Éditorial

Votez ou taisez-vous !

Pierre Hébert

Le dimanche 5 novembre prochain sera le moment privilégié où les contribuables auront la chance de se prononcer sur le choix de leurs dirigeants. Se déplacer une fois toutes les quatre années n’est pas exagéré. Trop souvent, les élus disent parler et poser des gestes au nom des citoyens. Ne laissez pas aux autres interpréter ou supposer ce que vous pensez. Manifestez votre volonté en utilisant votre droit de vote.

Utiliser votre droit de vote vous permet en toute légitimité de critiquer les élus et leurs prises de décisions. Si pour vous ça ne vaut pas la peine de faire cet exercice, alors abstenez-vous de critiquer pendant les quatre prochaines années.

Que l’on soit d’accord ou non avec les idées avancées par les candidats, ils méritent notre respect. Ces personnes souhaitent être des agents de changements œuvrant à l’amélioration de la qualité de vie de leur communauté. Le travail d’élus que ce soit conseiller ou de maire est tout sauf une sinécure. Nombreuses sont les responsabilités qui leur incombent, nombreuses sont les réunions, nombreuses sont les heures de travail, nombreuses sont les critiques et rarement les félicitations. Ces candidats sont tous animés d’une volonté commune, et ce n’est pas la paye, mais plutôt celle de contribuer au développement de leur communauté.

Ceci dit, les contribuables ont le droit de poser des questions, de remettre en doute des décisions, d’animer, en fin de compte, la vie démocratique d’un milieu et cela est sain. D’ailleurs, plusieurs citoyens se plaignent du déroulement des séances de conseil municipal considérées plutôt exécutives quant à la durée. Ce n’est qu’une suite de lectures de résolutions déjà travaillées, discutées et prédigérées qui est offerte au public. Certes, les réunions de travail ont leur utilité, mais y aurait-il moyen d’informer davantage les citoyens sur les raisons motivant l’adoption des résolutions ? Des gens informés sont des citoyens allumés.

L’appareil politique municipal est celui sur lequel les citoyens ont le plus d’emprise en comparaison avec le palier provincial ou fédéral. Les citoyens côtoient régulièrement leurs élus que ce soit à l’épicerie, chez le coiffeur, au garage, etc. Le vote n’est pas une discussion de dépanneur, d’épicerie ou autres. C’est un exercice sérieux, déterminant pour l’avenir de la communauté. Il doit être pris au sérieux et exercé avec discernement. Vaut mieux voter et contribuer à quelque chose que de ne pas voter et dire j’aurais dont dû pendant quatre ans; ça peut être long.

Article précédentArticle suivant
©2019 Journal Le Haut-Saint-François