patin artistique

Le CPA honore la mémoire d’une pionnière

La compétition Invitation Suzanne Cathcart a réuni 167 patineuses artistiques à l’aréna Robert-Fournier d’East Angus, les 18 et 19 novembre derniers. Les participantes étaient âgées de 5 à 15 ans et provenaient des régions de l’Estrie, du Centre-du-Québec et de la Capitale-Nationale/Chaudière-Appalaches.

Manuelle Bernier est la responsable des compétitions au Club de patinage artistique (CPA) d’East Angus et nous parle du nouveau système de classement. « On veut encourager les jeunes filles et leur participation. On a donc implanté localement le système de rubans créé par Patinage Canada. Avec ça, les patineuses ne sont pas comparées aux autres, mais avec elles-mêmes. Cette fin de semaine, les catégories conventionnelles avec des médailles ne représentent qu’une minorité des épreuves. »
De cette manière, Mme Bernier espère conserver l’intérêt des petites athlètes. « C’est important de leur faire aimer le patin pour qu’elles restent. Ce sont nos toutes petites qui rendent le club vivant. C’est en ayant un grand bassin de jeunes qu’on arrive à avoir des grandes qui nous représentent plus tard. »

Ariane Boissé, 10 ans, et sa sœur Maude, 7 ans, étaient descendues de Bonsecours en compagnie de leur grand-père pour participer à la compétition. Celles-ci évoluent avec le CPA de Valcourt. Ariane pratique le patinage artistique depuis deux ans et en était à sa deuxième édition de l’Invitation Suzanne Cathcart. Elle qualifie sa prestation de la matinée comme ayant été « stressante ». Sa jeune sœur se préparait pour son tout premier numéro devant public.

L’organisatrice Manuelle Bernier confirme que la présente édition a réuni « moins de participantes que les autres années. On avait invité les clubs de cinq régions. Comme il y avait d’autres compétitions en même temps que nous, la Mauricie et Richelieu/Yamaska ne sont pas venus. »

Le CPA d’East Angus a tenu à honorer la mémoire de Mme Madeleine Piau Cathcart, décédée quelques jours avant la tenue de la compétition Suzanne Cathcart. L’événement sportif porte le nom de sa fille morte subitement en 1983 et qui était un espoir olympique pour le club et la région. Madeleine Piau Cathcart « a rendu possible cette compétition. Elle était très connue dans le monde du patinage artistique. Les juges provenant de l’extérieur savaient qui elle était », se remémore Manuelle Bernier.

Soccer

Championnats canadiens de soccer

Brendan Bellavance, jeune athlète de soccer, se souviendra longtemps de sa participation aux Championnats canadiens de soccer qui se sont déroulés au Nouveau-Brunswick. Membre de l’équipe Le Mistral de Sherbrooke, ce jeune homme de 17 ans d’East Angus, qui a débuté son soccer avec Les Dribbleurs du Haut-Saint-François, faisait partie de la formation sherbrookoise représentant le Québec dans la catégorie U-17 AAA. En plus de participer aux championnats, la formation estrienne a fait belle figure en s’inclinant en finale par la marque de 3 à 1 contre les représentants du Manitoba. « C’était une grosse expérience, c’était intense, on était parmi les huit meilleurs au Canada et j’étais chanceux de pouvoir y participer », d’exprimer l’athlète. Le jeune homme mentionne avoir travaillé fort pour atteindre son objectif à raison de trois pratiques par semaine. Passionné de ce sport, Brendan aimerait bien percer chez les professionnels. En attendant, il souhaite se tailler un poste chez les semi-professionnels. Nous apercevons Brandon avec la médaille d’argent.

Patin

Compétition Suzanne Cathcart

L’aréna Robert-Fournier à East Angus sera l’hôte, en fin de semaine prochaine, de la compétition de patin artistique Suzanne Cathcart. Un total de 166 patineurs provenant de la Capitale-Nationale/Chaudière-Appalaches, du Centre du Québec et de l’Estrie sont attendus pour l’occasion. Manuelle Bernier, responsable de la compétition, est heureuse de mentionner que la participation de la municipalité de East Angus a permis à l’organisme de réaliser des économies et de réinvestir cet argent pour assumer une partie des coûts d’inscription des patineuses du club local. Ainsi, les 21 athlètes âgées de 5 à 15 ans habilitées à participer à la compétition sont toutes inscrites.

