston Tardif, trésorier, et Pierre Hébert, secrétaire.

ACTU-Étienne

L’ex-footballeur Étienne Boulay mène un combat de tous les jours

Se définissant comme un excessif, le footballeur à la retraite et ex-joueur étoile des Alouettes de Montréal, Étienne Boulay, admet que son trait de caractère l’a mené aux plus grands honneurs comme au plus bas fond en raison d’abus de drogues et d’alcool. Aujourd’hui, il admet que son combat pour rester sobre en est un de tous les jours, mais c’est possible d’y arriver lorsqu’on sait bien s’entourer et capable de demander de l’aide.

Celui qui prenait plaisir à rudoyer et projeter ses adversaires au sol a été renversé par son excessivité. L’homme de 34 ans en a surpris plus d’un par son humilité. Celui qui s’était forgé une réputation de dur à cuire a su toucher la soixantaine de personnes réunies au Centre communautaire de Weedon, à l’occasion de la Semaine de la santé mentale. Le conférencier n’a pas hésité à se présenter tel qu’il est, et cela en dépit de moments émouvants lui nouant la gorge par occasion.

Cet exercice auquel se prête l’ex-athlète, il le fait pour aider les autres, mais avant tout parce que ça lui fait du bien. « La première personne que j’aide, c’est niaiseux à dire, mais c’est moi. Ça me rappelle d’où je viens et/ou je ne veux plus retourner », d’exprimer Étienne Boulay.

L’athlète a raconté comment son excessivité lui a permis de gravir les échelons et atteindre des niveaux qui pouvaient sembler inaccessibles compte tenu de sa taille relativement modeste pour un joueur de football. Sa détermination et sa discipline personnelle lui ont permis de faire l’équipe professionnelle des Alouettes de Montréal à sa première tentative, d’obtenir le titre de recrue de l’année et plus tard, joueur canadien de l’année, en plus de remporter trois coupes Grey.

Populaire, adulé de tous, Étienne Boulay est tombé de bien haut. Victime de commotions cérébrales répétées, la consommation abusive de pilules pour calmer le mal, l’ajout sournoisement de drogues et d’alcool a rapidement entraîné l’homme vers le fond. Problème de consommation, performances moins bonnes sur le terrain poussent l’athlète à mettre abruptement, en 2012, un terme à sa carrière. S’enchaînent les problèmes de couple conduisant à un divorce difficile, guerre pour la garde de l’enfant, bref un cocktail qui n’avait rien de bon. Épuisé, conscient qu’il ne tenait pas ses promesses, développant des conflits avec tout le monde et qu’il causait de la peine à ses proches, Étienne Boulay tente en 2014 de mettre fin à ses jours. Ce qu’il s’efforçait à cacher éclate donc au grand jour.

À son réveil, l’homme se rend bien compte qu’il a besoin d’aide. Il s’inscrit dans un centre de thérapie et s’abstient pendant 1 an et demi. Ce processus lui donne confiance et croit être capable de contenir sa dépendance. Il va même à consommer un peu d’alcool, ce qui semble bien aller au début. Mais rapidement, il sombre à nouveau en y ajoutant de la drogue. « Je me sentais imposteur quand j’ai retombé. Je n’étais pas capable d’admettre que j’avais un problème. J’ai finalement dit que j’avais besoin d’aide et je suis rentré à nouveau en thérapie. »

Sorti en février dernier, Étienne Boulay mentionne qu’il apprend à se connaître. « Je vis avec la réalité que je ne peux pas consommer. C’est un combat de tous les jours. Je ne peux pas penser trop loin. Faut que je fasse attention. » L’idée de devoir prendre la route et dormir dans des hôtels effraie le jeune homme, car il sait que ça, fréquemment, était une source de rechute dans le passé. « Quand je dois faire de la route, je ne pars plus seul. Il y a toujours un membre de ma famille, un chum qui m’accompagne. Je vois un thérapeute une fois semaine. Ma maladie me fait peur. Je ne peux pas dire que j’accepte de l’avoir, mais il faut que j’y fasse face. Je me rends compte que ça ne sert à rien de se battre tout seul. C’est important de bien s’entourer et de demander de l’aide. »

Interrogé à savoir pourquoi il avait accepté l’invitation à Weedon, l’athlète de la Montérégie mentionne « parce que c’est un organisme en santé mentale, ce n’est pas trop loin et je n’avais pas à découcher. » Satisfait de l’échange avec le public, Étienne Boulay ajoute « J’ai passé par plein d’émotions ce soir. Il y a des affaires vraiment incroyables qui m’arrivent. Plus que je prends soin de moi, plus la vie me redonne. » Conscient du bien qu’il peut faire par ses conférences, l’homme de 34 ans insiste sur le fait qu’il faut apprendre à s’accepter tel qu’on est.

