actualite

Rétrospective 2021 – Partie 2

SEPTEMBRE
Trèd’si
Nouvel exportateur de l’année
Récipiendaire du prix du Nouvel Exportateur de l’année par Carrefour Québec International (CQI), l’entreprise de Westbury, Trèd’si, voit son travail assidu porter fruit. En devenant Exportateur Étoile du CQI, elle se positionne comme finaliste pour le Gala à l’Exportation MercadOR Québec à l’automne.
Projet MADA-Familles
Une consultation publique pour bientôt

La préparation du projet MADA-Familles (municipalité amie des aînés) à l’échelle régionale auquel participent 12 municipalités et la MRC du Haut-Saint-François va bon train. Les comités sont formés et une consultation publique devrait se faire au cours de l’automne, ce qui permettra d’élaborer le plan d’action pour l’ensemble du territoire.
Vente du terrain de golf à East Angus
Une seule offre à 100 000 $

Une seule offre de proposition a été déposée pour l’achat du terrain de golf appartenant à la municipalité de East Angus. Il s’agit de l’entreprise Constructions Morin qui propose 100 000 $. La proposition sera étudiée en comité de travail et c’est tout le conseil qui prendra la décision, de commenter la mairesse, Lyne Boulanger.
Créer des lieux de rencontres spontanées à Chartierville
La municipalité de Chartierville inaugurait son nouveau mini-putt ainsi que l’Espace de l’amitié aménagé au centre du village. L’objectif derrière ces aménagements est d’offrir des activités familiales intergénérationnelles, ainsi qu’un lieu de rencontres spontanées.
L’application du passeport vaccinal
L’application du passeport vaccinal dans les restaurants du Haut-Saint-François ne semble pas faire l’affaire de quelques restaurateurs. Si certains s’en accommodent, d’autres y voient un frein à leur entreprise et sont carrément mécontents.
Vente du terrain de golf à East Angus
La ville rejette l’offre et propose une consultation
La municipalité de East Angus rejette l’unique offre de proposition déposée par Constructions Morin, pour l’achat du terrain de golf et propose une consultation publique qui sera menée en 2022, pour définir l’avenir du site.
Chartierville s’implique dans le projet de vélo de montagne
La municipalité de Chartierville appuiera financièrement le projet de sentier de vélo de montagne à la hauteur de 20 % plus les frais non admissibles. Le projet global est légèrement supérieur à 175 000 $, « mais si on enlève toutes les taxes qu’on récupère, c’est autour de 152 000 $ », d’exprimer le maire, Denis Dion. Pour la municipalité, sa participation financière s’élèverait approximativement à 30 400 $.
Hockey senior à East Angus
Nouvelle saison, nouvelle direction, nouvelles couleurs, voilà ce qui marque l’arrivée des Shark’s d’East Angus dans la ligue régionale de hockey senior A. Nouveau propriétaire de l’ancienne équipe Distribution Payeur, Alex Paquette-Viens était fier de présenter, en conférence de presse, la nouvelle direction de la formation locale.
Réélection de Marie-Claude Bibeau dans Compton-Stanstead
Marie-Claude Bibeau entame un troisième mandat en six ans à titre de députée de Compton-Stanstead. Elle a même légèrement augmenté son avance avec 3 344 voix de majorité sur sa plus proche rivale, la candidate du Bloc Québécois et mairesse d’Ascot Corner, Nathalie Bresse.
Inauguration du parc de villégiature et de plein air à Cookshire-Eaton
C’est par une belle journée ensoleillée que la municipalité de Cookshire-Eaton a récemment procédé à l’inauguration officielle du site de villégiature et de plein air situé à l’étang Cloutier. L’endroit qui sera ouvert au grand public pour l’été 2022 se veut un lieu qui facilitera l’échange des générations contribuant à augmenter la qualité de vie des aînés, des familles et de la population en général, de mentionner la mairesse, Sylvie Lapointe.

OCTOBRE
Des luttes dans 11 municipalités
Le visage politique des municipalités risque de se modifier en marge des élections municipales du 7 novembre prochain. Un total de 64 candidats, dont 13, pour des postes de maires dans six municipalités et 51 personnes pour combler les 24 sièges de conseillers disponibles, se font la lutte. Le tiers des candidats au poste de conseillers sont des femmes.
Lutte à deux pour la préfecture
Les citoyens des 14 municipalités de la MRC du Haut-Saint-François auront à voter pour choisir qui du préfet sortant, Robert G. Roy, ou Marc Turcotte sera le mieux habilité pour remplir ce poste.
Valoris se porte mieux financièrement
On ne crie pas encore victoire du côté de Valoris, mais le plan de redressement 2019-2021 semble porter fruit. La situation financière s’améliore et se répercute sur les municipalités qui bénéficieront d’une baisse des tarifs de 21 $ la tonne pour le traitement des déchets en 2022.
Passerelle Chantal-Ouellet
Un spectaculaire hommage a été rendu le 2 octobre dernier à Chantal Ouellet pour l’ensemble de son œuvre tant dans la municipalité de Scotstown, que dans la MRC du Haut-Saint-François, et dont le rayonnement, par son exemple, déborde sur les rives de la politique provinciale. Le conseil municipal a baptisé en son honneur, la passerelle du parc Walter-MacKenzie, Passerelle Chantal-Ouellet.
Nouvel hôtel de ville à Bury
Les citoyens de Bury profitent depuis juillet dernier d’un nouveau bureau municipal, l’Édifice Desjardins, où le travail s’exécute dans un meilleur climat. Une vingtaine de personnes de tous horizons ont pu visiter les lieux. Yves Veilleux, administrateur de la Caisse du Haut-Saint-François, s’est adressé à eux pour en souligner l’inauguration.

Suicide

Prévention du suicide : joignez-vous au mouvement de mobilisation !

