Rachel Garber

The English

I can’t count the number of times I’ve been called “English,” starting in Amish Country, especially in Lancaster County, Pennsylvania.
“English” is what Amish people call anyone who do not speak Pennsylvania Dutch. Yes, they would even use that label for French speakers, I think. It’s a binary world view: You either are or are not one of the 300,000 native speakers of Pennsylvania Dutch in North America. If you don’t speak that language, you are English. Yes, I fall into that category.
But, no, I never thought of myself as English. My father’s first language was Pennsylvania Dutch, a dialect of German that comes from the Palatine region of Southern Germany, Alsace and Lorraine in Eastern France, and parts of Switzerland. (No, not the Netherlands: “Dutch” is a corruption of “Deutsch,” which means German.) My family were Mennonites, close cousins to Amish, although they now mostly speak English.
I always assumed my DNA was 100 percent Swiss German, from the canton of Bern in Switzerland. In family stories, Northern Switzerland was always the starting point of my ancestors’ migration to the New World. Beginning in 1663 the migrations began, mainly to escape religious persecution. They were an insular group; I never heard of one instance of intermarriage with a “worldly” person, not before my generation.
Thing is, if you married a non-Mennonite, it almost always meant you’d left the church, and your branch of the family tree was broken off right there, and the family no longer had contact with you. That’s sort of what happened to me, although times have changed and I enjoy a close relationship with my immediate family.
I’ve been in Quebec now for 48 years, and I am still irritated and bemused when I hear persons whose first language happens to be English labelled, with various overtones, “les anglais.” The brand “English” carries connotations that may be friendly, derisive, resentful or bitter. For me, the first barrier to speaking about those feelings is the widespread blindness to the great diversity among the people lumped together under that label.
Now, to my amazement, I have to admit I’m a bit guilty of that same blindness, in relation to my own ancestry. I recently had my DNA analyzed, and no, I am not 100 percent Swiss German! In fact, only 48 percent of my DNA resembles that of people from Germanic Europe, an area taking in Germany, Czechia, Austria, Switzerland, Luxembourg, Belgium and the Netherlands.
(Switzerland – Bingo! But only 48 percent?!)
Now I have to have a chat with my neighbour and figure out how we are cousins, because a full 22 percent of my DNA is French. Really? French?
My older brother enlightens me. “Some intermarriage for Amish and locals in Alsace-Lorraine?” Oh yes, I recall my mother’s history lessons about the Alsace-Lorraine region in eastern France; it was ceded to Germany in 1871 after the Franco-Prussian War, and handed back to France in 1918 after the First World War. But that was after my ancestors had migrated to Pennsylvania. I had not realized my family’s personal interest in the Alsace-Lorraine story, or that my Mennonite ancestors could have intermarried with French persons.
Am I ready to own my French side? Absolutely! Is that what motivated me to study French while a student in Virginia? Is that what destined me to settle in Quebec? Hmm.
But the rest of me? Well, 20 percent of my DNA is similar to persons from Belgium and/or England, including the Channel Islands. Now Belgium is easy to understand; I know family stories of my ancestors coming to the New World via Belgium. One young couple were kidnapped; the ship’s captain enticed them to stay aboard overnight to bid their friends farewell. The ship was to leave in the morning.
Well, when morning came, they were far out to sea. To get his passage money, the captain sold them as indentured servants to a Captain Morgan of Morgantown, Pennsylvania. So the story goes. No mention of intermarriage in Belgium, but it could have happened.
And then the last 10 percent: Sweden and Denmark. I bow to my mother’s blue-eyed family, and our Viking forebears – the word “our” referring to so many northern Europeans, including French, most likely. So maybe it’s time to stop thinking of “the French” as a monolith. Could “they” be just as variegated as “we” are?
THANK YOU
April 24-30 is Volunteer Week, and the Centre d’Action Bénévole du Haut-Saint-François takes the occasion to thank all our volunteers for everything they do. The motto this year? Volunteering is Empathy in Action. “Volunteering can help us develop empathy and see the world through the eyes of others. Thank you for all your caring, compassion and contributions to our communities,” wrote Diane Grenier, volunteer coordinator with the CAB. She can be reached at 819-560-8540 or coordo@cabhsf.org.
FUSILIERS DE SHERBROOKE
The music of Leonard Bernstein, Jan Van der Roost, George Gershwin and John Williams: the Fusiliers de Sherbrooke bring a breath of fresh air in Cookshire on Saturday, April 30 at 3 p.m., at the St-Camille Church, 170 Principale East, Cookshire-Eaton. Proceeds will benefit the Maison de la Culture John-Henry-Pope.
CHURCHES
Anglican. In-person service on Sunday, May 1st, at 11 a.m. at the St. Peter’s Church Hall in Cookshire. Also, Bishop Bruce Myers offers Home Prayers at 4 p.m. on Sundays via Facebook, and at quebec.anglican.ca (Worship Videos). Info: 819-887-6802, or quebec.anglican.ca.
United. For service information, please check the United Eaton Valley Pastoral Charge answering machine at 819-889-2838. For pastoral emergencies, contact Rev. Mead Baldwin at 819-837-1112.
Baptist. Regular in-persons services are in French at 9 a.m., in English at 11 a.m., respecting Covid protocols, including masks and hand sanitizing. For information, please contact Pastor __ Houle at 819-239-8818.
Do you have news to share? Call 819-640-1340 or email rawrites@gmail.com by May 2 for publication May 11, and by May 16 for May 25.

Plan école

Agrandissement de l’école Saint-Camille : Présentation des scénarios

Voici le plan d’agrandissement de la 3e option.

Une quinzaine de parents se sont réunis dans le gymnase de l’école Saint-Camille de Cookshire-Eaton pour entendre la présentation des 3 scénarios possibles pour l’agrandissement de l’établissement primaire incluant l’ajout de 3 classes préscolaires et de 3 de niveau primaire ainsi qu’un local réservé à la psychomotricité.
Mme Kathy Lapointe, directrice de l’école, M. Martial Gaudreau, directeur général du Centre de services scolaire des Hauts-Cantons, ainsi que M. Yanick Bastien, ingénieur et responsable des ressources matérielles, ont présenté le projet. Ce dernier a soumis le plan des trois scénarios d’agrandissement possible et a expliqué les contraintes ou impacts associés à chacune des options devant les parents venus poser des questions et s’assurer que le projet conserverait l’âme de l’établissement.
Les trois options étaient aux stades d’ébauches, mais permettaient de bien visualiser, dans l’ensemble, ce que pourrait avoir l’air l’école dans un futur rapproché.
Des trois propositions, c’est la 3e qui a le plus retenu l’attention des parents présents. Ce scénario proposait une partie, démolition, avant de commencer les rénovations et l’agrandissement. Les bureaux administratifs seraient détruits et reconstruits en plus d’être relocalisés. Dans ce plan, il y avait aussi la proposition de rendre l’espace de dîner plus convivial. L’idée que la cafétéria soit entourée de fenêtres donnant sur la cour a bien plu aux parents sur place.
Le premier plan quant à lui proposait l’ajout d’un bâtiment connecté et perpendiculaire à l’ancien qui traversait la bute où les jeunes s’amusent à glisser chaque hiver. Quant au deuxième, il suggérait l’ajout d’un nouveau bâtiment, lui aussi, connecté à l’ancien, mais cette fois-ci près de la rue Bibeau, à l’endroit du débarcadère d’autobus et du stationnement.
Il est important de préciser que chacun des plans amènera un lot de compromis et aura des impacts sur l’année scolaire des jeunes puisque les travaux, théoriquement, se dérouleront pendant les mois d’école.
L’objectif de cette soirée n’était pas de prendre une décision finale, mais bien de nommer les enjeux importants pour l’école et pour la communauté et de voir où en était rendue l’élaboration des plans.
Pour M. Gaudreau, c’est une excellente nouvelle de voir le gouvernement financer l’agrandissement des écoles de notre région, car cela permet de ne pas relocaliser les jeunes.
Les parents à la présentation étaient reconnaissants d’avoir l’opportunité de se faire entendre et de pouvoir émettre leurs opinions sur le projet en plus de sentir que les organisateurs étaient bien connectés aux demandes de la communauté de Cookshire-Eaton. Pour ces derniers, l’optimisation du stationnement et du débarcadère d’autobus est primordiale, en plus de conserver l’espace de glissade dans la bute adjacente à l’école.
Théoriquement, les travaux devraient s’étendre sur une année complète, selon M. Bastien et optimalement, le chantier pourrait être terminé pour l’année scolaire 2023-2024.
Le coût estimé des différents projets est assez similaire et s’élève approximativement à 6,5 M$. Par contre, dans l’hypothèse où le projet 3 serait adopté, il permettrait de réaliser des économies à moyen terme (toiture, fenestration, etc.).

