Actualités

La Nuit du pont couvert; comme une volée de bois vert

La cinquième édition de La Nuit du pont couvert se tiendra du 18 au 19 aout à Gould, dans le canton de Lingwick. L’événement d’une durée de 24 h verra se produire une douzaine d’artistes, parmi lesquels on retrouve Bernard Adamus et Urbain Desbois. Au niveau local, l’homme de lettres Michel Vézina sera aussi de la partie.

Le pont McVetty-McKenzie se métamorphose en scène en plein air alternative lors des Nuits du pont couvert. Musique et littérature sont alors lâchées lousses dans un espace libre et irrévérencieux.
« Les artistes que nous avons invités sont des créateurs que nous admirons beaucoup », confient les organisatrices Emilie Dostie et Marie-France Lafaille. « Ils sont libres, intelligents, désinhibés, sensibles et, bien au-delà de la capacité, ont le désir et la nécessité de créer. Pour nous, ils incarnent l’essence de La Nuit du pont couvert et nous avons envie de créer un moment singulier avec eux » et avec le public.

Avant les performances musicales en soirée, l’après-midi reste fort occupé avec un marché d’artisans ainsi que des ateliers de danse, de musique et de mosaïque. Les festivaliers sont invités à camper sur place avec leur tente.
La soirée de lancement de la programmation a eu lieu en début de saison au Boquébière de Sherbrooke. Pour l’occasion, un vernissage des plus belles photographies des quatre éditions précédentes était présenté. Plusieurs avaient été prises par des citoyens de la région, que ce soit Manon Rousso, Martin Mailhot ou Josée Bolduc.

La Nuit du pont couvert met 750 billets en circulation pour l’édition 2018 qui débutera à 13 h, le samedi 18 aout. Il est possible de s’en procurer en ligne au www.lanuitdupontcouvert.com, qui détaille également la programmation complète. Autrement, le salon Le Buvard, La Ruée vers Gould de même que le magasin général Morin de Lingwick en vendent directement à leur comptoir. L’événement est une présentation du Centre culturel Oscar-Dhu de Gould.

Article précédentArticle suivant
©2020 Journal Le Haut-Saint-François