Atome - équipe de Weedon

Tournoi Atome Pee-Wee de Weedon : « Une belle réussite, malgré notre première saison de rodage… »

L’équipe de hockey Atome B de Weedon a remporté les honneurs du tournoi des 5, 6 et 7 avrils dernier à l’aréna local qui porte le nom d’André-Pee-Wee-Tardif.

Le coordonnateur du Service des loisirs et de la vie communautaire de Weedon, Billy Filion-Gagné s’est dit très satisfait de l’expérience que lui a apportée la présentation du tournoi de hockey Atome Pee-Wee des 5, 6 et 7 avril derniers, à l’aréna André-Pee-Wee-Tardif local.
« Une belle réussite, malgré notre première saison en mode rodage au niveau de l’organisation des tournois et classiques de hockey à Weedon », a transmis M. Filion-Gagné au sujet de son activité de prédilection.
« Une dizaine d’équipes étaient présentes sur place à l’aréna, des équipes provenant de différentes régions du Québec, dont Granby, Mirabel, Farnham, Waterloo, Sherbrooke, etc. », a-t-il énuméré.
Le coordonnateur a ensuite noté la collaboration appréciée de l’ex-joueur de hockey professionnel en Europe, Michel Provencher, principal organisateur et porte-parole de l’événement, en collaboration avec la Corporation Sports Loisirs Weedon.
« Les équipes finalistes et gagnantes dans les deux finales du tournoi de la catégorie Atome, ce sont l’équipe de Weedon dans la catégorie Atome B et des Aigles CBIO de Québec, dans la catégorie Atome A. Dans la catégorie Pee-Wee, il s’agit de l’équipe de Valcourt », décrit M. Filion-Gagné.
« Les jeunes sportifs de ces équipes étaient bien heureux de leur participation au tournoi de hockey printanier, avec leurs médailles d’or au cou et leur trophée emblématique en main », a-t-il ajouté.
Le porte-parole et entraîneur Michel Provencher a tenu à ajouter : « Les équipes de Weedon performent bien et gagnent régulièrement, car je leur donne des exercices de Power Skating, j’en donne beaucoup aux joueurs qui améliorent grandement leur coup de patin, ce que je juge très important. On met l’accent là-dessus et ça leur donne un plus, avec de bons résultats. Il y a un groupe de joueurs de Thetford Mines qui venaient chaque semaine à Weedon pour suivre mes entraînements », révèle-t-il.
« Le hockey à Weedon s’améliore énormément. Les petits gars progressent beaucoup. Ils contrôlent mieux la rondelle aussi », résume M. Provencher, qui a joué plus de 20 ans en Europe, un passionné qui a roulé sa bosse en France, en Suisse et en Autriche, pour ne nommer que ces villes. Il s’active pour créer une école de Power Skating pour les joueurs locaux qui souhaiteraient s’entraîner avec lui tout l’été, afin d’être prêts pour la prochaine saison.

CPAeastAngus-50ans

Club de patinage artistique East Angus : 50 ans de bénévolat, c’est immense !

Des numéros spectaculaires, il y en a eu assurément lors du spectacle 50 ans de souvenirs, du CPA East Angus qui célébrait ses 50 ans. Même du patinage synchronisé en équipe. Bravo !

50 ans d’histoire, un demi-siècle, ça commence à valoir la peine d’en parler ! Seulement à penser à tout le bénévolat que de nombreuses personnes y ont effectué, avec tout ce que cela comporte d’exigence en efforts pour s’impliquer, pour s’investir, c’est notoire, c’est immense !
C’est le message qui était omniprésent, dans la tête et la bouche de la plupart des participants, à l’aréna Robert-Fournier, entourant le Club de patinage artistique (CPA) East Angus, qui présentait son grand spectacle annuel 50 ans de souvenirs, le samedi 30 mars.
Un spectacle très coloré, très évocateur, rempli d’émotions bien senties par la foule nombreuse garnissant les gradins, foule estimée à 300 spectateurs ébahis pour une salle comble à l’aréna, qui vivait elle aussi ses 50 ans d’âge, depuis 1973.
« …La Ville de East Angus est fière de participer à cet événement spécial ! Les membres du conseil municipal se joignent à moi pour vous remercier sincèrement pour votre dévouement et votre engagement en tant que mentors et bénévoles. Vos efforts et vos précieuses contributions ont eu un impact positif pour nos jeunes et pour toutes les activités que vous avez organisées depuis le tout début de la mise en place du Club de patinage », a commencé la mairesse Lyne Boulanger, dans son allocution de bienvenue, où elle a évoqué l’historique du Club.
« En 2012, nous avons eu aussi la chance de rencontrer, lors des festivités du centenaire de la ville, la patineuse Joannie Rochette. Cette visite hors du commun a permis à de jeunes patineuses et patineurs de rencontrer leur idole, en les encourageant à continuer et à se surpasser », a-t-elle poursuivi, remerciant ensuite les entraîneuses et les bénévoles.
« Je remercie toutes les entraîneuses de partager leur passion pour nos enfants… Merci aussi à tous les parents, vous êtes importants dans l’accomplissement de ces belles réalisations… Longue vie à notre Club de patinage artistique East Angus ! », a conclu la mairesse.
Tous les numéros présentés ont été chaudement applaudis. C’est la fête, le premier numéro, mettait en évidence les patineuses du programme Star, dans une chorégraphie de l’entraîneuse Sylvie Maheux et la musique entraînante de Michel Fugain. Disco, qui a suivi, était exécuté par les patineuses du programme Patinage Plus, Arya, Camille, Mégane, Sofia, Océane, Céleste, Lola et Elsa. La plupart d’entre elles participaient à deux numéros durant la soirée. C’était aussi le cas de nombre d’anciennes patineuses du club qui ont présenté le numéro Hommage, dans une chorégraphie de l’entraîneuse Josée Lamontagne, ayant débuté comme patineuse en 1974, comptant près de 50 ans d’histoire, elle aussi !
Certains de ces numéros ont créé aussi de l’amusement parmi l’assistance, comme Barbie girl, avec les patineurs du programme Bout’choux, Effi, Evan et Axel, et comme Rock’n nonne, qui réunissait des patineuses et patineurs de plusieurs groupes d’âge, qui a fait rire et chanter les spectateurs, sur l’air gospel Oh Happy Day !
Le premier numéro de la deuxième partie du spectacle, intitulé Les rêves, n’a pas manqué d’attirer l’attention, sur une chorégraphie de Mathilde Mentor, entraîneuse, et les patineuses du programme Star 1 et les lauréates du Patinage Plus. Certains numéros de solistes, duos et trio ont également mis l’accent sur des talents individuels de plusieurs membres du Club.
En résumé, un spectacle qui a enrichi l’histoire du Club pour débuter un autre 50 ans de patinage, une activité visiblement populaire et intéressante pour plusieurs à East Angus !
Laissons la conclusion à la mairesse de East Angus : « J’ai été surprise de voir tous les talents qui ont créé ce super beau spectacle ! Et toutes les anciennes qui y participaient, c’est ce qui m’a le plus émue. Nous avions fait un appel aux anciennes, et on ne savait pas qui allaient revenir… Ce sont des passionnées encore attachées à leurs origines. C’était un moment émouvant. Les décors, les costumes, les lumières, les rideaux, je lève mon chapeau au comité du club qui était en charge. Tout ça nous donne le goût de continuer pour un autre 50 ans ! », s’est extasiée Lyne Boulanger, sur le point de quitter l’aréna.