actualite

Programme d’habitation abordable du Québec (PHAQ) : Il est temps de déposer vos projets d’habitation !

Le député de Mégantic et adjoint parlementaire de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation (volet Affaires municipales), M. François Jacques, invite les organismes communautaires, les entreprises du secteur privé, les coopératives d’habitation et les offices d’habitation à déposer, d’ici le 5 mai prochain, un projet d’habitation visant à construire des logements abordables pour les citoyens de la circonscription de Mégantic, dans le cadre du nouveau Programme d’habitation abordable Québec (PHAQ).
La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Mme Andrée Laforest, a lancé plus tôt cette année ce programme novateur visant à augmenter l’offre de logements abordables plus rapidement. Celui-ci est doté d’une enveloppe de 300 M$. Les projets proposés devront répondre aux besoins identifiés sur le terrain par la SHQ en plus d’être appuyés par la municipalité où ils seront éventuellement développés.
Le PHAQ est complémentaire à d’autres soutiens financiers du gouvernement visant à améliorer l’offre de logements abordables. Ce programme contribuera financièrement à la réalisation de bâtiments de qualité qui pourront intégrer notamment des mesures environnementales ou qui permettront d’optimiser les pratiques de construction résidentielle. Les loyers des logements construits dans le cadre de ce programme devront être abordables. Une répartition budgétaire entre les régions sera effectuée en fonction de leurs besoins et de leur réalité.
« L’objectif est d’accélérer le rythme de construction pour répondre aux besoins des municipalités et ainsi faire lever de terre plus rapidement de nouveaux logements abordables dans les régions où les besoins se font sentir. Pour notre gouvernement, c’est une priorité, et les municipalités seront des partenaires clés dans cette démarche. Ça prend encore plus de logements qui répondent aux besoins des Québécoises et Québécois, non seulement en termes de taille et de qualité, mais aussi en termes de coûts. C’est pourquoi j’invite les organismes et les entreprises qui peuvent contribuer à cet effort à déposer d’ici le 5 mai 2022 leur projet ! », cite Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation.
« Notre gouvernement offre un levier incroyable aux organismes et aux entreprises de notre région qui souhaitent augmenter l’offre de logement abordable sur notre territoire. Le PHAQ est doté d’une enveloppe de 300 M$ pour construire rapidement des logements. Je lance moi aussi l’invitation aux organismes et aux entreprises de notre comté : déposez un projet rapidement ! », ajoute François Jacques, député de Mégantic et adjoint parlementaire de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation (volet Affaires municipales).
Faits saillants
• Une période de 15 à 35 ans du maintien de l’abordabilité des logements sera exigée pour chaque projet. Les taux de subvention seront ajustés selon la durée de l’engagement. Au terme de cet engagement, il sera tout de même nécessaire de respecter les indices de fixation de loyer du Tribunal administratif du logement.
• Les municipalités doivent, pour leur part, contribuer à la hauteur de 40 % de la subvention octroyée. Celle-ci peut notamment prendre la forme d’un don de terrain ou encore, d’un congé de taxes pour une certaine période.

actualite

Grippe aviaire : Le MAPAQ propose quelques recommandations

Cinq cas de grippe aviaire, en Estrie, ont été identifiés dont l’élevage commercial Canards du Lac Brome et un autre de type non commercial dans le Haut-Saint-François. Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) y va de quelques mesures de sécurité, dont celle d’installer des filets sur les enclos extérieurs afin d’éviter les contacts entre les oiseaux sauvages et les oiseaux d’élevage.
Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) vous informe de deux premiers cas de grippe aviaire au Québec. Les cinq cas ont été détectés en Estrie, l’un dans un élevage commercial de volailles et l’autre dans un élevage non commercial.
Le MAPAQ collabore avec l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et les partenaires de l’industrie pour le retraçage des élevages à proximité des cas afin d’appliquer les mesures de prévention, surveillance et contrôle nécessaires pour limiter la propagation du virus.
Rien n’indique que le virus puisse être transmis aux humains par la consommation de volaille, de gibier ou d’œufs préparés et cuits correctement. Vous pouvez continuer à les consommer sans crainte en prenant les précautions habituelles en ce qui concerne l’entreposage sécuritaire, la manipulation et la préparation des aliments.
La grippe aviaire représente un risque faible pour la population générale. Les rares cas où le virus se transmet à l’humain sont généralement associés à un contact étroit et prolongé en milieu fermé avec les oiseaux infectés.
Le MAPAQ et l’Équipe québécoise de contrôle des maladies avicoles (EQCMA) rappellent aux propriétaires d’oiseaux d’élevage de rehausser leurs mesures de biosécurité et de se conformer au Règlement sur les conditions de salubrité des lieux de garde d’oiseaux captifs.
Le MAPAQ recommande également aux propriétaires d’oiseaux d’élevage, tant sur les fermes commerciales que dans les basses-cours, de prendre les précautions suivantes :

  • Éviter tout contact direct ou indirect entre les oiseaux d’élevage et les oiseaux sauvages;
  • Si vos oiseaux doivent avoir accès à un enclos extérieur, un filet posé sur l’enclos devrait permettre d’éviter que les oiseaux sauvages s’y posent;
  • Évitez d’attirer les oiseaux sauvages par la présence de nourriture ou de plans d’eau à proximité du poulailler.
  • Limiter l’accès à la ferme aux personnes autorisées seulement. Assurez-vous que ces personnes respectent les mesures de biosécurité en vigueur.
  • Nettoyez et désinfectez les véhicules à moteur avant leur entrée sur les lieux d’élevage.
  • Évitez les rassemblements d’oiseaux.
    Le MAPAQ appelle à la vigilance des propriétaires de volaille. Ils doivent surveiller les signes de grippe aviaire chez leurs oiseaux : un manque d’énergie et d’appétit, une diminution de la production d’œufs et la ponte de nombreux œufs à coquille molle ou sans coquille, une enflure de la tête, des paupières, de la crête, des caroncules et des jarrets, une toux, des éternuements, des signes nerveux, une diarrhée, un manque de coordination ou une mort subite. En cas de mortalités inhabituelles ou de signes de la maladie, consultez un médecin vétérinaire. Si c’est impossible, contactez la Centrale de signalement du MAPAQ au 1 844 ANIMAUX ou la ligne téléphonique d’urgence de l’ACIA au 1 866 806-4115.
actualite

