Marché public Scotstown

Le Marché public de Scotstown vous attend

Tout l’été, le Marché public du Boisé de Scotstown, situé au parc Walter MacKenzie, accueillera les amateurs de produits frais. Plus de six producteurs offrent des produits variés comme des petits fruits, légumes de jardin, de l’agneau et viande de cerf rouge, de la boulangerie artisanale, des produits de la camerise, du fromage de chèvre et produits sans gluten. Les amateurs d’artisanat feront également de belles découvertes. Les visiteurs ont une belle occasion d’échanger avec les producteurs dans une atmosphère de détente et chaleureuse tous les vendredis de 16 h à 18 h 30.

Marché Westbury

Marché public de Westbury

Venez découvrir le savoir-faire des artisans et producteurs locaux, annoncent les organisateurs du marché public de Westbury, heureux de l’ouverture officielle. La saison estivale est entamée pour le marché public qui accueillera les passants tous les jeudis entre 16  et 18 h 30. Cet été, plus de 10 producteurs et transformateurs, majoritairement du Haut-Saint-François, offrent une grande variété de produits. Sur place, fruits et légumes frais, déjà de belles salades, des tomates, concombres, échalotes et bien plus vous attendent. Une vaste gamme de viande de différents producteurs est présentée, à la fois sauvage, traditionnelle ou plus spécialisée au grand bonheur des carnivores ! De plus, le marché est composé d’artisans en tout genre qui offrent pâtisserie, pain frais, produits de l’érable, fromage de chèvre, vins et même gâteries entièrement naturelles pour votre chien. Au courant de la saison, des évènements et activités sont proposés et cette année, en plus des dégustations, on vous laisse à la porte la recette du jour composée des produits locaux qui servira ensuite à faire un livre de recettes.
Les amateurs de vélo pourront pédaler le 6 juillet prochain sur le vélo à smoothie. Par ailleurs, la chef Véronique Carbonneau sera sur place le 13 juillet pour donner des conseils culinaires ainsi que des trucs pour cuisiner les produits du marché.
Suivez le marché sur la page Facebook. Le marché public de Westbury est situé au 166, route 112, à côté du bureau municipal.

Planification stratégique Weedon

Planification stratégique à Weedon

La Corporation Weedon milieu durable a profité du grand air, en juin dernier, pour convier la population à prendre connaissance de la nouvelle planification stratégique ainsi que les différents projets choisis, en voie de réalisation.
La démarche à laquelle les citoyens ont été impliqués a été dévoilée au grand jour. Les résultats dont le développement durable est au cœur des actions ont été concrétisés. On a présenté la démarche concernant la participation et la consultation aux citoyens, la mise en place du quartier durable, les intentions face à un parc industriel durable ainsi que les possibilités qu’offre la municipalité aux gens désireux de s’établir à Weedon. Les orientations ainsi que les axes stratégiques ont été définis et exprimés sur la valorisation de la participation citoyenne, la protection et la mise en valeur de l’environnement naturel, l’aménagement durable du territoire, le souhait d’être une municipalité modèle en donnant l’exemple par ses bonnes pratiques ainsi que le développement culturel et le savoir.
La participation et la consultation aux citoyens
Impliquées sur les orientations, la population et la municipalité ont travaillé conjointement lors de diverses consultations publiques. Cette approche innovante a permis aux résidents de s’exprimer sur différents points. On dénote que la municipalité et les résidents orientent leur avenir autour du développement durable. Pour les citoyens, une plateforme interactive est à leur disposition permettant ainsi l’accès à l’information et la possibilité d’émettre une opinion concernant différents projets en cours de réalisation. Dans l’optique de faire participer et d’impliquer davantage ses citoyens, un montant de 10 000 $ a été mis de côté au budget de l’année en cours. Il permettra la réalisation d’un projet voté, uniquement par la communauté.
Quartier durable
la ville désireuse d’être un modèle innovateur annonce la création d’un quartier durable établi en deux sections. D’un côté, un secteur accueillera des maisons écoresponsables. L’autre partie sera composée de constructions entièrement solaires, le tout dans le même secteur. « C’est le premier projet au Québec de quartier solaire », mentionne Marie-Ève Gagnon, qui a longuement travaillé sur l’élaboration du concept. « On est dans les leaders actuellement d’un quartier aussi bien défini, orchestré et organisé », soutient le maire Richard Tanguay. Il mentionne que les infrastructures ne sont pas encore toutes complétées, mais que tout est déjà planifié. Les terrains sont prêts et ont une superficie de plus ou moins 3000 m2. La municipalité mise sur son environnement naturel pour développer son avenir. Les résidences auxquels quelques modèles sont avancés sur le site de la ville, présentent des habitations pouvant être 100 % autonomes et certifiées LEED platine. Une maison modèle s’installera d’ailleurs au courant de l’été. Au total, les nouveaux propriétaires profiteront de 13 acres dans un environnement boisé auquel on prévoit la création d’un jardin collectif, et ce, à deux pas des commodités.
Un nouveau parc industriel
Profitant de son positionnement territorial stratégique, la municipalité désire développer davantage son secteur industriel, le tout dans l’optique de création d’emplois. Plusieurs terrains à coût avantageux seront à la disposition de futures entreprises. Poursuivant sur ses valeurs durables, Weedon prévoit un parc sous le même thème et est prête à recevoir des entreprises aux initiatives vertes et innovantes s’installer. De plus, un centre expérimental, dont la spécialité est d’approfondir les connaissances dans la recherche sur la culture de chanvre verra sous peu le jour.
S’établir à Weedon
la nature, l’environnement composé de lacs et cours d’eau ainsi que les différents services et organismes que l’on retrouve, en plus d’être reconnu comme un milieu sécuritaire, font de la municipalité de Weedon un endroit où il fait bon vivre. Attirer les familles et l’entrepreneuriat est un élément fondamental auquel la ville consacre plusieurs efforts. La localité offre un appui pour la population, en vue de créer une niche de qualité. En lien avec sa politique familiale, la municipalité offre une formule pour toute personne ou entreprise souhaitant s’y installer. Des subventions ou initiatives financières sont offertes pour encourager et dynamiser le milieu. Des sommes sont allouées entre autres, pour les nouvelles naissances, l’utilisation de couches lavables, la construction LEED ou écoénergétique d’une résidence auquel des montants allant jusqu’à 4000 $ peuvent être versés, souvent en partenariat avec la Caisse du Nord du Haut-Saint-François.
Vous êtes invité à visiter le site de Weedon au https://weedon.ca/ pour obtenir de plus amples renseignements, ou contactez la municipalité au 819 560-8550.

