Actualités

Grippe aviaire : Le MAPAQ propose quelques recommandations

actualite

Cinq cas de grippe aviaire, en Estrie, ont été identifiés dont l’élevage commercial Canards du Lac Brome et un autre de type non commercial dans le Haut-Saint-François. Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) y va de quelques mesures de sécurité, dont celle d’installer des filets sur les enclos extérieurs afin d’éviter les contacts entre les oiseaux sauvages et les oiseaux d’élevage.
Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) vous informe de deux premiers cas de grippe aviaire au Québec. Les cinq cas ont été détectés en Estrie, l’un dans un élevage commercial de volailles et l’autre dans un élevage non commercial.
Le MAPAQ collabore avec l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et les partenaires de l’industrie pour le retraçage des élevages à proximité des cas afin d’appliquer les mesures de prévention, surveillance et contrôle nécessaires pour limiter la propagation du virus.
Rien n’indique que le virus puisse être transmis aux humains par la consommation de volaille, de gibier ou d’œufs préparés et cuits correctement. Vous pouvez continuer à les consommer sans crainte en prenant les précautions habituelles en ce qui concerne l’entreposage sécuritaire, la manipulation et la préparation des aliments.
La grippe aviaire représente un risque faible pour la population générale. Les rares cas où le virus se transmet à l’humain sont généralement associés à un contact étroit et prolongé en milieu fermé avec les oiseaux infectés.
Le MAPAQ et l’Équipe québécoise de contrôle des maladies avicoles (EQCMA) rappellent aux propriétaires d’oiseaux d’élevage de rehausser leurs mesures de biosécurité et de se conformer au Règlement sur les conditions de salubrité des lieux de garde d’oiseaux captifs.
Le MAPAQ recommande également aux propriétaires d’oiseaux d’élevage, tant sur les fermes commerciales que dans les basses-cours, de prendre les précautions suivantes :

  • Éviter tout contact direct ou indirect entre les oiseaux d’élevage et les oiseaux sauvages;
  • Si vos oiseaux doivent avoir accès à un enclos extérieur, un filet posé sur l’enclos devrait permettre d’éviter que les oiseaux sauvages s’y posent;
  • Évitez d’attirer les oiseaux sauvages par la présence de nourriture ou de plans d’eau à proximité du poulailler.
  • Limiter l’accès à la ferme aux personnes autorisées seulement. Assurez-vous que ces personnes respectent les mesures de biosécurité en vigueur.
  • Nettoyez et désinfectez les véhicules à moteur avant leur entrée sur les lieux d’élevage.
  • Évitez les rassemblements d’oiseaux.
    Le MAPAQ appelle à la vigilance des propriétaires de volaille. Ils doivent surveiller les signes de grippe aviaire chez leurs oiseaux : un manque d’énergie et d’appétit, une diminution de la production d’œufs et la ponte de nombreux œufs à coquille molle ou sans coquille, une enflure de la tête, des paupières, de la crête, des caroncules et des jarrets, une toux, des éternuements, des signes nerveux, une diarrhée, un manque de coordination ou une mort subite. En cas de mortalités inhabituelles ou de signes de la maladie, consultez un médecin vétérinaire. Si c’est impossible, contactez la Centrale de signalement du MAPAQ au 1 844 ANIMAUX ou la ligne téléphonique d’urgence de l’ACIA au 1 866 806-4115.
Article précédentArticle suivant
©2024 Journal Le Haut-Saint-François