Bonification de la Sépaq à Mégantic

La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) bonifiera plusieurs de ses campings en vue de la saison estivale, dont celui du Mont-Mégantic.
Au total, c’est huit nouvelles unités de prêt-à-camper Étoile qui feront leur apparition dans le camping du secteur Franceville du parc national du Mont-Mégantic (PNMM). Elles seront localisées dans la nouvelle boucle Syénite qui a été inaugurée l’année dernière.
Ce secteur est situé, en voiture, à une quinzaine de minutes du site de l’Observatoire. De forme cubique, le prêt-à-camper Étoile offre plus de hauteur, plus de rangement et plus de capacité d’accueil (6 personnes). Les campeurs apprécieront les trois ou quatre lits doubles pour y passer confortablement la nuit, la belle luminosité ainsi que la grande galerie extérieure. Un espace vivant et entièrement repensé qui fera le bonheur des utilisateurs, particulièrement les familles au prix de 119 $ par nuit.
Mentionnons que la campagne de réservation pour les chalets de la Sépaq s’est amorcée samedi dernier et il est recommandé de ne pas trop retarder.
Dans le secteur de l’Observatoire, c’est 20 km de sentiers qui attendent les randonneurs avec l’accès à de superbes points de vue sur les sommets du mont Mégantic (1110 m) et du mont Saint-Joseph (1065 m). Du côté du secteur de Franceville, il est possible de découvrir 15 km de sentiers permettant d’accéder, entre autres, à la spectaculaire crête rocheuse de Franceville ainsi qu’à la vallée du ruisseau de la Montagne.
De plus, les soirées d’astronomie du Mont-Mégantic mettront en lumière le télescope James Webb, dont la thématique fera l’objet d’une présentation de 30 minutes.
Il y a un peu de l’Observatoire du Mont-Mégantic (OMM) dans le télescope James Webb, particulièrement grâce au directeur René Doyon, qu’on décrit comme l’instrument scientifique le plus complexe jamais construit. Le fameux télescope, qui pourrait transmettre ses premières images en juin, sera donc la thématique de la prochaine saison estivale lors des soirées d’astronomie de l’ASTROLab du parc national du Mont-Mégantic.
« C’est le plus gros projet en astrophysique de la décennie. C’est probablement l’instrument scientifique le plus complexe jamais construit. Ce qu’on veut mettre en valeur, c’est que le Canada et le Québec sont parties prenantes de ce projet. L’Observatoire du Mont-Mégantic a un rôle central dans la contribution canadienne au projet », explique Guillaume Poulin, garde-parc technicien spécialisé en astronomie.
« On pourrait dire simplement qu’il y a quatre caméras à bord, et l’une d’elles est fournie par le Canada. Le chercheur principal est René Doyon, le directeur de l’OMM. Du fait que le Canada et le Québec participent à ce projet-là par l’instrument, ça garantit du temps d’observation à des astronomes canadiens et québécois. C’est ce qui est majeur », conclut-il.

Opinion du lecteur

Autocratie et enjeu de gouvernance en municipalité rurale : le cas du Canton de Wesbury

Le 4 avril dernier, j’ai eu l’occasion d’assister à la séance du conseil municipal du Canton de Wesbury. Comme professeur-chercheur en économie agroalimentaire, je m’intéresse aux différents enjeux des municipalités rurales du Québec.
J’ai malheureusement assisté au désolant spectacle de citoyens vraisemblablement en colère qui s’exprimaient pour la plupart avec éloquence, mais qui ont été muselés dans leur droit de parole par un maire qui n’était de toute évidence pas en contrôle de la situation. D’ailleurs, par moment, la directrice générale semblait agir comme présidente de la séance du conseil et dictait au maire comment mettre fin aux questions des citoyens (voir l’enregistrement de la séance). Ayant occupé et occupant toujours des positions de leadership au sein de conseils d’administration, d’associations et d’instances universitaires, ce mélange des rôles a provoqué chez moi un profond malaise. Je dois par contre mentionner que les conseillers municipaux, eux, répondaient avec calme et de façon efficace, et m’ont semblé en pleine maîtrise de leurs dossiers.
Pour ajouter à mon malaise, le maire de Wesbury semble utiliser la voie juridique, aux frais de la municipalité, contre les élus et citoyens qui semblent lui présenter une certaine opposition sous forme de mises en demeure et d’avertissements avec menaces de représailles. L’article du journaliste Pierre Hébert dans le journal le Haut-Saint-François (28 mars 2022 -Supposée situation de conflit d’intérêts : Le conseiller Dolbec répond au maire de Wesbury) illustre cette situation. J’ai également été témoin, lors du conseil, de la rapidité avec laquelle le maire a accusé un citoyen de harcèlement, en lieu de réponse à la question inconfortable que ce dernier posait. Il y a ici matière à réflexion sur la manière de gérer les conflits.
Outre la situation à Wesbury, je m’interroge de façon plus large quant au fonctionnement des nombreuses petites municipalités rurales qui composent le Québec et notamment en Estrie. Faut-il revoir le système? Augmenter le niveau de formation des élu(e)s? Les modifications à la réglementation municipale (loi 49) vont-elles suffisamment loin? J’y vois un sujet d’étude d’intérêt. Il ne faut pas minimiser l’impact que peut avoir le bon fonctionnement d’un conseil municipal sur le développement économique et le bien-être des citoyens de nos petites municipalités rurales. Dans le cadre de précédentes études, il a été démontré que la création de 5 emplois en région rurale a un impact relatif similaire à celle de 100 emplois en grand centre urbain. Le mauvais fonctionnement associé à des enjeux de gouvernance, dans nos petites municipalités, peut donc être rapidement lourd de conséquences.

Maurice Doyon

actualite

Solide performance de la Caisse Desjardins du Haut-Saint-François : Bénéfice pour les membres

L’année 2021 s’est avérée excellente pour la Caisse Desjardins du HSF, avec des excédents d’exploitation de 5,6 M$. Une hausse de 23,5 % par rapport à l’an dernier. Son volume d’affaires a augmenté de 8 %, pour s’établir à 1,34 G$ pour la même période. Ses excédents avant ristournes aux membres atteignent 6,67 M$.
La Caisse Desjardins du Haut-Saint-François a tenu son assemblée générale de façon virtuelle. C’était l’occasion pour les membres de prendre connaissance des récents résultats financiers et ils ont ensuite bénéficié de quatre jours pour exercer leur droit de vote sur la ristourne.
À la suite de ce processus démocratique (vote des membres pour le partage des excédents et alimentation du Fonds d’aide au développement du milieu (FADM)), le projet de partage des excédents, qui a été accepté à 97,55 % lors de l’assemblée générale annuelle, représente une ristourne totale de 1,3 MS. Un montant de 1,162 MS sera versé aux membres sous forme de ristournes individuelles et 0,147 M$ serviront à alimenter le Fonds d’aide au développement du milieu.
Rémi Vachon, président de la Caisse, tient à remercier les membres qui, en faisant affaire avec Desjardins, donnent les moyens de faire une différence dans leur vie et dans la communauté. « Cette somme est une forme de retour à la communauté nous permettant de faire vivre concrètement la présence de Desjardins et sa nature coopérative », mentionne-t-il.
En plus de la ristourne aux membres et de l’alimentation au FADM, la Caisse Desjardins du Haut-Saint-François a distribué en 2021, 303 800 $ à la collectivité, soit 24 800 $ en commandites et dons ainsi que 279 000 $ par l’entreprise de son Fonds d’aide au développement du milieu.