Parchemin

Un spectacle de fin d’année amusant

Les élèves de l’école du Parchemin, côté Collège, à East Angus, se sont bien amusés lors de la présentation du spectacle de fin d’année qui mettait en vedette des élèves de 3e jusqu’à la 6e année, ainsi que les classes adaptées. Danse, chant, magie, musique, tout y était. Le spectacle avec maîtres de cérémonie était le fruit d’une préparation minutieuse. Un comité d’enseignants a choisi les numéros lors d’auditions préalables. Nous apercevons certains élèves en pleine action. D’autre part, mentionnons que la directrice de l’école du Parchemin, Angèle Desgagnés, quitte son poste et cumulera de nouvelles fonctions du côté de Coaticook.

actualite

Le Rock & Blues de La Patrie

Le Rock & Blues de La Patrie est de retour pour une quatrième année consécutive. L’évènement se déroulera le samedi 29 juillet à l’Abri-Bois, au grand plaisir des fervents amateurs de band live.
Dès 13 h jusqu’à 1 heure du matin, beau temps, mauvais temps, la foule est attendue sur le site, à l’abri des intempéries. La journée est sans contredit la plus grandiose, euphorique et festive des rassemblements de musiciens, groupes professionnels et amateurs de l’année. Et pour l’heure, quatre groupes offrant des prestations pour tous les goûts et les âges monteront sur la scène.
Profitant de sa tournée à l’occasion de son 20e anniversaire, le Mercedes Band, tiré de la populaire heure JMP avec Jean-Marc Parent, s’arrêtera à La Patrie. Le groupe BJX rendra hommage à Bon Jovi et Greenwoods & the Grass offrira des pièces suivant le thème, au style blues entremêlé de rock. Les premiers à monter sur scène devraient être le groupe originaire de La Patrie, Les Acolytes Anonymes. Il est composé de six musiciens et chanteurs du coin soit Camil Jette, guitariste et vocal, Dave Leblanc à la base, Denis Ferland, claviériste, son fils Léo à la guitare électrique, John Forsythe aux percussions, à la musique à bouche ainsi qu’au vocal et le dernier, mais non le moindre, Mathieu Poulin à la batterie.
Désireux de donner au suivant, le comité organisateur dont Mathieu Poulin fait partie avec sa conjointe Caroline Tessier ainsi que Dave Leblanc et sa copine Annie Croteau, a choisi de verser tous les profils recueillis à l’école Notre-Dame-de-Lorette. M. Poulin explique que la direction de l’établissement scolaire leur a fait part que les sommes amassées pourront servir à la réalisation de deux projets, soit informatiser davantage les classes ainsi que faire l’achat de matériel sportif.
Pour permettre cette réalisation, les fonds proviendront des montants récoltés de la vente de billets d’admission au coût de 20 $ pour les 14 ans et plus, des ventes de la cantine qui sera sur place pour offrir frites, hot dogs, hamburgers ainsi que des boissons désaltérantes et alcoolisées. Des billets à 10 $ pour le tirage d’une guitare Godin Seagull seront en vente dans différents points de service de la région et sur place le jour de l’évènement.
Pour de plus amples informations, vous pouvez communiquer directement avec le comité organisateur au 819 888-1154 ou au 819 237-6779.

Parchemin d'or

Des Parchemins d’or au gala

En juin dernier, l’école primaire du Parchemin, côté Collège, a célébré tout en musique, à l’occasion de son Gala de fin d’année. Pour l’occasion, quelques étudiants s’étant démarqués dans diverses catégories ont reçu un Parchemin d’or, fabriqué par les élèves de la micropulperie.
Un concert de musique était offert du même moment par l’ensemble des élèves de chaque niveau. Angèle Desgagnés, directrice de l’établissement, a profité du moment pour souligner l’engagement de son personnel enseignant, dont Mme Isabelle Pomerleau, enseignante en musique. La directrice explique le parcours et l’évolution musicale à l’école du Parchemin, passant du violon la première année, au piano et la guitare, cette année, grâce au dévouement de son enseignante. « Depuis dix ans, les élèves avec Mme Isabelle ont fait quatre disques qui donnent des résultats extraordinaires. Elle se dévoue et travaille fort pour les élèves », témoigne fièrement la directrice. Mme Isabelle a reçu la distinction Parchemin d’or excellence musicale et persévérance. Mme Desgagnés a également rendu hommage à M. Alexandre pour le 10e anniversaire de la micropulperie. « Il a suivi les traces de son enfance et avait à l’époque demandé pour venir enseigner à notre école. » Fière de son enseignant, Mme Desgagnés témoigne de la qualité de son engagement et de son implication. M. Alexandre Dumas a reçu le Parchemin d’or rayonnement, dévouement. « Il est un modèle à suivre », mentionne la directrice.
Le plus bel hommage a été livré à l’humble finissant Louka Labrecque. Ce dernier est l’unique récipiendaire, parmi tous les élèves de la Commission scolaire des Hauts-Cantons, catégorie primaire, à recevoir la plus haute distinction. Le finissant a reçu la prestigieuse Bourse pour l’engagement dans la réussite. M. Alexandre, son enseignant, présente Louka comme un jeune homme actif, sportif, responsable, transformé, qui a une discipline académique incroyable ; il démontre du sérieux et plus encore.
C’est avec beaucoup d’émotion et d’humilité que Louka a accepté son prix. Il remercie tout le personnel de l’école et rend un hommage particulier à ses deux parents de famille d’accueil, Nathalie Parent et Marco Audet. « Un gros merci à ma famille d’accueil, à Nathalie et Marco de m’avoir soutenu dans mes efforts et de m’avoir beaucoup aidé dans la gestion de ma colère, de mes émotions, dans mon parcours, mes notes académiques et mon comportement. C’est vraiment à eux que je dois dédier tout ça », témoigne avec une grande sagesse le jeune finissant Louka Labrecque.