Spectacle de fin d'année du Club de patinage East Angus--

À East Angus : Le Club de patinage artistique célèbre 50 ans de souvenirs

Le Club de patinage artistique de East Angus a été fondé en 1973. Il célèbre donc ses 50 ans cette année, en présentant un spectacle annuel très spécial, intitulé 50 ans de souvenirs.
Ce spectacle aura lieu le samedi 30 mars, à 19 h, à l’aréna Robert-Fournier, d’East Angus, aréna qui venait tout juste d’être inauguré. L’année auparavant, sa voisine, la polyvalente Louis-Saint-Laurent avait ouvert ses portes en septembre.
Le directeur des loisirs du temps à East Angus, Denis Martin, conseillé par la regrettée Carmen Juneau, parrainé par les Filles d’Isabelle, en collaboration avec Isabelle Dugal et Micheline Bouchard, ont fondé le Club de patinage artistique de East Angus.
« Ces visionnaires étaient conseillés par la patineuse professionnelle et ex-membre de la troupe Holliday on Ice, Fernande Fraser, une figure marquante à cette époque. Le club de patinage a même eu une mascotte, pendant quelques années durant son histoire, qui avait été dessinée par Guylaine Dion et fabriquée par Michel Lamontagne. Par la suite, le club a pris beaucoup d’ampleur grâce au travail acharné de plusieurs bénévoles », raconte l’actuelle secrétaire du club de patinage, Katherine Mailhot.
« Nous avons actuellement trois entraîneuses professionnelles certifiées, pour former nos patineurs et patineuses, soit Josée Lamontagne, Mathilde Mentor et Sylvie Maheux », décrit-elle.
Le spectacle du 30 mars mettra à contribution 46 patineurs et patineuses, membres actuels du club, dans toutes les catégories, soit des bout’choux jusqu’aux adultes. Il comportera aussi des numéros spéciaux effectués par une quarantaine d’anciens membres du club, dont certains ayant marqué les années 1970, après sa fondation.

SophieLeclerc

Aux Jeux du Québec à Sherbrooke : Sophie Leclerc médaillée d’argent en judo !

La judoka Sophie Leclerc, de Cookshire-Eaton, a défrayé la chronique sportive dans votre journal du 28 février dernier. Lors des Jeux du Québec, qui se sont tenu à Sherbrooke du 2 au 9 mars, elle a récidivé en remportant la médaille d’argent en judo, pour l’Estrie, dans la catégorie des plus de 63 kg. Une simple malchance qui l’a fait trébucher dans son troisième combat a fait en sorte que son adversaire a capitalisé contre elle, après ses deux combats où elle a vaincu ses adversaires en seulement 25 secondes chacune ! Félicitations Sophie, le HSF est fier de toi !

MAHIAVA

Une deuxième judoka aux Jeux du Québec : Mayva Shank a fait aussi l’orgueil de sa mère !

Une collègue de Sophie Leclerc, la judoka Mayva Shank, également de Cookshire-Eaton, s’est qualifiée pour joindre l’équipe de l’Estrie à la 58e finale des Jeux du Québec de Sherbrooke, récemment. Sa mère Annick Turcotte s’est dite très fière d’elle : « Après une grosse journée riche en émotions et de travail acharné, ma belle grande fille a terminé cinquième dans sa catégorie. Je suis très fière d’elle et de tous les efforts qu’elle a fournis pour se rendre jusque-là ! Elle fait du judo depuis neuf ans et a accumulé un peu plus de 25 médailles durant ces années ! », s’est exclamée Mme Turcotte, la plus grande fan de Mayva.

Hockey

Le Tournoi de hockey Atome de Weedon : Pour le plaisir des jeunes et de leurs supporteurs !

L’équipe des Bombardiers de Valcourt, en noir, vient de marquer un but, en deuxième période de la partie qui l’oppose aux Jets de Saint-Hubert, en blanc, durant la classique de hockey de Weedon, après avoir déjoué habilement le jeune gardien et son défenseur sûrement dépités.

« On fait tout ça pour que les enfants s’amusent. Nous sommes des passionnés, nous voulons qu’ils développent leur amour du hockey, mais surtout qu’ils s’amusent. On est heureux aussi de faire connaître Weedon par la bande ! Plusieurs équipes nous ont surpris en demandant “Où est-ce, Weedon ?!!” Nous avons aussi une quinzaine de parents bénévoles qui nous donnent un coup de main et on compte aussi sur le hockey récréatif de Weedon et de la Municipalité, qui nous aide par son responsable des loisirs, Billy Filion-Gagné », résume rapidement Michel Provencher, porte-parole de l’organisation du tournoi.
Visiblement, ce dernier en mange du hockey, lui qui a joué professionnel et a agi comme entraîneur pendant 22 ans en Europe, après une carrière dans le hockey scolaire au Québec. Il a été difficile à rencontrer pour effectuer une entrevue, car il se démenait comme une vraie queue de veau, il avait trop à voir un peu partout dans l’aréna de Weedon, pour la bonne marche de son tournoi.
Il admet ensuite que ce serait plus facile si le comité organisateur pouvait s’adjoindre un plus grand nombre de bénévoles, pour les prochaines éditions. « C’est beaucoup de travail avant le tournoi pour la gestion des équipes à accueillir, c’est Billy Filion-Gagné qui s’en est occupé. Prévoir les arbitres, il en faut cinq qui font une rotation, à deux par partie, un juge de ligne et un arbitre en chef », indique-t-il.
« Mais on ne parle pas de tournoi, pour notre activité. C’est plutôt une classique qu’il faudrait dire. La différence, c’est que nous garantissons quatre parties aux équipes, ce qui est apprécié surtout par celles qui viennent de loin. Dans un tournoi, il n’y a que deux parties garanties, l’équipe qui perd sa deuxième partie s’en retourne à la maison. Cela nous a obligés à refuser plusieurs équipes, car sur deux jours, l’horaire nous limitait pour que chacune des équipes joue quatre parties comportant trois périodes de 12 minutes, les deux premières avec le temps qui court même pendant les arrêts de jeu, mais avec la troisième chronométrée », explique M. Provencher.
Rappelons que la classe Atome, au hockey, concerne les joueurs de 10 et 11 ans d’âge. Mais l’organisation a permis à l’équipe de Québec, entre autres, d’aligner des joueurs Novices Élite, les meilleurs éléments âgés de seulement 7, 8 et 9 ans, parce que le bassin des joueurs d’âge Atome y vit une pénurie.
Outre Québec et une équipe de Weedon, la classique recevait des équipes de Saint-Hubert, Valcourt, Magog, Lac-Mégantic, Saint-Jean-sur-Richelieu et Petite Nation, cette dernière située en Ontario et alignant des joueurs autochtones avec des franco-ontariens.
Le froid pénétrant ressenti dans l’aréna a incommodé une des équipes visiteuses, au cours du tournoi. Le porte-parole a enregistré le problème. « Nous avons l’intention de nous inscrire à Hockey Kraft pour le futur, afin d’améliorer les installations de l’aréna. Le prix convoité de Hockey Kraft est de 100 000 $, ce qui serait bienvenu pour tempérer le froid de l’aréna, qui peut être dérangeant pour les jeunes. Cela fait partie de nos plans », a-t-il assuré.
Ce qui est certain, tournoi ou classique, c’est toujours un moment ultime pour tous les joueurs de tous âges, même les pros. Que ce soit pour remporter la fameuse Coupe Stanley, ou pour gagner un trophée plus modeste qui porte souvent le nom d’un grand sportif local, ou même le sigle de l’entreprise qui agit comme commanditaire principal, ou encore pour de simples médailles d’or, d’argent ou de bronze… quand même étincelantes aux yeux des jeunes qui ont la chance de les posséder enfin, un tournoi, pour tout joueur dans sa carrière, c’est un défi et un summum d’émotions, qu’il soit de n’importe laquelle catégorie, de l’Atome jusqu’à Professionnel !