Putter Bernier

5 000 $ amassés pour les jeunes au Classique Putter Bernier

Encore cette année, la classique de golf Putter Bernier a réussi à recueillir 5 000 $ qui sont versés à la Fondation Sports et Loisirs de East Angus. Les amateurs de golf ont profité d’une magnifique journée ensoleillée et d’un parcours en excellent état pour s’adonner à leur loisir et contribuer à une noble cause. Dans la catégorie amateur, les grands gagnants sont Denis Bernier, Claude Giroux, Mario Grenier et Francis Proteau qui ont rapporté une carte de -12. Dans la catégorie Pro-Am, ce sont Pierre-Carl Béliveau, professionnel, Pauline Boisvert, Pierre-Luc Fournier et Jacques Laplante qui sont arrivés bons premiers avec une carte de -14. Rappelons que la fondation permet de venir en aide aux jeunes désireux de faire un sport ou un loisir de leur choix. Lyne Bernier, pionnière de la classique et membre du comité organisateur, remercie les généreux commanditaires, dont La Promutuel et les participants pour leur soutien indéfectible.

Nous apercevons de gauche à droite les membres du comité organisateur Vincent Héraud, directeur des loisirs, Micheline C. Dion, David Fournier, directeur général de East Angus, Lyne Bernier et Claude Giroux. Absent sur la photo Guy Faucher.

Golf Virage

Tournoi de golf Virage Santé mentale

Plus d’une soixantaine de golfeurs ont foulé le parcours du terrain de golf d’East Angus et une centaine de personnes ont participé au souper au profit de Virage Santé mentale du Haut-Saint-François.

Les sous amassés servent à l’organisme, vieux de 32 ans, à promouvoir la santé mentale, démystifier la maladie mentale, prévenir des problèmes de santé mentale et offrir du soutien aux personnes en besoin. Les objectifs sont de développer les habiletés des personnes afin de leur permettre de mieux gérer leur quotidien favorisant ainsi le maintien d’une bonne santé mentale, de prévenir l’émergence d’une foule de problèmes de santé mentale comme l’anxiété, la dépression, l’abus de substances, la délinquance, la violence et le suicide.

Daniel Desruisseaux, président d’honneur, souligne l’importance de contribuer pour aider les intervenants à aider les personnes aux prises avec un problème de santé mentale. « On a besoin de votre aide pour les aider à aider », complète-t-il.

Nous retrouvons de gauche à droite Daniel Lamoureux, directeur général de la Caisse Desjardins du Nord du Haut-Saint-François, partenaire majeur, Daniel Desruisseaux, président d’honneur et copropriétaire de la Pharmacie Proxim Cookshire-Eaton et East Angus, Pauline Beaudry, directrice générale de Virage Santé mentale, et Réjean Dumas, de Weedon Auto, également partenaire majeur.

Chasse

Chasse: 8 destinations de rêve au Canada et aux États-Unis

Que vous préfériez chasser le cerf, l’ours ou le canard sauvage, le Canada et les États-Unis regorgent d’endroits à faire rêver ! En voici quelques suggestions.

Canada

1. L’île d’Anticosti (Québec): avec près de 21 cerfs de Virginie par kilomètre carré, cette île magnifique est un véritable paradis pour les chasseurs ! Et comme elles n’ont pas de prédateurs, les bêtes sont plus actives durant le jour.

2. Le sud de la Saskatchewan: colvert, bernache du Canada, oie rieuse, pilet… en octobre, les oiseaux aquatiques abondent dans cette région.

3. Les Rocheuses: wapiti, orignal, cerf de Virginie, chèvre des montagnes, grizzli, cougar… les Rocheuses canadiennes, notamment près de Jasper en Alberta, ont beaucoup à offrir aux chasseurs !

4. Le Yukon: orignal, caribou, bison des bois… ce territoire sauvage a assurément tout ce qu’il faut pour combler les chasseurs de gros gibier !

États-Unis

5. L’Alaska: ours noir, grizzli, caribou, chèvre des montagnes, oiseaux aquatiques, loup… l’Alaska est sans contredit une destination de choix en Amérique du Nord !

6. Le Dakota: le Dakota du Sud est la «Capitale mondiale du faisan» ! Cet État est aussi parfait pour chasser le bison ainsi que le cerf de Virginie, l’antilope, le cougar et le wapiti.

7. Le Maine: cet État, qui abrite une grande variété d’espèces, compte l’une des plus vastes populations d’orignaux des États-Unis et est de plus idéal pour chasser le dindon sauvage.