Carte touristique

Lancement de la nouvelle saison touristique dans le HSF

Ça y est, la saison touristique dans le Haut-Saint-François bat son plein et les visiteurs disposeront d’un outil additionnel pour ne rien manquer des beautés et attraits de notre milieu. Une nouvelle carte touristique illustrant, entre autres, les divers attraits du territoire vient s’ajouter au guide touristique, à la page Facebook ainsi qu’au site Web.
C’est à l’occasion du lancement officiel de la saison que les membres du comité touristique du Haut-Saint-François ont présenté la nouvelle carte. Plus d’une vingtaine d’acteurs de ce secteur d’activités participaient à la rencontre qui se déroulait à la Maison de la Culture John-Henry-Pope à Cookshire-Eaton.
Outre l’aspect géographique, la carte, bilingue, présente les 20 attraits touristiques incontournables sur le territoire avec un court descriptif. Ce choix s’est fait de façon méthodique, par un comité, selon une grille d’analyse précise. On présente également les principaux événements de mai à décembre. Une place est accordée aux marchés publics du territoire, les hébergements/accommodations, ainsi que le volet agrotourisme. Sur la carte, nous retrouvons également les photos des finalistes au concours Coup de cœur d’automne du Haut-Saint-François, mené auprès des élèves de la Cité-école Louis-Saint-Laurent.
Un total de 20 000 cartes sont imprimées. Plus de 13 000 sont présentement en circulation un peu partout en région que ce soit sur notre territoire ou en périphérie comme Thetford Mines, Victoriaville, Drummondville, Granby, Sherbrooke et Magog. Mentionnons que les municipalités du territoire et la SADC du Haut-Saint-François ont participé financièrement à la réalisation de ce projet.
D’autre part, les intervenants ont profité de l’occasion pour souligner la synergie artistique sur le territoire que ce soit en passant par la Galerie d’art à Cookshire-Eaton, un saut à l’atelier Auckland à Saint-Isidore-de-Clifton ou un arrêt au Buvard à Gould dans le canton de Lingwick. Les visiteurs et même les résidants du territoire sont invités à découvrir la richesse du milieu et pourquoi pas en passant également par Les Jardins de Fernand qui ont obtenu une distinction à l’occasion du 150e anniversaire du Canada. Mentionnons que les visiteurs pourront consulter la boîte aux secrets qui sera disposée dans le bureau touristique et la halte touristique du territoire.

Sentier des écossais

Le sentier des Écossais passe par Scotstown et Hampden

Les amateurs d’histoire auront l’occasion de découvrir les principales embûches des premiers arrivants en parcourant le sentier des Écossais à travers quatre municipalités soit Milan, Stornoway, Scotstown et Hampden. La randonnée d’une cinquantaine de kilomètres comprend 15 points d’intérêts, dont quatre à Scotstown et un à Hampden.
Du côté de Scotstown, les visiteurs découvriront le quotidien des pionniers écossais à travers l’hôtel de ville, l’église presbytérienne St-Paul et St-Andrews ainsi que la maison Donald B. McLennan. À Hampden, c’est du côté du parc des Scots que les gens découvriront les réalités d’autrefois. Le départ du sentier se fait à partir du Musée Donald Morrison de Milan. La découverte se fera par balado diffusion et fera ressortir le lien avec les Écossais. Le tout est l’œuvre du comité de développement de Milan. Le point de départ du sentier se fait à partir de Milan. Il est possible d’obtenir le BaladoDécouverte à partir de Google Store ou de Google Play Store, BaladoDécouverte sentier des Écossais.

actualite

Festival écossais, le Ceildhi à Scotstown

Les festivités à caractère écossaises, notamment le Ceildhi, se dérouleront au parc Walter MacKenzie de Scotstown, les 4, 5 et 6 août prochains. Très populaires, les responsables attendent plusieurs centaines de personnes au cours de cette fin de semaine.
Toute la population du Haut-Saint-François est invitée à participer à l’événement, d’expliquer Lisa Irving, membre du comité organisateur, mais avoue qu’il s’agit d’une belle occasion pour les résidants de Hampden et Scotstown de se retrouver avec les anciens. « Plusieurs personnes qui ont quitté la région reviennent pour l’occasion. Ça fait un genre de retrouvailles », d’exprimer Mme Irving.
Les festivités se mettront en branle le 4 août en soirée avec la présentation du duo Mike Patrick et Kylie Côté. Des frais de 10 $ sont demandés pour l’activité. Le lendemain, on retrouvera en après-midi, une exposition de photos sous le chapiteau, accompagnée d’une dégustation de crème glacée aux fraises communément appelée, strawberry social. Les personnes désireuses de savourer cette gâterie devront débourser 10 $. Un souper de type méchoui, sur réservation, est également prévu. Les amateurs de musique seront servis à souhait avec le groupe de John MacAulay qui fera danser les gens au cours de la soirée. Un coût de 10 $ est demandé pour assister à la prestation.
Les festivités reprennent le lendemain. Si Dame nature est clémente, le rendez-vous s’effectuera dans les prairies de Mme Madeleine Irving, situées aux abords de la route 257. En cas de pluie, les activités se feront sous le chapiteau au parc Walter MacKenzie. L’activité haute en couleur regroupera pas moins d’une quarantaine de clans écossais qui déambuleront avec leur tartan. On profitera de l’occasion afin de procéder à la bénédiction des tartans. Des jeux comme le tir du haggis et un pique-nique sont également prévus. Un coût de 5 $ sera demandé pour cette activité. Pas moins de 300 personnes sont attendues pour la bénédiction des tartans