Sophie Leclerc

Résidante de Cookshire-Eaton : Sophie Leclerc, médaillée d’argent en judo

La jeune judoka Sophie Leclerc, à droite, peut compter sur le support indéfectible de ses parents, particulièrement de sa mère Marie-Pier Beaulieu, à gauche, qui a les yeux pleins d’éclats passionnés quand on lui parle de sa fille. Sophie arbore déjà son gilet vert des Jeux du Québec, fin prête pour mars prochain !

Sophie Leclerc n’a que 14 ans, de Cookshire-Eaton, mais elle fait preuve d’une confiance en elle et d’une maturité qui semble précoce, à la suite de ses neuf années de compétition en judo. Elle compte déjà 15 podiums lui ayant valu une récolte impressionnante de 15 médailles, au fil du temps, 10 d’or, 4 d’argent et une seule de bronze !
Sophie vient de remporter la médaille d’argent à la Coupe Daniel Hardy, à Québec, le 11 février dernier, en catégorie U16 des moins de 16 ans, plus de 70 kg. Une journée bien remplie de quatre combats, où elle a excellé, gagnant trois de ces combats par « ipon », le terme de judo qui signifie des notes quasi parfaites, des victoires incontestables.
Cette performance lui permettra de participer aux Jeux du Québec, à Sherbrooke en mars prochain, devenant par le fait même un espoir de médaille d’or pour l’Estrie. Car elle s’est ainsi réinscrite au tableau des victoires, après deux défaites dont l’une due à une blessure.
Sophie fait la fierté de ses parents, Marie-Pier Beaulieu et David Leclerc, bien sûr, mais une fierté qui rejaillit aussi sur toute la région du Haut-Saint-François.
« Chaque médaille a une histoire, une source de souvenirs qui lui est rattachée et représente des efforts et des sacrifices », dit-elle, très lucide, avec une passion bien évidente dans les yeux.
Elle fait référence à son sport de prédilection, le judo qui, certes, se révèle une discipline très technique qu’il faut connaître et acquérir. Le tout échappe au commun des mortels, à première vue.
Élève de la polyvalente Louis-Saint-Laurent, d’East Angus, en Santé globale, ce qui lui aide beaucoup pour ses performances en judo, elle étudie en musique. Elle a atteint le niveau de ceinture verte, en judo, et s’applique vers la bleue, suivant les traces de son frère aîné, Félix Leclerc.
« Elle a fait ses débuts à cinq ans, avec ses petites lulus qui lui ont permis d’attirer encore plus l’attention », raconte son père David, en riant. « Elle suit deux à trois cours de judo par semaine, avec des combats d’entraînement, nous sommes bien fiers d’elle, elle est très sérieuse dans son sport et est devenue une combattante redoutable ! », admet-il.
Sophie reste modeste malgré ses exploits. Pour elle, le judo lui a fourni « une belle leçon de vie, ayant acquis de bonnes valeurs, comme le respect de l’adversaire, la confiance en elle, le sang-froid qu’il faut garder, la rigueur du travail et la discipline », précise-t-elle. Et ce n’est pas tout, elle ajoute « le savoir-perdre. Ce n’est pas tout le monde qui l’acquiert facilement. On apprend beaucoup quand on tombe et qu’il faut se relever. Perdre de façon élégante, ce n’est pas donné naturellement à tout le monde ! » philosophe-t-elle, malgré son jeune âge.
« Sophie a acquis la capacité de s’adapter rapidement à son adversaire, avec intelligence, quel qu’il soit. C’est par son expérience acquise que cette qualité est apparue. C’est important d’avoir des passions, une détermination et une persévérance afin d’atteindre ses objectifs. Elle sait également performer sous la pression », ajoute son père.
Justement, ses objectifs lui font viser l’or aux Jeux du Québec, mais par la suite, elle espère participer aux Jeux du Canada, aux mondiaux et pourquoi pas, aux Jeux olympiques en 2028. Et elle verra par la suite !
Une communication de dernière heure transmettait qu’en plus de Sophie Leclerc, une autre judoka de Cookshire-Eaton a été sélectionnée sur l’équipe de l’Estrie, pour participer à la 58e Finale provinciale des Jeux du Québec, à Sherbrooke. Il s’agit de Mayva Shank, membre du Club de judo To Haku Kan, de Sherbrooke, tout comme Sophie. Les deux judokas ont été confirmés pour les Jeux du Québec lors de la finale régionale du 9 décembre dernier.

Leah Carrier

Résidante de Cookshire-Eaton : Leah Carrier, médaillée d’or en patinage synchronisé

La jeune patineuse Leah Carrier, à l’extrême droite, a la chance de compter sur le support indéfectible de sa famille. Dans l’ordre habituel, sa sœur aînée, Ève Carrier, qui a elle-même mis fin à sa carrière en patinage artistique en 2023, son père Charles Carrier et sa mère Julie Murray.