Chaque année, l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) met sur pied et coordonne la Semaine nationale de prévention du suicide. La 32e édition, qui porte le thème  Parler du suicide sauve des vies et se déroule du 30 janvier au 5 février 2022, se concentre sur la question Comment parler du suicide en ligne ? L’AQPS souhaite, entre autres, faire connaître aux personnes vulnérables et à leurs proches les ressources d’aide disponibles et inviter les citoyens et les organisations à contribuer à la prévention du suicide.
Comment soutenir la cause ?
Le suicide étant une mort évitable grâce à la prévention, les petits et les grands efforts pour sensibiliser la communauté ont tous le potentiel de faire diminuer le nombre de suicides au Québec, qui s’élève actuellement à trois par jour, en moyenne. Voici quelques gestes simples à poser :
Partagez le site CommentParlerDuSuicide.com et les visuels de la campagne sur vos réseaux sociaux;
Installez des affiches de sensibilisation dans votre milieu scolaire ou de travail, par exemple;
Donnez des épinglettes matérielles ou virtuelles « T’es important-e pour moi » à vos proches;
Organisez une collecte de fonds ou une autre initiative citoyenne;
Ajoutez le filtre de la campagne à votre photo de profil sur Facebook;
Rendez-vous au aqps.info pour en apprendre plus sur les réflexes de prévention à adopter dans vos activités en ligne.

actualite

AmbassadeuRHSF : Une soixantaine d’entreprises ont répondu au sondage

Près de 60 entreprises du Haut-Saint-François ont répondu au sondage Aime ta main-d’œuvre. Lancé par le Centre local de développement (CLD) du Haut-Saint-François, ce sondage visait à évaluer les besoins en ressources humaines chez les entreprises du secteur et correspondait à la deuxième phase du projet pilote de service d’intervention en ressources humaines AmbassadeuRHSF.
Ce projet pilote a pour objectif de supporter l’ensemble des entreprises dans la situation de pénurie de main-d’œuvre et de faire extension dans tout ce qui touche la gestion des ressources humaines. Au total, 400 entreprises du Haut-Saint-François ont été sollicitées et parmi celles-ci 59 ont répondu au sondage, ce qui rend l’étude valable. Ainsi, les résultats se retrouvent avec un niveau de confiance de 90 % et d’une marge d’erreur de 10 %, estiment les responsables du projet et conseillères en ressources humaines, Caroline Dufour et Marie-Josée Rodrigue. Une rencontre virtuelle a été organisée afin de présenter les résultats de ce sondage. Ces derniers ont été compilés selon quatre secteurs, soit manufacturier, commerce de détail, services et autres.
Une carte de 14 municipalités du Haut-Saint-François a été présentée afin de démontrer la provenance de chacun des répondants. Mme Rodrigue s’estime satisfaite de la diversité des répondants et explique que de nouvelles données continuent d’être collectées. Plusieurs points sont ressortis, notamment l’importance de la gestion des ressources humaines, le moment d’embauche, la rétention de main-d’œuvre et la rémunération. 
La première question visait à connaître l’importance de la gestion des ressources humaines dans chacune des entreprises. En moyenne, les répondants estiment que cette gestion est importante à 8,7/10. L’équipe de recherche tenait également à connaître le nombre d’employés et le nombre de gestionnaires dans chacune des entreprises afin de pouvoir dresser un ratio. Les résultats démontrent que le secteur manufacturier présente le plus haut taux d’encadrement. Le secteur autres, quant à lui, obtient un taux de 45 %, expliqué par le fait que dans le Haut-Saint-François plusieurs petites entreprises sont constituées d’un gestionnaire et d’un employé, selon Mme Rodrigue.
L’équipe cherchait à connaître quel était le mois dans l’année où l’embauche était la plus forte. Pour les secteurs manufacturier et services, c’est en avril, pour le commerce au détail, c’est en mars et pour le secteur autres, c’est d’août à septembre. « Globalement si on met tous les secteurs ensemble dans le Haut-Saint-François, on voit que c’est vraiment en avril que l’embauche est la plus forte », explique Mme Rodrigue. Pour ce qui est des horaires de travail, le secteur du commerce de détail est le seul qui n’a pas de quarts de travail de nuit. Tous les autres secteurs doivent faire face à une gestion variée des quarts de travail. L’une des facettes de cette étude visait à connaître le taux de roulement dans les entreprises. Pour la conseillère, il était intéressant de voir que 51 % de celles-ci ne le connaissait pas. Quant à l’exercice visant à comparer les conditions de travail auprès de la compétition, 69 % des répondants affirment ne pas avoir fait l’exercice et parmi les 31 % qui l’ont fait, 85 % d’entre eux ont trouvé qu’ils étaient compétitifs.
À la question visant à savoir si les gens étaient prêts à embaucher une personne qui n’a pas le profil demandé, 80 % ont répondu de façon affirmative. « La raison qui serait à creuser et discuter de manière intéressante est : est-ce que c’est par dépit qu’on dévie du profil initial ou simplement parce qu’on a une ouverture d’esprit vers des options comme orientation travail », se questionne Mme Rodrigue. Concernant les outils en gestion des ressources humaines les plus utilisés, les répondants affirment que la description des tâches est l’outil le plus utilisé suivi par la mission, vision et valeurs et en 3e et 4e position ex aequo, c’est le manuel de l’employé et le plan d’accueil des nouveaux employés. 
Mme Dufour expliquait quant à elle les résultats concernant les enjeux en gestion des ressources humaines. Selon les répondants, les enjeux prioritaires seraient la rétention de la main-d’œuvre à 53 %, l’attraction de la main-d’œuvre 49 % et la rémunération à 34 %. « Ce qui est intéressant aussi c’est que quand on regarde le Portrait 360° de la main-d’œuvre du marché du travail au Québec, qui a été fait par la Commission des partenaires du marché du travail au Québec, ils ont ressorti les deux mêmes enjeux principaux, soit l’attraction et la rétention », explique Mme Dufour. Ainsi, cette donnée affirme que le Haut-Saint-François n’est pas différent du reste du Québec. Selon les réponses reçues, les enjeux qui ne sont pas considérés comme étant prioritaires sont l’informatisation des tâches en ressources humaines avec seulement 5 %, le courage managérial est ressorti à 2 % et aucune des entreprises ne considère la gestion des diversités comme étant prioritaire. « En général dans le Haut-Saint-François, les enjeux d’attraction et de rétention en gestion des ressources humaines, c’est principalement relié à la pénurie de main-d’œuvre. Notre étude révèle aussi que la rémunération reste une source d’inquiétude considérable », ajoute-t-elle. 
Finalement, 59 % des répondants se sont montrés intéressés à avoir de l’accompagnement en ressources humaines. Robert Gladu, maire de Lingwick, a profité de l’occasion pour apporter le fait qu’il serait intéressant de faire l’étude auprès des municipalités en tant qu’employeur.
Pour la prochaine étape, le CLD vise à ouvrir un service d’intervention dans les entreprises de façon accompagnée et individuelle. Bernard Ricard, directeur adjoint du CLD, explique également la possibilité d’avoir ce service en groupes dans le milieu agricole. « On regarde le portrait d’entreprise de l’entrepreneur, on identifie deux ou trois choses principales à travailler et on leur donne les ressources pour être capable de s’équiper eux autres même avec qui ils veulent faire affaire et ce qui existe comme documents », explique M. Ricard. Les gens qui ont participé à ce volet d’analyse et d’intervention en entreprise pourront par la suite recevoir le statut d’ambassadeur RH. Cela démontrera à leurs fournisseurs et leurs employés qu’ils sont préoccupés par la main-d’œuvre. Ces séances dureront une dizaine d’heures sous forme de conseil et d’intervention et seront disponibles pour toutes les entreprises du Haut-Saint-François dans les secteurs manufacturiers, services et commerces de détail. 
Pour les entreprises désirant participer au sondage, il est toujours possible d’y répondre en contactant le CLD du HSF.

