parade chevaux

Des chevaux époustouflants

La parade des attelages de chevaux le dimanche est un moment haut en couleur et fort apprécié des participants. Il est impressionnant de voir la maîtrise des conducteurs d’attelage à quatre et six chevaux. Les bêtes sont sur leur «36», biens brossés et que dire des chariots des plus éblouissants les uns que les autres. Année après année, on ne peut se lasser de voir ces beautés.

Jeune releve

Make Way for the New Generation

The Cookshire Agricultural Fair has the full participation of children and teens who want to present the animals that they have taken particular care of during the year, whether or not they are 4-H Club members. Their milk or beef cows, horses, goats, sheep, rabbits and poultry of all sorts are evaluated by qualified judges. They point out the weaknesses and strengths of their protégés so that in the future, they can use this knowledge to improve their herd. Young riders, both boys and girls, proudly take part as well in the festivities and the parade. In clasical attire, they are dressed in keeping with protocol, complete with a riding bomb. In western style, they wear the corresponding costume with a cowboy hat. Others walk their draft horse, immense alongside the child aged 7, 8 or 9 years.

édifice principal

Un arrêt s’impose à l’édifice principal

Les bêtes, spectacles, démonstrations, manèges, c’est bien beau, mais l’exposition serait incomplète sans les trouvailles et le savoir-faire que l’on retrouve à l’intérieur du bâtiment principal. Un arrêt s’impose. En franchissant les grandes portes, vos yeux s’écarquilleront devant le savoir-faire des participants. Fruits et légumes du potager apportés par des jardiniers sont évalués. Certains exposent des montages floraux réalisés à partir de plantes de leur parterre ou de cueillettes effectuées sur le territoire. D’autres soumettent des pâtisseries traditionnelles. Des enfants contribuent à l’exposition en présentant des constructions imaginaires. Des artisans régionaux profitent de l’occasion pour présenter leurs œuvres que ce soit des tricots au tissage et de délicats travaux d’aiguille sans oublier les bijoux.

Manege

Des manèges pour tous

L’exposition agricole serait incomplète sans les manèges. Ce volet est toujours apprécié des familles, jeunes et moins jeunes. L’accès aux manèges est compris dans le coût d’entrée. Donc, aucun autre déboursé pour s’amuser à volonté. L’entreprise Amusements Spectaculaires y déploiera des manèges susceptibles de satisfaire toutes les couches d’âges. Cette dernière était présente à la Fête du Lac des Nations à Sherbrooke. Amusements Spectaculaires est une des plus grandes compagnies de manèges mobiles au Canada. Le fait d’être présente dans une vingtaine de festivals et expositions à travers le Québec confirme l’expertise de cette entreprise vieille de plus de 45 ans.

Main Bulding

A Must-See: The Main Building

The animals, the shows, the demonstrations and the amusement park rides are all fine, but the fair would not be complete without the great finds and know-how that you will see inside the main building. It’s a must-see! Entering the main doors, you will be wide-eyed at the expertise of the participants. Gardeners’ fruits and vegetables are evaluated. Some exhibit floral arrangements created from plants in their flowerbeds or collected in their area. Others submit traditional baked goods. Children contribute to the exhibition by presenting their imaginative constructions. Artisans from the region take the opportunity to show off their creations, whether knitted, woven, or delicately worked with a needle, not to mention the jewellry.

Exposition agricole

Living the Agricultural Experience

In the view of its president, Robert Addis, the Cookshire Agricultural Fair is a great way for urban dwellers to observe first-hand the achievements of farmers in the region. The event is coming up on August 17 to 20 at the Cookshire Fairground on Route 108.
The Cookshire Fair is not to be missed. For more than 115 years, the event has attracted its share of faithful visitors each year. With close to 300 exhibitors, including the new generation of 4-H Club members, visitors have a vast choice. For certain exhibitors, the fair has become an intergenerational family affair, including children, parents, grandparents, and even great-grandparents, who proudly show their animals.
Addis said that young and less young visitors alike will be wowed by the array of animals, such as the milk and beef cattle, the light and the draft horses, the sheep and the goats, the chickens and the ducks, the rabbits and much more. « City people don’t often get to see these animals. It’s impressive to see the draft horses up close. People who buy milk, meat and vegetables at the grocery store don’t really know how farming works or what is done. They will be able to ask questions, because the producers are right there and will be glad to respond. Farmers don’t have many vacations; they work seven days a week. The aim is to offer people an agricultural experience. » He added that the small farm arranged for visitors to view always raises a lot of interest.
Besides the animals and the competitions, the fair offers a number of other attractions. The truck and tractor pulls generate high excitement from visitors. This year, for a change, the fair management has asked the Association Sportive de Tire de Tracteurs du Québec (ASTTQ) to organize these competitions, and participants from New York are expected to take part, said the fair’s president. As for the other activities, they are tried and true, said Addis, and are really enjoyed by visitors. For example, the bingo game on Thursday evening is followed by music and a dance with the Slightly Haggard music group at the McAuley Centre. The machinery exhibits should include some new arrivals, and the amusement park rides and exhibits in the main building are essential parts of the bilingual event. The entrance fee gives visitors access to all the activities, including the amusement park rides.