8. Le Wisconsin: la ville d’Appleton est l’un des meilleurs endroits aux États-Unis pour la chasse au cerf de Virginie. Ours noir, dindon sauvage et loup, notamment, sont aussi au menu.

Ashley Sylvester

Ashley Sylvester, 4e au lancer du disque

Ashley Sylvester, 13 ans, de Cookshire-Eaton, a terminé quatrième au lancer du disque aux Championnats nationaux d’athlétisme pour jeunes tenus à Brandon, Manitoba. Ces championnats sont organisés par la Légion royale canadienne.

Le plus étonnant, c’est que la jeune athlète en est à sa toute première saison de pratique dans la discipline. En effet, la première fois qu’Ashley a lancé un disque, c’était le 4 mai dernier. Depuis cette date, sa progression a été fulgurante: d’une distance de 22 m, elle a terminé la saison avec un lancer de 33,29 m, sa meilleure marque à date. Rien ne prédestinait Ashley toutefois au lancer du disque, quoique certains événements ont pu aider.

Depuis son jeune âge, l’athlète fait du patinage artistique au club d’East Angus. D’ailleurs, à ce propos, elle dit que les vrilles qu’elle pratiquait du temps du patin l’aident grandement à effectuer la rotation sur soi précédant un lancer. Puis éventuellement, une blessure à la cheville la contraint à revoir son entraînement en patinage. Elle a dû délaisser les sauts, durs sur les articulations, au profit des figures sur glace. Ses parents, ayant tous deux fait de la course à pied par le passé, l’encouragent tout de même à poursuivre le sport, quitte à changer de discipline. Cela fait en sorte que, un beau jour, Ashley s’empare d’un disque qui traîne, le projette au loin et se fait remarquer par un entraîneur. Peu de temps après, elle commençait les séances au Club d’Athlétisme Sherbrooke.

Dans ce cas-ci, Ashley a su tourner un incident malheureux à son avantage. Elle ne pouvait plus autant forcer et compter sur ses membres inférieurs qu’avant. Il demeure tout de même que les disciplines les plus populaires en athlétisme sont celles de course. En effet, sur plus de 200 athlètes au Club d’Athlétisme Sherbrooke, ils ne sont qu’une poignée à pratiquer le lancer, que ce soit celui du disque, du poids ou encore du marteau. Et Ashley a été la seule représentante du club à se retrouver à ces championnats nationaux pour jeunes. L’athlète, dotée d’une bonne force physique naturelle, s’est donc tout de suite taillé une place. C’est ainsi qu’elle enchaîne depuis les entraînements à raison de deux fois par semaine au club d’athlétisme, en plus de se pratiquer à la maison sur le vaste terrain extérieur de la demeure familiale.

Il s’agit d’un soulagement pour la jeune femme qui avait, en quelque sorte, du mal à trouver sa place. Elle souffre de troubles d’apprentissage et l’école pour elle est un combat. C’était donc la première fois qu’elle avait un talent naturel dans un domaine. Et là-dessus, ses résultats ne mentent pas: 3e au Ian Hume Invitation (régional), 2e aux championnats de la Fédération québécoise d’athlétisme et 1re aux Matchs inter-régions de la même fédération. Sans oublier la quatrième place aux Championnats nationaux qui vient conclure cette saison déjà haute en couleur.

Pour pouvoir se présenter à cette dernière compétition, Ashley devait être inscrite à deux disciplines. Elle a donc commencé le lancer du poids, en ajout à celui du disque. Dans les deux cas, l’athlète doit faire une rotation partielle ou complète sur lui-même pour aider à la projection de l’objet. Ce n’est pas toujours facile pour les sportifs qui commencent, ceux-ci étant en pleine croissance et leur corps pouvant manquer d’équilibre par moments. Dans le cas d’Ashley, son sens de la proprioception ayant déjà été développé grâce au patinage artistique, celle-ci commençait avec une longueur d’avance. Elle confie même être l’une des seules à crier au moment du lancer, comme le font les athlètes professionnels que l’on peut voir aux Jeux olympiques. Elle dit que le réflexe lui est venu spontanément et qu’il est libérateur au moment du lancer.

Sa première saison étant déjà terminée, Ashley caresse déjà de nombreux projets pour l’avenir. Elle débutera la musculation à l’Université Bishop’s pendant la saison morte. Éventuellement, elle aimerait décrocher une bourse d’études dans une université pour pouvoir conjuguer athlétisme et études supérieures. Et ultimement, elle avoue même songer aux Olympiques de 2024.