Artisanex

Du haut de gamme à la perfection pour du mobilier intégré et sur mesure : Credo d’Artisanex d’East Angus

Pouvant compter sur du personnel stable, Artisanex poursuit son développement malgré la pandémie.

Depuis cinq ans, l’entreprise Artisanex d’East Angus produit du mobilier intégré tel des bibliothèques, des façades de foyer et autres modules fixes auxquels s’ajoutent des armoires de cuisine, comptoirs, vanités, et cabinets de salle de bain. Artisanex ne jure que par la qualité dans sa production haut de gamme.
« Que ce soit pour des armoires d’allure moderne ou pour du style champêtre en bois massif, Artisanex possède toutes les compétences pour que le rêve de la clientèle devienne réalité », annonce Alex Vézina, dynamique entrepreneur qui n’a pas encore trente ans. Sa jeunesse ne nuit en rien à l’excellence de sa production. Au contraire ! Sa curiosité naturelle l’incite à se tenir au courant de la dernière innovation dans le domaine. Lui-même, avec l’expérience acquise, imagine, dessine et planifie le moindre meuble qui sort de son usine.
Outre le fait que la clientèle peut espérer des concepts esthétiques osés tout en respectant la fonctionnalité, elle peut choisir une large gamme de matériaux et de finitions pour ses projets. Bois massif, bois laqué sur place, laminés européens ou provenant de Tafisa de Lac-Mégantic, il n’y a qu’à demander. « Nous sommes ouverts à toutes les tendances du marché », complète le jeune entrepreneur. Les fixations, les garnitures et les accessoires tirent leur origine des meilleurs fournisseurs et se situent à la fine pointe de la technologie, qu’il ajoute.
La progression de l’entreprise est qualifiée de fulgurante par son propriétaire. Installé, au début, dans un garage de quelque 2 400 pi carrés, il a déménagé ses pénates dans un autre six fois plus grand, localisé sur la rue Georges Pinard, derrière Viandes Giroux. De six employés, Artisanex en embauche aujourd’hui une vingtaine. « C’est une entreprise familiale », explique M. Vézina. « J’ai dix personnes de ma famille et de celle de ma femme qui travaillent chez nous », démontre-t-il.
Les autres travailleuses et travailleurs ont été recrutés par le biais de Facebook, LinkedIn et Emploi-Québec. « J’ai travaillé fort pour trouver du personnel qualifié et qui resterait à l’emploi », confie l’employeur. Et la COVID dans tout ça ? « L’an dernier, on a dû fermer en février », mentionnait-il. Et il renchérissait : « Malgré tout, même si on est surchargé d’ouvrage, ça fonctionne bien quand même. » La sécurité au travail, l’attention portée pour éviter les contaminations et la qualité des relations entre le personnel et l’employeur priment à l’usine, secret de leur fidélisation.
En témoigne ce commentaire de sa part sur son site internet Artisanex : « Vendredi passé, nous avons livré l’un des projets les plus techniques que nous avons faits ! Nous faisons cette publication pour remercier nos employés en or d’avoir contribué à ce magnifique projet et même, pour certains, d’avoir fini leur quart à 4 h am. Nous avons un team de feu sur qui on peut compter et nous vous en sommes très reconnaissants ! Soyez fiers de ce que vous avez accompli ! » y est-il écrit.
Fort de ses études en ébénisterie à l’école 24-Juin de Sherbrooke, M. Vézina, copropriétaire de l’usine Artisanex avec son père Pierre, a complété son apprentissage au centre de formation de cuisiniste l’Académie du Haut Design, au CÉGEP de Saint-Jean-sur-Richelieu. Il s’agit d’une école spécialisée en production d’équipements de cuisine et salle de bain fonctionnels et esthétiques.
Cette formation lui permet d’accéder à une clientèle, dont 40 % proviennent du marché de l’est des États-Unis, de New York au New Hampshire en passant par Boston. Une autre partie émane, en importance équivalente, de la région de Montréal. L’autre 20 % tire son origine de l’Estrie, de Bromont à notre MRC.

Avantages

3 avantages de privilégier le recrutement local

Pour certains types d’emplois, la technologie facilite le travail à distance et permet ainsi aux entreprises d’engager des employés partout dans le monde. Or, bien que plusieurs se tournent vers l’étranger pour augmenter leurs effectifs, d’autres concentrent plutôt leurs efforts sur les talents locaux. Voici trois bonnes raisons de miser sur cette dernière approche.

  1. Dynamiser l’économie locale
    L’un des principaux avantages de l’embau­che locale, c’est qu’elle crée des emplois et offre des possibilités de formation qui ne seraient pas disponibles autrement. Cela per­met de garder l’argent dans la communauté et renforce du coup l’économie locale.
  2. Développer votre entreprise
    En choisissant des travailleurs de la région, vous vous assurez que votre personnel connaît bien le marché local, ce qui facilite l’obtention de nouveaux contrats. En outre, un em­ployé qui demeure à proximité sera pro­ba­blement plus investi dans la réussite de l’en­treprise, puisque celle-ci profite à toute sa collectivité.
  3. Simplifier le processus d’embauche
    Lorsque vous cherchez localement des employés potentiels, il y a de fortes chances que vous connaissiez déjà quelqu’un qui correspond au profil ciblé ou qui connaît lui-même le candidat idéal. Le processus de recrutement s’en trouve donc simplifié, et vous pouvez compter sur les bonnes personnes pour les postes à pourvoir.
    En résumé, l’embauche de talents locaux est une solution gagnante pour votre entreprise !
Virgin Mady

Virgin Mady : Portes ouvertes des installations

Avec ses nouvelles installations, Virgin Mady est en mesure de poursuivre son développement.