Exposition agricole

Une façon de vivre l’expérience agricole

Aux yeux du président de l’Exposition agricole de Cookshire, Robert Addis, l’événement qui se déroulera du 17 au 20 août prochains, sur le terrain de l’exposition à proximité de la route 108, est une belle façon pour les citadins de constater de visu le fruit du travail des agriculteurs de la région et leurs façons de faire.
L’Exposition agricole de Cookshire est un incontournable. Depuis plus de cent quinze ans, l’événement attire chaque année son lot de visiteurs indéfectibles. Avec près de 300 exposants en incluant la jeune relève du Club 4-H, les visiteurs ont un vaste choix. Pour certains exposants, l’exposition est devenue une affaire de famille et de génération en comptant enfants, parents, grands-parents et même arrière-grands-parents qui ont présenté fièrement leurs bêtes.
M. Addis assure que les visiteurs adultes comme les enfants en auront plein la vue que ce soit pour les vaches laitières, les bœufs, les chevaux légers et lourds, moutons, chèvres, poules, lapins, canards et bien d’autres. « Les gens de la ville ne voient pas souvent ces animaux. C’est impressionnant de voir les chevaux lourds de près. Les gens qui trouvent le lait, la viande, les légumes en magasin ne savent pas vraiment comment ça fonctionne et le travail qui est fait. Ils peuvent poser des questions parce que les producteurs sont sur place et se feront un plaisir de répondre. Un fermier, ça pas gros de vacances; c’est sept jours par semaine. L’objectif est de donner une expérience agricole. » L’aménagement d’une petite fermette sur place suscite toujours un grand intérêt des visiteurs, d’ajouter M. Addis.
Outre les bêtes, les jugements, l’exposition offre plusieurs autres attraits. Les tires de camions et de tracteurs suscitent un grand intérêt auprès de la population. D’ailleurs, l’organisation effectue un changement cette année en confiant ce spectacle à l’Association Sportive de Tire de Tracteurs du Québec (ASTTQ). Des participants de New York sont attendus pour la compétition, de laisser entendre le président de l’exposition. Quant aux autres activités, elles ont fait leurs preuves, d’exprimer Robert Addis et sont fort appréciées des visiteurs. Ainsi, le bingo du jeudi soir suivi d’un groupe musical, de la danse en soirée au Centre McAuley avec Slightly Haggard, l’exposition de machinerie qui devrait comporter de nouveaux venus, les manèges et sans oublier les expositions à l’édifice principal constituent l’essentiel de l’événement qui se déroule dans les deux langues. Mentionnons que le coût d’entrée donne accès à toutes les activités y compris les manèges.

Travaux centre de santé

Agrandissement du Centre de santé Cookshire

Les travaux d’agrandissement du Centre de santé de Cookshire devraient débuter au début du mois d’août, après les vacances de la construction. Toutefois, la partie clinique sans rendez-vous ne sera pas aménagée, pour l’instant, en raison du manque de financement.
La copropriétaire, Stéphanie Blais-Boilard, mentionne que le projet d’agrandissement se fera comme prévu. Cependant, la partie envisagée pour la clinique sans rendez-vous sera aménagée plus tard lorsque la somme nécessaire sera suffisante. La campagne de souscription populaire pour aménager cet espace n’a pas atteint l’objectif escompté. On souhaitait atteindre 250 000 $, mais il semblerait qu’on soit loin du compte. Mme Boilard ne désespère pas pour autant. La collecte de fonds se poursuit auprès des entreprises, des municipalités et de la population. Le concert-bénéfice de Noël est toujours au calendrier. Mme Blais-Boilard ajoute que le concert du dimanche prévu pour les enfants sera offert gratuitement.
Rappeleons que le bâtiment, communément appelé le château Pope, abrite l’entreprise Omnimed.com et le Centre de santé Cookshire. L’agrandissement permettra à ces derniers de mieux s’épanouir. Pour le Centre de santé, Mme Blais-Boilard précise que l’agrandissement permettra d’accueillir de nouveaux professionnels qui offriront un service d’ergothérapie et de physiothérapie.
Mentionnons que l’agrandissement prévu est de 1097 m2. L’entrepreneur Tijaro Ltée est retenu pour effectuer les travaux qui devraient s’échelonner sur une période de cinq à six mois.

Moisson hsf

Le Bar à poutine de Moisson HSF amasse 6 000 $

La participation de plus de 600 personnes lors du Bar à poutine, tenu à l’aréna Robert-Fournier d’East Angus, a permis de récolter quelque 6000 $ pour l’organisme Moisson Haut-Saint-François (HSF).
L’activité de financement a réjoui Katia Palardy, directrice chez Moisson HSF. « Merci aux partenaires, commanditaires et aux clients présents cette journée-là. » Elle offre un merci particulier aux 25 bénévoles auquel sans eux, l’évènement aurait eu lieu. Mme Palardy profite de cette occasion pour informer les citoyens que Moisson HSF offre maintenant un nouveau point de distribution à La Patrie, permettant ainsi que desservir les familles du secteur plus près de chez eux.