Elle n’a que 16 ans et déjà, elle est promise à une brillante carrière en patinage synchronisé. Leah Carrier vient de vivre une belle expérience en participant, en décembre dernier, aux championnats provinciaux, dans la catégorie novice de cette discipline en équipe, y remportant la médaille d’or.
Elle a commencé à patiner en solo, en patinage artistique, à l’âge de trois ans. Leah suit les traces de sa sœur aînée, Ève Carrier, qui a connu son heure de gloire elle aussi, dans la même discipline, entre autres en octobre 2022, avec une médaille de bronze à la compétition provinciale Souvenir Georges-Éthier, à Beauport.
À l’aube de l’entrevue avec le journaliste du journal, Leah se préparait à se rendre en Ontario avec sa mère Julie Murray, pour participer à une séance de qualifications préalable pour le championnat national canadien, qui aura lieu du 20 au 25 février prochain.
« C’est évident, je souhaite un podium aux Championnats canadiens et, en 2025, quand je serai d’âge junior, une participation à l’international aux championnats mondiaux de patinage synchronisé qui vont avoir lieu en Finlande », suggère Leah, exprimant ainsi un souhait très cher, que lui dicte la passion qui transparaît dans ses yeux et dans ses propos.
Ses parents comprennent tous les sacrifices et les efforts que cela représente pour leur fille.
« Il faut qu’elle s’entraîne au moins 15 heures par semaine, cela représente beaucoup de temps à y consacrer, si on prend aussi en considération les déplacements à Montréal, en partant de Cookshire dès 4 h 30 le matin pour arriver à l’aréna à 6 h 30. C’est très exigeant pour elle, surtout qu’elle doit également passer du temps avec son préparateur physique, qui lui aide ici localement. Elle a dû prendre la décision de tous ces sacrifices », convient sa mère en connaissance de cause.
Le sport apporte aux athlètes des défis intéressants, les incitant constamment à se dépasser. C’est aussi une très bonne école de vie, et Leah en est bien consciente, elle aussi.
Elle fréquente le Séminaire de Sherbrooke, actuellement, en profil Sciences (Maths fortes), et elle réussit très bien avec de très bonnes notes. Ce qui facilite les choses, comme conditions, pour son statut d’athlète d’élite.
Durant son cheminement, elle a goûté au podium sur le plan provincial, avec une médaille de bronze quand elle fréquentait l’école Carillon, en études sport, après avoir étudié à l’école du Triolet de Sherbrooke, alors au régime sport études.
« À cause d’une blessure au dos à l’âge de 14 ans, elle a arrêté la compétition en patinage synchronisé, pour étudier un an en danse sur glace en couple, à l’école De Mortagne. Mais ce n’était pas évident de trouver un partenaire qui convienne pour développer une complicité avec Leah et bien performer », suggère sa mère, légitimement préoccupée par le bien-être de sa fille.
Cette dernière a aussi évolué à l’Académie Performance Isatis, à Chambly. Elle a par la suite participé à des auditions pour la danse, sans partenaire, ce qui l’a amenée à être acceptée en patinage synchronisé, qui implique trois pratiques par semaine sur la Rive-Sud de Montréal.
On lui souhaite que ses rêves de podium se réalisent, des faits d’armes qui, s’ils se réalisent, rendent bien fiers tous ses fans du HSF.

Tournoi Atome PeeWee

Tournoi provincial Atome Pee-Wee du HSF : 48 équipes se disputeront les honneurs !

Pas moins de 48 équipes croiseront le fer dans le cadre du Tournoi provincial Atome Pee-Wee du Haut-Saint-François (HSF), du 5 au 18 février prochains, à l’aréna Robert-Fournier d’East Angus.
Ce tournoi de hockey pour ces deux catégories de joueurs âgés de 9-10 (M11) et 11-12 ans (M13) a été, durant plusieurs années, le seul d’importance dans la région du HSF. Mais depuis novembre 2023, un autre tournoi a vu le jour, soit le Tournoi Midget (M18) du HSF, mettant en vedette les joueurs de moins de 18 ans. Seulement 12 équipes avaient répondu à l’invitation des organisateurs de ce tournoi l’an dernier, également parrainé par l’Association du Hockey Mineur du Haut-Saint-François qui s’étalait alors sur trois jours seulement, les 24, 25 et 26 novembre 2023, pour cette première édition. Ce tournoi reviendra à l’agenda en novembre 2024.
Parmi les 48 équipes des catégories Atome et Pee-Wee, notons la présence des cinq équipes locales des Sharks de East Angus, M11 A, B et C, et M13 B et C.
Simplement pour donner une idée globale de leur provenance, des équipes viendront d’aussi loin que de la région de l’Outaouais sous le nom des Seigneurs de la Petite-Nation, de Saint-Jérôme, Mont-Tremblant, Terrebonne, Saint-Bruno, Sainte-Julie, Drummondville, Granby, etc.
Le match d’ouverture officielle prendra une allure spéciale, vendredi 9 février, 19 h 55, avec une cérémonie spéciale pour la présentation des joueurs avec mise en scène prévoyant fumée et projecteurs, présence des commanditaires et des dignitaires, comme les députés et maires de certaines municipalités, etc.
Ce match opposera l’équipe des Sharks M13B de East Angus, contre celle de Drummondville. Il sera précédé par les matchs des trois équipes Atomes des Sharks, M11C, B et A.
La présidente du tournoi, Jessika Boislard, a tenu à remercier « les membres de mon comité organisateur, qui ont chacun un rôle important à jouer, les bénévoles qui nous aident grandement, dont les parents des joueurs qui s’impliquent. En retour, le tournoi est gratuit pour les équipes locales des Sharks », a-t-elle spécifié.
« Les tournois que nous présentons s’avèrent essentiels pour l’Association du Hockey mineur du HSF. Il n’y en a pas eu durant les années de la pandémie et cela a paru très sévèrement dans les finances de notre organisme OBNL », a-t-elle indiqué avec de la sincérité dans la voix.
« Nous sommes contents de compter cette année sur la participation de 218 joueurs dans les sept catégories d’âges, ce qui représente une augmentation de 47 pour cent par rapport à moins de 150 joueurs l’an dernier », a livré Mme Boislard.
Cette dernière s’implique également dans l’Association du Hockey mineur du HSF, où son conjoint est vice-président. Ses quatre enfants jouent au hockey dans une équipe des Sharks, son fils est arbitre et son conjoint s’implique également en assumant le rôle d’entraîneur d’une équipe ! Une histoire de famille où chacun vibre pour le hockey local.
Notons enfin que durant le tournoi, des capsules sont offertes pour un tirage où des prix peuvent être gagnés. Un service de bar est également disponible. Et puis l’entrée est gratuite pour assister à tous les matchs de hockey durant tout le tournoi.

