MAP-O-Saint-François laisse des traces

Nous apercevons sur la photo les jeunes participants fiers de leur récolte. D’ailleurs, l’initiative a fait parler d’elle à l’ensemble du Réseau des Carrefours jeunesse-emploi du Québec (RCJEQ).

Les interventions pour aider les jeunes adultes de 16 à 35 ans à intégrer ou réintégrer le marché de l’emploi sont multiples. Une d’entre elles, MAP-O-Saint-François, est une démarche de croissance de soi s’étalant sur une période de quatre mois. L’objectif pour les participants est d’identifier un projet dont la communauté a besoin, les obligeant à exploiter leurs forces tout en découvrant leurs aptitudes. Le groupe de jeunes a fait mouche en s’associant avec la municipalité de East Angus tout en impliquant des élèves de la Cité-école Louis-Saint-Laurent dans une démarche environnementale intitulée Ramasse ta ville. Le projet consistait à recueillir des déchets jonchant le sol le long de la voie ferrée ainsi qu’en périphérie de la cité-école.

Hommage à des bâtisseurs

Nous apercevons de gauche à droite, Stephen P. Gauley, Randi Heatherington, Sylvain Lessard, directeur général du CJE, et Emmanuel Sfiligoi.

L’équipe du Carrefour jeunesse-emploi a profité du récent 5 à 7 pour rendre un vibrant hommage à deux membres du conseil d’administration, Randi Heatherington et Stephen P. Gauley. Ces personnes sont impliquées au sein de l’organisme depuis les tout premiers moments remontant à la mise sur pied du comité provisoire chargé de mettre en place l’organisme.

Mme Heatherington représente la communauté anglophone au sein du CA alors que M. Gauley en assume la présidence depuis plusieurs années. Tous deux se sont montrés surpris et heureux de l’hommage. Ils ont souligné le développement de l’organisme et sa capacité de s’adapter à l’évolution du milieu pour offrir les services adéquats. Emmanuel Sfiligoi, attaché politique du député de Mégantic, François Jacques, a remis aux deux administrateurs un certificat de l’Assemblée nationale en reconnaissance de leur implication.

Le CJE, un apport indéniable

Une soixantaine de personnes, participants et anciens, collaborateurs, partenaires, ont souligné le 20e anniversaire du Carrefour jeunesse-emploi du Haut-Saint-François dans le cadre d’un 5 à 7 qui se déroulait, la semaine dernière, au Centre communautaire de Dudswell.

L’ambiance était à la fête et aux retrouvailles pour certains. Des gens de la première heure étaient sur place se rappelant de nombreux souvenirs. Les participants ont eu l’opportunité d’échanger en savourant des produits du terroir accompagnés de bières provenant de la Brasserie 11 comtés. Le maître-brasseur Mathieu Garceau-Tremblay animait la dégustation.

Au cours de la rencontre, on a présenté une capsule mettant en vedette des personnes ayant contribué au développement de la ressource. Le premier coordonnateur Christian Gauthier a rappelé les balbutiements de l’organisme. Des anciens employés, Rémi Vachon et Renée-Claude-Leroux ont abordé leur passage au CJE et le tremplin qu’il a constitué que ce soit au niveau professionnel ou autres. Gilles Denis, homme d’affaires bien connu dans le milieu, Claudia Beauregard, femme d’affaires ayant eu recours aux services du CJE, Martial Gaudreau, directeur général de la Commission scolaire des Hauts-Cantons, Cyntia Blais, qui a effectué un retour aux études avec l’aide de l’organisme, ont témoigné de la contribution du CJE à divers niveaux. Le préfet suppléant, Richard Tanguay, ainsi qu’Emmanuel Sfiligoi, attaché politique du député de Mégantic, François Jacques, ont souligné l’apport du CJE dans la communauté tout en leur souhaitant une longue vie.

Préparer son avenir avec la Coop d’initiation à l’entrepreneuriat collectif

Depuis 2001, la Coopérative jeunesse de services, devenue la Coop d’initiation à l’entrepreneuriat collectif (CIEC), forme des jeunes et leur permet d’expérimenter l’entrepreneuriat. Les jeunes de 13 à 15 ans sont amenés à créer une véritable entreprise avec un conseil d’administration, un comité finances, un comité marketing et un comité ressources humaines.

