Cookshire occupée

Une année occupée à Cookshire-Eaton

Selon le maire de Cookshire-Eaton, Noël Landry, l’année 2016 en a été une fort occupée sur le plan économique, touristique, professionnel et autres.

À sa liste de réalisations, le maire mentionne la mise sur pied de la Corporation de développement Cookshire-Eaton Innovation, qui a entraîné dans son sillage l’annonce de projets concrets. Y figure également la mise en place, avec la participation de Tourisme Cantons de l’Est, du concept Coeur Villageois. L’initiative a suscité le partenariat public-privé qui a donné naissance à la Maison de la Culture John-Henry-Pope. « Il y a eu un investissement de 30 000 $ par la ville », d’exprimer Noël Landry.

Toujours au volet touristique, l’amorce du projet du Parc du barrage à Sawyerville, évalué à 300 000 $ sur trois ans et subventionné pour plus du tiers par Hydro-Québec et le ministère de la Faune, marque un premier pas. Le projet consiste à créer des sentiers d’interprétation de la flore et de la faune tout en préservant un milieu humide.

Dans un autre ordre d’idée, l’inauguration du Centre de formation en sécurité incendie, situé à proximité de l’aéroport de Sherbrooke, se veut un actif à l’échelle estrienne. La réalisation du projet avec la collaboration du Centre 24-Juin sert d’endroit pratique pour l’accréditation des pompiers de la région.

Au chapitre des acquisitions, l’achat de l’église à Sawyerville en vue de créer un centre communautaire et d’un terrain à Cookshire pour accueillir le Centre des femmes La Passerelle sont identifiés comme des éléments significatifs pour le maire Landry. La réfection de la rue Castonguay pour un montant de 500 000 $, les travaux en régie de l’ordre de 200 000 $ et la recherche en eau dans le secteur Johnville dans la perspective d’un développement futur s’inscrivent sur la liste des réalisations au cours de la dernière année.

Projets

Des projets sont sur la table pour l’année en cours. De ce nombre, la construction d’une nouvelle station d’épuration à Johnville prévue au coût de 1 M$, subventionnée à 66 %, arrive en tête de liste. La construction d’un nouveau centre communautaire à Johnville, conditionnelle à la subvention, est également bien placée parmi les réalisations à venir. La vente de terrains résidentiels dans ce secteur et la réfection de la rue Sawyer à Cookshire, un projet de près 700 000 $ subventionné par la taxe de retour sur l’essence s’inscrivent parmi les principales choses à faire au cours des prochains mois. À cela s’ajoute une foule d’autres initiatives réparties sur l’ensemble du territoire de Cookshire-Eaton.

« Depuis 2010, nous avons eu de grosses années. On n’a jamais eu en bas de 5 M$ octroyés en permis de construction de toutes sortes. Les quatre dernières années, c’est plus de 6 M$ », d’exprimer M. Landry. Pour ce dernier, cela démontre la vitalité et le dynamisme de la municipalité.

actualite HSF

Hank & Patsy: Hommage aux Légendes de la musique country

Un concert présentant la musique des légendes de tous les temps de la musique country a fait bondir le public sur ses pieds le 1er avril au Centre communautaire de Sawyerville. Il s’agissait de l’Hommage à Hank Williams et Patsy Cline, avec Ralph Steiner et Laura Teasdale recréant les voix et les styles de Hank et Patsy. La salle était pleine, avec un auditoire d’environ 165 personnes. C’était au profit du Musée Eaton Corner.

« C’est ce qui caractérisait Patsy, oui ? Elle avait ce cri dans la voix qui la faisait paraître si triste, et Hank Williams avait le son de la personne esseulée qui le faisait paraître si triste. Ne me condamnez pas de vouloir les réunir », racontait la chanteuse et comédienne Laura Teasdale. Et c’est ce que M. Steiner et Mme Teasdale ont fait, et avec panache. Ils ont déversé un torrent de chansons de Hank et Patsy, ponctué d’histoires sur leurs vies.

« J’ai pensé que c’était excellent, et nous avons eu plusieurs bons commentaires », disait Sharon Moore, présidente du Musée.

Une fois les frais encourus payés, les recettes amassées aideront à supporter le Musée Eaton Corner dans ses opérations. « Chaque année, nous nous dirigeons vers un déficit », mentionnait-elle. « Alors nos événements de collectes de fonds sont extrêmement importants pour nous. C’est pourquoi nous sommes toujours aussi reconnaissants pour les bons résultats que nous obtenons jusqu’à maintenant. »

Au 374, route 253, le Musée Eaton Corner ouvre le 3 juin pour l’été.

ACTU-Musée ang

Hank & Patsy: Tribute to Country Music Legends

A concert featuring music by the Country Music legends of all time brought listeners to their feet last April 1st at the Sawyerville Community Centre.

It was A Tribute to Hank Williams and Patsy Cline, with Ralph Steiner and Laura Teasdale recreating the voices and styles of Hank and Patsy. The hall was packed, with an audience of about 165. It was a benefit for the Eaton Corner Museum.

“That’s the thing about Patsy, aye? She had this cry in her voice that made her sound so sad, and then Hank Williams had this lonesome sound that made him sound so sad. So don’t blame me for wanting to put them together,” said singer and actor Laura Teasdale. And Steiner and Teasdale did just that, with panache. They poured out a torrent of Hank’s and Patsy’s songs, punctuated by stories about their lives.

“I thought it was great, and we had quite a few good comments,” said Sharon Moore, the Museum’s president.

The show’s proceeds after expenses will help support the Eaton Corner Museum’s operations. “Every year, we’re running at a deficit,” she said. “So our fundraising events are extremely important to us. That’s why we’re always so grateful for the good turnouts we’re getting lately.”

At 374 Route 253, the Eaton Corner Museum opens June 3rd for the summer.