Marche et cours HSF

Le Fonds Marche/Cours pour le Haut : Un outil à utiliser

La plupart des parents ne le savent pas, car le Fonds Marche/Cours pour le Haut  n’est que très peu connu, même s’il existe depuis 10 ans ! De l’argent y est disponible pour faciliter l’accès des enfants et des aînés aux activités sportives, artistiques et culturelles.
« Tous les parents du HSF peuvent déposer une demande d’aide financière pour leurs enfants de moins de 18 ans, s’ils répondent aux critères d’admissibilité. Il suffit de remplir le formulaire d’inscription et d’y inclure les pièces justificatives demandées. Ces dernières seront analysées par le comité et une réponse sera rendue dans un délai de deux semaines », transmet la coordonnatrice du Comité Loisir de la MRC du Haut-Saint-François (HSF), Marie-Pierre Hamel.
« La MRC peut défrayer une partie des coûts d’inscription ou pour l’achat d’équipement nécessaire pour ces activités. Un comité de sélection, composé d’élus ou de dirigeants municipaux, a le mandat d’accorder ou non une somme selon une grille de critères établie », ajoute-t-elle.
Un deuxième moyen d’accéder à ce fonds, c’est qu’une demande peut être présentée par des organisations du HSF, par des organismes scolaires, municipaux ou communautaires.
« En effet, ce type d’organisme connaît bien sa clientèle et peut cerner les familles ayant des difficultés financières, permanentes ou temporaires, qui pourraient bénéficier du fonds. Un formulaire d’inscription réservé aux organismes doit ainsi être rempli, explique Mme Hamel.
« Troisièmement, une demande peut également être initiée par des organisations sportives ou de loisirs de la MRC, pour le remboursement de matériel utilisable par les jeunes ou pour des frais d’inscription pour un tournoi. Finalement, une portion de 20 pour cent des fonds disponibles est réservée pour le développement de nouvelles activités par des fournisseurs qui débutent ou qui sont moins connus des citoyens », décrit-elle.
Nouveau volet pour les aînés
Pour les activités fréquentées par les personnes aînées de 60 ans et plus, les demandes peuvent provenir d’organismes communautaires qui s’adressent à cette clientèle, pour l’achat de matériel de loisir ou pour offrir des places payées par la MRC, afin qu’un plus grand nombre de membres puisse assister à des activités.
« Le Fonds Marche/Cours pour le Haut est constitué par les profits récoltés lors des huit premières éditions de l’événement qui porte le même nom. C’est un événement-bénéfice annuel qui se déplace d’une municipalité à l’autre, organisé par l’équipe Loisir de la MRC, en collaboration avec la Municipalité hôte et le support de l’ensemble des professionnels en loisir du HSF. Lors de la 8e édition de l’événement Marche/Cours pour le Haut, a été ajouté un parcours de 3 km pour les aînés », raconte Marie-Pierre Hamel.
« L’enfant doit être âgé de moins de 18 ans, les aînés de 60 ans et plus, doivent habiter sur le territoire de la MRC, les organisations qui font une demande avoir leur bureau principal dans le HSF et les formulaires soumis par voie électronique. Une seule demande par enfant/aîné par session sera acceptée, il n’y a aucune date limite, le processus de dépôt se faisant en continu, lors de trois sessions par année, de janvier à avril, mai à août et septembre à décembre », énumère-t-elle.
« Les demandes de 150 $ ou moins sont automatiquement remboursées, celles de plus de 151 $ doivent être soumises et approuvées par le comité de sélection. Si le nombre de demandes dépasse le montant disponible au fonds seront priorisées les candidatures présentant le plus bas revenu brut annuel (moins de 20 000 $/année), provenant d’une famille nombreuse de trois enfants et plus, ou celles présentées par une famille monoparentale », conclut-elle.

Hockey

Tournoi de hockey M18 : Une première édition prometteuse

Nous apercevons la mairesse de East Angus, Lyne Boulanger, procédant à la mise au jeu officielle en compagnie de bénévoles et dignitaires.

Même si les deux formations des Sharks du Haut-Saint-François M18 A et M18 B n’ont pas atteint la ronde des demies finales, la première édition du tournoi de hockey M18 tenue récemment à l’aréna Robert-Fournier d’East Angus s’est révélée intéressante et prometteuse au point que l’organisation prépare déjà l’an deux.
Jessika Boislard, présidente du comité organisateur, aurait aimé davantage de spectateurs, mais se montre tout de même satisfaite. « L’an prochain, on va s’arranger pour mettre un match des Sharks le samedi soir. » Cet aspect fait partie des petits ajustements que l’organisation souhaite apporter pour la deuxième édition.
Malgré tout, le tournoi se termine sur une note positive et les responsables anticipent des revenus de plus de 7 000 $. Les recettes seront remises à l’Association du hockey mineur du Haut-Saint-François. Elles serviront à payer les heures de glace, l’achat de nouveaux chandails et payer les marqueurs, d’exprimer Mme Boislard. La présidente tient à remercier les bénévoles, la Ville de East Angus et les membres du comité organisateur pour le magnifique travail accompli.
Maintenant que le tournoi est passé, les responsables sont à préparer le tournoi Atome Pee-Wee qui se déroulera en février prochain. « Les 48 équipes sont déjà inscrites et nous avons beaucoup de nouveaux commanditaires », d’exprimer avec enthousiasme Mme Boislard.

La Boîte à cadeaux - Tournée de la flamme (10.18 x 2.86 po) (

En même temps que la Boîte à cadeaux de Dudswell : Événement d’importance : la Tournée de la flamme des Jeux du Québec

Dudswell prépare deux activités en même temps, soit sa classique Boîte à cadeaux, qui tient lieu chaque année de marché de Noël, mais qui sera jumelée à un événement d’envergure régionale, soit la Tournée de la flamme des Jeux du Québec 2024, de passage dans le secteur Bishopton, à l’Hôtel de Ville de l’endroit, au 167 rue Main, le 3 décembre prochain.
Deux raisons de réjouissances donc pour les Dudswellois et les visiteurs pour cette double occasion.
Le Comité de la 58e Finale de ces Jeux, qui se tiendra du 1er au 9 mars 2024, à Sherbrooke, a organisé cette Tournée de la flamme, du mois d’octobre à décembre, dans chaque MRC de la région de l’Estrie. C’est la Municipalité de Dudswell qui a été choisie pour représenter la MRC du Haut-Saint-François (HSF) et faire briller en avance la flamme des Jeux.
La mairesse de Dudswell, Mariane Paré, invite donc la population de toute la région à prendre part à l’événement qu’elle présidera, avec honneur et fébrilité, le 3 décembre dès 13 h 30.
« Nous sommes comblés de pouvoir contribuer au rayonnement de cet événement au sein même de notre collectivité. La flamme représente un symbole d’unité et de passion pour les sports… C’est avec joie et enthousiasme que nous encourageons tous les habitants de Dudswell et des environs à se joindre à cette célébration et à montrer leur soutien à nos jeunes athlètes qui représenteront fièrement notre communauté aux Jeux du Québec 2024 ! », a souligné Mme Paré.
En plus de voir la flamme des Jeux de près, le public pourra rencontrer quatre athlètes locaux et célébrer son engagement envers le sport, la culture et la diversité, marquant aussi sa solidarité envers la communauté.
Tout débutera par le relais de la flamme, une course de deux kilomètres dont le point de départ sera à l’Hôtel de Ville. Chacun à leur tour, les jeunes porteront la flamme le long d’un parcours prédéterminé dans la municipalité jusqu’à l’arrivée prévue à l’église Saint-Clément, au 190 rue Main. À leur arrivée, la mairesse prendra la parole, de même qu’un représentant du Comité organisateur de la 58e Finale des Jeux et de certains dignitaires. De la musique rythmée, du chocolat chaud pour se réchauffer et une prise de photos avec la mascotte Rafale clôtureront l’activité.
Ce sera également l’occasion idéale pour visiter les exposants de la Boîte à cadeaux et faire provision de leurs produits locaux très variés.