Putter Bernier

Classique Putter Bernier

La traditionnelle classique de golf Putter Bernier revient le 22 septembre prochain sur le parcours du Club de golf East Angus. Comme par les années passées, les bénéfices seront versés à la Fondation Sports et Loisirs de East Angus pour venir en aide aux jeunes de la municipalité.
L’appel à l’aide lancé, l’année dernière, par la pionnière de l’événement Lyne Bernier, à l’effet qu’elle cesserait son implication si elle n’obtenait pas d’aide, a été entendu. « Je continue parce que j’ai de l’aide », de lancer avec soulagement Mme Bernier. Quant à l’objectif, « il est toujours le même. Atteindre les 144 golfeurs et recueillir le plus de fonds possible pour aider les jeunes à faire un sport ou un loisir de leur choix ». L’année dernière, l’événement a permis de récolter près de 6 000 $ qui sont remis aux jeunes.
Tournoi
La classique Putter Bernier regroupe des professionnels et amateurs. Les équipes Pro-Am sont composées d’un professionnel et de trois amateurs et pourraient remporter deux ou trois bourses jusqu’à 2 500 $, s’il y a plus de 9 équipes. Les formations de catégorie amateur auront quant à elles la chance de remporter trois bourses d’un maximum global de 1 200 $. On invite également les dames à se joindre à la classique. On prévoit une possibilité de bourses pour les dames s’il y a plus de deux quatuors.
Les personnes désireuses d’appuyer la cause et qui seraient absentes pour le golf pourront toujours participer au souper qui suivra la ronde. Pour information ou réservation, vous pouvez le faire directement au club en composant le 819 832-3643 ou Lyne Bernier au 819 832-4786.

Thriathlon

Un ancien de Sawyerville fait des triathlons extrêmes

Le triathlonien, Francis Tanguay, domicilié à Ottawa, mais originaire de Sawyerville, était de passage dans la région en juillet dernier pour participer au triathlon Canada Man à Lac-Mégantic. L’homme de 41 ans et père de famille de deux enfants a complété le parcours en 34e position sur 109 participants. Heureux de l’expérience, il compte bien participer à la deuxième édition l’an prochain. M. Tanguay, qui a gardé contact avec plusieurs personnes de la région, pratique cette discipline depuis plusieurs années. Il fait des demi-Ironman et des triathlons extrêmes avec des dénivelés plus exigeants. Son ambition est de participer à un triathlon extrême en Europe. La participation se fait par tirage au sort. « Ça fait deux ans que je participe à une loterie », de mentionner M. Tanguay en souhaitant que la chance lui sourie.

SPORT-Golf

Cours de golf gratuits pour les jeunes au Club East Angus

Alors qu’il entame sa 34e année, le professionnel du Club de golf East Angus, Yves Mandeville, est tout aussi passionné qu’à sa première saison, sinon davantage. Son désir est de transmettre sa passion et il le fait gratuitement en offrant des cours de golf aux jeunes de 5 ans et plus.

« Après 34 ans, je suis encore plus passionné. Je fais ce que j’aime faire, me consacrer davantage à l’enseignement. Mon objectif est de transmettre aux jeunes un peu de ma passion et leur faire découvrir ce magnifique sport. Je leur enseigne un peu la base, mais je ne veux pas trop en mettre. L’important, ce n’est pas de leur compliquer la vie avec des techniques, c’est qu’ils s’amusent. Je ne mets pas ça compliqué. Les jeunes ce qu’ils veulent, c’est frapper des balles et c’est ce qu’ils font », d’expliquer tout sourire le jovial professionnel.

Les cours s’adressent aux enfants de 5 ans et plus et s’étendent sur une période de cinq semaines consécutives. Tous les lundis à partir du 4 juillet, les jeunes sont attendus au champ de pratique. Les cours débuteront à 9 h pour les 5-9 ans, suivis à 10 h pour les 10 ans et plus. En cas de pluie, le cours sera remis la semaine suivante.

Les participants se familiariseront avec la prise des mains, la position des pieds, l’alignement et l’équilibre. Le professionnel ajoute, le golf ne se limite pas au jeu, c’est une façon d’être. L’éthique et la politesse font partie de l’enseignement.