Vérifier votre maison

Au printemps, vérifiez si votre maison est en bon état

Le retour du beau temps donne parfois lieu à des découvertes désagréables, comme des dommages à votre maison causés par les rigueurs de l’hiver… Donc, lors de la prochaine journée douce et ensoleillée, faites le tour de votre propriété avec une liste d’éléments clés à vérifier. Voici quelques exemples de points à observer:

  • Vos gouttières sont-elles obstruées par des débris de végétaux ?
  • Votre toiture (bardeaux ou membrane) est-elle abîmée ?
  • Vos fondations présentent-elles des signes d’infiltrations d’eau ou des fissures ?
  • Votre revêtement extérieur est-il décoloré, craqué ou effrité ?
  • Vos éléments architecturaux en métal (clôture ou rampe d’escalier extérieur, par exemple) sont-ils rouillés ?

En cas de doute ou de mauvaise surprise, faites appel à un entrepreneur spécialisé de votre région. Grâce à son expérience et à ses compétences, celui-ci pourra identifier le problème avec précision et effectuer les réparations qui s’imposent, le cas échéant. Sur ce, bon printemps !

Location idéale

Le Centre de Location Idéale de Westbury en met plein la vue

Le Centre de Location Idéale de Westbury, ayant pignon sur rue en plein cœur de l’intersection de la route 112 et de l’entrée d’East Angus, administré par les trois frères Pagé, a beaucoup à offrir à leur clientèle.

Forts de leurs 36 années d’expérience, ainsi que la formation académique et universitaire pour Éric en administration des affaires, Daniel, en mécanique de petits moteurs et Mario, en génie mécanique, font des trois propriétaires une équipe complète et spécialisée. L’inventaire offert est considérable et est évalué à près de 2 millions. Le Centre de Location Idéale de Westbury possède une flotte imposante complétant plus d’une vingtaine de services différents, offrant des outils en tout genre allant de la perceuse à béton, à la plieuse jusqu’à la nacelle de 55 pieds. Complétant l’inventaire, 15 remorques sont à la disposition des clients, de la machinerie telle des minis pelles excavatrices, un rouleau compacteur, ainsi que des plateformes hydrauliques tout terrain ou intérieur. L’entreprise possède un service de remorquage en plus de ses six camions toujours sur la route et trois de livraison. En plus du service de location, une vaste gamme d’outils est en vente à bon prix. Pour la location, vous disposez également d’une tarification flexible. Nouvellement instauré, déjà le service de boulonnerie a une représentante à temps plein sur la route pour desservir la clientèle; le tout vient renchérir les services offerts complétant une équipe composée de six personnes. Les entrepreneurs et les particuliers y trouvent leur compte. Pour tous vos besoins, de la lame diamantée, des boulons, des abrasifs, le service de propane et accessoires, de l’outillage, pour la soudure, l’excavation et la compaction ainsi que ses accessoires pour la sécurité. Le Centre de Location Idéale est sans contredit la référence en location d’outils en région. Vous avez sans doute remarqué les deux gros réservoirs de propane orange à l’intersection ! Cette nouvelle installation permet de bien concurrencer les joueurs majeurs dans le domaine. D’ailleurs, deux camions-citernes sillonnent les routes sans cesse. Le service de propane dessert tant pour le chauffage, l’entrepreneur que pour le particulier.

N’hésitez pas à rentrer en contact avec nous ! Nos heures d’affaires sont du lundi au vendredi de 7 h 30 à 17 h 30 et le samedi de 8 h à 17 h. Téléphone 819 832-4958, www.location-ideale.com

Josée Pérusse

Plus de 8 000 $ pour Josée Pérusse

Elle a donné pendant plusieurs années de son temps dans différents organismes et causes. Maintenant, c’est à elle de recevoir. C’est avec émotion et surprise que Josée Pérusse de Cookshire-Eaton a accepté le chèque de 8 138,98 $ amassés lors de la récente soirée-bénéfice, qui se déroulait au Pub Central d’East Angus. Cet argent se veut un baume pour cette femme qui se bat contre un cancer du poumon.

Littéralement sans voix, Mme Pérusse n’en revenait tout simplement pas. « C’est un gage d’amour incroyable. Je ne vous remercierai jamais assez », lance-t-elle tout en larmes et la voix chancelante aux membres du comité organisateur. Plus d’une centaine de personnes ont participé au souper-bénéfice sans compter les autres participants. Les recettes du repas, des chèques cadeaux, vente à l’encan, de moitié-moitié, du karaoké et une remise de 20 % des profits du bar ont permis d’amasser cette somme hautement appréciée de la destinataire.

Mme Pérusse, qui a participé quelques heures à la soirée-bénéfice, était surprise du nombre de personnes présentes. « J’étais surprise. J’ai donné la main à tout le monde. C’était des genres de retrouvailles pour moi. J’ai vu des chums de filles et du monde d’un certain âge. »

Argent

Mme Pérusse, qui est seule pour assumer ses besoins, apprécie la générosité témoignée à son égard. « Les gens sont généreux. Ça coûte cher d’être malade. Ça engendre plein d’autres médicaments sans compter les coûts de stationnement et l’essence pour se rendre à l’hôpital », explique-t-elle. Outre cet aspect, elle a une bonne idée à quoi va servir cet élan d’amour. « Je vais m’acheter un bon matelas et un La-Z-Boy. Je ne suis pas capable de dormir. Je ne suis pas confortable à nulle part. Je marche partout dans la maison. » Elle est convaincue que des nouvelles acquisitions lui permettont de mieux récupérer.

Émue, cette mère de famille avait une bonne nouvelle. « Mon médecin a dit que mon cancer avait régressé de beaucoup. » Elle qui subit des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie mentionne que le médecin lui a prescrit un traitement de radiothérapie au cerveau en guise de mesure préventive.