Golf Pub Central

Tournoi de golf au profit de la cause Natalie Champigny

Pour une quatrième année consécutive, le Pub Central à East Angus prépare son tournoi de golf dont les profits seront remis à la cause Natalie Champigny.
L’événement, qui se déroulera le 21 juillet prochain, affiche pratiquement complet. Cependant, il n’y a pas que les golfeurs qui pourront contribuer. Une vente de billets avec plusieurs prix prestigieux est en cours.
Des prix comme un chandail d’équipe Canada autographié par Sidney Crosby, un sac de golf à l’effigie des Bruins de Boston signé de l’ex-membre de la formation Raymond Bourque ainsi qu’une photo autographiée et encadrée de l’illustre Maurice Richard seront tirés au hasard. Il est possible de se procurer des billets en se présentant au Pub Central ou auprès de Michel Champigny en composant le 819 832-4948.
Lors du tournoi, les golfeurs pourront se présenter au Pub Central pour un petit déjeuner avant d’entamer la journée. Un total de 144 adeptes devrait fouler le terrain du Club de golf East Angus pour l’occasion. Deux prix de présence pour les golfeurs seront remis au hasard. Il s’agit de deux bicyclettes Fat bike aux couleurs du Canadien de Montréal et des Bruins de Boston. D’autres prix seront tirés au cours du souper et de la soirée qui se dérouleront au Pub Central. Parmi les personnalités attendues, Normand Léveillé, l’ex-joueur des Bruins de Boston, et Christian Vachon, de la fondation portant son nom et lié à la cause Natalie Champigny, se feront un plaisir de rencontrer les gens.
Marc Dion, propriétaire du Pub Central, avec son équipe compte remettre un minimum de 3 000 $ à la cause. Si la vente des quelque 500 billets va comme prévu, le montant pourrait facilement doubler espère-t-on.

actualite

Défi têtes rasées à Cookshire-Eaton

Les pompiers de Cookshire-Eaton contribuent au Défi têtes rasées de Leucan en organisant une journée d’activités gratuites qui se déroulera le 8 juillet prochain de 10 à 17 h, au parc Castonguay, secteur Cookshire
François Aumais, formateur pour les premiers répondants, occupera le rôle de président d’honneur. Il ne sera pas seul puisque l’ex-athlète olympique et skieuse Sarah Maude-Boucher sera sur place. Marcel Charpentier, assistant directeur au service des incendies de Cookshire-Eaton et membre du comité organisateur, mentionne « les pompiers, on voulait faire quelque chose et que ça profite aux gens du milieu. On voulait se rattacher à une cause. À Leucan Estrie, on nous dit que deux familles du milieu profiteraient des retombées. »
La journée débutera à 10 h, mais le Défi têtes rasées s’amorcera dès 13 h 30. On invite les personnes intéressées à y participer à s’inscrire sur https://www.tetesrasees.com. Deux coiffeuses seront sur place pour l’occasion. Toute la famille est attendue pour cette journée de plaisir. Des jeux gonflables, du maquillage sont prévus dans la zone Bout’Choux sans oublier le fameux vélo à smoothie.
Des jeux d’adresse seront organisés par les pompiers. Les participants pourront montrer leur habileté à manier la lance eau. Les enfants auront la chance de revêtir l’habit de pompier et tout l’attirail nécessaire. Les adultes ne seront pas en reste puisqu’un jeu gonflable à obstacle sera mis à leur disposition. Les contributions volontaires pour y participer seront acceptées et remises à la fondation.
Une cantine sera sur place pour la vente de hot-dogs et boissons gazeuses. Grâce à la participation de généreux commanditaires, 100 % de la vente des produits seront entièrement remis à Leucan, de mentionner avec fierté M. Charpentier. La journée, explique-t-il, est une façon de s’amuser en famille et pour une bonne cause.
Mentionnons que des kiosques d’informations tenus par la Coopérative de travailleurs d’Ambulance de l’Estrie, les pompiers de Cookshire-Eaton, la Sûreté du Québec et l’organisme Pose un geste (dons d’organes et de tissus) seront sur place. L’activité est rendue possible grâce à la participation de la ville de Cookshire-Eaton, IGA Cookshire et La Relève du Haut-Saint-François.