L’équipe est accompagnée par deux coordonnateurs. La coop offre des services en tous genres comme la tonte de gazon, du désherbage, de la peinture, du lavage de voitures, du jardinage et de l’entretien ménager. Cette main-d’œuvre est également fort populaire auprès des entreprises agricoles. Au moins une dizaine de jeunes du territoire participent annuellement à la démarche et en ressortent fort satisfaits. La formule comportant un volet éducatif permet également aux participants de gagner de l’argent au cours de la période estivale.

Place aux jeunes, ça marche

Sur la photo, nous apercevons un groupe lors d’un séjour exploratoire en janvier 2009.

Depuis 2000, le CJE mène l’activité Place aux jeunes. L’objectif, au départ, était d’éviter l’exode des jeunes et s’orchestrait sous la forme de trois séjours exploratoires débutant le vendredi pour se terminer le dimanche. Les rencontres ponctuées d’interventions par divers acteurs du milieu et de visites du territoire, les jeunes étaient amenés à redécouvrir leur région. La démarche a évolué au fil des années et vise maintenant à attirer de nouveaux arrivants. Bien que la formule du séjour soit toujours en vigueur, celle-ci est personnalisée et peut s’adapter de façon individuelle. La démarche est éprouvée et donne des résultats probants puisque depuis 2001, 340 jeunes ont participé aux séjours exploratoires organisés dans le Haut-Saint-François.

Depuis 2004-2005 (où l’on commence à recenser les migrations réussies), 77 jeunes ont migré dans le HSF en utilisant les services de Place aux jeunes (séjours exploratoires, accompagnement individuel, journées découvertes et cyberbulletin).

En mars 2019, un séjour s’est déroulé sous la thématique de l’agriculture. Un groupe de jeunes désireux de développer, entre autres, de nouvelles cultures ont visité le territoire et rencontré les acteurs du milieu agricole.

Le CJE du Haut-Saint-François en évolution depuis 20 ans

Nous apercevons sur la photo de gauche à droite, Diane Groleau, secrétaire-préposée à l’accueil, Sylvain Lessard, conseiller-intervenant, Christian Gauthier, coordonnateur, et Isabelle Dumas, conseillère-intervenante.

Le Carrefour jeunesse-emploi (CJE) du Haut-Saint-François a ouvert ses portes le 1er février 1999 et effectué son assemblée de fondation le 15 mars de la même année. À ses premiers moments, l’organisme dont la mission est de soutenir et guider les jeunes adultes de 16 à 35 ans dans leurs démarches d’insertion socioprofessionnelle, en les accompagnant dans leur cheminement volontaire vers l’emploi, un retour aux études, dans le démarrage d’une entreprise ou d’un projet comptait sur quatre employés. Vingt ans plus tard, force de constater que l’organisme sans but lucratif n’a cessé de se développer, s’ajustant aux besoins de sa clientèle en multipliant les services, les interventions, en plus de devenir un joueur actif au sein de la grande communauté du Haut-Saint-François. Plus de 5 000 jeunes ont utilisé les services ou participé à des projets représentant au moins 25 000 visites depuis sa création.

Nous apercevons l’équipe du CJE comprenant les employés et membres du conseil d’administration.

Soulignons l’apport de nos coopératives et de nos mutuelles

Le Québec compte près de 3000 coopératives et mutuelles. Celles-ci emploient plus de 116 000 personnes, rassemblent 8 millions de membres et engendrent un chif­fre d’affaires dépassant les 42 milliards de dollars. Dans le cadre de la Semaine de la coopération, qui se déroule du 13 au 19 octobre 2019, il y aura plusieurs occasions de mettre en évidence les contributions de ces entreprises dans la communauté.

Évènements
Une trentaine de microconférences auront lieu tout au long de la Semaine dans des classes ciblées de certains cégeps et universités de la province. Instructive, l’approche vise à sensibiliser les étudiants au modèle entrepreneurial coopératif et mutualiste. Ceux-ci en apprendront plus, entre autres, sur le fonctionnement et les avantages des coopératives.
Le mouvement coopératif et mutualiste sera également célébré lors d’un cocktail de retrouvailles avec les anciens récipiendaires de l’Ordre du Mérite coopératif et mutualiste québécois et les dirigeants du Conseil québécois de la coopération et de la mutualité (CQCM).

Réseaux sociaux
Modifiez votre avatar sur les réseaux sociaux afin d’afficher fièrement les couleurs de la Semaine. Restez également à l’affût des publications et des annonces qui seront faites sur les huit grandes familles coopératives :

  1. Agroalimentaire;
  2. Arts, culture et loisirs;
  3. Commerce de détail;
  4. Forêt et énergie;
  5. Habitation;
  6. Manufacturier;
  7. Services à la personne;
  8. Services financiers et assurances.