Femme dynamique et impliquée dans sa communauté, Mme Pérusse admet que sa vie a basculé du jour au lendemain. « Quand tu es active et que tu arrêtes de travailler du jour au lendemain, que tu n’es pas capable de passer ton balai, c’est dur. » Malgré cette épreuve difficile, cette résidante de Cookshire-Eaton puise son énergie à travers les membres de sa famille, ses proches, amis et autres personnes qu’elle côtoie à l’hôpital. « Dans le département où je fais ma chimio, on est tous pareils. On se bat pour vivre. Chacun a son histoire et ça vient donner une leçon. »

Optimiste dans l’avenir et dynamisée par la dose d’amour qu’elle vient de recevoir, Mme Pérusse lance « j’ai donné et je vais donner encore, ce n’est pas fini. »

Jardin communautaire de Sawyerville

Jardin Communautaire de Sawyerville

Le printemps se pointant doucement le bout du nez, pour le Jardin Communautaire de Sawyerville, c’est l’amorce d’une nouvelle saison remplie d’activités pour les fervents amateurs de potager. Beaucoup plus qu’un jardin, il est avant tout un lieu de rencontres, d’échanges et d’apprentissages.

L’intérêt grandissant de bien manger, le goût au retour à la terre se fait de plus en plus sentir. Outre les cultures de différents légumes, nous retrouvons des petits fruits et des arbres fruitiers. L’an dernier, des bûches ont été ensemencées pour éventuellement recueillir quelques variétés de champignons. Chantal Bolduc, présidente du jardin, souligne que l’accent est mis sur la sensibilisation de la préservation des semences patrimoniales, le volet écologique et éducatif. À ses côtés, qualifiée de super jardinière et chef cuisinière par la présidente, Jannette Thériault a participé à la culture de courge moins connue. « On essaie de faire connaître d’autres variétés aux gens et on leur donne des recettes et instructions de cuisson », mentionne-t-elle.

Le jardin évolue sans cesse, de ses débuts en 2013 à aujourd’hui, plusieurs réalisations ont vu le jour avec très peu de moyens par la volonté de quelques membres et bénévoles dévoués. Soucieux du volet patrimonial, en rétrospection, ils ont construit un abri en Timber frame avec cheville de bois et mortoise. Un bâtiment durable sans clou ni colle, comme le faisaient nos ancêtres. L’année suivante, l’unique four à pain, de construction entièrement artisanale en argile, est venu renchérir les lieux. Quelques membres ont reçu une formation en hygiène et salubrité, ils se sont conformés aux règles de la MAPAQ et ont été chercher leur permis de restauration.

Déjà, les activités reprennent doucement, un atelier sur les fleurs comestibles a eu lieu récemment. Cet été, deux planches au jardin seront dédiées à la culture asiatique et latine que la chef Véronique Carbonneau prendra plaisir à cuisinier lors de quelques séances du marché public. Pour le jardinier amateur, les planches sont en location pour 20 $. Vous n’apportez que vos semences et sur place, on fournit le matériel. Le Jardin Communautaire est d’ailleurs vendeur autorisé d’outils spécialisés comme la grelinette à 6 dents, des râteaux niveleurs et bien plus. Celui-ci convie les jardiniers à venir élaborer sur la prochaine programmation à la salle du terrain de balle de Sawyerville, le 3 mai prochain, à 19 h. Le marché public présente entre autres, les produits des producteurs locaux, d’artisans et à quelques occasions, des musiciens seront sur place. La saison commence à compter du samedi 1er juillet de 10 h 30 à 12 h 30 et conserve le même horaire jusqu’au 30 septembre. Pour de plus amples informations et pour tous ceux et celles intéressés à participer à la prochaine édition, contactez Chantal Bolduc au 819 889-3196 ou chantalbolduc99@bell.net. Consultez la page Facebook Jardin Communautaire Sawyerville.

actualite HSF

Sondage à l’intention des propriétaires de fermes de petite taille

Dans le but de mieux connaître les réalités, les besoins et les attentes des propriétaires de fermes générant des revenus de moins de 50 000 $, le groupe de travail sur les fermes de petite taille de la Fédération de l’UPA-Estrie a lancé un sondage en ligne. Tous les producteurs agricoles dont les revenus bruts agricoles se situent sous la barre des 50 000 $ sont invités à y répondre.

« Depuis quelques années, l’UPA-Estrie a mis sur pied ce groupe de travail, car nous nous rendons compte que de nombreuses fermes de notre région génèrent des revenus de moins de 50 000 $, que ce soit par choix ou parce que les circonstances les y obligent », explique François Bourassa, président de la Fédération de l’UPA-Estrie et président du groupe de travail.

« Nous constatons également que des enjeux particuliers touchent ces producteurs, notamment en ce qui concerne la rentabilité de leur entreprise, la mise en marché de leur production ou l’accès aux programmes de subvention », de poursuivre François Bourassa, lui-même producteur laitier et acéricole à Valcourt.

Le groupe de travail invite également les producteurs dont les revenus bruts agricoles se situent entre 50 000 $ et 100 000 $ à répondre au sondage, car leur réalité est semblable et qu’ils ont souvent dû passer par une phase de démarrage au cours de laquelle leurs revenus étaient moindres.

Pour répondre au sondage, il suffit de se rendre sur le site https://fr.surveymonkey.com/r/fermespetitetaille, avant le 30 avril 2017.

actualite HSF

La majorité des maires solliciteront un nouveau mandat

La majorité des maires du Haut-Saint-François, soit huit sur 14 municipalités, ont confirmé leur intention de solliciter un renouvellement de mandat en marge des élections municipales, qui se dérouleront en novembre prochain. Les maires de cinq municipalités soit Cookshire-Eaton, Dudswell, Newport, La Patrie et Lingwick ont manifesté leur retrait de la vie politique au terme de leur mandat.