Chantal

Chantal Ouellet ne sera pas sur les rangs

La mairesse de Scotstown, Chantal Ouellet, tire un trait sur la vie politique municipale. À sa 23e année à titre de conseillère et de mairesse, la femme forte de Scotstown considère avoir suffisamment donné et prendra une retraite bien méritée au terme de son présent mandat.
Mme Ouellet est sereine dans sa décision. « J’ai déjà commencé à l’annoncer aux gens. Je me sens un peu libérée. Le fait de savoir qu’il y aura une fin, ça vient enlever de la pression. » Cette femme énergique a fait le saut en politique à titre de conseillère de 1978 à 1982. Elle a été élue mairesse pour la première fois de 1986 à 1994. Mme Ouellet poursuit son parcours de politicienne en faisant des incursions à divers moments comme à titre de conseillère de 2000 à 2002. Par la suite, ce sont des mandats comme mairesse qui se sont succédé, de 2002 à 2005, entrecoupé d’une pause et de 2011 à 2017.
Les satisfactions sont nombreuses pour Mme Ouellet, mais la plus importante de toutes est sans contredit l’aménagement du système d’assainissement des eaux. « Quand j’ai été élue mairesse pour la première fois, mon objectif était l’assainissement des eaux. Je projetais faire ça en deux termes et je l’ai réussi. » Autre élément de satisfaction, explique Mme Ouellet, est l’installation en 1992 de la passerelle enjambant la rivière au Saumon. « C’est réussi. Aujourd’hui avec la piste cyclable, on a un lien entre Scotstown et le parc national du Mont Mégantic », d’exprimer fièrement la mairesse. Parmi les déceptions, Mme Ouellet aurait bien aimé que la municipalité se dote d’une réglementation concernant le patrimoine bâti. « J’aurais aimé qu’on fasse quelque chose. »
Prochain maire
Quant à son successeur, Mme Ouellet mentionne que le prochain maire devra faire preuve d’ouverture, d’écoute envers les citoyens et « être à l’écoute du positif. » Il devra avoir une ouverture autant sur la scène municipale que régionale. « On a eu notre part du gâteau avec la piste cyclable, le marécage des Scots ». Sur la scène locale, la mairesse sortante mentionne que la prochaine équipe devra travailler à maintenir les acquis comme le parc municipal, l’embellissement, obtenir l’accréditation de Coeur villageois, revoir les règlements municipaux tout en apportant une attention particulièrement au plan de développement de la municipalité.
Le parcours de Mme Ouellet présente des départs et retours en politique municipale. Interrogée à savoir si elle envisagerait un retour éventuel, la mairesse sortante précise « je n’ai pas l’intention de revenir. »

actualite

Rallye-relais sur l’eau à Weedon

L’Association des Plaisanciers de Weedon (APW) tiendra un rallye-relais pour embarcations non motorisées au lac Louise, le 8 juillet prochain. L’invitation est lancée à tous. Il n’est pas nécessaire d’être membre pour y participer.
Les participants se donnent rendez-vous dès 9 h à la marina des plaisanciers, chemin de la Marina à Weedon. Des pontons vous transporteront avec vos embarcations. Des épreuves terrestres et sur l’eau sont prévues. Il y aura remise de prix au terme de l’activité vers midi. Toutes les embarcations non motorisées seront acceptées, que ce soit kayak, pédalo, chaloupe à rames, planche à rame, pneumatique, etc. Les participants sont invités à apporter leurs consommations et leur collation. En cas de pluie, l’activité sera remise au lendemain. Pour informations ou inscriptions, contactez Roxane en composant le 819 588-1913, Daniel 450 782-2309 ou Mario 514 266-2750.

Finissants

Les finissants de la cuvée 2017

Le Centre de formation professionnelle du Haut-Saint-François a souligné la réussite de ses nombreux finissants à l’occasion d’un gala en leur honneur. Plus d’une vingtaine d’élèves ont complété avec succès leur formation dans différents programmes auxquels nous retrouvons comptabilité, adjoint administratif, secrétariat ainsi qu’opération d’équipements de production (OEP).
Le personnel enseignant et la direction du centre sont fiers de souligner les étudiants qui obtiennent leur diplôme. En comptabilité, douze élèves ont terminé leurs études, sept en adjoint administratif et quatre en secrétariat. À ce nombre, cinq autres élèves s’ajoutent en opération d’équipements de production.
Parmi eux, certains ont reçu un prix particulier et/ou un Méritas. Samy-Jane Roy reçoit le prix Esprit d’équipe, Jean Durette, Alexandre Daigle et Carole Roy obtiennent le prix Courage. Samy-Jane Roy et Paige Roy le prix Sociabilité alors qu’Alexandre Daigle et Michaël Labrecque se méritent le prix Sens des responsabilités. David Paré-Laroche et Amélie St-James obtiennent le prix Efforts et persévérance ainsi que Jean-François Bolduc et Isabelle Sanders récoltent le prix Développement des compétences. Les Méritas attribués aux élèves modèles ont été remis à Jean-François Bolduc, Martine Magnin, Marie-Pier Jacques et Patricia Roy.
Pour la formation en opération des équipements, la commission scolaire a investi 100 000 $ cette année, pour l’amélioration de la classe, mentionne l’enseignant Éric Thibault. Les élèves bénéficient d’un local à la fine pointe de la technologie. « Les finissants formés ici sont minutieux, compétents, ils ont du savoir-faire », souligne M. Thibault. Il précise qu’ils sont capables de fabriquer une pièce de A à Z. Ils ont les aptitudes pour le dessin technique, ils contrôlent les procédés de fabrication et commande numérique. Finissante en opération d’équipements, Samy-Jane Roy exprime « on apprend à notre rythme, pour nos stages, on choisit la place qu’on veut travailler et les profs envoient la demande ». Éric Thibault souligne « le taux de placement est à 100 % et la demande grimpe d’année en année. » Samy-Jane ajoute tout sourire « les employeurs nous chantent la pomme. » Ayant reçu quelques honneurs, le finissant en OEP Jean-François Bolduc a effectué son stage chez Mesotec à Saint-Élie-d’Orford, où il attendait au moment d’écrire ces lignes, une offre d’emploi concrète. Mesotec est un important fabricant de pièces, spécialisé en aérospatiale. Il compose, usine, fabrique ou répare entre autres, des composantes mécaniques pour des moteurs réservés à l’aviation civile et militaire.
Le Centre de formation professionnelle du HSF se démarque par son avant-gardisme et sa réponse rapide envers les besoins des étudiants. Ce dernier offre les entrées et débuts de formation en continu durant l’année, explique Yolande Chabot, enseignante en secrétariat. À titre d’exemple, cette approche donne l’opportunité à un jeune qui est sur le point d’abandonner le secondaire régulier de passer directement à une formation professionnelle et ainsi obtenir un métier. Il en est de même pour un adulte qui se retrouve du jour au lendemain sans emploi ou a eu un accident et doit se réorienter. L’élève adulte peut entrer en formation à tout moment ce qui évite souvent un stress supplémentaire face aux défis financiers auxquels les adultes sont confrontés.