L’entreprise de Bury, Virgin Mady, inaugurait ses nouvelles installations en proposant une journée portes ouvertes. Plusieurs citoyens ont visité la boutique physique ainsi que les lieux de préparation des produits acéricoles.
Ayant connu une croissance impressionnante depuis ses débuts, l’entreprise familiale se devait d’agrandir ses lieux de production. « On s’est donné un gros défi en 2021, de partir d’une bâtisse laitière qui avait 150 vaches et de la transformer en des salles de travail acéricole et de transformation de qualité au point qu’on va aller chercher l’accréditation ACIA (Agence canadienne d’inspection des aliments) », explique Marielle Quirion, copropriétaire de l’entreprise. La visite guidée permettait aux entrepreneurs de montrer aux gens ce qui se cache derrière Virgin Mady et comment c’est fait. Les visiteurs ont également pu profiter d’une petite dégustation en fin de visite.
La boutique physique, située au 750 route 108 Est à Bury, sera ouverte à l’année selon un horaire variable, mais également sur rendez-vous. L’entreprise distribue ses produits dans 160 points de vente à travers le Québec, dont une vingtaine en Estrie, en plus d’une quinzaine hors province.

actualite

Entreprises : De l’aide financière encore disponible

Affectées par la COVID-19, les entreprises du Haut-Saint-François peuvent encore obtenir une aide financière en se tournant vers le volet Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM) du programme d’Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises (PAUPME).
Les programmes sont toujours accessibles aux entreprises. Le PAUPME s’adresse à toutes les petites et moyennes entreprises tandis que le AERAM vise particulièrement les entreprises fermées par ordre de Santé publique, d’exprimer Daniel Bérubé, conseiller aux entreprises du CLD du Haut-Saint-François.
Les conseillers de l’organisme de développement économique sont disponibles pour appuyer les entreprises désireuses de se prévaloir des programmes, précise M. Bérubé. Depuis la création du programme d’aide à l’automne 2020, le CLD a participé à l’acceptation de 29 dossiers pour une aide globale de 747 000 $, indique-t-il.
Le PAUPME vise à favoriser l’accès à des capitaux pour maintenir, consolider ou relancer les activités des entreprises affectées par la pandémie de la COVID-19. Le financement permet de soutenir, pour une période limitée n’excédant pas six mois, le fonds de roulement d’une entreprise dont la situation financière est précaire afin qu’elle soit en mesure de maintenir, consolider ou relancer ses activités. Le financement porte sur le besoin en fonds de roulement nécessaire au maintien des opérations de l’entreprise, déterminé sur la base de dépenses justifiées et raisonnables et sur la base d’un plan de relance démontrant de bonnes perspectives de rentabilité à moyen terme.
Aide
L’aide accordée pourra prendre la forme d’un prêt ou d’une garantie de prêt. L’aide financière pourra atteindre un montant maximal de 50 000 $. Dans le contexte de la relance des entreprises, une aide financière additionnelle maximale de 50 000 $ pourra s’ajouter à celle déjà octroyée dans le cadre du programme. La valeur totale de l’aide financière octroyée ne peut toutefois pas excéder 150 000 $ à tout moment à l’intérieur d’une période de 12 mois. Le taux d’intérêt sera de 3 %. Un moratoire de remboursement du capital et des intérêts de 3 mois s’appliquera automatiquement sur les contrats de prêt. Ce moratoire pourra être prolongé jusqu’au 31 mars 2022. Un moratoire additionnel allant jusqu’à 12 mois sur le capital pourra être accordé. Un amortissement de 36 mois excluant le moratoire de remboursement devra être prévu. Exceptionnellement, l’amortissement pourrait aller jusqu’à 60 mois, excluant le moratoire de remboursement. L’aide accordée ne pourra être jumelée à une aide obtenue dans le cadre du Programme d’action concertée temporaire pour les entreprises (PACTE).
Pour le volet AERAM, l’entreprise admissible pourra voir convertir en pardon de prêt (contribution non remboursable) l’équivalent de 80 % de son prêt octroyé dans le cadre du PAUPME, et ce, en fonction de diverses conditions.
Les personnes désireuses d’en savoir davantage peuvent communiquer avec un des conseillers du CLD du Haut-Saint-François.

Dessert de Noel

Faites un cadeau à votre communauté grâce à l’achat local !

Le temps des Fêtes est l’une des périodes de l’année où les dépenses des consommateurs sont plus élevées en raison de l’achat de présents, de vêtements chics ou de denrées alimentaires pour recevoir les invités. Mais saviez-vous qu’en optant pour l’achat local ce Noël, vous feriez aussi un précieux cadeau à votre communauté ? Voici pourquoi !
Un petit geste au grand impact
En plus d’encourager les commerçants de votre secteur, l’achat local se répercute positivement de plusieurs autres façons. Il peut contribuer à l’ensemble de l’économie d’ici en aidant à préserver une importante quantité d’emplois, de la première étape de la chaîne de production de vos produits à la vente de ceux-ci. Acheter localement pourrait d’ailleurs être comparé à une forme d’investissement auprès des entreprises de la région, puisque cela permet à ces dernières de rendre accessible une grande variété de produits et de services.
De plus, une entreprise qui bénéficie d’un meilleur revenu grâce aux transactions effectuées par les citoyens de la région contribue à augmenter les revenus d’impôts des gouvernements. Cet argent peut ensuite être réinvesti dans des services qui profitent à toute la communauté !
Vous avez l’environnement à cœur ? L’achat local entraîne une production réduite de gaz à effet de serre en raison du transport nécessaire pour acheminer les marchandises aux commerces situés près de chez vous.
Une foule de possibilités
L’achat local ne se limite pas aux produits que vous pouvez déposer dans un panier, mais également à de nombreux services. Pensez à toutes les entreprises de l’industrie événementielle ou culturelle, comme les musées, les salles de spectacles, les galeries d’art, les attractions touristiques, et plus encore. Optez, par exemple, pour un forfait qui gâtera toute la famille ou offrez une expérience en cadeau. Celle-ci permettra peut-être à un proche de découvrir un nouvel endroit et pourrait lui donner envie d’y retourner par la suite.
Des occasions avantageuses
Pendant la période des Fêtes, il n’est pas rare de voir certaines villes ou certains commerces mettre en place des initiatives pour encourager l’achat local. Il peut s’agir de répertoires en ligne qui listent toutes les entreprises des environs et vous aident à trouver le ou les produits et services qui vous font envie. Parfois, des boutiques vous proposent d’acheter une carte-cadeau à offrir et vous donneront par la même occasion un rabais, un crédit ou une autre carte à utiliser vous-même lors d’une prochaine visite.
L’achat local, voilà assurément le plus beau cadeau de Noël à (s’) offrir cette année !