Concert classique

Fondation du CSSS du HSF

À sa 15e édition, le concert classique au profit de la Fondation du Centre de santé et des services sociaux du Haut-Saint-François a toujours sa place et est fort apprécié du public. Encore cette année, la pittoresque église Trinity Church à Cookshire-Eaton était remplie presque au maximum pour l’occasion.
C’est dans une atmosphère détendue que les artistes ont interprété diverses pièces. Elles prenaient le temps d’expliquer l’époque et l’esprit dans lesquels étaient composées les pièces. Mme Breton a même pris le temps d’expliquer la nature et le fonctionnement de son instrument, le basson. Myriam Genest-Denis, l’architecte du spectacle, a profité de l’occasion pour présenter deux jeunes artistes fort prometteuses qui se sont signalées en remportant la première place dans leur catégorie au concours soliste de Victoriaville en plus de décrocher la médaille d’or au concours de musique de Sherbrooke. Les deux sœurs Léanne, flûtiste, et Marie St-Onge, pianiste, en ont surpris plusieurs par leur maîtrise de leur instrument respectif.
Fière d’en être à la 15e édition, Myriam Genest-Denis avoue « je n’avais pas de plan à long terme quand on a commencé. Au fil des années, on s’est rendu compte que ça allait bien, les gens aimaient ça. » L’artiste mentionne faire un effort pour varier les instruments d’une année à l’autre. Elle aime faire découvrir les instruments et présenter leur potentiel à travers des solos. Bien que ça ne soit pas dans ses plans, la jeune femme originaire de Cookshire-Eaton souhaite que les concerts se poursuivent une fois qu’elle aura tiré sa révérence.
Évidemment heureux de constater la réponse du public, le président de la fondation, Michel Besner, y est allé de remerciements bien sentis. « Merci à vous tous de supporter le concert depuis 15 ans. C’est un gros morceau pour la fondation. » D’ailleurs, le président mentionne que les sous amassés ont permis l’aménagement d’un salon des familles au CHSLD d’East Angus ainsi qu’au CHSLD à Weedon. « Ce salon accueillera les proches et les familles des résidents pour leur permettre de se retrouver ensemble, de vivre leurs émotions lors de la fin de vie de l’être cher, tout en préservant davantage leur intimité. » La fondation a également procédé à l’achat d’une chaise d’aisance et de douches pour la clientèle avec troubles posturaux importants en CHSLD. L’ajout d’un matelas de type curatif favorisant le processus de guérison de plaies ainsi que le traitement de la douleur s’ajoute aux acquisitions permettant d’améliorer le confort des patients.
Malgré les années, M. Besner mentionne que la fondation a besoin de se faire connaître. L’organisme regroupe huit personnes au sein de son conseil d’administration provenant de divers secteurs du territoire. Chaque année, la fondation recueille un montant approximatif de 25 000 à 29 000 $ via diverses activités de financement comme le concert, le tournoi de golf et la vente de billets pour le tirage du VR à l’échelle du CIUSS de l’Estrie – CHUS.
Dans un autre ordre d’idée, Gilles Denis, mécène bien connu en région, a rendu hommage au maire sortant de Cookshire-Eaton, Noël Landry, pour son implication et sa volonté à rendre les projets culturels réalisables au sein de la municipalité. M. Denis a remis au nom de la famille Genest-Denis une plaque produite par le sculpteur Robert Peloquin.

Leucan

Cookshire-Eaton Shaved Head Challenge raised $2790

The day was drizzly, but voices were cheering and hands were clapping as hairdresser Stéphanie Phaneuf shaved 15 heads, one after the other. It was the Shaved Head Challenge for Leucan under a tent at the Castonguay Park in Cookshire-Eaton on July 8. The goal was to raise $2000, but that aim proved to be modest. In all, the event raised $2790 to help offer services and support research for children with cancer.
First under the razor was Louis Laroche, followed by six other members of the Cookshire-Eaton Agglomeration’s firefighters. The price on the head of Sylvie Lapointe, District 6 municipal councillor for Cookshire-Eaton, was $1000, and she too was shaved. Other volunteers included Jayden McBurney, age 7, Isaiah Mosher, age 10, Evan Lloyd, age 11, and Devin Coleman, age 13.
The challenge took place following the annual softball tournament for youth. Some 200 persons, young and old, enjoyed the ball games, music, an inflatable play area, rides, games, balloons, hot dogs and more. Between games, First Responders and Fire Fighters gave a demonstration of an emergency rescue, using a wounded dummy whose plastic intestines were spilling out, and whose leg was hemorrhaging. « He’s a lucky guy », said Yvon Laroche, captain of the fire station in Sawyerville.
This was the first Shaved Head Challenge organized by the Firefighters, Cookshire-Eaton, IGA Cookshire and La Relève du Haut-Saint-François.
« It was a great result », said the Leucan project leader, Sara-Maude Parr-Boucher. « Thanks to all ! We hope to do this again next year, with even more participants. »

Leucan

Le Défi têtes rasées de Cookshire-Eaton a amassé 2790 $

La journée était bruineuse, mais on entendait des voix d’encouragement et des mains applaudir lorsque la coiffeuse Stéphanie Phaneuf rasait 15 têtes, une après l’autre. Le 8 juillet, c’était le Défi têtes rasées Leucan sous la tente au parc Castonguay à Cookshire-Eaton. L’objectif qui était d’amasser 2000 $ s’est avéré modeste. Au total, l’événement aura permis de recueillir 2790 $ afin d’aider à offrir des services et à soutenir la recherche pour les enfants atteints de cancer.
Louis Laroche a été le premier sous le rasoir, suivi de six autres membres des pompiers de l’agglomération Cookshire-Eaton. Le prix de la tête de Sylvie Lapointe, conseillère municipale du district 6 de Cookshire-Eaton, était de 1000 $ et elle aussi a été rasée. Parmi les autres volontaires: Jayden McBurney, 7 ans, Isaiah Mosher, 10 ans, Evan Lloyd, 11 ans, et Devin Coleman, 13 ans.
Le Défi a eu lieu après le tournoi annuel de balle molle pour les jeunes. Parties de balle, musique, aire de jeux gonflables, manèges, jeux, ballons, hot-dogs et plus encore ont réjoui quelques 200 personnes, petits et grands. Entre les jeux, les premiers intervenants et les pompiers ont fait une démonstration d’un secours d’urgence à l’aide d’un blessé mannequin dont les intestins en plastique se répandaient et la jambe était en hémorragie. « C’est un gars chanceux », a déclaré Yvon Laroche, commandant de la caserne des pompiers à Sawyerville.
C’était le premier Défi têtes rasées organisé par les sapeurs-pompiers Cookshire-Eaton, IGA Cookshire et La Relève du Haut-Saint-François.
« C’est un beau résultat », a déclaré la chargée de projet pour Leucan, Sara-Maude Parr-Boucher: « Merci à tous ! Nous espérons le refaire l’an prochain avec encore plus de participants. »