    Concours « Pose ta coop »
    Participez au concours en photographiant une coopérative de votre région que vous affectionnez et publiez-la sur Facebook et Instagram avec le mot-clic #SemaineCoop2019. Un grand prix sera tiré au hasard parmi tous ceux qui auront concouru.

    Pour obtenir de plus amples informations sur le calendrier des évènements proposés lors de la Semaine, visitez le www.cqcm.coop.

Une constellation de retombées positives

Que ce soit auprès des jeunes ou moins jeunes, les soirées d’observation ont connu un franc succès auprès des participants.

Le Haut-Saint-François a la tête dans les étoiles et c’est pour préserver ce plaisir, cette richesse à plusieurs niveaux, qu’il poursuit sa campagne de sensibilisation entamée depuis 2018. Première MRC à avoir entrepris pareille initiative, l’objectif est d’informer et sensibiliser la population à l’adoption de solutions d’éclairage extérieur respectueuses de la Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic, tout en développant un sentiment d’appartenance envers cette richesse.

L’information et l’éducation sont la voie privilégiée dans la démarche. Plusieurs actions et outils sont mis de l’avant pour atteindre l’objectif. Parmi les outils et afin de faciliter un choix judicieux, on a préparé un dépliant mettant en évidence les grands principes de l’éclairage. Le document produit à plus de 3 000 exemplaires a été distribué dans le milieu soit dans les bureaux municipaux, les quincailleries du territoire, les bureaux d’accueil touristique ainsi qu’auprès de certains commerçants. On a également dressé une liste de luminaires conformes à la réglementation résidentielle, commerciale et institutionnelle, ainsi que les endroits où c’est possible de se les procurer. La MRC a également ajusté sa réglementation sur l’éclairage extérieur adapté à la technologie DEL. Une foule d’actions sont mises de l’avant pour atteindre l’objectif. Le milieu scolaire primaire et secondaire du territoire est aussi sensibilisé. Les élèves de l’école primaire Notre-Dame-du-Paradis à Dudswell ont eu l’opportunité de se familiariser sur le cherche-étoiles et l’observation du ciel nocturne dans le cadre d’un atelier-conférence. Dans cette foulée, se sont déroulées, au cours de l’été 2018-2019, sept soirées d’observation avec la collaboration du parc national du Mont-Mégantic et le Club des astronomes amateurs de Sherbrooke (CAAS). Les jeunes du service d’animation estivale (SAE) et des adultes entre autres à Ascot Corner, Cookshire-Eaton, East Angus, comme d’autres sur le territoire, ont eu l’occasion de découvrir et observer les étoiles et ses constellations.

Formation
Des formations données auprès des divers inspecteurs municipaux, électriciens, quincailliers et commerçants du territoire ont donné des résultats intéressants. Graphic Packaging à East Angus a modifié l’éclairage de son stationnement pour être plus respectueux du ciel étoilé, IGA Cookshire-Eaton se conforme à l’éclairage en plus de fermer les lumières la nuit. À Ascot Corner, la Pharmacie Familiprix éteint ses enseignes lumineuses la nuit. Au fait de la réglementation de protection du ciel étoilé, l’entreprise CJS Électrique accompagne les entreprises pour que leurs installations lumineuses soient conformes.

Le nouveau Café resto Le Grégoire à Cookshire-Eaton a fait l’acquisition de deux lampadaires de l’entreprise SOLIDel à Weedon, en respect des normes établies par le ciel étoilé.

La MRC a également procédé à l’aménagement d’une œuvre thématique sur le ciel étoilé. Elle est installée à la porte d’entrée du territoire en provenance de Sherbrooke soit à la hauteur du carrefour giratoire de la route 610 et 112. Mentionnons que le projet On préserve la réserve est retenu dans le cadre du Gala des prix d’excellence en environnement de l’Estrie, qui se déroulera en novembre prochain.

Halloween à l'église hantée

Des monstres plein les murs à l’église hantée d’East Angus

Les organisateurs Maxime Robert et Renée-Claude Morin dans leur personnage devant l’église hantée.

Pour une sixième année, l’église hantée de la rue Angus Sud, à East Angus, ouvrira ses portes pour offrir des bonbons et animer les petits et les grands.