Les retraits

Le maire de Cookshire-Eaton, Noël Landry, a déjà annoncé son retrait de la vie politique. Il complètera 7 ½ ans au siège de maire. Âgé de 79 ans, M. Landry estime que c’est le temps de se retirer et passer à autre chose. Pour sa part, le maire de Dudswell Jean-Pierre Briand se retire après un mandat. « Mon enthousiasme n’est plus le même. J’ai accompli ce que je voulais accomplir et je suis en train de redémarrer une entreprise. » Ce dernier est particulièrement satisfait de la réorganisation de l’appareil municipal et de l’ajout d’un urbaniste et un coordonnateur en loisir, culture et communautaire. À La Patrie, Bruno Gobeil fera de même. La conciliation travail, vie personnelle et l’engagement en terme de temps que nécessite les fonctions de maire ont pesé lourd dans la balance. « Si on veut faire du bon travail, il faut y mettre du temps », d’exprimer M. Gobeil. « Je suis satisfait dans le sens où j’ai donné le maximum. Ce qu’il était possible de faire a été fait. » À Lingwick, le maire Marcel Langlois tient sa parole de faire un seul mandat. « Au départ, j’avais annoncé que je ferais un seul mandat. À la fin, j’aurais 80 ans. Le reste de ma vie, je vais le consacrer à mon épouse. » Le maire sortant est satisfait de son mandat et de toute l’équipe municipale. « Nous avons modifié la façon dont est gérée la municipalité. Nous avons précisé les rôles et le fonctionnement du maire, des conseillers et de la direction générale. On a modifié le modèle de rémunération des élus pour rendre ça plus égal. Le gros du travail a été de faciliter et encourager la vie en communauté », d’exprimer M. Langlois.

Les renouvellements

Au chapitre des renouvellements, la mairesse d’Ascot Corner, Nathalie Bresse, sollicitera à nouveau la confiance de ses électeurs. « Il y a des dossiers de commencés et je veux les porter jusqu’au bout. Je pense qu’on a fait des changements positifs et j’ai encore la flamme. » Mme Bresse effectue un deuxième mandat à la tête de la municipalité. À Bury, le maire Walter Dougherty mentionne « je ne suis pas décidé à 100 %, mais c’est plus oui que non. Je trouve que ça va bien. On a le projet de caserne d’incendie qui est commencé. » M. Dougherty effectue son deuxième mandat consécutif au poste de maire. Heureux et satisfait de son expérience, le maire de Chartierville, Denis Dion, sollicitera un renouvellement de mandat. « Il y a de beaux projets à long terme et j’aimerais faire partie de ça. » M. Dion a succédé au maire Jean Bellehumeur à mi-mandat. « La première année, c’est beaucoup d’apprentissage, mais je suis prêt », complète-t-il. Du côté d’East Angus, la nouvelle mairesse, Lyne Boulanger, a déjà annoncé ses couleurs. Celle qui était conseillère depuis 16 années et qui a remplacé, en décembre dernier, le maire sortant Robert Roy, maintenant préfet de la MRC, se dit prête pour cumuler les fonctions de maire. De son côté, le maire de Hampden, Bertrand Prévost, est clair en lançant « oui, il y a encore de l’ouvrage à faire. Je finis mon deuxième mandat. Ça prend un mandat pour connaître les ficelles. Ça va être mon troisième mandat et ça sera le dernier. Le bateau va bien, mais y reste encore des bons dossiers comme la 257. » Si M. Prévost est élu, il confirme déjà que ça sera son dernier terme. À Saint-Isidore-de-Clifton, le maire Yann Vallières sollicitera un deuxième mandat. « On a amorcé une restructuration complète à la municipalité. On a des projets en cours et je veux les terminer. J’ai adoré mon premier mandat et l’expérience de maire. C’est très difficile, très occupant, mais on a un accès direct avec la population. On travaille pour le bien commun », complète-t-il. À Weedon, le maire Richard Tanguay demandera un renouvellement de mandat. « J’y vais pour compléter les dossiers mis en place et qui vont porter fruit. » À titre d’exemple, le maire parle du quartier écologique qui commence à prendre forme et d’autres projets économiques notamment dans le secteur agricole qui pourraient s’avérer intéressants. M. Tanguay est satisfait du travail effectué. « Il y a certains dossiers que j’aurais aimé voir bouger plus rapidement », exprime-t-il, mais satisfait qu’ils soient en mouvement. Pour sa part, le maire de Westbury, Kenneth Coates, mentionne qu’il est tôt pour donner une réponse. Précisant que sa décision n’est pas finale, il manifeste l’intérêt de solliciter un renouvellement de mandat. Celui qui siège au sein du conseil municipal depuis 20 ans à titre de conseiller, puis de maire, estime que la municipalité est en bonne position et souhaite poursuivre dans cette voie. Mentionnons qu’un appel a été fait pour connaître les intentions de la mairesse de Scotstown, Chantal Ouellet. Cependant, elle était en voyage et le journal était sous presse au moment de son retour. Il en est de même pour le maire de Newport, Lionel Roy.

Couvreur

Sept conseils pour bien choisir son couvreur

L’installation, la réfection ou le remplacement d’une toiture représente un investissement considérable d’où la nécessité de s’assurer que les travaux seront bien faits. En quête d’un couvreur qui effectuera un travail de qualité ? Voici quelques conseils pour le dénicher !