santé mentale

Conférences-témoignages de Virage Santé mentale : Nathalie Simard et Diane Demers- Roy se confieront

Virage Santé mentale reprend ses activités-conférences et témoignages les 3 et 4 mai prochains dans le cadre de la Semaine de la santé mentale. Pour l’occasion, Nathalie Simard fera part de son expérience de vie le mardi, à Weedon, et suivra le lendemain à East Angus, le témoignage de Diane Demers-Roy.
La participation de Mme Simard était prévue en 2020 avant que tout soit mis sur pause, mais elle sera présente à la salle communautaire de Weedon au 209, des Érables, ce mardi 3 mai à compter de 19 h. En plus de parler de son expérience de vie, l’artiste interprétera quelques chansons.
Le lendemain suivra le témoignage de Diane Demers-Roy au local d’East Angus, situé au 37, rue Angus Nord. L’activité débutera à 18 h 30.
Les deux activités se déroulent en présentiel et les règles sanitaires seront respectées, notamment le port du masque obligatoire. Pour les deux soirées, il est recommandé de réserver votre place en composant le 819 877-2674.

Marchés publics

La saison des marchés publics dans le Haut : On se prépare

La saison chaude arrive à grands pas et les différentes municipalités du Haut-Saint-François se préparent à l’ouverture des marchés publics. Quoique débutant pour la plupart au mois de juin, les préparatifs vont déjà bon train.
Le Jardin Communautaire de Sawyerville accueillera les visiteurs tous les samedis du 2 juillet au 24 septembre, de 10 h 30 à 13 h, à son marché public. Depuis la dernière édition, en 2021, une structure permanente a été installée pour faciliter l’exposition de marchands et producteurs. Cette dernière permet aux organisateurs d’installer moins de tentes et offrira pour une 2e année consécutive, une meilleure protection contre les éléments naturels. Des fruits et des légumes locaux produits de façon écologique seront disponibles au marché en plus de plusieurs produits transformés tels que des fromages, des confitures, du miel, du pain, du jus de pomme et d’offrir leurs pizzas cuites dans un four à bois ancestral.
Pour le Marché de la petite école de Lingwick, il sera ouvert tous les vendredis de 16 h à 19 h, du 10 juin jusqu’au 9 septembre. Comme au marché de Sawyerville, les fruits et les légumes seront au rendez-vous en plus d’avoir une grande sélection de viande. De plus, cette année, les activités du P’tit pub reprendront normalement.
À sa 3e année d’activité, le marché public de Dudswell vous accueillera pendant 13 semaines, du 25 juin au 17 septembre, les samedis de 9 h à 12 h. Au moment d’écrire ces lignes, 16 producteurs avaient déjà confirmé leur présence pour cet été. Pendant ces 13 semaines, trois tirages auront lieu. Des prix tels qu’un chèque cadeau à utiliser au marché, un produit offert par l’un des exposants ou même le panier du marché qui regroupera un produit par producteur présent et qui sera offert à la fin de la saison. De plus, chaque samedi, il sera possible de se procurer deux recettes créées par les bénévoles en lien avec les produits vendus au marché. Cette période permettra d’amasser un total de 26 recettes, qui seront aussi disponibles sur leur page Facebook. Le 25 juin, à Dudswell, pour l’ouverture officielle du marché, sera présente sœur Angèle.
La municipalité de Westbury ouvrira son marché public du 30 juin au 1er septembre les jeudis, de 16 h à 18 h 30.
Pour ce qui est de La Patrie, il prépare aussi l’ouverture de leur marché public; toutefois, au moment d’écrire ces lignes, les informations n’étaient pas disponibles.
La municipalité de Weedon n’aura pas de marché public cette année, mais la Ferme Patry fera la vente de produits des fermes environnantes ainsi que de sa viande charolaise sans antibiotiques ni hormones dans un nouveau local situé au 650, 2e Avenue, à Weedon. L’ouverture du nouveau commerce est prévue pour mai 2022.

Bureau de developpement - copie

Implantation d’un bureau de projets

Le maire de Cookshire-Eaton, Mario Gendron, est d’avis que le bureau de projets sera un outil essentiel pour assurer le développement de la municipalité.

Lors de sa campagne électorale de l’automne dernier, le maire de Cookshire-Eaton, Mario Gendron, avait fait un de ses chevaux de bataille, le développement de la municipalité. En créant un bureau de projets, il croit être en mesure de remplir avantageusement cet engagement.
« Dans ma campagne, j’en ai parlé, ça me tient à cœur. C’est là-dessus que je suis branché, j’ai ouvert avec le conseil, avec les employés ici, on passe en mode développement, on avance. »  M. Gendron rappelle que de nombreux entrepreneurs et promoteurs lui ont fait des remarques quant au développement de la municipalité et il entend bien y donner suite.
Le surintendant des travaux publics, René Lavigne, sera affecté directeur du bureau de projets. Un espace est aménagé à cet effet. « Il faut qu’il soit bien installé, il faut qu’il ait tous les plans à sa disposition. Quand un promoteur ou un entrepreneur veut te rencontrer, bien il y a un bureau de projets. Ça, c’est un gros morceau qu’on vient de mettre en place. » M. Lavigne pourra compter sur Mégane Vachon, agente de bureau suivi de projets, pour l’appuyer dans sa tâche. Le bureau du directeur général de la municipalité, Martin Tremblay, qui est également ingénieur de formation, sera relocalisé à proximité de celui du développement pour assurer une collaboration. Ces personnes seront toutes situées à l’étage, à proximité du maire. « Moi, tout ce qui est promoteur, tout ce que j’entends parler, faut passer ça par le bureau de projets », insiste M. Gendron.
Il assure que cet outil de développement répond à une demande. « Des projets, il y en a. Là, on tombe dans une période où la conjoncture est bonne pour amener des projets parce que le gouvernement tente de repartir l’économie après pandémie, on sent que le député est à l’écoute, des argents il va y en avoir. »
M. Gendron mentionne qu’avec l’ancienne structure, il aurait été impossible de gérer l’envergure des projets à venir. « Tu ne peux pas gérer des projets d’infrastructure de nouvelles rues, de multilogements, de parc résidentiel si tu n’as pas un bureau de projets pour suivre tes projets, suivre tes consultants qui y travaillent, recevoir les consultants qui viennent te présenter les préliminaires. »
Projets
Pour les secteurs de Cookshire, Sawyerville et Johnville, on travaille sur une stratégie de dézonage pour la création de terrains résidentiels et de multilogements. « Cookshire, ça fait longtemps que c’est en demande du terrain résidentiel et multilogements. » Parmi le potentiel, le maire fait part de deux terrains pour des résidences unifamiliales sur la 1re Avenue et de cinq pour des multilogements dans le secteur du Boisé avec possibilité de 12 additionnels. « On n’arrête pas de se faire appeler sur ça. Le monde est à la recherche de logements et il n’y en a pas, faut vraiment travailler fort là-dessus. »
Johnville
Des projets sont également prévus pour du développement résidentiel et des multilogements dans le secteur Johnville. Un potentiel de 18 terrains pour des résidences unifamiliales et quelques multilogements sur la partie existante de la rue Gendron figure sur les plans. Le projet va bon train, les plans sont pratiquement complétés et il ne reste qu’à amener l’eau du parc écoforestier. Des essais de pompage ont été effectués et la municipalité est dans l’attente des résultats des tests de caractérisation de l’eau. Cette étape complétée, la firme de consultants EXP acheminera les résultats au ministère de l’Environnement pour obtenir le certificat d’autorisation (CA) et ainsi procéder à l’émission des plans et devis d’infrastructures afin de procéder aux appels d’offres auprès des entrepreneurs. Si tout va bien, on pense débuter les travaux l’automne prochain et compléter la finition de la rue au printemps 2023.
Toujours à Johnville, le développement de 24 terrains dans le secteur Maheux, prévu pour l’automne 2023, pourrait accueillir des résidences unifamiliales, des jumelés et des multilogements.
Le maire anticipe une forte demande. Leur coût approximatif de 80 000 $, selon le secteur, avec les services, sera hautement concurrentiel, précise-t-il. M. Gendron estime que les deux développements domiciliaires permettraient d’accueillir approximativement 65 nouvelles familles.
Sawyerville
Du côté Sawyerville, la municipalité est en exploration pour du développement domiciliaire, d’ajouter M. Gendron. Celle-ci est en négociation pour l’acquisition de plusieurs terrains, dont une douzaine, dans un secteur zoné blanc et une quarantaine potentiels dans un secteur zoné vert. On travaille aussi à développer le volet industriel dans le secteur abritant autrefois l’entreprise Perron Palettes.
Fonds de développement
Le maire ajoute qu’avec la création du bureau de projets, la municipalité a mis en place un fonds de développement. « C’est-à-dire que toutes les ventes de terrains seront versées dans le fonds. Cela nous permettra d’investir dans les infrastructures. »