Fete canada Bury

La fête du Canada de Bury

Encore cette année, la fête du Canada a été soulignée de façon mémorable. Les citoyens du grand Haut-Saint-François se sont rassemblés à Bury afin de participer ou d’assister aux diverses activités proposées tout au long du week-end.
Dès le vendredi soir, les festivités ont débuté en musique au parc Memorial. Tôt le samedi matin, la municipalité grouillait d’activités: tournoi de pêche, déjeuner crêpes et saucisses, marché aux puces et bien sûr la traditionnelle grande parade. Défilant sur la rue Main, des cow-boys et cow-girls en montraient plein la vue avec leurs belles montures. Des petits animaux de la ferme, des véhicules modifiés et des chars allégoriques étaient magnifiquement bien décorés. À la toute fin, séduisant le public, un nombre impressionnant de vieilles voitures et de camions d’époque ont paradé, captivant tant les petits que les grands. La journée s’est poursuivie dans un esprit de fête malgré le temps maussade où plusieurs activités se sont déroulées jusqu’à tard en soirée. À l’occasion de la fête du Canada, les spectateurs étaient nombreux à s’entasser sur les abords de la rue Main à l’occasion de la grande parade de Bury.

Claims

Un prospecteur de Cookshire-Eaton entame le creusage de claims

Le prospecteur de Cookshire-Eaton, Ralph Lavers, jubile, car il a en sa possession le précieux papier qu’il attendait du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, l’autorisant à creuser deux claims pour lesquels il entrevoit un fort volume de potasse et de pierres précieuses. D’ailleurs, il est à la recherche de partenaires pour entreprendre ces travaux qui pourraient s’échelonner sur deux ans.
« Je vais creuser ces deux claims. Je vais faire deux forages. Il y a deux ou trois Américains intéressés de s’associer, mais je suis à la recherche d’une compagnie ou de partenaires. Je vais continuer à creuser même si je suis seul », lance M. Lavers avec détermination. Ce dernier a la ferme intention de creuser sur une superficie de 200 acres. Il est convaincu de la richesse du gisement. Selon des prélevés effectués par des géologues, M. Lavers estime à 800 000 tonnes le volume de potasse réparti sur 700 acres de terres privées situées près de Laurel dans les Laurentides. Il ajoute qu’un autre dépôt de diamants et pierres précieuses s’y trouverait. « Je vais forer et prendre des échantillons. »
M. Lavers en était à sa cinquième demande pour creuser ces claims. Les requêtes antécédentes avaient été suspendues en raison d’une disposition dans la loi. Cette fois-ci, ça semble la bonne. Toutefois, le prospecteur doit se plier à plusieurs règles. L’exploitation à grande échelle ne semble pas pour demain, mais M. Lavers travaille sur le projet depuis plus de 35 ans

actualite

Élections municipales

C’est dans le but d’informer les personnes intéressées à faire le saut en politique municipale que la MRC du Haut-Saint-François offre une journée de formation. L’objectif, d’exprimer le préfet Robert G. Roy, est de faire connaître le rôle et les responsabilités des élus en regard des exigences et défis actuels.
Il s’agit d’une première pour la MRC. « Quand on va en politique, il y a des comptes à rendre, des rencontres, des comités. Les élus sont redevables à la population. C’est important de savoir dans quoi ils s’embarquent. On veut être sûr que la personne ne lâchera pas après un an parce que ce n’est pas ce qu’elle pensait », d’exprimer M. Roy.
Au cours de cette journée qui sera animée par Claude Himbeault, formateur professionnel, les participants seront initiés à une foule d’éléments que ce soit la réglementation municipale, l’engagement et la disponibilité d’un élu, son rôle au sein d’un conseil municipal et bien d’autres aspects. « On veut que les gens connaissent le rôle d’un élu », d’insister le préfet.
La journée se tiendra le 9 septembre prochain de 8 h 30 à 16 h 30 si le nombre minimum de participants est atteint. Le coût est de 64 $ par personne incluant le dîner et collation. Les personnes désireuses de s’inscrire peuvent le faire en communiquant avec Lyne Gilbert à la MRC du Haut-Saint-François, au plus tard le 16 août prochain.