  1. Renseignez-vous auprès de votre entourage: on pourra certainement vous recommander un bon entrepreneur ou vous en déconseiller un autre !
  2. Demandez au moins trois soumissions détaillées afin de comparer les rapports qualité-prix, les matériaux utilisés et les délais, notamment. Renseignez-vous également sur les garanties offertes.
  3. Assurez-vous que le couvreur détient les permis nécessaires (consultez le registre des détenteurs de licence RBQ) et vérifiez s’il est membre d’une association reconnue (ex.: Association des Maîtres Couvreurs du Québec).
  4. Exigez des références au couvreur afin de vérifier avec ses anciens clients si l’échéancier avait été respecté et si les travaux effectués étaient de qualité, par exemple, et faites des recherches (auprès de l’Office de la protection du consommateur) pour savoir si des plaintes ont déjà été formulées à son endroit.
  5. Optez pour un couvreur qui est dans les affaires depuis longtemps, tant pour son expérience que pour la pérennité de son entreprise les garanties ne sont valides que lorsque celle-ci existe.
  6. Assurez-vous que l’entrepreneur possède une assurance responsabilité professionnelle les ouvriers pourraient abîmer votre propriété par mégarde durant les travaux.
  7. Choisissez un couvreur qui accepte d’être payé après l’inspection finale des travaux ou selon l’avancement de ceux-ci ne payez jamais tout à l’avance.

Un dernier conseil: protégez votre investissement en signant un contrat en bonne et due forme indiquant les travaux, les matériaux, l’échéancier, le prix, les modalités de paiement, le numéro d’entreprise, etc.

Mély Canin

Mély-Canin pour les nouvelles tendances

Soucieuse d’offrir les nouvelles tendances, la styliste toiletteuse Melany Bouffard de l’Animalerie et salon de toilettage Mély-Canin, à Cookshire-Eaton, offre le toilettage asiatique pour chien. Forte d’une récente formation avec la maître toiletteuse Patricia Parsons, Mme Bouffard est en mesure de transformer le look de votre animal. Elle a également suivi une formation spécialisée pour le toilettage félin. En affaires depuis 2 ½ ans, Mme Bouffard compte sur une équipe de deux personnes qui lui donne un coup de main soit Jessica Bédard et Billie Byrns.

ACTU-Bilan

Corporation de développement Cookshire-Eaton Innovation

Bien que son lancement officiel ne soit prévu que dans quelques semaines, la Corporation de développement Cookshire-Eaton Innovation compte déjà des réalisations à son actif.

L’organisme qui entame, sans trop faire de bruit, sa troisième année d’existence a joué un rôle avec la municipalité et le Centre de développement (CLD) du Haut-Saint-François dans l’arrivée de nouvelles entreprises. L’annonce en janvier dernier de la construction d’une microbrasserie, La brasserie rurale 11 comtés, un investissement global de 3 M$, et l’arrivée des Armoires de cuisine NAC, un projet de 2 M$, contribuent à stimuler l’économie locale et régionale.

Président de la corporation et maire de Cookshire-Eaton, Noël Landry est particulièrement fier du travail accompli. L’organisme est en voie de se structurer et se doter d’un plan d’action, précise-t-il. Pour y arriver, les membres du conseil d’administration ont procédé à l’embauche, il y a un mois, d’un consultant senior pour une période de six mois renouvelable. M. Vincent Cloutier, diplômé en marketing et détenteur d’un MBA, compte plus de 25 années d’expérience dans le domaine. Son mandat sera de jeter les bases de la corporation, entreprendre les démarches qui mèneront à un plan d’action et marketing tout en faisant le suivi des dossiers en cours. M. Cloutier, qui est également chargé de cours à l’Université de Sherbrooke et de Lennoxville, consacrera l’équivalent de trois jours semaine à sa nouvelle tâche.

Le maire Landry mentionne que l’embauche d’une ressource externe était devenue nécessaire. « L’administration interne de la municipalité n’arriverait plus à supporter l’organisme. Il y a de plus en plus d’activités économiques avec le même nombre d’employés à la ville », d’exprimer le maire. Ce dernier souhaite que l’organisme devienne autonome dans un avenir rapproché. « C’est un bras économique qu’on s’est donné pour accroitre la rapidité dans l’approche, le démarchage pour aller chercher de nouveaux clients. On n’est pas la première ville qui fait ça, Magog, Windsor, Sherbrooke, Weedon et Scotstown le font. »

  1. Landry croit que la corporation de développement devrait poursuivre sur la lancée du PDZA (Plan de développement de la zone agricole), dans l’agriculture et la foresterie. Pour lui, la microbrasserie s’inscrit dans le cadre du PDZA et les Armoires NAC dans la foresterie. Satisfait de l’élan de l’organisme, son président mentionne que d’autres projets sont sur la table. « On a des terrains prêts à bâtir à Cookshire et Sawyerville. On est prêt à faire des locations avec option d’achat », de lancer avec conviction le président de la Corporation de développement Cookshire-Eaton Innovation.
Bénévolat

Le bénévolat, un terreau fertile et prospère pour notre société

Saviez-vous qu’au Québec, plus de deux millions de citoyens s’impliquent dans leur communauté de façon bénévole ? Du 23 au 29 avril 2017, cette contribution considérable et indispensable à la collectivité est soulignée dans le cadre de la Semaine de l’action bénévole 2017, une initiative de la Fédération des centres d’action bénévole du Québec (FCABQ). Le thème évocateur retenu pour cette 43e édition est: Bénévoles: Créateurs de richesses.

Au premier abord, cette façon de qualifier l’action bénévole peut susciter l’étonnement. En effet, comment est-ce possible de créer de la richesse lorsqu’on travaille sans obtenir de rémunération ? En réalité, il faut considérer que le bénévolat se situe au cœur de multiples secteurs d’activité, que l’on songe aux projets parascolaires, aux sports amateurs, aux évènements culturels, aux initiatives pour la protection de l’environnement ou au mentorat professionnel, pour n’en nommer que quelques-uns.

Ainsi, la participation massive d’individus dévoués crée une richesse collective indéniable dont, il faut l’admettre, nous ne pourrions nous passer. Songez-y un instant: sans le bénévolat, des milliers de citoyens du Québec (personnes handicapées, aînés, enfants, adolescents, malades, parents, etc.) se trouveraient privés de ce qui leur apporte bien-être, tranquillité d’esprit, divertissement ou soutien moral au quotidien. Imaginer les conséquences désastreuses d’une société sans bénévoles ne peut que donner la chair de poule…

Cette semaine, des évènements en tous genres sont organisés dans l’ensemble du Québec pour rendre hommage aux bénévoles et sensibiliser la population à leur contribution dans l’optique bien assumée d’inciter cette dernière à s’impliquer à son tour ! Pour plus de détails, visitez le www.fcabq.org.

