Actualités

Tourisme et achat local au centre des préoccupations à Chartierville

Chartierville

Une lutte à deux se dessine à Chartierville. Maire depuis un an et demi à la suite du départ de l’ex-maire Jean Bellehumeur, Denis Dion se frotte à Carole Denis.

Surpris de faire face à une opposition, M. Dion mentionne « je vais faire campagne et continuer à faire ce que je fais: travailler fort pour le développement de la municipalité. » Le maire sortant mise sur le développement touristique pour y arriver. Les améliorations apportées pour accéder à la mine d’or ainsi qu’au kiosque de la côte magnétique se sont avérées positives. « On a eu plus de monde et 1 100 $ de revenus, dont 80 % proviennent de la mine d’or », précise M. Dion.

Il ajoute que le projet Ski Eldorado, le festival Musique aux Sommets et le petit sentier riverain au centre du village contribuent à attirer de nouveaux arrivants. Le projet Lauz Altitude, par lequel le promoteur aurait acheté 600 acres de terre, s’annonce prometteur, précise-t-il. « S’il fait que la moitié de ce qu’il a présenté, ça représente des revenus pour la municipalité. » M. Dion mentionne que le projet consiste entre autres à construire des petits chalets en montagne ainsi qu’une petite auberge. Il ajoute qu’un autre projet, le Domaine des sentiers frontaliers vise le développement domiciliaire en vendant des lots.

Le maire sortant mise sur le tourisme pour attirer les gens à découvrir la municipalité. « Les gens viennent, regarde ce qui les intéresse et plus tard, ils peuvent revenir. Depuis deux ans, on a des maisons qui ont été vendues à des petites familles de deux à trois enfants. Je veux essayer de faire grossir la municipalité. Si on est plus, ça fait plus de payeurs de taxes. » Après avoir occupé le siège de conseiller, le maire sortant mentionne commencer à maîtriser ce que représente la tâche de maire. « Je commence juste à avoir ça dans le bras. » M. Dion se définit comme un gars d’équipe. « Ça ne me dérange pas si l’idée n’est pas de moi. Ça ne me dérange pas d’être en deuxième ligne. Il n’y a pas de compétition entre moi et les conseillers. » Mentionnant être soucieux d’une gestion rigoureuse, M. Dion semble fier de dire que la municipalité est en bonne santé financière.

Carole Denis
Originaire de Weedon et résidante à Chartierville depuis 2012, Carole Denis souhaite implanter une politique d’achat local si elle est élue. « Je ne prétends pas qu’il y a du favoritisme, mais je trouve qu’il manque de transparence. Il n’y a pas de politique claire, stimulante pour l’achat local à Chartierville, en région et dans le Haut-Saint-François. Parfois, les décisions semblent contradictoires », exprime-t-elle.

Mme Denis aimerait bien que des formations soient données aux élus afin d’avoir des comités davantage proactifs. Elle souhaite par la même occasion stimuler l’implication citoyenne que ce soit au sein de divers comités ou même aux séances du conseil municipal. « Je trouve que les idées des citoyens ne sont pas mises en valeur. C’est une impression, mais je n’aime pas qu’on me dise en réunion du conseil: on n’a pas à s’expliquer pour ça. »

Ayant travaillé pour différentes firmes d’arpenteurs de Sherbrooke, Mme Denis s’est spécialisée depuis une douzaine d’années au niveau de la rénovation cadastrale, dans le cadre de la réforme du cadastre québécois. Son expérience, dit-elle, de connaître les matrices graphiques, titres de propriété, certificats de localisation, dossiers à la Commission de protection du territoire agricole et chicanes de clôture n’ont plus de secret pour elle et peuvent s’avérer un atout. Fille de l’ancien maire de Weedon Canton, Laval Denis, la candidate mentionne « j’ai grandi là-dedans. » L’aspirante assure sa neutralité dans la gestion des dossiers « ça fait cinq ans que je suis ici. Ça fait en sorte que je n’ai aucun parti pris. » Mme Denis se définit comme une personne d’écoute n’hésitant pas à consulter les gens pour se faire une idée globale. Elle ajoute vouloir collaborer avec les municipalités voisines dans l’effort de rayonnement et de représenter Chartierville.

Article précédentArticle suivant
©2020 Journal Le Haut-Saint-François