TEXTE JEUX D'EAU

Jeux d’eau à Weedon : Des enfants heureux

Malgré la fin de l’été, des jeunes s’amusaient encore dans les jeux d’eau, il y a à peine quelques jours.

Même si l’automne se pointe le bout du nez, plusieurs enfants jeunes et moins jeunes de la municipalité de Weedon se sont amusés au cours des dernières semaines dans les nouveaux jeux d’eau aménagés à proximité de la piscine extérieure, dans le parc municipal de la rue des Érables.
Le maire de la municipalité, Richard Tanguay, en compagnie du député de Mégantic, Ghislain Bolduc, ainsi que les précieux commanditaires et membres du conseil, ont récemment procédé à l’inauguration des jeux d’eau. L’infrastructure aménagée au coût de 93 698 $ a obtenu le concours du gouvernement du Québec dans le cadre du Programme de soutien aux installations sportives et récréatives phase III, pour l’aménagement de ses jeux d’eau. Des commanditaires du milieu comme la Caisse Desjardins du Nord du Haut-Saint-François (20 000 $), Village des Dalton (20 000 $), Marché Tradition (2 000 $), Bétons Léo Barolet (2 000 $) et Weedon Auto (2 000 $) ont contribué à la réalisation du projet. La municipalité a complété en infrastructure et main-d’œuvre.
Le député Bolduc mentionne que « cette nouvelle infrastructure permet d’ajouter à l’offre en loisirs et permet aux jeunes et moins jeunes d’avoir accès à des installations qui sauront certainement leur plaire. La réalisation de ce projet est également le fruit de la réflexion et des objectifs que s’est donné la municipalité dans le cadre de sa politique familiale. Je salue leur travail et leur engagement envers la population. » Évidemment heureux, le maire Tanguay mentionne qu’il s’agit de la première phase « d’aménagement du parc que l’on veut attractif pour l’ensemble de la population qui va réunir le cœur du village de Weedon. » Rémi Vachon, président de la Caisse du Nord du Haut-Saint-François, un des principaux commanditaires, mentionne être heureux de l’implication de l’institution financière. « La caisse a à cœur de soutenir les projets porteurs. C’est intéressant de voir l’argent de nos membres retourner dans la communauté. »
L’aménagement des jeux d’eau constitue la première de plusieurs étapes du projet global du parc municipal. La deuxième étape, ajoute M. Tanguay, sera des modules de jeux pour enfants de 0-5 ans et 5-10 ans. Cela comprendra également l’aménagement du terrain de soccer et de l’agora. Évidemment, tout cela est conditionnel à l’obtention d’une réponse positive à la demande d’aide de 250 000 $ adressée au gouvernement provincial, de préciser, M. Tanguay.
Il n’y a pas qu’au parc de la rue des Érables que ça bouge. Du côté de Saint-Gérard, on apporte également des améliorations au parc. On s’apprête à compléter une glissade pour l’hiver et on aimerait y ajouter une cage à grimper ainsi que d’autres modules. On projette aussi faire un réaménagement des installations sur place. Les intervenants souhaitent être en mesure de compléter le tout, toujours dans l’attente d’une réponse positive à une demande de subvention.

POil de peluche

CPE Poil de Peluche à Weedon : Des améliorations au parc

Nous retrouvons à l’avant de gauche à droite Denis Lessard, représentant Caritas Estrie, Joanne Leblanc, conseillère municipale, Lise Lessard, directrice du CPE, et Pauline Yargeau, représentante des Lions. Dans le même ordre à l’arrière, on aperçoit François Cloutier des Chevaliers de Colomb de
Weedon, Anne-Marie Lessard, présidente du CPE, et Marc-Antoine Provencher, d’Aménagement Solum.

