Thématiques

Une travailleuse de rang au service des agriculteurs : Soutien et accompagnement psychologique

Rachelle Houle tient le rôle de travailleuse de rang dans le Haut-Saint-François.

L’organisme Au coeur des familles agricoles (ACFA) offre, depuis près de deux ans, un service de soutien psychologique auprès des agriculteurs de la MRC du Haut-Saint-François. L’objectif est d’améliorer la santé globale et d’accompagner les agriculteurs pouvant vivre une période de stress.

En janvier dernier, Rachelle Houle a débuté son rôle de travailleuse de rang au sein de l’organisme. Cumulant une vingtaine d’années dans le milieu de la santé, elle remplace Caroline Poulin, en poste depuis un an. « Je suis travailleuse sociale de formation, donc ce que je fais, c’est du suivi psychosocial auprès des agriculteurs, c’est beaucoup d’accompagnement », explique Mme Houle. Les gens du milieu agricole peuvent vivre beaucoup de stress et d’épuisement, selon elle. Ils peuvent éprouver des difficultés avec la relève ou à trouver une main-d’oeuvre qualifiée. Lorsque ce sont des entreprises familiales, il peut parfois y avoir des tensions au travail qui ont des répercussions dans la famille, sans oublier la problématique d’isolement. Le rôle de Mme Houle est donc de répondre aux demandes d’aides qui peuvent survenir en tout temps. « C’est un service qui est vraiment adapté à la réalité des agriculteurs, donc qui va être très flexible sur le lieu et la durée des rencontres. C’est adapté à leurs besoins et leur réalité », explique-t-elle.

Les demandes peuvent venir des agriculteurs ou de leur famille. Même si les gens dans ce domaine sont généralement assez indépendants, l’intervenante note une belle ouverture d’esprit et ceux qui en ressentent le besoin n’hésitent pas à la contacter. « N’importe qui travaillant ou gravitant autour d’un agriculteur peut faire une demande d’aide pour la personne », affirme-t-elle. Il ne semble pas y avoir de distinction au niveau de l’âge ni des secteurs d’activité parmi les gens qui ont besoin d’aide. « L’année dernière a été une année très difficile pour l’agriculture en général avec la température et le problème d’approvisionnement du propane », explique Mme Houle ajoutant que cette année, c’est au niveau financier, surtout dans le secteur laitier que ça n’a pas l’air facile. Ses objectifs pour 2020, outre d’aider le plus possible, sont de faire connaître le service et sensibiliser la population sur les besoins dans le milieu agricole.

L’AFCA est un organisme qui a vu le jour en 2001 et se définit comme un réseau d’entraide qui s’adresse principalement aux familles agricoles. Divers facteurs peuvent se répercuter sur la santé physique et psychologique des producteurs et de leurs proches. Selon l’organisme, plus que jamais, il faut une santé de fer et des nerfs d’acier pour tirer son épingle du jeu. Dans les productions les plus vulnérables, les familles ont l’impression d’être abandonnées à elles-mêmes. Le rôle des agents de l’organisme est multiple tels qu’offrir des services de première ligne pour les demandes d’aide et les urgences, servir d’agent de liaison vers les intervenants spécialisés, sensibiliser la population en général et les intervenants agricoles ou représenter ACFA auprès des autorités et des diverses tribunes. Les personnes désirant plus d’informations peuvent visiter le www.acfareseaux.qc.ca.

Article précédentArticle suivant
©2020 Journal Le Haut-Saint-François