Les garçons et les filles désireux de s’inscrire peuvent le faire en composant le 819 832-3643. Le professionnel met à la disposition des jeunes les bâtons nécessaires. Bien que le cours soit gratuit, des frais de 25 $ seront demandés pour l’utilisation des balles. D’autre part, M. Mandeville est en mesure d’offrir des cours personnels ou en groupe pour les adultes souhaitant améliorer leur performance.

SPORT-Judo

Club de judo de Johnville

Le Club de judo de Johnville s’est encore démarqué lors du récent tournoi provincial qui se déroulait récemment. Quatre de ses six participants ont décroché des médailles, dont trois d’argent et une de bronze.

 

Nous retrouvons la délégation composée à l’avant de Dylan Robidas et Carl Bilodeau. À l’arrière, on remarque Jake Thompson et Anne Larochelle avec leur médaille d’argent au cou ainsi que Elza Girondier avec la médaille de bronze et Loïc Girondier, médaillé d’argent. L’entraîneur Robert Chaussé accompagne les jeunes athlètes. Les responsables du club tiennent à souligner la remise de la ceinture brune à Olivier Landry du groupe des adultes et aide-entraîneur.

SPORT-Hugo

Hugo Roy de Cookshire-Eaton s’impose

Le capitaine du Phoenix de Sherbrooke, Hugo Roy, de Cookshire-Eaton, a été nommé joueur le plus gentilhomme et efficace de la LHJMQ lors du récent Gala des Rondelles d’or, présenté à Québec.

« Je suis surpris, car il y avait quand même deux autres bons joueurs. C’est une grande fierté pour moi. La première chose que j’ai pensé, c’est d’avoir mon nom à côté des légendes comme Daniel Brière. Ça donne chaud au cœur, c’est une sorte d’accomplissement. » Hugo a enregistré que quatre minutes de punition en 68 matchs. « Mes deux pénalités mineures, je les ai eues dans le même match », de préciser le capitaine du Phoenix. Cet athlète avait obtenu qu’une seule punition mineure de deux minutes l’année dernière. Cette haute distinction s’ajoute à une magnifique saison pour le hockeyeur de Cookshire-Eaton. « J’ai eu une saison extraordinaire. J’ai eu 32 buts pour un total de 60 points en 68 matchs. L’an passé, j’avais eu que 20 points et j’ai été nommé capitaine à Noël. » Celui qui en sera à sa troisième et dernière saison, l’automne prochain, envisage une bonne année pour le Phoenix. « Je suis optimiste pour la prochaine saison. On n’a pas beaucoup de départs. »

Camp de la LNH

Après s’être accordé un repos de trois semaines, Hugo Roy s’est remis à l’entraînement. « Mon objectif est de participer à un camp de la LNH cet été. J’attends une invitation pour un camp de développement. Si tout va bien, je devrais recevoir une invitation », de lancer avec assurance le jeune homme.

SPORT-Hockey

Les Shark’s font belle figure

Les jeunes hockeyeurs de la catégorie Atome B1 des Shark’s du Haut-Saint-François, dirigés par David Bilodeau, ont défié toutes les probabilités. Après avoir terminé au premier rang de la saison régulière, remporté les séries éliminatoires pour ensuite gagner aux championnats régionaux, voilà que nos petits combattants se sont qualifiés aux interrégionaux, qui ont eu lieu à La Sarre en Abitibi-Témiscamingue, du 6 au 9 avril derniers. Nos jeunes ont fait belle figure en s’inclinant en finale.

Depuis les dix dernières années, aucune équipe de l’AHMHSF n’avait réussi à se rendre aussi loin. La dernière fois que les Shark’s avaient fait les interrégionaux, c’était lors de la saison 2006-2007 lorsque le Pee Wee A dont Pierre Blais et Daniel Dugal, à l’époque, étaient entraîneurs.

L’équipe a fait un long trajet, d’une dizaine d’heures pour arriver à temps à leur première partie. Cela ne les a pas empêchés le soir même, de battre les Pionniers de Montréal par la marque de 7-0. Défiant tous les pronostics, le lendemain, ils ont défait les Cyclones 4 au compte de 4-1 et se sont rendus en demi-finale au 3e jour, envoyant les Panthères de Laval à la maison également, par le compte de 4-1. C’est devant leurs derniers rivaux, les BLP d’Amos, qu’ils se sont inclinés en fusillade au compte de 3-2. « À un match près de remporter toutes les parties qu’il est possible de jouer dans une saison », mentionne le chef entraîneur des Shark’s. Fier du travail accompli par ses joueurs, David Bilodeau précise que son équipe a vraiment tout donné.