Fière des améliorations effectuées, la direction du CPE Poil de Peluche à Weedon a tenu à remercier les généreux donateurs et collaborateurs dans le cadre d’un récent 5 à 7.
« On a osé demander de l’aide pour que les gens puissent nous aider et on l’a reçue », de mentionner Lise Lessard, directrice du CPE. « On a obtenu de l’aide, du matériel et de l’argent pour 12 500 $. On a complété avec l’argent qu’on avait », de préciser avec fierté Mme Lessard. Le projet de 22 000 $ a permis entre autres d’enlever le sable et mettre du paillis, ajouter un jeu grimpeur, agrandir le carré de sable, aménager une aire de pique-nique pour les enfants avec tables de pique-nique et d’installer un tapis de caoutchouc. L’entreprise Lignes de Stationnement et Sécurité MF de Weedon a tracé gracieusement des lignes pour faire le tracé d’une piste cyclable et un jeu de marelle.
À cela, le CPE a été en mesure de repeinturer les galeries, alors qu’Aménagement Solum avec les Serres Arc-En-Fleurs ont offert l’aménagement paysager devant l’établissement. D’autres bienfaiteurs ont donné un coup de main sous différentes formes, d’ajouter Lise Lessard. Les employés du CPE et les membres du conseil d’administration ont également contribué en participant au brunch des Chevaliers de Colomb et la journée spaghetti organisée par le Club Lions local. Le CPE Poil de Peluche à Weedon est au maximum de sa capacité avec 29 enfants.

Palmer

Exposition Les Cantons Racontés : Pour clore la saison au Musée Eaton Corner

Le Musée Eaton Corner clôturera sa saison 2016 de belle façon en présentant gratuitement les 15 et 16 octobre prochains l’exposition Les Cantons Racontés. Déjà en place depuis quelques semaines, les œuvres de l’artiste Denis Palmer, de Randboro, racontent l’histoire de la colonisation des Cantons de l’Est. L’artiste reconnu sera présent pour l’occasion et pourra échanger avec le public.
Le travail colossal de M. Palmer illustre entre autres la région du Haut-Saint-François. On y retrouvera des illustrations du peuple et de la culture abénaquis, la vie des premiers colons et leurs luttes pour survivre dans la région des Cantons sauvages. L’artiste présente également l’évolution des métiers développés par les colons dans les colonies. Les visiteurs constateront que l’histoire prend vie à travers les œuvres de Denis Palmer.
Mentionnons que les œuvres originales de l’artiste ont été réunies par une technique innovante digitale (par Josée Moisan de Pitteresco) pour créer des collages sur des écrans qui sont installés sur les fenêtres à l’intérieur de l’église.
Mentionnons que M. Palmer a participé à de nombreuses expositions, travaillé avec les écoles et les municipalités à des projets d’art communautaire en plus de publier un livre de ses tableaux intitulés Hommage à la vie rurale. « Je dessine et peins en aquarelle, préférant travailler presque exclusivement en direct sur le terrain, ce qui me permet de capturer l’ambiance du moment: la récolte du sirop d’érable, le jour du Souvenir, l’Exposition agricole de Cookshire, la compétition de labourage, les encans, et les événements quotidiens meublant la vie de famille, d’amis et de voisins », souligne-t-il. Quelque 25 œuvres sont exposées à l’intérieur de la Maison Foss, située juste à côté de l’église.
Par ailleurs, mentionnons que les œuvres de M. Palmer seront mises en vente et que l’artiste fera don d’une partie du prix pour chaque œuvre vendue au musée.
Musée
Le Musée Eaton Corner regroupe plus de 4 000 artéfacts répartis dans trois bâtiments soit à l’intérieur de l’église, l’Académie située juste de l’autre côté de la rue et la Maison Foss. En plus de lire les différents panneaux d’interprétation disposés dans l’ancienne église congrégationniste, il est possible d’entendre les personnages d’époque raconter leur vie quotidienne à travers les audioguides soit en français ou anglais. « Ce que nous voulons, c’est partager l’histoire avec la communauté. Ce que nous avons, c’est une histoire bilingue faite par les deux communautés francophone et anglophone », d’exprimer Jacqueline Hyman, secrétaire du conseil d’administration du musée.