Patinoire

Des patinoires neuves pour la prochaine saison

La municipalité de Cookshire-Eaton investira approximativement 500 000 $ pour mettre à niveau les patinoires des secteurs Johnville, Sawyerville et Cookshire. On prévoit couler des dalles de béton et installer des bandes neuves. L’aménagement de la surface permettra de pratiquer divers sports tout au long de l’année, d’expliquer le maire, Mario Gendron.

rue eastview

Travaux de pavage : 3 M$ à investir sur les chemins en 2022

D’importants travaux seront effectués dans la rue Eastview au cours du mois d’août.

La municipalité de Cookshire-Eaton dispose d’une aide financière de 3 M$ provenant du Programme d’aide voirie locale (PAV) pour effecteur des travaux de pavage dans les trois secteurs de la municipalité soit Cookshire, Sawyerville et Johnville.
Le maire, Mario Gendron, assure que le tout se fera de façon coordonnée et sera réalisé au cours de la présente année. « Pour nos routes, le pavage, on a tout un tableau de toutes les routes. Ça, on est appuyé par notre firme de consultants qui a tout vérifié, l’épaisseur de l’asphalte, l’épaisseur de gravier dans les rangs. Tout est défini », d’assurer le maire Gendron. Les travaux seront confiés principalement aux entrepreneurs privés.
Selon M. Gendron, les travaux se mettront en branle simultanément dès le début de mai. Au total, une quinzaine de projets sont prévus comprenant notamment du pavage, du rechargement des accotements, rechargement de chaussées gravelées, reprofilage de fossés, planage et marquage de la chaussée. Parmi ceux prévus, on remarque entre autres, dans le secteur Cookshire, la rue Eastview comprenant la réfection des infrastructures souterraines et trottoirs. Le début des travaux au coût de 1,8 M$ devrait débuter au mois d’août. Il est également prévu de faire la réfection de la rue Principale Est, notamment de la ligne d’aqueduc et d’égouts entre la rue Castonguay et le chemin Learned Plain au montant de 1,2 M$. Mentionnons que ces projets bénéficient de l’aide financière du Programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec 2019-2023 (TECQ). Pour le secteur Johnville, on travaillera sur les plans et devis, la conduite et le bâtiment de service en prévision de l’installation de l’aqueduc pour la rue Gendron et le secteur Maheu ainsi que d’autres projets futurs. Le coût est de 1,2 M$ subventionné à 60 %.
Pour le secteur Sawyerville, on prévoit effectuer les travaux sur la Principale Nord et Flanders. M. Gendron est d’avis que les travaux sont répartis assez équitablement dans les trois secteurs de la municipalité.

Jack anglais

One Sawyerville Resident’s DNA: All Mixed Up

Jack Garneau: 100 percent.

Scottish, English/Northwest Europe, Irish, Norwegian, French, Slavic, Native American: One person’s DNA, in that order of proportion. Perhaps you recognize the package?
That’s the portrait Ancestry.com paints of Jack Garneau. It’s not unlike many other so-called “English” in the Haut-Saint-François, he guessed.
In fact, “being English-speaking” is not at all the same as “being English,” I observed, and Garneau acknowledged with a hearty laugh how often the two are confused. We talked by phone, he from his home in Sawyerville.
The genealogy buff has looked into his roots, and being 85, he’s had a bit of time to do so in depth.
“Ancestry tells me that my genes are only two percent similar to those from France, yet they tell me I am connected to all French people in North America.”
He has French heritage from his great-grandfather on his father’s side, and his great-grandmother on his mother’s side. “So I would have thought that percentage would be higher. But I suppose people who came from France, they probably weren’t totally genetically French either. They probably were partly Viking or Scandinavian, who knows?”
Another surprise was his predominant Scottish DNA. “My dad’s mother came from the Isle of Lewis,” he said. “My mother always said her father was Irish. But I think most of her roots were what they called planters.”
“Planters” were people from England and Scotland brought into northern Ireland to settle the land in the early 1600s, Protestants who were friendly to the English crown. They became known as Irish, but had Scottish origins.
The “English-Northwest Europe” part of the package referred, in part, to his great-great-grandfather who came over from Germany to Boston in 1751.
“The Boston settlers were getting a lot of grief from the French and Aboriginal people, so they brought over immigrants to settle on the outskirts of Boston. ‘Better they lose their scalps than we lose ours’,” Garneau said.
They invited Lutherans from the northern part of the Rhine valley; the Bostonians feared Catholic immigrants would be too easily influenced by French-Quebecers. Seven families collectively farmed a thousand-acre piece of land for a number of years, then Garneau’s ancestors gradually moved north, up the Connecticut River, and settled in Eaton.
“It doesn’t take very long to go from an ancestor 100 percent to one percent, really. My Native ancestry is eighth generation on the Huron side, and eleventh on the Algonquin side, and yet they say I’m only a small percentage Native American,” Garneau observed. His ancestors were among the “first Métis” in Canada, in the 1600s.
“I may not have much of their DNA left, but if they weren’t there, we wouldn’t be here.”
His English ancestors, the Page family, came to the New World in the 1600s, soon after the Mayflower. “They came up to the Eaton area around 1800 or 1805.” Like many other Americans at that time, they came for land, he noted, not politics. “They were not Loyalists.”
Around the 1850s, Garneau’s French ancestors moved south into the Bury area. His Geurtin ancestors supported the British in the Rebellion of 1837, but his great-great-great uncle, Hippolyte Lanctot, a notary in Saint-Constant, fought on the side of the Patriots. He was captured and shipped off to Australia. After some years, his sentence was commuted and he came back to Montreal.
“So here he was, a Patriot, and on the other side of my family, they were against that. Near Quebec City, the Irish there were afraid of what was going on. George Abraham Smyth, my great-great-great grandfather, petitioned Lord Dorchester to give them arms and give them aid so they could protect the area against the Patriots and I have a copy of the document he wrote to Lord Dorchester,” he said.
Then there are his Slavic roots: Ukrainian or Russian. Garneau compares the current war to the times of the Viking raids in Europe. “I guess unfortunately it’s been the story of mankind. Really, I just cannot comprehend. We’ve been led to believe we can talk things out, but I’m not so sure. History doesn’t seem to show we’re very successful at that.”
That’s one lesson we can learn from our DNA. Garneau summed up another: “We’re all mixed up, actually!”

