Actualités

Se pencher sur la consommation élevée des jeunes du Haut

La dernière grande rencontre d’Énergie jeunesse HSF portant sur la consommation de drogues et d’alcool a réuni plus d’une trentaine de participants à la salle des Chevaliers de Colomb d’East Angus. Un panel réunissant trois spécialistes a mis en lumière le niveau de consommation plus élevé des jeunes du secondaire du Haut-Saint-François, par rapport au reste de la province. S’en est suivie une plénière visant à proposer des actions concrètes à prendre collectivement.

Depuis 2017, la concertation Énergie jeunesse HSF a traité collectivement de thématiques touchant directement la région, que ce soit la santé mentale, les agressions à caractère sexuel ou la maltraitance. Suite à un atelier portant sur la légalisation du cannabis en octobre dernier, le sujet de la consommation a été approfondi par des groupes du Haut comme La Relève, Animation jeunesse, La Passerelle et le Centre d’action bénévole. Des groupes régionaux comme le CALACS Agression Estrie, la Commission scolaire des Hauts-Cantons, le CIUSSS et même la Sûreté du Québec avaient des délégués sur place.

Des statistiques plus élevées
Dans le Haut-Saint-François, 51 % des jeunes au secondaire ont admis avoir eu une consommation excessive d’alcool en une même occasion au cours des 12 derniers mois. La moyenne québécoise est de 34 %, une différence de 17 % selon les derniers chiffres de l’Institut de la statistique du Québec datant de l’année 2016-2017.
Depuis la précédente enquête faite en 2010-2011, la consommation de drogues au cours de la dernière année chez ces mêmes jeunes avait crû de 9 %, pour s’établir à 31 %. Encore une fois, le pourcentage est plus élevé dans le Haut-Saint-François que pour l’ensemble du Québec, qui se situe à 20 %.
Face à ces données, le panel de spécialistes a dressé le portrait des jeunes consommateurs et de leurs habitudes avant de suggérer quelques pistes de solution. Parmi les trois interlocuteurs, on retrouvait Andrée-Ann Collin, de la Coalition sherbrookoise pour le travail de rue, et Daniel Gendron, ancien intervenant jeunesse pour le CIUSSS de l’Estrie.

L’appui de la communauté
Deux membres du comité de vigie d’Énergie jeunesse, soit Marilyne Martel, du CIUSSS, et Myrthô Ouellette, de HSF Fou de ses enfants, n’ont pas manqué de rappeler l’importance de la conservation des liens avec les jeunes pour des retombées positives dans la communauté.
André Lachapelle, directeur de la polyvalente Louis-Saint-Laurent, abondait dans le même sens. « Si on est bienveillant envers nos jeunes, qu’on n’a pas de discours moralisateur, qu’on travaille avec eux et qu’on les responsabilise, je pense qu’on peut arriver avec des bonnes choses. »
Jean-Philippe Goupil, agent à la Direction de santé publique, a profité de l’occasion pour rappeler qu’une soirée d’information sur la légalisation du cannabis est offerte à tous les parents d’élèves de la Commission scolaire des Hauts-Cantons à la salle du conseil des commissaires, le 18 février prochain, à 19 h. La directrice du Département de santé publique, Dre Mélissa Généreux, présentera alors les cadres légaux de même que des outils de sensibilisation par visioconférence.

Article précédentArticle suivant
©2019 Journal Le Haut-Saint-François