Thématiques

L’arrivée de MYM Nutraceuticals à Weedon

L’arrivée de MYM Nutraceuticals à Weedon avec son projet de culture de cannabis médicinal en serres, évalué à plus de 200 M$, pouvant créer 400 emplois directs et 300 indirects, risque évidemment de changer le visage de la petite municipalité de 2 800 personnes. Mais s’agit-il d’une manne tombée du

ciel ou d’un cadeau empoisonné ? Le maire Richard Tanguay estime qu’il s’agit d’un cadeau inespéré pourvu qu’on soit en mesure de le gérer.
« C’est sûr que ça fait peur. Si on planifie correctement et on sait anticiper et gérer adéquatement et prendre des risques, parce qu’on n’aura pas le choix, pour moi, c’est la plus belle opportunité qu’on n’aura jamais dans le Haut-Saint-François ou pour une des municipalités du Haut-Saint-François. Mais il faut que l’on gère l’opportunité. Faut voir les coûts, faut être prêts à travailler pour les neutraliser, pis se donner les meilleurs outils possible. » M. Tanguay ajoute : « il faut que tout le territoire réalise que ça sera pas juste Weedon qui va en profiter, mais tout le Haut-Saint-François. »
Ce dernier assure que la municipalité prend ça au sérieux et qu’elle se donne les moyens de ses ambitions. « Il faut être prêt à travailler, prêt à investir, sinon on va prendre du retard. Actuellement, ce que ça a comme effet, comme retombées, ça stimule énormément le marché, commerces et services. Il y a plein d’entreprises qui commencent à voir les opportunités. On a des appels, on a du monde intéressé, ils veulent savoir ce qu’on fait, ce qui arrive avec telle affaire, avez-vous pensé installer telle chose. Des investisseurs ou entreprises de l’extérieur s’informent, mais rien de concret pour l’instant. Ils attendent de voir. » M. Tanguay mentionne que le jour où ça va débloquer, cela risque d’avoir un impact très important sur la communauté. « Si on est prêt, si on s’ajuste, si on travaille en conséquence pour répondre adéquatement aux demandes, on s’attend à une expansion à vitesse grand V. Pour une communauté comme la nôtre qui était en dévitalisation, il y a un an, on risque de faire un virage 180 assez rapide. »

Moyens
La municipalité a commencé à se donner les moyens. L’embauche d’un nouveau directeur général, Daniel Le Pape, urbaniste de formation, avec une grande expérience pour avoir travaillé dans des villes comme Montréal et autres, d’avoir occupé le poste de directeur général d’une MRC et œuvré au développement, jouera un rôle important dans la coordination des choses, estime M. Tanguay. À cela, la municipalité ajoute un agent de développement et demi à temps plein. La municipalité engage un agent de développement qui va remplacer Fabian Garcia. Ce dernier travaille maintenant pour MYM comme gestionnaire principal pour ce projet. D’autre part, la corporation municipale partagera avec le CLD du Haut-Saint-François une ressource additionnelle qui œuvrera aussi au développement. Ces ressources travailleront sur des dossiers commerciaux, industriels et municipaux d’exprimer le maire en ajoutant que cela resterait encore à être défini.

M. Tanguay mentionne que MYM Nutraceuticals a fait l’acquisition des deux bâtiments donc l’ancienne Résidence l’Anneau d’Or et la résidence située juste en face. Les édifices serviront pour accueillir les bureaux administratifs et l’autre servira à faire de l’expérimentation comme des tests d’isolation au chanvre, d’expliquer le maire.

Planification stratégique
Entretemps, la municipalité poursuit son développement, dit normal, en tenant compte de la planification stratégique présentée aux citoyens en juin de l’année dernière. Le maire mentionne que plusieurs projets sont en cours à divers degrés. « On a six secteurs d’activités, l’industriel, le commercial, l’agricole, l’immobilier, le tourisme, les loisirs et la qualité de vie. On a de 5 à 6 projets par secteur. » La municipalité n’est pas impliquée dans tous les projets, précise M. Tanguay, du fait que certains sont d’ordres privés. Mais pour les organismes qui sont porteurs de dossiers, la municipalité essaie d’apporter son appui.

Budget participatif
D’autre part, le maire rappelle que les citoyens doivent voter en faveur de l’un des projets déposés dans le cadre d’un budget participatif à l’intérieur duquel la municipalité octroie 10 000 $ pour sa réalisation. Le dépouillement du vote se fera lors d’une rencontre publique en juin prochain. « Ce sont des projets dans lesquels on essaie d’avoir des porteurs pour les livrer éventuellement. Je sais qu’il y a un projet de jardin communautaire, de marché public », d’exprimer le maire Tanguay. Rappelons que cette initiative a été instaurée l’année dernière.

Article précédentArticle suivant
©2020 Journal Le Haut-Saint-François