MASCULINITE

Célébrons les nouvelles réalités de la masculinité !

En novembre, les individus de sexe masculin sont à l’honneur, notamment avec le fameux Movember, mais aussi lors de la Journée internationale des hommes, qui a lieu chaque année le 19 novembre. L’objectif de cet évènement est essentiellement de valoriser l’implication des hommes dans la société. En 2021, il est réjouissant de constater que le rôle traditionnel qui leur est attribué se transforme, et pour le mieux !
Briser les clichés
Certains stéréotypes masculins ont la vie dure, par exemple : les hommes sont agressifs et compétitifs, ils ne pleurent jamais, ils ne s’intéressent pas aux soins des enfants, ils ne pensent qu’au sexe, ils ne se soucient pas de leur apparence. D’une année à l’autre, ces clichés se déconstruisent, au point que nombre de ces messieurs s’extirpent de ce «moule» et affichent enfin leur vraie personnalité.
Affirmer son authenticité
Ainsi, saluons aujourd’hui tous les hommes qui défient les normes établies à leur façon, notamment ceux :
• Qui choisissent un métier non traditionnel (éducateur en service de garde, infirmier, etc.);
• Qui prennent soin de leurs enfants au quotidien ou sont «papa au foyer»;
• Qui font leur juste part en matière de tâches ménagères;
• Qui n’hésitent pas à afficher un style audacieux (vêtements, coiffure, maquillage, etc.);
• Qui n’ont pas honte d’exposer leur vulnérabilité et d’exprimer leurs émotions.
Frères, pères, conjoints, amis, collègues… les hommes de cœur sont partout autour de vous. Montrez votre appréciation et votre amour à tous ceux qui embellissent vos jours !

Caméra de recul

La caméra de recul, un dispositif de sécurité des plus utiles !

Obligatoire depuis 2018 sur tous les véhicules neufs vendus au Canada, la caméra de recul est un dispositif de sécurité fort pratique. Si votre voiture n’en est pas équipée, vous pourriez songer à en installer (ou à en faire installer) une pour pouvoir profiter de ses qualités appréciables. Tour d’horizon !
Avantages
La caméra de recul vous facilite la vie lors­que vous vous garez en marche arrière ou en parallèle, ou encore quand vous reculez dans un stationnement public, par exemple. En effet, elle vous fournit une image claire de l’arrière de votre véhicule et de ce qui se trouve derrière celui-ci — et que vous pour­riez avoir de la difficulté à voir même en regardant par-dessus votre épaule. Néanmoins, elle ne vous dispense pas de faire preuve de vigilance et de consulter vos rétroviseurs avant de reculer.
Fonctionnement
De façon générale, des lignes de différentes couleurs sont visibles sur votre écran pour vous indiquer la distance sécuritaire entre vo­tre auto et ce qui se trouve derrière celle-ci. Ces lignes de référence vous permettent en outre de mieux évaluer la largeur de votre véhicule. Assurez-vous de connaître leur signification pour utiliser adéquatement vo­tre caméra de recul, puisque les lignes et les couleurs varient selon le fabricant.
Pour faire un choix éclairé, renseignez-vous auprès des détaillants d’appareils électroniques de votre région !

Préparez votre véhicule pour l'hiver

Préparez votre véhicule pour la conduite hivernale!

Chaque année en octobre se tient le Mois de la sécurité automobile. En cette occasion, les membres de l’Association des industries de l’automobile du Canada (AIA) travaillent de concert afin d’inciter les propriétaires d’automobiles à se préparer à la conduite d’hiver. Vous possédez un véhicule? Voici ce que le programme « Mon auto, j’en prends soin » vous conseille.
S’y prendre à l’avance
Les experts de l’industrie recommandent d’exécuter certaines tâches avant que les températures baissent. Cette habitude peut permettre de régler les problèmes mineurs avant qu’ils ne dégénèrent et de réparer les bris provoqués par les longs déplacements durant la saison chaude.
En donnant de l’information pertinente aux automobilistes à propos de l’inspection préhivernale et des tâches d’entretien essentielles, le programme contribue notamment :
• À augmenter la sécurité sur les routes;
• À prévenir des collisions;
• À éviter des pannes lors de tempêtes.
Voilà des bienfaits non négligeables, vous en conviendrez! En hiver, sur nos routes capricieuse pour ne pas dire périlleuses, il est crucial d’avoir des freins efficaces, des pneus conformes et un système de chauffage parfaitement fonctionnel, entre autres.
Demander une inspection
Avec leurs systèmes technologiques avancés, les véhicules modernes sont de véritables « ordinateurs sur roues ». Par conséquent, même si vous êtes habile pour réaliser certaines tâches (ex. : vidanger l’huile à moteur), seul un mécanicien professionnel détient les outils, les connaissances et les compétences pour s’assurer de la condition des pièces sophistiquées.
Prenez rendez-vous dans un atelier de mécanique près de chez vous!

Lavez votre véhicule

3 bonnes raisons de laver sa voiture en hiver

Avez-vous l’habitude de nettoyer votre véhicule durant la saison froide? Si tel n’est pas le cas, jetez un œil à ces excellentes raisons de procéder à cette tâche régulièrement, et ce, même si le résultat n’est visible que pour un court laps de temps ou de kilomètres!