Tournoi Midget

Tournoi de hockey M18 (midget) : Première édition à East Angus

Les membres du comité organisateur à l’avant, de gauche à droite, Kim R. Laflotte et Fannie Brunelle. Dans le même ordre autour du filet Christine Tétreault, Élodie Bibeau, Jocelyn Mercier, Patrick Maltais, Andy Fontaine et Jessika Boislard. Absents : Maxime Fontaine, Isabelle Blouin et François Gagnon.

Les membres de l’Association du Hockey Mineur du Haut-Saint-François préparent la première édition du tournoi de hockey M18 (midget) qui se déroulera du 24 au 26 novembre, à l’aréna Robert-Fournier d’East Angus.
« Il n’y a pas beaucoup de tournois pour le M18. On n’a pas grand choix. Cette année, on a deux équipes midget. On a décidé de faire un tournoi pas trop gros avec 12 équipes sur trois jours », d’exprimer la présidente du comité organisateur, Jessika Boislard.
C’est donc 24 matchs qui se dérouleront au cours de cette période, soit six formations dans le A et autant dans le B. La partie d’ouverture se déroulera le vendredi à 20 h 15. Les Sharks M18 A affronteront les Cavaliers de Châteauguay. Le match précédent aura mis aux prises les Sharks M18 B aux Aigles de Saint-Jean.
Mme Boislard est satisfaite de la participation des équipes et optimiste quant à l’avenir du tournoi. « Cette année, on fait un tournoi pas trop gros. Si ça va bien, l’an prochain peut-être, qu’on regardera pour le faire sur deux fins de semaine. » La réponse des équipes semble bien palpable puisque l’organisation a refusé une dizaine de formations pour la première édition.
Tout comme le tournoi Atome Pee Wee disputé en février, l’entrée est gratuite. Il y aura un service de bar avec quatre sortes de bière personnalisée.

Classique Gérard Putter Bernier

Classique Putter Bernier : 8000 $ pour aider les jeunes

La 20e édition de la classique de golf Putter Bernier s’est avérée un succès. Un total de 92 golfeurs a foulé le parcours du Club de golf East Angus, profitant d’une magnifique journée ensoleillée. Avec l’aide des commanditaires et des participants, l’organisation a réussi à amasser la rondelette somme de 8 000 $ qui sera entièrement versé à la Fondation Sports et Loisirs de East Angus.
Cet OBNL vise à venir en aide aux enfants démunis que ce soit pour soutenir les jeunes pour des activités sportives, sociales et culturelles. Lyne Bernier, pionnière de l’événement, est satisfaite de la récente édition. « Je suis contente, si l’on tient compte que les tournois ont perdu en participation depuis la pandémie. » D’ailleurs, c’est le quatuor formé de Mme Bernier, son conjoint Alain Breton, son fils Guillaume Bernier-Breton et un ami, Peter Vescio, qui a remporté la classique avec une carte de -10. Mme Bernier tient à remercier le partenaire majeur Promutuel Assurance Centre-Sud ainsi que la Caisse Desjardins du Haut-Saint-François, la Ville de East Angus, le député de Mégantic, François Jacques, et les autres partenaires pour leur appui indéfectible. Dépendamment de l’avenir du parcours à East Angus, Mme Bernier aimerait bien y présenter une 21e édition l’an prochain, d’autant plus que le commanditaire majeur a déjà confirmé sa participation.

Hockey

Ligue régionale de hockey senior A : Le Dynamik gâche le match d’ouverture des LumberJacks

Comme chaque début de saison, on a procédé à la mise au jeu officielle avec les représentants de la Ville de East Angus et l’équipe de direction des LumberJacks.

Le Dynamik Service Agricole de Coaticook a gâché le match d’ouverture de la nouvelle saison de la ligue régionale de hockey senior A, du 29 septembre dernier, en disposant de la formation hôte des LumberJacks d’East Angus, par la marque de 7 à 5 devant une assistance de 245 personnes, à l’aréna Robert-Fournier d’East Angus.
La nouvelle administration des LumberJacks avait mis la table pour une belle soirée en accueillant les partisans avec un tailgate précédant le match. Hamburgers à volonté et musique d’ambiance avaient de quoi préparer les partisans à une belle soirée de hockey.
Les visiteurs ont rapidement refroidi les ardeurs de la foule en inscrivant quatre buts consécutifs. La réplique est survenue en fin de première période avec des buts de William Paquette, son premier de trois, et d’Alexis St-Denis.
Coaticook a ajouté deux autres buts rapides en début de deuxième période alors que la réplique pour l’équipe hôte est venue de David Laroche. Les LumberJacks a diminué l’écart 6 à 4 avec le deuxième but de William Paquette, mais les visiteurs ont répliqué rapidement. Ce n’est qu’à la toute fin de la 3e période que William Paquette a inscrit son troisième but de la soirée pour sceller le match par la marque de 7 à 5.
Coach satisfait
L’entraîneur des LumberJacks, Martin Georges, était loin d’être déprimé au terme du match. « Je suis très satisfait. On a eu un début lent, c’est ce qui nous a fait mal. Tout le monde a mis l’épaule à la roue. » Le club visiteur a dirigé 60 lancers sur le gardien des LumberJacks tandis que l’équipe hôte en dirigeait 30 vers le cerbère adverse. « On accorde trop de lancers; faut baisser ça. Il va falloir travailler notre style de jeu en zone défensive. » Se définissant comme un éternel positif, l’entraîneur mentionne avoir besoin de 8 à 10 parties afin de bien préparer son club en prévision des séries.
Mentionnons que le journal était sous presse au moment du déroulement du deuxième match de la saison des LumberJacks.