Coop jeunesse

Des étudiants vous offrent leurs services

La Coopérative jeunesse de services (CJS) du Haut-Saint-François, un regroupement d’étudiants désireux de travailler cet été, vous offre leurs services pour effectuer une multitude de travaux en tout genre.
La coopérative aide les jeunes de 13 à 17 ans à avoir un premier travail de plus, grâce au Fonds étudiant solidarité travail du Québec, il permet l’embauche de deux animateurs. Pour le CJS du secteur, c’est Joanie L’Heureux et Lou Bilodeau qui assureront la supervision de la troupe et les encadreront dans leurs activités de coopérative. Cette année, c’est 13 jeunes qui desservent la clientèle du HSF pour tous travaux. Parmi eux, deux jeunes hommes qui en sont à leur deuxième année consécutive, Gabriel Charron et Maxime Lessard, expliquent le déroulement, profitant du lancement officiel de la saison lors d’un dîner hot dog devant le IGA Cookshire. « On commence à travailler le 3 juillet. Nous avons déjà un client et peut-être un autre potentiel qui nous donneront du travail cet été », lance Maxime. Les deux travailleurs expliquent que le groupe offre divers services allant de l’entretien des gazons, la peinture, l’entretien extérieur, le lavage et le nettoyage de piscine, de voiture et bien plus. Ils peuvent même effectuer des travaux à la ferme ou faire du bois.
Véronick Beaumont du Carrefour jeunesse-emploi (CJE) mentionne « nous avons des jeunes de 13 à 15 ans, c’est une première expérience d’emploi, les animateurs les supervisent et les aident avec le service à la clientèle. »
Afin de renflouer les coffres pour mieux démarrer la saison, Gilles Denis du IGA Cookshire a permis aux jeunes de s’installer devant le commerce pour vendre des hot dog. Jean-Claude Cassidy et Danielle Shaink, de la Caisse des Hauts-Boisés, accompagnés de François et Lucille Chabot des Chevaliers de Colomb de Cookshire-Eaton, ont profité de l’occasion pour remettre un cachet de 1000 $ à la Coopérative jeunesse de services. Les fonds ont été recueillis lors du brunch mensuel des Chevaliers de mai, en collaboration avec la Caisse et le CJE, auquel chaque mois une cause est choisie, mentionne
M. Chabot. Pour M. Cassidy, c’est l’occasion de leur donner un coup de pouce « les fonds vont leur donner la chance de débuter. » Pour plus d’information 819 832-1513.

Route 257

Le comité demande au député Bolduc de déposer la demande au MTQ

Considérant la situation inacceptable, le comité de la route 257 regroupant les maires des municipalités de Scotstown, Hampden, Lingwick, Weedon et La Patrie demande au député de Mégantic, Ghislain Bolduc, de remettre la demande de rétrocession de la route numérotée au ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, Laurent Lessard, et de solliciter une rencontre avec ce dernier.
Bruno Gobeil, maire de La Patrie et porte-parole du comité, mentionne que le problème perdure depuis plus de 20 ans, au moment où le gouvernement de l’époque s’est départi de plusieurs routes au Québec en transférant la responsabilité aux municipalités. Le comité estime que le transfert de la 257 s’est avéré une erreur et demande au gouvernement de la corriger. « Le gouvernement de l’époque a posé un geste de déresponsabilisation. Il faut qu’il en prenne conscience », insiste le maire de La Patrie.
Selon des études récentes et conservatrices, explique M. Gobeil, la mise à niveau de la route 257 nécessiterait un investissement de plus de 20 M$ sans compter l’entretien. Cela représenterait en moyenne 20 % du budget total des cinq municipalités concernées sur une période de 20 ans. « On n’a pas les moyens financiers, ni les connaissances et moyens techniques pour le faire », précise-t-il.
Le comité estime que l’état de la route constitue une entrave au développement économique régional, à la mobilité de la population entraînant des complications pour les services d’urgence et potentiellement dangereuse pour la population. On ajoute que la route actuelle nuit à la desserte des équipements touristiques comme le parc national du Mont-Mégantic et le parc régional du marécage des Scots.
Les données sur le débit de circulation de la 257 fournies par le MTQ entre 2012 et 2016 indiquent un flot de circulation de 450 véhicules par jour pour la portion Weedon/Lingwick, 400 véhicules par jour pour le tronçon Lingwick (Gould) à Scotstown et 1 000 véhicules par jour pour la portion Scotstown/Hampden/La Patrie.
M. Gobeil mentionne que le comité ne voit pas le gouvernement comme un ennemi au contraire. Il considère « le gouvernement du Québec comme un allié sensible et partageant ses préoccupations dans la mesure où cela se reflète par des gestes concrets. » Dans le cas contraire, le porte-parole mentionne que le comité veillera à sensibiliser la population et prendre les actions nécessaires pour se faire entendre. Ce dernier souhaite également que le milieu s’approprie le dossier pour en faire une priorité régionale. Réaliste, M. Gobeil ne s’attend pas à une réponse favorable à court terme, mais les élus mettent la table. « Nous allons sensibiliser nos citoyens. On va s’assurer d’un continuum à travers les différentes étapes. » M. Gobeil complète en précisant que le député de Mégantic, Ghislain Bolduc, s’est engagé à transmettre la demande du comité ainsi que la rencontre avec le ministre.

actualite

Les motos s’arrêtent à Lingwick

Le centre du village de Lingwick s’animera le 16 juillet prochain au rythme et vrombissement des motos dans le cadre du Bike Stop 108. L’événement se veut un rassemblement de motocyclistes, mais ouvert à toute la famille. Les amateurs de belles et anciennes motos pourront se rincer l’œil à cette occasion. Outre les belles à deux roues, on y trouvera des kiosques, un service de bar et de la nourriture à saveur locale. Il y aura de la musique d’ambiance. Toute la population est attendue de 11 h à 17 h.