Eaton Corner1867

AUGUST 13, 1867

Time warp: Eaton Corner 1867 channels you back in time to, you guessed it, 1867, in celebration of Canada’s 150th. Enter the «time portal» this Sunday, August 13, from 11 a.m. to 5 p.m., at the Eaton Corner Museum, 374 Rte 253, Cookshire-Eaton. The Museum welcomes visitors to experience village life in Eaton Corner at the time of Confederation when it was a bustling village and a stage coach stop between Montreal, Quebec City, and New England.
Visitors will be treated to an experience of local history, including heritage craft demonstrations such as quilting, lace crocheting, knitting, timber framing, candle making, basket making and caning. Actors in period costume will portray village people from the time of 1867, taking on the roles of storekeepers, farmers, a blacksmith, schoolteacher, clergyman, postmaster, seamstress and more. Look for some of the actors and characters featured in the theatrical plays in previous years for the benefit of the Museum.
Monique Nadeau-Saumier, well-known historian, is to offer a bilingual presentation about Eaton Corner at the time of Confederation, highlighting some of the prominent residents from that era.
Nineteenth century agricultural methods such as plowing with horses will be demonstrated, and barnyard animals shown by local 4-H-ers. Visitors can hear live old-time music with called square dancing. And topping it off, in the Academy from 11 a.m. to 1 p.m., a light lunch will be sold by the Bulwer Community Centre. From 2 to 4 p.m., an afternoon tea service with homemade scones and jam will be sold by the Museum. Entry to the event is free, thanks to support from the Canada 150 Fund of Canadian Heritage.
The Eaton Corner Museum has a unique collection of 4000 objects, photographs, genealogical and archival materials depicting the life of the early settlers in this part of the Eastern Townships. Its permanent exhibition, A Tale of the Townships, inhabits the old Congregational church, and a temporary exhibit in the Foss House, Housewife Heroines, highlights contributions by women during World War II. The Museum is open Wednesday through Sunday, 11 a.m. to 4 p.m., until the end of August, on weekends in September, or by appointment for tours and genealogical research.Info: 819-875-5256, info@eatoncorner.ca, or www.eatoncorner.ca.
BEFORE
And before 1867, before the arrival of European settlers, who were here? Encyclopedia.com says some historians think the ancestors of the Abenaki nation arrived here about 3,000 years ago. When Europeans first arrived in the 1500s, the Abenaki population perhaps numbered 40,000. The next centuries saw the Abenaki people decimated by a series of wars between European powers and successive epidemics – typhus, smallpox, influenza, diphtheria and measles. By 1867, the Abenaki Confederacy had ended. After the American revolution, the population had dropped to about 1000, says Wikipedia. In the 2000 US census, 2,544 persons identified themselves as Abenaki, and 2,164 did so in the 2006 Canada census. To our shame.
BEAR
Bear meat is on the menu at the indigenous-style méchoui in Saint-Mathias-de-Bonneterre on Saturday, August 19. So is chicken and pork, prepared overnight in a cooking pit in the ground. The meal begins at 5:30 p.m., following the Flèches filantes archery tournament. Music with a chansonnier continues into the evening. The event is at the park and community centre located at 2010 Route 210 East. All are welcome. Info: 819-889-2558.
CRUISE
The Municipality of Newport invites its residents to enjoy a three-hour cruise and a gourmet lunch on the Lake Memphremagog aboard Escapades Memphrémagog’s new cruise boat, the Grand Cru. The cruise is on Saturday, August 26, but NOW is the time to register for the event. The price for adults is $88; for children, $56. Info: 819-889-1340 or 819-560-8565.
MARKET
The Village Market at the Sawyerville Community Garden is open every Saturday from 10:30 a.m. to 12:30 p.m. It features local, fresh produce without pesticides or artificial fertilizers, and specialties such as venison from the Sabot d’Or farm, sheep and goat cheeses, honey, herbs, and many kinds of vegetables. The herbalist Chantale Parent is there, and so are various musicians and even a sandbox for children to play in. In the outdoor oven every second week is prepared hot fresh pizza, and the other weeks are baked scones or other treats. Check out the berry bushes. The market continues until the end of September, in the heart of the Community Garden at 70 Randboro Road. Info: Chantal Bolduc at chantalbolduc99@bell.net or 819-889-3196.
FROZEN MEALS
Services in English are taking a summer break at the Centre d’action bénévole du Haut-Saint-François, to return on August 21. But no need to go hungry: The bi-weekly frozen meals on wheels service will continue throughout the summer. Also, all services will still be available in French. Just call 819-560-8540 on Monday to Thursday, 9 a.m. to noon or 1 to 4 p.m., or Friday, 9 to 11:30 a.m. You can reach the coordinator of English services, Diane Grenier, on Tuesdays, August 8 and 22, and September 5, at 819-560-8540 option 9, or by email at coordo@cabhsf.org.
CHURCHES
Anglican. On August 13 the Sunday service is in Bury at 10:30 a.m., followed by a Cemetery Flower Service at St. John’s Church in Brookbury, at 2 p.m. On August 20 at 10:30 a.m., the service is also in Brookbury. Info: 819-887-6802.
United. The Sunday service on August 13 is in Cookshire, and on August 20, in Sawyerville. Both are at 10:30 a.m. Info: 819-889-2838 (listen to message).
Baptist. In Sawyerville, the Sunday worship service is at 9 a.m. in French, and 11 a.m. in English. Sunday school is at 10 a.m. in English and French. Info: 819-239-8818.
Do you have news to share? Call 819-300-2374 or email ra.writes@gmail.com by August 13 for publication August 23 and by August 28 for September 6.