Hockey senior

Hockey senior A : Les LumberJacks rapatrient trois angussiens

Nicolas, Cédrick et Xavier Delage reviennent dans leur ville natale.

L’équipe de hockey senior, les LumberJacks, d’East Angus, ont procédé à un échange avec le Nordik Blades de Val-des-Sources impliquant cinq joueurs. La formation locale cède Lee Verhoef et Sean Kelly et obtient les trois frères Nicolas, Xavier et Cédrick Delage.
Il s’agit d’un retour aux sources pour ces trois joueurs puisqu’ils sont originaires d’East Angus. Nicolas en sera à son deuxième passage avec l’équipe. Accompagné de son frère Xavier, ils viendront stabiliser l’attaque, estime la direction des LumberJacks. Quant à Cédrick, il viendra renforcer le devant du filet, précise-t-on. « Les trois frères, natifs d’East Angus, sont très excités à l’idée de venir jouer chez eux devant leurs parents et amis », mentionne-t-on dans un court communiqué.
Rappelons que le match d’ouverture se tiendra ce vendredi 29 septembre à compter de 20 h 30. L’équipe locale affrontera le Dynamik Service Agricole de Coaticook. Le match sera précédé d’un tailgate qui se tiendra à partir de 18 h.

Balle El-Toons

On l’appelait El-Toon à Saint-Isidore-de-Clifton : Son tournoi de balle lente a connu un vif succès !

Le tournoi de balle lente de Saint-Isidore-de-Clifton, présenté chaque année depuis 1972, a connu en 2023 un succès très intéressant, pendant les trois jours de sa présentation, du vendredi 1er au dimanche 3 septembre dernier. Le tournoi a été rebaptisé du surnom El-Toon du jeune Anthony Labranche, un bénévole de Saint-Isidore-de-Clifton qui s’est dévoué grandement pour tout ce qui touchait à la balle lente, et qui est décédé trop jeune. Les estrades ont été littéralement prises d’assaut, comme en témoigne cette photo captée au plus vif de l’action.

Le tournoi de balle lente de Saint-Isidore-de-Clifton existe depuis 1972, donc il a diverti la population de ce coin du Haut-Saint-François pendant 50 ans ! Celui-ci a été renommé Tournoi à El-Toon, en mémoire du jeune Anthony Labranche, un passionné de balle lente qui s’est dévoué pendant plusieurs années à l’organisation de cette activité populaire elle-même.
Les journées du vendredi 1er et samedi 2 septembre, les passionnés de la balle lente ont envahi les estrades du terrain de balle local, car tout près de 200 personnes chaque jour ont été témoin des exploits des joueurs, alors que le dimanche 3 septembre, un peu plus de 200 personnes faisaient de même.
« Ce tournoi de balle lente est organisé chaque année durant le congé de la fête du Travail. Sans contredit, c’est l’événement le plus populaire de l’année. En 2023, ce sont 22 équipes qui s’étaient inscrites, réparties dans trois catégories, hommes compétition, hommes locaux et une catégorie mixte », a décrit l’agente de communication et soutien administratif, Isabelle Bibeau, à la Municipalité de Saint-Isidore-de-Clifton.
À noter qu’un concours de coups de circuit a animé la soirée de samedi, qui a été remporté par Tristan Marchand. Certains commanditaires se sont impliqués pour des activités qui ont tenu en haleine les spectateurs, soit le Lancer chanceux, organisé par la Scierie Clifton, et la soirée de clôture, présentée par la Caisse Desjardins des Verts-Sommets de l’Estrie, partenaire officiel du tournoi.
Ont suivi le toujours populaire feu d’artifice, de même que la musique entraînante du duo Two of a kind et sa prestation endiablée.
« Ce tournoi est une grande fierté pour les membres du comité organisateur, car il permet de rassembler les gens des régions avoisinantes autour d’une passion commune, la balle lente. De plus, tous les profits générés par le tournoi sont directement réinjectés dans la municipalité, afin de soutenir la mise en place d’infrastructures de loisirs. Cette façon d’utiliser les profits contribue fortement à l’engouement des commerces et entreprises de la région à participer financièrement au succès de l’événement… Le comité organisateur a tenu à remercier tous ses partenaires pour leur confiance, de même que les nombreux bénévoles qui s’impliquent, année après année, dans l’organisation de l’événement », a conclu Mme Bibeau.
Le maire de Saint-Isidore-de-Clifton et son conseil municipal ont également remercié et félicité tous les bénévoles et tous les participants qui font en sorte que le tournoi est devenu un incontournable depuis autant d’années.

Mondial Soccer

Un événement à saveur internationale à East Angus : Mondial de soccer grâce au projet RurAltérité de la CDC

Des joueurs d’une quinzaine de nationalités différentes participaient à ce Mondial de soccer, dans des équipes participantes de sept joueurs, ou autrement constituées sur place, dans des rencontres amicales et participatives.

Chose rare dans le Haut-Saint-François (HSF), le samedi 9 septembre dernier, s’est tenu rien de moins qu’un premier Mondial de soccer ! Cette activité réunissait des joueurs de 15 nationalités différentes et de 18 pays ! Il s’agit du projet RurAltérité, une grande initiative interculturelle de la Corporation de développement communautaire (CDC) du HSF. En tout, 114 joueurs, 65 adultes et 45 enfants ont participé aux matchs de soccer, pour un total de plus de 200 personnes présentes à l’activité durant la journée.
Présences remarquées aussi du député de la circonscription de Mégantic, François Jacques, du préfet de la MRC du HSF, Robert G. Roy et de la mairesse de East Angus, Lyne Boulanger. Les collaborations de la Ville de East Angus, de l’organisme les Dribbleurs du HSF et la contribution financière du gouvernement du Québec ont rendu possible cette activité.
« L’objectif premier de ce projet, c’est le rapprochement interculturel qui permet de jumeler des municipalités estriennes à des communautés d’immigrants, en l’occurrence East Angus avec la communauté colombienne, principalement, pour cette activité sportive », lance tout de go Jinny Mailhot, directrice générale de la CDC du HSF.
« Nous avons engagé un agent de développement originaire de la Colombie, Edwin Moreno, pour ce projet RurAltérité, qu’on a réfléchi il y a trois ans alors que le taux d’immigration n’était que de 1,9 %. Nous avions ainsi préparé le terrain pour soutenir l’immigration, œuvrer contre la discrimination et favoriser l’intégration des immigrants. C’est une richesse collective, même pour notre culture québécoise, qui se bonifie au contact des autres ethnies », assure-t-elle.
« C’est toute notre communauté qui en profite, par le rehaussement des compétences interculturelles, dans les deux sens. La Fédération des communautés culturelles de l’Estrie (FCCE) collabore au projet-pilote qui était un gros questionnement, au point de départ, pour plusieurs organismes réseautés qui mettaient en contact deux réalités avec plein d’activités. Un bon exemple, c’est le pique-nique comme nouvelle activité, au début, où il y avait plus de 100 personnes », a rappelé Mme Mailhot.
Elle signale au passage la contribution appréciée du conseiller en immigration, Charles Rodrigue, au ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI) du Québec, et de son programme qui facilite le financement, le partenariat, la concertation et fournit même des services aux entreprises. Elle souligne aussi le dévouement d’Edwin Moreno.
« Cet été, nous avons présenté une quinzaine d’activités, il y en avait eu neuf en 2022. Des échanges interculturels très profitables pour les communautés québécoises et les ethnies d’immigrants qui ont participé avec enthousiasme », a fait valoir M. Moreno, l’agent de développement à la CDC du HSF.
Rappelons que la collaboration de la communauté colombienne de Sherbrooke et de M. Moreno avait aussi été remarquée lors d’une activité du Marché public du Canton de Lingwick, au début de l’été.
Edwin Moreno se réjouissait de la représentation internationale des joueurs de soccer à ce premier événement du genre à se tenir à East Angus, ce qui représentait à son avis un bon début, qui devrait bien évoluer et se bonifier dans le futur.