Kiwi

Sortir des sentiers battus et produire des mini kiwis

Le kiwi est une plante grimpante, les agriculteurs projettent d’installer une structure en acier au cours des prochaines semaines.

Le couple Annick Lauzon et Francis Tremblay, de Cookshire-Eaton, sort des sentiers battus et innove, pour ainsi dire, en lançant une production de mini kiwis, le Kolomikta.
Encore à l’étape de début, cette plante qui mettra cinq années avant de produire au maximum de sa capacité, entame sa deuxième année et devrait donner ses premiers fruits à la fin de l’été 2023. Nos producteurs, en devenir, ont planté 250 plants sur une superficie d’un acre et demie à la fin de l’été 2021. Parmi les plants, principalement du Kolmikta, on retrouve également de l’Arguta qui lui, mettra cinq ans avant de produire. Au moment de l’entrevue, ils étaient dans l’attente de voir si les plants avaient survécu aux rigueurs de leur premier hiver.


Le couple ne semble guère angoissé de voir les résultats. « On ne peut rien y faire, de toute façon », de lancer avec philosophie, Mme Lauzon. Son partenaire est du même avis et ajoute « le pire qui va arriver est que les tiges qui ont poussé, elles auront séché et vont mourir puis vont retiger et repartir. On ne risque pas de perdre la production, mais ça pourrait la retarder », d’indiquer Francis Tremblay.
Le projet mijotait depuis quelques années. « On voulait faire de quoi, on avait pensé à des fraises et finalement en parlant avec mon boss, qui me parlait de mini kiwis, je savais que c’était une bonne idée », d’exprimer Mme Lauzon. « On s’est dit : on ne veut pas faire la même chose que nos voisins. On cherchait une culture nouvelle, il y a tellement de maraîchers. On songeait à développer une culture qu’on retrouve peu en région. On a choisi le mini kiwi parce qu’il n’y en a pas dans la région, parce que ça goûte bon, ça n’a pas besoin d’être épluché, ça contient beaucoup de minéraux, potassium, calcium, magnésium, phosphore, beaucoup de vitamine C et E, des fibres et des antioxydants. C’est un fruit sucré, on n’a pas besoin d’enlever la pelure, ce n’est pas poilu, c’est comme un gros raisin vert », d’indiquer le couple.
Bien que la culture de mini kiwis s’inscrit comme un essai, le couple prend le projet au sérieux et a bien fait ses devoirs en préparant un plan d’affaires. L’entreprise Kiwi & Compagnies est prête. Si tout va comme prévu, on pourrait récolter 325 kilos de kiwis la première année de récolte et plus de 650 kilos à la cinquième.
Débouchés
Le mini kiwi pourrait trouver facilement preneurs. Déjà, des restaurateurs se sont montrés intéressés par ce fruit et certains sont prêts à le transformer pour faire des recettes. Mais Annick et Francis aimeraient l’offrir à coût abordable aux consommateurs. Éventuellement, ils souhaiteraient aménager un kiosque sur le bord de la route et offrir leurs produits aux gens. Si jamais la production n’était pas suffisante à la première année de récolte, on songe à offrir le fruit aux divers marchés publics de la région afin de donner la chance aux gens de découvrir le mini kiwi.
Autre culture
Plein de fougue, le couple n’entend pas se limiter aux mini kiwis. Il caresse le projet de démarrer une culture d’asperges. Ils entament la deuxième année de préparation du sol et prévoient planter 10 000 asperges sur un acre au printemps 2023. Tout comme le mini kiwi, ce type de culture n’est pas courant en région. Comme si cela n’était pas suffisant, on y cultive également divers produits dans un jardin de plus de 250 pieds.
Tout cela se fait à travers le travail régulier, temps plein, de nos deux jeunes producteurs. « On est pas mal occupés », lancent-ils en riant d’un regard complice. Ils admettent néanmoins que leur rêve, à long terme, serait de développer leurs cultures et d’en vivre.

Étang Cloutier

Étang Cloutier : Une aire de repos et de loisir

Inauguré l’automne dernier, l’étang Cloutier sera accessible au grand public dès la prochaine saison estivale. La municipalité projette de compléter l’aménagement du terrain de volleyball, d’améliorer les sentiers pédestres ainsi que l’aire de repos en plus d’y installer un abri extérieur. Rappelons que le site a une vocation multigénérationnelle et est accessible gratuitement.

Soccer

Deux nouveaux terrains de soccer

En raison de la forte demande pour la pratique du soccer, la municipalité fera des travaux d’aménagement du terrain de balle dans le secteur Cookshire pour y installer deux terrains de soccer. Ce nouvel emplacement profitera du système d’éclairage en soirée. Les travaux devraient se mettre en branle au cours du mois de mai.

Oasis

Oasis in the Cookshire Elementary School

Kevin Dezan and Tina Jacklin in the new Oasis of the Cookshire Elementary School.

Tina Jacklin, Kevin Dezan, and Noemie Caya greet me at the door to the room. We’re in the Cookshire Elementary School, where Jacklin is principal, Caya is psychoeducator, and Dezan is special education technician.
I’m here to tour the Oasis. It’s a spacious room created in November 2021 to help children with feelings that can distract them from learning.
“We are definitely seeing an increase in problems – the pandemic has been stressful for everyone. I think children feel the stress that parents are under,” said Jacklin.
“But we had problems beforehand, as well,” Dezan noted. “There were days when Tina and I would just be going around from crisis to crisis. We started thinking there’s got to be a better way.”
Dezan and Caya visited the elementary school in Danville which already had an Oasis. “We came back with a lot of ideas, and with a lot of optimism as well.”
Dezan himself is a key feature of the room, but it has a lot of other attractions, too.
Just inside the door is a “check-in space,” a small couch facing a four-colour display of “zones” of emotions. Blue stands for a family of “down” feelings; green, a “relaxed and ready to learn” state; yellow, frustrated or worried feelings, and red, an angry or out-of-control state.
Each student positions their name card within one of the zones. Dezan takes note, talks with the child about how they’re feeling and what just happened, and sets a timer for how long their break will be – five or ten minutes, max. “The breaks,” he said, “give a student time to reflect, and give me a chance to help them learn tools and strategies that get them out of the situation.”
Some of the room’s features are designed to relieve anxiety, such as “fidgets” for restless hands. Some provide rest, like a little isolation-cube bed with stuffed animals, or a one-person teepee with noise-cancelling headphones. A dartboard with velcro and styrofoam balls might help raise a person’s energy level.
The demolition corner might be where a person releases excess energy by tearing apart a laptop (while wearing safety glasses, to be sure). Stepping stones meander across the carpet. Meditative or calming strategies abound: special markers for drawing on the window panes that overlook the playground, a Lego wall, a kinetic sand box, puzzles, or colouring pages. Breathing techniques: “smell the flower, blow out the candle.”
The Oasis is used preventively, as well. “We note when certain kids often have outbursts, and schedule a break so they come in here before it happens,” Dezan said.
Jacklin said each classroom has a little teepee, “a calming corner,” where children can take a short break during class if they feel the need.
The Cookshire Elementary School has 104 students in pre-Kindergarten to Grade 6. At first, only 10 or 15 children visited the Oasis in a day; now 20 or 30 do. They come for different reasons: For a scheduled break, because of problem behaviour, or even to do schoolwork.
“Some come because they’ve earned a break, too,” said Jacklin. “We’re trying to have a space where everyone can come. We don’t want it to be seen as a bad place. It’s a place that is helpful, and everyone can come and benefit from having a conversation.”
“Even as adults, we’re not always in that perfect happy zone,” said Dezan. “You can feel all sort of different emotions in a day, and it’s ok. We try to give students ideas about how to work through those emotions and get back into a happier more ready-to-learn place.”
The Oasis approach is working, observed Jacklin. “For the benefits, it definitely was not costly.”