  1. Pour accroître la visibilité
    Si vos phares et vos feux arrière sont encrassés par la gadoue, non seulement votre route sera peu effica­cement éclairée, mais les autres automobilistes vous verront également moins bien. Par ailleurs, même si les essuie-glaces peuvent nettoyer sommairement votre pare-brise, un « vrai » lavage s’impose à l’occasion. Qui plus est, la lunette arrière (si elle n’est pas dotée d’un essuie-glace) et les vitres latérales demeureront sales sans votre intervention, ce qui nuira assurément à votre visibilité.
  2. Pour prévenir la rouille
    On le sait, sels de déglaçage et véhicules ne font pas bon ménage, puisque le calcium favorise la formation de rouille. Un nettoyage en profondeur est donc de mise pour éviter que celui-ci ne s’accumule. Soyez particulièrement assidu si vous vous stationnez dans un garage chauffé (et veillez à ne pas abuser du chauffage!). En plus de la carrosserie, assurez-vous de rincer le dessous de la voiture à l’aide d’un jet d’eau à haute pression. Bon à savoir : certains lave-autos automatiques projettent des jets d’eau sous le véhicule.
  3. Pour dégager les roues
    On ne pense pas toujours à vérifier les roues avant de partir. Or, lorsque la neige s’y accumule, celles-ci peu­vent être déséquilibrées. Résultat? La voiture vibre inhabituellement. En lavant régulièrement cette dernière, vous éviterez un tel désagrément.
    En somme, nettoyer votre véhicule en hiver vous permettra de conserver celui-ci en bon état plus longtemps et de prendre la route de façon plus sécuritaire. Ainsi, essayez d’effectuer cette corvée au moins une fois par mois lorsqu’il neige ou que des abrasifs sont épandus sur la chaussée.
Caméra de chasse sur cellulaire

Les caméras de chasse cellulaire : des avantages à revendre !

Les caméras de surveillance sont aujourd’hui quasi incontournables pour les chasseurs qui désirent analyser les allées et venues des animaux sur leurs sites de chasse. Or, avec les caméras de chasse cellulaires, qui vous permettent de recevoir vos photos directement sur vos appareils électroniques, où que vous soyez, à condition d’avoir du réseau, bien sûr !, vous profitez d’avantages supplémentaires non négligeables !
En effet, comme vous n’avez pas à vous rendre sur place pour récupérer vos photos, vous gagnez un temps précieux et épargnez considérablement sur l’essence, en particulier si votre territoire de chasse est situé loin de chez vous. Ainsi, bien qu’elles soient plus chères à l’achat, quoique de plus en plus abordables, vous réaliserez des économies à long terme. Les caméras à transmission cellulaire s’avèrent également utiles pour les sites difficiles d’accès.

Qui plus est, en limitant vos allers-retours à vos sites d’appâtage, vous minimisez les risques de les contaminer et d’y laisser des indices qui alerteraient vos proies potentielles. Par ailleurs, les caméras cellulaires vous permettent d’avoir une idée plus précise des habitudes de celles-ci.
Le principal défaut de ces gadgets ? Recevoir des photos de ce qui se passe sur vos sites de chasse, pratiquement en temps réel, pourrait bien devenir « addictif », perturbant du coup vos activités quotidiennes !

3 façons de soutenir les anciens combattants du Canada toute l’année

À l’occasion du jour du Souvenir, on commémore partout au pays les braves hommes et femmes ayant péri dans l’exercice de leurs fonctions, en plus de saluer le travail de ceux et celles qui servent actuellement dans les forces armées. Or, pourquoi limiter cette reconnaissance au 11 novembre ? Voici trois façons de soutenir les anciens combattants canadiens tout au long de l’année :

  1. Don à une organisation caritative
    Il existe un certain nombre d’organismes de bienfaisance, dont le Fonds du coquelicot et VETS Canada, qui font un travail essentiel pour soutenir les anciens combattants d’un océan à l’autre. Un don, même minime, peut contribuer à améliorer la situation des personnes qui ont risqué leur vie pour leur pays.
  2. Bénévolat dans une Légion
    Il y a plus de 1300 filiales de la Légion royale canadienne à travers le pays. En tant que plus grande organisation de services aux anciens combattants du Canada, celle-ci offre des programmes de sensibilisation et d’aide aux vétérans et à leur famille ainsi que des services communautaires. Donner du temps à votre filiale locale est une excellente façon d’agir pour le bien de ceux qui ont servi.
  3. Visite à un vétéran de votre collectivité
    Anciens Combattants Canada (ACC), en collaboration avec la Légion royale canadienne, gère une initiative qui facilite les visites auprès de vétérans dans des établissements de retraite et de soins de longue durée. Ces rencontres permettent des interactions sociales à des personnes qui, autrement, ne recevraient pas beaucoup de visiteurs et favorisent leur sentiment d’appartenance à la communauté. Passer du temps avec un ancien combattant peut avoir un impact majeur sur sa vie et la vôtre.
    En ce jour du Souvenir, sachez que nos vétérans ont besoin d’aide tout au long de l’année, et songez à offrir votre soutien.
Démarrer-une-coopérative

5 bonnes raisons de démarrer une coopérative

Les coopératives contribuent à bâtir un monde meilleur de plusieurs manières, notamment grâce aux valeurs qui les guident, à leurs objectifs sociaux et économiques et à leur respect de l’environnement. Voici cinq excellentes raisons de lancer une coopérative !
Proximité avec les clients : les membres d’une coopérative constituent son capital et sont également ceux qui prennent les décisions. La proximité avec ceux-ci permet de mieux répondre à leurs besoins.
Faculté d’entraide : les coopératives œuvrent régulièrement au sein de différentes structures afin d’apporter le meilleur à leurs membres, mais aussi d’encourager les initiatives du mouvement coopératif.
Solution à un problème : les coopératives naissent principalement d’un besoin à combler. Elles permettent, entre autres, de s’unir pour acheter des équipements dispendieux ou pour redonner et investir dans la communauté.
Prises de décisions stratégiques : les décisions d’un modèle coopératif sont prises en tenant compte de nombreux points de vue, ce qui évite ou limite grandement les mauvais choix. Chaque membre ne dispose à cet effet que d’un seul vote lors d’une assemblée générale, et ce, quelle que soit la quantité de parts qu’il détient.
Taux de survie : les coopératives sont particulièrement durables. Après 10 ans d’existence, leur taux de survie est plus du double de celui des autres types d’entreprises. Elles sont donc plus susceptibles de résister aux aléas économiques et de demeurer actives longtemps.
Pour en apprendre plus sur le processus de démarrage d’une coopérative ou pour obtenir un appui financier, visitez le cqcm.coop !