Palmer

A Tale of the Townships Exhibition : Closing the Season at the Eaton Corner Museum

The Eaton Corner Museum is closing its 2016 season with a flourish, presenting a free exhibition on October 15 and 16, A Tale of the Townships. Already in place for the past few weeks, the works of the artist Denis Palmer, of Randboro, tells the story of the colonisation of the Eastern Townships. The well-known artist will be present for the occasion to meet and talk with members of the public.
Palmer’s colossal work illustrates, among other things, the Haut-Saint-François region. Viewers will find illustrations of the Abenaki people and culture, the lives of the first colonists, and their fight for survival in the wilds of the Townships. The artist also presents the evolution of the crafts and trades developed by the colonists. Visitors will see history come to life under the brush of Denis Palmer.
Using an innovative digital technique, Josée Moisan of Pitteresco brought together the artist’s original works to create collages on screens installed inside the windows of the Museum’s church.
Palmer has taken part in numerous exhibitions and has worked in schools and municipalities on community art projects. He has also published a book of his artworks, entitled Homage to Rural Life. “I draw and paint with watercolours, preferring to work almost exclusively directly on the ground,” he said. “That lets me capture the ambiance of the moment: harvesting maple syrup, Remembrance Day, the Cookshire Fair, the plowing competition, auctions, and the daily events that furnish the lives of families, friends and neighbours.” Some 25 artworks are on exhibit inside the Foss House, situated just next to the church.
The artworks of Palmer are on sale, and the artist is donating part of the price of each painting sold to the Museum.
Museum
The Eaton Corner Museum has more than 4,000 artefacts, divided among three buildings, being the interior of the church, the Academy situated just across the street, and the Foss House. In addition to reading the various interpretation panels in the old Congregationalist church, it is possible to hear the personalities of olden days telling about their daily lives, on audio guides, in both French and English. “What we want is to share history with the community. What we have is a bilingual history created by the two communities, French and English-speaking,” said Jacqueline Hyman, secretary of the Museum’s board of directors.

Fête des récoltes de Sawyerville

Fête des récoltes de Sawyerville : Un partage de richesse collective

Le marché public de Sawyerville et la fête des récoltes, une belle alliance de richesse collective.

Tôt en matinée, au Jardin Communautaire de Sawyerville, maraîchers, artisans et bénévoles fourmillaient en vue de la traditionnelle fête des récoltes. Celle-ci s’est tenue la même journée que l’ouverture hebdomadaire du marché public du même endroit. Chantal Bolduc, présidente du jardin, était sur place afin de présenter l’amalgame de produits cultivés ainsi que les producteurs et transformateurs invités.
Le terrain qui avait été cédé par Dr Curtis Lowry à l’époque à la Ville de Cookshire-Eaton, sur la seule condition d’évoluer en un bien communautaire, est bien servi. Sur place, nous retrouvions un grand choix de produits locaux, bio ou en voie de le devenir, des produits transformés et même une machine d’époque pour faire la pression de jus de pommes. Comme l’intérêt des consommateurs en denrées fraîches et de proximité se fait de plus en plus sentir, le potager est bien occupé. « Ça fait 3 ans que le jardin est en fonction », mentionne Mme Bolduc. Depuis ses débuts, beaucoup de travaux ont été réalisés. Une nouveauté ; un four à pain construit de façon artisanale comme à l’époque et fort impressionnant.
Le site est divisé en plusieurs sillions, certains espaces sont réservés aux semences CoSMOS, guidé par Brian Creelman, un semencier très reconnu, qui a pour objectif de préserver les semences produites localement. Une autre section est séparée en parcelles de location, appelée planche, d’une dimension de 40 pieds par 40 pouces, où les citoyens se partagent chacun leur espace. « Présentement, 10 personnes louent une planche », détaille Mme Bolduc. Le Jardin communautaire se divise en différentes sections. Au fond, nous retrouvons l’espace du four à pain et l’abri, qui a été construit avec la technique du «timber frame»; celui-ci est utilisé pour différents ateliers. Non loin de là, on remarque l’espace verger, composé d’arbres fruitiers tels des pruniers, poiriers, cerisiers et pommiers. Une grande bande est utilisée pour les petits fruits comme les framboises et bleuets, ainsi qu’une section de courges. Dernière le jardin, le boisé est en début d’aménagement où nous retrouvons des cultures de champignons.
L’engouement est palpable également pour des produits naturels, écologiques et équitables. En ce sens, l’entreprise Karité Delapointe, de Bury, avait été invitée pour l’occasion. Praxède Lévesque-Lapointe, propriétaire, guidait patiemment pour chaque intéressé, le meilleur choix de produits à consommer, selon le besoin recherché. Karité Delapointe, fondée en 2002, crée des emplois au Burkina Faso. L’entreprise améliore le bien-être des femmes africaines productrices, car elle achète directement de celles-ci le beurre transformé, contribuant ainsi à leurs efforts en évitant donc d’acheter des amandes par l’intermédiaire de grandes compagnies. Mme Lévesque-Lapointe expliquait qu’en Afrique ce sont les femmes qui s’occupent de la gestion de leur famille. « Les femmes en étant payées mieux contribuent au bien-être de leur famille par de la nourriture ou elles envoient les enfants à l’école ». « La prime équitable leur offre également la possibilité de suivre des cours, comme apprendre à lire et écrire », sont parmi tant d’exemples que permet le commerce équitable, explique Mme Lévesque-Lapointe.
Parmi les producteurs ou produits présentés ce jour-là, étaient présents le Jardin des Bocages, la Ferme des Hôtes Épinettes, la Ferme Caitya du Caprice Caprin, le miel de M. Robert ainsi que Brenda Thomas et Suzanne Morrow de la Ferme Maraîchère et bien plus… La population semble aimer s’adonner aux marchés. Certains cultivent leurs légumes, d’autres discutent à la table des allées et venues des voitures auxquelles les passants font leurs emplettes. Du nombre, Samuel Tanguay, originaire de Thetford Mines, et Jason Lessard, de l’Ontario, nouvellement arrivés à Sawyerville et voisins, ont collaboré à la pression des pommes pour en faire du jus. Un goûter et différents mets étaient servis sur place, quelques guitaristes jouaient, le tout rendant l’ambiance conviviale.
Mme Bolduc souhaite informer la population que le Jardin communautaire de Sawyerville planifie présentement la programmation pour l’an prochain. Les producteurs, artistes, musiciens ou autres sont bienvenus. Pour plus d’informations et aux intéressés à participer à la prochaine édition du marché villageois de Sawyerville 2017, contactez Chantal Bolduc 819 889-3196 ou chantalbolduc99@bell.net. Le marché aura lieu les samedis de 10 h à 12 h 30, du début juillet à la fin août 2017.