La Passerelle

Construction du Centre de femmes La Passerelle à Cookshire-Eaton

Les travaux de construction du futur milieu de vie du Centre de femmes du Haut-Saint-François La Passerelle à Cookshire-Eaton vont bon train et si tout va bien, les utilisatrices pourraient prendre possession des nouvelles installations en octobre prochain.
C’est du moins ce qu’a laissé entendre l’entrepreneur, Jérémie Houle, lors de la pelletée de terre officielle tenue en juillet dernier. Les membres du conseil d’administration de l’organisme, le personnel, les sympathisantes et utilisatrices participaient à l’événement. Andrée, intervenante au Centre de femmes, mentionne qu’un nouveau local était devenu nécessaire. « Les travailleuses étaient à l’étroit et c’était difficile d’obtenir la confidentialité des femmes dans le besoin. » Cette dernière précise que le point de service à Weedon demeure ouvert. « On continue d’offrir un service et assurer une présence à Weedon », d’insister Andrée.
L’organisme a obtenu un bon coup de pouce de la municipalité de Cookshire-Eaton pour s’établir. Le maire Noël Landry mentionne que la municipalité a offert le terrain plus la connexion avec les services et une exemption de taxes pour une période de cinq ans. La résidence d’une superficie de 26 x 32 pieds comprendra un sous-sol et un rez-de-chaussée. Les bureaux du personnel seront situés à l’étage inférieur. On retrouvera au rez-de-chaussée un espace d’accueil et un bureau avec ordinateur sera mis à la disposition des femmes. Une petite cuisine avec îlot créera un lieu propice à l’échange. Une grande pièce, la salle collective avec tables et chaises permettant la tenue d’activités éducatives et ateliers, sera aménagée. « On va avoir des espaces où les femmes pourront laisser leur création, leurs paroles », d’exprimer Andrée. À l’intérieur de la maison, on retrouvera le mur de la solidarité. Les responsables souhaitent rendre la résidence accessible à tous. Une rampe d’accès sera aménagée.
Le Centre de femmes La Passerelle vient en aide à toutes les femmes du Haut-Saint-François incluant les adolescentes. Il offre un large éventail de services et de références, du support, de l’accompagnement en plus de travailler à contrer la pauvreté et la violence faite envers les femmes. Suzelle, membre du conseil d’administration de l’organisme, témoigne de l’importance de cette ressource pour les femmes. « J’ai vécu des épreuves et si je n’avais pas eu La Passerelle, je ne sais pas comment j’aurais fait. C’est important de briser l’isolement. C’est un lieu de rendez-vous extrêmement important. »
Financement
Une campagne de financement est en cours afin de recueillir les fonds nécessaires. Les municipalités de La Patrie, Scotstown, Saint-Isidore-de-Clifton, Centraide, le député Ghislain Bolduc, l’Afeas de Cookshire, les Caisses du Nord du Haut-Saint-François et des Hauts-Boisés, Grondin Guilbeault Fontaine notaires et les membres de l’organisme ont déjà contribué à la campagne. D’autres initiatives populaires seront mises de l’avant. Le personnel et les membres de La Passerelle souhaitent bien prendre possession de leurs nouveaux lieux de travail vers le 20 octobre prochain.