Afeas East Angus

L’Afeas East Angus pourrait cesser ses activités faute de relève

Faute de relève, l’Association féminine d’éducation et d’action sociale (Afeas) East Angus pourrait cesser ses activités, et ce, après un peu plus de 50 ans d’activité.

C’est du moins ce que laisse entendre la présidente du mouvement, Carole Blais. « On n’a pas de relève. Les femmes ont le vouloir, mais pas le pouvoir. Elles sont vieillissantes. » Mme Blais rappelle que le mouvement a considérablement contribué à améliorer la condition des femmes que ce soit pour le congé parental, le congé de compassion, la femme collaboratrice, le patrimoine familial et autres. « Les jeunes ne se rendent pas compte du travail de fait. Ils se sentent plus concernés. »

Mme Blais mentionne que l’organisme a mené un sondage auprès des jeunes, effectué des publicités avec les diverses réalisations, sans succès. « On a approché les jeunes, mais ils n’ont pas d’intérêt. Ils travaillent à l’extérieur, ils ont des activités avec leurs enfants les fins de semaine. Avant, c’était plus facile pour les femmes; les activités, c’était une sortie », d’exprimer la présidente.

L’Afeas East Angus compte 16 membres dont neuf sont actives selon Mme Blais. À l’exception de deux femmes, la moyenne d’âge se situe approximativement à 75 ans. L’organisme tiendra son assemblée générale annuelle en mai prochain et l’avenir du mouvement sera à l’ordre du jour.

UNE-Jeunesse fr

Énergie jeunesse Haut-Saint-François voit le jour

Plusieurs organismes et partenaires du milieu désireux d’améliorer le sort des enfants et des jeunes adultes viennent de créer Énergie jeunesse Haut-Saint-François. L’idée est née à partir de la réflexion portant sur plusieurs problématiques relevées sur le territoire et de l’engagement solidaire de différents participants lors d’une grande rencontre tenue au Centre culturel d’East Angus.

Des suites de la conclusion de la Table jeunesse, un comité de vigies s’est créé afin de réfléchir sur une nouvelle formule de concertation visant la résolution de diverses problématiques vécues sur le territoire. « L’exercice était de ressortir les enjeux de la jeunesse », explique Sylvain Lessard, du Carrefour jeunesse-emploi (CJE). Depuis les deux dernières années, le comité composé de huit membres s’est penché sur différents thèmes se retrouvant défavorablement, en tête de liste des dernières statistiques. De leur résultat, ils ont convié les différents partenaires et organisations dans le but de prendre décisions sur les prochaines actions à entreprendre. Outre plusieurs organismes du milieu, notons la présence du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, de la communauté anglophone d’Eastern Townships ainsi que Robert Roy, préfet à la MRC du HSF, et Dominic Provost, directeur général de la MRC et du CLD.

L’étude a permis de faire ressortir quatre problématiques importantes sur le territoire. Les agressions à caractères sexuels, la maltraitance et la négligence, la santé mentale et le suicide ainsi que la consommation de drogue et d’alcool. « Aujourd’hui ce qu’on demande, c’est de délibérer », mentionne M. Lessard. Entretemps, les membres du comité dont Renée-Claude Leroux de la Commission scolaire des Hauts-Cantons, Sylvain Lessard du CJE, Myrthô Ouellette de Haut-Saint-François fou de ses enfants, Marilyne Martel du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, Jinny Mailhot de la CDC, Éric Martineau de Projet PRÉE, Jean-Guy Tessier du Collectif territorial ainsi que Sébastien Tison du Comité loisir de la MRC, ont pris parole à tour de rôle et livré des faits et statistiques surprenants sur chacun des enjeux retenus. « Ce sont des sujets assez alarmants, ce n’est pas des petits cas, ce sont des trucs assez lourds. Il faut travailler ensemble de manière très serrée », mentionne Mme Mailhot de la CDC. L’objectif étant de mettre en ordre de priorité les grandes problématiques et les placer dans un calendrier dont la première rencontre sera en octobre 2017 et la suivante en janvier 2018. Une tâche dont l’ensemble des gens réunis a eu du mal à délibérer puisque tous les sujets amenés sont importants et lourds de conséquences. Deux sont finalement sortis du lot et seront les premiers thèmes de la prochaine rencontre, soit la santé mentale et le suicide ainsi que les agressions à caractères sexuels.

Ensemble, le comité souhaite que les acteurs du milieu travaillent en collaboration sur de petites actions afin d’en faire naître des grosses, à la hauteur de leurs moyens. Robert Roy, préfet, sensible au sujet se rapportant à la jeunesse et inquiet de l’ampleur de la tâche lance « je trouve ça tellement gros, je suis avec les jeunes tous les jours et j’essaie de tout voir. Comment allez-vous faire pour faire un suivi qui va donner quelque chose de concret ? » Renée-Claude Leroux a rapidement répondu « c’est la raison d’être du fait qu’on est là. Il faut se réunir et regarder ce qui se passe. On ne pourra pas tous les sauver, mais le premier pas est important », conclut-elle.

Entretemps, le comité de vigie va ramasser l’information sur la thématique choisie pour arriver préparé à la rencontre d’octobre et pouvoir bâtir quelque chose de concret.

UNE-Chèque

15 334,60 $ pour les jeunes

L’équipe de Léo Désilets maître herboriste, Façotek, à Scotstown, a tenu parole et amassé plus que l’objectif de 10 000 $ pour le parc-école Saint-Paul. En fait, c’est un chèque de 15 334,60 $ que les représentants ont remis au directeur d’école Matthew Maclure, à la grande joie des enfants présents lors de la remise officielle du montant.

