Actualités

IGA Cookshire fermé encore plusieurs semaines : Un service de navette gratuit pour faire son épicerie

Nous apercevons à l’intérieur de la navette, Gilles Denis, propriétaire du IGA Cookshire, Sylvie Lapointe, mairesse de Cookshire-Eaton et le chauffeur, Serge Lemieux.

La Ville de Cookshire-Eaton, avec la participation de Sobeys et Transport de personnes HSF, offre gratuitement un service de navette deux fois par jour, et ce, sept jours semaine pour les citoyens de Cookshire-Eaton et des environs, désireux de faire leur épicerie au IGA à East Angus.

« Suite à l’incendie, c’est vraiment un deuil et une tragédie pour nous. La ville a décidé de supporter l’entreprise et la population en offrant un service de navette gratuit deux fois par jour à 10 h le matin et 14 h l’après-midi. » Sylvie Lapointe, mairesse de Cookshire-Eaton, ajoute que la municipalité va s’ajuster en cours de route selon les besoins et l’utilisation. « Ça sera le temps qu’il faudra pour accommoder nos gens », précise-t-elle. L’objectif de l’intervention de la ville, d’expliquer M. Denis, est de limiter les fuites commerciales. Mentionnons que le point d’embarquement se fait au IGA Cookshire et le retour une heure plus tard.

Évidemment satisfait de l’initiative, il espère bien récupérer l’ensemble de sa clientèle lors de la réouverture de son IGA. Quant au nombre de personnes susceptibles d’utiliser la navette, personne n’était en mesure de le préciser. Le propriétaire du IGA Cookshire mentionne qu’au moment de bâtir le nouveau magasin au centre-ville « on avait calculé qu’il y avait entre 15 % et 20 % des gens qui venaient à pied faire leur épicerie. » Ce dernier ajoute que 5 500 personnes fréquentaient chaque semaine son magasin.

Services maintenus
Soucieux de maintenir le contact avec sa clientèle, le IGA Cookshire offre la prise de commande téléphonique et en ligne, en plus d’assumer la livraison gratuitement. « On va prendre les commandes au téléphone, on va les préparer au IGA à East Angus et on va aller les livrer chez les gens. On va commencer par le Manoir de l’EAU VIVE ici à Cookshire parce qu’il y a beaucoup de gens sans voiture, qui n’ont pas nécessairement la forme pour aller faire leur commande. On prend toute notre liste de clients habituels, ce qui représente une cinquantaine de clients qui utilisent le réseau téléphonique. » Quant au réseau en ligne, il est présentement activé, d’ajouter M. Denis.

Réouverture
Les clients anxieux de retrouver leur magasin d’alimentation à Cookshire-Eaton devront faire preuve de patience. Sans avancer de date, M. Denis parle de semaines. « Au niveau des travaux, on avance rondement. La problématique est d’avoir toutes les pièces de remplacement pour notre système au CO2; il y a beaucoup de cartes électroniques qui ont été asséchées, mais qui ne sont pas fonctionnelles. Les réponses pour dire dans combien de temps, on n’en a pas parce qu’on est dans l’inconnu. Pour le reste, notre personnel est avec nous et on a beaucoup d’appuis. Tout le monde nous tape dans le dos, nous encourage, c’est stimulant. »

M. Denis admet que les moments sont difficiles, mais souligne que le magasin va bien et qu’il est voué à un bel avenir. « Avec le développement de la 410, notre magasin a pris de l’essor et on espère que l’année prochaine, ça va débloquer complètement. »

Quant à l’enquête qui repose sur la thèse d’un incendie criminel, M. Denis mentionne ne pas avoir d’information à cet effet, mais ne cache pas son inquiétude à l’idée qu’un pyromane en soit la source. La mairesse, Sylvie Lapointe, partage cette opinion. « Ça fait peur, car deux jours après le feu au IGA, il y a eu un autre incendie dans un édifice. On se demande si c’est un pyromane; ça fait peur pour la municipalité et pour les commerces. »

Article précédentArticle suivant
©2022 Journal Le Haut-Saint-François