ACTU-Église

Une autre église à vendre

La baisse des revenus, le manque de relève ainsi que l’épuisement des personnes responsables en place seront venus à bout de l’église Notre-Dame-de-la-Paix, à Johnville.

Des suites de cette évidence, l’équipe d’animation communautaire (EAC) a dû prendre la décision de mettre l’église à vendre. Il semble que ce soit la seule option, mentionne Michel Breaul, de l’EAC de Johnville dans un communiqué. « La jeunesse n’est pas là », d’exprimer le marguillier Jean-Luc St-Laurent, indiquant que les gens qui s’en occupent se font vieux. Tout semble avoir été fait dans les règles. M. St-Laurent explique que le conseil d’administration de la Fabrique pour la paroisse Notre-Dame-de-l’Unité de Compton, qui regroupe six églises, dont celle de Johnville, a pris cette décision avec l’autorisation de l’archevêché.

Les gens de la communauté, bien que déçus, semblent accepter la situation « Ça été bien expliqué », précise le marguillier, en ajoutant qu’une rencontre d’information a été tenue à l’église où près de 60 personnes ont assisté. « On est rendu là », exprime-t-il.

Il faut préciser que ce n’est pas la première option envisagée. Auparavant, ils ont tenté d’avoir un arrangement avec la ville de Cookshire-Eaton. M. St-Laurent mentionne qu’il aurait souhaité que la ville acquière la propriété, qu’eux auraient louée au besoin. En vain, ils sont heureux d’avoir obtenu une close signée avec celle-ci, indiquant qu’ils pourront utiliser les services d’une salle. « On a tout de même des bonnes ententes avec la municipalité », précise M. St-Laurent.

L’église est en vente avec le terrain par appel d’offres pour démolition. Le dépôt des soumissions doit être fait avant le 30 mai à 16 h. Pour obtenir le formulaire, les gens doivent se présenter ou téléphoner à l’église Saint-Thomas-d’Aquin de Compton au 819 835-5474 ou en personne au 6747, rte Louis-S.-St-Laurent, Compton.

actualite HSF

Envie d’une maison plus saine ? Chassez les contaminants chimiques !

Poussière, amiante, acariens, moisissures, formaldéhyde… saviez-vous que l’air que vous respirez à l’intérieur de votre maison est plus pollué que celui de l’extérieur, ce qui peut affecter votre santé et celle des membres de votre famille (troubles respiratoires, allergies, etc.) ? Alors, comment faire pour améliorer la qualité de l’air et, du coup, votre bien-être ?

D’abord, il faut aérer quotidiennement au moins 10 minutes pour renouveler l’air et faire régulièrement le ménage. Ensuite, il est important d’éliminer au maximum les contaminants chimiques. Voici trois astuces pour lutter contre ces derniers, et ainsi vous offrir un environnement plus sain:

  1. Renoncez aux produits nettoyants chimiques (détergent à lessive ou à vaisselle, nettoyant pour la cuvette, etc.): recherchez plutôt ceux qui sont certifiés écologiques (qui affichent l’ÉcoLogo du gouvernement du Canada, par exemple) ou optez pour des produits naturels, tels que le bicarbonate de soude et le vinaigre, dont l’efficacité est reconnue.
  2. Évitez les vaporisateurs parfumés et les «sent-bon» en tous genres: ils émettent généralement beaucoup de composés organiques volatiles (COV), lesquels sont nocifs pour votre santé et l’environnement. Au besoin, recourez plutôt à des huiles essentielles.
  3. Choisissez une peinture exempte de COV et privilégiez les colles et les teintures qui en émettent le moins possible. Pour vos boiseries et vos planchers, s’il y a lieu, optez pour des finis à base d’huiles naturelles. De même, renseignez-vous sur les diverses options de matériaux de construction (pour les armoires, par exemple) afin de choisir ceux émettant peu de formaldéhyde, un gaz qui, en forte concentration, peut entraîner des irritations (yeux, nez, gorge) et augmenter les symptômes de l’asthme chez les enfants.
ACTU-Carrier

Scies à chaîne Claude Carrier

Les signes d’un printemps chaud et ensoleillé tardent à se montrer, mais la saison est belle et bien arrivée. Il faut tout de même se préparer, pelouse et arbres poussent quand même.