Tâches-extérieur.

10 tâches à réaliser à l’extérieur avant l’hiver

Au Québec, l’hiver a deux visages : celui des jolis flocons et des activités en famille, et celui des violentes tempêtes qui mettent nos nerfs et nos maisons à rude épreuve ! Cet automne, assurez-vous de préparer l’extérieur de votre demeure et votre terrain contre les caprices de dame Nature.

  1. Nettoyez les gouttières : brindilles, feuilles mortes et compagnie peuvent obstruer vos gouttières et empêcher l’écoulement de l’eau. Veillez à bien les vider pour éviter les mauvaises surprises.
  2. Inspectez et réparez la toiture : y a-t-il des bardeaux fendus, manquants ou retroussés ? Présence de mousse végétale ou de parasites ? Absence de gravier dans certaines zones ou déchirures dans la membrane (s’il s’agit d’un toit plat) ? Si oui, voyez-y !
  3. Ramonez la cheminée : des dépôts accumulés sur les parois internes peuvent s’enflammer. Un ramonage en profondeur est de mise pour prévenir un incendie !
  4. Colmatez les fissures des murs et des fondations : vous avez tout à gagner à réparer sans tarder les craquelures dans les fondations et les murs pour protéger votre maison et éviter de coûteuses réparations !
  5. Fermez la piscine : vidanger une partie de l’eau, nettoyer le filtreur, installer une toile… faites le nécessaire pour que votre piscine résiste à l’hiver !
  6. Dégagez les margelles : pour éviter les débordements et d’autres problèmes, retirez les débris et assurez-vous que le drain est fonctionnel.
  7. Installez des grilles sur les évents : si ce n’est déjà fait, posez des grillages robustes sur vos évents. Ainsi, votre demeure ne deviendra pas un abri pour de petites bestioles à la recherche de chaleur.
  8. Protégez les arbustes : enveloppez vos précieux végétaux dans une toile de protection (ex. : en jute ou en géotextile).
  9. Taillez ou élaguez les arbres et les haies : des branches lourdes menacent de tomber sur votre toit ? La haie atteint des sommets vertigineux ? C’est le moment de leur offrir une bonne coupe !
  10. Rangez les meubles et accessoires de jardin : brouette, chaises en rotin, arrosoirs, barbecue… mettez tout cela à l’abri des intempéries !
    Pour des résultats à la hauteur, faites confiance aux professionnels (couvreurs, ramoneurs, élagueurs, etc.) de votre région.
Accueillir-lhiver

L’hiver approche : votre maison est-elle prête à l’accueillir ?

Avec la saison froide qui approche à grands pas, vous devez vous assurer de préparer adéquatement votre propriété pour y faire face ! Voici donc un rappel des principales tâches à inscrire et à cocher sur votre liste cet automne.
Entretenir le système de chauffage : peu importe votre système et vos appareils de chauffage (ex. : plinthes électriques, foyer aux granules, fournaise), il est essentiel de veiller à les inspecter, à les nettoyer et à les entretenir, idéalement en faisant appel à un professionnel.
Assurer l’étanchéité des portes et des fenêtres : enlevez les moustiquaires de vos fenêtres et vérifiez si vos cadrages laissent passer de l’air. Si oui, calfeutrez-les à l’aide d’un produit adéquat ou recouvrez-les d’une pellicule de plastique. Voyez également si les coupe-froid de vos portes sont en bon état; remplacez-les au besoin.
Nettoyer et ranger les climatiseurs : retirez vos climatiseurs portatifs des fenêtres, nettoyez leur filtre et entreposez-les dans un endroit à l’abri de la saleté et des intempéries.
Dépoussiérer les conduits d’aération : ôtez les grilles des conduits d’air et passez l’aspirateur pour éliminer un maximum de débris accumulés.

Vérifier les détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone : que vous chauffiez votre propriété au bois ou non, il est essentiel d’avoir des détecteurs en quantité suffisante et en bonne condition (remplacez les piles au besoin). Profitez également de l’occasion pour examiner vos extincteurs portatifs.
En réalisant ces quelques tâches, non seulement vous réduirez les pertes de chaleur, mais vous respirerez un air plus sain !

Inspectez-votre-véhicule

4 composantes de votre véhicule à faire inspecter en prévision de l’hiver

L’hiver en fera assurément voir de toutes les couleurs à votre voiture. Pour que celle-ci soit prête à affronter le froid et les intempéries et qu’elle ne vous laisse donc pas tomber au pire moment !, quelques vérifications, dont les quatre suivantes, s’imposent l’automne venu.

  1. Les pneus
    Non seulement vos pneus doivent être en bon état afin d’assurer votre sécurité, mais ils doivent être correctement gonflés, sans quoi l’adhérence de votre véhicule en souffrira de même que votre portefeuille et l’environnement, puisqu’une pression inadéquate augmente la consommation d’essence.
  2. Les phares
    Pour maximiser la visibilité au cours d’une tempête ou lorsque les conditions routières sont particulièrement salissantes, par exemple, il est bien sûr essentiel de mi­ser sur des essuie-glaces conçus pour l’hiver. Or, il est tout aussi primordial de pouvoir compter sur des phares pleinement efficaces. Vérifiez les vôtres et faites-les polir au besoin.
  3. Le filtre de l’habitacle
    En hiver, avec les taux d’humidité qui varient rapidement à l’intérieur du véhicule, la qualité de l’air que vous y respirez dépend en grande partie de cette pièce fort utile. Comme tous les filtres, celui-ci finit par s’encrasser et doit ainsi être remplacé environ tous les deux ans.
  4. La batterie
    Rien de plus frustrant qu’une auto qui refuse de démarrer par un glacial matin pressé ! Pour éviter les surprises désagréables, faites donc contrôler votre batterie par un expert avant l’arrivée des grands froids.
    Bougies, suspension, freins, courroies, niveau des divers liquides, thermostat, moteur… pour une inspection préhivernale complète, prenez rendez-vous avec un professionnel de votre région !
Remisage-hivernal

Remisage hivernal : 4 erreurs à ne pas commettre

Vous possédez une voiture de collection ou peu adaptée aux conditions hivernales et souhaitez la remiser pour la saison froide ? Voici quelques-unes des erreurs à éviter au moment de procéder à cette tâche :