SPORT-Shark's

Les Shark’s Atome B1 représenteront le Haut-Saint-François

Championne des régionaux qui se déroulaient en fin de semaine dernière à l’aréna Robert-Fournier d’East Angus, l’équipe Atome B1 de l’AHMHSF, les Shark’s, se dirigera dès ce jeudi pour participer aux championnats interprovinciaux qui se dérouleront à La Sarre, en Abitibi.

Champions de la ligue Orford St-François avec une fiche parfaite en saison régulière, les Atome ont poursuivi sur leur lancée en remportant leurs quatre matchs, dont le dernier, aux dépens des Aigles de Granby par la marque de 5 à 1. L’émotion était palpable pour l’entraîneur-chef David Bilodeau, « je manque de mot tellement je suis fier de la gang. Ils ont travaillé, ils se sont défoncés; maintenant, on a droit au bonheur. »

Soulignons que les équipes des Shark’s Pee Wee C et Bantam A, grands gagnants de la saison régulière, ont remporté les séries éliminatoires et se sont aussi classés pour les régionaux. Propulsés aux championnats, ils ont tenu en haleine leurs rivaux, jusqu’à la toute fin. Du côté des champions dans la catégorie Bantam A, ils ont terminé leur saison au compte de 2-1 face aux Voltigeurs.

Les Pee Wee C sont passés près de rejoindre leurs confrères en Abitibi, lors de la dernière partie éliminatoire. Ils ont malheureusement subi la défaite contre les Voltigeurs de Drummondville par une marque de 4 à 2.

Nos trois formations locales ont participé aux championnats régionaux qui regroupaient 110 équipes masculines de novice à junior en fin de semaine dernière, à l’aréna Robert-Fournier d’East Angus.

SPORT-Patineuses

Finale provinciale de patinage artistique

Deux jeunes patineuses du Haut-Saint-François ont représenté l’Estrie lors du Championnat provincial de patinage Star Michel-Proulx, édition 2017, tenu à Victoriaville ce mois-ci. Dans la catégorie Star, Ève Lister, 14 ans, du secteur Birchton, et Lauréanne Gamache, 17 ans, d’East Angus, se sont qualifiées auparavant lors de la finale régionale tenue à Stanstead. Leurs résultats leur a prévalu une place pour compétitionner lors de la grande finale provinciale.

SPORT-Judo

Club de judo de Cookshire

Le Club de judo de Cookshire a fait belle figure lors de sa récente participation à la compétition qui se déroulait à l’école Le Ber de Sherbrooke, en janvier dernier. Quelque 28 élèves, âgés de 6 à 12 ans, sous l’égide de l’entraîneur Denis Gagnon, ont participé à l’événement. Une dizaine d’entre eux se sont démarqués en remportant une médaille. Il s’agit de Anna Ève Routhier, Nathan Roy et Louis-Philip Leclerc, qui ont tous décroché l’or dans leur catégorie respective. Éléna Sylvestre, Émilie Côté, Koralie Côté, Cédric Gauthier et Anne Roy se sont démarqués en arrachant la médaille d’argent. Maxime Hudon et Dylan St-Onge ont fait leur part en obtenant celle de bronze. Tous ont obtenu leur médaille dans la catégorie U12 sauf Nathan Roy qui a réussi son exploit dans la catégorie U14.

UNE-Hockey

Les Shark’s Pee-Wee C l’emportent

La 36e édition du tournoi provincial Atome/Pee-Wee du Haut-Saint-François qui se déroulait à l’aréna Robert-Fournier à East Angus s’est soldée sur une belle note, dimanche soir, avec la victoire des Shark’s Pee-Wee C en tir de barrage par le compte de 2 à 1 aux dépens des Gaulois de Saint-Hyacinthe.

Les spectateurs ont eu droit à un match enlevant au possible. Les jeunes athlètes et l’équipe d’entraîneurs savourent pleinement le championnat inattendu. « Je suis surpris en câline. D’autant plus que cinq joueurs n’avaient jamais joué au hockey. L’objectif était de jouer ensemble, avoir du fun et y mettre du cœur », d’exprimer l’entraîneur Mario Bellavance. Faut croire que le message a porté. À la question lancée aux jeunes hockeyeurs, à quoi attribuez-vous la victoire, ils lancent à l’unisson « on a mis tout notre cœur. »

Dans les autres divisions, les Olympiens de Shawinigan Sud ont décroché les honneurs dans la catégorie Pee-Wee A alors que les Tigres 3 de Victoriaville faisaient de même dans la catégorie B.