En nouveauté, il y aura une projection vidéo extérieure créée par Sébastien Croteau des Productions de L’inconnu dans le noir. On pourra y voir des sorcières, des monstres, des araignées et divers autres personnages thématiques présentés sur les murs de l’église dès la tombée de la nuit.

Interprétant leur personnage dans une thématique religieuse de morts-vivants, les organisateurs Maxime Robert et Renée-Claude Morin s’attendent à recevoir au moins 1500 visiteurs si Dame nature met du sien.

En cours de rénovation depuis quelques années, l’église centenaire a longtemps été abandonnée. Elle est maintenant membre de la Canadian Haunters Association et se prête donc parfaitement à la thématique de l’Halloween. Amoureux du patrimoine, les organisateurs de la soirée profitent de la fête pour montrer cet aspect de l’église aux tout-petits qui passent devant l’édifice, impressionnés de ce qu’ils y voient.

Comme l’an passé, les gens pourront également visionner la soirée en direct sur la page Facebook de l’événement, qui se déroulera le 31 octobre prochain, de 17 h à 20 h, au 16 rue Angus Sud, à East Angus.

L’Halloween dans le Haut-Saint-François : Événements à venir

Encore cette année, une foule de personnages, clowns, monstres et autres se dissimuleront dans la Forêt hantée de Freddy Angus pour surveiller leurs proies.

À l’occasion de la fête d’Halloween, plusieurs municipalités de la MRC du Haut-Saint-François organisent des activités les 19 et 26 octobre pour tous ceux et celles qui aiment ressentir une montée d’adrénaline.

East Angus
À East Angus, la Forêt hantée de Freddy Angus sera de retour pour une 12e édition au parc des Deux Rivières, le 19 octobre. Les amateurs de Pennywise le clown seront comblés lors de cette soirée sous la thématique du film Ça. Les plus courageux sont invités à s’aventurer dans les sentiers où plusieurs bénévoles se costumeront pour l’occasion et prépareront des stations dans les bois pour ensuite donner des frayeurs aux passants. L’activité se déroulera de 18 h 30 à 21 h et près de 2000 visiteurs sont attendus. L’entrée est au coût de 5 $, mais il est possible d’acheter des passes d’accès rapide pour 20 $ sur le site eventbrite.ca.

Dudswell
Du côté de Dudswell, une fête familiale costumée se tiendra au Centre communautaire le 26 octobre, dès 20 h. Les plus téméraires pourront s’aventurer dans le parcours d’horreur. Durant la soirée, tous auront la chance de profiter de la disco mobile avec de l’animation et des jeux. Un bar sur place proposera entre autres des bières de micro-brasserie et des coquetels monstrueux. Un concours de costume est également organisé pour les enfants. Les billets sont en vente à l’Hôtel de Ville au coût de 25 $ pour une famille (3 enfants et plus), 7 $ par adulte et 5 $ par enfant.

Ascot Corner
À Ascot Corner, l’Halloween se fera sous la thématique du film d’animation Histoire de jouets lors de la fête sucrée en famille qui se déroulera au Centre communautaire, à la salle Aurélien-Rivard. Plusieurs activités seront proposées, soit un atelier de cuisine, du bricolage en famille, un conte animé, des décorations de citrouilles et une chasse aux bonbons. Afin d’y participer, il est nécessaire de s’inscrire avant le 18 octobre pour réserver sa place et obtenir une citrouille. Au coût de 15 $ par famille, l’inscription peut se faire en ligne sur le site de la municipalité d’Ascot Corner.

Weedon
Organisé par la Maison des jeunes Vagabond de Weedon, le Labyrinthe d’Halloween est de retour pour une 5e année au gymnase de l’école Notre-Dame-du-Sacré-Coeur, le 26 octobre. Avec un nouveau concept et de nouveaux plans de circuits, les familles sont invitées à tenter de retrouver leur chemin entre 15 h et 17 h et entre 18 h et 19 h. Un parcours plus téméraire attend les 12 ans et plus avec des personnages effrayants et une aventure complètement hantée de 19 h à 21 h. Tous les décors sont fabriqués et installés par les membres de la Maison des jeunes Vagabond en collaboration avec la Maison Chez nous de Dudswell, Animation Jeunesse du Haut-Saint-François, la municipalité de Weedon et ses pompiers ainsi que le camp Beauséjour. Il y aura également une distribution de bonbons. L’activité est à contribution volontaire.