Garderie

CPE Il était une fois à Johnville : Accueillera les enfants dès juin

Le CPE Il était une fois ouvrira ses portes de façon temporaire dès juin en accueillant 40 enfants de 18 mois et plus.

Le Centre de la petite enfance (CPE) Il était une fois a obtenu l’autorisation du ministère de la Famille de s’installer temporairement à l’intérieur de l’église Notre-Dame-de-la-Paix de Johnville et pourra accueillir 40 enfants âgés de 18 mois et plus dès juin.
L’autorisation est conditionnelle au fait que la municipalité, propriétaire de l’église, effectue des travaux de mise aux normes. D’ailleurs, elle dispose d’une aide financière de 56 200 $ pour ce faire et certains travaux sont déjà amorcés, d’exprimer le maire de Cookshire-Eaton, Mario Gendron. Parmi les ouvrages à effectuer, on prévoit entre autres adapter les salles de bain, les sorties, la cuisinette, le vestiaire, tables à langer. D’autres travaux, dont l’aménagement d’une aire de repos à l’intérieur de l’église est prévu. Ce volet sera assumé par la municipalité. Rappelons que la gestion de l’église et son développement est sous la responsabilité de Cookshire-Eaton Innovation (CEI).
Évidemment, les instigatrices du projet, Vicky Champagne et Isabelle Côté, sont satisfaites de la réponse positive du ministère. L’objectif est d’ouvrir la garderie le 6 juin, mais cela pourrait retarder de quelques jours. « Tout dépend de comment les travaux vont aller. Quand les travaux vont être faits, ça prend l’approbation du ministère et après ils vont nous délivrer notre permis », d’exprimer Mme Côté. Cette dernière est confiante de disposer de tout le personnel nécessaire pour accueillir les enfants en juin. « On a affiché la liste d’embauche et on attend les CV. On a besoin de cinq éducatrices, on devrait y arriver », précise-t-elle.
Quant aux inscriptions, elles devraient être amplement suffisantes, voire même au-delà des 55 places disponibles. « Les gens nous ont contactées sur notre page Facebook. On en a plusieurs, on pourrait remplir un CPE de 80 places demain matin. Mais on va fonctionner avec la place 0-5. On (CPE) devrait être inscrit sur ça sous peu et dès qu’on sera inscrit, on va aviser les parents qui nous avaient déjà écrit d’aller cocher notre CPE et après on va aller avec la liste centralisée. » Mme Côté précise que c’est obligatoire de passer par la place 0-5.
Construction
D’autre part, bien que les travaux d’infrastructure de la rue Gendron ne soient pas débutés, cela n’empêchera pas au CPE de se bâtir, assure le maire. La future garderie sera située derrière l’église, ce qui permettra à la municipalité de fournir l’alimentation en eau et de la brancher temporairement au service d’égout de la route 251. La fin des travaux du futur CPE Il était une fois, au coût de 1,2 M$, est prévue pour août 2023. À ce moment, la garderie, à vocation verte, sera en mesure d’offrir 55 places dont 15 poupons et 40 enfants de 18 mois et plus.

jack francais

L’ADN d’un résident de Sawyerville : tout un mélange

Jack Garneau : 100 pour cent.

Écossais, Anglais/Europe du Nord-Ouest, Irlandais, Norvégien, Français, Slave, Amérindien : l’ADN d’une personne, dans cet ordre de proportion. Peut-être reconnaissez-vous l’amalgame?
C’est le portrait que dresse Ancestry.com de Jack Garneau. Ce n’est pas sans rappeler bien d’autres soi-disant « anglais » du Haut-Saint-François, devine-t-il.
En fait, « être anglophone » n’est pas du tout la même chose que « être anglais », ai-je observé, et M. Garneau a reconnu avec un rire chaleureux à quel point les deux sont souvent confondus. Nous lui avons parlé au téléphone, chez lui à Sawyerville.
Le passionné de généalogie s’est penché sur ses racines et, à 85 ans, il a eu un peu de temps pour le faire en profondeur.
« Ancestry me dit que seulement deux pour cent de mes gènes sont semblables à ceux de la France, mais ils me disent que je suis connecté à tous les Français d’Amérique du Nord. »
Il a un héritage français par son arrière-grand-père du côté de son père et son arrière-grand-mère du côté de sa mère. « Alors j’aurais pensé que ce pourcentage serait plus élevé. Mais je suppose que les gens qui venaient de France n’étaient probablement pas totalement français génétiquement non plus. Ils étaient probablement en partie Vikings ou Scandinaves, qui sait ? »
Une autre surprise était l’ADN écossais prédominant. « La mère de mon père est venue de l’île de Lewis », a-t-il déclaré. « Ma mère a toujours dit que son père était irlandais, mais je pense que la plupart de ses racines étaient ce qu’ils appelaient des colons planteurs ».
Les « planteurs » étaient des gens d’Angleterre et d’Écosse amenés en Irlande du Nord pour coloniser la terre au début des années 1600, des protestants qui seraient amis de la couronne anglaise. Ils sont devenus connus comme Irlandais, mais avaient des origines écossaises.
La partie « anglaise/Europe du Nord-Ouest » faisait référence dans une certaine mesure à son arrière-arrière-grand-père qui est venu d’Allemagne à Boston en 1751.
« Les colons de Boston recevaient beaucoup de chagrin des Français et des Autochtones, alors ils ont fait venir des immigrants pour s’installer à la périphérie de Boston. Mieux vaut qu’ils perdent leur cuir chevelu que nous perdions le nôtre », a dit M. Garneau.
Ils ont invité des luthériens de la partie nord de la vallée du Rhin; les Bostonnais craignaient que les immigrants catholiques ne soient trop facilement influencés par les Canadiens français. Sept familles ont collectivement cultivé un terrain de mille acres pendant plusieurs années. Les ancêtres de M. Garneau se sont progressivement déplacés vers le nord, en remontant la rivière Connecticut, et se sont installés à Eaton.
« Il ne faut pas très longtemps pour passer d’un ancêtre à 100 % à 1 %, vraiment. Mon ascendance autochtone est de la huitième génération du côté Huron et de la onzième du côté Algonquin, et pourtant on dit que je n’ai qu’un petit pourcentage amérindien », a observé M. Garneau. Ses ancêtres étaient parmi les « premiers Métis » au Canada, dans les années 1600.
« Je n’ai peut-être plus beaucoup de leur ADN, mais s’ils n’étaient pas là, nous ne serions pas ici. »
Ses ancêtres anglais, la famille Page, sont venus dans le Nouveau Monde au cours des années 1600, peu après le Mayflower. « Ils sont arrivés dans la région d’Eaton vers 1800 ou 1805. » Comme beaucoup d’autres Américains à cette époque, ils sont venus pour la terre, a-t-il noté, pas pour la politique. « Ce n’étaient pas des loyalistes. »
Vers les années 1850, les ancêtres français de M. Garneau se sont déplacés vers le sud dans la région de Bury. Ses ancêtres Geurtin ont soutenu les Britanniques lors de la Rébellion de 1837, mais son arrière-arrière-arrière-grand-oncle, Hippolyte Lanctot, notaire à Saint-Constant, a combattu aux côtés des Patriotes. Il a été capturé et envoyé en Australie. Après quelques années, sa peine a été commuée et il est revenu à Montréal.
« Il était donc ici un patriote et de l’autre côté de ma famille, ils étaient contre ça. Près de Québec, les Irlandais là-bas avaient peur de ce qui se passait. George Abraham Smyth, mon arrière-arrière-arrière-grand-père, a demandé à Lord Dorchester de leur donner des armes et de les aider afin qu’ils puissent protéger la région contre les Patriotes et j’ai une copie du document qu’il a écrit à Lord Dorchester », a-t-il déclaré.
Ensuite, il y a ses racines slaves : ukrainiennes ou russes. M. Garneau compare la guerre actuelle à l’époque des raids vikings en Europe. « Je suppose que malheureusement, c’est l’histoire de l’humanité. Vraiment, je ne peux tout simplement pas comprendre. Nous avons été amenés à croire que nous pouvons parler des choses, mais je n’en suis pas si sûr. L’histoire ne semble pas montrer que nous avons très bien réussi à cet égard. »
C’est une leçon que nous pouvons tirer de notre ADN. M. Garneau en résume une autre : « En fait, on est tous un mélange ! »