Benoit Fortin, directeur de l’entreprise, mentionne que le surplus est attribuable à la générosité des commanditaires qui ont donné plus d’argent que prévu et le nombre de participants 370 alors que l’on attendait 300 personnes. Avec le surplus, le directeur de l’école a bon espoir d’être en mesure d’ajouter un second module au projet de quelque 65 000 $. « On regarde pour en mettre un deuxième, mais ça va dépendre de la subvention. Si on a le maximum, on regardera pour un autre module et agrandir la surface. » Rappelons que le projet de parc-école prévoit un module auquel s’ajoutent quatre balançoires, un jeu du genre planche à roulettes dans un tube, une bascule et un carré de sable. On souhaite également installer des bancs et deux grandes tables.

Le directeur ignore pour l’instant quand se fera le début des travaux. « On attend la réponse de subvention du ministère. Une fois qu’on l’a, les travaux pourraient aller rapidement, un mois. » Quoi qu’il en soit, on croit que le tout sera prêt pour la prochaine rentrée scolaire.

Mentionnons que les municipalités de Scotstown, Hampden, les marchands, la commission scolaire et d’autres activités de financement effectuées par les élèves de l’école complèteront le financement du projet parc-école Saint-Paul à Scotstown.

ACTU-Marc-André Skelling

Marc-André Skelling remet ses gants de boxe

Un peu plus de deux semaines après avoir appris la fâcheuse nouvelle que des traces de cancer étaient apparues dans deux ganglions, Marc-André Skelling, aux prises avec la maladie de Hodgkin, s’apprête à remettre ses gants de boxe pour se battre à nouveau. Le jeune homme de 26 ans d’East Angus ne cache pas que la dernière nouvelle a été dure à avaler. « J’étais pas triste. J’étais vraiment en tabar… C’est plus ça. C’est de la rage plus que de la tristesse. Se faire dire encore on recommence, le même pattern, la même affaire, c’est surtout ça qui est frustrant. »

Pourtant, tout semblait bien aller depuis un certain temps. Marc-André subit un traitement expérimental provenant des États-Unis, mais qui n’est pas encore reconnu par Santé Canada. L’effet de l’intervention ne vise pas à guérir le patient, mais bien à endormir la maladie. Ce qui semble avoir donné de bons résultats puisque depuis juillet dernier, tout semblait au beau fixe pour Marc-André.

Avant de connaître les résultats du dernier scan, dévoilés le 17 mars dernier, Marc-André avait une mauvaise intuition « j’avais dit à ma chum, ce scan-là, je le sens pas. J’avais pas de douleur, mais la manière que j’étais fatigué plus souvent. J’allais faire une sieste en après-midi comme avant. D’habitude, je n’en avais pas besoin. J’étais capable de faire ma journée. Je me suis dit oh fu.. je reviens dans le même pattern. » Il mentionne qu’en décembre dernier, son oncologue, Dr François Castilloux, lui avait mentionné avoir décelé quelque chose. « Il m’a dit qu’il y avait de quoi, mais ne savait pas si c’était une source d’inflammation, d’infection ou quelque chose qui était cancéreux. Il a dit on va le revoir dans trois mois, à l’autre scan, pour voir ce que c’est, si c’est encore là. Mais je m’en doutais, j’aimais mieux pas en parler pour avoir de belles fêtes. »

Sa mère, Muguette Skelling, qui accompagnait Marc-André au moment de la mauvaise nouvelle, était sous le choc d’apprendre que son fils n’avait pas fait part de ses craintes en décembre dernier. « On était sous le choc, mais quand tu apprends une nouvelle comme ça, ce n’est pas le temps de lui taper dessus », d’exprimer son père, André Skelling. « Mais on lui a demandé de jamais, jamais, jamais nous cacher quoique ce soit même si c’est pour nous ménager. De ne pas prendre ça seul. On a toujours été là pour les bons moments comme pour les plus durs et ça va continuer. »

Au moment de la rencontre, Marc-André attendait des nouvelles pour le début des nouveaux traitements. Celui expérimental se poursuit, précise-t-il, « le médecin m’a parlé d’une autre sorte de chimiothérapie plus la radiothérapie. J’attends de savoir quand ça va commencer. » Marc-André et ses parents admettent que la dernière nouvelle n’a pas été facile à prendre, mais il n’est pas question d’abandonner, au contraire. La situation n’est pas facile à vivre au quotidien, mais la famille de Marc-André avec ses frères et leur compagne profite au maximum des beaux moments qu’ils passent ensemble. « En fin de semaine, on est allé à la cabane. On savoure ces petits moments qu’on apprécie. » Mme Skelling ajoute que d’autres beaux moments se pointent dont la naissance de nouveau-nés. La conjointe du plus jeune frère de Marc-André devrait donner naissance au cours des prochains jours et celui-ci en sera le parrain. Son autre frère devrait vivre la même expérience en septembre. « Ces beaux moments, ça aide », d’exprimer Mme Skelling.

Tous ensemble avec Marc-André poursuivent le combat et leur implication dans le milieu. Le jeune homme sera le président d’honneur de la collecte de sang qui se déroulera le 5 avril prochain au Centre de formation professionnelle de Lennoxville et les membres de sa famille seront présents pour donner de leur sang. Fort de l’amour et des témoignages d’appui, Marc-André n’a pas l’intention d’abandonner même si parfois la route présente des embûches.

ACTU-Marc Rousseau

Marc Rousseau lauréat

Marc Rousseau d’East Angus a reçu les honneurs lors du Mérite estrien volet engagement bénévolat. Le trophée lui été remis lors du gala, tenu pour l’occasion, à l’Université de Sherbrooke dernièrement. Témoins de son implication, M. Rousseau était accompagné de Denis Brault, ancien propriétaire des Résidences du Haut-Saint-François et sa conjointe Lise, de la directrice adjointe de la résidence, Annie Breton, ainsi que Thérèse Domingue, responsable du Transport de personnes dans le Haut-Saint-François.