Baobab

Inauguration d’un module de jeu à Sawyerville : Le parc de La Station s’embellit

Inauguration officielle du Baobab, l’arbre à grimper, au parc de La Station de Sawyerville, en compagnie des membres du comité des loisirs de Sawyerville, parents et enfants.

C’est 10 000 $ qui ont été investis par la municipalité de Cookshire-Eaton pour revitaliser le parc La Station à Sawyerville, par l’ajout d’un module de jeu à l’apparence d’un arbre. Profitant de la traditionnelle fête des récoltes pour en faire l’inauguration, le module nommé Baobab, installé récemment, a fière allure dans le parc.
Les gens y étaient conviés en début d’après-midi. Le comité des loisirs de Sawyerville avait invité petits et grands à se rassembler en prévision d’inaugurer le tout nouveau module de jeu. Pour l’occasion, Danielle Tremblay, présidente des loisirs, ainsi que les 6 autres membres du comité, étaient présents afin d’officialiser cette innovation. La jeune relève du Haut-Saint-François, dont Geneviève Guérette, a érigé tant bien que mal, à cause du vent, une tente où plusieurs attractions et commodités étaient sur place pour les enfants de 0-5 ans.
Les enfants quant à eux ont pris un plaisir fou à grimper les branches de l’arbre devant les spectateurs. Le Baobab est installé à même le parc où l’on retrouve déjà quelques attractions pouvant amuser petits et grands.

Expo Cookshire

Exposition agricole de Cookshire : Robert Addis satisfait

Une des belles montures qu’on avait la chance de voir lors de la parade des animaux.