Scotstown
À Scotstown, la collecte de bonbons se déroulera le 26 octobre dès 15 h où le rassemblement est prévu à l’Hôtel de Ville. Un service de transport sera organisé. Les gens sont invités à participer aux nombreux concours lors de la soirée, dont celui de décoration de maisons et de citrouilles ainsi que déguisements d’enfants. Après la collecte, petits et grands pourront s’amuser avec plusieurs activités dont un atelier de bricolage et du karaoké.

Bury
L’Association athlétique de Bury organise une soirée costumée le 26 octobre, dès 19 h, au Manège militaire, 563 rue Main. Les plus courageux pourront s’aventurer dans la maison hantée. Un concours de costumes sera organisé pour les petits et les grands. L’entrée sera gratuite pour tous ceux et celles qui se présenteront costumés. Pour les autres, un montant de 2 $ sera demandé.

Propriétaire d’un véhicule électrique ? Prévoyez le coup cet hiver !

Afin de profiter pleinement de tous les avantages de votre voiture électrique cet hiver, vous devez prendre quelques précautions. Pour que vous puissiez apprécier son aspect écologique, mais aussi sa plus grande stabilité sur la route en raison du poids de sa batterie, votre automobile a besoin d’une attention supplémentaire cette saison.

Batterie et autonomie
À l’instar de celle d’un véhicule à essence, la batterie d’une voiture électrique est sensible au grand froid. Pour assurer son bon fonctionnement, celle-ci doit conserver pour elle-même une partie de la chaleur produite. Selon les modèles, il en résulte une perte pouvant aller jusqu’à 30 % de son autonomie. Ainsi, chaque déplacement doit être pensé en conséquence, et il importe de repérer les bornes de recharge sur le trajet et à destination.

Recharge et confort
Pour réduire les pertes d’autonomie et commencer votre trajet avec la pleine charge, il est fortement recommandé de garer votre voiture dans un endroit plus chaud et de la laisser branchée toute la nuit (d’autant plus que la recharge est plus longue par temps glacial).

Pour maximiser votre confort et l’autonomie de l’automobile, faites préchauffer votre voiture alors qu’elle est connectée. L’habitacle sera chaud lors de votre départ et la batterie travaillera moins pour maintenir la chaleur durant vos déplacements, vous permettant ainsi de parcourir plusieurs kilomètres.

Déjouez 5 situations que vous pourriez affronter avec votre voiture cet hiver

L’hiver apporte son lot de «surprises» plus ou moins agréables pour les automobilistes. Voici différentes astuces pour affronter celles que vous risquez de rencontrer cette saison.

Une serrure gelée : utilisez un produit dégivrant conçu à cet effet, du liquide lave-glace ou un séchoir à cheveux. Si votre clé est entièrement en métal, vous pouvez tenter de la chauffer avec un briquet avant de l’insérer (sans forcer) dans la fente pour faire fondre la glace.

Des vitres couvertes d’une épaisse couche de verglas : pour faciliter le déglaçage, servez-vous d’un liquide dégivrant et d’un grattoir. Évitez l’accumulation de glace à l’extérieur en installant un carton ou une bâche antigivre sur la vitre lorsque vous vous stationnez pour une longue période. Pour prévenir le givre à l’intérieur, laissez une fenêtre entrouverte pour évacuer l’humidité ou absorbez celle-ci avec un bac ou un bas rempli de litière pour chat.

Des roues qui refusent d’avancer : glissez sous les pneus des morceaux de carton, des tapis de voiture (attention : ceux-ci pourraient ne pas résister à la manœuvre), des plaques d’adhérence, du sable, du gravier ou de la litière. Accélérez doucement jusqu’à ce que les pneus mordent dans la matière et s’extirpent de la neige ou de la surface glacée.

Une portière glacée et impossible à ouvrir : faites couler de l’eau tiède sur les joints (l’eau chaude est à éviter) ou servez-vous de liquide lave-glace. Essuyez correctement la portière une fois ouverte. Le cas échéant, prévoyez le coup en appliquant un produit protecteur pour le caoutchouc ou en plaçant un grand sac de plastique entre la porte et le châssis.

Un arrêt imprévu lors d’une tempête : pour conserver votre chaleur, assurez-vous d’avoir des vêtements chauds et une couverture dans le véhicule. Pour une longue attente, baissez légèrement une fenêtre pour assurer la circulation d’air, dégagez votre pot d’échappement si nécessaire et faites tourner le moteur de 15 à 20 minutes occasionnellement.
Enfin, l’hiver québécois étant imprévisible, ayez toujours une trousse de secours dans votre voiture !