Scies à chaîne Claude Carrier à Cookshire-Eaton, commerce situé au 45, rue Craig Sud, à Cookshire-Eaton, est prêt et vous offre une foule de promotions alléchantes.

Que ce soit les produits Stihl pour le terrassement comme les coupe-herbe, les tondeuses, les souffleurs, les tracteurs à pelouse Cub Cadet, les scies à chaîne et bien d’autres sont présentement en promotion. On offre également des motoculteurs et laveuses à pression. Également, le fameux KombiSystème regroupe en un seul outil plusieurs autres.

Pour les personnes qui ont besoin d’une mise au point sur leurs appareils et outils, l’équipe de trois mécaniciens experts, en formation continue, sont à leur service. Les défis ne font pas peur. L’entreprise possède les pièces originales pour réparer l’outillage.

De plus en plus présents sur les fermes et les sentiers de VTT, les côtes à côte et 4 roues font fureur. Les amateurs de marque Arctic Cat et CF Moto auront l’embarras du choix avec une dizaine de véhicules dans la salle de montre, déjà prêts à prendre du service.

Scies à chaîne Claude Carrier, c’est également le plein air. Dépositaire de la bannière Pronature, on est en mesure d’offrir un vaste choix de produits que ce soit pour le camping, sacs de couchage et autres, la pêche ou la chasse. Le spécialiste en matière de pêche, Dany Grenier, sera en mesure de vous prodiguer de précieux conseils pour l’équipement, les appâts, les accessoires et même de petits trucs.

Quant aux amateurs de chasse, ils doivent préparer les salines pour que cerfs et orignaux fréquentent leurs lieux l’automne prochain. Sels minéraux, moulée, grand choix d’armes à feu et arbalètes sont quelques exemples de ce que l’on retrouve sur place. Scies à chaîne Claude Carrier offre également des vêtements et chaussures de travail ou de randonnée, ainsi que des équipements plein air comme sac à dos, etc.

Que ce soit pour la pelouse, le terrassement, un véhicule tout terrain, le camping, la pêche, la chasse et autres, un seul endroit vous donnera satisfaction et c’est à Cookshire-Eaton. Chez Scies à chaîne Claude Carrier « Tout ce qu’on vend, si ça brise, on l’répare. »

ACTU-Barolet

Les Bétons et Les Constructions Léo Barolet

Fondés par Léo Barolet dans les années 70, Les Bétons et Les Constructions Léo Barolet sont aujourd’hui un des principaux employeurs de la municipalité de Weedon. Les entreprises de M. Barolet se spécialisent dans plusieurs domaines tels la construction, l’excavation, le coffrage, le soulèvement de maison, l’installation de fosse septique et bien sûr le béton en tout genre.

Le président fondateur a vu grand. Charpentier-menuisier de métier, M. Barolet a démarré son entreprise avec quelques outils dans sa valise, raconte Véronique Barolet, sa fille. L’homme d’affaires avait pour seule ambition: devenir son propre fournisseur pour chaque étape de ses projets de construction. Pour bâtir de A à Z, à commencer par le sable et le gravier, M. Barolet a acquis au fils du temps, plusieurs gravières pour s’approvisionner. À cela s’ajoute toute la machinerie pour l’excavation, le coffrage et les fondations. Il possède une flotte impressionnante passant par tous les camions 10 et 12 roues, camion à pompe, à une grue de 22 tonnes. « Il a toujours aimé investir et élargir ses horizons. Chaque fois qu’il avait besoin d’un fournisseur, il s’organisait pour devenir son propre fournisseur », mentionne sa fille. L’entreprise s’est développée autour du noyau familial et tous ont un rôle important à y jouer. L’épouse de M. Barolet, Denise Ducharme, leurs enfants Véronique et Martin Barolet ainsi que Pascal Leclerc, le conjoint de Véronique, poursuivent la mission de ce grand bâtisseur qui ne cesse de croître et de se perfectionner. La compagnie se démarque par sa rigueur, sa qualité et conformité ainsi que son excellent service à la clientèle.