La présidente du tournoi Katherine Mailhot est satisfaite d’autant plus que deux des quatre formations locales ont remporté le championnat dans leur catégorie respective. « Lorsqu’on a des finales locales, ça attire plus de familles », précise-t-elle. L’organisation du tournoi a ajouté six jours de compétitions répartis sur les deux semaines permettant ainsi d’accueillir plus d’équipes. Les revenus du tournoi sont versés à l’Association du hockey mineur du Haut-Saint-François. Ces sommes servent, entre autres, à faire l’achat d’équipements et payer des heures de glace.

Mme Bellavance est fort satisfaite de la dernière édition. « Ici cette année, on a eu une belle participation des bénévoles, des membres de l’association et des comités. C’est un succès », complète-t-elle.

Judo Johnville

Club de judo de Johnville

Les athlètes du Club de judo de Johnville se sont démarqués lors de la récente compétition Coupe de zone et Jeux du Québec de l’Assocation de Judo de l’Estrie et du Centre-du-Québec, qui se déroulait à l’école Le Ber de Sherbrooke. L’entraîneur Robert Chaussé est particulièrement fier de ses huit athlètes. Nous apercevons de gauche à droite Jake Thompson (Bronze), Anne Larochelle (Argent), Elza Girondier (Or), Robert Chaussé, entraîneur, Loïc Girondier (Or), Olivier Lamontagne (Or), Carl Bilodeau (Argent) et Dylan Robidas (Argent). Absent de la photo Olivier Landry.

Shark

Les Sharks l’emportent

Le tournoi provincial Atome / Pee-Wee du Haut-Saint-François, se déroulant à l’aréna Robert-Fournier à East Angus, bat son plein. Les Shark’s-1 Atome B du HSF ont clôturé la première semaine d’activités en remportant le championnat dans leur division en disposant en finale des Hawks de Kingsey Falls par la marque de 3 à 1.
La jeune formation présente une fiche de 4 victoires et un match nul. « Ils ont travaillé fort durant tout le tournoi. Ils n’ont jamais lâché. C’est sûr qu’il y a des moments plus difficiles. On a une équipe super », d’exprimer l’entraîneur David Bilodeau. « C’est bien le fun. On a bien joué en troisième période », d’exprimer les joueurs après le match final. Le gardien Thomas Pouliot a décroché la médaille du joueur du match.
Mentionnons que la formation Sharks-2 a clôturé la compétition en terminant troisième du groupe B. Celle du Cyclones-1 Joliette-Crabtree a décroché le titre dans la classe A tandis que le Club Piscine en faisait autant dans la classe C. Mentionnons que le tournoi se poursuit avec la catégorie Pee-Wee pour se terminer dimanche prochain.
Katherine Mailhot, présidente du tournoi, se dit « très satisfaite de la première semaine de tournoi. Nous avons une très belle équipe pour l’organisation. Nous avons aussi une très belle participation bénévole de la part des membres de l’Association du hockey mineur. Pour la première semaine, nous n’avons eu aucun incident majeur, les équipes sont contentes d’être venues participer au tournoi. »
Ouverture
C’est vendredi passé devant une belle assistance que l’on a procédé à la mise au jeu officielle. Présentation des joueurs, serment de l’officiel, de l’athlète et interprétation de l’hymne national par Isabelle Blais marquaient le moment fort de la cérémonie. Par ailleurs, le président d’honneur Carol Bibeau avec d’autres dignitaires a procédé à la mise au jeu officielle. M. Bibeau a été honoré pour sa grande implication pendant plusieurs années au sein du hockey mineur. On a également profité de l’occasion pour remettre une plaque à Martin St-Laurent pour son implication comme arbitre au cours des 30 dernières années.