Mérite scolaire

Gala des Mérites de la Cité-école Louis-Saint-Laurent

Comme se veut la pratique, la Cité-école Louis-Saint-Laurent a tenu son gala mérite scolaire dernièrement. Plusieurs élèves ont reçu les honneurs, se démarquant dans les diverses sphères de sélection.
Pas moins de 120 distinctions ont été remises dans lesquelles une jeune fille s’est démarquée du lot. Mélissandre Berrouard, étudiante finissante, s’est vue décerner les honneurs à quelques reprises. Elle a obtenu 90 % de moyenne, soit la meilleure moyenne de son niveau. Elle a raflé le prix Profil sciences, Profils Élite et a reçu le grand prix de l’Assemblée nationale offert par Mme Sarah Lévesque, attachée politique de M. Ghislain Bolduc, député libéral de Mégantic. Outre la reconnaissance des performances académiques, les étudiants des différents secteurs scolaires, s’étant démarqués, se sont vus reconnus pour leurs aptitudes, leur persévérance, leur sens de l’engagement et encore plus.
Antoine Nicol a reçu le mérite du lieutenant-gouverneur. Cette médaille reconnaît l’engagement, la détermination et le dépassement de soi. Le prix du Gouverneur général, la récompense la plus prestigieuse de toutes, offert à l’élève ayant obtenu la meilleure moyenne au terme de ses études secondaires a été remis à Kristel Breton-Larrivée. En premier secondaire, elle avait déjà prédit qu’elle obtiendrait cette médaille, souligne le directeur, André Lachapelle. « Continue de te fixer des buts, des objectifs et des rêves », ajoute-t-il. Interrogée sur la question, Kristel mentionne « ma sœur avait failli l’avoir », depuis, c’est ce qui l’a poussé à se surpasser. Humble et vraisemblablement heureuse de la récompense, l’étudiante maintenant au cégep affirme « c’est comme si je n’y croyais pas encore. » La distinction lui a valu une bourse de 1000 $ auquel elle explique avoir aussi reçu une autre de 2000 $ de l’entreprise Graymont. Kristel souhaite devenir comptable agréée; la somme reçue l’aidera à atteindre ses objectifs.

Préfet MRC HSF

Élections à la préfecture du Haut-Saint-François

C’était un secret de polichinelle, l’actuel préfet de la MRC du Haut-Saint-François et ancien maire de East Angus, Robert G. Roy, sollicitera la confiance de la population en marge des élections prévues pour ce poste, le 5 novembre prochain.
« Déjà six mois se sont écoulés depuis ma nomination comme préfet du Haut-Saint-François. Depuis novembre dernier, cela m’a permis de voir les défis que nous aurons à relever ensemble pour la région. Représenter le Haut-Saint-François à titre de préfet est très passionnant », précise M. Roy.
Ce dernier mentionne que son expérience des 15 dernières années comme conseiller municipal et maire lui ont servi de tremplin pour le poste de préfet. Il estime que ce bagage constituera un atout pour la région. M. Roy y va d’un premier engagement « je peux vous assurer d’une chose, c’est que je vais mettre tous les efforts qu’il faut pour bien positionner notre région du Haut-Saint-François. »
Le candidat se définit comme un homme d’équipe, déterminé avec une grande expérience. M. Roy précise ne pas avoir peur du travail et aimer les défis. Il ajoute ce qui peut sembler impossible pour certains « moi, je fais tout pour les rendre possibles.  »