Employant une cinquantaine de personnes plus les emplois indirects et sous-traitants, Les Bétons et Les Constructions Léo Barolet possèdent deux usines de services pour le béton dont une est située à Mégantic. Comptant plus de 50 années en affaire et une multitude de services, ils desservent une clientèle partout en Estrie, de la Beauce à Bromont, selon le secteur d’activité. Pour la région de Mégantic, ils sont fournisseurs de béton, préférant rester ainsi afin de ne pas compétitionner les entrepreneurs locaux, ce qui permet un partenariat d’affaire profitable à tous. Malgré le succès, le gestionnaire est resté un homme humble et apprécié de tous, dont ses valeurs se reflètent sur sa famille.

actualite HSF

Distribution d’arbres à Dudswell

Dans le cadre du mois de l’arbre et des forêts, la municipalité de Dudswell est heureuse d’offrir gratuitement à ses citoyens différentes essences d’arbres pour favoriser le verdissement de son territoire et avoir un certain impact sur la réduction des gaz à effet de serre. La distribution d’arbres aura lieu le 20 mai prochain de 9 h à 12 h, à l’Hôtel de Ville, situé au 76, rue Main, Dudswell. De plus, cette année, afin de promouvoir les bonnes pratiques et les innovations en environnement, des kiosques d’informations seront installés sur le site et seront animés par des organismes œuvrant en environnement dans le secteur de Dudswell. On vous attend en grand nombre.

ACTU-Gratte-Ciel

Défi Gratte-Ciel à l’école de La Patrie

Deux enseignantes de l’école Notre-Dame-de-Lorette à La Patrie, Mychèle Morin et Isabelle Martin participeront au Défi Gratte-Ciel qui se déroulera à Montréal, le 2 juin prochain. Sensibles à l’activité, visant à recueillir des fonds pour la dystrophie musculaire Canada, les élèves de maternelle, 1re et 2e année des enseignantes ont convenu de faire leur part en relevant le défi de gravir les marches de l’école, ce qui a permis d’amasser 1 300 $ pour la cause.
« J’ai parlé que j’allais faire le Défi Gratte-Ciel. J’ai présenté le vidéo aux élèves. Surprise, ils ont embarqué. Ils ont dit: on veut aller avec toi le faire. Je leur ai dit que ce n’était pas possible. » Toutefois, les enseignantes ont préparé un genre de Défi Gratte-Ciel à la mesure de l’école. Les jeunes participants ont eu droit à un peu de pratique afin de s’assurer que les mesures de sécurité soient respectées. Les 32 élèves, divisés en trois groupes, ont obtenu des commandites et relevé le défi de monter approximativement 690 marches dans un temps donné. Les fonds amassés 1 300 $ sont remis à la fondation de la dystrophie musculaire Canada. Précédant l’exercice, les élèves de Mme Morin ont eu droit à des ateliers de prévention, recherche et sauvetage en plus de rencontrer des ambulanciers et pompiers. Toutefois, ces derniers ont dû quitter rapidement les lieux pour répondre à un appel, service oblige.
Nos deux enseignantes en seront à leur première participation au Défi Gratte-Ciel. « J’aimerais faire le plus rapidement possible. » Mme Morin, qui s’est remise d’un traumatisme crânien survenu en novembre 2015, cherchait une cause pour s’impliquer et la dystrophie musculaire lui semblait tout indiquée. Sa collègue, Mme Martin, admet avoir été sensibilisée à la cause à la suite d’un témoignage. À l’aube du défi, elle ne cache pas sa crainte. « J’ai eu un peu peur de ne pas réussir, mais mon objectif est de me rendre au sommet. »
Les deux participantes devront gravir 48 étages totalisant 1 125 marches le plus rapidement possible. Cette année, près de 700 personnes pompiers, paramédicaux, policiers et grand public participeront au Défi Gratte-Ciel, qui se déroulera à la Tour de la Bourse de Montréal, Place Victoria. Les personnes désireuses d’encourager nos participantes pour la cause de la dystrophie musculaire peuvent le faire en se dirigeant sur le site Défi Gratte-Ciel 2017 et cliquer sur J’appuie un participant.

UNE-École

Agrandissement souhaité à l’école de la Source-Vive à Ascot Corner

Loin d’apprécier la réticence de la Commission scolaire de la région de Sherbrooke à déposer une demande d’agrandissement pour l’école de la Source-Vive, les élus conviennent d’augmenter la pression. Ces derniers ont adopté, lors de la séance régulière du conseil municipal, une résolution dans le but avoué de faire bouger le milieu politique et de forcer la main à la CSRS.