Roy

Les frères Roy de Cookshire-Eaton s’affrontent

Ce n’est peut-être pas la série du siècle qui opposait en 1972 l’équipe du Canada à celle de l’Union soviétique, mais le match qui opposera le Screaming Eagles du Cap-Breton au Phoenix de Sherbrooke le 10 février prochain, au Palais des sports Léopold-Drolet, promet un grand intérêt pour la communauté de Cookshire-Eaton. Et pour cause, les frères Sacha et Ugo Roy, du secteur Cookshire, croiseront le fer pour la première fois.
Des rumeurs persistantes circulent voulant qu’une délégation de Cookshire-Eaton se présente au Palais des sports pour encourager les deux jeunes hommes. En bons parents, Élyse Champigny et Gilles Roy refusent de dire s’ils encourageront une équipe plus qu’une autre. Dans ce genre de rencontre, l’important pour le couple n’est pas d’encourager l’équipe, mais leurs fils. « C’est sûr qu’on va être nerveux, mais on espère que les deux vont jouer un bon match », d’exprimer le père, Gilles Roy.
Âgé de 17 ans, Sacha en est à sa première année dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) alors que son aîné Hugo, âgé de 19 ans, complète sa deuxième saison pour le Phœnix. Le 10 février prochain sera la première occasion où les deux jeunes hommes auront la chance de jouer l’un contre l’autre. Rejoints au téléphone, tous deux se promettent d’avoir bien du plaisir à tenter de se supplanter mutuellement. Sacha, se qualifiant de défenseur robuste du haut de ses 6’ 1’’ et 195 livres, promet « je le laisserai pas passer. » Quant au joueur de centre et capitaine du Phœnix, Hugo rétorque « il va me faire la vie dure. Je vais essayer d’y aller de finesse et j’utiliserai ma vitesse pour le contourner. »
Rivalité amicale
« Depuis que le calendrier est sorti, on avait spotté la date. Ça va être de quoi de spécial. On a une rivalité qui date », d’exprimer Hugo. Tout jeunes et encore aujourd’hui, lorsqu’ils s’entraînent ensemble l’été, c’est celui qui court le plus vite, celui qui lève le plus de poids, etc., de mentionner Hugo. Cette rivalité amicale pousse chacun à se dépasser et il semblerait que ça perdure. Pendant la période des fêtes, Sacha et Hugo admettent s’être mutuellement provoqués en se lançant « tu seras pas capable de m’arrêter, ça va jouer physique. Des jokes entre frères » d’exprimer Sacha. « Je pense quand on va approcher, on va se faire une petite gageure pour le résultat et le perdant va payer le resto », de lancer Hugo. Tous deux admettent que la rencontre sera spéciale. « Ça reste une game, mais ça sera un plus de jouer devant ta famille et des personnes que tu connais », mentionne Sacha. Hugo anticipe une belle délégation de son patelin. « Je vais à l’épicerie et j’entends des gens qui disent on va y aller. Je pense qu’il y a quelque chose qui s’organise. » Interrogé à savoir qui les parents appuieraient, Ugo mentionne « on leur a donné des vêtements de chaque équipe, mais je sais pas s’ils vont les mettre. »
Rencontre familiale
Les parents ont déjà pris la journée de congé pour le vendredi 10 février. Les occasions sont rares d’être en famille et pour les parents, ils profiteront de ce moment pour aller dîner avec leurs deux fils. Ils souhaitent également passer du temps avec leurs enfants après le match. Avec la période des fêtes, Sacha en sera à son deuxième passage en région depuis le début de la saison. « L’équipe est au Québec pour deux matchs. On joue le vendredi à Sherbrooke et dimanche à Victoriaville. On va essayer de prendre le plus de temps possible en famille. On a gros de joueurs du Québec dans l’équipe, une dizaine, peut-être on pourrait nous libérer pour le samedi, » d’espérer le jeune homme de 17 ans.
À sa première année dans la LHJMQ et loin de chez lui, Sacha admet que l’adaptation n’a pas été facile au début, mais que tout était rentré dans l’ordre. « Là, le bout le plus le fun s’en vient, les séries. On est cinquième au classement général », d’exprimer tout enjoué le jeune hockeyeur. Par contre, l’accès aux séries est moins évident pour le capitaine du Phoenix. Sur le plan individuel, Hugo est fier de sa saison jusqu’à présent. « Ça va super bien, j’ai une très bonne saison. » Au moment de l’entrevue, le jeune homme de Cookshire-Eaton affichait 27 buts et 22 aides en 49 matchs. « Mon objectif était d’avoir un point par match », d’exprimer le jeune homme.
La rencontre de ce vendredi représente une opportunité pour les frères Roy de se mesurer dans un esprit amical, mais plus encore c’est l’occasion de se retrouver en famille.

©2017 Journal Le Haut-Saint-François