Weedon Cannabis

Un projet de 200 M$ et 400 emplois directs

Selon les promoteurs, la municipalité de Weedon pourrait bien devenir une plaque tournante mondiale en matière de production de cannabis médicinal. Un partenariat avec deux entreprises privées permettrait d’ici quelques mois d’entreprendre le projet qui s’étalera en deux phases et nécessitera un investissement de 200 millions $. Les intervenants estiment créer 150 emplois directs à la première année, pouvant grimper jusqu’à 400 au terme du projet. Le tout devrait entraîner dans son sillage plus de 800 emplois indirects, laisse-t-on entendre.
Les hauts responsables des entreprises MYM Nutraceuticals de Vancouver et CannaCanada de Montréal étaient présents, la semaine dernière, à l’hôtel de ville de Weedon pour en faire l’annonce. Si tout va bien, on souhaite entamer la première phase dès cet automne avec la construction d’une première serre de 110 000 pieds carrés pour entamer la production de cannabis en 2018. Le projet global prévoit la construction de 15 serres d’une superficie de 110 000 pieds carrés pour un total de 1,5 million de pieds carrés. Cela permettrait la production annuelle de 150 000 kilos de cannabis pour un chiffre d’affaires de 750 millions $. Le complexe prendra forme dans le rang 2 Sud à Weedon. La municipalité a joué un rôle d’intermédiaire entre les promoteurs et les propriétaires pour obtenir et offrir une superficie de 329 acres. « Nous avons joué un rôle de facilitateur. Nous avons trouvé les emplacements et répondu à leurs besoins », d’exprimer le maire Richard Tanguay. D’ailleurs, l’implication de la municipalité dans le dossier semble avoir été fort appréciée. « On a eu une bonne connexion dès le début. L’accueil et l’hospitalité ont été remarquables », d’exprimer Yann Lafleur, président de CannaCanada et Antonio Bramante, consultant aux affaires réglementaires.
Deuxième phase
Dans une deuxième phase, les promoteurs prévoient ériger un complexe comprenant un centre d’interprétation, de recherche et développement, un musée du chanvre, un auditorium pouvant accueillir 2 500 personnes et une sorte de centre de santé avec les produits du cannabis. D’ailleurs, les applications du cannabis dans son ensemble (tige et fleur) sont multiples, de mentionner M. Lafleur. L’endroit où se retrouvera ce complexe n’est pas encore arrêté, mais le maire Tanguay parle de Ferry Road comme site potentiel.
Retombées
Le maire de la municipalité de 2 800 personnes était visiblement heureux au moment de l’annonce. « Ça fait plus d’un an qu’on travaille sur le projet. Ça va créer énormément d’emplois. Ça va revitaliser l’économie. Il y aura des retombées pour les commerçants, de nouvelles constructions de maisons, des rénovations. Ça va redonner un second souffle. » Le maire ajoute que le conseil municipal travaille depuis trois ans à insuffler un nouveau souffle économique à la municipalité. Ce dernier est d’autant plus heureux que le projet se fasse dans un esprit de développement durable.
Quant au fait que Weedon risque de se relancer à travers un projet de production et transformation de cannabis, le maire semble confortable à l’idée. « C’est le gouvernement qui définit les règles. Je préfère avoir un produit contrôlé par l’état que dans l’illégalité dans le fond d’un rang », complète-t-il. Mentionnons que la réalisation du projet est conditionnelle à la certification de Santé Canada. À ce chapitre, il semble que quatre des cinq étapes soient franchies. On attend l’autorisation pour la dernière. Les promoteurs assurent que les plans sont prêts, il ne manque que l’autorisation.

GMF HSF

Médecin de famille pour 85 % de la population du territoire

L’équipe du GMF (Groupe de médecine de famille) du Haut-Saint-François croit être en mesure d’atteindre l’objectif de 85 % de la population ayant un médecin de famille fixé par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, à l’intérieur du délai prévu, soit le 31 décembre prochain. À la mi-juin, on était à 81,3 %, d’où la confiance d’atteindre l’objectif. Toutefois, certaines difficultés persistent. Plusieurs personnes appelées oublient de se présenter à leur rendez-vous.
Pour atteindre l’objectif de 85 %, le GMF doit enregistrer 2620 nouveaux patients. On enregistrait 1105 nouveaux patients entre le 15 janvier et le 15 juin derniers. « On a mis les bouchées doubles parce que la population s’attend à ce qu’on mette les bouchées doubles. On pense que la situation de ne pas avoir de médecin de famille ou de service n’est pas acceptable. Les médecins et l’équipe du GMF se sont approprié l’objectif. On est un peu essoufflé, mais on travaille fort pour l’atteindre », de mentionner la médecin Stéphanie Blais-Boilard, responsable de la Table médicale pour le territoire du Haut-Saint-François et membre du GMF sous le regard approbateur de ses collègues présentes, au moment de l’entrevue, les médecins Nicole Carné, coresponsable pour les CLSC du Haut-Saint-François, et Ginette Varin, responsable du GMF du Haut-Saint-François.
Les intervenantes mentionnent que les patients les plus vulnérables inscrits au GMF ont maintenant un médecin de famille. « Les autres personnes sur la liste de patients en attente semblent être des gens avec des problèmes de santé moins importants », de mentionner Mme Varin. Le rapport du 16 juin dernier indique que 17 479 patients sont inscrits sur le territoire pour un total de 81,3 % sur une possibilité de 21 570 personnes admissibles à la RAMQ (Régime d’assurances maladie du Québec).
Des ratés
Malgré tout cela, plusieurs personnes contactées ne se présentent pas au premier rendez-vous pour se voir allouer un médecin de famille. « Les gens disent, je ne suis pas malade, est-ce que je peux reporter ? Les gens ne trouvent pas que c’est logique d’aller voir le médecin quand ils ne sont pas malades. Il faut dépasser la logique pour qu’on leur attribue un médecin », d’expliquer Dre Varin. Le premier rendez-vous est essentiel, d’exprimer les médecins. Le patient sera vu par l’infirmière qui dressera un bulletin de santé et fera signer un formulaire de consentement pour un médecin de famille. Par la suite, cette personne rencontrera son médecin. D’autre part, les intervenants mentionnent qu’il est important pour les personnes inscrites au GMF de s’assurer qu’il n’y ait pas d’erreur dans le numéro de téléphone ou autres. Malheureusement, bien que ce soit moins fréquent, il y a encore des personnes qui, sans prévenir, ne se présentent pas au rendez-vous. Pour obtenir un médecin de famille, il est important de s’inscrire en ligne sur le site du GAMF ou en composant le 819 821-4000 poste 38499.
Mentionnons que les personnes non inscrites au GMF peuvent quand même rencontrer un médecin à la clinique de sans rendez-vous, mais essentiellement le lundi au CLSC de Weedon de 12 h 30 à 16 h 30. Pour les autres points de service La Patrie, Cookshire, le Centre de santé à Cookshire ainsi qu’au CLSC à Weedon, il est possible d’obtenir du sans rendez-vous à la condition d’être inscrit au GMF. Il est possible de consulter l’horaire et les services offerts en visitant le site GMF du Haut-Saint-François.

©2020 Journal Le Haut-Saint-François