Mentionnons que l’entité scolaire a rejeté la proposition de la municipalité d’aménager de façon temporaire le bâtiment de la Caisse Desjardins, considérant le coût évalué à 400 000 $, trop onéreux. La municipalité d’Ascot Corner s’est portée acquéreur du bâtiment en début d’année et souhaitait qu’on puisse y accueillir le surplus d’élèves le temps de permettre l’agrandissement de l’école de la Source-Vive. Dans une entrevue accordée au journal la semaine dernière, la mairesse, Nathalie Bresse, mentionnait « je m’attendais à ça. Je ne sens pas une très grande ouverture de la commission scolaire, de la direction d’école et du conseil d’établissement. Je trouve que c’est exagéré un peu 400 000 $. Je sens comme s’ils avaient déjà abdiqué. »

Les élus ont donc convenu de passer à la vitesse supérieure, et ce, après avoir obtenu une rencontre impliquant des représentants de la commission scolaire et le député de Mégantic, Ghislain Bolduc. La municipalité avait convié les médias, ce lundi, à une conférence de presse pour dévoiler leur stratégie. Malheureusement, le journal était déjà sous presse au moment de la rencontre. Sur le communiqué d’invitation, il est inscrit que « le conseil municipal d’Ascot Corner trouve discriminatoires les procédures et critères d’agrandissement pour le quartier dont Ascot Corner est jumelé à la ville de Sherbrooke. » On y fait mention que l’accroissement de sa population de 20 % depuis les dix dernières années est supérieur à celle de Sherbrooke qui se situe à 9 % en précisant que deux nouvelles écoles seront construites sous peu. « Les enjeux de la municipalité sont trop grands pour que son conseil puisse accepter la situation actuelle. Malgré les efforts de la municipalité, malgré l’offre de locaux pour héberger les élèves en surplus, nous nous heurtons à une réponse jusqu’à ce jour négative à un éventuel agrandissement de la part de la Commission scolaire de la région de Sherbrooke », de préciser le communiqué. Mme Bresse dit comprendre les règles que doit suivre la CSRS, mais croit que l’école de la Source-Vive peut s’inscrire comme un cas d’exception. La résolution sera acheminée à la CSRS, au conseil d’établissement de l’école ainsi qu’au député de Mégantic, Ghislain Bolduc.

Lors de la rencontre de presse, la municipalité comptait dévoiler la démarche qu’elle entend utiliser pour « répondre aux multiples plaintes de nos promoteurs et citoyens d’Ascot Corner qui se sentent brimés », précise-t-on.

CSRS

  1. Gilles Normand, président de la Commission scolaire régionale de Sherbrooke, laissait entendre, lors d’une entrevue téléphonique réalisée avant la convocation à la conférence de presse, qu’il était peu probable que la CSRS dépose une demande dans le cadre des règles actuelles. « Quand on veut faire une demande d’agrandissement, il faut faire la démonstration qu’il n’y a pas de place dans le quartier et qu’on est en déficit de locaux. Selon les règles ministérielles, on n’est pas qualifiable parce qu’il y a 10 locaux de disponibles dans le secteur », exprime-t-il. Quant à la proposition du bâtiment de la Caisse Desjardins, « notre responsable des ressources matérielles est allé visiter les lieux. C’est une bâtisse sur deux étages et l’aménagement en fonction d’une école et selon les normes serait trop onéreux si on regarde vers l’école temporaire. »

Interrogé à savoir si le déplacement des élèves était inévitable, le président de la CSRS s’est refusé de répondre en soutenant « il nous reste encore du temps. » Ce dernier rappelait au moment de la discussion que la municipalité avait jusqu’au 30 juin pour soumettre une proposition et que par la suite, le comité des territoires d’école devrait reprendre ses travaux pour trouver des pistes de solution. M. Normand indiquait que le problème de surpopulation à l’école devrait se présenter pour la rentrée scolaire 2018. « Pour 2017, ça va être assez serré », exprime-t-il. Approximativement, 290 élèves fréquentent l’école présentement. Les projections établies par la CSRS prévoient 320 élèves pour septembre prochain et 330 pour la rentrée 2018. M. Normand précise que ces chiffres sont des approximations et peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse. D’ailleurs, l’inscription de février dernier à l’école de la Source-Vive pour septembre prochain est pour l’instant de 304 élèves.

©2019 Journal Le Haut-Saint-François