Micro brasserie

Caution de 1,4 M$ de la ville pour le bâtiment de la microbrasserie

Annoncée en janvier dernier, la construction de la microbrasserie à Cookshire-Eaton tarde à se concrétiser. La réalisation du projet évalué à 3,4 M$ n’est pas encore certaine. Le conseil municipal a adopté à la majorité de 4 contre 2 d’autoriser le cautionnement pour un montant de 1,4 M$ pour la Corporation de développement Cookshire-Eaton Innovation, chargée de construire et louer le bâtiment. Toutefois, la procédure exige la tenue d’une signature de registre. La population risque donc d’avoir le dernier mot. Trois séances publiques d’information sont prévues les 8, 9 et 10 août à compter de 19 h 30 aux centres communautaires de Sawyerville, de Johnville et à la salle Guy-Veilleurx de Cookshire.
C’est lors d’une séance spéciale qui a duré plus d’une heure et demie et à laquelle participaient les membres de la Corporation de développement Cookshire-Eaton Innovation, une représentante de Cœur Villageois, des gens d’affaires et les promoteurs que les élus ont pris le vote. Le conseil municipal avait déjà adopté une résolution cautionnant le projet en mai dernier. Toutefois, il a dû reprendre l’exercice selon la Loi sur les immeubles industriels municipaux puisque le montant prévu dépasse 1 % des dépenses du budget municipal qui s’élève à près de 8,5 M$. En fait, le montant de la caution représente 16 % du budget annuel d’où le processus en cours.
La majorité des intervenants ont manifesté leur appui au projet en précisant les retombées économiques et autres. Céline Blais, présidente du comité Coeur Villageois, a rappelé l’importance de la microbrasserie comme produit d’appel au niveau touristique et le lien avec le Coeur Villageois. Elle ajoute que Tourisme Cantons-de-l’Est prévoit déjà un circuit Le tour des brasseurs des cantons dans lequel pourrait s’inscrire la future brasserie des 11 comtés. « Ça nous amène des gens ici », lance-t-elle. Homme d’affaires impliqué dans son milieu, Gilles Denis soutient le projet. « Je ne sais pas comment ils ont fait. Ça prend des gens solides pour convaincre tous les intervenants économiques qui appuient le projet. Je suis impressionné. C’est le plus beau projet que j’ai vu. La microbrasserie s’accroche bien à la locomotive de Coeur Villageois. »
Un des quatre promoteurs, Sébastien Authier, a fait lecture d’une lettre d’appui de l’UPA Estrie qui souligne l’apport de l’entreprise pour les producteurs agricoles de l’Estrie et du Haut-Saint-François. M. Authier mentionne qu’un agriculteur du territoire fait déjà pousser des herbes en prévision de la microbrasserie. Tourisme Haut-Saint-François appuie également le projet en soulignant que l’agroalimentaire, notamment le plaisir de la table, est un des créneaux porteurs en matière touristique. En réponse à la conseillère Sylvie Lapointe, le promoteur mentionne que des efforts sont déployés afin d’assurer un maximum de retombées avec les entreprises locales au moment de la construction. L’entrepreneur Gératek aurait déjà contacté un entrepreneur local, de mentionner M. Authier.
Soirée d’information
L’idée de tenir des soirées d’information sur la nature du projet a semblé rallier la majorité. M. Authier de concert avec la Corporation de développement Cookshire-Eaton Innovation, qui est chargée de livrer le bâtiment, s’engage à tenir des séances publiques d’information sur le projet. « Les promoteurs, on sera sur place pour répondre aux questions. Comme est-ce qu’on est capable d’affronter ce risque ? Le but est de convaincre les gens que le risque financier est raisonnable », d’exprimer M. Authier. Marc Turcotte, membre de la corporation de développement, souligne l’importance de tenir cet exercice. « L’impact économique est intéressant. Par contre, il est important de donner l’information pour que les gens s’accaparent le projet. Il y a une crainte face au registre, mais si on donne l’information, ça va faire vivre le projet », précise-t-il. Le conseiller Pierre «Pete» Lachance en a fait une condition pour voter en faveur de la caution. D’ailleurs, chaque conseiller s’est exprimé sur le projet avant le vote. Les élus Amanda Hamel et Yvan Tremblay ont mentionné les raisons motivant leur désaccord. Mme Hamel croit que le développement doit incomber à la corporation de développement sans impliquer financièrement la ville. M. Tremblay mentionne qu’il est d’accord avec le projet, mais que le montage financier impliquant la municipalité à la hauteur de 1,4 M$ pour 100 % du volet bâtiment ne lui convenait pas. Les autres conseillers ont tous souligné l’importance et l’apport du projet pour la communauté. Précédent le vote, Vincent Cloutier, consultant senior à la Corporation de développement Cookshire-Eaton Innovation, a rappelé que les élus étaient déjà au fait du dossier et des ajustements effectués en cours de route. Mentionnons que les termes du bail prévoient notamment une location pour une période de cinq ans à raison de 8 000 $ par mois avec option d’achat.
Au terme de la rencontre, le maire de Cookshire-Eaton Noël Landry s’est montré satisfait, mais n’a pas été tendre envers les élus qui ont manifesté leur opposition. « Je ne comprends pas que les gens ne fassent pas tout ce qui est à faire pour sauvegarder le projet de 3,5 M$. On ne peut pas balayer ça pour une question de caution. La ville cautionne la corpo qui est propriétaire du terrain et du bâtiment. La corpo n’ayant pas d’actif, l’institution financière lui demande une caution de la ville. »
Registre
Mentionnons que la signature du registre se tiendra le 14 août de 9 h à 19 h à l’hôtel de ville de Cookshire-Eaton. Seulement les personnes s’opposant à la résolution de cautionnement doivent signer le registre. Si le nombre de 416 opposants est atteint, le conseil municipal devra trancher s’il va en référendum sur la question ou abandonne. Le maire Landry a laissé entendre que l’organisation d’un référendum engendrait des coûts de 10 000 $. « La municipalité n’embarquera pas là-dedans », complète-t-il.
Promoteurs
Entouré des autres promoteurs, Martin St-Pierre, Mathieu Garceau-Tremblay, Émilie Fontaine, M. Authier se dit satisfait de la rencontre même si le processus entraîne des délais, du stress et de l’anxiété additionnelle. Pour M. Authier, il est important que la population soit informée. « C’est une bonne occasion pour présenter le projet et en parler avec la population. » Le groupe semble confiant quant à la réaction de la population. Dans l’hypothèse que le projet soit accepté, la construction pourrait débuter vers septembre. Cela aura pour impact de retarder la production et de rater la période lucrative des fêtes. Un des membres mentionne qu’il existerait 170 microbrasseries au Québec, un marché en pleine expansion et seulement quelques-unes auraient fermées pour des raisons financières. Les promoteurs insistent pour dire que leur intention n’est pas que de produire, mais de s’établir dans le Haut-Saint-François. « Nous, on veut être là pour les 50 prochaines années et plus. » Mentionnons que le couple de Mme Fontaine et M. Authier demeure à Weedon.

Musique aux sommet

Musique aux Sommets à Chartierville

Tout est prêt pour la deuxième édition de Musique aux Sommets. La petite communauté de Chartierville s’affaire à faire briller les maisons et préparer les terrains pour accueillir les milliers de visiteurs qui viendront découvrir ce coin de pays au rythme des spectacles et de l’Orchestre symphonique de Sherbrooke (OSS), du 18 au 20 août prochains.
Les festivités se mettront en branle dès le vendredi soir sous le chapiteau avec Kim Richardson, accompagnée de musiciens de l’OSS dans le cadre d’une soirée jazz. Le samedi sera fébrile en activités avec le spectacle dansant, suivi du souper et des jeux forains. Mais plus tôt en après-midi se déroulera la parade impliquant plusieurs chars allégoriques représentant diverses municipalités du territoire. Des kiosques aux abords de la rue Principale présenteront la beauté de leur territoire respectif. Quant au village allemand, il devrait présenter une vingtaine de kiosques avec divers artisans qui offriront leurs produits pour l’occasion. Une sorte de course au trésor sera mise de l’avant et permettra de découvrir les kiosques et autres tout en s’amusant.
Nouveauté cette année sera la visite du Musée du village tenue par la famille Côté. Quant aux amateurs d’art, ils auront l’opportunité de faire un saut à la Galerie André Philibert, qui sera ouverte pour l’occasion. Tout au long de la fin de semaine, les visiteurs auront l’opportunité de chercher le secret de la côte magnétique ou de rechercher des pépites à la mine d’or sans compter la découverte des sentiers équestres, la Route des Sommets et autres.
Les activités avec kiosques se poursuivent le dimanche alors que l’artiste Marie Onile, participante à La Voix, se produira en spectacle au cours de l’après-midi.
Pour les personnes désireuses de s’installer au village pour quelques jours, cela ne semble pas poser problème puisque des chambres, des résidences, chalets champêtres et camping sont disponibles. Pour obtenir de plus amples informations et savoir le coût des billets ou le passeport, il suffit de visiter le site
chartierville.ca.