Maman

Mère et conjointe : offrez-lui une fin de semaine princière!

À la fête des Mères, recevoir une carte ou un bricolage de ses enfants fait toujours chaud au cœur. Mais un geste d’amour de la part du bien-aimé est aussi très charmant! Cette année, pourquoi ne pas témoigner à votre douce moitié toute votre reconnaissance pour son rôle de maman, et ce, en lui proposant une fin de semaine où elle sera traitée comme une véritable princesse? Voici comment vous y prendre!
Empêchez-la de faire du ménage : dites-lui clairement que vous vous chargez de toutes les tâches ménagères, sans exception. Intervenez rapidement si vous la surprenez la main dans le panier à lessive ou dans l’évier de cuisine. Rappelez-lui doucement, mais fermement que vous êtes à son service et que cela vous fait plaisir.
Incitez-la à décrocher : habituée à vivre à plein régime, votre compagne pourrait se sentir prise au dépourvu avec un horaire soudainement allégé. Rédigez à l’avance une liste d’activités auxquelles elle pourrait se livrer sans remords (bain chaud, lecture, série télé, passe-temps, appel à une amie, etc.). Remettez-lui cette liste et encouragez-la à s’accorder du temps.
Dorlotez-la : pensez à ce qui lui fait plaisir (café, massage des pieds, etc.) et offrez-le-lui systématiquement pendant toute la fin de semaine. Et si vous pouvez faire garder votre progéniture durant tout un après-midi pour qu’elle puisse faire une sieste, seule ou avec vous, elle en sera sûrement ravie!
Discutez avec elle : pour une mère et conjointe, rien ne vaut un cœur à cœur. Prévoyez un moment où vous vous retrouverez seuls afin de discuter de tout et de rien. Si vous en avez perdu l’habitude, posez-lui des questions ouvertes sur ce qu’elle vit ces temps-ci à la maison ou au travail, sur ses projets, ses rêves, etc. Permettez-lui de s’exprimer et soyez une oreille attentive et aimante.
Parions qu’après ces deux journées mémorables, vous serez à ses yeux le plus adorable des princes!

Dribbleurs du HAUT

Dribbleurs du Haut-Saint-François : La saison de soccer débute bientôt

Avec un record de 501 inscriptions, les Dribbleurs du Haut-Saint-François sont prêts à entamer la saison qui s’ouvrira officiellement la fin de semaine du 21 et 22 mai, au parc Quintal de Sherbrooke, avec le festival de début de saison organisé par Soccer Estrie.
Pour ce qui est des Dribbleurs, cette année sera le retour de la traditionnelle fête d’ouverture du club, le 11 juin sur les terrains Louis-Saint-Laurent 1 et 2 d’East Angus. Cette fête n’avait pas eu lieu depuis deux ans en raison de la pandémie.
Une saison chez les Dribbleurs du HSF coûte entre 115 $ et 250 $ selon la catégorie à laquelle vous vous inscrivez ou vous inscrivez votre jeune. Ce prix inclut l’uniforme (chandail, short, bas), l’affiliation à Soccer Estrie et Soccer Québec, les arbitres lors de parties U9 et plus et des entraîneurs bénévoles formés. Le prix pour le reste de l’équipement (spike, protège-tibias, etc.) peut varier selon la marque et l’endroit où vous achetez cet équipement.
Rappelons que pour s’inscrire dans le club les Dribbleurs du HSF, il faut nécessairement être résident d’une des municipalités du Haut-Saint-François. Exceptionnellement, l’organisation accueille des joueurs provenant d’autres clubs de l’Estrie lorsque ceux-ci sont dans l’incapacité de former des équipes complètes.
L’âge minimum pour s’inscrire dans une équipe de soccer est 4 ans et il n’y a pas d’âge maximum. Les Dribbleurs regroupent les catégories allant de U4 à senior en plus d’avoir une ligue amicale avec majoritairement des adultes de 25 ans et plus.
Généralement, les matchs se jouent sur les différents terrains des 9 clubs affiliés à Soccer Estrie, soit Coaticook, Val-des-Sources, Magog, Stoke, Richmond, Windsor, Lac-Mégantic et Sherbrooke. Pour les matchs à domicile, les Dribbleurs du HSF utilisent principalement les terrains d’Ascot Corner, East Angus et Cookshire-Eaton.
Pour Samuel Bibeau, président du conseil d’administration du club, joindre une équipe de soccer des Dribbleurs est simplement avantageux à tous les niveaux.
« Je crois que c’est bénéfique pour un jeune de s’impliquer dans une équipe de soccer, car ça aide au développement du jeune autant au niveau physique que mental. Ça permet également aux jeunes joueurs de s’épanouir et de créer un sentiment d’appartenance au club et par le fait même de créer un réseau de nouveaux amis à travers tout le Haut-Saint-François ».
« Selon moi, si un jeune veut s’impliquer davantage au sein d’un club, la meilleure façon est de se joindre à la grande famille des arbitres, car être arbitre, c’est de développer son sens des responsabilités, son leadership et sa confiance en soi. De plus cela permet de voir le soccer sur un angle différent », conclut-il.
Le club de soccer les Dribbleurs est constamment à la recherche de personnel désireux de s’impliquer et de favoriser l’épanouissement des jeunes et des moins jeunes de la région. Si cela vous interpelle, n’hésitez pas à prendre contact avec les dirigeants du club via leurs réseaux sociaux ou leur site Internet.
Le corps arbitral est lui aussi à la recherche de nouveaux arbitres pour les saisons à venir. Une formation gratuite est offerte par Soccer Estrie et vous permettra de bien saisir les règles du jeu et de (re)fouler le terrain en tant qu’officiel, s’assurant du bon déroulement des parties et de la sécurité des joueurs.

©2022 Journal Le Haut-Saint-François