5 conseils pour une chasse à l’ours noir réussie

Amateur de gros gibier, vous souhaitez traquer l’ours noir ? Pour que vos parties de chasse soient un succès, suivez ces quelques conseils !

  1. Choisissez bien votre site
    Actifs surtout en début et en fin de journée, les ours empruntent souvent les mêmes pistes. Repérez des signes évidents de leur passage, puis installez votre affût en fonction de leurs allées et venues, près d’un point d’eau ou au haut d’une montagne couverte de feuillus, par exemple. Par ailleurs, pour bénéficier d’une venaison délicieuse (la chair d’ours est très tendre), éloignez-vous largement des dépotoirs, les ours se nourrissent principalement de petits fruits, mais ils ne dédaignent pas ces sources d’alimentation faciles lorsqu’ils y ont accès.
  2. Placez votre appât stratégiquement
    Attirez les ours avec une bombe d’odeurs attachée en hauteur et orientez votre appât de façon à bénéficier d’un angle de tir optimal pour atteindre la partie vitale de l’ours.
  3. Installez votre affût au bon endroit
    Pour ne pas être repéré par les ours, dont l’odorat est très développé, vous devez vous installer sur un mirador à au moins 3 mètres de hauteur, et ce, à 20 mètres ou plus de votre appât.
  4. Évitez tout bruit
    L’ours a l’ouïe très fine : gare aux mouvements brusques et aux froissements de vêtements, par exemple. De plus, protégez-vous des mouches et des moustiques (dispositif électronique, veste moustiquaire, etc.), autrement vous risquez de bouger à chaque piqûre !
  5. Tirez au bon moment
    Soyez patient lorsqu’un ours se manifeste : attendez qu’il se sente à l’aise et qu’il s’installe pour manger. Il sera alors immobile, ce qui vous permettra de prendre un meilleur tir.

4 conseils pour les entrepreneures en devenir

Saviez-vous que depuis 2017, les femmes constituent près de la moitié des nouveaux entrepreneurs au Québec ? Pour amener la parité entre les hommes et les femmes dans le milieu des affaires, celles-ci doivent s’outiller adéquatement pour leur réussite. Vous désirez devenir entrepreneure ? Voici quelques conseils avisés !

  1. Croyez en vous
    Laissez-vous guider par vos passions et foncez dans la réalisation de votre projet d’entreprise. Permettez-vous d’apprendre de vos échecs, travaillez fort et ne réduisez pas vos efforts dès qu’une personne doute de vous. Ne cessez jamais de croire en votre projet, et votre succès n’en sera que plus grand !
  2. Profitez d’aides financières
    Trouvez le financement requis pour démarrer votre entreprise ou la faire croître en recherchant les aides financières spécialement destinées aux femmes. Combinez-les avec toutes les autres possibilités qui s’offrent à vous afin d’en tirer le meilleur !
  3. Suivez des formations
    Plusieurs formations peuvent vous aider dans vos démarches, et ce, que vous en soyez à vos débuts ou que vous souhaitiez perfectionner vos connaissances dans le domaine des affaires et de la gestion d’entreprise.
  4. Utilisez les ressources
    Différentes organisations proposent leur assistance pour les femmes entrepreneures. Il peut entre autres s’agir d’activités de réseautage, d’accompagne­ment spécialisé ou de mentorat. N’hésitez pas à vous entou­rer de gens d’expérience qui peuvent vous apporter leurs recommandations et vous aider à développer votre réseau.
    Pour de plus amples con­seils ou pour découvrir des activités qui sauront vous outiller dans vos démarches, visitez le site du Réseau des Femmes d’affaires du Québec au www.rfaq.ca.

Armes à feu : des astuces pour éviter le flinch

Un coup de doigt juste avant de presser la détente, un clignement des yeux au moment de tirer… anticiper le violent recul ou la forte détonation qui survient lors du coup de feu est courant chez les chasseurs de tous niveaux.

Or, ce réflexe bien involontaire, communément appelé « flinch », peut grandement affecter votre précision et vous faire perdre de belles prises potentielles! Comment contrer ce phénomène?


Pour éviter le flinch, surtout associé aux armes à fort recul, vous pouvez notamment utiliser une charge plus légère ou un calibre moins puissant qui vous permettront tout de même d’atteindre aisément vos cibles. Divers accessoires, dont des coussinets, peuvent aussi atténuer le recul ou le volume du coup de feu et ainsi contribuer à ce que vous les anticipiez moins. Enfin, pour cesser de cligner des yeux au mauvais moment, par exemple, pensez à vous entraîner à tirer à blanc afin de conditionner votre cerveau à réagir correctement à la détente.