La candidature de M. Rousseau a été proposée par la Ville de East Angus, qui est contraire à leurs habitudes, exprime le lauréat. « Je ne suis pas habitué de recevoir, je suis capable d’en donner, mais en recevoir, j’ai un peu de difficulté, mais ça fait plaisir », exprime humblement le récipiendaire. M. Rousseau est actif dans la communauté de façon bénévole depuis bien des années, déjà il en cumule une dizaine aux Résidences du HSF, en plus d’être impliqué depuis 14 ans auprès des Chevaliers de Colomb. Pour Caritas, il participe à la campagne du pain partagé et il est au Transport de personnes HSF depuis 34 ans, anciennement le Transport du bonheur.

Aux grands maux les grands remèdes, M. Rousseau souffre de fibromyalgie et ce n’est pas la douleur qui le fera manquer une journée malgré la souffrance. « Je ne veux pas rester à la maison pour me plaindre sur mon sort. Ça donne quoi de rester à maison, ça ne m’améliorerait pas de toute façon. J’y vais pareil, mais j’en fais un peu moins. Je n’avance pas comme d’habitude, il ne faut pas s’arrêter à ça, il faut se donner un bon coup de pied dans le derrière », témoigne Marc Rousseau, en guise d’exemple pour les gens qui souffrent de cette maladie.

ACTU-Maire

Lyne Boulanger sur les rangs

Trois mois après être installée dans le fauteuil de maire, Lyne Boulanger annonce qu’elle sollicitera un mandat au poste de maire d’East Angus lors de l’élection du 5 novembre prochain. « Ce nouveau défi amène une nouvelle énergie qui sommeillait en moi », déclare-t-elle.

Rappelons que Mme Boulanger a succédé au maire Robert Roy, qui a quitté ses fonctions pour cumuler celles de préfet de la MRC du Haut-Saint-François.

Conseillère municipale depuis 2001, Mme Boulanger estime qu’elle en est rendue à cette étape « et je suis très fière d’avoir accepté ce nouveau défi. Dans les dernières années, nous avons accompli beaucoup de changements, notre image a changé, énormément de travail a été fait et il y a encore beaucoup d’autres projets que je veux mener à terme. »

Mme Boulanger mise sur ses 16 années d’expérience, sa connaissance des dossiers ainsi que sur sa détermination et sa ténacité, dit-elle, pour relever les défis à titre de maire.

ACTU-Ken

Photo de Ken McGinn

Nous tenons à préciser que la photo accompagnant le texte traitant du jeune coureur sur motoneige, Steven Marquis, publié dans notre dernier numéro, est l’œuvre du photographe Ken McGinn de l’entreprise XtremeCanada.

actualite HSF

Énergie jeunesse Haut-Saint-François kicks off

A group of organisations and community partners aiming to improve the circumstances of children and young adults has just created a collaborative table, Énergie jeunesse Haut-Saint-François (in English, probably to be christened Energy and You). The idea grew out of discussions on the many problems identified in the region, and the shared commitment of the different participants during a large meeting at the East Angus cultural centre.

Resulting from the work of the Youth Table, a watchdog committee was created to reflect on a new form of collaboration that would aim to resolve various difficulties experienced in our region. “The exercise was to highlight the issues that young people have,” explained Sylvain Lessard of the Carrefour jeunesse-emploi (CJE). Over the two past years, the committee of eight members looked at different difficulties. At the top of the list were the most recent statistics. With the results of their research in hand, they invited various partners and organisations to help decide on the next steps to take. Besides numerous community organisations, also present were representatives of the CIUSSS de l’Estrie – CHUS, Townshippers’ Association and the Eastern Townships School Board, as well as Robert Roy, Prefect of the HSF RCM, and Dominic Provost, director general of the RCM and the CLD.

The exploration resulted in highlighting four important issues in our region: sexual assault, mistreatment and neglect, mental health and suicide, and drug and alcohol use. “Today, what we are asking is to deliberate,” said Lessard. Committee members then took turns speaking: Renée-Claude Leroux of the Hauts-Cantons school board, Sylvain Lessard of the Carrefour Jeunesse-Emploi, Myrthô Ouellette of the Haut-Saint-François fou de ses enfants, Marilyne Martel of the CIUSSS de l’Estrie – CHUS, Jinny Mailhot of the CDC, Éric Martineau of the Partners for Educational Success (Projet PRÉE), Jean-Guy Tessier of the Territorial Collective, and Sébastien Tison of the Comité loisir de la MRC. They shared some surprising facts and statistics about each of the four selected issues.

“These are topics that are really alarming. They’re not small cases, they’re quite heavy problems. We have to work really closely together,” said Mailhot. The objective of the group was to prioritize the broad issues and schedule them for discussion at gatherings, with the first in October 2017 and the next in January 2018. This task was difficult for the assembled participants, because all the topics discussed were important and had serious consequences. Two were finally selected to be the first themes dealt with at the next two gatherings: mental health and suicide, and sexual assaults.

Together, the committee hopes that the community partners collaborate on small actions, insofar as they are able, in order to bring about big changes. Robert Roy, prefect, sensitive to issues relating to youth and concerned about the size of the task, commented, “I find this so big, I am with youth everyday, and I try to see everything. How are you going to follow up in a way that has concrete results?” Renée-Claude Leroux quickly responded, “This is why we are here. We have to come together and look at what is happening. We cannot rescue everyone, but the first step is important.”

Between now and the next meeting in October, the watchdog committee plans to gather information about the theme for that meeting, to enable participants to take concrete measures.

©2020 Journal Le Haut-Saint-François