Éditorial

Élections municipales : Le moment de faire un choix éclairé

Pierre Hébert

Le dimanche 7 novembre prochain sera le moment privilégié où les contribuables auront la chance de se prononcer sur le choix de leurs dirigeants. Le déplacement en vaut la chandelle puisque ce sont les personnes que vous aurez, choisies ou non, qui veilleront à la destinée de votre communauté et de votre portefeuille au cours des quatre prochaines années.
Les citoyens de 11 municipalités du territoire devront trancher qui des 63 candidats (hommes et femmes) dont 12, pour des postes de maires dans six municipalités et 51 pour combler les 24 sièges de conseillers, auront le privilège de gérer leur avenir municipal. Ce choix

n’est pas à prendre à la légère, il mérite réflexion. Qui parmi ces personnes est la plus apte à gérer au mieux votre argent et le rendre le plus productif possible tout en vous assurant une qualité de vie intéressante ?
L’importance du maire est indéniable, comme leader, mais il ne faut surtout pas négliger le travail des conseillers, car ce sont eux en bout de course qui prennent les décisions. Elle est loin l’époque où les conseillers n’avaient qu’à s’asseoir une fois par mois pour trancher divers dossiers. Les responsabilités des municipalités sont de plus en plus lourdes. Ce n’est un secret pour personne que le gouvernement provincial ne se gêne pas à délester certaines responsabilités aux municipalités sans pour autant transférer les sommes nécessaires. Il est important d’avoir en poste des personnes qui anticipent les impacts et qui sont capables de faire beaucoup avec des moyens limités. Le choix de conseillers municipaux n’est certainement pas un concours de popularité. Le poste demande des qualités indéniables : ingéniosité, discernement, disponibilité font partie de celles-ci. C’est à vous, électeurs, de les reconnaître chez vos candidats et de considérer qui est le plus apte à cumuler ces fonctions.
Le palier politique municipal est celui sur lequel les citoyens ont le plus d’emprise comparativement au niveau provincial et fédéral. Le vote impliquant le choix de vos dirigeants est à prendre au sérieux et avec discernement. Il vaut mieux voter et contribuer à quelque chose que de ne pas le faire et dire j’aurais dont dû pendant quatre ans.
Préfecture
L’élection du 7 novembre ne sert pas exclusivement à élire les membres du conseil municipal, mais également le préfet de la MRC. Deux candidats se font la lutte, le préfet sortant Robert G. Roy et Marc Turcotte. La structure régionale que représente la MRC peut avoir un impact considérable sur les municipalités. Il ne faut pas la négliger. Le préfet est le capitaine du bateau, son rôle de rassembleur et de leader est fort important. À l’instar des maires, un préfet ne peut rien faire seul; il a besoin de l’appui des maires pour aller de l’avant tout comme celui des conseillers pour les municipalités. Le choix du prochain préfet est donc important. Tous les citoyens, même ceux des municipalités qui n’ont aucun candidat en élection, doivent se rendre à leur bureau de vote respectif pour choisir celui qui représentera l’ensemble du Haut-Saint-François.

Article précédentArticle suivant
©2022 Journal Le Haut-Saint-François