Qu’est-ce que le permis d’initiation à la chasse ?

Vous aimeriez essayer la chasse, mais vous ne savez pas si l’expérience vous plaira véritablement? Le permis d’initiation à la chasse est pour vous !


Délivré par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), le permis d’initiation à la chasse s’adresse aux résidents du Québec de 12 ans et plus qui n’ont jamais détenu de certificat du chasseur. Avec ce permis en poche, vous pouvez, une seule fois dans votre vie, vous procurer pendant une année complète (du 1er janvier au 31 décembre) tous les permis de chasse au tarif régulier, et ce, sans avoir préalablement suivi de cours. Pour l’obtenir, vous devez d’abord demander un numéro d’autorisation au MFFP en téléphonant au 1 866 424-2773.


Pour pouvoir chasser, vous devrez être accompagné d’un chasseur québécois âgé d’au moins 25 ans et titulaire du certificat du chasseur. Les adeptes de chasse sont peu nombreux dans votre entourage ? Une foule de pourvoiries et d’associations proposent des activités d’initiation; renseignez-vous !


Si l’expérience s’avère concluante, vous n’aurez plus qu’à suivre les deux cours requis pour l’obtention du certificat du chasseur. Ils sont dispensés par la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs, habituellement au cours d’une même fin de semaine.


Pour en savoir plus, visitez le mffp.gouv.qc.ca ou le fedecp.com.

En décoration, la tendance est au laiton !

Le laiton, cet alliage de cuivre et de zinc, ne cesse de gagner en popularité. Son superbe fini doré et lisse réfléchit la lumière de manière à réchauffer l’atmosphère de chaque pièce. Découvrez ces quelques idées pour l’ajouter à votre décor !

Les façons d’agencer le laiton
Polyvalent, le laiton peut être agencé à une foule de couleurs et de styles. Créez un décor classique, chic, industriel ou art déco en le combinant à des couleurs profondes telles que le noir, le rouge bordeaux ou encore les bleus, les verts et les bruns foncés. Optez pour une ambiance scandinave ou un environnement parfait pour le cocooning en le jumelant à des blancs, à des beiges ou à des teintes pastel.


Le laiton en toutes dimensions
Il existe une très grande variété de produits mettant le laiton en vedette, allant des meubles plus imposants et impressionnants à ceux aux accents discrets et chics. Jetez votre dévolu sur de nouvelles poignées pour vos armoires de cuisine, des lampes, des luminaires, des tables basses pour le salon, des miroirs ou une patère pour votre entrée. De nombreux accessoires (cadres, bougeoirs, bols, etc.) sont également offerts et ajoutent instantanément une touche raffinée à votre décor.

Agrémentez votre demeure de doux reflets dorés et chaleureux en adoptant la tendance laiton !

À chaque pièce son revêtement de plancher !

Que ce soit lors de travaux de rénovation ou dans le cadre d’une nouvelle construction, il est important de choisir un plancher qui vous plaira longtemps ! Ceci dit, tous les types de revêtements ne sont pas appropriés pour chaque pièce. Commencez à évaluer vos options en consultant les recommandations suivantes :


La cuisine : le plancher de la cuisine doit être résistant aux chocs et aux taches. Les carreaux de céramique, le bois stratifié, le bois d’ingénierie et le vinyle sont des matériaux à la fois durables et faciles à entretenir.

Le salon : tous les types de bois sont de mise pour rendre un salon accueillant. Le tapis est également une excellente idée, entre autres pour ses propriétés acoustiques.


La salle de bain : comme cette pièce peut être victime de dégâts d’eau et propice aux moisissures, il faut éviter les sols en bois. La céramique, le linoléum (prélart) et le vinyle sont les revêtements qui conviennent le mieux, car ils sont plus résistants aux forts taux d’humidité.

La chambre à coucher : le confort d’un tapis moelleux ou l’allure chaleureuse du plancher de bois franc sont parfaits pour une chambre. Un plancher de céramique chauffant y est aussi fort agréable ! Pour une chambre située au sous-sol, il est préférable d’opter pour le plancher flottant ou le tapis.
Pour faire le bon choix de revêtement de plancher, consultez un spécialiste de votre région qui tiendra compte de votre budget et de vos besoins spécifiques, satisfaction garantie !

