Actualités

IGA Cookshire jette pour 48 000 $ de nourriture lors de la tempête du 4 mai

IGA Cookshire a subi des pertes de l’ordre de 48 000 $ suite à une interruption de courant causée par la tempête de vent et de pluie qui s’est abattue sur la région le 4 mai dernier. Malgré tout, Gilles Denis, membre de la direction, se disait soulagé que tout soit revenu à la normale quelques jours plus tard.
« On a eu une fin de semaine de misère. On a eu beaucoup de dommages et de branle-bas », résume M. Denis. La panne s’est déclarée dans la nuit du vendredi 4 au samedi 5 mai vers les 3 h du matin. Celle-ci a duré une quinzaine d’heures en tout. « On appelait Hydro, mais ils ne répondaient pas. C’est assez exceptionnel. »
« Dans ce contexte, ça nous a pris plus de temps réagir et déterminer s’il fallait faire venir une génératrice », mentionne le fils, Pierre Genest-Denis. « On a déjà une génératrice, mais elle ne fournit pas d’électricité pour les frigos. » La succursale IGA de Cookshire-Eaton s’est donc tournée vers la location auprès de Génératrice Drummond. « Selon leur employé, on a été très chanceux d’en trouver une, parce que la grande majorité de leurs génératrices étaient à La Malbaie pour le G7. » L’appareil en provenance de Drummondville a tout de même été mis en fonction près de 12 heures après l’interruption de courant.

« En temps normal, la limite est de 2 heures et, déjà là, il faut jeter tout ce qui est viandes fraiches, poisson, pâtisseries, sandwichs », indique M. Genest-Denis. « La seule section qui a été sauvée, c’est parce qu’on a été plus rapide et qu’on a réussi à la recouvrir avec du plastique. Ça a maintenu les réfrigérants en place. »

La marchandise jetée avoisine une valeur de 48 000 $. Gilles Denis s’avoue bien déçu de ne pas avoir pu donner ces produits. « C’est contraire à la mission qu’on s’est donné, mais on n’a pas bien, bien le choix. » « Dans nos procédures pour le don alimentaire, il faut avoir maintenu la chaine de froid », ce qui n’a pas été le cas suite à la panne du 5 mai, se désole Pierre Genest-Denis.

IGA Cookshire a une longue tradition de dons de ses produits. « On a été précurseurs là-dedans », dit Gilles Denis. « Depuis 1988, on supporte Moisson Cookshire. » Les produits de boulangerie représentent une bonne partie des items donnés à la communauté. Malgré les pertes, le propriétaire voit le bon côté des choses. « On a eu une participation exceptionnelle de notre personnel. C’est ça qui est le beau côté des événements comme ça : c’est d’avoir une équipe extraordinaire pour supporter ça. »

Article précédentArticle suivant
©2020 Journal Le Haut-Saint-François