Lumberjack

Ligue régionale de hockey senior A : Les LumberJacks entament leur saison à domicile le 29 septembre

Le nouvel entraîneur-chef, Martin Georges, dispose de 25 années d’expérience dans le monde du hockey mineur et élite.

L’équipe de hockey senior, les LumberJacks, entamera leur saison à domicile ce 29 septembre à l’aréna Robert-Fournier d’East Angus avec un nouvel entraîneur-chef, Martin Georges. Plusieurs activités sont prévues pour marquer l’événement dans le cadre d’un tailgate.
Les activités précédant le match se dérouleront à compter de 18 h sur le site de l’aréna Robert-Fournier. Suivra la période d’échauffement à 20 h et le match à 20 h 30.
Mentionnons que Jean-François Houde a remis sa démission au poste d’entraîneur-chef pour des raisons familiales. Celui qui lui succède, Martin Georges, puisera dans ses 25 années d’expérience dans le monde du hockey pour amener l’équipe vers le sommet. L’adjoint, Stéphane Lessard, demeure en poste. L’organisation invite la population à se présenter et appuyer l’équipe locale pour ce nouveau départ.

Classique Gérard Putter Bernier

Tournoi Putter Bernier : Presque complet

Nous retrouvons Lyne Bernier, David Fournier, directeur général de la municipalité de East Angus, Claude Giroux et Etienne Bouchard, directeur des loisirs et de la vie communautaire de East Angus.

À quelques jours de la 20e édition du tournoi de golf-bénéfice Putter Bernier, qui se déroulera au Club de golf East Angus le 8 septembre prochain, les organisateurs ont le sourire et pour cause on affichait pratiquement complet au moment d’écrire ces lignes.
Lyne Bernier, doyenne de l’organisation depuis le début, se réjouit de la réponse des golfeurs amateurs, commanditaires et souhaite être en mesure d’amasser la somme de 10 000 $. Cet argent est versé à la Fondation Sports et Loisirs de East Angus et sert à venir en aide aux enfants démunis que ce soit pour soutenir les jeunes pour des activités sportives, sociales et culturelles.
Traditionnellement, le tournoi Putter Bernier versait des bourses aux divers gagnants de la catégorie amateur. Cette année, on innove en abolissant les catégories et bourses. L’ensemble des sous amassés sera consacré aux jeunes, d’expliquer Mme Bernier. L’édition 2023 est ouverte à tous et le tournoi se fera sous la formule Vegas. Pour s’inscrire, il suffit de communiquer avec Mme Bernier en composant le 819 832-4786 ou par courriel au letty@videotron.ca. Cette pionnière du tournoi est en poste depuis la première classique qui remonte au 4 octobre 2002. À l’époque, la regrettée Micheline Carignan-Dion et Michel Auger formaient le trio organisateur. S’est ajouté en cours de route Claude Giroux en 2007 et par la suite la Ville de East Angus par le biais de la Fondation Sports et Loisirs depuis 2010. L’organisation tient à remercier le partenaire majeur Promutuel Assurance Centre Sud ainsi que la Caisse Desjardins du Haut-Saint-François, la municipalité de East Angus et le député de Mégantic, François Jacques.

Lumberjack

Ligue régionale de hockey senior A : Les LumberJacks changent de mains, mais demeurent à East Angus

De gauche à droite, Steve Savard, Eric Thibodeau, Louis-Philipe Morin.

L’équipe de hockey les LumberJacks d’East Angus change de propriétaire et passe aux mains d’un groupe de trois personnes Eric Thibodeau, Steve Savard et Louis-Philip Morin. Les nouveaux acquéreurs conservent l’image de l’équipe, « mais nous, on veut l’amener (équipe) à un autre niveau. On aspire aux grands honneurs », d’exprimer M. Thibodeau.
Les trois fans de hockey tentaient depuis trois ans d’acquérir ou développer une nouvelle franchise dans la ligue. La chance leur a finalement souri en faisant l’acquisition de l’équipe locale le 21 mai dernier. Ces derniers savent dans quoi ils mettent les pieds puisque MM. Thibodeau et Savard ont déjà œuvré au sein de l’organisation des défunts Sharks de la ligue senior.
Les nouveaux propriétaires souhaitent, dès cette année, faire quitter l’équipe des bas-fonds de la ligue pour l’amener en milieu de peloton. « Le directeur général, Steve Savard, a travaillé fort pour avoir de bons choix. Le noyau reste le même, mais on a fait plusieurs ajouts. L’équipe va être robuste et capable de marquer. On va avoir une équipe offensive capable de jouer en équipe, » d’exprimer M. Thibodeau. Les nouveaux dirigeants souhaitent développer l’image de l’équipe et pour y arriver, on développera une gamme de produits promotionnels (chandails, tuques et autres).
Saison
Une pratique a déjà eu lieu et le premier match préparatoire se tiendra le 8 septembre à l’aréna Robert-Fournier, à compter de 20 h 30, contre les Nordik Blades de Val-des-Sources. La prochaine rencontre à domicile sera le 23 septembre à la même heure et l’équipe locale recevra celle de Maçonnerie Richard Lauzière et fils de St-Cyrille de Wendover. Pour les parties hors saison, le coût des billets est à moitié prix soit 5 $ et de 10 $ en saison régulière. L’entraîneur des LumberJacks demeure Jean-François Houde et son adjoint, Stéphane Lessard. Le début de la saison régulière s’amorcera le 28 septembre. La date du premier match à East Angus n’était pas encore connue au moment d’écrire ces lignes. Les propriétaires invitent la population à venir encourager l’équipe locale.

©2024 Journal Le Haut-Saint-François