Thématiques

Domtar favorise l’économie circulaire : Travaux d’aménagement forestiers à Westbury

L’entreprise Domtar effectue des travaux d’aménagement forestiers sur leurs terrains de la route 214 à Westbury.

L’entreprise de Windsor, Domtar, a récemment procédé à des travaux d’aménagement forestiers sur ses terrains de la route 214 à Westbury. La coupe s’est effectuée sur une superficie de 16 hectares d’arbres matures afin de préparer le terrain pour un reboisement de peupliers hybrides.
Les dirigeants de Domtar, entreprise qui se spécialise dans la fabrication de papier de bureau, s’assurent que les arbres soient utilisés à leur pleine capacité. Ils appliquent une économie circulaire, c’est-à-dire, donner le plus de valeurs possibles une fois coupés. « Donc le bois qui a été récolté à Westbury ne viendra pas tout à Windsor. Plus de 70 % seront acheminés vers des scieries parce qu’elles vont créer plus de valeur à faire du bois d’œuvre que nous à faire du papier », explique André Gravel, directeur de l’approvisionnement en fibres. Il ajoute que « Dans l’idée de la circularité, les scieries vont scier les billes de bois et puisqu’elles sont rondes, quand on les équarrit, il y a toujours des copeaux de bois qui sont créés et il y a des écorces de bois. » Ces dernières sont acheminées à l’usine de Windsor dans des chargements séparés des copeaux. Elles sont utilisées pour chauffer les bâtisses en produisant de la vapeur pour produire l’électricité. Les cendres des écorces sont ensuite ramenées en forêt pour fertiliser les plantations futures.

Dès le printemps, l’entreprise procédera à l’épandage de matières résiduelles fertilisantes telles que des biosolides papetiers afin de préparer les terres pour le reboisement. Cette fertilisation favorise grandement la croissance du peuplier hybride. Cet arbre a été préconisé pour sa croissance rapide. Il devient mature en 15 ans au lieu de 40 à 45 ans pour un peuplier naturel. « Ce sont des hybrides, donc pas des OGM (organisme génétiquement modifié). C’est un croisement entre un père et une mère qui ont des caractéristiques de croissance très bonnes que l’on mêle ensemble », explique M. Gravel. Ces techniques sont approuvées par le gouvernement et c’est également ce dernier qui gère les semenciers qui fournissent l’entreprise. Aucun pesticide ni herbicide n’est utilisé lors des reboisements. Afin de favoriser la pousse, les peupliers sont plantés sur des monticules. Cette technique a été instaurée en 2005 et combinée à la fertilisation en 2008. Ces monticules limitent la croissance des herbacés qui peuvent être nuisibles à l’instauration du système racinaire du peuplier hybride. De ce fait, il devient plus aisé de contrôler la végétation compétitrice sans herbicide. De plus, les sols en Estrie sont fréquemment indurés ou gleyifiés, donc cette méthode permet d’amollir le terrain qui peut parfois être très dur et imperméable à l’eau. L’entreprise affirme que ces monticules ne limitent pas l’expansion du système racinaire et s’amenuisent avec le temps.

Cette parcelle de terre, à Westbury, appartient à l’entreprise depuis presque 100 ans. Toutefois, il y a 70 ans, c’était un champ de foin qui servait à alimenter les chevaux qui travaillaient lors des opérations en forêt. Par la suite, des épinettes de Norvège, du pin blanc et rouge ont été plantés. La raison pour laquelle les forêts sont plus nombreuses de nos jours c’est parce que l’agriculture prenait plus d’espaces dans le passé et ce qui constituait les champs est maintenant boisé, estime M. Gravel. On retrouve donc 50 % plus de forêts aujourd’hui qu’il y a 100 ans. Les MRC du Haut-Saint-François et du Granit sont celles qui en ont le plus en Estrie.

Domtar possède 15 % des forêts de la MRC du Haut-Saint-François dans toutes les municipalités, sauf celle de Cookshire-Eaton. Ce sont des terrains qui sont aménagés à long terme et certifiés aux normes environnementales FSC (Forest Stewardship Council) qui prônent le développement durable, social, environnemental et économique. Cette certification a pour but de protéger les gens, les plantes et les espèces animales qui vivent à l’intérieur et autour de la forêt, et qui en dépendent.

Tous les travaux forestiers réalisés par l’entreprise sont sujets à l’obtention d’un certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques.

Article précédentArticle suivant
©2020 Journal Le Haut-Saint-François