Jardins de Fernand

Les Jardins Vivaces de Fernand

À l’occasion du 150e anniversaire du Canada, les Jardins Vivaces de Fernand, situés aux abords de la route 112, à Westbury, ont reçu les honneurs et se sont vu décerner la désignation Expérience jardin Canada 150.
Parmi toutes les candidatures recueillies à travers le pays, quelque 150 jardins et lieux aménagés ont été sélectionnés. Pour le secteur, c’est pour les Jardins Vivaces de Fernand que le jury a arrêté son choix. Cette prestigieuse mention a été décernée par le Conseil canadien du jardin en collaboration avec l’Association canadienne des pépiniéristes et des paysagistes. La mention vient reconnaître l’expertise et les efforts que le couple, Lise et Fernand Gosselin, a consacrés depuis plus de 23 ans.
Sans que nous nous en rendions compte, chaque année, des visiteurs de partout dans le monde viennent expressément rencontrer Mme Lise et M. Fernand à leurs jardins. Le site est reconnu mondialement et est sur la route touristique des fervents amateurs de plantes et d’aménagements.
Plus de 100 000 plants, comptant 2500 variétés uniquement des vivaces y sont aménagés. Pour le couple, sensibiliser la population au gaspillage d’eau et aux insectes pollinisateurs afin de préserver notre belle nature est essentiel. Allez profiter d’une belle journée en leur compagnie, les Jardins Vivaces de Fernand sont ouverts toute la saison estivale au 480, route 112, Westbury. Retrouvez-les au www.jardinsvivacesdefernand.com 819 832-2714.

actualite

Récolter ses Souvenirs de cueillette

L’arrivée des fraises signale le lancement de la campagne Souvenirs de cueillette. Pour une deuxième année, une quarantaine de producteurs de la région offrant de l’autocueillette s’unissent pour inviter la population à venir cueillir dans leurs champs. En juin, la cueillette commence avec la camerise et la fraise et la campagne se poursuit jusqu’en décembre avec la coupe d’arbres de Noël.
Cette année, la promotion de l’autocueillette adopte un nouveau slogan avec l’appellation Souvenirs de cueillette, qui remplacera en toute continuité Créateurs de souvenirs, utilisé l’an dernier. « Cette nouvelle signature donnera à la campagne une signification encore plus forte avec le mot “cueillette” mise en évidence », explique Isabelle Hauver de l’entreprise La Fruitière des Cantons.
Afin de bien guider les consommateurs dans leur approvisionnement en fruits et légumes, des alertes-récoltes seront publiées régulièrement sur la page Facebook de Créateurs de saveurs Cantons-de-l’Est, qui est la page officielle de la campagne. Il sera ainsi facile de savoir quand chaque production débutera d’un mois à l’autre. « La visibilité sur le Web permettra de rejoindre les jeunes familles qui sont la clientèle cible du projet », ajoute Richard Wera de la Ferme Wera.
Pour découvrir quel producteur offre quels produits, un dépliant a également été imprimé en 40 000 exemplaires et sera distribué chez les producteurs et dans divers endroits touristiques de la région. Ce dépliant fournit également le calendrier de récolte des 20 cultures offertes en autocueillette par les producteurs.
Pour favoriser la visibilité de l’autocueillette, l’UPA mettra en valeur les différentes productions aux couleurs de Souvenirs de cueillette sur son panneau lumineux dans Rock Forest tout au cours de la saison et Tourisme Cantons-de-l’Est a consacré une page du guide touristique de la région à la campagne.
Finalement, un concours permettant de gagner des tournées d’autocueillette se déroulera jusqu’en décembre. Tous les détails se retrouvent sur createursdesaveurs.com.
Liste des producteurs participants du Haut-Saint-François à Souvenirs de cueillette:
Bec Bleu
Cookshire-Eaton (Johnville)
Bleuetière Chez Dan
Bury
Cerisaie Passions Cerises
Bury
Ferme Au Pré Bleu
Ascot Corner
Ferme Horti-Plus
Westbury
Ferme Les 3 Pouces Verts
Cookshire-Eaton
Fraisière Bibeau
Weedon
Jardin des Iles
Ascot Corner
Plantation Steve enr
Cookshire-Eaton
Ce projet a été réalisé grâce à la participation financière du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), Direction régionale de l’Estrie, en collaboration avec la Fédération de l’UPA-Estrie, Tourisme Cantons-de-l’Est et le Conseil de l’industrie bioalimentaire de l’Estrie (CIBLE).

©2020 Journal Le Haut-Saint-François