Le président de l’Exposition agricole de Cookshire, Robert Addis, est satisfait des résultats de l’édition 2016, tenue en août dernier. Le compte final n’était pas complètement compilé au moment d’écrire ces lignes, cependant, le président affirme que c’est près de 10 000 visiteurs qui sont passés à l’exposition agricole.
Plus de peur que de mal, à la soirée d’ouverture. Un bruit strident laissant croire à une collision est survenu lorsque les manèges étaient en fonction. On aurait cru que 2 manèges remplis d’enfants venaient de se heurter, ce qui a fait paniquer les parents dans lesquels leur marmaille siégeait. M. Addis explique qu’il était là lorsque l’évènement s’est produit. Dans un article de La Tribune, une dame témoignait que 2 manèges étaient entrés en collision. Le président tient à préciser qu’ils ne se sont pas heurtés, mais plutôt une espèce de plaque de métal se serait délogée pour ensuite entrer en collision avec l’autre manège; le bruit provoqué a donc inquiété la foule.
M. Addis informe que le bilan sera terminé vers la mi-septembre, encore aujourd’hui, les comptes continuent de rentrer. « Ça prend de l’argent pour faire une expo comme ça », cite le président. Celui-ci remercie grandement les fournisseurs qui attendent un peu avant d’envoyer leurs factures. « Quand les gens sont gentils, ça nous aide beaucoup pour continuer. »
Le président a pris le temps d’aller discuter avec les exposants afin de prendre le pouls et tous dans l’ensemble étaient heureux de leur week-end, de plus que la température était au rendez-vous. Du côté des bénévoles, le nombre est toujours inférieur aux besoins; cependant, il est fier d’avoir ceux qui sont là d’autant plus que beaucoup reviennent année après année.

Hymn1

At Eaton Corner Museum, An Old-time Hymn Sing

The old Congregational Church in Eaton Corner was repurposed mid-July as a… church, for the Museum’s annual hymn sing. On a warm Sunday afternoon, close to 40 people joined in singing traditional hymns. They sat in old wooden pews, surrounded by historical exhibits from Eaton’s past. Sunlight sifted through Denis Palmer’s colourful window hangings.
They sang from a little songbook called Songs of the Gospel, and Sharon Moore accompanied them on the harmonium, or old fashioned upright pump organ. Two quaint wooden collection boxes with long handles were passed along the pews, accepting donations to the Eaton Corner Museum.
It was an ecumenical gathering. The songbook came from the Sawyerville United Church. The pews came from a Baptist church. The harmonium was donated by an Anglican priest. And the audience members represented all these backgrounds, probably more.
They sang 11 hymns in all, beginning with “Come Let Us Sing,” and winding up with “What a Friend We Have in Jesus.” The program included a few historical readings and ended with cookies, lemonade, conversation and a visit to the newly restored Foss House, the Museum’s Welcome Centre.
“They sang well. It was a good afternoon,” said Moore, president of the Eaton Corner Museum. At 374 Route 253, Eaton Corner, the museum is open weekends until the end of September. Info: 819-875-5256, www.eatoncorner.ca, or on Facebook.

chevaux

Concours de labour à Lingwick : 4e édition cet automne

Il est impressionnant de voir travailler ensemble les chevaux guidés par le laboureur.

Venez vivre une expérience automnale d’autrefois, sous le paysage enchanteur de Lingwick. Le samedi 8 octobre prochain, les Gilbert présentent, pour une quatrième année, leur concours de labour. Une vingtaine de laboureurs de la classe enfant, amateur et professionnel ainsi qu’un juge officiel seront sur place.
Vous êtes conviés à passer la journée en plein air et ainsi avoir l’opportunité de redécouvrir le travail de dur labeur d’autrefois. Pas de tracteur, comme dans l’temps, les laboureurs de 10 à 70 ans laisseront leurs sillions dans la terre. Chaque année, c’est entre 150 et 200 passants qui vivent l’expérience. Le plus extraordinaire est que l’événement est familial, comme les Gilbert sont eux-mêmes de fervents amateurs de cette méthode traditionnelle, ils se sont regroupés afin de vous partager leur divertissement. Les 3 frères, Serge, Robert et Guy, sans oublier leur conjointe et quelques bénévoles, organisent et préparent tout. C’est aux hommes qu’incombe de s’occuper du terrain et pour le reste c’est les belles-sœurs qui tiennent les rênes; ensemble elles préparent l’immense garage servant pour l’occasion de salle de réception, la nourriture avec bien sûr, un coup de main de tout un chacun impliqué bénévolement. Ça aussi c’est comme dans le temps, les hommes au champ et les femmes au fourneau ! « On se tient tous par la main », exprime gaiement, Brigitte, la conjointe de Serge.
Les inscriptions se font à 8 h pour les laboureurs et le public est invité dès 10 h. L’activité se déroule toute la journée, une cantine et des rafraîchissements sont à votre disposition. Vers les 18 h 30, un méchoui est servi, dans le garage pouvant accueillir près de 125 convives. Les billets sont en vente au coût de 25 $ et les places sont limitées. En soirée, c’est la remise des nombreux prix auxquels, notons-le, sont remis à tout hasard.
Pour de plus amples informations et l’achat des billets, contactez Brigitte Martel au 819 877-2676. L’activité a lieu au 3-B route 108, à Lingwick.