  1. Choisir un emplacement inadéquat : si vous voulez retrouver votre véhicule en bon état au printemps et le conserver longtemps !, vous ne pouvez pas l’entreposer n’importe où. En effet, un sol en terre ou un terrain gazonné, par exemple, entraîneront énormément d’humidité, laquelle est très néfaste pour votre précieuse voiture. L’idéal est de stationner celle-ci dans un endroit sec, tempéré et bien ventilé, comme un garage.
  2. Laisser le réservoir d’essence vide : pour éviter la formation de condensation, et donc, l’apparition de rouille, veillez à ce que le réservoir de carburant soit plein au moins aux trois quarts lors du remisage. De plus, pensez à y ajouter un stabilisateur d’essence pour faciliter le démarrage au retour des beaux jours.
  3. Négliger le lavage : un bon nettoyage en profondeur, y compris sous le véhicule, est indispensable pour déloger la poussière et les saletés favorisant la corrosion. N’oubliez toutefois pas de bien assécher le tout, sans quoi l’humidité s’installera. Faites également le ménage de l’habitacle pour prévenir les mauvaises odeurs.
  4. Omettre d’aviser la SAAQ et votre assureur : si vous n’officialisez pas le remisage auprès de la Société d’assurance automobile du Québec, vous paierez inutilement votre certificat d’immatriculation pour les mois durant lesquels vous ne vous servez pas de votre voiture. De même, votre prime d’assurance devrait normalement être revue à la baisse si vous ne roulez pas… à condition que vous pensiez à en informer vo­tre assureur !
Déneigement-101

Automobile : Déneigement efficace 101

Le déneigement complet de votre véhicule est essentiel pour bien voir la route, ses usagers et les divers obstacles qui s’y trouvent. Il permet en outre d’éviter que des plaques de neige ou de glace s’envolent soudainement et soient projetées dans le pare-brise du conducteur derrière vous, par exemple. Si vous n’avez pas la chance de pouvoir vous stationner dans un abri, voici quelques conseils pour vous faciliter la vie !
Outils adéquats
Un balai à neige digne de ce nom est essentiel pour ne pas enrager après chaque tempête. Ainsi, non seulement celui-ci doit être robuste, mais il doit convenir aux dimensions de votre véhicule et à votre grandeur ! Par exemple, un modèle télescopique est tout sauf un luxe si vous conduisez une fourgonnette ou que vous êtes plutôt de petite taille. Portez également attention à la largeur de la brosse si vous possédez une voiture imposante.
Par ailleurs, munissez-vous d’un grattoir offrant une bonne prise en main ainsi que d’une pelle, surtout si vous vous garez en bordure de rue. Pensez aussi à remplir votre réservoir d’un liquide lave-glace conçu pour les températures extrêmes, lequel préviendra la formation de gi­vre dans votre pare-brise pendant vos déplacements.
Technique idéale
Avant de démarrer pour activer le système de dégivrage, dégagez le tuyau d’échappement pour empêcher l’accumulation de monoxyde de carbone dans l’habitacle. Procédez ensuite de haut en bas, soit en commençant par le toit pour finir par les côtés. Ne négligez aucun détail : tout, du pare-brise à la plaque d’immatriculation, en passant par les phares et les rétroviseurs latéraux, doit être déneigé.
En cas de gel dans les vitres, recourez au grattoir, mais n’utilisez jamais celui-ci sur la carrosserie, sans quoi vous pourriez abîmer la peinture. Enfin, pensez à libérer vos pneus de la neige durcie, le cas échéant, afin que celle-ci ne nuise pas à la mobilité des roues. Songez en outre que la friction pourrait entraîner l’usure prématurée de vos pneus.
Un conseil en terminant : dame Nature étant imprévisi­ble, mieux vaut vous laisser une certaine marge de manœuvre dans votre routine matinale pour avoir le temps de déneiger votre véhicule sans sauter d’étapes. Après tout, votre sécurité et celle des autres en dépendent !

Préparez-votre-voiture-pour-lhiver

7 conseils pour préparer sa voiture pour l’hiver

Pour affronter les rigueurs de nos hivers sur la route, mieux vaut être bien préparé. Voici donc quelques conseils pour que votre véhicule soit fin prêt :

  1. Recouvrez les éclats de peinture, même les plus petits, pour prévenir la corrosion. Procurez-vous la peinture de la couleur correspondant à votre véhicule auprès de votre mécanicien ou de votre concessionnaire.
  2. Vérifiez que votre trousse d’urgence est complète (pelle, câbles de démarrage, eau, fusées éclairantes, allumettes, plaques d’adhérence, lampe de poche, tuque et mitaines, couverture de secours, trousse de premiers soins, etc.) afin de parer à toute éventualité. Psitt ! Gardez l’antigel de serrure sur vous, et non dans l’auto !
  3. Faites contrôler votre véhicule (bougies, freins, niveau des différents liquides, chauffe-moteur, etc.) par un professionnel. Vous pourrez ainsi rouler en toute sécurité et l’esprit en paix !
  4. Inspectez votre pare-brise afin de repérer (et de faire réparer, le cas échéant) les éclats dans la vitre, lesquels pourraient se fissurer durant l’hiver en raison du contraste entre les températures à l’extérieur et à l’intérieur de la voiture, notamment.
  5. Installez vos tapis de caoutchouc, non seulement pour protéger ceux en tissu, mais également pour limiter le taux d’humidité dans l’habitacle, lequel « explose » si les tapis en tissu sont imbibés d’eau lorsque la neige fond. Résultat ? De la buée se forme sur les vitres intérieures. Pensez d’ailleurs à bien secouer vos bottes avant de monter à bord.
  6. Prenez rendez-vous, si ce n’est déjà fait, pour un traitement antirouille de qualité qui protégera vo­tre vé­hicule de la corrosion. C’est tout particulièrement important si vous vous stationnez dans un garage chauffé.
  7. Lubrifiez les joints d’étanchéité en caoutchouc des portières à l’aide d’un aérosol de silicone. Cela empêchera les portes de coller lors des grands froids. Du coup, celles-ci s’ouvriront plus facilement, et les joints resteront en bon état plus longtemps.
©2022 Journal Le Haut-Saint-François