10 astuces pour une maison plus écoénergétique

Vous en avez assez des factures d’énergie salées ? Voici quelques conseils qui vous aideront à réduire votre consommation d’énergie, un geste à la fois écologique et économique !

  1. Installez des thermostats programmables et réglez-les à une température moins élevée durant la nuit et lorsque vous vous absentez pour plusieurs heures;
  2. Lavez votre linge à l’eau froide;
  3. Suspendez vos vêtements pour qu’ils sèchent à l’air libre au lieu d’utiliser la sécheuse;
  4. Ajoutez une minuterie à votre système d’éclairage extérieur afin que les lumières ne restent pas allumées toute la journée;
  5. Remplacez vos vieilles ampoules par des modèles écoénergétiques;
  6. Désactivez le cycle de séchage de votre lave-vaisselle et ouvrez la porte de celui-ci pour laisser sécher la vaisselle;
  7. Attendez que la laveuse et le lave-vaisselle soient pleins avant de les mettre en marche;
  8. Isolez vos conduits de chauffage pour éviter que la chaleur s’échappe facilement;
  9. Portez des vêtements chauds lorsqu’il fait plus froid plutôt que d’augmenter le chauffage;
  10. Plantez des arbres et des arbustes près de votre maison : ils fourniront de l’ombre en été et bloqueront l’air glacial en hiver.

À la recherche de matériaux durables pour votre maison ?

Difficile de concilier le désir d’un décor parfait à celui de respecter l’environnement ? Plus maintenant ! En effet, les tendances combinent de plus en plus ces deux éléments. Voici quelques matériaux écoresponsables qui vous permettront d’enjoliver votre demeure.


Le bambou : il ressemble au bois et agit comme lui, mais est en réalité une herbe à croissance rapide. Il grandit de plus d’un mètre par jour, et ce, sans engrais ni pesticides. Ce matériau est remarquablement polyvalent, prenant l’aspect d’un revêtement de sol ou d’un textile doux, facile d’entretien et ultra-absorbant.


Le bois récupéré ou neuf : les branches de bois flotté ou le bois provenant d’anciens bâtiments ont fière allure et s’utilisent sans culpabilité. Le bois neuf recèle aussi des avantages, puisque c’est une ressource renouvelable. Recherchez le logo de certification du Forest Stewardship Council (FSC), qui garantit un produit issu d’une forêt en gestion durable.


La marchandise d’occasion : donner une seconde vie à un meuble ou à un accessoire, c’est toujours un geste écologique. Ainsi, non seulement vous évitez d’alimenter un site d’enfouissement, mais vous vous abstenez d’acheter un article neuf.


Bref, il existe de nombreuses façons d’embellir une maison de manière éco­responsable. Autant que possible, choisissez des produits faits main et localement plutôt que des articles fabriqués en série, réduisez au minimum l’utilisation de plastique et usez au maximum de votre créativité !

Donnez de l’éclat à votre décor avec des carreaux métalliques !

Les accents métalliques ont la cote depuis quelques années, et les carreaux décoratifs ne font pas exception. Désormais offerts en une foule de dimensions, de styles et de couleurs, ils sont parfaits pour ajouter une touche chic, classique ou excentrique à n’importe quelle pièce de la maison.

Au plafond
Donnez du caractère au plafond de votre hall d’entrée, de votre salon, de votre salle à manger ou de votre salle de bain avec des carreaux métalliques argentés, cuivrés, dorés, bronze, chrome ou acier ! Optez pour une couleur qui se marie à votre décor pour lui donner l’allure recherchée (contemporaine, opulente, chaleureuse, etc.).


Sur un mur
Utilisez des carreaux métalliques pour former un dosseret de cuisine qui captera la lumière et réchauffera la pièce. Ou encore, aménagez un mur d’accent derrière la vanité de votre salle de bain ou créez un contraste saisissant dans le salon avec un demi-mur métallique cuivré !

Pour un accent
Si vous souhaitez obtenir un certain effet, mais que vous craignez d’en faire trop, installez les carreaux métalliques sur une plus petite surface telle que le caisson au-dessus de votre îlot de cuisine. Vous avez un bar maison ? Fixez-en sur le devant, du côté des tabourets !


Chose certaine, les carreaux métalliques ajouteront de la personnalité à votre pièce, quel que soit votre projet. Qui plus est, ils ont l’avantage d’être faciles à installer et à nettoyer !

©2019 Journal Le Haut-Saint-François