actualite

Sawyerville Harvest Festival : Sharing our collective wealth

It’s early morning at the Sawyerville Community Garden, and gardeners, artisans and volunteers swarm toward the traditional harvest festival. The festival was planned for the same day as the weekly public market, and in the same place. Chantal Bolduc, president of the Garden, was there to present the various produce grown in the garden, as well as the small agricultural producers and processors who were invited.
The Garden site was donated by Dr. Curtis Lowry to the Town of Cookshire-Eaton, on the one condition that it be turned into a community asset. This condition has been well met. On the site is a wide array of local products, organic or in the process of becoming so, transformed products, and even an antique apple-press that produces apple juice. As consumers become more and more interested in fresh and local foods, the garden has become a busy place. “It’s been three years since the garden started,” said Bolduc. In that time, many projects have been carried out. One impressive innovation is an outdoor bread oven, built in the traditional manner.
The site is divided into different zones, with some areas reserved for CoSMOS seeds. The group is under the guidance of Brian Creelman, a well-known seed saver who aims to preserve seeds that are produced locally. Another section has beds separated into rental areas, 40 feet by 40 inches, where citizens can have their own garden. “Right now, 10 persons rent a garden bed,” said Bolduc. The various zones of the Community Garden begin with the bread-oven and a shelter constructed using the olden “timber frame” technique, to be used for various workshops. Not far from there is an orchard area, comprised of fruit trees such as plum, pear, cherry and apple trees. A wide strip is used for berries such as strawberries and blueberries, as well as a section of squash. Behind the garden, work has begun in the woods, where mushrooms are being cultivated.
Enthusiasm is palpable for natural as well as organic and fair-trade products. In this sense, the Karité Delapointe enterprise of Bury was invited for the occasion. The owner, Praxède Lévesque-Lapointe, gave patient guidance to each interested person on the best choice of products, depending on the need to be filled. Karité Delapointe, founded in 2002, creates jobs in Burkina Faso. It helps improve the well-being of African women producers, buying transformed butter directly from them and thus helping them avoid buying almonds via large companies. Lévesque-Lapointe explained that in Africa it is the women who are responsible for managing their family. “Women who are better paid contribute to the well-being of their family by providing food or sending children to school,” explained Lévesque-Lapointe, among other examples of how fair-trade commerce works. “The fair-trade bonus also gives them the opportunity to take courses, for example, to learn how to read and write.”
Among the producers and products presented at the Harvest Festival were the Jardin des Bocages, the Hôtes Épinettes Farm, the Caitya du Caprice Caprin Farm, the honey of Mr. Robert, as well as Brenda Thomas and Suzanne Morrow of the Maraîchère Farm, and many others. The public seemed to enjoy devoting themselves to the market. Some were working in their vegetables, others were at the table, discussing the comings and goings of cars, where passers-by were taking their purchases. Among them were Samuel Tanguay from Thetford Mines and Jason Lessard from Ontario, neighbours newly arrived in Sawyerville. They collaborated in operating the apple press to make juice. Snacks and different foods were served and several guitarists played, all contributing to a friendly atmosphere.
Bolduc would like the public to know that the Sawyerville Community Garden is currently planning the programming for next year. Producers, artists, musicians and others are welcome. For more information, and for those interested in participating in the 2017 edition of the Sawyerville Village Market, contact Chantal Bolduc at 819-889-3196 or chantalbolduc99@bell.net. The Market is planned for Saturdays from 10 a.m. to 12:30 p.m., from the beginning of July to the end of August 2017.

©2024 Journal Le Haut-Saint-François